Vie consciente #17 : Je suis en crise (III) – Du travail sur soi à l’engagement militant…

17 Mai Vie consciente #17 : Je suis en crise (III) – Du travail sur soi à l’engagement militant…

Ce texte a été envoyé le vendredi 17 mai 2019 à l’ensemble des abonnés de ma liste sous forme de courriel. C’est un texte qui précise dans quelle direction s’orientent les activités de la plateforme d’Émergences. Lisez-le et partagez vos commentaires au bas de cet article.

« Je suis en crise… »

C’est par ces mots que je m’adressais à toi qui fais partie de ma liste de contacts, à la fin du mois d’août dernier…

Lorsqu’on traverse une crise aussi profonde que celle que j’ai traversée ces derniers mois, il faut du temps, beaucoup de temps… C’est ce qui s’est passé pour moi.

Mon dernier courriel à propos de ma crise datait du 20 septembre 2018. Huit mois plus tard, je trouve enfin les mots pour te partager en toute sincérité en quoi cette crise profonde a été féconde pour moi, pour mon équipe et — je l’espère — pour toi…

C’est à une nouvelle dimension de ma vocation professionnelle que je suis en train de renaître. Et cette nouvelle dimension sera entièrement dédiée à l’émergence d’une meilleure vie et d’un meilleur monde, entièrement consacrée au réenchantement de notre vie et de notre monde…

LE TRAVAIL SUR SOI ET LA MILITANCE DEVIENNENT INDISSOCIABLES ET COMPLÉMENTAIRES

Dans mon premier courriel envoyé le 27 août 2018 (dont tu peux retrouver le texte en cliquant ici), ce que je disais pourrait se résumer à ceci :

« J’ai cru très longtemps au fait que la meilleure manière de changer le monde de manière positive était de travailler sur soi. Et qu’en faisant chacun notre part (comme le colibri), non seulement nous allions attirer à nous des circonstances positives et harmonieuses, mais surtout nous pourrions créer un meilleur monde par nos actions et notre rayonnement…

Aujourd’hui, je vis un profond désenchantement par rapport à l’évolution du monde. Et je suis déçu de voir comment des gens sans conscience et sans compétence se sont emparés du développement personnel pour en faire un business aussi creux qu’inefficace… »

Au vu des milliers de réactions positives que ce premier message a engendrées, j’ai envoyé trois semaines plus tard un deuxième courriel dans lequel je faisais mon « coming out spirituel » (dont tu peux retrouver le texte en cliquant ici)…  Courriel qu’on pourrait résumer comme suit :

« Comme vous, je ne me reconnais plus dans la réalité qu’on nous impose via les médias, l’industrie du divertissement, les discours officiels et la société de consommation. De plus, j’ai été piégé par ce concept de village global qui m’a fait croire que notre Terre abritait un seul monde… alors qu’en réalité, une multitude de mondes coexistent avec des valeurs, des codes et des rituels différents.

Parmi cette multitude, les sociologues ont identifié une frange de la population de plus en plus importante qu’ils nomment « les créateurs de nouvelle culture appelés aussi les créatifs culturels » qui représentent près d’un tiers des adultes de nos pays et qui se reconnaissent dans d’autres valeurs que celles du monde dominant… Par ailleurs, le plus grand mouvement du monde, réunissant pourtant des millions d’associations à but non lucratif, est totalement invisible aux yeux des médias… »

Je terminais en vous demandant de me décrire le monde dont vous rêviez, les valeurs qui vous étaient chères et la contribution que vous souhaitiez apporter, afin de participer, ensemble, à un autre monde. Là aussi, vous avez été des centaines à répondre à mon appel…

Prochainement d’ailleurs, je vous adresserai un autre courriel pour synthétiser les centaines de réponses que vous avez laissées sur mon blog.

À partir de ces prémisses, il est devenu évident pour moi qu’il faut établir de nouveaux ponts, de nouvelles alliances entre le travail sur soi d’une part et l’engagement social d’autre part.

Car, à quoi servirait-il d’apprendre à être mieux dans sa peau, à mieux communiquer, à trouver le sens de sa vie… si nous vivons dans un environnement social, politique et économique de plus en plus difficile à supporter ?

Inversement, à quoi servirait-il de militer, de manifester dans les rues, de combattre les injustices… si nous manquons de conscience (de soi et des autres) et si notre regard sur la réalité adopte une vision étroite et unilatérale ?

Pour le dire encore autrement, travailler sur soi n’arrêtera pas les dictatures qui se sont immiscées dans nos vies, sous prétexte de nous protéger des communistes, des maladies, des sectes et des terroristes (pour ne citer que quelques ennemis virtuels qu’on nous a présentés comme des menaces réelles). Si les personnes comme toi et moi qui avons développé une conscience de soi et une éthique ne se retroussent pas les manches pour protéger l’avenir des générations futures, alors qui le fera ?

Par ailleurs, mon expérience des groupes militants, c’est que très souvent, ce sont les jeux d’ego et de pouvoir en interne qui anéantissent l’efficacité de leurs actions avant même que le pouvoir en place n’en soit inquiété. D’où la nécessité d’un travail sur soi en profondeur pour donner une chance à nos actions citoyennes et sociales…

CE QUE JE CONFIRME DANS MON ENGAGEMENT

Dans le courriel envoyé fin septembre, je vous annonçais qu’il y aurait d’autres courriels pour poursuivre le dialogue entamé autour de cette question centrale :

Dans quel monde voulons-nous vivre ? À quel monde voulons-nous contribuer ?

Ma crise était tellement profonde, tant sur les plans personnel, conjugal que professionnel que j’ai été incapable de t’écrire pendant tous ces mois… Pire… Pendant deux mois complets (entre la mi-novembre et la mi-janvier), je n’ai plus été capable de produire une seule vidéo de formation pour l’Académie des Relations Authentiques. J’étais même prêt à envisager d’arrêter mon activité de formateur…

J’ai reçu des centaines de marques de sympathie, de soutien et de bienveillance de la part de mes étudiants qui ont accepté, avec beaucoup de respect, que je plonge encore plus profond dans les racines de mon être…

En même temps, comme tu le sais sans doute, nous sommes toujours seul et démuni lorsque le temps est venu de traverser l’épreuve du feu…

C’est ainsi que pendant ma retraite annuelle autour du solstice d’hiver, j’ai choisi de retourner à la racine de mon engagement qui, chez moi, se manifeste au cœur de ma vocation professionnelle. Et la question, pour moi, était :

« Pourquoi je fais ce que je fais ? Quelle est ma motivation profonde à continuer à œuvrer en tant que formateur (je le suis depuis 1989) ? Est-ce que cette activité me donne encore envie de me lever tous les matins ? Et surtout, comment puis-je évoluer (si je continue) pour inscrire mon activité dans cette nouvelle perspective ‘militante’ ? »

Et bien sûr, cette question du sens s’inscrivait dans une question encore plus vaste :

« Dans quel monde est-ce que, MOI, je veux vivre ? Quelle CONTRIBUTION PERSONNELLE je veux apporter à ce monde ? Autrement dit, au service de quoi et de qui je veux me mettre jusqu’à la fin de mes jours ? »

Après plusieurs mois de cheminement intérieur, aidé en cela par toute mon équipe, mes lectures et mes méditations, je suis en mesure de vous livrer les premiers éléments de réponse qui ont émergé de mes réflexions (ma société commerciale s’appelle quand même Émergences International, non ?).

À PROPOS DE MA MOTIVATION PROFONDE…

Je confirme que ma motivation est encore d’accompagner les personnes que la vie met sur mon chemin dans un processus de croissance, de conscience et d’individuation afin que celles-ci aient les moyens concrets de reprendre leur vie en main, individuellement et collectivement.

Avant de participer à des compétitions internationales, les sportifs de haut niveau s’entraînent pendant des années avec l’aide d’un préparateur physique, d’un coach sportif et d’un entraîneur mental…

Avant de partir au combat, les militaires s’astreignent à de longs mois de formation, d’exercices éprouvants et d’entraînements intensifs…

Avant de s’inscrire à des concours musicaux, les artistes consacrent des années de leur vie à maîtriser leur instrument sous la supervision de divers professeurs et à faire passer des émotions grâce aux conseils de leurs maîtres de musique…

Il en est de même pour nous. Pour que nous ayons réellement les moyens concrets et efficaces de reprendre notre vie en main, pour que nous ayons réellement les moyens concrets et efficaces d’influencer positivement nos conditions de vie sur le plan collectif, il nous faudra nous former, nous exercer et nous entraîner de manière approfondie.

Sans cela, nous pourrions continuer à rêver d’une meilleure vie et d’un meilleur monde et à espérer que les choses changent… Mais rien ne changera.

C’est au service de cela que je me suis toujours mis, en mettant à la disposition de chacun les meilleures approches pédagogiques et méthodologiques…

Tu vois, j’ai trop de respect pour les personnes qui me suivent comme toi pour vous proposer une démarche qui promet le salut et la guérison en quelques heures de travail. J’ai trop de respect pour le temps, l’énergie et l’argent que tu investis dans un programme de formation pour ne pas te donner les moyens de vivre une véritable transformation durable et effective…

Je crois, fondamentalement, que chaque être humain est né pour apprendre à vivre libre, conscient et responsable de sa vie. Mais je sais, par expérience personnelle et professionnelle, que cette liberté, cette conscience et cette responsabilité ne nous sont pas données à la naissance sur un plateau. Et elles ne sont favorisées ni par notre éducation, ni par notre culture, ni par nos religions. D’où la nécessité d’apprendre ces compétences essentielles si nous voulons reprendre le pouvoir sur notre vie…

De par ma formation pluridisciplinaire, de par ma longue expérience de formateur professionnel et — surtout — de par mon cheminement intérieur de remise en question permanente depuis janvier 1983, je sais que des changements durables et observables ne s’obtiennent qu’au prix d’un investissement profond dans la durée et d’un engagement sincère à reconnaître toutes les facettes de notre être, ombres comme lumières…

C’est la raison pour laquelle je re-choisis, encore et toujours, ma vocation de formateur-accoucheur. C’est la raison pour laquelle je re-choisis de vous apprendre à pêcher plutôt qu’à vous donner du poisson. C’est la raison pour laquelle je re-choisis de vous challenger dans vos processus d’apprentissage et d’entraînement avec des niveaux d’exigence de plus en plus élevés, parce que je sais qu’un être humain ne trouvera jamais son bonheur dans la facilité et dans la médiocrité.

C’est la contribution que je veux être la mienne dans ce contexte actuel de crise collective… C’est tout cela qui me donne envie de me lever tous les matins…

CE QUI VA CHANGER CHEZ NOUS, POUR TOI…

J’ai la conviction et la preuve que je peux faire une différence positive dans la vie de ceux et celles qui ont le désir sincère et la détermination de devenir les héros et les héroïnes de leur propre destinée. Mais les héros et les héroïnes ne vivent jamais isolés. Grâce aux compétences qu’ils développent, ils participent à la création d’un monde qui leur ressemble et qui leur convient. Et c’est au service de ces êtres-là que je veux me mettre, en mettant à leur disposition, à TA disposition, les meilleurs repères et les meilleurs cheminements. Parce que toi aussi, à ta mesure, tu peux faire une différence positive dans le monde…

C’est une des prises de conscience majeure de mon processus d’introspection de ces derniers mois. Je ne veux plus limiter mon action uniquement à l’accompagnement des individus pour qu’ils reprennent leur vie en main. Je veux étendre mon action à la sphère sociale et collective.

Concrètement, il serait trop long de te décrire en détails toutes les nouveautés que mon équipe et moi-même sommes en train de te concocter… D’ailleurs, je ne te cache que c’est encore un « work in progress », un chantier en cours.

Sache simplement que nous avons décidé d’élargir les thématiques que nous aborderons au sein de la plateforme d’Émergences-Formations. C’est ainsi que j’ai déterminé douze doubles catégories (incluant entre autres l’écologie, l’alimentation, l’agriculture, l’économie, la justice, l’habitat sain, etc.) qui décrivent différentes dimensions qui peuvent avoir un impact déterminant sur la qualité de notre vie.

Nous avons également décidé de varier les formats des cours et des formations que nous t’offrirons très prochainement. Il y aura des cours d’introduction, des cours spécialisés de quelques heures sur des sujets très spécifiques, des conférences mensuelles en ligne…

Nous avons aussi décidé de changer les modalités de participation à nos programmes longs de Formation-Apprentissage-Entraînement. C’est ainsi qu’à partir de maintenant, il te sera possible d’acheter les modules un à la fois et d’étaler davantage ton processus d’intégration dans le temps, sans stress et sans frais supplémentaires…

Mais de tout cela, je te parlerai dans mes prochains courriels…

J’ai encore plein d’autres projets en cours comme l’écriture de nouveaux livres, la mise en place de réseaux de réflexion sur le changement social, l’organisation de rencontres dans des lieux physiques… Mais c’est vraiment trop tôt pour t’en parler !

Ce que je voudrais que tu retiennes, c’est que beaucoup de choses vont changer dans ce que je te proposerai dans les prochaines semaines et dans les prochains mois.

Et que ce changement va dans le sens d’une alliance entre le travail de transformation intérieure et le travail de transformation extérieure, d’une alliance entre la sphère individuelle et la sphère collective…

CE QUE J’ATTENDS DE TOI, MAINTENANT…

Maintenant que tu viens d’entrevoir le fruit d’un processus de crise qui a duré plus de deux ans pour moi, et dont le paroxysme a eu lieu l’été dernier, j’attends deux choses de toi…

  1. Dis-moi comment tu reçois les propos que je t’ai partagés… Dis-moi quel écho mes paroles ont eu à l’intérieur de toi… Dis-moi quelle résonance tu as retrouvée dans tes propres réflexions… Pour ce faire, laisse-moi ton message sous le présent article…
  2. Dis-moi quelles seraient les premières thématiques que tu aimerais que j’aborde dans les cours spécialisés de 4 à 8 heures que je suis en train de préparer… Pour voter, il te suffit de cliquer sur ce lien et de choisir les thématiques que tu aimerais voir traitées en priorité. Bien entendu, le fait de voter ne t’engage à aucune obligation…

C’est avec intérêt et gratitude que je prendrai connaissance de tout ce que tu me communiqueras à travers les deux liens que je viens de te donner…

Prenons soin de nos vies et réenchantons le monde, ensemble, dès maintenant…

Cordialement et fraternellement…

Jean-Jacques Crèvecœur

LAISSEZ VOS COMMENTAIRES, VOS QUESTIONS, VOS TÉMOIGNAGES

Mon vœu le plus cher, c’est que vous laissiez, sous cette page, comment ce texte a trouvé une résonance chez vous. Pour que les autres visiteurs de ce blog soient nourris à leur tour, non seulement par mes propos, mais aussi et surtout par vos apports.

