Vie consciente #1 : Retrouver l’esprit du solstice d’hiver (version 2010)…

01 Déc Vie consciente #1 : Retrouver l’esprit du solstice d’hiver (version 2010)…

En ce temps d’approche des fêtes que l’on nomme les fêtes de Noël ou les fêtes de fin d’année, je tenais à vous partager comment, personnellement, je me mets en résonance avec l’esprit de ce temps particulier du cycle des saisons. Car, vous le savez certainement, la date de naissance de Jésus-Christ a été fixée par convention au 25 décembre, et non en fonction d’une réalité historique précise.

Le choix de cette date traduisait de la part de l’Église Catholique une volonté de supplanter les fêtes païennes qui se déroulaient partout dans l’hémisphère nord depuis des milliers d’années. Ces fêtes avaient lieu autour du solstice d’hiver, vers le 21 décembre. On y faisait de grands feux pour célébrer le moment précis où les jours recommençaient à allonger, annonçant ainsi le retour de la lumière, de la vie, du réveil de la nature, du réchauffement de la Terre et de l’ascension du soleil dans le ciel.

Le solstice d’hiver, considéré de ce point de vue, peut donc être considéré comme la véritable nouvelle année de l’hémisphère nord puisque c’est le début d’un nouveau cycle annuel. Et qui dit nouveau cycle sous-entend fin du cycle précédent ! En ce qui me concerne, avant de fêter le retour de la lumière, il me tient à coeur, chaque année, de prendre quelques jours de retraite, loin des turbulences et de la course effrénée aux cadeaux. Et pendant cette retraite, je prends le temps de faire le bilan de l’année que je viens de vivre. 

Comment ai-je aimé mes proches (ma femme, mes filles, mes amis, mes collaborateurs) ? Au service de qui et de quoi ai-je mobilisé mes talents et mes énergies ? Comment ai-je utilisé ce temps précieux qui me rapproche toujours plus de ma mort – l’ai-je gaspillé à des futilités, à des rencontres sans intérêt ou au contraire, ai-je veillé à vivre des moments nourrissants, enrichissants ? Comment ai-je réalisé l’équilibre entre ma vie intérieure, ma vie relationnelle et ma vie professionnelle ? Quels objectifs fixés l’an dernier ai-je atteints et pourquoi ? Quels objectifs n’ai-je pas atteints et pourquoi ? De quoi suis-je satisfait et/ou fier ? De quoi suis-je mécontent et/ou frustré ? Quelle direction vais-je prendre l’année prochaine ? Quels objectifs est-ce que je me fixe pour ma vie intérieure, ma vie relation nelle et ma vie professionnelle ?

Non seulement, j’ai beaucoup de plaisir à faire cet exercice chaque année depuis près de 25 ans, mais en plus je considère que c’est le moment le plus important de mon année. Car régulièrement, je repense à cette étude faite à Harvard, sur une durée de 40 ans. En suivant pendant 40 ans le parcours de vie de centaines de personnes sorties de Harvard, les chercheurs sont arrivés à des conclusions dont le contenu sonne comme une sentence implacable :

  1. Ceux qui n’ont jamais pris le temps de se fixer consciemment des objectifs ont connu une vie sans véritable réalisation, ni sur le plan personnel, ni sur le plan professionnel ;
  2. Ceux qui ont pris la peine de mettre leurs objectifs par écrit les ont atteints avec un taux de réussite bien supérieur à ceux qui ne s’étaient fixé des objectifs que mentalement.

L’hiver nous invite à rester chez nous, à nous réfugier dans notre maison, bien au chaud, loin des intempéries et des vents froids. C’est le temps idéal pour faire ce travail d’introspection, pour que l’an prochain, votre vie ressemble davantage à ce dont vous rêvez que cette année. C’est le voeu le plus cher que je vous adresse personnellement. Je ne vous souhaite ni la richesse, ni le bonheur, ni la santé. Je vous souhaite de vivre la vie que vous souhaitez vraiment vivre. Et le reste vous sera donné par surcroît.

LAISSEZ VOS COMMENTAIRES, VOS QUESTIONS, VOS TÉMOIGNAGES

Mon vœu le plus cher, c’est que vous laissiez, sous cet article, des références de livres ou d’articles, des études, des enseignements qui viennent compléter, enrichir les propos tenus. Je vous invite aussi à partager les bénéfices que vous avez retirés de la lecture de ce texte. Pour que les autres visiteurs de ce blog soient nourris à leur tour, non seulement par mes écrits, mais aussi et surtout par vos apports.

PETITE ASTUCE POUR PUBLIER VOTRE MESSAGE DANS DE BONNES CONDITIONS

Pour publier votre message, rendez-vous tout en bas de cette page (sous les messages des autres visiteurs de ce blog). Une fois que vous avez rédigé votre texte, vous devez obligatoirement laisser votre nom (ou votre pseudonyme), votre adresse courriel, mais vous devez aussi répondre à une question de simple calcul, en inscrivant la réponse du calcul en chiffre ! Ce petit dispositif a été installé afin de vérifier que vous n’êtes pas un robot venant polluer mon blogue.

PROLONGEZ LA RÉFLEXION GRÂCE À CETTE VIDÉO SUR YOUTUBE

Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder à ma vidéo :

Tous les vendredis, à 6 heures du matin (heure de Paris) – 0 heure (heure de Montréal), je vous propose de changer votre regard sur une dimension de notre existence, à travers une nouvelle vidéo de réflexion de 15 à 20 minutes. Pour vous abonner à ma chaîne Youtube, cliquez ici !

199 Commentaires
  • Lise1006
    Publié le 04:10h, 24 septembre Répondre

    Monsieur Crèvecoeur,

    J’ai lu votre livre « relations et jeux de pouvoir » cet été et j’y ai trouvé des choses vraies.
    Des bons conseils pour ma vie personnelle et professionnelle.
    Cet article est très bien; me rappelle que je dois donner le meilleur de moi même chaque jour.
    Merci pour vos précieux conseils.

    Bien à vous,

    Lise.

  • Lise1006
    Publié le 04:08h, 24 septembre Répondre

    Monsieur Crèvecoeur,

    J’ai lu votre livre « relations et jeux de pouvoir » cet été et j’y ai trouvé des choses vraies.
    Cet article est très bien.
    Me rappelle combien je dois donner le meilleur de moi même chaque jour.
    Merci pour vos précieux conseils.

  • Janine
    Publié le 07:10h, 27 mai Répondre

    Bonjour cher Jean-Jacques Crèvecoeur,

    C’est avec grand plaisir que je navigue sur votre site et que j’ai visionné quelque vidéo.
    Je pense notamment à un auteur qui résonne avec votre démarche : il s’agit de Jacques Salomé, Le courage d’être soi
    https://www.youtube.com/watch?v=7-nsPJNtxls

    Belle découverte également à celles et ceux qui souhaitent l’écouter en Livre Audio.

    Agréable journée à tous.
    De tout coeur,
    Janine

  • Pierrette
    Publié le 18:57h, 24 mars Répondre

    Je fais ce bilan depuis plusieurs années. Seule chez moi, à la chandelle et avec un verre de vin, c’est un rituel, un moment privilégié avec moi-même que je me réserve jalousement.

  • minipat
    Publié le 05:09h, 22 décembre Répondre

    Bonjour

    Je viens directement en ce bas de pages de commentaires, sans les lire
    et je me dis « à quoi bon ? » Pourquoi laisser un commentaire que personne ne lira
    Une réponse me vient : d’abord pour moi, pour me poser, pour constater que j’iai besoin d’un temps de bilan.
    Je remarque beaucoup de perturbations en ce moment : rien de bien spectaculaires, des perturbations intérieures qui me disent : recentre toi, retrouve l’équilibre … l’essentiel, ce qui est unique chez toi
    et rien que pour ces mots que je partage au cas où quelqu’un les lirait, je dis Merci à ce site que je viens de découvrir ….par hasard ou par réponse à un besoin ?

    Bon Noël … et je reviendrai lire les messages précédents dans le mois qui vient : voilà une de mes résolutions !

    • Marielle
      Publié le 22:11h, 16 décembre Répondre

      bonsoir,
      Je ne sais si vous êtes revenu sur le site depuis votre commentaire. Vous vous demandiez si quelqu’un le lirais. EH bien, c’est ffait, je l’ai lu et je suis certaine que je ne suis pas la seule.
      Bon temps des Fêtes à vous.

  • Claire
    Publié le 17:17h, 19 décembre Répondre

    Bonsoir,
    ça me fait plaisir de recevoir tous ces partages. Du coup, je m’y mets aussi ;-).
    J’ai été frappée cette année par la différence entre mon besoin d’être en paix en moi et tout le tralala commercial extérieur. Et déambulant par hasard sur un ‘marché de Noël’ de trouver l’apparat tout de toc: fausse neige, décor factice. Rien à voir avec le plaisir qu’il y a à se retrouver vraiment. Je me fais un point d’honneur à éviter de définir à l’avance ce que devra être Noël ou le passage à l’An Neuf. J’ai trouvé grand plaisir l’an dernier à ne rien prévoir et à laisser les choses se faire comme elles le voulaient bien. Sans attente, sans contrainte. Dans l’accueil de ce qui venait. Je repars pour la même approche cette année. Dans le calme et le bonheur de me voir offrir un temps en famille. Que votre solstice d’hiver soit porteur de Paix. Claire

  • laborde
    Publié le 12:48h, 19 décembre Répondre

    Et bien je pense que ces mots ne s’adresse qu’a des nantis comme moi.
    Et à tout ceux qui ne pourrons pas les lire je leur souhaite de manger à
    leur faim d’avoir un abris et l’accès aux soins.
    Ils n’ont point besoin de faire « retraite »
    Je serais seul aussi ….mais pas par choix .
    Joyeux solstice quand m’aime

    GL

  • sylvie lefebvre
    Publié le 11:45h, 08 décembre Répondre

    J’ai reçu ce blog via une amie très récemment. Après un travail sur soi depuis tellement d’années… travail sans fin, exaltant, magnifique parfois décourageant période de désespoir de turbulences suivi de période d’ascension de l’âme du coeur de l’esprit….. comme une récompense puis très vite à nouveau un passage un peu dur des problèmes de santé : Pourquoi moi avec tout le beau travail que je fais…? je devrais = être svelte amoureuse dans l’aisance réussir touts mes projets, oui j’ai honte mais c’est ce que je me dis parfois.. c’est ce vers quoi je tente, j’aimerai que cela se VOIT…. et bien non c’est ps du tout comme cela que ça se passe…. je prends mon âge en pleine poire…. oui je vieillis c’est dur.. de l’intérieur je suis toujours aussi jeune, je suis encore pleine de rêves de désirs de projets à réaliser…. depuis quelque temps je chante : « Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard… » Parfois je voudrais être ce que je suis maintenant en connaissance en philosophie de la vie en moins de complexes en plus simple …. mais je suis ce que je suis et Tout est bien…… lire les dernières lignes nous explicitant sur le plan astrologiques les secousses les turbulences me font mieux comprendre que nous vivons une période exaltante et que nous devons continuer d’être le changement que nous voulons voir dans ce monde « comme disait Gandhi »

  • Nathalie
    Publié le 15:07h, 07 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Merci pour votre générosité.
    Pour moi se sera autour d’un feu, 2 papiers l’un avec tout ce que je veux laisser derrière moi et que je vais brûler et l’autre ou je vais inscrire tout ce qui est important pour moi de mettre en place et ce que je désire pour cette nouvelle année, que je brûlerai en juin à la fête de la St Jean, ceci permettant de rajouter de nouvelles choses jusqu’à cette date.
    Je vous souhaite à tous de très belles fêtes et vous envoie de chaleureuses pensées
    Nathalie

  • Gangloff
    Publié le 06:18h, 30 novembre Répondre

    Bonjour,

    Tout simplement MERCI !! pour ce partage qui est un grand moment de bonheur qui me touche beaucoup !

  • Deroide
    Publié le 01:12h, 30 novembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques je prends connaissance de votre blog et de cette réflexion sur le sens profond de L’Avent. Nous sommes en 2014 le sujet est intemporel 🙂 universel 🙂 je suis conteuse professionnelle j’ai eu l’occasion de travailler sur le solstice d’hiver car j’avais besoin de créer un spectacle  » dit : de Noêl  » qui remette le coeur au centre de cette fête . Le coeur mais aussi le Sens, le Don (figure symbolique du Père Noêl ). Oui l’Eglise s’est emparée de la puissance des contes et des légendes ( elles sont liées à un lieu de culte païen souvent ) pour y plaquer des prétextes de saintetés diverses . Récupération … ? Oui ! Comme cette fête est récupérée par les marchands du Temple de nos jours ! Il m’est arrivé aussi de me retirer dans un monastère une année où je devais clore un cycle important et prendre une décidion lourde de conséquences cettte retraite déclencha de vives critiques et incompréhensions diverses ! Pourtant je demeure persuadée que, faisant partie du cycle du Vivant nous devrions mettre à profit ce temps de froidures de repli pour laisser mourir les vieilles peaux afin que la mue et les mutations s’opèrent ! Les contes populaires et non littéraires de ce temps-là parlent de mort et d’obscurité traversées afin qu’adviennent la lumière et la merveille ! Bien chaleureusement. Véronique

  • Jean-Jacques Crèvecoeur
    Publié le 10:41h, 29 novembre Répondre

    Pour laisser un commentaire, allez jusqu’au bas de la cette très longue page !!!

  • kevin
    Publié le 20:31h, 25 novembre Répondre

    permette moi ceci a regarder attentivement et avec DISCERNEMENT pour ce qui peuvent aller plus loi 😉
    http://www.youtube.com/watch?v=CwTuopFXdVY

  • Jackie
    Publié le 08:48h, 17 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Merci de nous envoyez votre lumière afin que nous trouvions la nôtre. Vos écrits sont excellents.
    L’église chrétienne n’a gardé que les fidèles qui avaient des intérêts particuliers.

    Vivez votre vie rêvée.
    Jackie

  • MIKI
    Publié le 16:29h, 31 mars Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques,
    je découvre ce blog foisonnant ! Je faisais moi aussi un bilan écrit… en septembre. Et voilà 2 années que j’ai laissé cette habitude de côté : cela me donne envie de m’y remettre pour..la fin de cette année 2014 !! Ceci dit cela faisait quelques années que je rêvais de passer Noël autrement : dans le calme et le recueillement… J’ai perdu ma soeur en octobre 2012 et mon mari m’a quitté en septembre 2012… J’ai donc décidé de passer le Noël de cette année-là, dans un monastère que je connais un peu… ET ce fut un moment magnifique ; qui m’a permis de me recentrer et de retrouver la Paix intérieure ! J’y ai d’ailleurs fait la rencontre inattendue d’une personne qui est devenue une véritable amie, compagne de route !! Elle m’a fait découvrir un magazine intitulé : « Inexploré : aux frontières de la psychologie, science, spiritualité » de l’INREES. Les articles sont intéressants et touchent beaucoup de domaines… Et c’est bien documenté et sérieux !! Merci en tous cas pour tous ces partages, ces richesses, et tout l’amour que tu transmets. Que l’Unviers te bénisse et te soutienne dans tout ce que tu entreprends.
    Je t’embrasse
    Miki

  • Auguste DAUTRE
    Publié le 06:06h, 16 janvier Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    votre méthode est tellement vraie et efficace, que je la pratique – au moins sur le plan projets – chaque jour depuis des années. Oui : c’est tous les jours solstice d’hiver, Noël, nouvel an… Et quand des contrariétés sont telles que les projets ne peuvent obtenir le feu vert pour partir dans l’acceptation mentale, c’est tout un blocage qui se trouve d’autant plus stimulé pour sortir de l’impasse momentannée et ainsi accéder à la réalisation des projets. C’est la réalisation d’un cycle qui, une fois en route, rebondit de lui-même sur tous les obstacles ! Quant aux bilans, ils permettent de donner aux projets la meilleure orientation et ils s’imposent naturellement à la démarche. 🙂

  • BERNARD GENESTIER
    Publié le 17:16h, 08 janvier Répondre

    Je viens aussi de passer un mois en retraite en jeûnant, pendant l’avent et j’en suis sorti avec un corps plus sain et surtout avec un esprit tellement clair. Des nouveaux projets de Vie sont nés et l’univers m’a apporté à ce moment là des changements, bouleversements qui me poussent sens de réalisation, vers ma « raison d’être » . En parallèle avec ces grands changements, je vous remercie pour tous ce que vous m’apporter pour être dans un état de conscience toujours plus grand, dans une autonomie grandissante aussi et dans une attention au quotidien (« discipline ») pour réaliser mes rêves ici et maintenant.
    Il m’est indispensable de recevoir des rappels à un état de conscience, une vigilance au quotidien de ce que l’univers me ,donne.
    Sérénité sur le chemin de 2014. , Cordialement

    B. GENESTIER

  • Tatiana
    Publié le 16:14h, 06 janvier Répondre

    Cher Jean-Jacques,
    Je te souhaite une année éveillée, en pleine conscience et content de toutes les réussites.
    Je te propose le livre qui me tient à coeur en ce moment « Quand la conscience s’éveille » – Anthony de Mello. Tes propos sont en accord avec ce que ce sage propose.
    A bientôt,
    T

  • nadine
    Publié le 10:24h, 06 janvier Répondre

    Merci J-J pour ce bel article, c’est dommage que je lis si tard, j’ai vécu des fêtes vraiment pénibles, tout aussi pénibles que toutes les personnes qui composent ma famille maternelle.
    C’est promis, dans 11 mois, je prends mes distances au propre comme au figuré pour tirer le bilan de cette année.

  • nao
    Publié le 15:33h, 05 janvier Répondre

    Oui temps du retour au « Vierge Noir »… et recontacter cette lueur au plus profond de Soi. J’ai ritualisé cette année le solstice, le 22 (pas le 21 !) (en groupe, guidé par le son des instruments et la voix d’un enseignant).
    ça ne m’a pas empêché les « presque 24h à table » qui s’en sont suivies, en Famille, avec pour décor le sapin, les cadeaux, les déceptions des enfants, les paroles sans trop d’intention, sans parfois même d’attention…après la messe de minuit (de 19h30…)
    Mais tout est bon à vivre en temps voulu, comme on veut… sans aversion, sans autre attachement ! Pas même pour ces 11j de silence, c’était en 2007…
    Quand m’aime oui, au temps de l’introspection après celui de des extra-versions (la version : extras 🙂
    Un temps pour s’offrir le présent à soi-m’aime. Et puis temps pris, ce qui est passé, c’est du passé. Ce qui advient, c’est ici et maintenant.
    « Besoin de recadrage, de nouveaux objectifs, de résolutions, de promesses que je ne tiendrai pas ? – peut-être seulement un tri. Car la Vie est un continuum, c’est maintenant que je vis, pas au travers d’un sacro-saint projet surmoïque, qui certes me mettrai au pied d’un mur…mais peut-être sans tenir compte de ce qui se vit là aussi déjà à l’extérieur…dans mon environnement, avec les autres !
    Le maçon, s’il construit le mur de sa maison, c’est sans oublier ses fenêtres d’où peut-être il se rêve déjà randonneur contournant la Montagne en même temps qu’il la gravit…
    Mieux vaut vivre son rêve, que rêver sa vie. C’est une question de liberté où l’injonction n’a plus sa place. Même pas pour une nouvelle injonction. (comme ce paradoxe soixante-huitard « il est interdit d’interdire »)
    Mon choix c’est quand m’aime de vous dire « Bonne Année »… et de risquer aussi un « accueillez l’imprévu ». Mais ce n’est que moi qui parle, depuis ma fenêtre, parfois avec une longue vue, et déjà des lunettes… cultivant le doute « Et si…et aussi … »
    lNB : le titre du mail était certes accrochoeur 😉 Merci Jean-Jacques. J’ai beaucoup de plaisir à vous lire

    • Sylvie Chivé
      Publié le 04:34h, 06 janvier Répondre

      Bonjour Nao,
      J’ai beaucoup aimé ton message, avec les « quand m’aime », c’est une bonne idée dans les messages de remplacer les « même » par les « m’aime ». Bravo et belle continuation.
      Sylvie

    • nadine
      Publié le 10:13h, 06 janvier Répondre

      Génial, je ne sais comment baptiser l’activité artisanale que je désire mettre en route cette année et soi-m’aime me paraît être un bon début ! merci

  • Frédérique
    Publié le 04:05h, 05 janvier Répondre

    Bonjour Jean Jacques et bonjour à vous tous
    Personnellement , Noël et le nouvel an m’apportent beaucoup de joie
    Ils sont le résultat de réflexions de chaque jour.
    Nous passons Noël en famille en ouvrant notre porte à celui qui le souhaite et concoctons les petits cadeaux faits maison ou achetés avec amour sans rentrer dans la frénésie de la société de consommation . Au fait qui dit que nous DEVONS faire des cadeaux ? N’est ce pas un choix personnel ? Est ce pour SE FAIRE ou …?
    Quant à l’Eglise , n’est elle pas faite d’Etres humains ? Sommes nous obligés d’être soumis à ces lois ?
    Parfois je pressens dans la chef de détracteurs de cette Eglise la même énergie que celle dont ils accusent cette Eglise .Désolée d’être aussi franche ! Quelles que soient leurs croyances , je rencontre plein de personnes merveilleuses qui font évidement moins de bruit que ceux qui voudraient nous manipuler en nous mettant en contact avec leurs propres peurs
    Loin de vouloir tout boycotter , je prends la vie comme elle vient . Ou du moins je fais de mon mieux pour profiter de chaque minute . J’ai ma part de soucis que je considère comme des défis à relever et des occasions de m’épanouir . Une opération du coeur est prévue pour dans 1 mois . Je me sens étonnement bien dans ce contexte depuis que j’ai demandé à mes enfants de me coacher pour cette aventure
    Les accords Toltèques sont pour moi une source de réflexion quotidienne . Je n’arrive pas à les appliquer comme je le souhaiterais
    Voilà , après ces réflexions , pour chaque minute à venir , je vous souhaite tout de bon .
    Frédérique

  • Muriel
    Publié le 03:26h, 03 janvier Répondre

    Bonjour,
    Pour ma part,depuis mon « éveil de conscience » mes priorités,ma vie ont complétement changé.Noêl et la nouvelle année n’ont plus sur moi cet impact commercial et festif,comme fut un temps.La vie je la savoure tous les jours,je me souhaite tous les jours une belle et heureuse journée,la santé je me la préserve par cette belle énergie qui est en moi et ma plus grande joie,aider les autres à se trouver, en respectant leur rythme et en sachant que eux seul ont leur solution pour leur propre chemin de vie,ma joie:leur sourire et leur émerveillement face à cette vie qui les anime et à cet découverte merveilleuse de leur être intérieur.
    M.

  • probio
    Publié le 16:15h, 02 janvier Répondre

    Objectif permanent: être spectateur et acteur de sa vie parmi les autres vies et le foisonnement universel, pour un monde plus sain.
    Bien dans ma peau à 87 ans.

    • nadine
      Publié le 10:16h, 06 janvier Répondre

      ça me fait plaisir de lire ça, bonne continuation !

  • ERRICO
    Publié le 16:55h, 01 janvier Répondre

    Bonjour,

    Merci pour ce message qui finalement résume complétement ce que nous pensons tous des fêtes – c’est peut être lié à nos mémoires….
    En effet ce fameux mois de la consommation fait de nous des moutons, ce sentiment de culpabilité si nous ne gatons peu ou prou nos enfants, nos proches et autres – c’est terrible. Alors STOP !
    Nous devons résister, l’idée de la retraite dans le calme me paraît plus qu’un concept mais pour mon cas une urgence.
    Merci

  • morgane
    Publié le 14:56h, 30 décembre Répondre

    merci pour ce message simple et beau qui active le sens du « sankalpa », mot sanscrit signifiant « objectif de vie, qu’on peut apprendre à définir en méditation et qui permet, si répété matin et soir 3 fois, dès l’ouverture des yeux et juste avant l’endormissement active notre être intérieur à penser et agir en synergie avec notre objectif. Il peut s’imprimer profondément dans nos tissus en pratiquant des yoga nidra, c’est une technique de méditation tantrique excellente!!!

    bises à vous, moi perso, je passe pour la première fois mon réveillon dans un ashram avec mon mari et mes enfants, et je suis immensément heureuse d’avoir fait ce tournant en famille!!!

    bonne résolution et plein d’observations de là ou vous êtes et là vous voulez aller! choisissez votre vie, ne la subissez pas!

  • Carine L
    Publié le 10:52h, 30 décembre Répondre

    JJC tombe encore à pic.
    J’ai 35ans et depuis mes 18ans je cherche à échapper aux fêtes de noël, les années où j’ai réussi c’était le top! (Avec mon frère en particulier) Là j’ai 2 enfants et « tu ne vas pas en faire tout un plat quand même!…. » – me rappelle mon conjoint qui est très famille – et si! Crise d’urticaire géant le 24 dec 2011 au matin, gastro en 2012 et bronchite cette année (alors que tout va bien le reste de l’année).
    On entend beaucoup que c’est une période délicate pour beaucoup de monde…. je confirme 😉
    Je n’avais pas encore pris le recul necessaire pour donner MA valeur à cette période et là j’ai le début de piste! Fini les mal-a-dies pour avoir une bonne excuse de rester tranquille 😉
    Merci Jean Jacques pour le tuyau.
    @ bientôt pour la suite

  • Lacroix
    Publié le 04:33h, 30 décembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,

    Merci pour ce message rempli de bon sens, de lumière, de couleur, de chaleur, d’amour.
    Il est temps pour moi de vivre la vie et de partager tout ce qu’elle m’offre.
    Chaleureusement,

    Sylvain.

  • FERRIER , R.
    Publié le 15:54h, 29 décembre Répondre

    A Marie (auteure d’un bref commentaire (une 10zaine de lignes) le 28 déc. à 3h57 (heure du Québec ou
    d’Europe) :je n’ai pas tout lu (mon ordi. risque d’exploser sous l’avalanche des commentaires (bravo à
    Jean-Jacques , et bon courage pour la suite) mais je voudrais signaler à Marie que j’ai une petite fille
    23 ans, l’aînée de mes petits-enfants, qui vient de terminer (brillamment) un master en gestion.
    Elle part justement (rien à voir avec son nom :Justine !) pour le Bénin le 7 janvier, pour une durée de 4 mois.
    Etant Belge, elle part de Belgique. Peut-être aurez-vous l’occasion de la rencontrer et de sympathiser avec elle.
    Voici ses coordonnées: Justine FERRIER, adresse courriel (« e-mail ») :(plus tard: indisponible- me contacter)
    N° tél.: (je suppose que ça marche aussi en Afrique): 00 32/ (0)474.54.93.21.
    Bonne chance. R.FERRIER.

    • FERRIER , R.
      Publié le 15:51h, 30 décembre Répondre

      A Marie,

      Reçu l’adresse « e-mail » (courriel) de Justine (Cf. mon message du 29//12) , la voici :
      justine.ferrier@hotmail.com
      Contactez-vous…
      Bon séjour au Bénin.
      R. FERRIER

  • Monique
    Publié le 14:29h, 29 décembre Répondre

    Bonjour,
    Aujourd’hui je me sentais triste et il m’est venu à l’esprit de remercier l’univers pour l’année écoulée. Je me suis installée au salon avec une statue d’elfe, différentes bougies et j’ai remercié toutes les énergies magnifiques qui m’ont fait avancées durant cette année.
    Les acteurs de la Vie ne sont pas seulement là pour nous aider, il est à mes yeux importants de leur dire « Merci ».
    J’ai ensuite pris mon tambour en leur dédiant la mélodie.
    J’ai apprécié la lecture du texte et une surprise m’y attendait : Je n’ai encore jamais mis mes envies pour une année par écrit. Hier, je me suis offerte un cahier pour cela. La Vie est remplie de cadeaux.
    Tendresse

    Monique

  • ALINE
    Publié le 07:15h, 29 décembre Répondre

    Merci pour ce beau message qui me redonne de l’espoir. Je me sentais très triste ces jours-ci comme tous les ans à la même période. Je m’isole mais supporte mal cette solitude. Je suis un peu paresseuse pour écrire mais je vais le faire en faisant le bilan de l’année 2013 et surtout mes objectifs pour 2014.

    Aline

  • Oriana
    Publié le 03:49h, 29 décembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques
    Quel réconfort pour moi de partager votre ressenti à propos des fêtes de fin d’année, car je n’ai personne autour de moi avec qui partager cette prise de conscience

    Je suis en période de bilan moi aussi et dois fixer mes objectifs pour 2014 mais je le ferais par écrit pour la première fois

    Merci pour vos précieux conseils

  • Thérèse
    Publié le 12:17h, 28 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Merci pour ce texte et la réflexion qu’il suscite 🙂
    Je vais donc pour la première fois mettre par écrit mes objectifs et faire le point sur cette année 2013.
    Je suis contente car cette année ma amenée vers vous, vos textes et vos vidéos qui sont arrivés au moment opportun ^^
    Je suis encore jeune mais mon esprit était déjà tellement embrouillé, tellement empatté dans un laissé aller qui n’est pas celui que je souhaite aujourd’hui ! Le lâcher prise dans la toute conscience, dans la connaissance entière de soi .
    J’espère un jour pouvoir donner autant que vous !!!
    Merci chaleureusement et du fond du cœur.

  • TAC
    Publié le 09:25h, 28 décembre Répondre

    Bonjour

    Merci pour ce partage.
    Je voulais juste exprimer mon ressenti de ces jours-ci, où je me fais mon break à moi et rien qu’à moi, entourée avec chance de la nature de la campagne (même si il pleut en continu) : mon ressenti vital est résumé dans le mot « Liberté ».
    Petite explication :
    Mon bien-être c’est me sentir libre et pas forcément riche (quantitativement),
    me sentir entourée, aimée mais libre
    aimer mais en étant libre, et pleinement consciente de ma vie, mes choix
    libre d’accueillir les improvisations
    libre d’accepter ou refuser
    libre de MA vie, en accueillant tout ce que je ne maîtrise pas

    etc….

    Soyez heureux !

  • Etienne
    Publié le 09:10h, 28 décembre Répondre

    Bonjour,
    j’ai adopté la même habitude depuis des années, depuis que le pratique de la méditation Vipassana et que mon intérêt pour la médecine traditionnelle chinoise m’ont mené à ressentir l’importance de m’intérioriser encore plus en cette période.
    Je fait une pause méditative le jour du solstice d’hiver (c’était la date de Noël il y a longtemps mais il y a eu un décalage de trois jours par la suite) et je regarde le soleil se coucher à l’horizon en finissant ma visualisation de l’année écoulée.
    Je n’attends pas le 25 décembre parce que je me sens déjà entrainé vers l’année nouvelle à cette date !

    Merci en tout cas de ce partage qui nous aide à vivre en harmonie…

  • Pieters Bernard
    Publié le 07:09h, 28 décembre Répondre

    Heureux de me joindre à vous qui partagez la même philosophie et le même besoin d’un retour à la vraie spiritualité et aux valeurs de nos ancêtres, si proches de la nature. Pour votre information, le 25 décembre était la fête de Mithra et, selon les évangiles, le christ est né une semaine avant la Paque .. ceci pour effacer tous les autres mouvements spirituels. La fête de Toussaint était la semaine des morts chez les celtes. A l’origine, il y avait une civilisation extraordinaire qui s’est répandue dans le monde entier, la civilisation mégalithique … qui fêtait les solstices d’hiver et d’été. Bonne route à tous vers le solstice d’été ! Bernard

  • C’est la fin de la peur et de la pénurie sur Terre!
    Publié le 04:48h, 28 décembre Répondre

    […] Profitons de ces moments particuliers de fin d’année pour tout remettre en question, faire le bilan du passé, et décider de faire mieux encore, car c’est vraiment possible et je nous le souhaite! Voir ici cet article de Jean-Jacques Crèvecoeur pour mettre à profit cette période dite de &laquo…. […]

  • marie
    Publié le 03:57h, 28 décembre Répondre

    Merci Jean Jacques pour ce message du solstice d’hiver. Pour ma part , je pratique aussi ce genre d’exercice en fin d’année mais aussi quotidiennement, chaque soir avant de m’endormir. Une telle discipline permet je crois de s’acheminer lentement mais sûrement vers plus de sagesse, de tolérance, d’humilité et de partage.
    Pour ma part, cette fin d’année 2013 est l’occasion non seulement de faire un bilan mais de préparer la nouvelle, en l’occurence un voyage solidaire au Bénin .Départ le 09 Janvier…il y a tant de choses à rassembler pour nos amis africains qui ignorent notre frénésie de consommation et n’ont pas oublié les vraies valeurs…Pauvres nantis que nous sommes !

  • toinou
    Publié le 12:49h, 27 décembre Répondre

    Bonsoir à tous, et merci Jean Jacques: tu as mis en mots ce que je ressens depuis longtemps mais que je n’arrivais pas à exprimer. Pouvons nous penser la même chose à 20 ans qu’à 50 ans et plus ? Je le souhaite, pour les générations suivantes. Cette prise de recul que tu pratiques, nous devrions tous la mettre en œuvre au moins une fois l’an. En ce qui me concerne, j’apprécie beaucoup la période hivernale, car elle me permets d’être un peu plus « végétative », comme la Nature. Nous sommes aujourd’hui, dans le monde du travail, pris dans un feu continu de turbulences et de vitesse, dont on ne sort pas indemne. Nous vivons plus longtemps, certes, mais notre vie active depuis quelques années est-elle meilleure pour autant ? La course effrénée vers plus de biens, plus de tout…. est-elle mieux que celle de nos parents et grands parents? Heureusement que j’ai plusieurs animaux à m’occuper (chevaux, chèvres, chiens, chats….) quand je rentre le soir, épuisée nerveusement par le boulot! Ils me donnent en effet un moment de quiétude et de repos mental, même si physiquement je dois fournir des efforts tout au long de l’année pour leur assurer le bien-être nécessaire. Ils me donnent un goût de « vacance » quand je rentre le soir!
    Nous oublions trop souvent les valeurs morales, et le sens de la vie. En prendre conscience c’est déjà faire preuve de lucidité. Mettre en œuvre et répandre ce message autour de nous, c’est faire preuve d’humanisme.
    Merci pour ce « réveil lumineux  » que tu proposes.
    Bonne continuation.
    Toinou.

  • Christelle
    Publié le 11:02h, 27 décembre Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques,

    Je partage ton point de vue sur Noël et sur tout ce qui a été généré autour de ces fêtes (j’ai d’ailleurs fait le choix, entre autre, de ne pas faire croire au père Noël à mon fils de 2 ans et demi. Imagine les réactions et commentaires …).

    Le seul bémol pour ma part est que c’est une réelle occasion de nous retrouver aujourd’hui et que j’apprécie ces moments de réunion familiale (ce ne fut pas toujours le cas car j’ai vécu aussi des Noël en solo sans en être particulièrement affectée). Je pense qu’on peux se réunir sans pour autant répondre aux dictats de la société de consommation et de Noël.

    Je n’avais pas pensé vraiment à toutes les questions que tu te poses pour faire le bilan et se fixer les objectifs pour l’année suivante. Je vais essayer de le mettre en pratique dès cette fin d’année car je trouve ta proposition pertinente.

    Bien à toi
    Christelle

  • georges
    Publié le 14:05h, 26 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Comme beaucoup à ce que j’en ai lu, je suis en harmonie avec ce que vous faites et dites. Je profites également de cette fin d’année pour faire un bilan global de l’année écoulée, et en tirer des idées et une direction pour l’avenir. J’ai passé le repas des fêtes avec les personnes qui me sont le plus proches, mais suis depuis retourné à ma « retraite », afin de terminer cette année sans valise et d’entamer la nouvelle l’esprit le plus ouvert possible.
    Je vous souhaite, à vous et à tous, le meilleur pour cette fin d’année.
    Amicalement.
    Georges

  • liliane Stiers
    Publié le 02:50h, 26 décembre Répondre

    Je partage cet article car c’est ça qui me fait avancer dans la vie

  • Gena P.
    Publié le 17:45h, 25 décembre Répondre

    Salutation à Toutes et à Tous !

    Merci Jean-Jacques d’avoir partagé votre prise de conscience.
    En effet, l’Essentiel (qu’on ne voit bien qu’avec le Cœur), nous invite à reconsidérer certaines choses, certaines traditions, certains programmes, certaines priorités aussi parfois, certaines directives, certains protocoles, certains axes, certaines visions, certaines habitudes ….

    Certaines vérités se trouvent réajustées en fonction de son plan de conscience.

    Pour certains, Noël restera un moment magique où le tout est possible, alors que pour d’autres, cette tranche de vie, sera vécue dans la désolation la plus profonde !
    Certains feront le bilan, d’autres le feront tous les soirs avant de faire leur somme.
    Certains, prendront grandes résolutions et imagineront leurs futurs potentiels, alors que d’autres vivront au jour le jour, aiguisant un peu plus la pleine conscience de la juste présence afin de savoir offrir le meilleur de soi même à chaque instant présent, tout simplement ; vivant alors, chaque jour comme un cadeau – remerciant l’univers tout entier de pouvoir bénéficier déjà d’une bonne santé !

    Noël pour certains, c’est se retrouver pour partager au milieu d’étrangers, un chocolat chaud après avoir chanté les chants traditionnels de Noël !
    C’est inviter à sa table, une personne seule, donner un cadeau à un inconnu dans la rue (un cadeau que le Père Noël aura oublié sous le sapin ?)

    Pour d’autres, Noël c’est tous les jours, avec ou sans sapin !
    Avec ou sans cadeaux !
    C’est accueillir l’autre comme un frère, une sœur !
    C’est ne plus avoir peur du fusil et tendre la main pour prendre celle de l’ennemi !
    C’est sourire, écouter sans juger, partager le peu ou le beaucoup !

    C’est aimer !

    Noël restera pour moi toujours un jour où la magie opère et transforme les espoirs et les rêves en réalités possibles, quand la force de l’Amour en soi les propulse !
    Oui c’est y croire !
    C’est retrouver son âme d’enfant !
    Cette pureté blanche immaculée qui fait rayonner chacun d’entre nous, tout simplement dans la Paix et la Bonté !
    C’est laisser vibrer sa Présence, sans aucun artifice, en toute sérénité !
    C’est serrer l’autre contre son cœur, il lui chuchoter à l’oreille : « personne n’est jamais vraiment seul ! » …. Car en Toi, brille la Lumière de ton Âme et cette Lumière pleine d’Amour originel, brille et brillera toujours !
    Regarde là !
    Elle t’appelle !
    Elle te dit : JE SUIS là !

    En ce jour elle attire, tous les Anges et Archanges !
    Tu n’es pas seul !
    L’Ange de la consolation te dit :
    – « dépasse cela, dépasse ta solitude et ta détresse ! »e
    – « laisse toi submerger par l’Amour que tu as en toi – Laisse le opérer et te transformer et Noël sera tous les jours !
    Tes jours seront comblés, par toute la Confiance que tu mets en toi, en l’Amour – L’univers guidera le moindre de tes pas (tu sauras l’entendre) – Il fera écho en toi et chaque étoiles dans le Cosmos composeront la symphonie stellaire !

    Chaque être est né de l’Univers !
    L’univers lui-même a été engendré par le Verbe, par le Souffle de l’Inspire et de l’Expire !
    Comme une mère qui donne naissance à l’enfant !
    Le Créateur enfanta univers, mondes, étoiles, systèmes et sous-systèmes composés, organisés et animés – De par son souffle Divin, le mouvement perpétuel de l’Évolution suit sa constante progression soutenue par des lois infaillibles, complexes, divinement et intelligemment bien orchestrées, car structurées par l’Amour Universel !

    Notre affiliation est identique et universelle, même si des différences existent au niveau du plan d’évolution de la « conscience-sagesse» (certains êtres ailleurs, dans d’autres systèmes sont certainement dotés de plus de Sagesse, de plus de respect vis-à-vis de la Vie – d’autres sont peut-être dépourvus d’émotions et ont privilégié le progrès technologiques – d’autres encore connaissent des avancées technologiques inimaginables et sont capable de faire battre leurs Cœurs à l’unisson avec les étoiles (ils sont en reliance et en résonnance avec le Cosmos tous entier !..) !

    La vie est Riche et nous sommes tous formés à la base par les mêmes composants : l’Amour Universel, l’Intelligence Universelle et la Capacité à évoluer dans toutes les configurations possibles et inimaginables et dans tous les espaces !

    Sur la planète Terre, il y a déjà tant de richesses, de spécificités, de composantes, de milieux, de conditions, d’espèces, de races, d’histoires, …!
    Combien de vie serait-il à un humain pour apprendre à composer avec tout cela ?
    Pour apprendre à composer, avec nos différences ?
    Pour apprendre à composer avec les autres ?
    Pour apprendre à composer avec soi-même ?
    Pour apprendre à composer avec nos proches ?
    Pour apprendre à composer avec l’inconnu ?
    Pour apprendre à composer avec nos peurs ?
    Pour apprendre à Composer avec d’autres races, d’autres mondes, d’autres univers….. ?

    Réponse :
    Des vies.

    Il y a pourtant un raccourci !
    Connais-toi, toi-même et tu connaitras l’univers !
    Accepte-toi, toi-même et naturel, te sera d’accepter l’autre !
    Découvre l’Amour en Toi et tu le re- con- naîtras sur le visage de l’Autre !
    Fais la PAIX avec tes démons intérieurs et accepte que la Lumière les transforme et alors aucune ombre autours de toi ne sera résister !
    Deviens le nouveau alchimiste des temps modernes : pas celui qui change le plomb en or, mais celui qui transforme le cours des choses par sa simple Présence d’Amour en ce monde !

    Le temps n’est plus à la rébellion !
    Le temps n’est plus au renoncement !
    Le temps n’est plus à la peur !
    Le temps est au pardon !
    Le temps est à Création !
    Le temps est à la guérison !

    LE TEMPS EST à L’AMOUR !

    Clin d’œil pour Monsieur Nelson MANDELA – Jeter vos couteaux, vos fusils, toutes vos armes à la mer et pardonnez, car le pardon libère et traite vos peurs !
    Il fait de nous des êtres libres, et un être qui devient libre, est un être qui vibre, qui résonne, parce qu’il aime.
    Un être qui aime, respecte la vie et ses Frères, qu’ils soient de Sion, d’Orion, de Mars, ou Jupiter, ou de la TERRE, tout simplement – Vous êtes Tous, des Enfants chéris de l’univers, aimés par le Grand Créateur qui dans son incommensurable Amour d’abondance sagesse nous a engendré de manière parfaite pour habiter et grandir dans les milieux qui nous correspondent afin de savoir nous affranchir de TOUT !

    • Marco
      Publié le 01:45h, 26 décembre Répondre

      Ce texte me touche direct au Cœur.
      Il est beau puissant, évocateur, exhaustif.
      Même si je ne « mord » pas à tout.
      Merci d’avoir su si bien l’écrire.

      Nous serions le Créateur de toute chose. Chacun ici bas est le Créateur de son Univers.
      Où je me perds dans ce dédale de réflexions est précisément l’endroit conceptuel où J’apparais comme le Créateur de mon Monde, de mes perceptions, de mes réalités Et en même temps en serais issu par la volonté du Verbe, ce Souffle …
      Ce qui m’interpelle c’est d’être en même temps la cause, l’effet et son inverse, l’origine et la finalité même si imparfaite, sachant que tout est reliè à Tout.
      Avec les potentiels de ma vision de ce Monde ci, je suis par trop limité pour en concevoir et surtout intégrer à l’intérieur de chacune de mes cellules, un autre plus vaste, intemporel, infini et en même temps réduit à sa plus courte dimension, celle de l’infra atomique.
      Je peux concevoir et intégrer en moi l’Amour comme énergie de Vie, liant le Tout, source de Lumière et comme intégrateur de tout. Où je suis moins gourmand c’est quand il me faut « avaler » la notion d’un Dieu Créateur du Souffle de Vie « extérieur » à l’Univers, extérieur à Moi.
      A la fin je ne sais plus Qui est qui.
      Désolé si ma réflexion apparaît comme réductrice.
      Mais « je » refuse l’idée d’un Créateur Omniscient extérieur à ma part dite divine.
      Et pour autant, j’ai tout autant de difficulté à me percevoir comme cet Être Unique, concepteur du Tout, lui aussi. Pourquoi sommes nous alors encore si « séparés », les Uns des Autres, nous les handicapés de la Conscience. Qu’avons-nous à apprendre de cette expérience là, de cette Vision du Monde, de cette perception Ô combien incomplète ?
      La seule réponse qui me vienne à l’esprit « righ now », c’est : pour appréhender l’Universalité de l’Amour dont nous sommes tous issus et que nous sommes tous. A l’instar de ce poisson rouge que l’on sortirait de son bocal d’eau pour qu’il en prenne conscience. Ce qui laisserait supposer que nous sommes encore loin sur notre chemin d’évolution et pourtant si proche de Lui puisque nous serions ce chemin.
      Comme l’instant précis où l’arc électrique va réunir les deux polarités plus et moins. Il y a des moments où je me sens si proche et si complet que ça me fait presque peur de disparaître en Conscience dans ce tout, telle une particule et à d’autres je me désespère de n’être que ce misérable Humain si pauvre de lui même, lourd et si matérialisé.
      Lumière Ô Lumière … mais où est donc passée ma lanterne.
      Je vais aller boire un bon café, ça me réveillera.
      Merci encore

  • Sylvie Chivé
    Publié le 15:15h, 25 décembre Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques,
    Comme toi déjà l’an dernier et encore cette année, je suis restée seule à Noel sentant vraiment cet appel de rester dans le silence, seule pour me retrouver, retrouver mon ÊTRE intérieur et faire comme tu le dis un bilan sur ce qui est aujourd’hui (parcours d’une année).
    Pour cela j’ai refusé une invitation chez mes beaux-parents avec l’homme qui partage ma vie, c’est vital pour moi. Je crois qu’il comprend, en tout cas qu’il accepte.
    En prenant ce temps J’ai pu écrire et envoyer de l’amour à plusieurs personnes avec des cartes de Noel des SMS et à ma famille, que je vais voir dans d’autres dates. J’ai pu lire, écrire sur ce que j’ai pu transmettre cette année en thérapie avec coeur.
    J’ai ressenti ce besoin d’être seule (solstice d’hiver) les 24, 25 et 26 décembre
    Joyeux Noël à tous
    Sylvie

  • Ana
    Publié le 13:13h, 25 décembre Répondre

    Bonsoir M. Jean Jacques,
    Je suis tout à fait de votre avis. Les gens vivent cette période avec une telle frénésie qu’ on dirait qu’ils vivent leurs derniers jours. Ils gaspillent tellement d’énergie avec des préoccupations purement matérielles, qu’au lieu d’être renforcés, revigorés par un vécu spirituel, ils deviennent de véritables loques après les fêtes de décembre, fatigués pour s’être dépensés inutilement. Il faut dire qu’il y a plusieurs années, je faisais aussi la fête, mais résonnablement. Depuis que j’ai découvert l’oeuvre « Dans la Lumière de la Vérité – Message du Graal » de Abd-Ru-Shin, je vis cette période dans le recueuillement. Bien que la data du 25 décembre soit simbolique par rapport à la naissance du Christ, je pense qu’elle doit être vécue spirituellement.
    Merci pour le partage
    Ana

  • Xavier
    Publié le 12:08h, 25 décembre Répondre

    Merci cher Jean-Jacques pour ton cri qui résonne en moi.
    Il y a des années en effet que cette « Fête » de Noël par contre ne résonne plus en moi.
    A-t-elle d’ailleurs un jour évoqué pour moi autre chose qu’une obligation et une joie factice ?
    L’impressionnante liste de commentaires confirme que tu touches une corde ô combien sensible.
    Moi aussi dorénavant je vais rendre à cette période son véritable sens de « solstice d’hiver », de bilan de l’année, dans une joie et une paix véritables, car intérieures et souhaitées…
    Joie et paix donc, aux hommes et femmes de bonne volonté…
    Xavier

  • denis durocher
    Publié le 11:27h, 25 décembre Répondre

    Merci Depuis déja plus de 25 ans que j,ai tout perdu dans les mois précedant cette féte de l,amour travail santé augent tout les biens matériel le gout de vivre etc Il ne me reste qu,une chose j,ai encore FOI qu,un monde meilleur puisse etre réalisable par le coeur et dans le coeur des humains sur cette terre.j,ai retroucer l,amour dans les 6 dernier mois et je l,ai perdu ce 22 decembre 2013 comme pour me dire d,ans finir une fois pour toute avec ce passé dépasser. Je vous souhaite le meilleur pour le reste de vos jours dans l,AMOUR de vous meme et en vous meme.MERCI Soyez heureux c,est mieux que des boites de cartons emballer.

  • Josyane
    Publié le 03:02h, 25 décembre Répondre

    Merci Jean-Jacques pour tous vos partages et toutes les prises de conscience que vous nous aidez à faire
    Laissons tout de même la place aux surprises de la vie dans nos projets pour 2014, elle a beaucoup d’imagination !

  • Manon
    Publié le 13:32h, 24 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    J’ai apprécier ton message et je te suis dans ta façon de pensée. Par contre moi aussi je ré viens au solstice mais je comprends aussi que chaque religion voit différemment la vie.

    Ce que j’aime du temps de Noël et du nouvel an, c’est de souhaiter de belle et bonne choses a plein de personne de donner de l’amour à des inconnus et d’être en contacte pour souhaiter du bien et de me sentir heureuse de partager avec tous et chacun.

    Ma réflexion , je la fait aussi , devant mon foyer a regarder ce qui est passe et analyser ce que j’ai aimer ou moins. Et me redresser.. Je m’arrête souvent durant l’année et je réfléchit, je continu ou je corrige, quand je sens un malais qui s’installe ,je regarde et redresse la barre.

    Amour et paix et l’harmonie règnera dans ce monde.

    Manon , j’aime suivre ce que tu fais ,cela me fait du bien à mon âme, merci et continu Jean-Jacques.

  • Agnieszka
    Publié le 09:00h, 24 décembre Répondre

    Merci Jean-Jacques pour ce partage.
    Et non, je ne souhaite pas un Joyeux No EL!
    Car Noël ne signifie finalement pas grand chose si ce n’est le déguisement d’une célébration païenne de la mord de leur dieu, El.
    C’est au solstice de l’hiver où le jour se fait le plus court qu’ils célébrèrent le « No EL ». « No Dieux ou No Lumière », et puis la renaissance du Soleil, Sol Invictus.

    Et non, je ne célèbre pas le jour sans lumière. Mais c’est en recueillement de mon âme, tous les jours, tous les soirs, que je me retrouve avec moi-même.
    C’est dans cette introspection de la journée que j’écris, et j’écris…et j’écris encore… Un rdv avec moi-même. C’est au quotidien aussi que je célèbre la Vie, dans la gratitude et humilité.
    Je remercie la Vie de nous porter et je me remercie de porter la vie…
    Et c’est dans le miroir du regard de mes proches que je me retrouve aujourd’hui, dans la sérénité du cœur et la reconnaissance de ce qui est.
    Et non, je ne te souhaite pas un joyeux jour sans lumière, le Non El, mais je vous souhaite à tous de la sagesse dans nos rendez-vous avec nous mêmes.
    Namasté

  • Jacques
    Publié le 08:58h, 24 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    C’est depuis le sommet de la réussite que je suis votre travail. Je vous félicite pour ce que vous êtes, vous faites.
    Merci pour la lumière que vous apportez aux autres, au monde. je viens de comprendre grâce à vous pour quoi, chaque année, à cette période, j’ai l’impression de vivre les mêmes difficultés sur le plan matériel.
    1. Je n’avais jamais pensé à faire un bilan et à me fixer, à lister mes objectifs pour l’année suivante. Normal qu’il ne se passe rien chaque fin d’année.
    2. Je suis né un 20 décembre, je vais dorénavant considérer le 21 décembre comme mon 1er janvier à moi, ma nouvelle année.
    Je vais de ce pas fixer mes objectifs et noter la date de mon prochain bilan au 20 décembre 2014.

    Merci beaucoup pour cette prise de conscience, je vous souhaite le meilleur pour vous et votre famille ainsi qu’à tous vos lecteurs dont je fais partie maintenant.

    Au plaisir …
    Jacques

  • parastou
    Publié le 08:51h, 24 décembre Répondre

    Bonjour,
    Je vous remercie pour votre article et Pour nous apprendre être plus efficace
    sur le développement personnel.
    Ça fait long temps que je travaille sur le développement personnel
    mais j’apprends d’être de plus en plus efficace et méthodique grâce à vous et des gens
    comme vous qui travaillent fortement sur le développement personnel.
    Je crois en efficacité des choses et l’efficacité vient avec la sagesse.
    La perle est cachée dans la coquille au fond de l’océan.
    Pour chercher la perle il faut plonger au fond de l’océan.
    Poser des bonnes questions. Comment et quand les poser …
    L’idée de faire  »un bilan de l’année que je viens de vivre’’ me semble très intéressant.
    Et vos questions très efficaces pour qu’on puisse plonger dans le subconscient afin trouver la perle.
    En core d’autre chose j’aime beaucoup votre souhait :
     » Je vous souhaite de vivre la vie que vous souhaitez vraiment vivre  ».

    Je vous remercie énormément
    Je vous le souhaite également

    Parastou

  • Valérie
    Publié le 07:54h, 24 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Je suis entièrement d’accord avec tes propos, tout cela raisonne en moi! Depuis plusieurs années je sens au fond de moi une rebellion contre ces fêtes de fin d’année. Je ne me sens pas en accord avec ce superflu, cette surconsommation et même une certaine hypocrisie… 2 mois avant un stress monte en moi au fur et à mesure qu’on approche de ces fêtes, alors depuis 2 ans je fuis en partant ailleurs avec mon conjoint et mon enfant pour éviter toute cette agitation!
    Cette année, les circonstances font que je me retrouve seule quelques jours cette semaine de noël et je suis vraiment soulagée de pouvoir me recentrer et faire un bilan comme tu le préconises!
    Je n’ai quand même pas pu refuser un repas avec mes parents ce soir, ils étaient seuls et là mon coeur a parlé…
    Merci pour ton article et bon retour à la lumière!

  • sara
    Publié le 07:25h, 24 décembre Répondre

    Merci beaucoup Jean-Jacques de me ramener sur la bonne voie. Dieu que je me suis éparpillée en cette année 2013. D’ou la lourdeur du bilan annuel…

    En vous souhaitant une année 2014 dépassant vos objectifs planifiés,

    Sara Beaulieu

  • Desmit Marc
    Publié le 07:06h, 24 décembre Répondre

    Bien cher Jean-Jacques,
    Bonjour-Bonsoir à tous,
    Merci pour ton témoignage et cette belle réflexion sur nos fêtes « contaminée » de fin d’année. C’est vrai que notre société de consommation profite abondamment de Noël et Nouvel-an pour entretenir en nous cette profonde fausse croyance qu’il manque toujours quelque chose à notre bonheur et nous maintient ainsi dans un état de manque continu. Cette frénésie d’achats de cadeaux et de grande bouffe au moment de Noël et Nouvel-an en est le résultat concret. Il n’y en a jamais assez au point que nous sommes devenus incapable de voir et profiter pleinement de ce que nous avons déjà. En vérité, en dehors des souvenirs magiques de mon enfance, toute cette épuisante gesticulation un peu compulsive (devenu un automatisme et de l’ordre de l’inconscient de notre part) a-t-elle vraiment participé à mon bonheur, même si ce fut avec la meilleure intention du monde ? Je me pose la question chaque année avec scepticisme et un certain esprit critique. A vrai dire, plus vraiment, je dois le reconnaître, en dehors du plaisir de gâter les miens. A tel point que cette fois, j’ai décidé d’agir en me « déprogrammant » de ce comportement que j’estime devenu inadéquat à mes yeux. Pas de retraite mais ma participation comme bénévole à un soirée offerte aux sans-abris de ma capitale (Bruxelles) et le choix d’offrir ainsi aux plus démunis ce temps de Noël et tout ce que je peux y investir comme amour. Plus de gaspillage, de grande bouffe inutile et pour moi, de temps égoïstement utilisé. C’est une manière à moi de remettre les choses à leur juste place et d’ainsi rester dans la vraie vie, celle qui m’offre un peu de joie en restant dans le sens que je désire donner à mon existence, celle qui, à mes yeux, exclu l’hypocrisie, favorise l’authenticité, donne sa chance à chacun même les plus défavorisés de notre société, valorise le déploiement des valeurs et richesses de chacun, abolit ce déplorable fossé riches-pauvres (qui n’appartient pas qu’au 1/3 Monde) et qui est tellement aiguisé en cette période. Plus que jamais, il s’agit pour moi d’être vivant, d’ÊTRE MOI dans la VIE. Être dans la Vie, c’est aussi être dans l’Amour et la Lumière. En ces précieux moments de remise en question, je suis heureux, cher Jean-Jacques, que tu nous offres cette occasion de faire le point. Pour moi aussi, ce sont des instants devenus un peu (beaucoup) SACRÉS durant lesquels je fais le bilan de moi-même et de ma « Tâche » ici sur terre. Suis-je toujours sur la bonne route et dans la bonne direction pour que ma vie ai un sens, pas seulement pour moi mais aussi pour les autres? Par qui et de quoi me suis-je nourri pour être chercheurs de belles âmes, pour devenir lumineux et contagieux de tout le Beau et le Bon qui nous entourent ?
    Oui, merci encore pour ton témoignage, cher Jean-Jacques et chacune de vos réaction, chers internautes ! Je prends, je prends et m’en délecte, soyez en certains.
    Soyez donc à l’affût, mes amis, soyez à l’affût des beaux instants que le Présent de notre Monde nous offre chaque jour. Profitez pleinement de ce que vous possédez plutôt que de vous plaindre de ce que vous n’avez pas. Gardez toujours vos yeux et votre âme d’enfant pour vivre les choses de la Vie; c’est le secret pour connaître des moments magiques.
    Que cette année 2014 puisse vous offrir ces milliers de moments magiques où chaque instant du Présent devient un si précieux cadeau du ciel qu’il en illumine de mille feux, comme une étoile bienveillante, toute votre âme et votre coeur; qu’il vous apporte la plénitude de votre être tout entier et un continuel émerveillement dans votre quotidien.
    C’est ce que je vous souhaite pour cette année 2014. Qu’elle vous soit belle et pétillante.

    Au plaisir.