PETITE ASTUCE POUR PUBLIER VOTRE MESSAGE DANS DE BONNES CONDITIONS

Pour publier votre message, rendez-vous juste sous ce petit texte. Il arrive parfois que le site se coupe quelques secondes, faisant disparaître tout votre texte alors que vous êtes en pleine rédaction. Petite précaution : enregistrer régulièrement votre texte pour ne pas tout perdre. Une fois que vous avez rédigé votre texte, vous devez obligatoirement laisser votre nom (ou votre pseudonyme), votre adresse courriel (qui ne sera pas publiée), mais vous devez aussi répondre à une question de simple calcul, en inscrivant la réponse du calcul en chiffre ! Ce petit dispositif a été installé afin de vérifier que vous n’êtes pas un robot venant polluer mon blogue.

ATTENTION : Votre commentaire ne sera pas publié immédiatement si c’est la première fois que vous publiez un commentaire sur ce blog. Il devra être lu et validé par nos soins avant d’apparaître (ce n’est pas de la censure, mais de la lutte anti-spam, anti-publicité et anti-robot). Donc, pas d’inquiétude à avoir ! Juste un peu de patience…

Écrire un commentaire

Veuillez résoudre *

220 Commentaires
  • gislène
    Publié le 11:18h, 15 juin Répondre

    Bonjour Jean-Jacques

    D’abord merci pour votre authenticité quand l’année passée j’ai lu tes mails ou tu disais être en crise, je me suis dites….Je suis pas la seule. Je suis dans ma 50 eme année et après avoir fait un long travail sur moi, je me trouve maintenant devant ce grand questionnement ? Qu’est-ce que tu veux faire du reste de ta vie ? Ou veux-tu mettre de l’importance et ou ne veux-tu plus en mettre. Quel est l’impact que tu as envie d’avoir ? Et y en a marre de toutes ces formations sur internet qui promettent que tu accèdes à la réussite ou au bonheur en 1 clic de doigt. J’en ai marre qu’on prenne les gens pour des pigeons ( peut-être est-ce mon point de vue..) Mais quand je vois ces formation ou on te dit que grâce à eux tu vivras la vie de tes rêves ???? franchement ça me fait rire et en même temps pas trop pour toutes ces personnes qui y croient.. C’est un chemin qui se fait un pas après l’autre et c’est pas une formation sur internet qui va t’apporter le bonheur.

    Enfin bref j’ai envie d’avoir un impact positif sur ceux qui m’entourent en étant authentique et intègre . Mais je me sens encore dans cette crise existentielle ou je sors de l’illusion de la toute puissance par l’effet colibri effectivement.

    Alors comment faire ???

    Merci en tous les cas de ton partage et je vais regarder de plus près ce que tu proposes.

  • Rita
    Publié le 06:58h, 12 juin Répondre

    Tu mets les bons mots sur ce que je ressens. Toujours finement analysé, concret et gros chantier en vue .
    Bravo déjà pour les prejets et bonne réalisation.

  • SAINT MARC
    Publié le 13:07h, 10 juin Répondre

    Bonjour Jean Jacques

    J’ai particulièrement apprécié vos derniers mails!En effet,ça résonne beaucoup chez moi!Depuis quelques temps déjà,mais de plus en plus ces derniers temps,je me sens complètement en dehors de ce monde,comme une extra terrestre!
    Je travaille et aime mon travail dans le cadre social! Je suis responsable d’équipe ce qui me permet d’utiliser tout ce que j’ai appris durant mon chemin de vie notamment ma psychothérapie longue et d entretenir des relations saines et relativement pacifiques!De plus tout le travail sur moi me rend très lucide sur moi d’abord ,et sur les autres !Leurs comportements,les manipulations…etc De ce fait je me sens ,finalement,trop clairvoyante sans prétention aucune!Je suis tellement d’accord avec ce que vous dites à propos : »Par ailleurs, mon expérience des groupes militants, c’est que très souvent, ce sont les jeux d’ego et de pouvoir en interne qui anéantissent l’efficacité de leurs actions avant même que le pouvoir en place n’en soit inquiété. D’où la nécessité d’un travail sur soi en profondeur pour donner une chance à nos actions citoyennes et sociales… »J’ai une activité syndicale et me sens de plus en plus attristée,déçue par ces guerres d’EGOS entre les délégués syndicaux des diverses organisations au lieu de s’unir pour la collectivité!J’ai envie de dire que c’est tellement criant,énorme que je m’étonne que ça perdure!!! Malgré la désyndicalisation!!
    E n politique même chose!!!Je fais ce que je peux à l’intérieur pour dénoncer tout ça de l’intérieur mais dur dur!Visiblement je dérange!En fait vos mails confirment ce que je pense!Vous dites aussi:
    -Je crois, fondamentalement, que chaque être humain est né pour apprendre à vivre libre, conscient et responsable de sa vie. Mais je sais, par expérience personnelle et professionnelle, que cette liberté, cette conscience et cette responsabilité ne nous sont pas données à la naissance sur un plateau. Et elles ne sont favorisées ni par notre éducation, ni par notre culture, ni par nos religions. D’où la nécessité d’apprendre ces compétences essentielles si nous voulons reprendre le pouvoir sur notre vie…
    Complètement d’accord!J’aspire à un monde plus pacifique!Je fais à mon petit niveau!Je continue ma thérapie c’est un chemin de vie,et participe à Paris à des débats psychos,sociaux et citoyens!En tout je vous suis ,écoute depuis longtemps ai lu tout vos livres et me suis toujours sentie en accord avec vous!
    J’oubliais ,ce qui m’énerve aussi c’est tous ces coachs,thérapeutes qui promettent des guérisons à la vitesse V.
    Merci pour tout!

    Cordialement

  • bérenger
    Publié le 10:30h, 10 juin Répondre

    Personnellement, j’ai des relevés d’articles et mes petites histoires pouvant y aider égrenées de réflexions personnelles que je t’ai déjà plus ou moins communiqué. Autrement, excuse s’il te plaît, mes répétitions et mes décalages car je suis lente en tout et spécialement en informatique.
    Merci pour tout ce que tu pourras faire, et que tu fais déjà en partie, pour améliorer l’ambiance de notre passage sur terre, le rendre plus convivial.

  • bérenger
    Publié le 10:16h, 10 juin Répondre

    C’est exactement ça ! Merci beaucoup si tu y parviens.
    Amicalement : Geneviève.

  • Pierrette Salvadori
    Publié le 11:48h, 07 juin Répondre

    Bonjour Jean-Jacques
    J’ai pris le temps le temps de lire aujourd’hui…
    Je suis en « quête » de mission de vie avec toi mais en même temps des synchronités émergeaient par rapport à mon nouveau chemin de vie, fort de mes passions, de mes prises de conscience, de ma Vie passée, de mes compétences, de mon avidité à la curiosité et l’Amour que je porte à ceux qui m’entourent et à cette Dame Nature dans laquelle je vis.
    J’ai dû faire du chemin formateur, consciente que je devais avoir plus de savoirs et compétences, j’ai dû mettre en attente « Ma mission de vie » avec toi, même si elle s’est précisée de plus en plus mais assurée qu’elle devait évoluer avec une prise en compte de l’évolution de ce monde.
    Un matin angoissée et déboussolée par ce terrible constat qui d’un coup , nous tombe sur la tête, j’ai eu le même sentiment que toi : me mettre au service de mes pairs et nos enfants, les aider à prendre conscience de cette « fausse route » prise, générée par l’argent, la jouissance de la consommation, sortir de cette assistanat, remettre du beau et du bon sens.
    Passionnée de physiologie après des études scientifiques et une connaissance du monde médical hospitalier, diplômée en métiers de la forme, sportive sur l’éternel, passionnée par la vie, j’ai travaillé avec Thierry Casasnovas que je suis depuis de longues années comme toi et auj je suis auj coach de santé, hygienisme et régénération. Apprendre à l’autre à cultiver sa santé, à se renforcer, à se détacher de l’assistanat, à comprendre cette puissance vitale que nous avons en nous qui nous permet de nous régénérer si nous lui en donnons les conditions.
    Remettre du beau en nous à tous les niveaux…
    Voilà ma mission…
    De plus je me suis engagée dans la voie territoriale pour apporter ce discours de santé au plus grand nombre avec la conviction que le salut est dans le rural avec la reprise de la production et éviction tant se faire que peu, de la consommation.
    Te lire à nouveau m’a fait du bien, d’autant que notre constat est similaire;
    Bien à toi

  • Bérenger
    Publié le 03:15h, 07 juin Répondre

    C’est exactement ça ! Merci beaucoup, si tu y parviens.
    Amicalement : Geneviève

  • bérenger
    Publié le 13:40h, 05 juin Répondre

    Cher Jean-Jacques,

    Si je n’ai pas voté pour tes cours supplémentaires, c’est que je ne compte pas m’y inscrire. Dans l’ensemble, ils me paraissent excellents mais pour l’instant ils ne répondent pas à mes attentes (en ai-je réellement ? Ou suis-je dans la confusion moi aussi ?)
    Pour ma part, je pense que les problèmes que tu évoques ne se résoudront pas entièrement ainsi. Comme le dis très bien Marc (publié le 18 mai à 12h36.) nous sommes des pierres différentes et avons besoin d’être soudés. Soudés par quoi ?
    A mon avis, le ciment c’est l’Amour ! Comment l’obtient-on ? Grâce à l’empathie et la compréhension réciproque. Il est évident que mieux se comprendre et s’accepter soi-même aide à mieux comprendre et accepter les autres car malgré nos différences nous avons tous un point commun : la sensibilité ! Nos émotions diverses nous en prouvent le ressenti.
    Une fois qu’on a réussi à imaginer le ressenti de l’autre, il est plus facile de lui « donner le bénéfice du doute » comme on se le donnerait à soi-même. Car il faut l’avouer, on se pardonne plus volontiers n’importe quelle erreur ; parfois on va même jusqu’à s’inventer des excuses « les excuses sont faites pour s’en servir ! » mais pas que pour soi !

    L’empathie c’est quoi ?

    Essayer de se mettre à la place des autres ! Car lorsque nous parvenons à réaliser que l’autre est notre semblable et pourrait par conséquent être complémentaire à nous, il nous est alors plus facile de l’intégrer dans notre cercle d’Amour :

    Personnellement, il me semble qu’il ne faut pas confondre « sensibilité » et « empathie ».
    « La sensibilité », tout le monde l’éprouve dès le plus jeune âge. Ils suffit qu’un seul bébé se mette à pleurer dans une maternité pour que tous ses petits confrères l’accompagnent de leurs pleurs. On ne peut pas parler là précisément de compassion et encore moins d’empathie mais plutôt de communication sensorielle. « S’il pleure c’est qu’il a un problème qui pourrait nous atteindre, alors, par sécurité, pleurons donc aussi pour appeler à l’aide. » pensent-ils sans doute.
    Un peu plus tard, au niveau primaire par exemple, si un enfant vomit, tous ses petits condisciples se plaindront d’avoir la nausée. Ce n’est toujours pas de la compassion, ni de l’empathie, c’est simplement de l’imitation due à une sensibilité exacerbée.
    Combien « d’adultes » pleurent en visionnant un film qui n’a rien de réel mais qui les émeut par le scénario intelligemment élaboré et qui ne lèveront pas le petit doigt pour aider leur voisin en détresse…
    Et cela peut durer, pour certaines personnes, bien des années avant que « l’empathie » réelle apparaisse. Mais qui est-elle alors ?

    « L’empathie », fille de « la sensibilité », ressent aussi fortement ce que les autres ressentent ; mais elle, elle agit !

    Pourquoi ? Parce que non seulement, elle a ressenti ce que la personne en état de mal-être ressentait, mais en plus, elle a éprouvé le besoin de soulager ses souffrances. Cela peut être instinctif ou raisonné, peut importe, seul compte le résultat après tout.

    Mais toujours selon moi, pour en arriver là, il faut avoir eu soi-même l’expérience de la douleur ou du chagrin psychologique, voir éprouver les deux simultanément pour comprendre les autres. Alors à ce moment là, effectivement, en se mettant à la place de l’autre, on ressent les mêmes sensations désagréables ou on les imagine… et en plus, « on imagine le désir de soulagement » qu’éprouve l’autre et pour le satisfaire, tout en se satisfaisant soi-même (car on ne supporte pas la souffrance d’autrui quelle qu’elle soit, puisqu’elle nous fait souffrir aussi !) on agit dans la mesure de ses possibilités et selon son expérience personnelle propre.

    Conclusion : lorsque nous parvenons à réaliser que l’autre est notre semblable et est complémentaire à nous (et il peut s’agir de n’importe quel être vivant du moment que nous lui reconnaissons le droit d’éprouver des sensations semblables aux nôtres), il nous est alors plus facile de l’intégrer dans notre cercle d’Amour en devenant : empathique.
    Notre « sensibilité » aura pu nous y aider, certes, mais elle n’aura été que les prémisses de « l’empathie ».

    Petite pensée de dernière minute.

    Dieu ou la nature, nous a créé « multiples » pour le partage, et « incomplets » pour nous donner envie d’espérer :

    « l’union » qui est l’Amour !
    « On sait bien que l’important, ce n’est pas ce qui arrive à une personne mais la façon dont elle le prend. » Nelson Mandela.

    Ce qui est dur lorsque nous souffrons c’est la solitude, mais hélas devant la douleur physique ou psychologique nous sommes toujours seuls, quoique nous fassions. Nous pouvons toujours accompagner la douleur, de l’autre, en l’atténuant par notre désir de partage, en adoucissant ses souffrances par notre compréhension.

    Mais qu’est-ce qui tue l’ Amour ou l’empathie ?
    Là, la réponse est hélas facile : c’est l’indifférence !

    A 19 ans plutôt désespérée par cet état de fait, j’écris ceci :
    Les sentiments.
    Ils sont très importants : mais avons nous le temps de nous en occuper ? Nous, gens si pressés.
    Votre voisin meurt, ce devait être son heure ! Quelqu’un souffre à côté, pouviez-vous le deviner ?
    Non, évidemment. Et pourquoi gémir quand sur votre écran vous voyez mourir des acteurs payés, pour jouer ce rôle, l’espace d’une journée !
    Ah ! Ce n’est pas drôle ! Ouvrez donc les yeux, aimer, c’est observer. Une fois apprivoisé, vous pouvez aider ! Vous rendre utile dans votre ville.
    Prêcher, c’est facile. Il faut appliquer, çà, c’est difficile, sinon impossible.
    A quoi bon rêver ? Chacun est fermé, la fierté les retient, ou du moins l’instinct de propriété de la personnalité. ( l’individualisme !)
    Conclusion : Ginou, tes réflexions sont inutiles, et ne brillent que par tes illusions, que tu éparpilles dans ta rédaction.
    ————————————————————————————————————————
    Alors, pourquoi certains, malgré leurs efforts, ne parviennent-ils pas à être doué d’empathie ? Pourquoi en restent-ils aux apparences, pour sauver leur face ?