    Marc

  • celine
    Publié le 05:05h, 24 décembre Répondre

    Merci merci pour ces dix questions à se poser tout simplement, super ce retour introspectif utile, nécessaire…

  • Conscience | Pearltrees
    Publié le 05:00h, 24 décembre Répondre

    […] Retrouver l’esprit du solstice d’hiver… […]

  • Complots | Pearltrees
    Publié le 02:44h, 24 décembre Répondre

    […] Retrouver l’esprit du solstice d’hiver… […]

  • Claire
    Publié le 23:58h, 23 décembre Répondre

    Quelle belle âme vous habite, cher Jean-Jacques!
    Merci pour tout ce que vous m’envoyez que je lis et médite.
    Je ne fais que commencer à m’arrêter pour mettre de l’équilibre dans ma vie de 70 ans.
    Pour moi, Noël est le moment de regrouper mes enfants et petits-enfants pour partager repas, échange de cadeaux « d’amitié » faits à la main. Nous prenons le temps de se parler, de s’embrasser et de se dire « Je t’aime » du fond du coeur dans la simplicité et l’amour.
    J’ai célébré, chez moi, avec des amis, le solstice le 21 décembre par une méditation sur la LUMIÈRE au coeur de nos cellules. Puis nous avons vécu une Biodanza ou Danse de la Vie en silence, sur des musiques du monde.
    Des changements à venir par écrits pour 2014 complèteront l’année 2013.
    Merci encore cher Jean-Jacques pour tout et je vous souhaite de continuer d’éclairer nos âmes et nos coeurs.
    Je vous apprécie et je vous aime,
    Claire
    Tout cela pour élever notre âme et danser la Lumière présente en chacun de nous.

  • Or Katane
    Publié le 20:45h, 23 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Noël n a jamais été un souvenir réjouissant ou exceptionnel, je n en garde du reste aucun souvenir tangible, juste une vague impression de fête épisodique. Je garde par contre en mémoire le regard plein d étoiles de mes enfants au réveil le 25 décembre lorsqu ils croyaient encore au Pére Noël.

    Cette année, la vie fait en sorte que je sois seule pour le réveillon et le jour de Noël et j avoue que cela m arrange énormément. Depuis quelques années, je ne trouve plus l utilité de se reunir par convence ou bienscéance, pour moi ce jour est égal aux autres. Pour ma part je trouve que ces gestes que la croyances populaire préconise pour ces jours de fête ; partages, sourires, gaieté, présence etc doivent se faire naturellement toute au long de l année et pas réservé a deux, trois jours dans l année.

    Il y a quelques jours de cela sur ma page facebook, je préconisais a mes amis et contacts que durant les 15 jours il serait bon de se poser et de prendre le temps de faire le bilan de l année presque écoulée en toute objectivité et non-jugement. Tout comme toi, je trouve qu il est important a chaque changement de saisons, de rythme de faire cette introspection et encore plus en fin d année afin de voir le chemin parcouru, les réalisations concrétisées et cloturer ce qui doit l être avant le re-nouveau de la nouvelle année.

    Tout ca pour dire que je serai dans cette démarche ce soir et les jours a venir afin e prendre du temps pour moi et me poser loin de l agitation et de l effervescence des fêtes de fin d année.

    D un point de vue physique je serai seule mais d un autre côté je serai avec moi-même, le corps et l esprit -)

    Je te remercie de cette publication, de ce partage et ne te souhaite pas de bonnes fêtes…. Juste à l année prochaine

    Que le meilleur vous soit offert à tous et à toutes, chaque jour.

    Affectueusement
    Or Katane

    • Francis
      Publié le 05:39h, 24 décembre Répondre

      J’apprécie beaucoup votre réflexion et les conseils évoqués dans votre article. Cette période me vieillit d’un an chaque année, elle a été pendant le temps de la jeunesse, l’espérance de rencontres, d’événements, de frénésies consuméristes, de voyages improbables,…. Il m’a fallu des années de désillusions pour réaliser que derrière ces attentes, se profilait un être, peu incarné dans le présent et le réel. Le meilleur étant à venir, l’avenir était porteur de toutes les plus fructueuses moissons.
      Quand la cinquantaine s’est invitée à la date anniversaire, la perspective de ma propre finitude m’a ébranlée. Elle m’a entrainée vers des lectures qui m’ont éveillé à vivre le présent par le travail de pleine conscience.
      A l’aube de mes 57 ans, l’éveil de ma conscience s’est forgé une place de plus en plus ténue dans ma vie, l’ici et maintenant, occupe de plus en plus d’espace dans mon quotidien. De vous avoir lu ainsi que d’autres, vous m’avez habité d’une sérénité qui prend un peu plus d’importance chaque jour dans mon existence. C’est celle-ci qui m’apporte la joie intérieure à la lecture de votre article car il me révèle ce qu’intérieurement mon âme me murmure.
      Merci pour votre générosité et votre humanisme.

    • vamda
      Publié le 05:45h, 24 décembre Répondre

      Mon mari est comme vous noêl n’est pas une fète paîenne puisque Jésus n’est pas né le 25 décembre . et je vous remercie pour tout ce que vous nous dites , cela est formidable pour faire un point sur sois mème.
      BONNE JOURN2E 0 VOUS

  • Marco
    Publié le 19:59h, 23 décembre Répondre

    Noël, me rappelle du plus loin qu’il m’en souvienne, la fête des enfants et la frénésie d’ouverture des paquets cadeau au petit matin. La cheminée par où était descendu ce fameux Père Noël pour venir déposer nos présents autour de nos chaussons … disposés bien rangés au pied du sapin décoré et tout illuminé. C’était il y a bien longtemps.
    Aujourd’hui, je veux dire depuis quelques décennies, je me fous royalement de cette fête qui je trouve ridicule et surfaite sauf pour les enfants qui y croient encore … Comme je me fous de celle du 31 décembre avec ses embrassades convenues à heure fixée et toutes les kyrielles de promesses pour l’année à venir, qui seront dans le meilleur des cas non tenues et dans le pire oubliées dès le lendemain.
    Par quelle magie très tôt dans mon adolescence j’en suis arrivé à considérer cette période de l’année comme « obligée, dépassée, mercantile et chiante » ? Je ne sais.
    Peut-être est-ce mon côté rebelle qui acceptait difficilement les choses convenues où l’affection s’achète et se partage conventionnellement au détriment de la spontanéité. Sûrement même.
    Ce que j’apprécie dans ta proposition c’est l’idée de faire un point, un bilan, comme un compte (non de noël) mais de la vie présente.
    L’idée développée par toi, Jean-Jacques me séduit d’avantage.
    L’arrivée de l’hiver dans ma région, j’habite en Ile de France, coïncide avec la baisse de la luminosité et le raccourcissement de la durée diurne, la baisse des énergies, etc., etc.
    J’ai toujours apprécié le renouveau, la remontée de la durée diurne, le retour de la lumière, peut-être parce que je suis né au printemps et que la montée de la sève me parle comme l’eau à un assoiffé.
    J’ai très tôt considéré dans ma vie, plutôt de manière spontanée que réfléchie, que la nature avait des droits et des règles et que moi, petit d’humain, je devais les considérer et les respecter.
    J’ai toujours admiré et remercié les beautés naturelles qui s’offraient à moi. Je me sais issu, des mondes minéral, végétal et animal.
    Lorsqu’à mon tour, j’ai eu des enfants, je les ai amenée très tôt, en forêt, toucher l’écorce des arbres, renifler les odeurs, et s’imprégner des ambiances …
    Les solstices me « parlent » plus que les équinoxes.
    Les fêtes païennes aussi, les religieuses beaucoup moins.
    C’est ainsi.
    Cette année, je viens de m’offrir comme cadeau de Noël, l’incinération de mon père en date du 23 décembre. A l’heure qu’il est, ses cendres sont encore tièdes. Je n’irai pas plus loin dans la transcription de tous les ressentis de cette semaine passée, ils me touchent de trop près pour être partagés comme ça au gré du vent numérique. Mais après avoir vécu le Sommet de la réussite comme je l’ai vécu, et quelques autres bricoles de vie arrivant comme par hasard, pil poil au bon moment et au bon endroit, je peux simplement ajouter pour qui veut ou peut comprendre, que mon père, « sentant son heure arriver » et refusant la déchéance physique, m’a offert le plus beau cadeau de Noël de toute sa vie, au demeurant fort longue.
    Mon bilan est plus que positif et ce résultat d’exploitation nette appelé bénéfice je le partage avec qui veut en toute simplicité et sincérité. Juste demander.
    La vie veut et voudra toujours le meilleur pour moi, pour vous, pour nous.
    Ce n’est pas une croyance, mais bien une réalité.
    A la limite et sans plaisanter, pour moi c’est tous les jours Noël, juste se baisser pour ramasser. Sans prétention, ni blague à deux balles déplacée.
    Des projets, j’en ai … Pas besoin de les transcrire noir sur blanc, ils sont tellement ancrés en moi que ce serait me faire injure que de ne pas les réaliser.
    Cette nuit, la tempête nommée Dirk souffle et fait vibrer les volets de mon appartement …
    Cette manifestation naturelle bien que dangereuse me siffle aux oreille de l’énergie de vie.
    Je vais encore me répéter, mais ce que j’apprécie chez toi Jean Jacques, c’est ce côté simple et naturel pour exprimer les choses essentielles.
    Oui, il est temps de considérer la part divine en chacun d’entre nous.
    Oui, il est important d’être à l’écoute quantique de son Être?
    Oui, il est primordial d’être en osmose et en harmonie avec tous ces éléments naturels dont nous sommes issus et qui, non seulement nous composent, mais aussi dictent nos destinées.
    Alors, faire le point, le bilan, la retraite, méditer sur sa vie présente au moment même où la nature fait pareil, me semble plus qu’intelligent, parce qu’adapté.
    Merci du partage.
    Longue et belle vie.

    • Anahel
      Publié le 21:23h, 23 décembre Répondre

      MARCO …Merci pour ce partage et ton authenticité!
      que le Vent, qui souffle dans tes volets, te relie à la Vie intensément au moment où Il emporte ton Père vers une autre dimension où tout est, au delà des apparences dans un saut quantique! de tout coeur avec toi.

      • Marco
        Publié le 08:41h, 24 décembre Répondre

        Merci Anahel
        « il » m’a déjà envoyé un signe et une réponse évidente à une question primordiale.
        Je suis « branché » en permanence et cela ne date pas d’hier.
        Seulement je ne peux le dire à tout le monde, n’importe où, n’importe comment.
        D’où ce pseudo et ma présence ici, car je pense que je peux petit à petit me lâcher.
        Parce que je ressens ni jugements, ni a priori, ni d’esprits « short minded »
        Have fun nd take care

  • Aida
    Publié le 19:42h, 23 décembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,

    Merci beaucoup et une bonne retraite

    Aida

  • Gina de la Gaspésie
    Publié le 18:38h, 23 décembre Répondre

    Les enfants et moi nous nous amusions à faire un poster en découpant dans des revues tout ce qui faisait sourire au dedans, c’est magique les réalisations que nous prenions conscience à la fin de l’année. Je profite du temps des fêtes maintenant que les enfants sont partis pour revoir mon poster, ce qui a fonctionné et ce qui reste à faire. j’écris dans mon journal intime ce que je veux sur tous les plans: émotionnel, professionnel, spirituel et physique et je découpe dans des revues, catalogues ce qui y correspond mais sans hésitations, il y a une partie de moi qui sait ce qui est bon ou non pour moi. Je fais cela depuis des années et je continue à me dire que c’est vraiment magique. Je colle les images sur un grand carton et celles qui restent bien…ne doivent pas y être. Je place mon poster dans un endroit où je peux le voir tous les jours. Et je laisse l’Univers faire le reste :).

  • Claire
    Publié le 17:39h, 23 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    j’ai 44 ans et depuis longtemps les compatibilités familiales en terme de célébrations sont difficiles. C’est la première année que je m’autorise à ne rien prévoir de convenu, de laisser se faire ce qui veut bien se faire, sans contrainte. Ce lâcher prise me réussit bien, nous nous sommes retrouvés hier avec toutes personnes volontaires et pour beaucoup de joie. Chaque année le stress m’envahissait, et, imprégnée comme je l’étais des vues différentes de mes proches, il n’était plus question de fête dans le coeur. Cette année, j’ai réussi que ce soit autre. J’en suis heureuse. L’essentiel c’est d’être libre et d’aimer, quelle que soit la date et l’heure. Etre présente à ce qui est, non à ce qui ‘devrait être’ me remplit de joie.
    Claire

  • Bernadette
    Publié le 16:27h, 23 décembre Répondre

    Merci, Jean-Jacques,

    Chacun / Chacune est complexe et unique et chacun / chacune doit faire les choses comme il / elle les sent vraiment.
    Personnellement, j’irai à la messe de Noël et je penserai beaucoup à Jésus pendant toute la journée du 25.
    Quelle belle incarnation de la puissance de l’Amour inconditionnel.
    Le bilan 2013, ça sera au moment du nouvel an.

    Bien à vous.

    • Sylviane
      Publié le 17:08h, 23 décembre Répondre

      Bonsoir Jean Jacques,

      J’aime votre réflexion sur ce sujet, il est vrai qu’aujourd’hui la majorité est plus tournée sur paraître, plutôt qu’être…. En même temps comment ne pas répondre favorablement à une invitation faite avec le coeur et le partage….. J’ai moi même mis en pratique le retour à soi durant cette période, besoin de faire le point, de ne pas adhérer à ce dicta du marketing, d’être là, bien présente et sereine…. pas simple non plus de se démarquer et d’être l’empêcheur de tourner en rond !!!!!! (sourireee), alors, cette année, j’ai organisé ma retraite une semaine avant, et je passe noël avec ma famille, ayant pour mot d’ordre, joie, amour et partage, je vous souhaite le meilleur pour vous et au plaisir de vous lire, Sylviane

  • Ritter
    Publié le 16:20h, 23 décembre Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques,

    merci de cette belle initiative. Je suis pleinement en accord avec vous. Ce n’est pas simple dans cette vie d’échapper même un peu à la pollution du quotidien. J’aime faire de ce moment des fêtes solsticielles un moment magique avec mes enfants. Pas d’excès, mais le respect de quelques traditions comme celle du « père Noël » pour les enfants, une pensée pour les êtres chers éloignés et une attention particulière à la qualité relationnelle avec les proches, qualité qui peut s’émousser dans la quotidienneté.
    Moi non plus je ne vous souhaiterai pas la bonne année n+1.

  • George
    Publié le 15:04h, 23 décembre Répondre

    Merci Jean-Jacques,
    Je me suis permis de reprendre tes questions et me suis fait un fichier de réflexion qui me servira pour le 50 prochaines années…

    George

  • Brigitte
    Publié le 14:17h, 23 décembre Répondre

    Merci pour ce partage, votre article me parle vraiment au coeur et cela fait du bien de savoir que je ne suis pas seule à ressentir ce besoin de calme, toute ma gratitude.
    Nous sommes tous reliés
    Brigitte

    • RIGGIO ALESSANDRA
      Publié le 15:22h, 23 décembre Répondre

      Merci pour ce témoignage auquel je suis tout à fait d’accord…Noël, c’est devenu une fête où les magasins s’en mettent plein les poches, où les supermarchés regorgent de mille et un mets et les gens se sentent presque obligés de dépenser, faire des achats, faire le réveillon autour d’une bonne table…Plus de spontanéité…Noël, pour moi, c’est tous les jours, tous les jours que j’ai envie d’être en paix avec moi-même et mes proches, tous les jours que j’ai envie de leur dire que je les aime, de leur offrir de petites attentions…
      Noël, c’est un moment de retrouvaille, de recueillement, de paix…mais est ce que les gens sont réellement dans la paix à Noël ? Ou un jour ou deux jours par an et puis, on oublie ‘l’essentiel’.

  • Jean Truant
    Publié le 14:02h, 23 décembre Répondre

    Relayer la Lumière Spirituelle, c’est ta Tâche et elle apporte beaucoup de réconfort.
    Comment faire entrer en résonnance son être spirituel au moment du solstice d’hiver?
    Comment le faire vibrer au rytme du divin ????????????
    Réécrire sous forme quantique les écrits de Rudolf Steiner ???????????????
    Comment Concilier l’Islam et le Christianisme ????????????
    N’est ce pas là le Défi du moment ????????????????
    Un Grand Merci
    Jean

  • Claudette Dupont
    Publié le 13:54h, 23 décembre Répondre

    Spéciales salutations à vous cher J.J. …en ce Soltice d’hiver…(21 décembre)

    D’abord, gratitude infinie…pour ce magnifique article…que j’avais lu l’an passé…Après lecture de quelques commentaires…les ressemblances & les différences dans la perception de voir Noël…ou …les fêtes de fin d’année (fêtes de fin d’année…c’est la 1ère fois que ce terme m’accroche..).«Joyeuses Fêtes de fin d’année»…sur Facebook…ou ailleurs …c’est nouveau pour moi….

    Perso…j’aime à demeurer dans ma magie de Noël…qui depuis toute petite…m’envahit…!!…Premièrement…pour sa symbolique chrétienne..à laquelle je suis très attachée…i.e. …La Naissance de Jésus (peu importe la date…je sais qu’elle est fictive)…et, ô..si !!…pour son côté qui a toujours fait rêver les enfants …dont moi-même…**Croire au Père Noël** Je …et,…j’ai toujours trouvé que c’était la fête des enfants….et, de mon côté…comme je ne peux financièrement donner beaucoup…mes enfants …ils sont grands..donc je n’en donne pus..Ils acceptent l’amour que j’ai dans mon coeur pour eux….et, mes petits-enfants…savent que les petits cadeaux que je leur donne viennent *directement aussi…de mon coeur* ..
    C’est aussi pour moi…une journée encore plus soulignée…car, il y en a d’autres durant l’année…. d’avoir une pensée et/ou une attention spéciale envers…les pays qui sont en guerre..envers les plus démunis…les personnes âgées…les enfants maltraités…les malades…les sans-abris…les animaux maltraités….etc…C’est un temps spécial…pour demander à la Lumière de cet ENFANT qui est né …il y plus de 2000 ans…d’éveiller les consciences de tous ces gens …qui de quelques manières que ce soient….participent à la corruption…au fanatisme religieux…aux jugements…à la méchanceté….etc.

    Et, définitivement…ce n’est plus la course…au magasinage …à se tirer les cheveux….etc…comme auparavant…à se sentir obligée d’accepter toutes les invitations….Ce temps est ter-mi-né !!!!!!……..

    Donc, arrivent ces merveilleux moments de SILENCE…de REPOSééééoù je me remets en question….et, je décide de mon ou mes objectifs pour l’année à venir…naturellement avec les 10 trucs que vous nous avez remis lors de votre dernière conférence au « Sommet de la Réussite »…qui a été super géniale…

    Ceci dit en toute simplicité…et, avec tout mon coeur…cher Monsieur Jean-Jacques….
    Je me permets que vous offrir mes Meilleurs Voeux de SANTÉ….afin de vous garder longtemps….longtemps avec nous…et, que nous puissions continuer d’ écouter vos conférences & de vous lire ….longtemps….longtemps….

    Je vous fais un câlin…
    Une « fan » de Jean-Jacques Crèvecoeur …conférencier & philosophe… exceptionnel …!!
    M*E*R*C*I* !!….

    Claudette Dupont
    Ste-Julie

  • Agnès Bailly
    Publié le 13:43h, 23 décembre Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques,
    Merci beaucoup pour votre belle sensibilité.
    Rapidement, parce que je n’ai pas beaucoup de temps en ce moment, en relation avec le « sommet de la réussite », – RÉUSSIR, C’EST ABOUTIR »
    et avec vos propos sur la fin d’un cycle, ALLER JUSQU’AU BOUT, JUSQU’À LA FIN » d’un cycle,
    cela m’a remis en mémoire l’angoisse ressentie plus jeune, à l’idée d’arriver à la fin de mes « cahiers intimes » : peur d’arriver à la dernière page.
    PEUR D’ABOUTIR DONC PEUR DE RÉUSSIR DONC PEUR DE LA MORT.
    RÉUSSIR C’EST MOURIR ?
    Y aura-t-il une nouvelle première page ? « J’VEUX PAS RÉUSSIR !!! » (RIRE)
    C’EST POURQUOI LE SOLSTICE D’HIVER et les RELIGIONS SOLAIRES nous parlent de résurrection, de renaissance, du retour du soleil.
    Je laisse pour partage avec vos lecteurs le lien pour écouter la chanson d’ H.F. Tieffaine, « Fièvre résurrectionnelle » que je suis allée écouter immédiatement après vous avoir lu :
    http://www.youtube.com/watch?v=91dL2sMwkhc
    Voilà

  • Martine L
    Publié le 13:21h, 23 décembre Répondre

    Merci Jean-Jacques , je viens de réaliser que le 21 est passé (la date anniversaire de la naissance de mon père) et que je ne l’ai pas associé au retour de la lumière contrairement à mon habitude Pourquoi ??????????
    Pour la 1ère fois depuis longtemps je me suis accordée une semaine de vacances et depuis quelques jours je suis très concentrée sur mon devenir Je vais avoir 60 ans l’année qui vient , ça me met dans un sentiment d’urgence’ Je l’ai déjà vécu à 50 ,ça m’a amenée à faire des choix qui m’ont fait vivre des choses extraordinaires qui m’ont fait grandir . 10 ans de plus ça fait une différence Ma vie qu’on dit active va évoluer et aujourd’hui je ne sais pas trop où diriger mon attention
    Après Noel que je passe en famille car pour nous c’est vraiment La fète de la famille je vais m’arrèter pour m’écouter Je te souhaite une retraite fructueuse Merci

  • Ginette
    Publié le 12:32h, 23 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Merci pour ce nouveau partage, c’est toujours un très grand plaisit de te lire car je me sens très en phase avec ce que tu écris.
    Depuis toujours et particulièrement ces dernières années, pour moi Noël est important pour sa symbolique de renaissance de la Lumière. Et comme je vis Noël seule la plupart du temps, je profite de ce moment pour faire un acte symbolique par rapport à la lumière et c’est toujours quelque chose de très simple.
    Cette fin du mois de décembre est aussi une période de bilan et j’en profite souvent pour remercier les personnes qui ont joué un rôle pour mois au cours de l’année qui se termine.
    Je te souhaite de tout façon de vivre une merveilleuse fin d’année dans le respect de qui tu es.
    De coeur à coeur
    Ginette

  • marielle guerrand
    Publié le 12:31h, 23 décembre Répondre

    bonjour Jean Jacques
    tout d’abord merci
    merci beaucoup de prendre le temps de nous envoyer tous ces texte et vidéos qui font réfléchir et permettent à la pensée d’avancer, de faire son chemin, de s’affiner et de s’approcher toujours un peu plus de ce que l’on ressent confusément mais qu’on n’est pas forcément capable de faire remonter au conscient parce qu’on n’a pas une formation pour cela
    et puis un jour on se dit : mais bien sûr, c’est comme cela que ça me parle, je me sens à l’aise avec cette formulation, je comprends mieux ce qui tournait en rond dans mon coeur sans savoir comment l’exprimer

    je ne me manifeste pas souvent, c’est même la première fois que je réponds à l’un de vos messages, mais je ne suis pas une grande écrivassière, vous l’aurez compris, les mots tournent en rond dans mon âme et ne sortent pas toujours dans un ordre cohérent
    pourtant je vibre souvent à la lecture de vos textes et me sens plus intelligente ensuite. Merci à vous

    pour la Noël, je comprends vos motivations de retraite intérieure et je vous souhaite un très beau Noël intérieur
    je crois que chacun peut avoir des motivations différentes de fêter Noël, et toutes sont très justes du moment qu’elles sont justes pour chacun
    c’est quelque chose de très personnel, et chacun doit trouver ce qui le fait vibrer et avancer et ce peut ne pas être la même chose que pour le voisin, chaque célébration étant tout aussi respectable et juste que celle du voisin
    la seule chose à laisser de côté à mon sens étant les manifestations d’hypocrisie, de traditions mal digérées et recrachées pour des motivations d’orgueil, de jalousie, de lassitude et de lâcheté (on veut faire comme tout le monde pour ne pas entendre de réflexion), de peur d’être mis au ban de la famille etc…

    en ce qui me concerne, je vis seule la plus grande partie de l’année. Je n’ai jamais retrouvé de compagnon après un divorce il y a 20 ans, mes enfants sont partis faire leur vie, et nous essayons de maintenir de rares moments de retrouvailles dans l’année
    ces moments rares sont précieux et ma fois, Noël en fait partie
    j’ai toujours aimé les traditions, autant spirituelles que profanes, j’adorent les légendes, les textes anciens, tous les écrits qui font remonter de nos profondeurs des sentiments d’appartenance, d’ancrage, d’existence, tout en nous montrant la voie pour évoluer, pour s’élever, pour se sentir de plus en plus libre et léger

    toutes les petites traditions de Noël contribuent à créer le climat, et si on sait se garder de tomber dans les rets de l’économie de marché qui souhaite nous créer des besoins, des envies, et cherche à nous attirer par une profusion invraisemblable de biens à acheter, alors on peut vivre cette période sainement et simplement, en profitant de rencontre familiale chaleureuse et pleine d’amour, qui nous permet de recharger nos batteries morales et spirituelles et du même coup de santé, en parallèle avec la nature qui de son côté commence à revoir un peu plus de lumière chaque jour

    je vous souhaite alors, non pas un beau Noël mais un beau solstice d’hiver
    Marielle

  • Catherine
    Publié le 11:56h, 23 décembre Répondre

    Merci Jean-Jacques de nous rappeler l’heure du bilan.
    Les questions sont pertinentes, je vais me poser pour y répondre.
    Cette année je m’interroge et médite sur les conditions terrestres extrêmement difficiles dans lesquelles on vit, la vie des animaux, des végétaux, du ciel, de la terre, des fleuves, des mers… et enfin de l’homme, de l’être humain… A mon humble niveau, je fais en sorte de me créer la vie la plus douce possible et d’aider les autres à le faire.
    Je vous souhaite ainsi qu’à votre famille un doux Noël, paisible et plein.
    De tout coeur
    Catherine

  • annette Vandenhende
    Publié le 10:27h, 23 décembre Répondre

    Bonsoir Mr. J.J. Crevecoeur, je trouve trop drôle les synchronicités ! Pas plus tard que jeudi je me demandais si toutes les illuminations que je voyais briller en bleu, jaune, vert, blanc…. reflétaient l’illumination des cœurs des personnes habitants la maison…………. et je n’ai pas de réponse sauf que je
    vais faire mon introspection telle que vous la proposez et qui me semble très intéressante et me feront, je pense avancer dans l’année qui vient 😉
    Ce qui me faisait poser la question reprise ci-dessus est la remarque d’une copine de la Biodanse me faisait lorsque je lui exprimais mon envie/besoin de m’éloigner de la maison car mon mari « manipulateur » avait recommencé le cycle bien connu de la violence. Sa réponse m’est tombée comme un coup de marteau sur la tête : « Oh, tu vas sûrement trouver quelqu’un !! » ………………..cela me fait bien réfléchir………….
    Belles, très belles réflexions Mr. Crevecoeur et beau chemin pour 2014 Annette

  • LIGER TABARY
    Publié le 06:59h, 23 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    J’apprécie infiniment votre travail.

    Merci pour cet article.

    C’est très drôle, parce qu’au fond de moi, depuis 3 jours, j’aurai envie de m’arrêter. Vraiment.
    et de faire le point sur ce qui s’est passé cette année et ce que je veux mettre en place en 2014.
    tout à fait ce que vous décrivez si bien.

    Pas envie de faire de folies.

    Mais mon besoin n’est pas compatible dans ces jours de vacances et de fêtes avec les désirs de mes enfants ! Non pas qu’ils soient exigeants, mais je veux être totalement présente pour eux. Préparer le repas, décorer la maison, s’embrasser, rire et danser.

    On n’a pas dévaliser les magasins. Mais on va être ensemble et ça c’est BON !

    Je sais très bien ce dont j’ai besoin, et je suis à l’écoute de ce qui se passe à l’intérieur !!

    Mais mes enfants n’auront qu’une fois 17 ans, 16, 25 ans. Et ce sont aussi de magnifiques souvenirs que je construis avec eux, pour eux et pour moi.

    J’ai décidé de prendre 2 jours le 30 et le 31, un peu plus tard, mais je les prendrai car j’en ai besoin.

    Tout n’est pas forcément compatible.

    Sur le fond je suis totalement en accord avec vous.

    Voici un article que j’ai écrit il y a juste un an : « Pourquoi mes voeux seront différents cette année ».

    Cher Jean-Jacques recevez toute ma gratitude pour votre magnifique et profond travail. Je m’en inspire, et je mets beaucoup de vos conseils en application dans ma propre vie.

    A vous tout seul, vous êtes un vrai cadeau…. de NOEL !!

    Recevez toute ma sincère amitié,

    Sylvie

    • laurence spiesser
      Publié le 08:46h, 23 décembre Répondre

      merci jean jacques , de cette prise de conscience du bilan de vie en cette periode , de fin d’année, mon esprit sera solsiste d’hiver car etant seule et au travail , je me ferais ce beau cadeau un beau cahier de couleur avec  » bilan d’année « , , merci pour cette entraide , de bienveillance de partage pour avancer sur mon chemin de vie et s’enrichir , et créer du changement dans ma vie , quelle opprtunité d’evolution ;
      bonne retraite a vous .
      laurence spiesser

  • MARIE-THEE
    Publié le 06:46h, 23 décembre Répondre

    Bon matin a vous!
    Ci-joint un conte de sagesse pour la NOËL…

    Le Jardinier de l’Eden

    Clarissa Pinkola Estés
    Conte de sagesse à propos de ce qui ne meurt pas ou de ce qui ne peut mourir.

    Il était une fois un jeune sapin qui, bien que de petite taille, était grand par son esprit.

    Il vivait au cœur d’une forêt entouré d’arbres des plus imposants par leur beauté majestueuse. On les appelle les anciens.