    -Parce que nous ne parvenons pas à être nous-mêmes réellement; il est souvent difficile de cultiver la sensibilité qui développe ou conserve l’empathie ! Car même si nous avons déjà possédé ce don en étant enfant, la jalousie, la rivalité, l’intérêt, la peur du ridicule (Qui n’est que la peur de ne pas être intégré dans le groupe choisi ! Un manque de confiance en soi, en somme !), l’annulent et notre conscience, elle, n’approuve pas notre nouveau comportement ! Alors nous, nous jouons les rôles de personnages fictifs pour nous mettre à l’abri de :« l’effet boomerang » que nous pressentons plus ou moins consciemment. C’est ce que nous appelons la théorie du masque ! Nous, nous abritons derrière un masque, mais hélas ce masque forme un écran entre nous et les autres qui eux, ne sont pas dupes longtemps (les bénis « oui-oui » ; les « grenouilles de bénitiers », les « tartuffes » de tous les styles, ne sont guère aimés) !

    -Parce qu’aussi, souvent au contact des autres, notre bonne volonté s’use à force d’être rabroués de toutes parts.
    -Parce que nous sommes fatigués et n’avons plus le courage de lutter et que nous nous résignons à la situation qui bien qu’injuste, tant qu’elle ne nous touche pas plus que ça, alors tant pis : « chacun pour soi et Dieu pour tous. »

    -Parce que certains, se fuient eux-mêmes en s’étourdissant dans le travail et les amours futiles.

    -Parce que d’autres, sont aveuglés par leur problème et le transposent alors sur un innocent qui n’y est pour rien ; mais qui par sa fragilité leur donnent un semblant de force.

    Dieu le pauvre, après on lui reproche son manque d’Amour : S’il y a des guerres ! S’il y a des intempéries ! S’il y a des injustices ! Etc…

    Eh oui, Dieu a bon dos. Mais ce n’est pas la solution, juste une excuse lorsque l’on n’en peut plus.

    Oui, mais alors ?

    Reste à savoir pourquoi ceux qui sont plein d’empathie pour les autres sont traités de « sensiblards » ; et qu’on utilise leur, supposée, candeur pour les duper ?
    Alors les empathiques, nigauds ou pas ? Leur sensibilité les aide à mieux comprendre les autres et parfois à les manipuler gentiment, puisque leur empathie, justement, ne leur veut que du bien.

    Alors, croyez-moi, ils ne sont ni idiots, ni dangereux ! Tout au plus, ils peuvent représenter un frein au désir de consommateurs compulsifs ou à la destruction maladive du monde qui nous entoure. La nature et les animaux sont nos alliés et peuvent nous aider à construire un monde meilleur mais seuls les empathiques s’en sont rendus compte… essayons donc de devenir comme eux. Le monde et nous-mêmes, chacun individuellement, ne s’en porteront que mieux !

    Bien amicalement : Geneviève. (ancienne A.V.M 6)

    P.S : Par empathie et uniquement pour cette raison : t’aider à mieux cibler tes cours je réponds à ton vote.

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 16:34h, 06 juin Répondre

      Merci Geneviève pour ta contribution. Pour être honnête avec toi, je n’ai pas compris où tu voulais en venir avec ta réflexion sur l’empathie, même si je suis d’accord avec ce que tu partages. Me suggères-tu de créer un cours sur l’empathie ? Je voudrais comprendre…

  • Evelyne PELLEGRINI
    Publié le 07:15h, 04 juin Répondre

    Bonjour et merci Jean Jacques Crèvecoeur,
    Depuis plusieurs années, je t’ai lu et relu, ta capacité à faire passer des messages essentiels est très drôle et c’est un plaisir de te lire. Je pense à tout ce que tu nous as écris, recommandé et j’ai cette phrase de Goethe qui me vient à l’esprit :
    « Et tant que tu n’as pas compris ce meurt et deviens, tu restes un hôte obscur sur la terre ténébreuse ».
    Mourir à la bêtise, à l’aliénation qu’on nous a distillée depuis notre tendre enfance, afin de revenir vers notre moi authentique, celui qui n’a pas peur, qui est ouvert à l’autre, qui rit, qui joue et qui fraternise. Voilà le message de Goethe.
    Quant à moi, gràce à tes lectures et à d’autres aussi, je médite et cela me fait le plus grand bien pour comprendre la phrase :de Socrate : « deviens ce que tu es » et tu connaîtras le secret des dieux. Long cheminement, merci Jean-Jacques

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 16:22h, 06 juin Répondre

      Merci Evelyne. Si je peux me permettre un petit rectificatif. C’est Nietzsche qui a dit : « Deviens ce que tu es » si mes souvenirs sont bons. Quant à Socrate, il citait l’inscription qui se trouvait sur le fronton du temple de Delphes : « Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’Univers et les dieux ». Par ailleurs, merci pour cette phrase de Goethe que je ne connaissais pas…

  • Alessandra
    Publié le 01:42h, 04 juin Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Tout ce que tu nous écris resonne en moi. Seulement, j’ai l’impression de marcher seule. Je ne me sens pas appartenir à un groupe. Je ne me sens pas proche d’un groupe Facebook, ou d’un groupe en webinaire. J’aimerais trouver un cercle de gens qui pensent comme moi dans ce mouvement de developpement humain proche de moi. Des vraies personnes en chair et en osse. J’aime le contact personnel, regarderder dans les yeux et écanhger. Des communautés peuvent se créer? J’habite à Paris. Merci pour toutce que tu partage avec nous avec autant de vérité et de coeur.

  • Mad-Jarova
    Publié le 10:26h, 30 mai Répondre

    Cher Ami, je lis très attentivement tes lettres qui sont l’expression authentique de ton âme. Tes messages arrivent au bon moment où beaucoup de personnes sont déroutées en perdant l’essentiel : le sens de leurs vie. Car aujourd’hui la pensée unique instaurée partout dans notre monde occidental impose la possession et le pouvoir au-dessus de tout. Tout est basé sur l’argent qui donne droit de dominer. Cependant, je ne vois aucun propos au sujet de l’art, appelé « Art contemporain » qui est en décadence. Considérant que l’art est précurseur de tout changement, une renaissance dans l’esprit de l’art est déjà à l’horizon., mais bloquée, puisqu’elle dérange celui qui est en place..En effet, certains artistes sans héritiers directs, arrivant à la fin de leur vie, désirent sauvegarder leurs œuvres. Il s’agit des artistes d’un style qui n’est pas encore sur la scène de l’art officiel. C’est le supraréalisme. Pourtant, il est riche en valeurs potentielles pour être reconnu à son temps. L’histoire l’avait prouvé : les vraies valeurs sont souvent reconnues tardivement. Or, il existe depuis longtemps malgré et contre tout.
    Mon but est de me rendre utile, en participant autant que je peux, pour une prise de conscience au moment de crise planétaire pour la sauvegarde des richesses culturelles.
    Aujourd’hui, malgré la multiplication impressionnante d’artistes, des Salons, et d’autres manifestations culturelles, il n’y a plus de référence de qualité artistique.
    Le supraréalisme arrive dans tous les domaines culturels. Il est une nouvelle science, une nouvelle philosophie. Il concerne aussi la littérature, la musique et le cinéma. Le supraréalisme est un nouveau courant de pensée en synergie avec les besoins personnels d’équilibre et d’harmonie. L’émerveillement est la nourriture de notre âme. La beauté dans l’art est source très riche en bénéfices qui agissent même sur notre corps physique, sur notre santé. Malheureusement la beauté est exclue de l’art contemporain, elle est INTERDITE dans les Académies des Beaux arts. C’est un paradoxe.
    Mais le supraréalisme est aussi une nouvelle théorie de la conscience étudiée scientifiquement, en dualité complémentaire avec la matière. Le monde invisible rejoint la réalité observable. Car, supra signifie « au-dessus, au-delà » de la réalité visible. C’est notre espace intérieur (pensées, idées,, tristesses, joies) c’est notre état d’être qui est invisible mais essentiel.
    Qu’en penses-tu ? Visite le site : https://www.suprarealisme.com
    J’attends avec impatience un mot de toi. Merci de tout coeur. Mad-Jarova
    contact@mad-jarova.fr 06 65 47 99 14

  • daniel
    Publié le 10:18h, 30 mai Répondre

    Merci pour ce partage qui sent l’honnêteté. Cette lecture me tire vers la lumière, vers un espoir de respect et de compréhension mutuelle. La possibilité qu’un jour on puisse tous connaitre et respecter nos caractéristiques naturelles d’être humain entre nous. .

  • Tryntje
    Publié le 08:48h, 30 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Ce que tu expliques correspond à ma démarche actuelle. Tu y as mis des mots.

    J’ai 66 ans et je suis à la retraite depuis un an. Je viens de loin, celle d’être donnée aux autres totalement sans avoir pensé à moi. On connaît la suite…!!!
    Ruptures, rencontres, conseils, lectures, tes vidéos et d’autres encore m’ont fait faire un chemin depuis 8 ans.
    Tout cela m’a fait réfléchir, travailler sur moi et agir sans suivre vraiment la méthode de l’un ou de l’autre.
    J’ai fait mon miel de tout ce que je recevais. Ce sont des personnes de mon entourage qui me signalent les résultats très positifs et encourageants.

    Ma réflexion et attitude actuelle rejoignent donc tes constatations, sans que je sois capable moi de les exprimer.
    J’ai donc l’impression que de nombreuses personnes sont dans cette dynamique en cette période.

    Tryntje

  • Yannick
    Publié le 08:04h, 30 mai Répondre

    1- Je sais pêcher.. tout le monde sait pêcher. Dans les territoires en souffrance, le problème est souvent que les habitants ne savent pas conserver leur poisson. Parfois même, il est volé…

    2- Lors de ma dernière expérience collective pour amener ce monde nouveau, nommée « INSPIR », toutes les personnes réunies autour de la table se sont fait une joie d’annoncer ce qu’elle pouvaient apporter, l’un formateur, l’autre thérapeute, l’autre artiste, etc… un peu comme si tous les musiciens de l’orchestre se mettaient à jouer leur musique.
    Une autre approche: de quoi le collectif (lequel? où? quand?) a -t-il besoin pour naître, grandir, manifester? En quoi puis-je être utile?

    3- je ne veux ni changer le monde, ni en créer un autre, je suis bien plus gourmand que ça: j’aimerais rencontrer ceux qui sont sur la même fréquence (ou presque..:)) et vivre avec eux, 5 minutes, 5 jours, 5 mois, …le reste se manifestera, ou pas… qui pourrait vouloir, ou même décider mieux que ce que la vie est capable de faire émerger lorsque nous émulerons.

    En attendant, le seul fait de vivre, respirer en occident tue des gens à des milliers de kilomètres de là, tue la nature partout sur la planète, donc il y a plein de choses à faire, lumineuses, et allumantes, plutôt que de se compter les poils du cul ou de se lustrer le poil ailleurs jusqu’à se rendre si brillant que ça aveugle les voisins!

    mème les déprimés (dont je suis parfois) peuvent servir (à) quelque chose. Et c’est souvent par là que la déprime s’évapore..

  • Eric Charlot
    Publié le 05:13h, 30 mai Répondre

    Cher Jean-Jacques,

    Merci de cet espace d’expression.
    Je réponds tardivement (8 mois plus tard), car, pous des raisons inconnues, je n’ai reçu aucun message de votre part (parlant de la crise) à l’autome 2018…

    Et puis, comme j’aime beaucoup votre façon d’utiliser la langue française, tant sur le fond que sur la longueur de vos messages, je me permets, à mon tour, d’être autant prolixe dans mon message !
    Comme par hasard, il vient à point nommé dans ma vie, tellement il fait echo à ce que je vis actuellement.
    J’habite en France (Bretagne), je suis formateur d’adulte (mon coeur de métier, ce sont les compétences comportementales), et j’ai 58 ans. Que de similitudes avec vous !
    Depuis 20 ans, j’ai baigné baigné dans le monde du développement personnel, m’immergeant dans différentes pratiqes : de l’ayahuasca des péruviens, aux mantras des yogis en Inde, en passant par la respiration holotropique proposé par tel thérapeute en France.
    Diverses pratiques, mais toujours des égo assez costauds aux commandes !
    Et puis le temps passe, et le changement n’est pas forcément au rendez-vous !
    Alors, avec le temps, on se lasse !
    Et donc, on peut tomber dans la crise, ce qui est mon cas en ce moment : perte de motivation, perte de repères, perte de sens.
    Mes valeurs restent néanmoins prégnantes : valeurs humanitaires, de justice sociale et de solidarité, valeurs écologiques et spirituelles.
    En lisant votre « Article 2 : Je suis en crise (II) – Mon coming out spirituel », je me suis retrouvé pleinement dans votre discours, et votre vision du monde actuel.
    Et puis, je suis allé plus bas, lire les commentaires de vos lecteurs, et, wahou !!!! Quelle masse de réactions ! Tous plus magnifiques les unes que les autres !
    Tout est dit, alors, je vais pas en rajouter…

    Merci, Jean-Jacques, et à bientôt dans l’action !

    Eric

  • sontag
    Publié le 02:41h, 30 mai Répondre

    Bonjour Jean Jacques
    Ravie de te lire enfin !! Ravie que ton cheminement t’ai apporté ! Tes mots résonnent en moi comment toutes les vidéos que j’ai pu voir et qui m’ont beaucoup apporté depuis bientôt 3 ans ! J’ai maintenant une autre façon de voir les choses ! Je souhaite de tout coeur de lire ou te revoir via des vidéos. MERci encore pour ton engagement et de ce que tu donnes à tout un chacun !

  • Maggie
    Publié le 22:43h, 29 mai Répondre

    All I want to say JJC, in the last year-to-date, I’ve had a few crisis of my own, and your long emails are terrifyingly long. Not that I don’t appreciate your right to explain in detail to ward off any misconceptions, I do appreciate your efforts. I enjoy or rather learn with pleasure from your YouTube videos even if they date back a few years. I still find them valuable and supportive of my efforts to improve my life and so improve the lives of others. If you need to know what my little efforts consists of then please write me. Thank you for your hard work on our behalf. I always tell my friends about your work. I know you’ve got my back. Bye for now.

  • Zahia HAMNANE
    Publié le 04:49h, 29 mai Répondre

    Bonjour Jean Jacques, Je suis très touchée par ce 3e mails relatif à la crise que tu traverses depuis deux petites années. Ton écrit raisonne beaucoup en moi, en profondeur, à la différence de toi c’est que je me dis qu’il n’est pas possible de faire vraiment quelque chose pour changer le monde, trop complexe ou compliqué,. Beaucoup d’hommes et de femmes dans l’histoire ont eu également cette ambition et volonté (les grands sages et grands politiques) mais hélas la nature humaine, même lorsqu’il y a eu un travail sur soi, reste très égocentrique.