    Par un beau dimanche de décembre des parents et des enfants arrivèrent dans la forêt. Ils s’étaient rendus dans ce lieu sur de vieux traîneaux de bois tirés par 2 magnifiques chevaux qui reniflaient, les clochettes de leurs harnais faisaient ding, ding, ding. Pendant ce temps la forêt résonnait de rire d’adultes et d’enfants. Ah ! Ah ! Ah !

    Là, les plus vieux se mirent à couper plusieurs sapins de taille moyenne et les emportaient dans leurs traîneaux.

    Pendant ce temps, le petit sapin se souvenait d’avoir entendu des chuchotements parmi les arbres les plus hauts et les plus vieux. Ils discutèrent que selon leurs ancêtres, les sapins pris par la hache étaient emmenés vers un endroit merveilleux, un lieu qu’on appelle un foyer.

    Là, on les traitait avec un immense respect. Des mains les caressaient et plaçaient leur pied dans de l’eau fraîche et apaisante.

    Toujours d’après ce que l’on disait, toute la famille souriante se rassemblait autour d’eux.

    On habillait le sapin de petits objets ravissants, comme des boules, des rubans et de lumières de toutes les couleurs. De plus, à la fin on ajoutait des cannes de sucre et des guirlandes fabriqués de bonbons. Vraiment, pour un sapin, c’était la gloire suprême.

    Parmi, les arbres les plus âgés, qui savaient de quoi ils parlaient, on racontait que chez les humains concernés par l’évènement, cette période était un moment de joie immense. On appelait ca le Temps des Fêtes

    Il y avait de petits enfants beaux comme tout, qui venaient chanter devant le feu de la cheminée qui crépitait dans l’âtre.

    Pendant ce temps les hommes et les femmes couraient en tous sens et apportaient au salon toutes leurs provisions afin de les partager avec tout le monde.

    De plus les femmes arboraient leurs plus belles robes et les hommes portaient un veston cravate.

    C’était tout simplement merveilleux. Le sapin ne rêvait que de cela.

    D’une année sur l’autre, notre jeune sapin attendait avec impatience la fin de l’été l’arrivée de l’automne et enfin la venue du bel hiver.

    Dès qu’il éprouvait la première morsure de la bise, il se réjouissait. Quel bonheur pour lui, dans son beau manteau vert qui devenait de plus en plus fourni au fil des ans ! Et chaque hiver, les traîneaux arrivaient et l’on coupait les sapins plus grands que lui. Pendant ce temps les enfants, à grands cris, faisaient des bonhommes de neige dans les clairières.

    Le petit sapin malgré sa timidité ne pouvait s’empêcher de crier, avec de plus en plus d’assurance chaque année : ‘ Venez, venez ! Choisissez-moi ! J’adore les enfants, j’adore cette fête que vous célébrez. Choisissez-moi SVP..

    Hélas, année après année nul ne le choisissait.
    Bientôt, comme on avait emporté beaucoup d’arbres autour de lui, il s’aperçut que ses branches ne touchaient plus à aucun proche parent, il se sentit bien seul.

    De cette façon, il se retrouva en plein soleil, ce qui fait, qu’il se mit à grandir et à grandir encore et encore.

    L’hiver suivant, ils arrivèrent à nouveau, dans un joyeux concert de rires, des chevaux tirant un traîneau où se trouvaient des enfants et des parents. Ils passèrent au trot devant le sapin, car le père se dirigeait vers un épais bosquet qui se trouvait un peu plus loin.

    ‘ Attends, s’écria l’un des enfants. Regardez celui qu’on vient de dépasser, celui-ci qui est tout seul !.

    En l’entendant, le petit sapin devenu grand fut tellement empli d’espoir qu’il se mit à trembler.

    ‘Oh oui, venez, approchez-vous ! Choisissez-moi ! S.V.P., choisissez-moi. Il se redressa, des racines à la tête, et ébouriffa ses aiguilles pour paraître plus grand et plus fort.

    La famille dut l’entendre car le traîneau s’arrêta. Les chevaux firent demi-tour et bientôt les parents et les enfants s’approchèrent de lui, enfoncés jusqu’au genou dans la neige.

    ‘Voyez comme ses branches sont souples ! s’écria un enfant aux joues plus rouges que des pommes. ‘Voyez comme il vert et brillant. dit la mère. ‘’C’est vrai, dit le père, c’est le sapin qu’il nous faut, ni trop bas, ni trop haut.

    Le père alla chercher sa hache dans le traîneau. Au premier coup, le sapin éprouva la douleur la plus vive qu’il eut jamais ressentie.

    ‘Oh, cria-t-il je tombe !.
    Il vacilla. La hache frappa encore et encore, jusqu’à ce que l’arbre coupé de ses racines, tombât en faisant jaillir un geyser de neige.

    Beaucoup plus tard, quand il revint à lui, il était sur un petit traîneau, qui oscillait derrière le grand.

    Il entendait les clochettes ding, ding, ding sur le harnais des chevaux et des bruits de rires et des voix. La douleur s’était atténuée. Il se souvint vaguement qu’il allait quelque part, en un endroit très important et très beau, un endroit qu’il attendait de voir depuis des jours et des années

    Poser questions aux enfants et parents c’est où ? Le Foyer

    Finalement, à la tombée de la nuit, le grand traîneau et la famille s’arrêta devant une maison couverte de neige. Un vieil homme et une vieille femme sortirent.

    ‘Quel bel arbre ! s’exclamèrent-ils en voyant le sapin.

    ‘Oh, que c’est bon d’être accueilli se dit le sapin.

    Sans doute, je suis à l’endroit où sont venus certains de mes parents depuis des années. J’espère les revoir bientôt..

    Avec précaution, les vieilles gens le posèrent ;à terre Ils le tapotèrent de tous côtés, le regard admiratif, puis ils placèrent son pied coupé dans un grand seau d’eau fraîche qui finit par apaiser complètent sa douleur.

    Quand ils éteignirent la lumière, le sapin qui aimait l’obscurité profonde de la forêt, se mit à aimer également celle de ce foyer.

    Cette pensée fut la dernière avant qu’il s’endorme, heureux, comme le reste de la maisonnée.

    Tôt le lendemain matin, il y eut beaucoup de bruit et d’agitation, les uns et les autres se saluant. Bon matin ! … As-tu faim ? d’autres se racontaient les derniers potins.

    Le chien se précipitait dans la pièce Yap, Yap, Yap. Suivi par les enfants, puis le père et la mère, puis les grands parents, puis encore d’autres enfants tous des boites dans les mains.

    Le sapin attendit, tout excité retenant son souffle. Dedans, il y avait des décorations des boules les plus fines, de toutes les formes de toutes les couleurs. Il y avait aussi des guirlandes de bonbons et de lumières.

    On garnit l’arbre de ces décorations, une ici, une autre là, puis Ô merveille, on alluma les nombreuses lumières. Le sapin fut bientôt dans toute sa gloire.

    ‘Voila donc ce que j’ai entendu les anciens décrire dans la forêt. C’est même plus beau ! s’exclama le sapin.

    Les enfants ravis poussèrent des cris de joie Ah ! Ah Ah !

    Cette nuit là, une fois les enfants couchés, alors que le sapin sombrait dans le sommeil, les parents pénétrèrent dans le salon sur la pointe des pieds. Ils portaient des cadeaux enveloppés de doux papiers de couleurs et de choux.

    Au matin, le sapin s’éveilla en sursaut quand les enfants se précipitèrent dans le salon en s’exclamant : ‘Regardez le bel arbre et les cadeaux qu’il y a au pied ! Ils ouvrirent avec impatience les paquets. Dedans, il y avait des poupées, des peluches et bien d’autres choses.

    Pendant ce temps le sapin frémit de toutes ses branches, heureux de participer à une fête aussi belle qu’il l’avait imaginée. Il entendit dire Joyeux Noel … Enfin il connaissait le nom de cette Fête..

    A la fin de la journée, les enfants somnolaient sur le tapis, pendant que les parents piquaient du nez de leur côté. Le chat et le chien dormaient eux aussi. Pendant ce temps, le sapin réfléchissait au merveilleux destin qui était le sien et à tout ce qui venait de se passer.

    Le lendemain et le surlendemain, le sapin se tint bien droit dans la pièce, même si, à force d’avoir eu ses aiguilles arrachées, il avait un petit air défait.

    Tout d’un coup, il vit la plupart des adultes et des enfants monter dans leurs traineaux et s’en aller, il se dit :

    ‘Ils seront de retour dans la soirée et ils remettront mon pauvre tronc endolori dans de l’eau bien fraîche. Ils me décoreront de nouveau et la fête recommencera.

    C’est alors que le père entra, à sa grande surprise, il le dépouilla de ses décorations, puis il l’ôta de son eau et le secoua brutalement. En fin il le traîna en dehors de la pièce.

    Stupéfait d’être traité de la sorte, il ne perdit pas espoir.

    ‘Je me demande dans quelle pièce on va me mettre maintenant.’

    Le père de famille se dirigea vers l’escalier de bois. Trainant et tirant sans ménagement le sapin, il monta marche par marche l’escalier. Enfin arrivé sur le dernier palier, il ouvrit une petite porte et jeta le sapin à l’intérieur sans autre forme de cérémonie.

    Le sapin poussa un cri qui lui sembla résonner dans toute la maison.

    Le sapin dit ‘quelle- est cette obscurité ?.’

    Mais nul ne semblait entendre, car le père avait déjà refermé la porte et redescendait l’escalier.
    ‘Pauvre de moi..’ se lamenta le sapin en tâtant chacun de ses rameaux pour s’assurer qu’il n’avait rien de casse.

    ‘Qu’ai-je donc fait pour qu’on m’abandonne seul dans un endroit aussi froid ?

    Mais personne ne l’entendit. Et pendant des jours et des nuits il resta là.

    Une certaine nuit, il aperçut du coin de l’œil, quatre petits points rouges qui brillaient dans le noir. C’étaient les yeux de deux minuscules petites souris qui vivaient dans les murs du grenier.

    ‘Mes demoiselles, dit-il de sa voix la plus douce, savez-vous quand on va venir me chercher et m’emmener dans la belle grande pièce ?

    ‘Ve-venir te chercher et t’emmener dans la belle grande pièce ? tu veux rire, tu as de drôles d’idées.

    L’autre souris, s’adressa au sapin avec plus de gentillesse :

    ‘Voyons, cher arbre, tu as eu une belle vie, n’est-ce-pas ?.
    Oui, répondit le sapin
    Elle lui tapotât le tronc, et lui dit – toutes choses, même les meilleure, ont une fin.
    ‘Ce temps là doit finir s’écria le sapin..
    ‘Oui, répondît la petite souris ce temps là est fini, mais un autre commence. Tu verras..
    Et tout le long de la nuit les petites souris restèrent auprès de lui,. Elles lui racontèrent des histoires et lui chantèrent toutes les chansons qu’elles connaissaient. Le sapin leur proposa de venir au chaud au creux de ses rameaux. Elles le remercièrent. Et ensemble, ils dormirent.

    Au matin, le sapin et les souris furent réveillés par des bruits de pas lourds dans les escaliers. Les deux petites souris bondirent au sol. ‘Au revoir, cher ami, dirent-elles avant de disparaître dans une fissure du mur.

    La porte du grenier s’ouvrit et le père de famille s’empara du sapin. En le traînant derrière lui, il descendit l’escalier et franchit la porte d’entrée. Une fois dans la cour, il appuya l’arbre contre une veille souche et brandit une énorme hache. Le fer retomba avec force sur le sapin. Sous la douleur l’arbre crût qu’il allait mourir. Au second coup de hache, il perdit conscience.

    Plus tard, quand le sapin revint à lui, il se trouvait dans le coin de la belle pièce. Il avait perdu toutes ses aiguilles et ses rameaux étaient disposés différemment, en petits tas indépendants. Tout près de lui, il pouvait voir assis sur une chaise en face du foyer le vieux couple qui s’était occupé de lui lors de son arrivé. C’étaient eux qui avaient atténué la douleur de son pied coupé dans un seau d’eau fraîche.

    Et maintenant ils étaient là, serrés l’un contre l’autre devant le feu. Il se sentit réconforté par le spectacle de cet amour partagé.

    Le vieil homme se leva et alla placer une branche du sapin dans le feu. Le sapin comprit qu’elle était sa nouvelle mission : donner de la chaleur à des gens comme ceux-là. ‘Quel bonheur !’

    Le sapin, alors se mit à brûler avec encore plus d’ardeur.

    ‘J’ignorais que j’étais capable de brûler aussi haut, aussi clair, et de remplir une pièce d’une chaleur aussi intense’. Et de prendre autant de plaisir à regarder ses deux anciens et de les aimer de tout mon cœur’. Nuit après nuit le sapin se livra à ce nouveau travail. Il brûlât jusqu’à ce qu’il ne reste plus de lui que quelques cendres au fond du foyer.

    Une journée le couple âgé très attentionné, de leurs veilles mains, ramassèrent habilement toutes les cendres du foyer et la placèrent dans un sac destiné à cet usage qu’ils mirent de côté jusqu’au retour du printemps. Le sapin pensa qu’il avait eu l’existence la plus glorieuse qu’il ne pouvait souhaiter.

    Dès que la terre se réchauffa, le vieil homme et la vieille femme allèrent prendre le sac de cendres. Ils parcoururent leurs jardins et leurs champs en répandant soigneusement les cendres du sapin sur leurs cultures.

    Quelques temps après, quand vinrent les pluies et le soleil du printemps, les cendres du sapin sentirent que tout s’accélérait au dessous d’elles.

    Ici et là de minuscules pousses vertes se mirent à percer le sol un peu partout, sous les cendres à travers elles, de sorte que le sapin ne cessait de sourire, ravi de se sentir utile une fois de plus.

    J’ignorais totalement, se dit-il que l’on pouvait tomber en cendres et produire ensuite une autre vie nouvelle. J’ai vraiment eu beaucoup de chance.

    ‘J’ai grandi dans la solitude de la forêt.

    J’ai connu des jours et des nuits extraordinaires dans la lumière des bougies parmi les rires des enfants et de leurs parents.

    Vint un temps d’obscurité la plus profonde qui a été éclairé par l’amitié de petites souris.

    Lorsque j’ai été livré au feu, je me suis rendu compte que mon cœur pouvait offrir une lumière et une chaleur immenses à des gens amoureux.

    Vraiment le destin m’a gâté.

    Désormais, de mes cendres pousseront tour à tour d’autres vies nouvelles et ainsi de génération en génération à venir.

    Je suis ce qui ne peut mourir !’

    Résumé et actualisé par Marie-Thée St-Hilaire
    1 décembre 2013

    BONNE LECTURE
    JOYEUX NOEL

  • Claire
    Publié le 05:10h, 23 décembre Répondre

    Bonjour
    En cette année ou j’ai décidé de ne pas passer Noël en famille. En effet je ne veux plus subir une ambiance forcée et superficielle ou je ne sentais pas la chaleur humaine et l’amour circuler mais par contre ou je me sentais jugée sur la valeur marchande de mes cadeaux … après avoir tenté pendant des années de changer la donne , de proposer une autre façon de fêter Noël, sans succés, j’ai renoncé mais avec unpincement de cœur causé du à mon sentiment d’échec et d’abandon familial. Cet article intervient donc au bon moment pour me conforter dans mon choix et me sentir comprise et accéptée par une autre communauté humaine qui n’est pas ma famille de sang mais en passe de devenir ma famille de cœur.
    Merci Jean-Jacques, je vais ainsi pouvoir aller plus loin et mette à profit cette période comme tu le proposes. J’ai déjà commencé une mise à jour et un grand vide matériel, et je vais continuer par ce travail plus personnel d’introspection.
    Je vais conclure comme au Sénégal : diam ac diam, ce qui signifie « la pais et la paix ».
    Claire

  • Michelle
    Publié le 05:08h, 23 décembre Répondre

    Je comprends mieux cette nécessité tous les ans à cette période de vouloir rester dans le silence , de ne pas avoir le désir de courir les magasins , de ne pas « tomber  » dans le piège de l’obligation « cadeaux » ;
    Le solstice d’hiver m’incite à l’apaisement , à la réflexion , à l’enracinement , à la joie ( la vraie ) celle qui fait que tu es TOI ; non , ce n’est pas simple de résister , de s’imposer , de se différencier face à tous ceux qui sont restés dans le système . Respectons nous tous , fêtards et non fêtards !
    Merci à tous pour vos beaux messages d’amour , de partage , et d’espérance ;

  • Christelle
    Publié le 04:51h, 23 décembre Répondre

    Merci pour cet article. En effet, la fin de l’année est un bon moment pour réfléchir à notre vie. Néanmoins, étant mère de 2 enfants en bas âge, l’introspection est de courte durée… Je pense que les « fêtes de fin d’année » peuvent aussi être des moments partagés en famille, dans la simplicité, la chaleur et l’amour, sans chichis ou dépenses à outrance. De courts moments pour faire le point et des moments partagés avec mes proches, voilà mon choix !
    Christelle

  • Robert Cavens
    Publié le 03:55h, 23 décembre Répondre

    Bonjour Monsieur Crèvecoeur,
    A voir tous les commentaires avant le mien et ceux qui suivront, j’ai peine à croire que vous aurez le temps de les lire tous et d’y répondre mais je souhaite que votre année 2013 vous aparaîtra réussie après introspection. Merci beaucoup pour vos effots et vos investissements.
    Robert Cavens.

  • Marie-Helene
    Publié le 03:45h, 23 décembre Répondre

    bonjour,
    en cette année 2013, que ce soit en des groupes que j’anime ou en famille, j’avais annoncé que pour moi il n’y aurait pas de festivités, pas de « partage de repas festifs », je n’en avais vraiment aucune envie, mais que j’avais besoin davantage de « cocooning, de silence, de retour en moi ».
    Et voilà que je lis votre réflexion personnelle.
    Elle vient à point pour moi pour enrichir cette période de ma vie de choix d’une nouvelle direction consciente et réfléchie.
    Alors merci infiniment Jean-Jacques.
    Et en ce qui concerne des livres, j’en ai un en possession dans cette référence, depuis de nombreuses années : « célébrer la vie » (dont les solstices) de William Bloom, collection Findhorn, édition Le Souffle d’Or. de 1991.

  • Rudi
    Publié le 03:21h, 23 décembre Répondre

    Hé oui, toujours plein de bon sens Jean-Jacques…
    Il faut bien faire tourner la machine éconnomique, déjà que nous sommes manipulés à longueur d’année, ça s’accentue encore à ce moment…
    Ce terme « faire la fête », j’ai toujours trouvé ça pathétique car tellement superficiel et un peu obligé…Mais faut bien suivre le troupeau et faire comme les autres, hein…
    Combien de gens qui ont l’air de s’amuser (mais en ayant besoin de l’alcool pour ça) sont-ils réellement « en fête » dans leur coeur ?
    Pour moi, la fête, c’est toute l’année et ça ne coûte rien. Juste un peu de chaleur et d’affection échangé avec les gens qu’on aime…

  • mary
    Publié le 03:13h, 23 décembre Répondre

    merci ! merci !
    j’aime ce rappel, mais cette année encore je me suis embarquée dans « la tradition »
    ce sera donc fa mille, repas, enfants, cadeaux etc etc…
    n’empêche que je prendrai qd mm le temps pour le bilan, je le fais aussi chaque année……
    parfois certains objectifs atteints, parfois pas………… ainsi est la vie, mais de plus en plus douce ! et c’est bien ainsi !

  • Claudine
    Publié le 02:15h, 23 décembre Répondre

    quel bonheur de vous lire
    merci
    ça me recentre sur ma vie
    cordialement
    Claudine

  • Michel Leduc
    Publié le 21:09h, 22 décembre Répondre

    Cher Jean-Jacques

    toujours aussi pertinent et aimant !

    Bon bilan !! ; )

    au plaisir

    Michel

  • Sonia
    Publié le 20:49h, 22 décembre Répondre

    Merci Jean-Jacques, c’est tellement vrai … et très bien exprimé. Un petit rappel pour mes ados.
    Belle retraite et toutes mes pensées de réalisation de vos projets futurs!
    Sonia

  • CATS
    Publié le 19:02h, 22 décembre Répondre

    Bonsoir Jean Jacques et bonsoir à tous.
    Je suis très heureuse d’avoir reçu cet article que j’ai pris plaisir à lire et qui résonne en moi car je me sens de plus en plus mal à l’approche des fêtes, écoeurée par toute cette frénésie de dépenses alors que bien des enfants et bien de personnes vivront ces moments , sans avoir de quoi manger, ni cadeau, ni même un toit sur la tête ! C’est à eux que je pense souvent même si jusqu’ici, même en étant mal à l’aise , je me suis laissée entraînée dans toutes ces tentations.
    Cette année , j’ai décidé de passer Noël seule et c’est avec grand plaisir que je méditerai ces questions existentielles qu’on oublie consciemment ou pas, car toute introspection est parfois difficile mais tellement nécessaire !
    Merci pour cet exemple. Je partage avec joie !
    Delphine

  • Lyl
    Publié le 18:50h, 22 décembre Répondre

    Merci Jean-Jacques pour tout ce que tu nous apportes.
    Chaque mois de décembre me provoque une irritation en pensant aux fêtes de fin d’année. Pourtant, lorsqu’on arrive vers le 15 il y a un revirement en pensant que Noël est l’occasion de réunir les enfants qui ne se rencontrent ensemble que chez nous. C’est un moment familial autour d’un repas sans grand tralala et pas de cadeaux, juste une petite surprise consommable (à manger, boire ou pour des soins) apportée par chacun et à tirer au sort. C’est un moment très convivial. Les petits-enfants faisaient également partie de ces moments familiaux mais entretemps ils ont grandi et créé leur propre foyer. Ils sont donc moins disponibles à Noël. Mais ils viennent tous dans le courant du mois de janvier à une date qu’ils choisissent eux-mêmes pour fêter la journée « cousins-cousines » et garder le contact entre eux. Ces jours sont importants, même si cela me donne pas mal de travail (que je fais le coeur léger), et maintiennent un lien.
    Je suis en pleins préparatifs que je fais avec conscience et attention au moment présent, avec un arrêt de temps à autre pour me centrer. Ainsi tout se passe de façon fluide et en harmonie.
    Bonne retraite à toi, Jean-Jacques.

  • Antonia
    Publié le 18:32h, 22 décembre Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques, et bonsoir à tous,
    Merci beaucoup pour cet article où j’ai trouvé une résonance à ce que je ressens depuis quelques années déjà. Mais quand mes enfants étaient petits il était difficile de faire autrement que de rentrer dans le système commercial de Noël. La « pression » sociale a son impact aussi sur les enfants, qui se comparent entre eux et veulent les mêmes choses que les autres. Mes enfants ayant grandi, et étant conscients de cette folle frénésie qui ne repose sur rien d’autre que de la surconsommation injustifiée, la fin de l’année est devenue beaucoup plus sereine. On se réunit autour d’un repas simple mais de bonne qualité. Le but étant d’être juste ensemble pour échanger nos ressentis et vécus de l’année qui vient de s’écouler, puis on aborde, si on le désire, nos projets et désirs pour la nouvelle année. On rit beaucoup aussi.
    Je rejoins le commentaire de Lionel, Je suis dans le même état d’esprit. Mais pour finir, je pense que la plus belle chose que l’on puisse faire pour nos proches, comme pour le monde, c’est d’être ou devenir le meilleur de nous-mêmes.

  • nora
    Publié le 18:25h, 22 décembre Répondre

    Merci pour les questions. Pour ma part, il y a tout juste 40 ans,le 29 décembre 2013, je perdais mon jeune mari de 31 ans, d’un cancer foudroyant (6 semaines )J’avais 28 1/2 ans, 2 petits enfants, pas fini mes humanités, une mauvaise santé pas de travail et financièrement au bord du gouffre…
    La nuit de Noël, de l’année suivante, je jouais de la harpe à 3 messes, avec mes deux petits enfants qui dessinaient à mes pieds. Le prêtre m’avait invitée avec eux chez des personnes que je ne connaissais pas mais qui avaient prévu de m’accueillir. A la fin de la dernière messe, Le prêtre vient me dire tout contri, « je suis vraiment désolé, ce n’est pas moi que décide, mais tu ne pourras pas venir passer la nuit de Noël chez les personnes qui m’ont invité! » J’ai remballé ma harpe, j’ai pris mes enfants sous le bras, (2ans 1/2 et 7 ans 1/2) et je suis rentrée chez moi dans la nuit noire.
    Toute triste, jeune veuve de 28 ans 1/2 depuis un an…Je me suis assise et j’ai pris mes enfants dans les bras. Et Noël, aux lumières scintillantes, à la bouffe, etc…s’en est envolé.
    Noël devint une fête d’intériorité et d’amour silencieux.
    Il m’est arrivé de refaire une petite fête de temps en temps, Mais les cadeaux, étaient des petits cadeaux qu’on devait fabriquer nous-mêmes et ne pas dépasser à l’époque 10 FB..!!! Je me suis remariée bien plus tard, mon mariage n’a duré que 16 mois, et je n’ai pas supporté Noël, car on rivalisait dans le fait qu’un tel avait offert plus etc…j’en était malade.
    J’ai aussi étudié à l’université à 46 ans et durant 7 ans, jamais de Noël puisque j’étais en blocus..;
    En 1995, j’ai fêté Noël, le 8 octobre!! avec des anniversaires, dans une super fête de famille..Car je partais en Erasmus pour 6 mois… C’était bien plus chouette, car c’était spontané et très bien accueilli par les amis et la famille…et original. Cela fait 8 ans 1/2, que je suis seule à Noël, et je ne me sens pas seule du tout. Je ne fais pas le bilan de mon année, pas plus que je ne fais de projets pour l’année suivante. Car trop souvent mes projets ont été balayés par des deuils ou des événements de vie douloureux, et donc, je me contentais de vivre au moment présent.
    Cette année,. Je viens de terminer un de mes objectifs pour Noël. J’en suis super fière. Le bois est rentré ,dans la cheminée le feu me tiendra compagnie et je méditerai avec le livre de Anthony de Mello « Appel à l’Amour » un petit bijou. Je répondrai à quelques questions de JJ, car il me faudra plusieurs jours. Mais surtout je resterai sans bouger pendant le plus longtemps possible en cohérence avec ma respiration et la sensation de tout ce qui se passe dans mon corps dans le silence de la nuit…solstice d’hiver..vers le jour renaissant…Besoin de silence, et de me retrouver telle que je suis devenue.. en état de re-création..

  • Denyse
    Publié le 18:02h, 22 décembre Répondre

    Merci beaucoup Jean Jacques de nous faire prendre conscience de cette réalité humaine et mondaine, pour que nous puissions nous distancier de tout ce stress que devrait occasionner cette soit disant période de(Fêtes). A la lumière de toutes ces réflexions qui suivent ton message, j’ajouterais ceci: Le soleil luit pour tout le monde sans exception et je pense qu’il devrait en être de même pour tout être humain qui est bien dans sa peau i.e. rempli d’amour, de joie et de paix c’est-à-dire ETRE, dans tout le sens du mot sans jugement et sans s’estimer au dessus de ce qui est différent et de s’isoler mais plutôt de rayonner. Si j’ai bien compris ton message…. Je ne veux pas dire que l’on ne doit pas se retirer pour s’intérioriser et faire le bilan de notre situation pour se pardonner et pardonner sincèrement aux autres, s’accepter et voir ce que l’on peut changer pour s’ améliorer .Tout être humain qui veut connaitre l’équilibre a besoin de se retirer de temps à autre et je pense que ce bilan peut se faire chaque soir et un bon bilan au solstice comme vous le suggérez pour ensuite mieux rayonner comme vous le faites, en » ETANT » et par vos enseignements. Je vous souhaite une belle année lumineuse. Merci pour tout ce que vous nous apportez. Denyse.

  • Patricia
    Publié le 17:39h, 22 décembre Répondre

    Comme beaucoup de ceux qui ont témoignés, je ressens un profond malaise lors de ces fêtes.
    Depuis 2 ou 3 ans, je me sens en grand besoin d’introspection en cette période de l’année …
    Et cette année, un bon gros rhume vient de m’immobiliser chez moi quelques jours … pour me donner un petit coup de main ! Merci la vie !

  • Carole
    Publié le 17:26h, 22 décembre Répondre

    Je viens de mettre sur ma page facebook ces mots que j’ai partagés – Il n’y a pas de hasard ! Merci à vous Jean-Jacques ! Bonne retraite et bonne vie ! Elle est belle la vie !
    De Barbara Gardenia
    C’est le solstice d’hiver aujourd’hui, la nuit la plus longue de l’année vient de s’achever. Comme le temps des règles dans le cycle féminin, ce jour est une invitation à se connecter à la Terre, à l’honorer (en plaçant un sapin dans notre maison par exemple) et surtout, c’est un temps de repos. Un temps pour prendre soin de soi, ralentir et se recharger les batteries avant la nouvelle année. Comme les ours, autorisez-vous à hiberner, dormir beaucoup. Appréciez des journées de rien, juste dans le bonheur d’être…

    Le solstice est un temps idéal pour se recueillir et visualiser les changements qu’on aimerait voir se produire l’année suivante.

    A partir d’aujourd’hui, les jours s’allongent, un nouveau cycle débute. Commencez-le du bon pied en vous libérant de tout ce dont vous n’avez plus besoin et en vous connectant profondément à la mère la Terre.

    -Namasté –

    • Rosine
      Publié le 07:54h, 23 décembre Répondre

      coucou Carole,
      ma chère amie comme les grands esprits se rencontrent j’ai été très surprise je t’ai vite reconnu même sans avoir vu sur la photo merci pour ton témoignage qui est très riche et profond.
      je te souhaite plein de bonheur pour finir cette fin d’année et commencer d’un bon pied la nouvelle en rechargeant tes batteries avec les bonheurs que tu vas vivre dans le relâchement de ton être.
      Pour pouvoir aussi continuer à le partager avec tes amis, et tout l’entourage avec toujours autant d’amour que tu sais si bien le faire.
      Tendresse à toi accompagné de la lumière.
      Rosine

  • Thierry
    Publié le 17:24h, 22 décembre Répondre

    bonsoir et merci pour le rappel de ces règles de bases qui nous permettent de créer la vie qui nous fait enVIE.
    quelqu’un a dit « le rêve est une réalité anticipée pour les bâtisseurs », alors que vos rêves d’hier soient votre réalité de demain
    MERCI et bonne retraite

  • REIBEL
    Publié le 16:48h, 22 décembre Répondre

    Bonsoir Jean Jacques,
    Cette année, je réalise une envie qui existait à l’état latent depuis plusieurs hivers, celui de rester seule pour Noël. J’ai tenté d’analyser et d’expliquer cette envie et les seuls mots qui me sont venus à l’esprit sont : « j’ai besoin de me purger ».
    Après lecture de ton article, me voilà confortée dans ma décision ; mais aussi soulagée et heureuse de trouver un écho à ce que me chuchotait ma voix intérieure.
    Soulagée, car je ne me sens plus isolée dans ce cheminement et heureuse, car tu viens de m’indiquer comment utiliser au mieux ce temps précieux.
    Merci pour ton partage et ta guidance.
    Isabelle

  • Rosine
    Publié le 16:26h, 22 décembre Répondre

    bonsoir Jean-Jacques,
    j’ai un ami qui m’a envoyé votre article je rejoins absolument vos idées qui me confirme et me réjouis que finalement je suis pas seul à penser ainsi.
    Pour moi ce sont des vieilles habitudes et ne ressemble à rien tout ceci n’est qu’une illusion pour noyer tous les tracas du quotidien puis encore le système de surconsommation qui revient en force surtout pendant les fêtes.
    c’est sûr que c’est un moment privilégié pour faire le bilan de notre année c’est ce que j’ai fait instinctivement.
    Pour moi c’est un jour comme un autre.
    merci à vous pour tout ce que vous donnez gracieusement pour l’accomplissement de nous-mêmes.
    amicalement.
    Rosine

  • Claude
    Publié le 15:42h, 22 décembre Répondre

    Monsieur Crèvecoeur, ce que vous faites de cette période de fin d’année est tout à fait honorable et vous correspond sans doute parfaitement. Je considère, comme vous, que toutes ces fêtes sont dérangeantes. En revanche, je n’ai pas apprécié la façon dont vous invitez vos lecteurs et/ou adeptes à laisser tomber la commémoration de la naissance du Christ. Si vous n’y croyez plus, c’est votre affaire. Sachez simplement que la naissance de Jésus et sa commémoration (peu en importe la date) concerne encore un nombre considérable d’humains (je ne parle pas ici de ceux qui font la fête sans savoir pourquoi). Contrairement à ce que vous croyez peut-être, cette fête a un véritable sens pour chaque chrétien qui y voit un symbole de renouveau spirituel et d’espoir. C’est la raison pour laquelle l’Église la situe au moment du solstice. Si cela ne vous parle plus, pas de problème. Mais de grâce cessez de penser que vous êtes le seul à « penser juste ». Puisque vous terminez votre message sur une parole du Christ, permettez-moi, à mon tour de terminer en vous rappelant que tous les chemins mènent à Rome, ne vous en déplaise.

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 00:14h, 23 décembre Répondre

      Bonjour Claude, c’est drôle, la lecture que vous faites de mon texte.
      Je viens de le relire. Nulle part je n’invite mes lecteurs à laisser tomber la commémoration de la naissance du Christ.
      Et nulle part, je n’ai dit que je n’y croyais plus…
      Et nulle part encore, je ne prétends que je suis le seul à penser juste… Je l’explicite même en toutes lettres à la fin de chacun de mes articles en invitant les lecteurs à enrichir les réflexions de leurs propres paroles. Preuve, s’il en est, que je ne me considère vraiment pas comme le détenteur d’une quelconque vérité…

  • Lionel
    Publié le 15:38h, 22 décembre Répondre

    Bonsoir à tous. Je viens de lire l’article de Jean Jacques et j’y trouve une merveilleuse résonance. J’ai 43 ans et, dans ma jeunesse j’ai rencontré et été initié par un kiné qui a été pour moi un de mes premiers guides sur le chemin. Il m’ a appris le vrai sens de Noël au niveau spirituel. Il l’appelait la bonne nouvelle et il le fêtait tous les jours, en énergie bien sur, et laissait son sapin toute l’année comme pour fêter la vie et avoir se rappel tous les jours sous les yeux.
    L’explication de Jean Jacques est superbe aussi et d’aussi loin que je me souvienne, hormis quand j’étais petit ou ado, les fêtes de fins d’année ne m’ont jamais intéressé. Trop de nourritures, de gaspillages, d’obligations d’aller dans les familles respectives, trop de cadeaux, trop de tout en fait et derrière un grand vide. On s’aime donc qu’une fois par an?
    Depuis que j’ai véritablement décidé de changer, de grandir en moi, d’évoluer, de me lancer enfin dans le métier de thérapeute, je me sens bien mieux et je ne m’oblige plus à faire ce qui me dérange. Finit la folie des magasin, de la grande bouffe…
    J’ai même de plus en plus la sensation de devoir manger moins, mieux.
    J’aime la vie, la nature, la terre mère, tous ses règnes, les êtres humains d’où qu’ils viennent et je suis persuadé que l’on va réussir à faire basculer l’humanité du bon côté de la vie, c’est en route depuis longtemps déjà et tout accélère.
    Alors je me retrouve dans ce moment de l’année où le calme se fait, dans le corps, la tête et surtout le cœur. Quel beau moment de retrouvaille avec soi. Je me demandais pourquoi tout était si calme dans ma vie au niveau de mes objectifs, de mes buts mais je croit avoir compris que c’est le moment de se recueillir en soi, de faire le bilan et de repartir de plus belle dans la nouvelle année, celle de la réalisation professionnelle, personnelle, amoureuse et l’aide à mes enfants sur leurs chemin et à toutes les personnes qui se présenterons à moi. Et je suis bien certain de faire, moi aussi, des rencontres qui me ferrons grandir.
    Alors je vous souhaite de vivre une merveilleuse fin d’année et une parfaite année 2014 pleine de tout ce qui fait de vous ce que vous étes et pleines de réussite dans vos buts.
    Prenez tous soin de vous, de votre santé, de votre corps et gardez à l’esprit que vous étes la personne la plus importante dans VOTRE vie. En prenant soin de vous vous rayonnerez et rendrez heureux votre entourage. La plus belle chose que l’on puisse faire pour ceux que l’on aime c’est d’être en santé pour qu’ils soient rassurés et que ce soucis soit déchargé de leur esprit.

  • Evelyne Kefer
    Publié le 15:31h, 22 décembre Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques ! Merci pour ton message de solstice, que j’ai déjà pu apprécier il y a trois ans déjà. Je l’apprécie toujours autant, car la vie et les saisons sont un éternel recommencement.
    J’ai lu dernièrement un petit livre fascinant : Quatre petits bouts de pain, des ténèbres à la joie, par Magda Hollander Lafon, aux éditions Albin Michel. Bouleversant témoignage de résilience que celui de l’auteur, adolescente judéo-hongroise qui a trouvé la force de survivre à Auschwitz. Ce texte est une magnifique méditation sur la survie et la vie, le passage des ténèbres à la lumière.
    Je te souhaite ainsi qu’à ceux qui te sont chers une fin d’année de belle méditation et de découvertes sur soi, dans l’amour et la fraternité. Que 2014 apporte un peu d’ouverture et de chaleur humaine à tous les citoyens du monde. Cordial bisou

  • Esther Lopez
    Publié le 15:26h, 22 décembre Répondre

    Bonsoir Jean-jacques,

    MERCI de votre message d’amour et de réconfort
    A la lecture de vos paroles, j’ai pris conscience de la chose suivante :
    « j’ai la chance de vivre la vie que je souhaite à quelques choses prés et surtout alors que je rentrai d’un concert de noël seule et toute rabougri à la recherche d’un amie pour parler de cette peur de la solitude des jours de fin d’année, je tombe sur ton mail et ouf tout bascule c’est comme un déclic, un basculement.
    Tout de suite je me sens mieux de pouvoir partager tout cela avec toi et aussi et surtout je considère ma solitude comme une chance et je n’en ai plus honte.
    C’est décidé et avec joie je vais faire le bilan de 2013 et poser des objectifs pour 2014
    Je comptais effectivement faire une retraite comme chaque année chez les bouddhistes, loin de la frénésie délirante de la consommation.
    Mais finalement je pense que je suis assez grande maintenant pour faire cette retraite chez moi
    MERCI MERCI MERCI Jean-jacques de tes souhaits, je ne me sens plus à part, seule au monde, je me relie avec tous les dissidents d’une société en perte de sens.
    C’est avec joie que demain je débute ma retraite.

    Et comme lecture, pour ma part en ce moment je lis Frédéric Lenoir du bonheur un voyage philosophique et je partage avec vous cet extrait : « le bonheur épicurien se concrétise dans ce qu’il appelle l’ ataraxie qui signifie « quiétude absolue de l’âme » Cet état s’obtient par la suppression des craintes imaginaires et superstitieuses, par notre capacité à nous satisfaire de nos seuls besoins fondamentaux et par la qualité de nos plaisirs _ l’amitié étant sans doute le plus important »

  • Mireille
    Publié le 15:18h, 22 décembre Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques,
    Merci pour cet article que je vais m’empresser de faire parvenir à mes proches (famille et amis). Ils comprendront ou seront confortés dans leurs idées… Cette année, en lisant ce que vous partagez avec nous, en écoutant vos conférences et en ayant le plaisir d’être une de vos étudiante, j’ai le sentiment de sortir de ma torpeur, de me retrouver. Prendre le temps de faire le bilan de cette année… oui… Noter mes objectifs … oui… Tout me parle.
    Merci également à tous ceux qui ont laissé un commentaire. Je les ai tous lus avec beaucoup d’intérêt. J’ai pris en note le noms des auteurs dont vous parlez…
    Bonne retraite et bon solstice à vous tous.
    Mireille

  • Donna
    Publié le 15:18h, 22 décembre Répondre

    L’être humain a toujours identifé le vrai bonheur avec: une bonne santé, de la richesse (mentale et financière), tout cela résultant en un bonheur qui peur équivaler à une balance bien équilibrée pour vivre la vie que quelqu’un désire vivre.
    Une ancienne année finit toujours avec des souhaits que l’année qui suit soit meilleure. Il y a toujours de la place pour mieux vivre. Ce que chacun comprend par « mieux vivre » dépend de ses valeurs personnelles.
    Mais, vraiment, j’aime le traditionnel souhait: richesse, bonheur et santé.
    Ce que chacun fait de ce qu’il reçoit, c’est ses choix personnels.
    Donc: je vous souhaite à tous richesse, bonheur et santé.
    Le reste vous sera donné par surcroît, dépendemment de ce que vous voulez faire de ce qu’on vous donne.
    Bonne année 2014!

  • Florence
    Publié le 15:17h, 22 décembre Répondre

    Cet article résume à merveille ce que je ressent au fond de moi, l’apogée des fêtes étant le jour de l’an que j’aime passer seule et dans le recueillement. Peut être cette crise économique va t’elle interroger un plus grand nombre de personnes. Je dois reconnaître qu’avec de petits enfants il m’a été difficile de me positionner autrement lors de cette période (peur de les différencier de leurs camarades et de les décevoir). N’ayant pas de téléviseur j’échappe plus facilement au conditionnement (je me souviens des journaux télé qui titraient sur les achats de Noël à cette période). Finalement, sans cette hystérie commerciale, la fin d’année est un très beau moment. Merci pour cet article.

  • Béatrice Löffel
    Publié le 15:16h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Bonsoir,

    Que l’on soit dans la consommation ou pas, dans la conscience du solstice ou pas, on peut quand même se réjouir que les gens soient contents de se retrouver et de célébrer la rencontre familiale, d’avoir envie de se faire plaisir mutuellement, de se dire merci, de s’embrasser, de se faire des surprise, de soigner l’ambiance et décorant leur maison…qui a-t-il de mal à ça ? Et pour ceux qui sont seuls, les rencontres solidaires s’organisent… Est-ce que ça n’est pas salutaire? Il n’y a pas que du mauvais dans tous cela!!! Puisque la nuit est plus présente, les lumières s’allument pour éviter de tomber. Bien sûr, il y a des excès oui, et on n’est pas obligé d’y participer, et puis voilà… Je salue le solstice d’hiver, mais aussi celui d’été et depuis 30 ans, à cette période, je me retire avec d’autres personnes, dans une démarche spirituelle et ça m’est indispensable. Le bilan, c’est bien, évidement.. mais savoir se taire et calmer le mental, c’est aussi important, arrêter de courir après sois- même, après ses propres performances, arrêter d’être actif, se poser et écouter, ça aussi c’est important.
    Chuuuuuuuuuut
    Béatrice

    • AINJANII
      Publié le 16:47h, 22 décembre Répondre

      j aime ta reflexion beatrice si nous nous degageons de notre conditionnement ; formatage ; certitude; le coeur dans son ressentit peut s exprimer!! j aime la solitude partagee!! la fete connectee a la joie dans sa simplicite tous les partages suite a ton texte jean jacques sont divinement bon a lire MERCI et que l etat de joie soit dans le present

  • jubault
    Publié le 14:56h, 22 décembre Répondre

    Bonsoir,

    Pour ma part, je trouve votre message très enrichissant, c’est une bonne philosophie de vie. C’est un peu ce que je fais déjà depuis plusieurs années, et c’est intéressante de le relire. J’aime faire le bilan de l’année, et me poser un peu, de réfléchir, de prendre du temps pour me recentrer. Il est vrai qu’il est important de faire des projets, de prendre de nouvelles résolutions et de s’y attacher, mais je pense que nous ne pouvons tout contrôler dans notre vie. Certes nous avons le libre arbitre, mais pour ma part, j’aime faire des projets mais aussi m’attendre au créateur et au sauveur des vies humaines car je sais que c’est lui qui ouvre ou referme les portes et c’est à nous par nos choix de s’y soumettre ou pas, selon notre volonté. Nous sommes libre de nos choix, je suis libre des miens, mais je me dois aussi de les assumer ensuite. J’aime apprendre à m’attendre à mon Créateur et mon Sauveur, j’ai appris à mes dépend de faire des projets et de prendre de nouvelles résolutions avec son aide, et essentiellement son aide, car je sais que lui seul détient le pouvoir de réaliser mes rêves. Il ne s’agit pas que de décision, car je pense avec conviction, que nous ne pouvons tout contrôler, ce serait un leurre de croire cela. On peut vivre toute sa vie, à côté de sa vie, de sa véritable identité. Il est bénéfique de s’accrocher à ses projets et de toujours fixer ses yeux sur le but que l’on s’est donné d’atteindre, malgré les difficultés et l’adversité que cela peut engendrer.
    Merci à vous Jean Jacques Crèvecoeur!

  • zaza
    Publié le 14:38h, 22 décembre Répondre

    Bonsoir Jean Jacques,
    Cela fait maintenant 3 ans que je suis sortie du traquenard des fêtes de fin d’année, au début c’était un peu sous la contrainte. Maintenant, c’est un plaisir que de me retrouver seule à la maison débarrassée de tout ce remue ménage, futile et creux. Je me sens dans la vérité et la paix avec moi même.
    La vrai joie est dans l’amour donné au quotidien autour de soi, pas dans l’hypocrisie de fêtes programmées.

    Merci, Jean Jacques de tout ce que tu nous apportes au long de l’année, c’est avec joie que je lis tes messages.
    longue vie de bonheur à tous
    amitiés
    isabelle

  • jubault
    Publié le 14:37h, 22 décembre Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques Crèvecoeur,

    Merci pour votre philosophie que j’approuve et que j’ai lu attentivement. Pour ma part, c’est déjà ce que je fais à peut près chaque année, mais il est bon de le relire. Je fais quelques projets aussi, quelques nouvelles résolutions mais je m’attend surtout en accord avec notre Créateur et Sauveur car lui seul peut définir vraiment si cela est possible. A lui revient la puissance et la gloire, c’est à lui d’ouvrir les portes, et à nous de nous y soumettre ou pas selon notre choix, car nous avons la possibilité de choisir et d’assumer nos choix. Personnellement j’aime décider maintenant sans rien précipiter et m’attendre à lui. En son temps il fait ou pas les choses. Nous ne pouvons tout contrôler, mais nous pouvons, c’est important de faire des projet de vie et s’y attacher, regarder au but, ne pas perdre de vue ce que nous nous sommes fixé. S’accrocher et ne pas renoncer malgré l’adversité, se recentrer sur l’essentiel.
    Merci pour tout ce que vous apportez!

  • Brigitte
    Publié le 14:37h, 22 décembre Répondre

    Bonsoir à toutes et tous,
    Je suis contente de lire ton article ce soir Jean-Jacques. Voilà déjà plusieurs années que ces fêtes de Noël et Nouvel an n’ont plus de sens pour moi et tes mots résonnent en moi avec justesse. Je n’ai d’ailleurs encore acheté qu’un seul cadeau, un livre-CD sur la légende du colibri pour offrir à mon petit fils car ce cadeau-là a un double sens à mes yeux. Soutenir le réseau des colibris qui relie tous les rêves et tous les projets de changement et planter une graine de conscience à l’intérieur de mon petit fils qui vit bien loin de toutes ces préoccupations.
    En 2008, j’avais choisi de passer les fêtes en lien avec la Terre et le chamanisme. J’avais adoré passer le cap du nouvel an en inipi avec pour repas de fête une soupe chaude. Ce fut une magnifique communion avec la nature, les ancêtres, les frères et les sœurs présents et avec moi-même. J’avais aussi emmener mon fils de 15 ans qui a vécu une véritable initiation en homme-gardien du feu.
    Depuis, je n’ai jamais revécu de fêtes « classiques » mais des partages et des moments de joie avec des ami-e-s.
    Cette année pour Noël, je suis seule et bien que j’ai déjà pour habitude de faire le bilan des étapes de ma vie tout au long de l’année, je trouve ce temps d’introspection lié au solstice d’hiver très intéressant. D’autant plus que, pour moi, s’est achevé un cycle en 2013 et que j’ai effectivement déjà bien d’autres objectifs pour 2014. Alors écrire ? bien sûr, je dois dire que j’ai vraiment grand plaisir à tenir le journal de mon évolution relationnelle, professionnelle et spirituelle. Je me suis toujours demandé à quoi cela me servait mais j’en avais besoin. A présent, je comprends mieux l’importance de ces écrits.
    Gratitudes ! et je vous souhaite à tous beaucoup de bonheur sur votre chemin. Bisous du coeur <3
    Brigitte

  • Elena
    Publié le 14:12h, 22 décembre Répondre

    Moi aussi il y a des années que j’ai compris et c’est justement une période où moi aussi j’ai envie de rester chez moi. Je n’avais jamais fait le rapprochement avec le Solstice d’hiver et donc je comprends mieux pourquoi. Chaque année, quand je vois tout ce monde se précipiter pour des choses superflues, ça me fait mal. Tout cela n’est qu’une mascarade, que du commerce. Les vraies valeurs reprendraient leur place si le monde pouvait comprendre que tout se trouve juste là à portée de chacun de nous et non dehors. Voilà, c’est comme ça que je fête Noêl et je suis ravie qu’il n’y aie pas que moi. Bienvenue au club 😉
    Elena

  • isabelle
    Publié le 14:11h, 22 décembre Répondre

    Merci Jean-jacques pour cet article sur le solstice que j’ai fêté hier soir en faisant un grand feu dans mon jardin
    en priant pour la Terre Mère et pour mes proches et pour les personnes souffrantes que je connais. Depuis bien longtemps je ne me sens pas bien avec cette exubérance consumériste rabachée de Noël et du nouvel an qui déborde de toute part avec son cortège d’obligations. Alors revenir à l’origine du culte chamanique du Solstice me remplie de joies, d’Amour et de gratitude.
    J’en profite pour vous remercier pour la belle conférence que vous avez donnée lors du sommet de la réussite. Bien à vous.

  • Christelle
    Publié le 13:48h, 22 décembre Répondre

    Merci du fond du coeur pour ce rappel à l’essentiel.
    Dans la frénésie de ces derniers jours, faire ses courses est un parcours du combattant.
    L’orgie de jouets et de victuailles en tout genre me font penser à deux choses :
    -l’incroyable énergie qu’il a fallu pour les créer, les produire, les fabriquer ;
    -le gaspillage inoui qui suivra ce grand déballage.
    Alors je comprends un peu mieux chaque année le pourquoi de mon malaise, ce paradoxe entre l’opulence extérieure et la sécheresse intérieure. Mon âme n’a pas besoin d’autant de choses mais la société de consommation me tente sans arrêt, ses chants de sirène, ses discours alléchants ou culpabilisants.
    Je partage complètement votre idée de vous recentrer, de faire un bilan de soi à soi, pour ne plus être dévié de sa route, loin des diktats économiques, au plus près de sa vérité.
    Je vais intégrer ça dans mon emploi du temps de ces jours prochains. A la manière des bonnes résolutions qui nous font tourner le regard vers le futur sans tirer profit du passé, cette fois, je me tournerai vers mon passé proche pour en tirer des leçons et planifier l’année à venir.
    Merci beaucoup de ce judicieux conseil. Que l’année qui vient soit le reflet de vos valeurs. C’est sous cet angle-là que je vais objectiver la mienne.
    Christelle.

  • Dominique Vincent
    Publié le 13:28h, 22 décembre Répondre

    En complément à ce que tu partages Jean-Jacques, voici mon message à mes propres cleints et amis
    Petit guide pour le temps des fêtes
    A l’approche des fêtes plusieurs de nos clients et amis nous ont confié leurs préoccupations du moment. Les deux principales nous semblent être: * Comment devenir des agents de paix, d’amour, de plaisir dans les situations dans lesquelles vous allez vous trouver? * Redonner du sens à ces fêtes. Vous allez vous retrouver dans des réunions avec vos collègues de travail, en famille ou avec des amis, dans des lieux de vacances, des séminaires de fin d’année. Vous espérez vivre de bons moments chaleureux et nourrissants. Mais vous savez que ce type de réunions ne sont pas toujours si faciles à gérer émotionnellement. Cette année vous vous y rendez plein de bonnes intentions. Que faire pour vous y préparer?
    Voici quelques suggestions:
    1. Identifier immédiatement les discussions qui sont des parties de ping-pong et qui manifestent un conflit dont les véritables enjeux sont cachés. Qu’est-ce que les participants tentent désespérément de dire aux autres et qui n’est jamais entendu? S’agit-il seulement d’avoir raison ou d’être plus fort que les autres?
    2. Attention à l’humour qui blesse. Mettre à jour immédiatement quand vous vous sentez blessé ou quand vous supposez que quelqu’un d’autre l’est. S’excuser immédiatement quand vous vous rendez compte que vous avez blessé quelqu’un.
    3. S’assurer que la personne qui parle s’est bien sentie entendue par vous ou par d’autres, au besoin en reformulant ce qu’elle a dit. Par exemple: « J’ai bien entendu que tu me (ou nous) dis que… » et attendre son acquiescement.
    4. S’il y a le moindre conflit, veiller à ne parler que de vos ressentis sans laisser entendre d’une quelconque manière que l’autre est le responsable de comment vous vous sentez. « Quand tu dis ou fais cela, je me sens comme ceci ou comme cela. » Dans bien des situations, cela suffira pour clarifier ce qui se passe.
    5. Plusieurs fois par jour se souvenir d’habiter son cœur, par exemple en plaçant une main sur le milieu de la poitrine pendant quelques instants, ou en respirant consciemment dans la poitrine.
    6. Veiller à voir et à prendre en compte tous les participants à une réunion, pas seulement ceux qui parlent beaucoup. De temps à autre, établissez un contact visuel avec tous et chacun.
    7. Si vous ressentez de l’agressivité pour quelques raisons que ce soit, offrez-vous des temps pour la décharger. Allez marcher dehors, réfugiez-vous dans les toilettes pour faire plein de grimaces. Avant de sortir ou en rentrant chez vous, faites du charabia dans votre chambre comme les enfants savent si bien le faire. Le pire est d’attendre le temps des fêtes pour régler ses comptes.
    Si vous avez quelque chose qui vous reste depuis longtemps en travers de la gorge envers quelqu’un, l’appeler et lui parler avant la rencontre avec d’autres personnes pour assainir l’atmosphère au préalable.
    Redonner du sens aux fêtes

    Certains se souviennent avec nostalgie de l’époque révolue où Noël avait globalement une signification religieuse: la venue sur terre du fils de Dieu fait homme pour sauver l’humanité de ses maux et lui apporter la paix. Comment retrouver le sens profond de la fête religieuse même en dehors d’une affiliation quelconque à une église ? Comment créer de nouveaux rituels qui soient plein de sens?

    Pour moi, le fils de Dieu fait homme, c’est me souvenir du caractère sacrée de l’existence de chacun. C’est donner une place première aux enfants, et à l’enfant en moi, la joie, l’émerveillement, la fraîcheur, la spontanéité… Les deux attitudes les plus opportunes en ces temps de fête me semblent être l’amour et la gratitude. La vie est offrande.

    Est-ce que je reconnais et ressens les cadeaux que la vie me fait, à commencer par la vie elle-même? Qu’est-ce que j’offre moi-même par des paroles, des cartes de vœux, par des cadeaux? Combien de fois est-ce que je dis merci du fond du cœur?

    Voilà ce que nous avons envie de vous dire à la veille de Noël et du Nouvel An. Joyeuses fêtes à tous.

    • Diphoenix
      Publié le 10:02h, 02 mai Répondre

      Merci Dominique ou Vincent ? merci de me remettre à MA place pour ne pas prendre celle des Autres , ceux qui vivent à l extérieur de mon Intérieur .
      J essaierai de relire plusieurs fois ta Lettre sur les Fetes , elle est pleine de sagesse et de bonté .

      Merci en mettant ma main sur mon cœur
      Didier

  • Felix
    Publié le 13:14h, 22 décembre Répondre

    merci pour ce rappel que les multiples turbulences du monde me font parfois oublier car oh combien il m’est nécessaire de garder un lien avec ce que j’appelle l’ange qd les multiples sollicitations du monde ici bas tendent à m’en éloigner !

    sauf que peut être, comme m’a plusieurs fois répété un thérapeute que j’ai récemment sollicité (…) mon environnement extérieur est le reflet de mon monde intérieur (….) et c’est peut être, certainement même, le moment idéal pour s’orienter, à la lumière du bilan de l’année écoulée (en particulier par rapport aux évènements répétitifs), d’un projet tout neuf porté par la force d’un vrai bilan construit dans un environnement propice fait de calme, de sérénité, et de bienveillance.

  • réjeanne
    Publié le 13:11h, 22 décembre Répondre

    Merci beaucoup Jean-Jacques…et merci a tout ceux qui ont prit le temps de placer un commentaire. L’idée de passer la période de Noel seule est nouveau pour moi mais m’attire beaucoup. Je suis tellement conditionnée a « etre en famille » que si je n’y arrive pas, j’en suis décue!
    J’aime cette idée de finir l’année en introspection; je ne suis pas certaine que j’arriverais a le faire, mais de savoir que plusieurs autres personnes s’y adonnent m’amène a une déculpabilisation, une obligation , tradition de « recevoir » la famille . j’aime la nouveauté et cette idée m’attire.
    Bonne retraite
    Réjeanne …Nouveau-Brunswick….Canada

  • Rolande Lucie
    Publié le 12:52h, 22 décembre Répondre

    MERCI de ce beau message. Je peux t’affirmer qu’il est possible de vivre les deux. Pour ma part, dès le début décembre je fais le « bilan » de mon année avec les bons, les moins, bons, les mauvais, les meilleurs, les pires moments que j’ai vécus durant toute cette période d’année passée et le 21 je me concentre sur le présent, la joie du partage, de l’accueil, de l’échange. Pour cela je commence par souhaiter de joyeuses et bonnes fêtes à toutes les personnes que je croisent, soit dans la rue, soit dans les commerces, soit dans les administrations. Je remercie tous et toutes les employé(e)s qui ont œuvrés pour moi tout au long de l’année avec une carte, une papillote, un sourire, une poignée de mains, etc…. Et je peux t’affirmer que mes fins d’année sont merveilleusement bien réussies en tout point et dans tous les domaines. Je te souhaite donc de merveilleuses fêtes de fin d’année et un début d’année 2014 très riche en événements

  • Abdou Khadre
    Publié le 12:44h, 22 décembre Répondre

    Bonsoir Jean Jacques,
    comme tu le dis si bien dans le texte, il est bien à un moment de s’arrêter et de faire une introspection et cela demande beaucoup de courage parce que ça revient à s’auto sanctionner des fois. Mais comme on apprend toujours des autres je vais faire comme toi en osant me regarder dans la glace et me demandant » qu’est je fait de cette année dans ma vie »?