    Alors, même si je suis un peu de nature pessimiste, ta proposition me ravie,. Effectivement c’est important d’élargir le champ d’investissement de soi.

    Je suis Gestalt thérapeute depuis plusieurs année et engagée également sur une voie spirituelle. Le travail de conscientisation à travers la psychothérapie et celui d’un engagement sur un voie spirituelle sont indispensable pour le chemin que tu proposes. Je considère que ces deux dimensions de l’Homme, forment un tout. Alors comment développer, construire un monde meilleur d’une manière plus concrète et durable dans le contexte actuel ?

    Je t’ai rencontré à Paris vers 2009 et depuis je t’ai toujours suivi même si je n’ai pas vraiment suivi de formation payante. Je te remercie beaucoup de m’avoir permis, à moi et à d’autres, d’avoir bénéficié de plusieurs de tes vidéos gratuites qui m’ont beaucoup apportées.

    En tous les cas, je continuerai à te lire et de t’écouter le plus que je peu. Je ne sais pas trop quelle forme prendra le résultat de ton cheminement, mais je serais heureuse de pouvoir contribuer à ma toute petite échelle, à ce projet en chantier.

    Merci beaucoup et à très bientôt
    Zahia

  • ysabel
    Publié le 08:11h, 27 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques et merci pour ce magnifique et terrifiant message à la fois
    3 années de thérapie pour enfin toucher terre et ne plus rien reconnaître, ni mon pays, ni certains proches.
    ouvrir les yeux est déjà difficile,le chemin surtout, mais le pire c’est que l’on vous demande de continuer d’avancer les yeux bandés.
    je ne trouvais pas ma place, je l’aperçois après un très long travail, elle me convient et on me demande d’y renoncer sinon out
    s’adapter ? renoncer ? combiner les deux donc apprendre a jongler ?
    je ne renoncerai pas c’est une certitude, je prendrai des coups a la différence que cette fois c’est par choix éclairé, défendre ce qui est bon et juste c’est encore ce qui fait le moins mal.

  • Marie-Thérèse Soubise
    Publié le 14:30h, 26 mai Répondre

    Cher Jean-Jacques,

    Je salue ton courage et ton authenticité. Je te remercie pour tout ce que j’ai pu mettre en pratique dans ma vie grâce ton enseignement.

    Il ya cependant un point sur lequel je ne suis pas d’accord avec toi: nous ne mourrons pas fatalement avec nos blessures.

    Pourrais-tu nous aider à relever cet ultime (?) défi; DECOUVRIR LE TRESOR AU FOND DE NOTRE BLESSURE LA PLUS PROFONDE.

    Gandhi, cet apôtre de la Paix, avait été un jeune homme violent. Beethoven, ce génie de la musique, était sourd.

    Bien amicalement,

    Myriame. C’est la première fois que j’écris.

    Si cela t’intéresse (et si tu trouves le temps!), voici mon site: myriame-marie-therese.com. « Incandescence ». Dans l’athanor de ton coeur, laisse éclore chaque instant de ta vie. ( Mon processus intérieur au cours des 8 années à Abadiania (Brésil). Illustré par une quarantaine de tableaux.

  • Zorah
    Publié le 07:45h, 24 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques et merci de te lire à nouveau. Depuis l’AVM03, belle avancée pour moi ; l’écriture de mon livre sur ma mission de vie aux éditions l’Harmattan en oct 2017. Donc à nouveau disponible pour partager avec toi tes enseignements et tes découvertes pour une vie meilleure. A bientôt de te lire. Je t’embrasse Zorah Viola

  • Line
    Publié le 07:16h, 24 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Merci pour ton message qui résonne très fort en moi. J’ai relus ton message plusieurs fois avant de t’écrire tellement ça venait me rejoindre.

    Après réflexions, j’ai décidé de te parler d’un homme qui a été important pour son pays. D’un homme qui a changé les choses et qui pourrait être un exemple à suivre. Gandhi a réussi à sauver son pays de la misère humaine. Un seul homme avec une vérité et un message puissant. Communiquer les injustices et faire des actions concrètes pour que son message soit entendu. Sa vie entière a été son message. Non sans peine et sans misère. Mais le plus important, c’est qu’il a réussi. Et sa réussite est venue d’un seul mot « ensemble ». Tous le pays s’est tenu debout « ensemble ». Tu vois, c’est le nombre qui a remporté la victoire. Car Gandhi n’aurait pu rien faire seul et un peuple dispersé non plus. C’est le mot « ensemble » et le nombre de personnes qui a soulevé, comme un tsunami, les lois restrictives. Car les gens ont ressentis que son message était criant de vérité absolue et c’est ainsi qu’il a aidé le peuple à se lever et se tenir debout devant la dictature.

    Si je te parle de Gandhi, c’est que je crois que ton message va dans le même sens que lui.

    Maintenant, voilà ce que je désire Jean-Jacques, un rassemblement de personnes conscientes et respectueuses (de plus avec internet ce serait tellement facile) pour déterminer les actions majeures à poser dans divers milieux pour ainsi dénoncer toutes les lois qui écrase l’être humain. Mais que ceci se fasse avec vérité, authenticité, respect et surtout dans la paix. Mais que toutes les paroles prononcés soit en accord avec toutes les actions pour que le message soit entendu. Je suis d’accord avec toi Jean-Jacques, il est temps que ça change. Et c’est à chacun d’entre-nous de changer les choses. Mais tous les  » je  » réunis ensemble d’un commun accord, aurait une grande force et un grand pouvoir d’action. Imagine tous les  » je  » qui se tienne debout et qui dirige leur action dans un but et un objectif bien établit et bien précis devant la dictature mondiale ? J’ai toujours cru en la liberté d’expression. Alors unissons nos voix pour changer les choses.

    • Nelyane
      Publié le 08:06h, 25 mai Répondre

      Quelle jolie expression, Line ! Merci à vous

  • Line
    Publié le 07:11h, 24 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    D’abord merci pour ton message qui résonne très fort en moi. J’ai bien prit le temps de réfléchir avant de te répondre. J’ai relis ton message plusieurs fois.
    Je crois sincèrement que nous sommes des milliers de personne à vouloir changer les choses pour un monde meilleur pour les générations futures. Des milliers de personnes dont la conscience s’élève de jour en jour mais qui se sentent seuls et impuissants fasse à l’envergure du travail à effectuer.. Mais présentement je ressens, que dans divers milieux et dans les médias, que les gens commencent à dénoncer de plus en plus, plusieurs faits aberrants et injustes.

    Mais je désire te parler d’un homme qui a été important pour son pays. D’un homme qui a changé les choses et qui pourrait être un exemple à suivre. Gandhi a réussi à sauver son pays de la misère humaine. Un seul homme avec une vérité et un message puissant. Communiquer les injustices et faire des actions concrètes pour que son message soit entendu. Sa vie entière a été son message. Non sans peine et sans misère. Mais le plus important, c’est qu’il a réussi. Et sa réussite est venue d’un seul mot « ensemble ». Tous le pays s’est tenu debout « ensemble ». Tu vois, c’est le nombre qui a remporté la victoire. Car Gandhi n’aurait pu rien faire seul et un peuple dispersé non plus. C’est le mot « ensemble » et le nombre de personnes qui a soulevé, comme un tsunami, les lois restrictives. Car les gens ont ressentis que son message était criant de vérité absolue et c’est ainsi qu’il a aidé le peuple à se lever et se tenir debout devant la dictature. Si je te parle de Gandhi, c’est que je crois que ton message va dans le même sens que lui. Maintenant, voilà ce que je désire Jean-Jacques, un rassemblement de personnes conscientes et respectueuses (de plus avec internet ce serait tellement facile) pour déterminer les actions majeures à poser dans divers milieux pour ainsi dénoncer toutes les lois qui écrase l’être humain. Mais que ceci se fasse avec vérité, authenticité, respect et surtout dans la paix. Mais que toutes les paroles prononcés soit en accord avec toutes les actions pour que le message soit entendu. Je suis d’accord avec toi Jean-Jacques, il est temps que ça change. Et c’est à chacun d’entre-nous de changer les choses. Mais tous les  » je  » réunis ensemble d’un commun accord, aurait une grande force et un grand pouvoir d’action. Imagine tous les  » je  » qui se tienne debout et qui dirige leur action dans un but et un objectif bien établit et bien précis devant la dictature mondiale ? J’ai toujours cru en la liberté d’expression. Alors unissons nos voix pour changer les choses.

  • Delphine Hingray
    Publié le 15:17h, 23 mai Répondre

    Vous êtes un Artisan de Lumière.
    Un messager.
    Un être Éveillé.
    Merci

  • Chantal S.
    Publié le 08:44h, 23 mai Répondre

    Oui ! il faut se bouger JJ ! Je me rappelle du temps ou tu t’énervais pour les vaccins à outrance . Tu vois bien que, dans les Ardennes comme au Canada, le Robin des bois intercontinental que tu as essayé de faire taire a laissé sa plume verte chatouiller son âme insoumise .
    Crisée et énervée je le suis aussi et je mène deja mes petites guerres dedans et dehors. Donc je suis prête , vélo aux pédales en furie, selle bien mise sous mon derrière en avant, guidon au menton et fleurs aux rayons.
    Des champs de bataille j’en ai beaucoup, en voici quelques uns.
    Je veux voir la vie reprendre des couleurs,
    ROUGE sur la gorge du rossignol en péril , Rouge sur le tapis déroulé pour les faiseurs d’humanité et non de célébrités du showbizz, Rouge non plus celui du sang coulé dans les pays dominés par nos gouvernances avides de gains financiers .
    ORANGE ailleurs que sur le telephone et la famille royale des PB, Orange dans du pur jus d’un fruit non contaminé par le glyphosate de Bayer-Monsanto et autre perturbateurs endocriniens , »un jour couleur d’Orange » et croire Aragon ,
    JAUNE, de la lumière et de la brillance, du poussin qui ne sera plus broyé parce que c’est un mâle, du Gilet Jaune courageux qui ose manifester dans une république inquisitoire et repressive commanditée par des élites déconnectés des réalités de vie et de la nature,
    VERT partout, sur mon toit, dans mon assiette, vert sous les pattes de tous les animaux qui en sont privés c’est vertigineux.
    BLEU dans le gris des cieux enfumés,Bleu dans les vagues de la mer qui vomit nos déchets en plastiques, Bleu dans les centaurées sauvages coincées entre ciment et bitume de nos villes,Bleu qui ne me donnent plus le Blues.
    INDIGO dans l’oeil gardé ouvert et guidé par notre intuition et non pas fermé par le institutions, Indigo des grands delphiniums sauvages où s’abreuvent les abeilles sans mourir empoisonnées,
    VIOLET plutôt dans la spiritualité que dans la chasuble de l’église silencieuse et les cravatés distingués avec pignon sur rue qui facilitent le viol des enfants , protègent la pédophilie et se restent impunis, Violet dans tous ses ultras,
    Arc-en -ciel , la connexion qui réconcilie le spirituel et le corps,
    la courbe qui nous prend sous sa coupe,
    les couleurs qui rapprochent terre et ciel,
    l’escalier entre ce qui est et ce qui peut être.
    Des êtres animés réunis plutôt que des femmes, hommes, animaux, végétaux séparés.
    Bref s’impliquer, se responsabiliser, c’était pas ça les changements ADORÉS…
    Action, on tourne ?

    NB: merci de ton partage et merci à ta crise qui t’a fait du muscle.
    .

  • Richard L.
    Publié le 06:00h, 23 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Je fais cette fois-ci comme toi, je passe au tutoiement.

    Donc voici tes premières propositions suite à ta longue remise en cause !

    J’ai déjà répondu à ton premier mail sur le sujet, dans une intervention que tu sembles avoir appréciée, à en juger par ta réponse (du 11-09-2018) :  » Merci pour votre message que j’ai lu avec une attention profonde et bienveillante. Je crois que vous décrivez extrêmement bien les défis qui se présentent à moi. Et comme vous le dites très bien, la lame de rasoir sur laquelle je marche est de plus en plus aiguisée…Je garde en réserve votre adresse courriel. Je ne sais pas encore si je vous contacterai, mais je vous remercie par avance de votre offre que je prends au sérieux. Bien à vous ! ».

    Voici mon nouveau commentaire :

    La crise planétaire dans laquelle nous sommes entrés a cela de très particulier qu’elle n’autorise plus aux hommes « honnêtes » les faux semblants . Elle est très physique dans ses effets (changement climatique, …), tout en touchant dans ses causes aux fondements de la pensée dominante ; fondements qui semblent totalement à revoir, pour chacune des couches de leur stratification, de l’expression sociale la plus quotidienne aux strates les plus anciennes et profondes de l’inconscient collectif.

    Et tu sembles être conscient que ces strates les plus profondes ne peuvent se travailler dans le « Nouveau monde » où tu résides, mais auraient plutôt à voir avec l’ancien monde européen, où naquit la pensée moderne et où subsistent encore les ruines du « Monde d’hier » de Stéphane Zweig.

    Car c’est là que repose toute la vase de l’inconscient occidental, au fond de laquelle, seule, pourrait, peut-être, regermer la graine de Lotus, et du fond de laquelle, seule, pourrait, peut-être, s’élancer une tige assez forte pour percer ses eaux troubles, afin que renaisse à l’air libre la fleur d’une pensée nouvelle pour le monde !

    En 1914, au tout début de la Grande Guerre, Jung, témoignant dans son « Livre rouge » de son angoisse « synchronique » (quand, creusant dans son inconscient personnel, il rencontra celui du collectif), savait très bien de quoi il parlait !

    Oui mais voilà, comme l’a écrit cet auteur dont j’ai oublié le nom :  » Après 100 ans de psychothérapie, le Monde est toujours le même « , et la crise actuelle nous démontre à quel point l’oeuvre de Jung n’était pas « terminée » !

    Il manquait à sa vulgarisation mondiale de la psychologie analytique, après la psychanalyse de Freud, la vulgarisation de cette approche bien plus profonde et subtile qui le vit corréler son inconscient personnel avec le collectif. Une approche trop longtemps cachée au grand public dont témoigne aussi l’extraordinaire travail d' »Imagination active » d’Anna Marjula, dans ce livre de Barbara Hannah, proche collaboratrice de Jung : Rencontres avec l’âme.

    C’est à dire un nouveau travail sur l’inconscient abordant cette part de la mémoire collective dont chacun de nous porte un reflet; travail que pour ma part je nomme « Pneumanalyse », pour marquer sa différence essentielle d’avec la psychanalyse.

    Ce travail, vulgarisé, pourrait faire que, partant chacun de nos mondes « Psy », nous abordions, séparément et/ou ensemble, un travail pragmatique, sécurisé et coordonné de l’inconscient collectif susceptible de se confronter au « Spi », et que partant de ce dernier, nous touchions enfin en retour le monde physique. Ce en quoi nous accomplirions la métaphore du Lotus.

    C’est selon moi l’enjeu véritable auquel nous confronte cette crise, toi comme moi, comme tant d’autres avec nous !

    Et c’est selon moi la seule façon d’aborder cette militance dont tu parles, susceptible d’agir sur les valeurs collectives en partant de nos valeurs personnelles.

    Es-tu bien sur pour ta part de connaître toutes les dimensions de ce travail qui nous est aujourd’hui demandé ?

    Et d’y mettre tous les mots nécessaires ?

    Tu les cherches pourtant de partout, ce dont témoigne ton appel à proposition thématique.

    Comme je te l’ai déjà suggéré, nous pouvons en discuter (par messagerie personnelle), car je pense sincèrement avoir, pour le moins, un certain nombre de pistes.

    Moi-même, dont la crise va dans le sens inverse de la tienne.

    Bien à toi,

    Richard L.

  • François
    Publié le 13:32h, 22 mai Répondre

    Bonjour Jean- Jacques,
    Ton message a particulièrement résonné en moi car il rejoint les réflexions et actions que je mène depuis des années. En effet, Au printemps 2009, alors que j’étais dans la cour de la Ferme Ste Marthe, en Sologne, j’ai eu une révélation (pour ne pas dire une illumination) : pour marcher, il fallait que j’utilise mes deux jambes ! Grandiose, n’est-ce pas ? Et ce qui, immédiatement après, est venu à ma conscience, c’est que ma jambe gauche était celle de mon engagement individuel et que cela signifiait de mettre mes actes et comportements en accord avec mes belles et nobles idées, alors que ma jambe droite était celle de mon engagement collectif auprès de mes frères et sœurs humains. Ainsi, pour aller de l’avant, il allait falloir que j’utilise alternativement ces deux jambes, car à n’en utiliser qu’une… je continuerai à tourner en rond !
    Depuis ce jour, j’ai poursuivi mon engagement individuel en étant bien conscient de la difficulté à changer mes modes de fonctionnement (voiture, téléphone, ordinateur, consommation d’électricité nucléaire, utilisation d’une carte de crédit…). De petites choses, toutefois, ont changé au niveau de mon alimentation, et réduction de mes ressources financières oblige, de mon niveau de consommation.
    Mon engagement collectif, je l’ai réalisé à ma façon, d’une part en commençant à enseigner le Qi Gong qui a été un moyen de diffuser ma compréhension du monde, de la vie et de la santé à mes semblables, et puis aussi en participant à des mouvements collectifs locaux (lutte conte les gaz de schistes et contre la spoliation des terres et des paysages par des projets industriels de parcs éoliens et champs de panneaux photovoltaïques, dans les espaces de nature encore préservée, sur le causse du Larzac).
    Aujourd’hui, je mesure aussi les limites de cet engagement collectif, au niveau de mon village notamment, car tout le monde, loin de là, n’a conscience de l’urgence à se préparer collectivement à encaisser le choc de l’effondrement de notre système économique reposant sur le pillage effréné des ressources limitées de notre planète.
    Par ailleurs, je me suis rendu compte des jeux de pouvoir auxquels je me livrais innocemment, en voulant jour les sauveurs !
    Il est très difficile d’évoluer, individuellement, tant sont fermement ancrés en nous des schémas inscrits depuis notre première heure d’existence (voir avant !). Alors pour évoluer collectivement, c’est colossal ! Il faut bien admettre qu’aucun de nous n’a été éduqué, depuis l’enfance, à développer les valeurs aux quelles nous aspirons pour voir évoluer l’humanité !
    La conséquence logique c’est que la seule action valable à mener aujourd’hui, est l’éducation des tout-petits, afin de leur transmettre ces valeurs de solidarité et de respect de la vie qui font si cruellement défaut aux adultes. Aussi, je me réjouis de voir que tu envisages une formation dédiée à l’éducation des enfants, en tout cas, je vote pour !
    Cordialement, François.

  • Stéphanie
    Publié le 06:15h, 22 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques ton mail résonne tout particulièrement en ce moment en moi qui fait partie du mouvement des gilets jaunes n France, réprimé par une violence policière sans précédent semaine après semaine. Je t’invite à découvrir ou à partager ce documentaire qui résume très bien la situation il est intitulé: vous me demandez pourquoi je suis gilet jaune ? et tu le trouves sur YouTube. Je constate en effet que les personnes dites consciente ou les croyants s’expriment peu et restes indifférentent ou parfois méprisantes à l’égard du mouvement des gilet jaune et d’un autre côté je constate sur le terrain des personnes non conscientes, qui, sans le savoir, empêchent que ce mouvement aboutisse. Merci Jean-Jacques de réunir cette grande famille de personnes à la fois conscientes et agissantes afin de se sentir moins seuls et partager nos expériences.

  • Stéphanie
    Publié le 05:46h, 22 mai Répondre

    Cela fait deux fois que j’envoie un courrier sur cette espace et lorsque je clique soumettre la page affiche forbidden mes courriers sont-ils partis les avez-vous reçus ?

  • Val
    Publié le 03:26h, 22 mai Répondre

    Merci

  • Scherazade
    Publié le 16:18h, 21 mai Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques
    Ça fait plaisir de lire de tes nouvelles. Par ton message, je reconnais ta transparence, ta sincérité et ton soucis de formateur.
    C’est la gratitude spontanée et affectueuse.
    Depuis le séminaire de Lyon je suis devenue une consommatrice consciente. Je ne dirais pas que tu es devenu mon sauveur mais plutôt mon « guide » grâce aux différentes formations que je continue à suivre, j’ai pu faire un grand cheminement et je me trouve en héroïne. J’ai réussi à faire le saut et quitter le monde ordinaire avec tous les aléas, donc j’ai vécu aussi des moments de crises et grâce Aux différents outils que j’ai pu Mettre en place et les appliquer, je reste en mouvement et je continue à grandir en conscience.
    Scherazade ARA02

  • Dubreuil
    Publié le 12:00h, 21 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Je compatis largement à ce moment de traversée du désert qui remet en cause en profondeur l’ensemble de ses croyances et sème le doute sur ses propres choix et motivations.
    J’ai traversé une descente aux enfers brutale et incompréhensible il y a 11 ans. Pour comprendre pourquoi je me retrouvais seul, à la rue, sans argent, sans travail, criblé de dettes en seulement une journée après une réussite sociale, personnelle, professionnelle, familiale, financière, au bord du suicide, j’ai lu des dizaines de livres de développement personnel, de motivation, de psychologie, de communication non violente, d’acceptation de soi, de non culpabilité, j’ai consulté mes collègues coach, de médecine naturelle, d’énergétique, de thérapies holistiques, des guérisseurs, des chamanes, je suis parti vivre en Asie pratiquer la méditation, l’hindouisme, le bouddhisme, j’ai jeûné, prié, j’ai lu la baghavagitta, le coran… en vain. Rien ni personne dans ce monde et parmi les sommités ne pouvaient me guérir de ma souffrance et ma dépression.
    C’est une rencontre fortuite (?) avec une jeune femme africaine humble, pauvre, sans formation qui est devenue depuis mon épouse que j’ai rencontré le salut et la libération de mes peurs. Comment?
    D’abord par l’amour et la prière d’un pasteur de Ouagadougou et de sa communauté chrétienne que je ne connaissaient pas car je n’avais jamais mis les pieds en Afrique, ensuite par une délivrance vécue au sein de cette église, enfin par l’étude et la méditation de la Bible.
    Depuis, je suis devenu une autre personne sans commune mesure d’avec celle d’il y a 11 ans,
    J’ai compris que le salut est impossible à atteindre comme le dit la Parole par ses propres forces ou sa propre intelligence, mais par l’Esprit de Dieu, Jésus-Christ lui-même. Il est vain de croire ou vouloir changer le monde, mais plutôt se préparer à changer de monde.
    Pourquoi la communauté chrétienne est celle qui est la plus persécutée dans le monde? Parce que l’homme ne veut pas entendre parler du sacrifice de Jésus sur la croix et de sa résurrection.
    Cher Jean-Jacques, le péché tatoué dans le coeur de l’homme, ton coeur ou le mien, ne peut pas être ôté par ta bonne volonté ou ta prise de conscience, mais uniquement par la grâce de Dieu.
    Il suffit pourtant d’une minute pour accéder au Royaume et au pardon de ses péchés, mais le diable de ce monde fait croire à l’homme que son intelligence lui permettra d’y parvenir par des cours, des séminaires, des conférences, des souffrances physiques ou psychologiques, des efforts insensés mais méritoires etc… No way!
    J’aime t’entendre parler d’amour, mais où puises-tu la source de cet amour? S’il ne provient pas de Jésus-Christ, il est le reflet d’un orgueil démesuré et la preuve d’un aveuglement et d’une incrédulité qui perdurent depuis des millénaires. Raisons pour laquelle Dieu à sacrifié son propre Fils pour sauver l’homme ignorant, cupide, perdu dans et par ses propres raisonnement issus de la chair.
    Si tu veux accéder à la vraie délivrance, aider sincèrement ta famille et les millions de personnes en souffrances autour de la planète, alors accepte Jésus dans ta vie comme Seigneur et Sauveur. Ce sera le plus beau cadeau que tu puisse t’offrir et offrir à ceux que tu dis aimer.
    La grâce, les bénédictions et l’amour qui coulent sur ma vie depuis le jour où j’ai donné ma vie à Christ peuvent également couler dans la tienne et étancheront ta quête de vérité.

    Pour savoir si tu es réellement vivant et en paix, je te propose de répondre à trois questions:
    1- Qui es-tu?
    2- D’où viens-tu?
    3- Que vas-tu devenir après ta mort?

    Ni la psychologie, ni la philosophie, ni les pensées new age, ni ton intelligence ne t’apporteront la réponse.

    Que le seul Dieu vivant te bénisse abondamment.
    Yann

  • Andy
    Publié le 09:33h, 21 mai Répondre

    Bonjour
    Fort intéressant la démarche suivie au long du solstice d hiver.
    Merci de donner la possibilité et de nous sensibiliser à la démarche personnel pour mieux être en harmonie avec soi.
    À tout bientôt

  • Vallat Packer
    Publié le 09:32h, 21 mai Répondre

    Bonjour Jean Jaques,
    J’ai laissé un commentaire ce matin en réponse à ton message concernant ton processus de crise. Je me demande s’il a passé….
    Bon … sinon je recommencerai demain matin…
    Ah bin non! Je réalise avoir omis de mettre mon nom et adresse mail et web! Zut je m’etais Donnee de la peine. A demain.

  • marijo
    Publié le 07:13h, 21 mai Répondre

    Merci Jean-Jacques, pour ton témoignage, ça me redonne du courage? Une grosse bouffée d’oxygène

  • floky
    Publié le 04:49h, 21 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Tu es parfaitement en phase avec mon analyse du monde actuel.
    Beaucoup d’aspects limitant et inquiétant se développent dans nos sociétés
    occidentales : stress, violences, pouvoir mal utilisé, et egos démesurés.
    Tu veux faire de nous des êtres libres et créateurs de leur vie.
    Quel beau challenge !
    J’adhère à 200 % et t’envoie de belles énergies pour poursuivre
    ton chemin de vie.
    A bientôt.
    Florence

  • Jean-Claude
    Publié le 02:23h, 21 mai Répondre

    Mon premier réflexe : trop long, Jean-Jacques, tu es bien gentil mais je n’ai pas le temps pour lire un aussi long message.
    Et puis … quelque chose en moi m’a poussé à prendre ce temps, y compris celui de laisser ce message.
    Peut-être aussi parce que je ne suis pas en démarche de formation, mais prêt à promouvoir tes propositions de formation.
    Parce que je sens bien qu’elles peuvent être une réponse pour beaucoup de gens.
    Alors, Merci Jean-Jacques … et Go !

  • Nelyane
    Publié le 01:24h, 21 mai Répondre

    Si je puis me permettre, 2 livres m’ont aidée à conforter mes choix actuels

    1° « 1 000 000 de révolutions tranquilles » de B. Manier, journaliste spécialisée dans les questions sociales et de développement. Livre couronné par le prix du livre environnement et source d’inspiration pour le film « Demain », (réalisé avec « les moyens du bord », ayant accueilli 9 personnes pour sa première projection, mais néanmoins sacré à Cannes comme « meilleur documentaire » (2015) (ed J’ai lu: avril 18)

    2) »L’entraide, l’autre loi de la jungle » par Pablo Servigne et Gauthier Chapelle, agronomes et biologistes. Étude transdisciplinaire, préfacée par A. Caillé prof de sociologie à l’université Paris Ouest et directeur du MAUSS, et conseillé par Christophe André et Matthieu Ricard. Ce livre montre que, partout où les conditions deviennent difficiles, l’entraide prend le pas sur la compétition. (ed: livre de poche avril 19)

  • Hortense
    Publié le 01:06h, 21 mai Répondre

    Merci pour ce contnu j’attends ta formation pour m’inscrire

  • Haumant
    Publié le 15:05h, 20 mai Répondre

    Bonsoir à toi, je sais que c’est pas évident de continuer lorsque l’on découvre la réalité dans laquelle nous sommes depuis si longtemps qui malgré ce que nous entreprenons nous limite dans notre évolution consciente. Une sorte de farce très amusante pour certains qui s’amusent depuis longtemps à nous observer à nous débattre pour rétablir la vie et vivre la vie qui nous appartient de droit de naissance en tant qu’être humain sur la planète terre. Il y a de quoi abandonner. Notre force est de continuer sur ce chemin car énormément de personne tout comme toi en sont conscientes et décident de continuer. Sois confiant! Ton travail et tes enseignements ont aidés et aident encore beaucoup d’êtres à continuer dans leur cheminement.
    Tout ce que tu as œuvré nous renforce et nous fait naître à nouveau à la confiance en nous. Merci à toi pour ton enseignement et ton humour.
    Bien à toi.
    Sabine

  • munieca85
    Publié le 14:56h, 20 mai Répondre

    Merci Jean Jacques c’est exactement ce que le monde a besoin!
    j’ai hâte de voir ces nouvelles formations !!
    une crise qui va porter du fruit!
    Anouk

  • EMILIE69
    Publié le 13:54h, 20 mai Répondre

    Jean-Jacques,

    Merci beaucoup pour la qualite exceptionnelle de tes videos et de tes livres. Comme toi, je suis en crise et detresse profonde face a la maladie soudaine de ma fille de 17 ans atteinte d’un cancer rare. Comme toi, je trouve parfois que la vie na aucun sens et suis decue, voir revoltee par l’absurdite, l incompetence des economies mondiales : Francaise et residante au Royaume-Uni depuis plus de 20 ans, je pensais etre accepte ,comme tous les Europeens, et le Brexit nous a  » poignarde dans le dos « .
    Comment se relever quand on vit plus de moments difficiles que de bons.
    Sache que tes propos aident a tenir le coup et a se sentir moIns seul et me donne le courage de continuer.
    Merci encore

  • Jane
    Publié le 12:24h, 20 mai Répondre

    Jean Jacques

    C’est toujours et avec le plus grand réconfort que je vous suis dans votre ascension humaine, foi cheviller au cœur vous stimulez par vos actions un large publique qui vous êtes acquit.