  • Gilles Gagnon
    Publié le 12:41h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Merci pour le travail de fond que vous faites afin de nous aider à se questionner sur l’à-propos des objectifs, conscients ou inconscients, que chacun d’entre nous poursuivons.
    Pour ma part et en lien avec votre préoccupation, il me fait un grand plaisir de vous communiquer le résultat de mon travail pour apporter davantage de lumière dans la situation que nous vivons tous. Effectivement je viens de publier un livre en octobre 2013 intitulé « Gouverner avec équité – Comment mettre fin à la manipulation ». Il se veut un diagnostic sur les 45 facteurs utilisés par nos « véritables gouvernants » pour nous assujettir à la satisfaction de leurs propres besoins, plus souvent qu’autrement associés à la réussite matérielle et sociale dont l’argent et le pouvoir. Ce jeu se poursuit depuis des siècles en prenant bien soin de conférer une façade démocratique aux décisions officielles d’où la nécessité, pour ces véritables gouvernants de compter sur la collaboration consciente et inconsciente de partenaires pour réussir à transférer leur soi-disant réussite à des intérêts privés tout en s’appuyant sur une richesse collective pour y parvenir.
    Sur la base de ce diagnostic, je propose des solutions dont un Cadre de gestion de la transparence, élément essentiel pour nous sortir d’une culture de la confidentialité, de l’illégalité et du mensonge qui constituent des éléments essentiels pour nous manipuler.
    Je vous transmets les coordonnées de mon site internet (www.gillesgagnontransparence.com) pour ceux qui voudraient profiter de ma réflexion. Celle-ci découle de 40 ans d’expérience dans les milieux organisationnels.
    Je considère qu’il est important que chacun d’entre nous comprenne le fonctionnement du système. Ce faisant, il sera beaucoup plus motivant d’inscrire nos bilans annuels à la lumière de cette prise de conscience.
    Je vous souhaite bon succès dans vos démarches pour nous aider à voir juste dans la conduite de nos vies.

    Gilles Gagnon, Québec, Qc

  • Anne marie Jomphe
    Publié le 12:36h, 22 décembre Répondre

    Merci beaucoup monsieur Crèvecoeur
    C’est toujours très inspirant de vous lire. Depuis quelques années, je prends le temps de faire la rétrospective de mon année, de regarder ce qui a moins marché, de regarder ce que je souhaite pour l’année qui vient, de regarder ce que je vais faire pour y arriver. Je suis présentement dans cette période moi aussi. Je vois que la température québécoise nous pousse vraiment à le faire cette année, ces tempêtes de neige qui se répètent nous invite à rentrer à l’INTÉRIEUR et à se préparer à cette nouvelle année 2014 (numérologique 7) qui sera et devra être davantage spirituelle. Je prends donc le temps de mettre sur papier tous mes buts/projets/désirs profonds et d’y ajouter mes bénédictions divines.

    En ce qui concerne les cadeaux de Noël, moi aussi j’ai décroché! Je me suis permis un simple cadeau représentatif pour chacun de mes enfants. Cette année je suis allé directement à une boutique cadeau, j’ai acheté un arbre en métal/bronze qui se fixe au mur. J’ose dire le prix (à rabais de 70%= $12.). Par la suite j’ai découpé des coeurs en carton rouge, de différentes dimensions et à l’endos j’ai écris des pensées, réflexions, programmation, etc. et je l’ai appelé « Le Coeurmier ». Si je regarde le temps, et l’amour, que j’ai consacré à le garnir il est dispendieux, mais mon Dieu que c’est agréable de créer avec la vibration de l’amour!… …Ils pourront donc y accrocher leurs propres messages quand ils auront lu les miens.. ah ah… ainsi il servira à eux et à mes petits-enfants et ce sera un arbre familial à souhaits perpétuels. Voilà, je n’ai aucunement créé de dette étalée sur l’année comme beaucoup de gens font parce qu’ils croient que c’est ça Noël…
    Merci encore et, Que vos souhaits se réalisent au meilleur qu’il doivent être!…

  • SOLANGEL
    Publié le 12:34h, 22 décembre Répondre

    bonjour jean Jacques

    tu as mis en mots c q j ressens depuis des annees et…q j pratiq en partie…j aime,j apprecie, je veux toujours passer ces fetes seules et encore plus depuis q voici 22 ans, une dame du Venezuela a donne une conference et q elle a expliq la raison d rester en harmonie interieure 12 jours avant et 12 jours apres Noel…le mouvement d l univers, des astres, produit une energie favorable aux humains capables d la capter et q cette energie nous fortifie tout au long d l annee
    j vais t avouer q avec le sommet, c n est q vendredi q j y ai pensé…
    pcq j m suis mise en rage folle pcq internet n fonctionnait pas et q j n pouvais ecouter les conferences q la nuit entre 23h et 7h…et q j avais acht une laptop,une antenne, une usb pour etre certaine d pouvoir m brancher…tous ces frais et n pas avoir acces…donc j l ai exprime au service clientele du fournisseur telcel…
    et a c momento j m suis rappellee …etre en harmonie
    mais ma colere m a tout d mm servie car j ai ete « entendue »…et ma demande prise ne consideration

    autre chose aussi q j ai envie d partager…les livres d baird spalding, la vie des maitres + les 13 lecons…il y a un 3e en español mais j ai oublie le nom.
    a un momento donne il expliq q il n est pas necessaire d …mourir
    nous pouvons faire com jesus dissoudre nos atomes etc…
    donc j ai eu la chance d l lire voici seulem 2 ans…et j t assure q il m a deja bien aide a surmonter des moments d envie d mourir pour c qui m arrivait dans ma vie et qui fut provoque par des circonstances exterieures mais dont j suis tout a fait d accord q j les provoquent inconsciemment
    car j t assure q consciemment jamais j n y avais pensé ni mm imagine…ni mm cru cela posible si on m l avait raconte…
    il y a aussi le livre d choisir sa conscience d sanaya roman,qui, a mon sens, expliq comment cela s produit ce dont spalding parle
    zones magiques…d Wayne dyer…
    j ai un frere qui travaillait aux facultes a Namur et qui t a connu quand tu etudais…a l epoque il m a dit q tu etais un gars genial…special, en comparaison des autres etudiants…
    et cela s avere vrai pour moi
    en plus tu sais exprimer c qui dort en moi…
    et cela m fait un bien fou d t ecouter
    depuis aussi loin q j m souviens, c a d plus ou moins 6ans d age…j n avais q une envie , c est d mourir
    et c est seulem depuis 2009 q j commence a sentir q j peux aussi etre sur terre sans deranger personnes…
    j ai du passer par des accidents graves,12 en 6 ans…injustice sur injustice, et pas des moindres, pour enfin comprendre , q c etait lie a cette envie d mourir
    car pour moi mourir n est rien…j savais q qqch en moi retournait de la ou j venais…
    lire spalding m a convaincue q j preferais apprendre a vivre sur terre…
    et choisir d apprendre
    au debut ma motivation etait d n plus jamais etre obligee d revenir sur terre
    ma visión a changer
    pourtant j n ai pas fait d ma vie c q j aimais faire et qui m apportait beaucoup d energie
    si j l ai fais…j ai experimente pendant qq annees d ma jeunesse, c est chanter …
    et maintenant j m dis q si j avais su en etant jeune tout c q j ai appris…j aurai pu realiser mon reve
    etre chanteuse professionnelle…par contre a l epoq j avais peur, pcq j n voulais pas ni m droguer, ni m saouler, ni etre obligee d m plier aux desirs des hommes
    j voulais reussir par moi-mm, pour les qualites q j voulais developper
    puis j ai decouvert le livre d omram mickael yvanof (l orthographe n est pas correcte)
    qui parle d l unión entre ciel et terre dans le vrai « art »
    c est comme ca q j voulais
    mais j ai baisse les bras et j ai appris bien d autres choses…
    voila, j termine en te disant q j m sens dans un etat d gratitude pour tout c q tu nous aportes
    MERCI, D TOUT COEUR, MERCI

  • Michèle F.
    Publié le 12:31h, 22 décembre Répondre

    Merci Jean-Jacques, pour ton aide précieuse au Monde.
    Je me permets d’ajouter quelques pensées…
    Cette introspection du Solstice, ne faut il pas la faire… tous les jours ? C’est long une année pour rectifier un tir raté. J’ai personnellement besoin d’un temps de méditation quotidien pour me recentrer sur qui je suis, qui je veux être, où je vais et comment je veux y aller, sur mes actions, mes relations, mes erreurs ! Et surtout ne jamais oublier de remercier pour tout ce qu’on a et qui nous parait NORMAL.
    Noel est un monstre qui ronge les portefeuilles pour des cadeaux souvent stupides et qui tape dans les plaies ouvertes des gens qui sont seuls. C’est horrible d’être seul et je sais de quoi je parle. Maintenant je ne suis plus jamais seule, j’ai le Ciel avec moi à chaque seconde, mais les autres ? Alors le Solstice, c’est bien, se recentrer c’est très bien mais si par hasard vous faites quand même un repas de famille, pensez à la petite mamie ou le petit jeune homme du coin de la rue, ça rendra votre repas tellement plus beau aux yeux du Monde…

  • barbara
    Publié le 12:28h, 22 décembre Répondre

    Des années que je sais que vous êtes dans le vrai avec ce que vous dites, des années que je prêche moi- même ce genre de propos, des années que je sais que ce monde est sur la mauvaise voie…des années que je me perds en chemin régulièrement…
    Continuez à marcher vers la lumière c’est ce que je vous souhaite à vous et vos lecteurs

  • Agnès
    Publié le 12:11h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Première fois que je laisse un commentaire ! (mais pas la première fois que j’avais envie d’en laisser un !)
    Depuis des années, j’en ai pardessus la tête de la façon dont sont souhaitées les fêtes de fin d’année (hypocrisie, futilité, gâchis et je ne parle pas de tout ce qui concerne la bouffe !) Je suis végétarienne depuis longtemps sans l’avoir décidé. C’est mon corps qui s’est rebellé. Tout simplement, j’ai failli tomber dans les pommes en passant devant les rayons boucherie dans un hypermarché et la même chose plus tard en accompagnant une amie dans une poissonnerie. En ce moment, j’éclate de rire et je dis « MERCI » à mon corps. Et chaque jour, combien de fois je m’adresse à notre si merveilleuse planète… La Nature, c’est elle qui me ressource. Dans le passé, elle m’a sauvé la vie… (ex obsédée du suicide. Ce n’était pas du tout le désir de mourir, mais l’impossibilité à continuer à vivre dans « telles » conditions pour telles et telles raisons)
    Ces jours-ci, on me demande : « que faites-vous pour Noël ». Je réponds, et vis à vis de certaines personnes, avec un brin de provocation (ça, ce n’est pas bien du tout !) : « Je suis seule pour Noêl, heureuse de l’être, et surtout je veux être seule ». ( sous-entendu fichez moi LA PAIX)
    Pas tout à fait seule, puisque j’ai pour adorables compagnons : Chipie ma petite chienne et Filou mon chat, que j’ai recueillis. On aime bien se tenir chauds dans le silence.
    Noël, pour moi, c’est une période de mise au point, de naissance, de renaissance à soi-même. N’ayant pas fait le lien avec le solstice d’hiver, Noël ce n’est pas seulement le 25 décembre, mais plusieurs fois dans l’année.
    Lorsque des personnes, soit-disant bien intentionnées (pour elles cadeaux=je t’achète, je te manipule, tu es ma chose) me demandent ce qui pourrait me faire plaisir, je leur réponds « LA PAIX ».
    A tous, à moi, je nous souhaite le bonheur (tel que chacun le conçoit) et….LA PAIX !

    Merci Jean-Jacques

    Agnès

    • SOLANGEL
      Publié le 12:39h, 22 décembre Répondre

      j ai lu c q tu ecris avec plaisir…
      c est marrant car a moi jamais on n m demande c q j veux comme cadeau…on n m en donne pas…
      puisq jamais j n m suis mise dans cette atmosphere
      par contre…j apprecie vraim q tu repondes … »paix »

    • serge
      Publié le 12:53h, 22 décembre Répondre

      Bonsoir,

      Merci – je suis particulièrement original en ce début ! – pour cet article datant de quelque temps déjà mais toujours, et pour longtemps encore d’actualité.
      Nous sommes tous, chacun à notre propre niveau, conditionnés par le matraquage de notre société en pleine déliquescence, mais qui tient encore le coup; pour combien de temps encore????????
      Je n’ai appris que bien tard dans ma vie la supercherie, soit-disant chrétienne, visant à « plaquer » la naissance de Jésus sur la période du solstice d’hiver. Histoire de tenter de plonger dans l’oubli les anciennes traditions considérées comme païennes et donc dangereuses pour l’ordre à établir. De même manière que tous les subterfuges possibles ont été mis en oeuvre pour reléguer tout ce qui venait s’opposer à l’invasion de ce qui nous tient lieu d’actuelle religion dans notre beau pays.
      Il n’est pas aisé de se soustraire à l’ambiance de ces fins d’années aux rituels imperturbables, même si nous sommes si nombreux à faire semblant, ne voulant pas trop nous éloigner de ceux que je nomme « Les sectateurs de la bonne humeur ».
      Cependant il serait tellement urgent, salutaire voire, de s’octroyer un minimum de distanciation par rapport à la meute, et d’aller fouiner au fond de notre coeur pour tenter d’y voir un petit peu plus clair, et de se demander face aux années englouties ce que nous avons bien pu en faire de valable, d’intelligent, de généreux pour ceux que nous sommes supposés aimer, nous-mêmes y compris!!!!!
      Je vous souhaite, à toutes et tous le meilleur.
      Serge.

  • NATHALIE
    Publié le 12:09h, 22 décembre Répondre

    bonsoir Jean_Jacques

    cela devrai être Noël tous les jours . Avec un souris d ‘une personnes que nous croissons et qui ne nous connaît pas , avec une aide inattendue qui nous aide et à notre tour cela nous apporte réconfort et chaleur ,les choses simple et à la porter de tous et avec ceci se serai que du bonheur voilà ma façon de fêter Noël mais toiute l ‘année .bizzzzzzzzz

    Nathalie

  • n'ED
    Publié le 12:01h, 22 décembre Répondre

    Savamment entretenue par la monde caché de la TRÈS grande finance, cachée derrière TOUS les actes de la société de 2013, la folie de NOËL , pour « faire plaisir aux enfants paraît-il », nous a englué subtilement et de force, dans une toile dont se défaire est une œuvre dont l’année à venir sera le point culminant.

    C’est la seule demande sérieuse à mettre dans la programmation de notre année, le reste ne servirait qu’a nous asservir un peu plus aux anges noirs ( ceux qui nous disent : Attends,… je vais t’aider. )
    Les Anges de Lumières disent seulement je suis là .

    Bon s changements de vies à TOUS

  • ribard
    Publié le 11:52h, 22 décembre Répondre

    Un article qui sonne le tocsin et ravive la lumière de ceux qui regarde de l’intérieur et partage déjà ce qu’ils sont. Un cadeau est effectivement le don de la vie par le coeur. Le cadeau est ce que je suis et résultat est extérieur ; la manifestation de l’intérieur.
    Joyeux Solstice où l’Etre se ré-éveille, Joyeux No-el où nouveau cycle, nouvelle vie, nouveau lui, nouveau moi.

  • Georges
    Publié le 11:50h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    en ces jours de festivités des nuits les plus longues, je ressens une grande Joie, quelle que soit la forme adoptée en moi ou autour de moi , elle sera juste; ce qui pourrait me paraître sombre dans les illuminations éphémères de la facilité, me semble être une part de moi-même à accepter et à transcender . A l’instar de l’élu dans la guerre des étoiles qui réalise son projet ultime au moment où il accepte et dépasse son oeuvre au noir!
    Noël ! Noël ! je te souhaite une bonne fin d’année <3 <3 <3
    Georges

  • Isabelle
    Publié le 11:49h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Et merci pour ce rappel du simple bon sens. Je me sentais un peu mal à l’aise d’avoir à passer la soirée de Noël seule cette année. Me voilà occupée pour la soirée ! Ce sera un beau Noël. Je n’ai jamais fait ce travail de bilan… de toute ma vie. Mais avec les cours de l’Académie de la Vie en Mouvement j’ai appris à le faire et je m’y attèle avec joie. Des changements sont visibles dans ma vie qui … bouge à nouveau, et dans le sens souhaité. Merci infiniment pour tes enseignements précieux, concrets, et sages.

  • Christine Londiche
    Publié le 11:48h, 22 décembre Répondre

    Merci pour cet article.
    Ce simple verdict :
    Ceux qui n’ont jamais pris le temps de se fixer consciemment des objectifs ont connu une vie sans véritable réalisation, ni sur le plan personnel, ni sur le plan professionnel ;

    Cela résume pas mal ma vie.Alors il est grand temps de changer les choses.
    Merci.

  • j-pierre
    Publié le 11:43h, 22 décembre Répondre

    Bonsoir,
    une belle façon de voir les choses, loin de la mouvance plus ou moins imposée de la société de consommation. Effectivement, comme les arbres qui se replient sur leurs racines en hiver, pour renaître plus haut, plus beaux, plus majestueux au nouveau printemps, il peut être intéressant voire important pour nous de se plonger dans notre être profond, de tirer les enseignements de notre action de l’année et de réfléchir au cap que nous allons indiquer au cocher le la charrette (pour faire un parallèle avec la vision bouddhiste) pour la suite du voyage.

    Merci de nous avoir fait partager cette vision des choses

    J-Pierre

  • chantal
    Publié le 11:40h, 22 décembre Répondre

    merci Jean Jacques pour ce rappel sur l’importance de faire le point sur sa vie au moins une fois par an et de mettre sur papier nos objectifs pour l’année suivante ; pour ma part, les fêtes de fin d’année vont se passer en petit cercle restreint, famille / amis … et cela ne m’empêche pas de faire le point en prenant quelques heures pour moi de temps en temps, dès que possible.
    Merci encore pour tes précieux conseils, que je partage régulièrement en espérant qu’ils aideront quelqu’un, quelque part …

  • Sylvia
    Publié le 11:36h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    merci infiniment pour votre article au sujet de ce temps de pause. ça me fait le plus grand bien, ça me soulage et m’aide infiniment à me sentir plus libre !!!
    Sylvia

  • Mitra
    Publié le 11:19h, 22 décembre Répondre

    Merci Jean-Jacques pour ce partage. A mon tour je vous envoie un de mes écrits et moi je vous souhaite…..

    Joyeux Noël !

    Un petit bout de jour
    Grignotant la nuit
    Un petit bout de nuit
    Accueilli par le jour
    Comme un hibou assis
    Sur une branche du soleil
    Les jours s’allongent sur nos vies
    Et nous poussent au réveil
    La Matière est là
    Nous attendions la Lumière
    Pour naitre à l’Amour, la Joie
    Vivre la Nouvelle Terre
    Gouter notre essence Ciel
    Dans un corps de chair
    Et…Joyeux Noël !

    Mitra T

  • JWR
    Publié le 11:18h, 22 décembre Répondre

    Un état d’esprit que je partage totalement concernant cette période de l’année… Merci Jean-Jacques !

    • sly
      Publié le 12:08h, 22 décembre Répondre

      Je partage également cette phase cette année tout particulièrement! alors tout naturellement, JJ je vous remercie du plus profond de mon âme pour cet écrit qui entre en résonance.

  • Estelle
    Publié le 11:12h, 22 décembre Répondre

    Bonjour et merci pour tous ces conseils merveilleux cette année c’est une année pleine de riche rencontre de gens comme toi avec de sage paroles et de sage conseils je vais suivre tes suggestions et mettre par écrit merci encore tres bon solstice a toi . Avec toute ma gratitude , Estelle .

  • Ulla
    Publié le 11:12h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Merci pour ce partage, qui me parle beaucoup. A chaque approche de ces fêtes de fin d’année je ressens un profond malaise. Aussi je fais chaque jour pendant ce temps de l’Avent une petite retraite dans mon jardin intérieur pour me préparer à cette fête divine et pour demander la bénédiction. Je cherche avant tout le calme, je vais dans la nature pour y capter la paix et l’amour. Ressentir ce qui est mis à ma disposition, devenir un observateur aimable et attentif des révélations divines. Vivre le silence et la dévotion des arbres, des prairies et des forêts. Nous devrions redevenir très silencieux et écouter avec le cœur.
    Dans cet esprit de calme j’aime fêter Noël, le coeur rempli d’amour et l’envie de partager.

  • Doris
    Publié le 10:51h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Je suis depuis longtemps celle qui ne vit pas Noël comme la majorité des proches, famille, ami-es. J’aime la formule du solstice parce qu’elle est une force énergétique présente que tous et toutes avons accès. Merci de nous rappeler cet évidences et en plus de l’utiliser pour nous enrichir dans notre recherche de changement.
    J’aime recevoir vos lettres et chaque fois qu’un courriel arrive de vous, je m’empresse de découvrir le message. Je suis tout ce que je peux dans les propositions que vous faites. Je suis heureuse de connaitre votre parcours dans le sens que vous êtes un modèle pour moi.
    Merci d’être ce que vous êtes et j’apprécie beaucoup la générosité que vous nous combler.
    Doris

  • Hélène
    Publié le 10:51h, 22 décembre Répondre

    Jean-Jacques, je suis tout à fait en harmonie avec toi ! Moi aussi , je vis les fins d’année, avec le Solstice d’hiver pour notre Hémisphère Nord, en « retraite », soit en faisant mon bilan sur l’année que je viens de vivre, et en me préparant à l’Année qui arrive !
    Cette année, je suis partie loin, dans une petite île, seule, pendant un mois ! Et je ne le regrette pas !
    Le fait d’avoir emporté mon ordinateur portable , me permet de faire le point, tout en gardant le contact !
    Merci pour ce partage ! Et merci pour ton accompagnement !
    Avec Amour Lumière
    Hélène

  • Lucie
    Publié le 10:47h, 22 décembre Répondre

    Un grand merci pour cet article. Cette année je passe justement la période des Fêtes loin des miens et je me sens très bien ainsi. J’ai déjà deux objectifs, soit mettre par écrit les éléments me conduisant à suivre ma passion et avant tout de bien l’identifier. Aussi, prendre le temps de me remercier pour les bons gestes accomplis en 2013. Ça fait longtemps que je ne me suis pas sentie aussi sereine en fin d’année.
    Ton texte est venu me réconforter dans mon choix de passer les Fêtes loin des miens, mais bien avec moi-même.
    Merci

  • Henri Garneau 22-12-2013
    Publié le 10:42h, 22 décembre Répondre

    Merci pour votre texte, moi les Fêtes en particulier Noël, c’est de la consommation mur à mur (nourriture, boisson, cadeaux bien souvent inutiles), des réunions de famille dans la joie pour certains, mais aussi des règlements de compte pour d’autres. Je trouve que l’on envoie un mauvais message aux petits enfants à savoir que le bonheur se trouve dans la consommation.Après les Fêtes, les problèmes arrivent avec des cartes de crédit « loadées » au max. Quant à moi, une période de réflexion, faire un bilan , j’endosse totalement cette formule.
    Henri

  • agnes
    Publié le 10:41h, 22 décembre Répondre

    Merci Jean-Jacques pour ton intégrité. Pour moi, cette période est propice à l’enrichissement, à l’écriture et aussi à clarifier mon jardin intérieur que je découvre de plus en plus riche et précieux! Depuis quelques jours, en état d’écoute, j’ai conscientisé beaucoup de choses et me suis rendue compte au combien j’ai été aveugle par de nombreuses fois encore cette année… en projetant sur autrui ce que je n’arrivais à voir ou dépasser moi-même. Alors, le jour de Noël, que vais-je faire dans la solitude, enrichit du lien avec d’autres Présences comme la tienne? Déjà, essayer d’être plus intègre envers moi-même, en poser l’intention forte afin d’enrichir un peu plus le monde aujourd’hui qu’hier. Puis, créer des parfums les plus nobles qui soit avec des huiles essentielles de fleurs merveilleuses comme la rose de Damas, le jasmin royal, le gardénia exotique, le lys noble…, enrichir mon jardin de nouvelles fragrances pour parfumer le monde et déposer quelques pétales d’amour plus grand! En ces jours de fin honorant les nouveaux commencement, je vous offre une poésie écrite il y a deux ans, dans un moment d’ouverture profonde…

    « Les fleuves d’ eau vive

    Dépose tes silences aux pieds de l’ Univers.
    Prends ma main si tu veux.
    La délicatesse est Reine du jour.
    Accueille ta vulnérabilité, elle dévoile la profondeur de ton Cœur.
    Tu es si belle dans ta robe d’ apparat!
    Si majestueux dans ta cape de velours.
    L’ heure est venue de l’ allégresse éternelle et enchantée,
    des routes fleuries et parfumées du Paradis.
    Un vent de liberté souffle sur tes maux pour laisser couler en abondance, la beauté des jours sereins,
    la splendeur des mots lumière, je suis avec toi.
    Ton Cœur se laisse envahir par la grâce.
    Tes carapaces fondent dans un déferlement permanent, les emportant au-delà des mondes…
    larmes de transparence retournant vers l’ océan d’infinie bonté.

    Au Cœur des fleuves d’ eau vive, en ce jour de bonheur partagé,
    j’ai caressé les larmes de mes souvenirs d’ enfance dans la candeur du présent.
    Je me suis fondue dans l’ allégresse originelle.
    Il fait si bon au Cœur du Lotus, quand tout coule de source.

    Avec amour. Agnès

  • Louiselle
    Publié le 10:40h, 22 décembre Répondre

    Merci Jean-Jacques,
    Comme cette réflexion résonne fort en moi. J’apprécie le travail immense que tu fais comme  »artisan du changement  » et je m’empresse de le partager. Mes pensées vous accompagnent tous les deux. Louiselle.

  • Joubin Sylvie
    Publié le 10:39h, 22 décembre Répondre

    il est toujours précieux de rencontrer, de lire, d’entendre des textes qui opèrent par magie sur notre lumière intérieure éclairant et libérant soudain nos peurs, nos angoisses, nos questionnements sans réponse, merci donc cher Jean-Jacques d’être le relais de ce très grand point d’interrogation qu’est la vie et pour finir et rester dans la magie voici une citation :
    « Personne ne sait encore si tout ne vit que pour mourir ou ne meurt que pour renaître. »
    de Marguerite Yourcenar
    et bon solstice d’hiver à tous et à toutes

  • Marie B
    Publié le 10:38h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Jean-jacques ,

    Merci pour ce bel article!
    Je suis tout à fait d’accord et d’ailleurs le pratique depuis plusieurs années, j’y ajouterais maintenant le bilan de mon année et ce que je veux améliorer, même si cela on peut le faire toute l’année.
    Personnellement, ce qui m’a poussé à faire cela, c’est que l’on ne donne le meilleur de soi à ses proches, nous sommes tous emporter dans ce courant presque hystérique dès fois et même si en conscience , je voulais donner le meilleur de moi, c’était impossible , jusqu’à l’épuisement total. Aujourd’hui, je passe ces fêtes différemment et ça me permet d’offrir le meilleur de moi, quand je vois ma famille, et de créer des moment savoureux , doux que chacun apprécie. C’est un vrai bonheur! Du coup plus le stress , juste de vrais partages authentiques même avec l’esprit de Noël mais pas sur commande, où à se forcer et faire semblant parce que c’est Le jour !
    Voilà, j’ai la chance que cela ait été compris et accepter facilement. Mais ça demande aussi sur soi du courage de refuser la facilité de s’imposer cette tradition qui se transforme malgré nous tous et notre amour pour les uns les autres en supplice.
    Bien amicalement,
    Marie

  • laurence
    Publié le 10:38h, 22 décembre Répondre

    MERCI…

  • Juan BERTHOT
    Publié le 10:36h, 22 décembre Répondre

    Chers Amis
    Le temps des fêtes de Noël approche à grand pas, au fond pourquoi offrons-nous des cadeaux, cela a-t-il au fond un autre sens qu’un grande foire au consumérisme?
    La naissance de Jésus et de celle en lui du Christ a-t-elle un autre sens pour notre psychisme?
    Cette joie et cette magie de Noël peuvent-elle nous revitaliser, nous ouvrir des voies vers un profond bonheur et des jours meilleurs pour tous?
    Je nous propose de suivre un chemin de travail sur nous-même, méditatif ou contemplatif au travers de ces douze jours de Noël plus exactement ces douze nuits de Noël, et qui je pense me semble en accord avec le travail proposé par Jean-Jacques
    Précision: Ce qui est vécu comme ambiance lors de ces 12 journées et soirées était autrefois considérée comme devant être une image de ce qui pouvait se vivre les 12 mois suivants.
    Voilà pourquoi si nous méditons le soir de Noël la réflexion suivante cela aura un impact l’ambiance de nos expériences du mois de Janvier :

    Le 24 Décembre les 12 Nuits Saintes commencent. Les 12 Nuits Saintes sont des symboles pour les 12 forces de l’âme qui vivent en nous. Cette indication est valable indéfiniment, et non uniquement pour les 12 Nuits Saintes.
    Le 1er Janvier à midi, nous avons le soleil aussi proche que possible de la Terre [†] et c’est pourquoi il y a seulement cinq jours et demi avant et cinq jours et demi plus tard, qui sont la durée totale des 12 Nuits Saintes.
    Ces nuits, les plus sombres de l’année, sont les plus proches de l’esprit du Soleil et ceci signifie que le Soleil spirituel brillant de l’intérieur de la terre, la rend translucide et illumine tout de l’intérieur, et non pas comme ce dernier se révèle par la suite lorsque le Soleil illumine la Terre d’en haut, de l’extérieur.
    Vous devez rester éveillé et très conscient lors de ces 12 Nuits Saintes. Il est important que la première nuit (24 décembre) que nous restions éveillés seulement jusqu’à une ou deux heures du matin. Pour les autres nuits , si possible , il faut essayer d’aller au lit régulièrement au même moment, il est d’une importance primordiale de vivre à un rythme régulier à ce moment précis , si ce n’est pas possible dans la vie active, on devrait essayer de faire cela intérieurement; ceux qui ont du mal être silencieux dans la vie externe devraient chercher à être intérieurement constamment conscients de la sainteté de ce moment.
    Il est important d’effectuer des tâches quotidiennes sans perdre de vue cette réalisation, le caractère sacré de ce moment, ne permettant rien de malsain, aucun mouvement laid ne doit entrer dans l’âme, restez toujours attentif et sévère envers soi-même à cet égard.
    Au cours de l’expérience de Noël, dans ses 12 Nuits Saintes, nous semons les graines pour les 12 mois à venir. Par conséquent, ces 12 jours sont importants, par exemple si nous faisons des erreurs au cours du premier jour, nous posons une graine, qui en ce premier mois, germeront négativement dans le sang.
    Nous devons essayer de passer les 12 jours saints correctement, conformément à la Loi, parce que nous devons chaque année travailler à notre renaissance – et nous ne pouvons pas perdre une année.