    Personnellement deux points m’attire, les synchronisées et physique quantum.

    Avec respect et reconnaissance Jean Jacques merci de vos dévouements.

    Jane

  • ThierryA
    Publié le 11:41h, 20 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques.
    Je suis 100% en phase avec tes réflexions.
    Comment être aujourd’hui spirituel et accueillir sans sourciller les mensonges d’une écologie politique qui se donne bonne conscience avec des problèmes mineurs pour mieux imposer des pollutions lucratives ?
    Je suis curieux de voir la thématique justice abordée tant elle est devenue totalement inexistante dans notre monde moderne.
    Et le thème économie, tant important et aujourd’hui abordé sous le seul aspect de la rentabilité financière par des gens dénués de toute spiritualité.
    Bravo pour ces évolutions et dans l’attente de ces formations dans le but d’éveiller les consciences pour aller à l’essentiel, éviter le superficiel et faire en sorte que ceux qui détiennent le pouvoir de nuisance, aient de moins en moins de « supporters »., de complices inconscients…
    Bien à toi,

  • Anne-Marie
    Publié le 11:18h, 20 mai Répondre

    Merci Jean-Jacques pour votre sincérité et votre générosité qui s’expriment à travers l’ensemble de vos partages et réflexions, ce désir constant de demeurer cohérent dans vos actes et vos décisions me touche. J’aime votre lucidité et cette opiniâtreté à mettre votre énergie et votre confiance au service des solutions.
    Oui, il y a une multitude de personnes et de forces en oeuvre dans cette humanité qui agissent, certes, dans le silence médiatique mais dans une réalité organisée autour des valeurs que vous identifiez. Ce mouvement existe et s’amplifie, votre initiative en témoigne, je vous rejoins dans votre proposition : concilier développement personnel et développement de notre environnement sociétal, avec mes encouragements, gratitude Anne-Marie

  • André
    Publié le 10:23h, 20 mai Répondre

    Merci pour ton travail intérieur qui tient à se manifester dans cette matière si lourde à comprendre. Nous avons tous les réponses à l’intérieur de nous mais les agrégats dans lesquels ces réponses sont emprisonnées sont difficiles à extraire sans les outils appropriés. J’aime les mots que tu utilises pour mieux cerner le travail à accomplir et les outils que tu offres pour bien sculpter nos réponses. Un travail d’une vie, incessant, exaltant, parfois troublant, inquiétant mais tellement revalorisant lorsque qu’un réponses se pointe à nos yeux. Tellement de questions pour si peux de réponses. J’aimerais tellement tout comprendre et tout savoir ! Serais-ce trop demander ?

  • ELI
    Publié le 09:47h, 20 mai Répondre

    Bonjour Jean Jacques,
    Ton questionnement est celui de toute personne arrivée à un certain degré de conscience à un moment où à un autre de sa vie et il en constitue d’ailleurs la preuve et….. bien sûr, je ne fais pas exception à la règle !…
    Ton programme ressemble à un programme politique  » I D E A L « , tant sur le plan individuel que collectif !!!
    Que le chantier est vaste ….
    Essayons chacun à notre petit niveau et tous ensemble qu’il n’en reste pas au stade d’une utopie ; c’est la condition essentielle de notre survie en tant qu' »humain » sur, cette terre-là ! ?
    Merci beaucoup à toi pour l’importance et la qualité de ta contribution.

  • Ndiaga Fall
    Publié le 08:19h, 20 mai Répondre

    Je suis très content de votre retour. En réalité votre absence n’a pas créer de vide au fait de vos multitudes productions qui resterons toujours up date. Je suis très content et plus motivé à cheminer encore et encore et encore avec vous pour mieux apprendre pour mieux comprendre la vie de manière générale. Longue vie avec santé de fer

  • PascalD
    Publié le 07:34h, 20 mai Répondre

    Ton questionnement est aussi mon questionnement . Celui d’une génération qui a consommé et qui en a trouvé les limites .
    Il convient d’en exprimer une expérience pour les suivants, au sens économique, social , environnemental ….
    pour travailler sa liberté qui prendra un sens par individu ,
    Il me semble que le fondement des Gilets Jaunes repose sur la déshumanisation de nos relations (trop peu de temps, relation par internet…)
    J’adhère à l’importance du travail collectif.

    En tout cas , beau travail de formulation.

  • VIviane
    Publié le 06:29h, 20 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques
    ça ne pouvait tomber mieux pour moi. Tu dis que des milliers de personnes regroupées en ONG ou autres, travaillent dans l’ombre. C’est une bonne nouvelle. Je vais faire partie de ces gens là en apportant ma petite contribution. Tes formations pratiques seront les bienvenues, des formations pour l’écologie, la désobéissance civile pacifique, la manipulation des médias etc…. Merci Jean-Jacques et à bientôt
    Viviane

  • Francine
    Publié le 06:16h, 20 mai Répondre

    Merci Jean-Jacques Crèvecoeur pour l’Être inspirant que tu es, sans relâche et dans une énergie constante d’aide aux autres.
    Je viens de voter pour les thèmes,..ils sont tous importants…j’ai fait mon choix.
    Au plaisir de te relire.
    Belle journée!

  • Gisele
    Publié le 06:01h, 20 mai Répondre

    Bonjour Jean Jacques , merci de ton partage qui est toujours impressionnant de sincérité ! , Quand viendras-tu à Paris nous rendre visite ?
    Bien chaleureusement Gisèle

  • Fab
    Publié le 03:59h, 20 mai Répondre

    Bonjour Jacques,

    Merci à toi d’ouvrir ton cœur, et montrer aussi qu’un « grand » homme a ses fragilités et ses doutes, c’est pour moi un gage d’humilité et c’est rassurant !
    Je pense qu’il s’agit d’une excellente idée, car effectivement on peut chacun s’améliorer au fur et à mesure de notre existence, mais l’extérieur et les autres dimensions nous impactent bien souvent, à notre insu.
    Comment faire pour ne pas être frustrée ou incomprise voir rejeter par la société de consommation ou une conscience collective différente ? Ce n’est pas si facile, même si j’essaie de garder le cap sur ce que je suis et non ce que les autres voudraient que je sois. Cela demande d’être constamment centrée et ce n’est pas toujours évident.
    Je suis sûre que cette crise (douloureuse bien sûr) te fera grandir car au vu des éléments écrits j’en suis sûre, c’est comme le Phénix qui renait de ses cendres, dépouillés de ses parts d’ombres, plus lumineux, et en marche vers un monde meilleur, merci à toi,
    Fabienne,

  • Rudi
    Publié le 03:19h, 20 mai Répondre

    Je me suis déjà exprimé en ce sens, désolé si je radote… Je suis de plus en plus persuadé que l’éventuel salut viendrait d’une prise de conscience citoyenne que la solution ne viendra jamais de nos « chefs ». On nous a lavé le cerveau pour nous faire croire que l’élection de prétendues élites était la seule solution, que nous par contre étions trop « ploucs » pour comprendre la complexité du monde : laissons ça à ceux qui savent… On voit où cela nous a mené : ceux qui « savent » nous ont mené dans un système qui a détruit en 50 ans ce que la planète avait mis des milliards d’années à nous offrir ! Il est temps que les gens se rendent compte qu’ils seraient capables de faire bien mieux, avec la bienveillance et l’intelligence collective.
    De nombreux philosophes l’ont compris et écrit depuis l’antiquité: il ne faut jamais confier le pouvoir à ceux qui le veulent, ce sont souvent les pires pour le bien commun.
    Je suis convaincu qu’aucun dirigeant n’aura l’étoffe pour une vraie révolution du système. La seule voie possible : l’élection d’une partie des élus (modalités à discuter bien sûr) par tirage au sort.
    Pour s’en convaincre, je ne peux qu’inviter à prendre connaissance des travaux de Jacques Testart. Ce biologiste de renommée mondiale (papa du bébé éprouvette) se consacre, depuis qu’il est à la pension, à des travaux sur le tirage au sort et la vraie démocratie. Et les résultats sont étonnants !
    Quelques éléments ici…:
    https://www.youtube.com/watch?v=wCAVBxcxnAI
    https://www.youtube.com/watch?v=QZpP8tW6I90&t=156s
    De plus en plus, les gens ne veulent plus qu’on décide tout pour eux, ils veulent participer et contribuer. Dès lors, les gens qui vous suivent ne devraient-ils pas avoir l’opportunité d’alimenter les contenus au-delà d’un simple vote ?

  • pascal
    Publié le 02:21h, 20 mai Répondre

    Bonjour JJ, ta réflexion, je la trouve pertinente et t’en remercie. Je suis moi-même dans un type de cheminement qui te ressemble. Avec deux questions ressassées et invariables : comment mieux participer à créer un monde plus juste? et Pourquoi diable, la pensée y est, le souhait y est et pourtant je reste englué dans une misérable stagnation? Et les jours passent et passent. Je suis, tout comme toi, convaincu que c’est par le groupe que l’on peut faire bouger les choses par synergie. Maintenant que chaque maillon se renforce davantage individuellement permet le bénéfice d’une chaîne de plus en plus performante.
    Je te souhaite le meilleur. Belle journée.

  • Anna
    Publié le 01:34h, 20 mai Répondre

    Bonjour Jean Jacques, Oui, je suis touchée, remuée. Ces dictatures qui émergent à nouveau ne sont-elles pas le signe d’une résistance au changement qui est déjà en route ? Il me semble que le pouvoir tremble, vacille, parce que de plus en plus d’ouverture de consciences émergent aussi . Cette ouverture est moins visible à travers les médias, mais ces nouvelles consciences sont bien en évolution et ci et là nous pouvons déjà en voir l’expression. La lutte pour reprendre le pouvoir est très visible , elle, à travers les médias. Les propagandes à répétition pour les vaccinations, discréditer l’homéopathie, le rabotage de nos libertés.. etc… Le pouvoir doit certainement se sentir affaibli.
    Continuer à faire tout ce qu’il faut pour reprendre notre vie en mains , c’est nécessaire pour nous sentir plus solides et dans la solidarité à tenir bon, il n’y aura pas de retour en arrière possible. Ici aussi ne pas se focaliser sur le but final car le changement prendra du temps et ce ne sera pas facile mais stimulant;

  • Andrée PLANCHAUD
    Publié le 00:51h, 20 mai Répondre

    il est évident pour moi que cette démarche me parle au plus haut point.
    Moi aussi , qui depuis début 2018 collectionne les messages dans ma vie physique physiologique , affective émotionnelle et qui cherche à rendre ma vie plus riche en partage , en créativité , en remise en question et qui hier , a eu un accès de colère face à un sentiment d’impuissance déclanché par une action de démoustication intense , imposée pour « un bien être général » afin « d’éradiquer  » l’épidémie de dingue , tout ceci m’a profondément remuée.
    A quoi ça sert de boire et de se nourrir le plus sainement possible , de transformer son relationnel , de s’investir dans son métier à l’écoute des patients , si c’est pour voir en quelques minutes son environnement polué par des décisions sans conscience::
    polution de l’air , polution des eaux , polution de la terre , des cultures « BIO » , des élevages
    et la mort de nos abeilles et de toutes sortes d’insectes et même de certains animaux domestiques et j’en passe .
    Alors oui unissons nous.
    Ma question est toute simple et pourtant primordiale : mais comment ?
    Les associations autour de moi sont « financées’ par les communes .
    Alors je fais comme tu le fais , j’oeuvre à travers mon métier pour sensibiliser les personnes que je cotoie..
    Comme toi  » c’est à une nouvelle dimension de ma vocation professionnelle que je suis en train de renaître »
    En tous cas MERCI Jean Jacques , tu es un véritable moteur pour moi .
    Andrée

  • Carine
    Publié le 17:16h, 19 mai Répondre

    Bonjour J Jacques. Je comprends ta problematiqie cependant il est inconfortable pour moi detre au courant de tous les méandres par lesquels tu es passé meme si je comprends ton besoin de commu.iquer la dessus. Moi meme en tant que professionnelle de la relation daide je passe par des.moments de doutes et de remise en question que je dois traverser parfois en me faisant aider le plus souvent en me reliant a o plus grand que moi ( lUnivers un etre eveillé un guide spirituel…) mais pas par les personnes que jaccompagne pour ne pas leur faire porter mes questionnements existentiels. Je te souhaite detre éclairé et soutenu dans la voie dans cette vie il y a plusieurs chemins et tous sont bons et mèneront la.où tu dois aller le chemin est le but

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 18:52h, 19 mai Répondre

      Rassure-toi, Carine, je n’attends nullement pas d’être accompagné ou soutenu par les personnes que j’accompagne. Je pense d’ailleurs que mon courriel était assez clair à ce sujet. Je bénéficie du soutien de mon thérapeute junguien, d’une coach professionnelle et de mon équipe. Il me semblait que ma démarche était claire : vous partager le fruit de mon processus, parce que celui-ci aura des conséquences sur la manière dont les choses vont évoluer dans mon offre de services et dans les projets que je proposerai…
      Merci en tout cas pour tes vœux et bonne continuation à toi !

  • Armelle
    Publié le 15:28h, 19 mai Répondre

    Je reçois 10 sur 10 ce que tu nous partages et j’ adhère à ton projet
    … car je continue à vivre les bienfaits acquis avec l’AVM. Ils
    s’amplifient encore grâce à ARA : vivre ce que je suis , avec mes faiblesses
    et mon rayonnement … et le laisser apparaître sans crainte .

  • Agnès
    Publié le 15:12h, 19 mai Répondre

    cher Jean-Jacques,
    je bois tes paroles comme du petit lait, ta crise… difficile pour toi, permet l’éclosion d’un mouvement qui va aider à faire basculer ce monde vers le monde d’amour auquel tant de gens rêvent. Toutes ses personnes attendent un mod’op, quelqu’un qui les drive vers, non pas leur petit bonheur personnel, mais l’émergence d’une humanité qui a conscience de ses potentiels positifs. Des cours qui expliquent que nous n’avons pas besoin des politiques mais d’une nouvelle économie basée sur l’entraide, les échanges, le troc, une monnaie indépendante par région … Que nous n’avons pas besoin des médecins et des médicaments allopathiques, mais d’une médecine préventive basée sur une bonne alimentation et un esprit positif, des cours pour les parents, pour faire grandir les enfants dans l’amour et le respect … et pour les professeurs aussi etc… Merci de nous avoir fait partager tes pensées et de nous impliquer dans l’élaboration de tes nouvelles formation. Agnès

  • Véro81
    Publié le 15:01h, 19 mai Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques et merci pour ces éclaircissements dans lesquels je me reconnais. En effet, l’épanouissement personnel est une chose importante mais comment évoluer avec ce qui nous entoure? Et comment impacter positivement dessus? Et pour ma part, comment faire avec… Car il y en a tant de choses qui m’effraient et me dépriment dans ce monde que j’aurais plutôt tendance à m’enfermer dans ma bulle, ce qui je sais pas la solution…

  • louise
    Publié le 14:56h, 19 mai Répondre

    l’écho que provoque cet article c’est l’espoir. L’idée de lieux de rencontre physique me fait vibrer aussi.