    Nuit Sainte N°1
    Le 24-25 décembre – Capricorne
    Janvier
    Cette Nuit Sainte est la nuit, ou le Christ est né dans l’âme et l’âme demande : «Mon âme peut-elle être libérée, sauvée, rachetée malgré toutes mes faiblesses, défauts et passions ?»
    Symbole : L’étable de Bethléem dans laquelle serait née, dans la pauvreté et l’humilité, la Lumière du Monde. La voix de silence entre dans l’âme et enseigne à affirmer avec joie, le bon qui est trouvé en nous et en les autres.
    L’âme cherche le mystère dans une forêt sombre et sans chemins.
    L’Esprit Divin est né dans la Matière, l’Alpha et l’Oméga la touchent et créent la vie.

    Première Contemplation :
    Dans l’humble étable de notre âme, un enfant est né qui changera le monde. Pourquoi notre âme serait-elle dans un tel endroit ? L’étable était la seule place disponible pour Marie enceinte jusqu’aux yeux. C’est un lieu de repos pour des animaux qui, d’une part, font partie de la nature qui nous fournit notre subsistance, mais d’autre part représente notre nature astrale qui fait ce qu’elle veut, sauf lorsqu’elle est éduquée.
    Faites une pause et concentrez-vous avec vénération sur votre âme. Considérez les cadeaux que sont l’activité de votre sentir, votre penser et de votre vouloir qui sont à votre disposition. Voyez comment ils se se situent dans votre âme pour que vous puissiez les activer et les employer autant que le vous désirez.
    Ressentez-vous de la profonde reconnaissance pour cela ? Que serait la vie si nous ne pouvions pas ressentir la beauté en ce monde, et aussi la beauté des âmes qui nous entourent ? Que serait la vie si nous ne pouvions pas relier les idées ensemble pour donner un sens à nos vies? Que serait la vie si nous ne pouvions pas diriger notre comportement de façon appropriée ?
    A ce moment, nous pouvons également épancher nos cœurs vers ceux qui ne peuvent pas utiliser ces cadeaux entièrement. L’intensité de notre compassion remplit l’univers de lumières de Noël.

    Nuit Sainte N°2
    25 au 26 décembre – Verseau
    Février
    Nuit de Jean. L’aigle de l’âme de ses ailes s’élève vers les hauteurs et regardant en arrière de ce point de vue très élevé, observe sa propre vie. A cet instant, l’homme « re-connaît » les lois du karma.
    Le mystère :
    Choisir le chemin étroit et difficile ou le chemin qui est large et facile ?
    Pour ceux qui sont nés de la chair, il est difficile de trouver le chemin de l’esprit.
    Bhagavad Gita : Une vie égoïste, ou une vie consacrée à l’humanité ?
    Deuxième Contemplation :
    Noël est un moment d’élévation spirituelle, ce qui peut parfois entrer en conflit avec les idées matérialistes du monde moderne. Nous devons trouver un équilibre délicat entre l’expérience de notre soi spirituel et notre moi terrestre. Nous sommes enclins à habiller notre soi spirituel par notre compréhension terrestre masquant ainsi sa beauté et sa pureté. Notre tâche consiste à intégrer les deux en reconnaissant toujours que notre soi spirituel sous-tend notre moi terrestre.
    Lorsque nous regardons nos vies à travers les yeux de notre soi spirituel nous voyons que nous attirons toutes nos difficultés dans le but exprès de nous rendre plus fort et plus objectif. Car c’est seulement avec objectivité que nous ne pouvons même voir notre Soi Spirituel, notre Je Suis. Christ est venu sur terre pour nous donner un usage personnel de notre Je Suis, c’est le cadeau de Noël réel. Le rejetons-nous ? Oui, nous le faisons. Chaque fois que nous blâmons les autres pour ce qu’ils font de nous, nous rejeter ce don. Nous ne pourrons jamais accepter ce don jusqu’au moment où nous reconnaîtrons que tout ce qui nous arrive, nous l’avons attiré de sorte que nous puissions expérimenter plus pleinement ce cadeau. Si nous pouvons devenir l’observateur intéressé de tout ce qui se passe dans nos vies, nous sommes avec le Christ et partageons son œuvre.

    Nuit Sainte N°3
    Le 26-27 décembre – Poissons
    Mars
    Suivez maintenant les trois Nuits du Lis Blanc. [N.d.T : Cf. Goethe] L’âme reconnaît qu’elle ne peut pas rester au-dessus d’elle-même, mais elle doit descendre à nouveau, car en elle, elle possède trop de poids terrestre.
    L’esprit conscient commence à purifier le corps terrestre et suppose que chaque aliment est aussi un viatique (une provision pour un voyage). « Je suis le pain » (paroles de Jésus-Christ). Nous venons du pain, nous vivons dans la voie du développement du pain et du retour au pain.
    Le mystère : N’oubliez jamais la réalisation des objectifs éloignés de quitter le royaume terrestre.
    Troisième Contemplation :
    Quand nous avons une véritable perspicacité spirituelle, nous voyons que nous sommes vraiment partie du Tout. Alors nous sommes tentés de nous voir toujours dans le cadre du Tout, indépendamment de ce que nous faisons.
    Ce choix signifie que nous devenons immobiles sur notre chemin, avec une sorte de foi que nous y arriverons un jour.
    Cependant, nous devons aussi utiliser cette perspicacité spirituelle pour voir les bagages que nous portons; ne pas faire ainsi est une mauvaise utilisation de cette capacité spirituelle. Nous ne voulons pas regarder les bagages parce que nous pensons que si nous les regardons, nous n’aurons pas la force de les passer au crible.
    Ainsi quels sont ces bagages ? Nos rancunes, notre manque de pardon, notre peur, notre manque d’amour, nos opinions, notre seule partialité, notre jalousie, nos sous-estimations, nos surestimations, la liste est longue. Ces bagages appartiennent à notre soi inférieur, notre ego inférieur qui avait trouvé la force de se développer dans toutes ces choses. Maintenant que nous en sommes venus à porter notre moi supérieur, notre Je Suis, qui est le pain de vie, nous n’avons plus l’utilité de ces choses. En fait, maintenant nous avons besoin de l’opposé absolu de ces choses. Laisser de côté nos opinions nous donne la liberté de voir beaucoup, beaucoup plus. Aimer les autres comme ils sont, c’est tellement plus facile que de décider qui aimer et qui ne pas aimer. Bien que nous ne pouvons pas vivre la satisfaction instantanée de pardonner aux autres quand nous pardonnons nous changeons le monde. [N.d.T : Cf. Nelson Mandela]
    Nuit Sainte N°4
    27-28 décembre – Bélier
    Épurez consciemment le corps astral. Les antipathies et les sympathies sont transformées en amour, amour complet, toujours par l’amour. L’amour fait taire les passions et les désirs. La force du Christ nous éclaire et nous enrichit dans nos batailles avec [N.d.T : les forces d’idéalisme spirituel ou religieux exacerbées incarnées en] Lucifer et [N.d.T : les forces matérialistes à tous crins incarnées en] Ahriman pour notre métamorphose.
    Mystère : Le travail personnel doit être placé dans le service de tous pour le bien de tous. L’archange Uriel nous place devant un miroir dans lequel nous nous voyons tel que nous sommes.
    Quatrième Contemplation :
    Bien que nous ayons trois forces d’âme;
    L’âme sensible ou de sentiment, L’âme d’entendement ou de pensées et l’âme de conscience ou de volonté, notre humeur globale de l’âme est centrée dans nos activités de sentiments. Notre expérience de base des sentiments dans notre âme est attirée sur ce que nous aimons et ce que nous n’aimons pas, la sympathie et de l’antipathie, ou l’amour et la haine.
    Si nous pensons à notre propre constitution, nous pouvons nous comprendre très clairement si l’on observe ce que nous acceptons et ce que nous rejetons, ce vers quoi nous sommes attirés et ce qui nous repousse. Certains disent que ceci est influencé par notre éducation mais cela est directement essentiellement lié à notre karma et nos expériences de vies passées.
    Donc nous sommes attirés vers tout ce qui nous plaît et nous ignorons tout le reste. Cela signifie qu’une grande partie de ce monde nous passe inaperçu, comme si cela n’existait pas. Ceci a un effet négatif sur nous et nous empêche de s’engager avec notre Soi supérieur et d’éveiller la présence du Christ en nous.

    Nuit sainte N°5
    28 au 29 décembre – Taureau
    Mai
    Consciemment purifier le corps de la pensée, discipliner la pensée, en se concentrant sur le positif, en transformant les colombes noires de la pensée en colombes blanches, parce que notre pensée peut être comparée à un pigeon quand il n’a pas de discipline. Nous devons apprendre à fermer l’habitacle où se logent les pensées négatives ou étranges.
    Mystère : Le Temple est purifié par le Christ.
    Cinquième Contemplation :
    Quand nous pensons que nous combinons des concepts développés dans le passé pour comprendre le présent. Nous ne faisons pas cela dans notre cerveau. Notre cerveau est comme un miroir de sorte que nous puissions voir les pensées qui sont constituées par notre âme ; ainsi c’est notre âme qui envoie nos pensées vers notre corps. C’est pourquoi nous ne pouvons pas penser quand nous sommes endormis, notre âme ou être astral s’est retiré (mais notre cerveau est toujours là dans le lit et les scientifiques ont toutes sortes de notions au sujet du pourquoi cela ne fonctionne pas la nuit excepté la bonne !)
    Alors, combien avons-nous de contrôle sur ces pensées ? 100 % ! Nous avons tous besoin d’aiguiser notre concentration. Si nous sommes en mesure de nous concentrer sur notre façon de penser, nous serons transformés. Nous ferons l’expérience de penser comme un souffle d’inspiration, il sera libéré de ses moyens prévisibles et ennuyeux et nous sentirons libérés. Nous aurons le contrôle direct pour réchauffer nos pensées avec le sentiment et donnerons vie à notre pensée avec notre volonté. Ceci nous donnera une expérience directe de notre je Suis qui n’est pas toujours facile de détecter.
    Nuit Sainte N°6
    Le 29-30 décembre – Gémeaux
    Juin
    Suivez maintenant les Trois Nuits de l’Épée.
    La nuit de Pierre. Nuit de la consécration de l’épée. Chacun d’entre nous a forgé sa propre épée du discernement. Chacun de nous doit unir sa volonté spirituelle avec l’éternel, l’immortel avec l’impérissable et de cette façon nous reconnaîtrons la vérité.
    Mystère : Réunir le Fils de Dieu avec le Fils de l’homme – l’Unité.
    Sixième Contemplation :
    Parmi les trois forces de l’âme, la volonté est la plus mystérieuse. Dans notre vie, nous traitons avec deux types de volonté, l’une qui est relié à la nature et les forces de la dissolution et de destruction, l’autre qui est relié à l’esprit et les forces constructives de la terre.
    Nous trouvons la volonté terrestre au sein de notre système digestif et d’autres mouvements du corps – on ne peut pas en être conscient, ni interférer avec elle, il y a là un travail à faire. C’est la volonté spirituelle que nous pouvons manier comme une épée. L’épée est dirigée par nos impulsions morales faisant de nous une partie intégrante de la cause et de l’effet qui crée ce monde. Nous avons accepté une grande responsabilité en prenant le contrôle de notre propre volonté. On nous a donné cette responsabilité quand le Christ est entré au sein de la terre pour nous faire don de la possession personnelle de notre Je Suis.
    Alors quelle moralité ? Elle est fortement déformé et a peu à voir avec ce que nous faisons, mais plutôt comment nous le faisons. Notre activité ne peut être que moral quand notre bonheur n’est pas acquis au détriment des autres. Donc, si nous sommes heureux d’avoir un nouveau cadeau qui a été faite dans l’usine où les ouvriers sont mal traités, ou nous sommes heureux d’acheter la nourriture la moins chère produite par les animaux qui sont maltraités et ainsi de suite, nous sommes pris dans un réseau d’immoralité Actes de la morale se posent lorsque nos actions proviennent de notre intérêt pour les autres Donc la morale découle de l’amour le plus pur l’amour le plus élevé et le respect des autres .
    Nuit Sainte N°7
    Le 30-31 décembre – Cancer
    Juillet
    Le serpent dans la garde de l’épée. Sagesse. Attachez-vous à des enseignements élevés. C’est la nuit du grand commandement.
    Le Mystère du Travail : Qui règle votre âme ? Qui est le maître de notre âme ? Quel est l’auteur de vos actions ? Nous sommes libres et nous devons renforcer la bonne volonté en nous.
    Septième Contemplation :
    Comme nous devenons plus conscients de nos trois forces d’âme, notre sentiment ou sensibilité, nos pensées ou intellect et notre volonté ou conscience consciente, nous voyons beaucoup de modèles répétitifs. Nous nous rendons compte que nous sommes enclins à, avoir certains sentiments, à penser de certaines pensées et nous comporter d’une certaine façon. Si on les étudie et on peut prévoir comment répondre aux situations particulières. Tous ceux qui nous connaissent peuvent bien nous en parler. Les Profileurs étudient et peuvent prédire la façon dont nous répondons à des situations particulières. Il s’agit de notre personnalité et notre caractère. Ces inclinations personnelles ont été développées vie après vie. La force de notre caractère et la disposition de notre personnalité peuvent être directement liés à l’influence de notre Je Suis en notre âme.
    [En ce qui concerne nos activités les plus intéressantes] C’est notre « Je Suis » qui pense en notre âme, C’est notre « Je Suis » qui suscite certains sentiments dans notre âme, et c’est notre « Je Suis » qui nous motive à nous comporter d’une façon particulière. Si nous permettons que cela se produise inconsciemment alors nous ne sommes plus qu’une marionnette [des êtres et des forces en dehors de nous]. Nous n’avons pas de liberté et pas de compréhension des événements de notre vie. Qui plus est, dans certaines circonstances, nous pouvons réagir défavorablement.
    Chaque chose qui nous arrive est causée par quelque chose que nous-mêmes nous avons fait dans une vie passée. Maintenant nous rencontrons l’effet de ce que nous avons causé. Ceci pourrait sembler être tout à fait destructif; cependant, c’est tout à fait le contraire. Tout ce que nous avons fait était dans le but délibéré de prendre conscience de notre Je Suis. Notre chemin est l’une des douleurs et des chagrins qui se joue en la vie de Jésus « L’unique Christ ».
    Nous suivons ses traces car il est grand ce Je Suis qui a marché sur cette terre en intégralité. Il nous montre le chemin. C’est notre choix que nous rencontrons les conséquences de nos propres actions, nous pouvons souffrir de cette douleur ou nous pouvons expérimenter la joie qui jaillit d’être conscient de remplir notre objectif.

    Nuit sainte N°8
    31 décembre – 1er janvier – Lion
    Août
    La croix sur la poignée de l’épée. Sacrifice. L’homme avec l’épée du Christ dont la puissance ne peut pas blesser, parle la langue de la vérité. C’est la nuit de la crainte et de l’horreur.

    Le mystère : Un chevalier avec la lance de la volonté et l’épée de la connaissance a un chien près de lui, comme symbole d’obéissance. Derrière lui sont la mort et le diable. À un certain niveau de connaissance, une erreur ou un mauvais choix peuvent rapidement mener à la perdition. La victoire est obtenue par la plénitude de la divinité, avec une conscience de la responsabilité et une loyauté sans faille à la tâche à accomplir dans la vie.
    Huitième Contemplation :
    Dans la huitième nuit sainte, nous sommes au bord du précipice entre deux espaces temporels [Dans la transition vers une nouvelle année]. Il doit y avoir une crucifixion. Tout ce qui a servi notre croissance au cours de l’année écoulée doit maintenant être crucifié, cela doit mourir. Imaginez les conséquences si Jésus n’avait pas été crucifié ?
    Toutes nos pensées précieuses, sentiments et actions qui nous ont amenés jusqu’à ce point peuvent être mis au repos .Comme nous franchissons le seuil de la nouvelle année, nous pouvons les élever vers un nouveau niveau. Lorsque nous sacrifions tout ce qui est précieux dans notre âme, qui nous a servi tout au long de l’année, nous pouvons le mettre au service des autres. La profondeur du sentiment que nous avons éprouvée pour la vérité spirituelle peut devenir compassion pour le malheur des autres. Pas simplement, « Je suis désolé » mais une véritable expérience de la douleur écrasante ressenti en eux.
    Les nouvelles idées que nous avons pu élaborer en notre âme parce que nous avons compris une certaine vérité spirituelle pave maintenant la voie vers la vie de l’Inspiration en notre esprit. Même si cette vérité spirituelle était comme de l’or pour nous, nous devons éviter de nous accrocher à elle. Nous ne pouvons pas posséder la vérité spirituelle, elle appartient à l’univers. Si nous la laissons disparaître, elle reviendra vers nous quand nous en aurons besoin. Si nous nous y accrochons, nous pourrions ne pas être en mesure de la trouver quand nous en aurons besoin.
    Les nouvelles actions que nous étions fiers d’avoir mis en place au cours de l’année doivent également être crucifiées. S’accrocher fièrement à elles, est égoïste. Par notre volonté nous révélons qui nous sommes vraiment ; nous permettons à d’autres de nous connaître et nous pouvons les connaître. Essayer de connaître les autres sans rien révéler de nous-mêmes est destructeur pour toutes les parties concernées.
    En prenant cette mesure nous sommes rassurés par la présence du Christ Jésus qui l’a prise avant nous.
    Nuit Sainte N°9
    Le 1-2 janvier – Vierge
    Septembre
    Suivez maintenant les Trois Nuits de la Couronne.
    Détachement – Détachez l’intellect des soins terrestres et pratiques. Ceci est la Nuit de la Sainte Trinité. C’est quand le soi inférieur rend les armes avec le désir de servir et d’être intégré.
    Neuvième Contemplation :
    Notre résurrection personnelle est accompagnée par un nouveau niveau d’objectivité. Nous ne prendrons pas les choses d’une manière aussi personnelle que nous l’avions pris auparavant. Cela ne signifie pas que nous allons nous confronter à tous les événements de notre vie avec sérénité, mais que nous accéderons à un niveau plus grand détachement que nous ne l’avions eu dans le passé.
    Quand nous pouvons être détachés nous savons que nous répondons à la vie par notre «Je Suis». Sinon, nous répondons avec notre moi inférieur qui se comporte comme un enfant dans certaines situations. Ce dernier veut employer sa propre manière de faire, qui est d’habitude le chemin du moindre effort. Pourtant si nous résistons vraiment à l’envie de répondre à quelque chose qui nous ennuie comme nous le faisons d’habitude, nous nous sentirons libérés. Essayez. La prochaine fois que quelqu’un vous ennuie, prenez une grande respiration, créer un espace et dites-vous : Si cela arrivait à quelqu’un d’autre, aurais-je été aussi ennuyé ?
    De cette façon, nous activons notre volonté pour contrôler nos réponses émotionnelles inférieures. Nous laissons les mots ou les actions de l’autre personne déferler sur nous et s’écouler dans l’oubli. Lorsque nous faisons cela, tout ce qui a été produit perd de son intensité et tout le monde en bénéficie.
    En outre, si nous nous rappelons que nous attirons tout ce qui nous arrive, nous pourrions reconnaître rapidement ces petits essais et les voir comme un moyen de renforcer nos résolutions du nouvel an.
    Nuit Sainte N°10
    Le 2-3 janvier – Balance
    Octobre
    C’est la nuit issue du service, le sacrifice le plus grand. Jeu-Obéir.
    Nous apprenons à entendre la voix intérieure et les signes du divin. Quelque chose de mystérieux crie en nous à travers diverses incarnations, sa clarté est renforcée par le sacrifice et la décision.
    Dixième Contemplation :
    Entendons-nous notre « Je Suis » nous appeler ? Nous efforçons-nous d’éprouver en notre être, en notre âme ce « Je Suis »? Essayons-nous de rappeler de l’accord que nous avons pris avec lui avant de nous incarner ? Si nous le faisons, nous ne serons pas perturbées par le succès ou l’échec, le bien ou le mal, la joie ou la souffrance et nous verrons que ce sont des expériences importantes et nécessaires à notre développement.
    Notre « Je Suis » nous dirige pour résoudre notre karma, pour créer une harmonie avec toutes les personnes rencontrées dans nos vies. Bien sûr, nous aurions préféré rester éloignés de certaines personnes lors de nos vies; et penser qu’ainsi notre vie aurait pu être plus agréable. Nous n’échapperons pas à nos difficultés de cette façon; elles nous seront représentées par des autres personnes. Nous admettons qu’il est plus facile de haïr ceux qui nous rendent la vie difficile, que de les aimer. Haine est considérée comme un mot fort, mais nous devons admettre que l’opposé polaire de l’amour est la haine. Il vaut mieux faire face à la vérité de ce mot que de le passer sous silence ou lui donner un nom plus agréable.
    Si nous ne savons rien du tout sur notre « Je Suis », nous nous rendons compte que nous sommes mis au défi de servir chaque personne dans notre vie, pas une seule personne n’apparait dans notre vie par accident. La seule façon de servir tous ceux qui se sont réunis autour de nous, est de les aimer, vraiment aimer. Chaque être humain est sacré, chaque être humain a le potentiel pour devenir un dieu. Voulons-nous être en compagnie de quelque chose qui est sacré ? Quelque chose qui est en train de devenir un dieu ?
    Nuit Sainte N°11
    Le 3-4 janvier – Scorpion
    Novembre
    C’est la onzième nuit. C’est la lutte avec le Gardien du Seuil.
    Nous devons construire en nous le Mystère du Château de Graal. Nous devons professer la fidélité au Tout-puissant dans le Scorpion.
    Onzième Contemplation :
    L’humanité vit sur le seuil du monde spirituel. Certains disent que nous l’avons passé inconsciemment. Ceci signifie que nous utilisons cette puissance spirituelle sans la connaître. Par conséquent il y a un appel urgent pour que les êtres humains se rendent compte consciemment qu’ils sont des êtres spirituels. Nous pouvons seulement faire cela si nous nous rendons compte que notre Moi Spirituel nous anime, nous utilisant comme nous utilisons un instrument dans ce monde physique. Comme nous prenons une cuillère et plaçons la nourriture dans notre bouche, notre « Je Suis » nous place dans des situations avec d’autres personnes qui alimentent notre développement.
    Quand nous obtenons cela, quand nous pensons en réalité les pensées associées à cela, dans les moments de notre vie ou notre karma se joue, nous avons l’expérience d’un « Je Suis ». Nous sommes en contact avec qui nous sommes vraiment et nous observons ce qui est devant nous avec intérêt, tout comme nous observons notre assiette avec intérêt. Nous pouvons voir tout ce que nous aimons et tout ce que nous n’aimons pas sans préjugés.
    C’est alors que, par notre propre effort, nous recevons en nous-mêmes la puissance du sang de Jésus-Christ, le Saint Graal. Notre sang est le véhicule de notre « Je Suis » et quand nous purifions notre sang de ses désirs inférieurs et ses instincts, nous générons une substance approprié pour notre propre « Je Suis » alors notre sang devient plus pur encore de sorte qu’il peut devenir le sang du Christ. Sommes-nous à la hauteur ?
    Nuit Sainte N°12
    Le 4-5 janvier – Sagittaire
    Décembre
    La douzième nuit, placer la couronne au pied du Divin. Parce que, bien que nous ayons gagné la couronne, la lutte a été gagnée avec l’aide et la grâce; car la grâce vient de cette source dans l’homme que la puissance humaine ne peut pas atteindre. Maintenant nous parvenons à obtenir un début et une fin du temps sans espace, et un espace hors du temps. Tout est éternel et saint maintenant. Nous devons utiliser les forces de la persévérance si nous voulons atteindre les buts ou les objectifs du chasseur [de l’Archer], si nous voulons recevoir en bien le royaume spirituel.
    Ce que nous avons connu et reçu dans les douze saints Nuits, nous devrions le prendre dans la vie et donc spiritualiser la matière et l’âme. Les douze Saints Nuits sont importantes pour la vie et le destin de toute l’année. Ils peuvent planter une graine de bonne volonté.
    Il est particulièrement important que nous nous engagions à la Saint-Sylvestre (Fête de St. Silvestre *). Cette nuit nous avons libéré l’esprit des personnes, pour l’instant, ce que nous pensons sera pris par les hiérarchies plus élevées et portés comme force d’accomplissement.
    * Saint-Sylvestre (Mort le 31 décembre, en la 335e année de notre ère)
    Douzième Contemplation :
    Maintenant engageons vers notre étape final des Saintes Nuits. Ces 12 étapes que nous avons traversées chaque jour peuvent devenir le thème de chaque mois de l’année à venir jusqu’à ce que nous atteignions le renouvellement de notre être au Noël suivant.
    Nous avons contemplé notre être intérieur, et j’espère, sommes devenus plus conscients de toutes les différentes activités qui se sont déroulés à chaque instant en nous. Nous sommes devenus plus conscients de la façon dont nos sentiments apparaissent et peuvent nous balayer au loin si nous n’intervenons pas. Certaines de nos pensées qui voltigent au travers notre esprit, pourraient nous avoir choqués- elles ont toujours été là, nous ne les remarquions juste pas. – Nos impulsions à agir peuvent aussi être devenues plus conscientes, nous donnant l’occasion d’évaluer nos motivations. À tout le moins, si nous sommes devenus plus conscients de ces trois activités de l’âme, nous avons éprouvé la plus forte dans notre être, notre « Je Suis ».
    Notre « Je Suis » nous donne l’équilibre et le but et il change la façon dont nous voyons notre relation au monde et à toutes les personnes que nous rencontrons.
    Lorsque nous avons les expériences du « Je suis », nous commençons à voir le Christ en chaque être humain. Le Christ Cosmique s’est incarné sur cette terre au travers du véhicule Jésus et cet Esprit demeure en nous. Il habite en nous principalement à travers chaque souffle que nous inspirons et grâce à la nourriture que nous absorbons, la nourriture qui est cultivé dans la terre qui est maintenant le corps de Christ.
    Comme nous en acceptons la réalité nous commençons à éprouver sa présence éthérée dans la force de vie de cette terre et dans notre propre corps éthérique.
    Maintenant, nous commençons à traiter chaque personne comme si elle était le Christ. Nous stoppons toute pensée négative avant de la former, parce que nous voyons que nous penserions ce que serait la pensée du Christ. Nous faisons attention à tous nos sentiments et nos motivations en raison de notre respect pour le Christ en l’autre personne. De cette façon, nous nous transformons et nous élevons l’autre personne ainsi. Comme l’a dit Saint Paul: «… la gloire de ce mystère … qui est le Christ en vous, l’espérance de la gloire » Colossiens (01:27)
    Si nous n’avons fait rien d’autre que contempler ce mystère chaque jour toute l’année à venir, nous allons changer le monde.
    Indications de Rudolf Steiner à Herbert Hahn, contemplations ajoutés écrits par Kristina Kaine ont été traduites en Anglais par Adriana Koulias, éditées et révisées par John Barnwell.