  • thierry
    Publié le 14:26h, 19 mai Répondre

    BONJOUR JEAN JACQUES

    et d’abord bravo pour ta démarche, tes formations et tes textes qui aident beaucoup de gens ; j’ai beaucoup cheminé et je continue, et c’est toujours encourageant pour moi de voir des actions et messages de personnes comme toi,
    pour ma part, je crois que le travail personnel reste le plus important ; et que son vrai aboutissement est spirituel; c’est à travers un lâcher-prise et une confiance spirituelle les plus profonds possible que viennent les progrès individuels, ET COLLECTIFS par ricochet.
    L’action juste vient essentiellement en se laissant guider par la Vie, la Lumière, dans un abandon du problème à la force divine, qui nous donne alors la bonne inspiration.
    je crois aussi que l’exemple et l’état d’être des personnes plus libérées que d’autres font et feront davantage pour l’humanité que des actions structurées où ,comme tu le dis, l’ego joue vite un trop grand rôle; surtout si l’état d’esprit de ces actions est d’être contre le monde tel qu’il est; s’opposer à quoi que ce soit a tendance à le renforcer, et la dualité persiste.
    je trouve toutefois utile d’aider et de diffuser ,seul ou en groupe, mais à condition que cela soit pour la transformation intérieure des personnes et non pour critiquer ou s’opposer à des réalités de notre société.
    je participe à ma petite échelle de colibri, à réunir des petits groupes de paroles et de pardon (merci à HO OPONOPONO!).

    puisque tu le demandes, ce sont donc ces orientations que je te suggère.

    , .

  • Isabelle
    Publié le 14:01h, 19 mai Répondre

    Merci Jean-Jacques pour ce beau programme en vue
    Pour ma part, j’ai traversé la même crise en 2017 et c’est ce qui m’a amené à suivre la formation « trouver ma mission de vie ». Ce qui en sort est mon intérêt pour le développement durable, la permaculture, l’alimentation bio et saine la décroissance économique afin de retrouver de vrai valeurs. Je privilégie les relations, les randonnées dans notre merveilleuse nature, les partage intense avec mes amis et l’information sur les soins naturels.
    En résumé, je suis complètement ta vision
    À bientôt
    Meilleures salutations

  • Nelyane
    Publié le 13:42h, 19 mai Répondre

    Bonjour Jean Jacques,
    J’ai lu une première fois ce texte, me disant: « bon, là, je suis au clair » avant de le relire une seconde fois pour m’apercevoir que ce n’était peut-être pas si évident…
    Il faut dire qu’après une psychanalyse, des travaux de groupes et aussi un passé de formatrice en formations innovantes, je pensais avoir trouvé ma voie, en tout cas une voie qui me convenait…et ce n’est peut-être pas faux mais…
    Je viens de vivre une expérience qui s’apparente à un burn out. Ce n’en était pas un puisque je n’étais pas épuisée comme en pareil cas. Mais, après plusieurs accompagnements de fins de vie, déménagements, successions réaménagements, je pensais pouvoir me poser suite au dernier coup de pinceau dans la maison. Et bien non! accident de voiture (détruite), bug informatique national de ma banque, soucis informatiques, pas simple de vivre sans voiture, sans ordi et sans carte bleue pendant plus de 3 mois. Démarches en tous genres et soudain gros découragement en juin 18: JAMAIS JE N’Y ARRIVERAIS !!! J’avais choisi un lieu « coup de cœur » trop compliqué pour moi, j’avais l’impression de courir après des chimères qui prenaient plaisir à se réincarner sitôt gérées. Bref, conséquences: du sommeil, énormément, trop, mais incompressible…
    J’ai lu le livre de C. Streiff « J’étais un homme pressé » qui décrit les étapes d’un retour à la vie de quelqu’un ayant subi un « petit » AVC (1 cm3 de cerveau détruit); et plus encore, de son médecin, le professeur Samson qui explique que, lorsqu’il y a une grosse évolution, il faut que le cerveau reconnecte différemment toute l’activité mentale, comme c’est le cas chez les enfants qui apprennent… Je sors progressivement de cet état de choses en ayant l’impression délicieuse d’être « sans pression négative » à savoir que je peux programmer mon activité comme je le souhaite.
    Oui, Jean-Jacques tu as raison quand tu soulignes la dérive de la notion de développement personnel. En revanche, j’ai une autre analyse sur le « comment » on en est arrivé là… Il me semble qu’on fait la part trop belle à l’activité rationnelle, qui peut tout démontrer et son contraire, mais qui néglige la partie « savoir être » et « savoir faire » de la formation. Expliquer une démarche est facile et tu l’utilises souvent. Mais tu ne t’arrêtes pas là: « ne me croyez pas sur paroles » « soyez attentif à ce que vous vivez » « notez les évolutions sur un cahier ». Les vendeurs de solutions toutes faites (formateurs ou militants politiques) n’ont pas ces recommandations. Ils appliquent une technique, à leurs élèves, (ou patients, ou clients ou électeurs) et à eux de se débrouiller avec les conséquences, qui peuvent être lourdes ou même rater leur objectif en créant du découragement. La rationalité, oui, qu’on ne me fasse pas dire le contraire. Mais l’hyper rationalité qui méconnait le processus humain de changement, non. La vie n’est pas une équation, même à X inconnues. Ne dit-on pas: « il (elle) a tout pour réussir, et pourtant… Cette dynamique ne fait appel qu’à la partie gauche du cerveau, qui évalue, mais ne ressent pas…. Et nos formations ont souvent fait de nous d’excellents gauchers du cerveau. C’est une chance pour moi, d’être droitière intellectuelle (explication donnée par Cyrulnik: les personnes qui ont eu un parcours de vie « lisse » pendant leurs premières années de formation s’adaptent rapidement à ce qui leur est demandé, tandis que ceux qui ont eu un parcours chaotique doivent inventer en permanence leur adaptation). La chance, pour les droitiers intellectuels, c’est la créativité, née du constat des dysfonctionnements. On retombe plus facilement sur ses pattes; en revanche, on travaille souvent dans le ressenti, le feeling, l’intuition et ce n’est pas toujours simple à décortiquer. Voilà ce que m’inspire ton texte en espérant qu’il fasse progresser tous tes lecteurs comme très souvent… Il me semble que, dans l’histoire, tu as la place la plus difficile à gérer… Bon courage et à bientôt sans doute

  • Kikou
    Publié le 13:36h, 19 mai Répondre

    Bonjour. Je remercie toute l’équipe ainsi que Yves Rasir sans qui je n’aurais pas apprécié tes textes j’avoue c’était ce que je préférais dans la revue. Il est clair que la vie ne se résume pas à un coup de moral… Pour dire jusqu’où Ça peut aller… L’exemple d’un crépi dans les toilettes d’une connaissance. Qui etait un torchis à la lavande… Pour les odeurs et la souplesse de l’enduit… Chaque détail compte… Mais l’essentiel est de donner tout ce que l’on sait en prenant soin d’être compris… Rien ne sert de seriner quand en face il ne parle pas le même vocabulaire… Et sachons qu’un faible n’entraîne derrière lui que peu… C là le grave problème de la déprime… On ne nous fait plus confiance… Je le vis puisque je n’ai pas le moral je suis pestiférée moi qui suis la Jane de Brassens… Chez moi tous ont trouvé à boire et à manger à dormir et le réconfort d’une oreille d’un câlin d’une réponse à leur point de vue ou situation… Mon père DIT « PERMIS DE ME CONSTRUIRE.  » Délivré par moi même… Là est la liberté et je dis si on veut plus du capitalisme à outrance ben arrêtons la conso à outrance… De quoi avons vraiment besoin si ce n’est de la reconnaissance et l’amour de ceux que l’on considère même la bouffe çà se. Discute… L’inédit… Bon bye-bye à la prochaine que des bonnes choses pour vous mon cher Jj.
    Kikou avec toute sa vérité..

  • josiane Girardin
    Publié le 13:32h, 19 mai Répondre

    Bonjour cher Jean Jacques,
    Sans nouvelles de toi j’ai eu peur que tu sois malade…ouf ! je suis soulagée….tout ce que tu expliques dans ton mail m’intéresse au plus haut point, je viens de voter pour quelques thèmes mais en réalité tous les thèmes proposés m’intéressent…je t’ai déjà dit que tu étais un bienfaiteur de l’humanité et je te le redis de toute mon âme, merci..merci…merci encore…
    coeurdialement !

  • David
    Publié le 13:24h, 19 mai Répondre

    Super programme, Jean-Jacques, tout ça résonne au plus haut point avec mon propre cheminement. Comme beaucoup d’êtres hypersensibles, mon premier réflexe dans l’adversité est de me réfugier dans ma caverne. Mais depuis quelque temps, j’ai l’impression que mon âme m’incite à en sortir. Je crois que je ne suis pas le seul dans cette situation. Comme tu le dis, il est temps de faire le pont entre l’intérieur et l’extérieur, entre l’individuel et le collectif.

    Mais ce n’est pas une chose aisée! Tu sais, il y a des raisons karmiques très profondes qui poussent les « ouvriers de la conscience », les « travailleurs de lumière », les « âmes anciennes », bref, appelle-les comme tu veux… Mais il y a des raisons très profondes qui nous poussent à nous cacher. Je crois qu’à un certain moment de notre histoire, nous avons essayé de changer les choses et ça s’est très mal terminé pour nous!

    Mais à présent, le temps est venu. Je peux uniquement parler pour moi ici, mais personnellement, tout mon cheminement spirituel m’a permis de comprendre pourquoi je me suis fait persécuter dans mes incarnations passées. Et la réponse est: Parce que j’ai essayé de changer les choses à l’extérieur de moi de façon AGRESSIVE! Autrement dit, j’ai joué au chevalier. Et j’ai perdu. Mon coeur était trop fermé à ce moment-là. Mais à présent, c’est complètement différent. L’amour et la conscience sont au rendez-vous. Reste à trouver le courage de passer à l’action, et ce, sans combattre quoi que ce soit.

    Pour moi, les grands principes du changement social authentique sont très simples:

    1) On doit œuvrer POUR quelque chose et non pas contre quelque chose
    2) L’action doit provenir d’un espace d’amour, et non pas d’un espace de peur
    3) Le plaisir et l’enthousiasme doivent être présents
    4) Le changement ne doit pas être un prétexte pour fuir quelque chose
    5) La remise en question est essentielle, peu importe l’ampleur de l’action posée

    Bref, bravo pour ta propre remise en question et ça me fera grand plaisir de te suivre dans tes nouvelles aventures.

    David

  • tom
    Publié le 13:22h, 19 mai Répondre

    Enfin !!!!!

  • Jouhanneau Dominique
    Publié le 12:57h, 19 mai Répondre

    J’ai essayé de t’envoyer une réponse, deux fois mais … en vain !

  • Anne Anthonissen
    Publié le 12:22h, 19 mai Répondre

    Bonjour JJ

    Ton parcours entre en résonnance avec le mien puisqu’en ja,vier 2010, j’écrivais un texte témoin pour rentrer au CIT créé pat JY Leloup dont le titre était et est toujours : « de l’écologie intérieure à l’écologie extérieure. »
    Ce texte devait mettre en valeur les dix orientations majeures du thérapeute : l’anthropologie, l’éthique, le silence, l’ étude, la gratuité, le ressourcement, l’anamnèse, la reconnaissance, le rappel, la fraternité.

    Aujourd’hui, à la lecture de ton texte, il est en effet urgent de concilier une démarche de conscience individuelle à une conscience collective, je dirais même plus universelle.
    Nous sommes à un moment crucial de notre évolution en tant qu’humain dans notre humanité profonde où nous n’avons plus le choix de tergiverser. Il en va de la pérennité de notre espèce : ça passe ou ça craque !
    Nous sommes en fin de cette civilisation occidentale que j’appelle « technomatérialiste » dont les soubressauts n’augurent rien de bon sans être pessimiste .
    Mais je ne suis pas optimiste non plus car cette solidarité que tu prônes et qui est essentielle, manque cruellement à l’appel et me ramène dans les profondeurs de ma tristesse et de mon découragement qui pourtant, sont comme une pédale d’embrayage, la permission d’une aide au changement de régime.

    Voilà JJ mon état d’âme de ce jour : comment éviter l’isolement de refuge pour aller vers une solidarité d’ Etres seuls-es bien accompagné-es dans le respect de notre Terre-Gaia avec tous les êtres vivants qui l’animent ?

    Bien à toi
    Anne

  • Fabienne
    Publié le 12:13h, 19 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques, J’ai bien reçu ton mail du 18 mai. Je l’ai lu en diagonale car aujourd’hui ma disponibilité d’esprit et de temps n’est plus compatible avec la concentration dont j’aurai besoin pour lire ce genre de mail .
    Pour autant je tiens à m’exprimer car le thème et les grandes lignes m’inspirent beaucoup.
    Je fais partie de la cohorte de l’AM 3. J’ai énormément appris avec le programme de cette promo là, que çà soit seule ou avec ma binôme avec laquelle nous sommes devenues amies.
    Aujourd’hui je poursuis mon cheminement avec des formations en CNV communication non violente , que çà soit à travers les livres comme celui de Thomas d’Ansembourg « Du Je au Nous » ou avec des formateurs de Genève ( Suisse) et je me forme activement à la Gouvernance partagée grâce à l’Université des colibris , l’université du Nous https://colibris-universite.org sur le Mooc Gouvernance partagée (GP)
    et l’instant Z https://instantz.org accompagnement en GP aussi .

    Je me faisais justement la remarque la semaine dernière combien mes diverses apprentissages fait grâce à tes programmes continuait à m’enrichir aujourd’hui dans le cheminement du Mooc ( pédagogie d’apprentissage notamment, gestion d’un planning, de l’agenda, ) Donc cela continue à me nourrir.