    ————————————————– —————-

    [† Périhélie: C’est la date de la périhélie au moment où Rudolf Steiner a donné cette méditation à Herbert Hahn. L’orbite de la terre autour du soleil n’est pas un cercle. L’orbite de la terre autour du soleil est légèrement elliptique. Par conséquent, la distance entre la terre et le soleil varie tout au long de l’année. En outre, cette orbite elliptique se déplace également.
    À son point sur l’ellipse qui est l’orbite de la terre autour du soleil la plus proche, la terre est 91,445,000 miles (147.166.462 km) du soleil. Ce point de l’orbite de la terre est connu en tant que périhélie et elle se produira prochainement le 4 Janvier [2014].
    L’éloignement le plus grand de la terre par rapport au soleil sera le 4 Juillet à 94,555,000 miles (152.171.522 km) du soleil. Ce point de l’orbite de la terre est appelé l’Aphélie. (Source: Programme révisé d’Ask.com)]

    2014
    Périhélie: 4 janvier
    L’équinoxe de printemps: le 20 mars
    Équinoxe d’automne: 23 septembre,
    Aphélie: 4 juillet
    Solstice d’été: 21 juin
    Solstice d’hiver: le 21 décembre

    • HERBRICH
      Publié le 14:13h, 22 décembre Répondre

      merci Juan
      Il y a longtemps que je veille à être attentive aux douzes nuits de Noel, de manière intuitive et nourrie par des éléments glanés à mesure de la scolarité de mes enfants dans une école Waldorf: je suis heureuse de recevoir ton texte, qui complète et clarifie merveilleusement mon intention. J’aimerai tant l’imprimer, pour le lire et le relire, pour le partager aussi. Je n’arrive pas à imprimer ton commentaire. est -il possible que tu m’en envoie le texte par mail: ce serait un très beau cadeau de Noel pour moi. Je t’en remercie d’avance et te souhaite grâce et paix en cette fin d’année. Marie-Christine

  • Gaëtane
    Publié le 10:31h, 22 décembre Répondre

    J’aime l’idée d’introspection , du retour à l’intériorité…L’hiver on entre en hibernation, cette fois-ci sans dormir…..on se réveille plutôt. Nous cessons de courir, nous ralentissons …nous cédons la place à l’Esprit, l’Âme retrouve l’Équilibre…Je partagerai avec vous tous, une pensée tirée d’extraits d’Esther et Jerry Hick’s qui résonnera en vous comme pour moi,j’espère…
    Je veux être au mieux de ce que je peux être, je veux agir, posséder et vivre en harmonie avec ce qui me semble être le plus grand bien. Je veux être en harmonie ici, dans ce corps avec ce qui me paraît être le meilleur mode de vie. J’ajouterai de mon cru: je veux me réaliser dans mes forces et mes énergies pour la Gloire de mon Père Céleste…Que la vraie Magie de Noël vous illumine et vous garde le Coeur blotti bien au chaud…Chlaeureusement ! Gaëtane

  • Geneviève
    Publié le 10:30h, 22 décembre Répondre

    Merci pour cet article qui nous ramène à l’essentiel, le coeur de nous mêmes. Pour moi toutefois, l’un n’empêche pas l’autre. Pendant cette période, il m’est agréable de prendre le temps de l’introspection mais aussi celui du partage et de la fête car nous ne sommes pas des voyageurs isolés mais bien tous reliés et il importe de nous témoigner de l’amour. Depuis plusieurs années, avec quelques amis, nous offrons-recevons des « câlins gratuits » (free hugs) un samedi après midi avant Noël, en centre ville : une expérience fabuleuse, facilitée à mon avis par la proximité de Noël. Et bien sûr, pour moi partages et fêtes ne signifient pas sur-consommation mais moments précieux de joie et d’intimité partagées. Ce sont aussi des moteurs formidables pour continuer sur nos chemins d’ouverture. Beau passage d’année à chacun-e !

  • marie josee godin
    Publié le 10:30h, 22 décembre Répondre

    Ça sera par ECRIT cette année !
    Merci
    MJ

  • Odile
    Publié le 10:23h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Très jolie façon de s’arrêter, pour s’interroger et respirer.
    Une véritable respiration qui allume des étincelles et fait briller mes yeux quand je regarde mon fils, et les personnes chères à mon cœur, mais aussi d’autres rencontres. Des échanges chaleureux, honnêtes et riches de découvertes. C’est ça la vie, Vivre n’est pas survivre !
    Vivre c’est tout simplement arriver à être soi.
    Merci pour cet interpellation, Il faut des éclaireurs, vous en êtes un.
    Avec toute ma bienveillance
    Odile

  • Benoît
    Publié le 10:22h, 22 décembre Répondre

    Besoin d’exprimer une gêne si je peux me permettre.
    Autant les premiers messages et les premières vidéos ont été perçus par moi comme une initiative généreuse, altruiste et libre de toute tentative de prosélytisme, autant l’insistance et la fréquence des envois de messages me dérangent de plus en plus.
    Il est vrai qu’en termes de liberté, le simple fait de ne pas donner suite pourrait répondre à mon désir.
    Pourtant les thèmatiques abordées, les enjeux qu’elles peuvent représenter pour nombre d’entre nous me donnent l’envie de m’exprimer. C’est aussi ma liberté sur mon chemin vers l’autonomie.
    Internet est vraiment un fabuleux outil de communication et un précieux lien possible. Il peut aussi, si l’on n’y prend pas garde devenir un envahisseur « bien aimé » mais envahisseur tout de même.
    C’est vrai qu’en cette période de Noël, il est l’heure de se re-poser. Dans le silence de la nuit de Noël, il a été proposé à l’humanité d’accueillir un « phénomène » extraordinaire. Gardons comme précieux ce silence porteur de temps d’espérance.
    Merci à Jean-Jacques pour ces beaux apports et merci à tous pour ces temps de partage.
    Benoît

  • Patricia
    Publié le 10:16h, 22 décembre Répondre

    ce solstice d’hiver du 21 décembre 2013 est le plus puissant que j’ai connu…cette transition s’est faite autour d’un cercle de femmes selon la tradition chamanique…les offrandes cette année viendront du coeur…

  • catherine
    Publié le 10:16h, 22 décembre Répondre

    cher Jean-Jacques,
    merci pour ces articles d’une grande profondeur; je pense effectivement vivre cette periode d’une manière plus « interiorisée »,allez savoir pourquoi? j’ai mis sur ma page FB le fameux flashmob au fast-food sans meme realiser qu’on etait le 21 decembre…
    actuellement immobilisée par un problème de genou ( je noue et je nous),je savoure de me sentir accompagnée dans le doux repli sur soi,l’introspection,telle que vous le decrivez.En union de pensées,et dans la joie d’etre,je vous remercie pour tous ces mots qui nous aident à supporter tous les maux de notre merveilleuse condition humaine.
    Catherine

  • Sylvie
    Publié le 10:10h, 22 décembre Répondre

    Merci, Oui, Merci!

    Depuis une quinzaine d’années, je ne participe plus activement à la frénésie mercantile de .
    Il a fallu me justifier, expliquer, etc…etc…
    Grâce à cet article, j’ai enfin les mots justes pour répondre à ceux qui ne me comprenaient pas…
    Je leur ferai passer le lien afin que, à leur tour, ils puissent prendre le temps de réfléchir au sens véritable de la vie.
    Je forme des voeux sincères afin que chacun puisse méditer, réfléchir et retrouver ses valeurs.
    Merci encore, Jean-Jacques, pour ces précieux articles qui ressourcent et apaisent

    Amour et Gratitude
    Sylvie

  • hélène
    Publié le 10:09h, 22 décembre Répondre

    Merci du fond du coeur Jean-Jacques pour cet article que je re-lis d’une année sur l’autre avec tjrs autant de bonheur.
    Il est extrêmement lumineux pour moi et devrait être aidant pour chacun de nous en cette période particulièrement commerciale de l’année. !
    Bonne retraite pour toi et pour chacun de nous dans ce chemin d’intériorité…
    Mille soleils joyeux dans ton coeur,

    Ln

  • Pierre
    Publié le 10:06h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Je te souhaite un excellent solstice d’hiver. Puisse t-il t’être agréable.
    Je sais, c’est aussi un peu égoïste puisque tu nous partageras les graines à planter demain.
    Bonne retraite.
    Pierre

  • Pauline
    Publié le 10:03h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    J’aime beaucoup ta façon de penser, et je pense la même chose. Nous, ma famille nous nous échangeons des cadeaux que nous faisons de nos mains. Moi les tonnes de cadeaux, je trouve ça ridicule, les enfants n’apprécie pas, ils en veulent toujours plus. Les ré
    solutions en fin d’année je le fais depuis des années.
    Bonne fin d’année et que 2014 soit pour toi extraordinaire.
    Amicalement Pauline xx

  • Anahel
    Publié le 10:02h, 22 décembre Répondre

    Quelle belle Invitation au retour sur SOI…un temps pour tout…et en cette fin d’année, marquée par le Solstice d’Hiver,le temps est à l’intégration de ce qui a été vécu! moment d’intériorisation de « mise au point » avant de repartir vers une nouvelle Année, je le ressens comme un « Sass »…qui invite à lâcher avec ce qui n’est plus Utile,tout ce qui encombre,toutes les croyances devenues caduques, vers une « délivrance »…oui une RET’ÊTRE…pour une RE NAISSANCE à venir! merci de nous rappeler cette belle LOI de la Nature qui allège l’égo de ce conditionnement…mais je garde l’émerveillement de NOËL de ma petite fille intérieur…qui croyait à un Monde BEAU BON JUSTE VRAI, malgré le nid peu douillet où Elle a été accueillie,et je garde le Rêve d’un Havre de Paix en Partage…♥

  • Marie
    Publié le 09:56h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,
    Je suis en complète résonnance avec ce que vous écrivez. Voilà 30 ans que je ne participe plus au principe des fêtes de fin d’année, après en avoir compris le sens commercial, si loin du spiritiuel. Contrairement à ce que la société laisse entendre à qui veut bien, je ne me sens pas seule dans ces périodes. Merci à vous de rappeler dans votre article les origines des ces agapes de fin d’année. Le solstice d’hiver est propice à la réflexion. Merci de votre amitié.
    Cordialement à vous
    Marie

  • Marie Hélène
    Publié le 09:54h, 22 décembre Répondre

    Merci pour ce beau partage. Très beau moment de retour à soi!

  • Marie-Line
    Publié le 09:48h, 22 décembre Répondre

    Merci Jean-Jacques pour ton invitation… Pour ma part, je le fais moi aussi depuis très longtemps… j’appelle cela mon hibernation : Le temps pour me reposer, penser, faire le point du passé et projeter, rêver, réfléchir aux réajustements, à la réorganisation de ce qui doit être réajusté ou réorganisé. C’est donc le TEMPS de revenir dans mon intériorité pour me ressourcer, réorganiser mon énergie.

    Je te souhaite une belle et douce hibernation ((-_-))
    ML

  • Tollet
    Publié le 09:36h, 22 décembre Répondre

    Jean-Jacques, en ce jour de solstice d’hiver, j’ai aimé partagé ce beau texte de Clarissa Pinkola Estès, l’auteure de « Femmes qui courent avec les loups », avec mes plus chers amis.
    Je te l’envoie à toi aussi.
    Martine

    Mes amis, ne perdez pas courage. Nous avons été préparés pour cette époque. De nombreuses personnes profondément et véritablement déconcertées m’ont contactée récemment. Elles sont préoccupées par l’état des choses qui se déroulent actuellement dans le monde. Nous vivons une époque de stupéfaction quotidienne et souvent de colère justifiée vis-à-vis des dernières dégradations commises contre ce qui compte le plus pour des gens civilisés ou visionnaires.
Vos appréciations sont justes. La gloire et l’orgueil démesuré auxquels certains ont aspiré tout en entérinant des actes si abominables contre des enfants, des personnes âgées, des gens ordinaires, des pauvres et des sans-défense, est à couper le souffle. Pourtant, je vous exhorte, je vous le demande, je vous supplie, s’il vous plaît de ne pas laisser votre esprit s’assécher en épuisant vos larmes pendant ces temps difficiles. Surtout ne perdez pas espoir. Plus particulièrement car le fait est que nous avons été préparés pour vivre cette époque. Oui. Pendant des années, nous avons appris, pratiqué, attendu et été formés pour répondre à ce niveau exact d’engagement.
J’ai grandi sur les Grands Lacs et je sais reconnaître un vaisseau qui est en état de naviguer lorsque j’en vois un. Concernant les âmes éveillées, il n’y a jamais eu de par le monde autant de vaisseaux à flot qu’actuellement. Et ils sont parfaitement équipés et capables de se signaler les uns aux autres comme jamais auparavant dans l’histoire de l’humanité.
Regardez par-delà la proue ; il y a des millions d’embarcations d’âmes justes qui se trouvent sur les eaux avec vous. Même s’il est possible que vos coques tremblent à chaque vague au coeur de l’orage agité, je vous assure que les grandes poutres qui composent votre proue et votre gouvernail proviennent d’une forêt bien plus vaste. Ce bois de construction est connu pour résister aux tempêtes, pour sa capacité à maintenir ensemble, pour sa résistance et sa longévité, quoi qu’il advienne.
En tout temps d’obscurité, face à tout ce qui ne va pas dans le monde ou qui semble irréparable, il existe une tendance à se détourner vers l’inconscience. Ne vous focalisez pas là-dessus. Il existe également une tendance à se laisser affaiblir en s’attardant sur ce qui est hors de portée ou sur ce qui ne peut encore se produire. Ne vous focalisez pas sur cela. C’est comme vouloir gonfler les voiles sans les avoir hissées.
On a besoin de nous, c’est tout ce que nous avons à savoir. Et bien que nous rencontrions de la résistance, nous rencontrerons d’autant plus de grandes âmes qui nous appelleront, nous aimeront et nous guideront et nous les reconnaîtrons quand elles apparaîtront. Ne disiez-vous pas que vous étiez croyants ? Ne disiez-vous pas que vous vous étiez engagés à écouter votre voix supérieure ? N’avez-vous pas demandé la grâce ? Ne vous rappelez-vous pas qu’être dans la grâce signifie se soumettre à la voix supérieure ?
Notre travail n’est pas celui de réparer le monde entier en une seule fois mais de tendre à rétablir cette part du monde se trouvant à notre portée. La plus petite et paisible chose qu’une âme puisse faire pour en aider une autre, pour aider une partie de ce pauvre monde en souffrance, sera d’une aide immense. Il ne nous est pas donné de savoir quels actes ou qui les accompliront permettant d’entraîner la masse critique qui fera pencher les choses vers un bien durable.
Pour qu’un changement profond puisse avoir lieu, ce qui est nécessaire est une accumulation d’actes, ajoutés les uns aux autres, continuellement. Nous savons qu’il n’est pas nécessaire que tout le monde sur Terre participe pour que prévalent la justice et la paix, mais seulement un petit groupe déterminé qui n’abandonnera pas à la première, deuxième ou centième tempête.
Une des actions les plus apaisantes et puissantes que vous puissiez accomplir pour intervenir dans ce monde tourmenté, est de vous lever et de révéler votre âme. Sur le pont, dans les temps d’obscurité, l’âme brille comme de l’or. La lumière de l’âme projette des étincelles, peut envoyer des balises lumineuses, faire des signaux de feu et permet à ce qui est juste d’être allumé. Pour que la lanterne de l’âme puisse être vue dans des temps d’obscurité comme ceux-ci – il nous faut être énergiques et faire preuve de miséricorde envers autrui : ce sont là deux actes d’immense bravoure et de la plus grande nécessité.
Les âmes se débattant captent la lumière des autres âmes pleinement éveillées et prêtes à le montrer. Si vous souhaitez aider à calmer le tumulte, c’est l’une des plus puissantes choses que vous puissiez accomplir.
Il y aura toujours des moments où vous vous sentirez découragés. J’ai moi aussi ressenti le désespoir de nombreuses fois dans ma vie, mais je ne lui accorde pas de place. Je ne le nourris pas. Je ne lui permets pas de manger à ma table.
La raison est la suivante: Au plus profond de moi, je sais quelque chose, tout comme vous le savez. C’est qu’il ne peut y avoir de désespoir lorsque vous vous rappelez pourquoi vous êtes venus sur Terre, qui vous servez, et qui vous a envoyé ici. Les bonnes paroles que nous prononçons et les bonnes actions que nous accomplissons ne nous appartiennent pas. Ce sont les paroles et les actes de l’Un qui nous a amenés ici. Quand un grand navire est amarré dans le port, il est en sécurité, cela ne fait aucun doute. Mais ce n’est pas dans ce but que sont construits les grands navires.

  • ouioui
    Publié le 09:35h, 22 décembre Répondre

    bien sur ,je ressens viscéralement ce besoin de prendre la distance avec cette agitation ,je me fais l’impression d’etre un personnage « off » plantée ds un décor de vieux film….alors oui,je me saisis de votre main tendue et j accepte sans etat d’ames ,cette distance necessaire à mon « bilan »
    cette année ce sont mes fils qui se chargent de tout….je n’en pouvais plus..
    merci Jean Jacques ,vous exprimez avec grâce et precision ce que je ressens confusément
    à l’année prochaine

  • Odette
    Publié le 09:29h, 22 décembre Répondre

    Bonjour cher Jean-Jacques, c’est toujours avec plaisir que je reçois votre newsletter.
    Pour ce qui concerne la période dite « des fêtes », je l’ai particulièrement en horreur ne serait-ce qu’en raison du nombre d’animaux sacrifiés pour le plaisir gustatif de l’espèce malfaisante à laquelle j’ai le malheur d’appartenir. Chez moi, jamais de cadavre dans les assiettes, et ce depuis de très très longues années.
    Et quand je vois l’état de notre malheureuse planète, notre Mère à tous, il n’y a vraiment aucune raison de se réjouir de quoi que ce soit.
    2013 s’achève pour nous dans la douleur puisqu’il y a 3 jours, l’ainée de notre famille chats nous a quittés à l’âge de 17 ans. Certains diront « ce n’était qu’un chat », pour moi, c’était ma fille, au même titre que mon seul enfant humain et je la pleure comme telle.
    Bien à vous, Jean-Jacques.

  • Bijoliane
    Publié le 09:21h, 22 décembre Répondre

    Un grand merci Jean-Jacques pour tous ces messages, ces envies de vivre, de chanter, de réfléchir, de méditer et d’aller vers soi toujours avec grâce pour mieux être présente aux autres. Merci pour tous ces messages de « sobriété heureuse » que je m’efforce aussi de vivre au mieux et de faire partager. Merci pour le fait de ne pas me sentir isolée dans cette envie de retrait et de soliitude bénéfique pour les fêtes de consommation. Merci pour tout, c’est trop bon et ça fait du bien !

  • Gilbert
    Publié le 09:20h, 22 décembre Répondre

    Merci pour cette invitation à se poser (pauser !). J’aimerais apporter mon petit caillou sur le « cairn » au bord de notre chemin commun : un texte écrit par un ami qui nosu invitait à nou sposer les vraies questions.
    Décembre est un mois terrible !
    Premier dimanche de l’avent.
    Tandis que, dans un souci de développement durable, rues et avenues de nos villes et villages s’illuminent de milliers d’ampoules basse tension et de leds, l’on coupera le courant à plusieurs familles qui auront déraillé dans la maîtrise de leur budget en oubliant d’honorer leur facture gaz/électricité. Leurs enfants auront peut-être des cadeaux, qu’ils ouvriront à la lueur des réverbères.
    Deuxième dimanche de l’avent.
    Tandis que les magasins, non contents de vous aguicher les jours de la semaine, vous ouvriront largement leurs portes les dimanches de ce mois. Vous pourrez enfin dimanche, acheter les croquettes pour votre chat qui, reconnaissant, ronronnera de plus belle dans sa douce litière.
    Troisième dimanche de l’avent.
    Tandis que vous décidez en famille, de faire un tour au marché de Noël, vous vous rendez compte que non seulement tous vos camarades alsaciens s’y sont donnés rendez-vous, mais par une sorte d’internationale solidarité, des milliers d’allemands, de hollandais, de belges, de suisses et de quelques japonais saupoudrés, ont eu la même idée pour leur dominicale promenade. Vous êtes là, serrés comme le sont dans leurs caisses les fameux saucissons du stand devant vous. Comme tout le monde, vous en achetez 5 pour le prix de 4, parfumés au chevreuil, au Roquefort, aux noisettes, et à l’âne. Et là, vous entendez braire non loin de vous. Le bruit vous intrigue et vous essayez d’en montrer l’origine à vos enfants. Non sans peine, vous naviguez en pagayant dans la foule. Vos efforts sont un succès, vous arrivez devant ce que les organisateurs ont appelé une crèche vivante. Petit Jésus en plastique (on ne fait pas encore travailler les mineurs le dimanche) dans les bras attentionnés d’une Marie transie, tandis que son gaillard de Joseph se réchauffe au fond de bouteille de poire Williams. Le bœuf n’a pas daigné venir, c’est vrai que demain, lundi, on lui a prévu une autre sortie, ce sera sa dernière. L’âne est bien là, hilare, s’amusant du spectacle vivant qu’avec vos amis hollandais et japonais, vous lui offrez chaque dimanche de ce mois. Hi-han, hi-han !
    Quatrième dimanche de l’avent.
    Tandis que vous préparez d’inutiles cadeaux par vos proches imposés, c’est la misère qui s’imposera à d’autres. Pas toujours celle de n’avoir pas le sou. Mais celle de la solitude, du rejet, de la déchirure affective, du couple qui bat de l’aile, en décembre plus qu’à d’autres moments, de l’enfant en mal d’école, comme l’on est en mal de mer sur une galère. L’on n’a pas le choix, et l’on vomit ce que l’on a ingurgité. Solitude du vieillard, qu’une soignante vient bichonner tous les jours, sauf ce dimanche, profitant de son congé pour faire son marché.
    Décembre Seigneur, est un mois terrible !
    Pourtant c’est Noël, c’est lumineux, c’est joyeux. Les enfants rient, les familles chantent, les vieux content des histoires, les dindes se complaisent de la chaleur cuisante du four, les chorales ont fait des efforts et un joli répertoire, les boîtes de Bredala sont débordantes, les sapins décorés, les cadeaux emballés, comme le sont les touristes sur les marchés. Tout devrait baigner. Les enfants, les amoureux, les familles, les commerces, les églises, les députés.
    Tout est prêt, mais pour quoi, pour qui, pour quel événement ? Si l’âne pouvait parler, il nous le dirait, il y était, il a de la mémoire. C’était il y a longtemps, plus de 2000 ans, en Palestine occupée, il vint au monde un enfant, menacé de mort dès sa naissance par le roi du moment, mais adoré des bergers, des enfants et des petites gens. Il nous raconterait l’histoire de Marie et Joseph, de leur enfant Jésus, de Hérode, du sermon sur la montagne et celle du mont Golgotha.
    Décembre est un mois terrible, hi-hante l’âne à qui veut bien l’entendre.
    Ergé

  • Marie Hélène
    Publié le 09:14h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques et merci pour ce bel article et ce rappel.
    Cette année j’ai aussi besoin de ce temps de pause, de profondes retrouvailles avec qui je suis. Merci pour toutes les pistes que tu m’as donné. Je vais partager ton article sur facebook pour que le maximum de gens puisse en profiter.
    Très beau temps d’intériorisation pour toi! Joyeux Noël!

  • Jocelyne Vien
    Publié le 09:07h, 22 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Merci pour cette belle réflexion. Depuis plusieurs années, je prépare mes objectifs, mais comme dans la dernière année il s’est passé tant de choses et de changements dans ma vie, j’allais oublier cette importante étape de fin d’année. Pour le bilan, cette une excellente idée que je ne faisais pas et que je vais ajouter au menu des mes actions. Merci et je vous souhaite aussi votre vie rêvée.

  • Fernande
    Publié le 09:01h, 22 décembre Répondre

    TRES D ACCORD avec VOUS j.j j ai passer le 21 au *jardin de cristal* endroit
    magique et magnifique a ste-eulalie au Quebec on y parle et on vit de lumiere
    si vous venez au Quebec c est l endroit a visiter en attendant aller wwwjardinsdecristal.com
    j AIME vous lire MERCI D ETRE VOUS xx

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 00:53h, 23 décembre Répondre

      Bonjour Fernande, pour votre information, j’ai adopté le Québec comme patrie de cœur. J’y vis depuis 10 ans et demi !
      Merci pour la référence au jardin de cristal…

  • Lio
    Publié le 10:03h, 21 décembre Répondre

    Je te remercie pour cette invitation à ce temps de pause, cette invitation à me reposer et me déposer. Merci à la personne très chère qui m’a fait suivre cette page de ton blog.
    Mettre par écrit ses objectifs, c’est comme poser son cadre, pour l’année à venir et au-delà. Se permettre ce temps de laisser une trace en quelques mots pour maintenant et les futurs présents est un vrai bonheur, un moment de paix avec soi. En s’appuyant sur un constat, bienveillant, de ce que nous avons vécu jusque là, de comment nous l’avons vécu, quelles expériences, quelles émotions, quels ressentis, seul et partagé… me semble un élément de plus qui participe à dé-couvrir une part de plus de moi, qui participe à ouvrir plus encore, à moi et à l’autre, ce que je suis vraiment vraiment.
    Merci pour cette pierre posée à l’édifice de la vie.

  • Dalila
    Publié le 05:07h, 03 décembre Répondre

    Excellent, merci pour cet article.

  • cécile
    Publié le 12:54h, 24 septembre Répondre

    et bien décidément, je suis époustouflée par tout ce que tu donne dans ce blog !
    rien que d’en faire le tour me prendra un certain temps, après avoir « perdu » une autre source « nourricière » en voici une autre beaucoup moins ésotérique et pourtant toute aussi riche, notamment de rappel de mise en pratique, avec une vrai profondeur !
    pour en revenir à cet article, et bien oui c’est bon de s’entre rappeler le rythme des saisons et en particulier celui de l’hivers qui s’annonce comme un replis sur soi en perspective d’une nouvelle naissance.
    ce qui peut aussi m’éclairer sur le pourquoi pour certaines personnes ce temps est si pénible et peut générer autant d’appréhension et d’angoisse, et cela dans le cadre de ma pratique d’ostéopathe pour être précise.
    pour ma part, je me suis déjà entendu conseiller ce temps de bilan à cette période l’année sans que ça ne rentre plus en résonnance que ça avec le moment que je vivais.
    aujourd’hui, après un long chemin de reconnaissance, de travail sur moi, ce temps me parait vraiment pertinent;
    alors je m’ouvre à cette idée de choisir avec soin ce temps dans les semaines qui viennent pour écrire ce bilan et m’en remettre à cette fin de cycle que je vie, pour m’ouvrir à cette renaissance, ce prochain cycle.

    avec tous mes remerciements de donner, d’offrir, de mettre en ligne tout ce travail magnifique.

    Cécile

  • m'sisi
    Publié le 02:59h, 06 mars Répondre

    Bonjour Jean Jaques,
    Curieusement cet hiver, je me suis retrouvée immobilisée par mes genoux (je nous) qui refusaient de continuer à fuir comme je l’ai fait jusqu’à présent. Donc je me suis « posée » chez moi, seule et la solution à mon problème est arrivée il n’y a pas très longtemps, une solution parfaite.
    Merci pour ta lettre, intuitivement cela confirme mon ressenti.
    bien cordialement
    m’sisi

  • Fabien
    Publié le 09:18h, 24 décembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,

    avant tout merci pour tout. Depuis quelques années je suis très attentif à tes correspondances et c’est avec grande impatience que je les attend.
    Alors oui, merci Jean Jacques de m’avoir ouvert les yeux sur ce monde.
    Maintenant je sais que je suis en partie responsable de son état, par mes pensées j’ai fais ma part, mais aussi dans ma façon de vivre.
    Heureusement que des gens comme toi nous réveillent, et nous donne les moyens de prendre nos vies en mains.
    Ta vision quantique de ce monde mais surtout l’approche alchimique suggérée par Patrick Burenteinas que tu nous expliques si clairement m’ont bouleversés.
    Je travaille beaucoup sur moi même et je suis satisfait de mon nouveau cap.
    Ma vie est plus fluide et de plus en plus de décision m’appartiennent.
    Je ne consomme plus de la même manière.
    Je fait attention à mon enveloppe mais aussi à ce qu’il y a dedans.
    Mais ce qui me frappe le plus c’est que de plus en plus de gens adhèrent à cette prise de conscience.
    En France des pionniers comme Pierre Rabhi, Stéphane hessel, Laurent Muratet, Etienne Godinot et tant d’autre travaillent pour mettre « un nouveau monde en marche » (édition Yves Michel).
    Peut être que ces gens ne te connaissent pas mais ils sont déjà des pionniers car ils connaissent le secret de la vie.
    Ici je te parlerai aussi du docteur Lefebure ( phosphenisme.com) qui lui a beaucoup travaillé sur les bienfaits des phosphènes. Les celtes connaissaient sûrement toute la puissance que la lumière peut nous offrir.
    Encore merci à vous tous qui me faites grandir chaque jour.
    Prends soin de toi.
    Fabien

  • Ann-Christine
    Publié le 04:34h, 12 décembre Répondre

    Monsieur Crèvecoeur,

    Merci pour cette lettre qui ne m’est bien sur pas adressée personnellement,
    mais qui me touche. Formatrice en feng shui, je ne peux qu’abonder en votre
    sens concernant les vibrations particulières du solstice d’hiver.
    Merci encore pour votre générosité à toujours partager votre savoir au
    plus grand nombre. Bien sûr, vous gagnez votre vie en faisant ces
    conférences et en vendant vos DVD, mais vous donnez tellement plus ! Ma
    vision du monde change effectivement au regard de vos conférences. Et quand
    une transformation s’opère aussi profondément et influence une vie, ça n’a
    pas de prix.
    Bien à vous.

    Ann-Christine MAHIEU

    • Jacynthe
      Publié le 10:02h, 22 décembre Répondre

      Bon dimanche M. Jean-Jacques

      Relire votre article cette année me fait prendre conscience combien nous retombons vite dans nos vieilles habitudes…Après cette lecture en fin d’année 2012, j’avais de bonnes intentions concernant mes objectifs 2013 mais la cohue et la fébrilité de la vie m’a fait quelque peu dévié de mes cibles ou du moins les oubliés…. je pense que j’aurais dû noter dans un carnet toutes mes observations à l’époque (ce que je n’ai pas fait). Il aurait ainsi été plus facile d’y recourir souvent et garder le cap.
      Donc, cette année mon objectif est justement de refaire cette introspection et noter par écrit tout ce qui me permettra de maintenir vivants et actuels mes objectifs de vie pour 2014.
      Pour toute autre considération, j’aime bien démontrer à ma famille et mes ami(e)s combien ils sont importants dans ma vie. Je trouve le moment de l’année propice mais je le fais en toute modération et bien humblement.
      Finalement, j’ai beaucoup de gratitude pour votre travail qui nous enrichit jours après jours et nous incite à être plus conscients et à nous dépasser afin d’être des meilleures personnes. Alors, merci à vous aussi d’être dans ma vie.
      En union de coeur
      Jacynthe

Écrire un commentaire

Veuillez résoudre *