    Appartenir à cette communauté apprenante de l’AVM nourrit vraiment ce soutien si précieux et nécessaire de se savoir non seule dans ces processus d’évolution et de réflexions.

    et enfin , actuellement , ma priorité est de co-créer une vie avec plus de sens dans ma vie , dans mon quartier, ma ville, ma région avec mes proches. Les formations qu’elles soient physiques ou en ligne doivent donc être strictement au service de mon quotidien et non plus uniquement au service de mon âme.
    C’est cheminer pour « Etre citoyenne dans ma vie » . Mes besoins ont donc changé par rapport à l’AVM03.
    Je reste attentive aux prochaines thématiques de formation proposé par Emergences notamment Entrer dans la Désobéissance Civile Non-Violente et sur des formats de quelques heures.
    Merci par avance pour ta consultation envers tes étudiants . J’ai grand espoir que tu tiendras compte de nos avis . Bon cheminement à toi, tes proches et ton entreprise.
    Fabienne

  • Fafane
    Publié le 11:30h, 19 mai Répondre

    Bonjour cher Jean Jaques. Je me posais mille questions à propos de votre silence. Car vous m’êtes tellement précieux. J’ai abandonné d’autres « développeurs personnels »…. Pas question de vous lâcher.
    Je me faisais la réflexion suivante : marre de tous ces gens qui se lancent à corps perdu dans le développement personnel et qui laissent sur le côté de la route même leurs anciens amis parce qu’ils vont mal et qu’ils leur sont  » nocifs » …!!!!Je pense qu’ils n’ont pas compris que seul on ne fait rien. Les contacts humains sont primordiaux, même quand on va de travers.
    Au plaisir de vous retrouver bientôt
    Vous éclairés nos vies.
    Merci de tout coeur

  • Flo
    Publié le 11:08h, 19 mai Répondre

    Bonjour JJ
    Je ne peux pas résumer ma pensée mais je peux encourager tes projets de tourner nos actions personnelles vers le bienfait de ce monde et plus particulièrement pour sauver « dame nature » de nos agressions humaines
    Belle Journée à tous ceux qui lisent ces lignes
    Bises rieuses

  • Annie MARINO
    Publié le 11:02h, 19 mai Répondre

    Bonjour Jean Jacques,

    Je suis très heureuse , voir soulagée, d’avoir de tes nouvelles.
    C,est rassurant de te savoir debout , prêt à continuer sur ce chemin d’aide et de partage, je, nous en avons grandement besoin…
    J’ai été très touchée et peut être un peu déstabilisée par tes propos (le capitaine quitte le navire) .
    Grace a ta détermination, petit pas à petit pas on avance.

    Merci pour tout cela

    Ani

  • Hervé
    Publié le 10:49h, 19 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    J’ai suivi ta « pensée » depuis plusieurs années, et en particulier cette crise.
    Je te souhaite du courage dans cette nouvelle perspective qui relie les 2 axes que je trouve également primordiaux dans ma vie : une sorte de militantisme / engagement politique (dans le sens profond du terme) et l’évolution personnelle.
    J’espère seulement que tu ne tomberas pas dans le piège du « politiquement correct », du progressisme et défense des valeurs « bateaux » qui sont prônées par tous les médias.
    J’espère que tu ouvriras une réelle porte sur les questions profondes, sans préjugé, et que ceux qui te suivront seront prêt à remettre en cause tous les tabous.

  • Irene
    Publié le 09:23h, 19 mai Répondre

    Merci Cher Jean-Jacques d’Etre qui tu Es. Simplement une personne qui par son talent en aide plein d’autres et c’est cela le nouveau monde. Je suppose que nous sommes nous les humains,, des piles émettrices et réceptives. Des transmutateurs d’énergies. C’est en captant la plus hautes vibrations d’amour dans nos cœurs que nous émettons la même fréquence. Tu es un être d’amour et c’est cela l’essentiel. Actuellement, pleins de petites piles s’énergétisent dans cette conscience du UN et chacun à notre rythme nous en recevons les bienfaits. Prends courage, tu es pour la VIE et c’est tout ce qui importe.
    Avec tout mon plus profond respect merci de tout mon cœur pour ton aide.

  • Elisabeth
    Publié le 08:57h, 19 mai Répondre

    Merci pour ce partage de réflexions qui trouvent tant d’écho dans les miennes. Âgée de 52 ans, je suis bien plus attachée aujourd’hui à ce que je souhaite transmettre plutôt qu’à prouver quoi que ce soit. Aussi, laisser ma trace aux générations suivantes en montrant et vivant simplement, sans faire semblant, me paraît essentiel.

  • GILLES
    Publié le 08:52h, 19 mai Répondre

    Bonjour Jean Jacques ,

    MERCI pour ces nouvelles .
    Je suis un ancien stagiaire de l’académie de la vie en mouvement , je pense que tu as été au démarrage de ma prise de conscience , de ma volonté de donner plus de sens à ma vie .
    Depuis , je continue mon chemin , en essayant de rester aligné , dans mon corps et non pas à coté , en essayant de vivre plus intensément le « moment présent » . la pratique du YOGA , la méditation ,la respiration et beaucoup de lecture d’auteurs inspirants me font progresser petit à petit .
    Alors bien sur que je comprends tes interrogations , cette remise en question . Mais cela me semble salutaire , quel intérêt à suivre toujours la même route sans se poser de questions , quel intérêt à reproduire chaque jour les mêmes pensées , les mêmes actes !
    C’est toi qui en permanence nous demande de nous projeter le jour de notre mort en essayant de faire objectivement le bilan de notre vie et de prendre conscience de tous ce que nous n’avons pas réalisé faute d’avoir su prendre les bonnes décisions au bon moment . Alors pour ne pas nous trouver dans cette situation , ne pas avoir de regrets , il me semble nécessaire de  » cheminer » toujours et encore , de poser des actes , de prendre des risques , de sortir de notre zone de confort . C’est peut être à ce prix que nous pourrons vivre pleinement , en harmonie , en suivant notre intuition en acceptant nos émotions , Donner du SENS à sa vie , voila notre quête à tous ! MERCI jean Jacques de bien vouloir continuer à nous inspirer à nous bousculer !

  • hannah
    Publié le 08:29h, 19 mai Répondre

    Bonnjour de e 19 mai 19, après lecture de votre texte et hésitation (avant de le lire car tous ces coachs et Cie me ?????) bref je n’ai jamais suivi vos formations ni l’intention d’en suivre MAIS j’ai été intéressée par votre questionnement qui est mien aussi ( et de nombreux j’espère) ): à savoir L’ENGAGEMENT: intérieur (travail sur soi) et extérieur (le socialopoliticoecolo etc..) ….Après un Chemin très difficile mais très riche, c’est à dire INITIATIQUE (avec la VIE comme seul Maître et « CE » qui a crée la Vie donc car allergique depuis toujours à suivre !!) bref traversé tempêtes.remous méninges et coeur et Crises et recrises ( épreuves du feu comme vous le dites) etc….je sais ENFIN que ce n’était et n’est pas pour rien ,juste de la souffrance ,non, c’était le Nettoyage (imposé souvent) à. faire ( niveau karmique,transgénérationnel, ou autre peu importe les mots) : en tant que scorpionne astro–logiquement parlant, ohlala le boulot!!!!
    Et me voilà à me demander où m’engager vraiment: sociotalala me semble insuffisant SI l’autre travail (psychofamilialospitituel) n’est pas fait ni même considéré….ce qui est souvent le k dans la « militance » seule ….la politique ,n’en parlons même pas!

    Re bref, moi c’est l’écriture mon expression et j’aimerais utiliser l’oralité qui est encore plus juste pour mon style en allant sur scène parler de tout cela et chanter aussi bref donner de l’AMOUR ,de la Profondeur et de la JOIE…..
    Vaste programme je ne sais si dans cette vie là …
    REREbref, votre message m’a semblé authentique par rapport à tant de nouveaux autoproclamés coachs, thérapeutes,channels,médiums et Cie …le mélimélo New âge et pseudo spirituel souvent ,…
    Donc continuez votre recherche « cher monsieur » que je serai ravie de rencontrer je ne sais où …sait on jamais …j’habite Lausanne ,mais pieds noirs à la base ,née en Algérie.
    ouille je ne pensais jamais écrire tout cela ..à un inconnu..mais ça doit être l’effet pleine lune en scorpion .
    Bien à vous. Hannah.

  • Neurones créatifs
    Publié le 08:05h, 19 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques je suis hypersensible comme 20 pourcent de la population et je suis aussi conscient que les conditionnements généralisées avec le temps sont devenus une normalité, la contribution que je vais apporter construire des revenus avec les dépenses qui permettent d’offrir des investissements pour les clients avec un pourcentage de chaque dépense. Il y a 4 catégories le salarié, le travailleur autonome, l’entrepreneur et l’investisseur. La plus grande valeur dans une vie est le temps de vie et la façon d’en profiter, c’est avec des actifs ou des revenus passifs. Tout le monde interprète à sa façon la réalité et l’interprétation est la source des émotions. Albert Einstein disait la politique est corrompue, les médias sont corrompus, les écoles sont corrompus, le milieu des affaires est corrompu et ça n’a pas changé.
    Sommes-nous sur terre pour ce qu’on fait.
    À mon avis nous sommes sur terre pour aimer le vivant et le non vivant.
    Ce n’est pas une liberté de choisir quand les choix sont préétablis en politique ou ailleurs.
    Le nouveau élu c’est un chien qui branle la queue dans une boîte de truck.
    Et la peur est utilisée pour manipuler et contrôler.
    Mais seulement le poisson qui sort de l’eau peut voir l’eau.
    Car les conditionnements sont transparents comme l’eau autour d’un poisson.
    Le cerveau recherche le plaisir le confort et la facilité et d’après moi on doit lui offrir ce qu’il recherche.
    Le striatum a permis l’évolution en même temps le striatum est la cause de la destruction de la planète.
    Transformer de la matière pour faire un produit de consommation construis des salaires mais le produit de consommation devient un déchet ensuite.
    C’est de cette façon qu’on transforme la planète en déchet ce n’est qu’une opinion.
    Les critiques et le jugement sont aussi que des opinions.
    Le présent comprend mieux le passé comme l’avenir va mieux comprendre le présent qui construit les souvenirs de l’avenir.
    La vie est un film.
    Personnalité à visité la réalité qui existe tout le monde la imaginé à sa façon.

    Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d’entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a 10 possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer mais essayons quand même.

  • Chopi
    Publié le 07:28h, 19 mai Répondre

    On ne peut qu’adherer a 100% a une telle reflexion …
    Allons désormais plus loin
    Cordialement
    Michel

  • BePe
    Publié le 07:14h, 19 mai Répondre

    Bonjour,
    Le monde à toujours était notre source d’inspiration. Il nous permet de se construire ou de se détruire. Notre passage sur terre doit nous permettre d’évoluer (indépendamment de nos croyances) sur les versant de l’amour, la compassion et le plus important la foi. Chaque sentiment opposé à ces derniers sera un combat et suivant le terreau de la souffrance de nos parents où nous sommes nés, la guerre intérieure sera dense et dure ou légère et souple. Ce n’est pas le monde extérieur des hommes qui doit nous guider surtout s’il ne correspond pas à nos aspirations et nos désirs. C’est notre monde intérieur qui est le plus important et c’est uniquement son écoute qui changera notre vision et notre destinée.

    Bien à toi

    BePe

  • BB
    Publié le 05:28h, 19 mai Répondre

    Bonjour jean-Jacques,
    Je sus un ancien stagiaire de AVM2
    Merci pour ce mail qui récapitule un peu tout ce qui s’est passé au niveau « crise ».
    A vrai dire, depuis ton premier mail sur le thème  » je suis en crise », j’ai pas tout compris. J’ai été perdu, je me suis un peu perdu et je t’ai un peu perdu. Or tu es quelqu’un de bien, de très bien je sais bien.
    Tu disais être en crise, que tu allais nous en reparler ; je n’ai pas eu la suite du message alors je t’avoue franchement que pour ma part j’ai alors décroché un peu et pris mes distances
    Je me suis demandé, non ,j’ai même pensé que tu utilisais peut-être une technique marketing pour nous choquer o relancer dans un cours. Mais ce n’est pas ton style. Bref pour moi, toute cette histoire, ou vérité ou stratégie n’a pas été du meilleur effet et m’a mis en distance.
    Maintenant que tu m’envoie ce mail récapitulatif avec les liens vers les différentes lettres, il va falloir que je me replonge dans tout pour essayer de re comprendre ce qui t’arrive..
    Au moment précis là où je t’écris, sans avoir relu, sans m’être ré informé de tout,, je me dis que tu as peut-être fait une erreur. Tu es un « thérapeute », une personne qui aide.les autres. Certainement tu es supervisé.Ne’aurait-il pas fallu partager ta crise chez ton superviseur ? Tu nous as partagé ta crise à nous mais je suis pas sûr que ce fut opportun.
    Je te redis que je n ‘ai pas relu les choses à l’heure qu’il est mais voilà des idées réflexions que je désirais te partager. BB.
    ,

  • Martine
    Publié le 05:25h, 19 mai Répondre

    Merci Jean-Jacques, merci pour ce partage. J’en frissonne tellement je suis en connivence. Merci de ton don si généreux.
    Quel travail en profondeur vous avez réalisé. J’ai à peine feuilleté le catalogue mais je suis très admirative. de tout ce que vous proposez. Et je suis estourbie aussi car c’est exactement cela dont je rêve. Merci à toute l’équipe. Je suis un peu sous le choc et je t’écrirai plus longuement après avoir tout lu et réfléchi. Là, c’est la gratitude spontanée, affectueuse, la sensation d’être comprise, d’être en phase, à 100% , Très heureuse de voir que tu te sors de ton ornière en te galvanisant à nouveau sur ton essentiel.
    Bien affectueusement.

  • Remi85
    Publié le 04:44h, 19 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Ces mots font du bien à entendre, heureux que tu « accélères le rythme ». En effet même si le monde est le reflet de nous-mêmes et qu’il est donc essentiel de se rendre plus transparent à soi, il y a plusieurs dimensions à la chose et agir sur nos conditionnements est aussi très important : autant avoir des stimulis extérieurs qui nous aident aussi à converger, cela aidera à la fois au travail intérieur à opérer plus rapidement, et rendra le processus plus complet, car comme tu l’indiques à propos de l’ego, il y a une raison pour laquelle nous sommes des êtres incarnés, l’action réelle est une partie à part entière de nous-même ! Elle est donc une réalisation de ce qui change en nous qu’un catalyseur pour l’action des autres, car des actions « visibles » à autrui le percutent peut-être aussi plus facilement. Bref ! Que de bonnes nouvelles avec ces formations à venir. Avec cette perspective d’aide à sortir du sommeil esclavagisant dans lequel les puissants aiment à nous entretenir, et avec le développement de moyens sains pour aller vers un avenir souhaité.

  • Nathalie
    Publié le 03:35h, 19 mai Répondre

    Merci pour cette belle réflexion que je perçois comme authentique. J’ai cessé de suivre un certain nombre de « coach en développement personnel » mais tu fais partie des rescapés 🙂
    Je continue à lire tes newsletters et ton programme à venir est en total cohérence avec mes aspirations personnelles.
    Merci

  • Jacqueline
    Publié le 03:33h, 19 mai Répondre

    Bonjour Jean-jacques, heureuse d’avoir de tes nouvelles, qui arrivent à point nommé !! .
    Je ressentais le besoin d’avoir une guidance qui me permettrais d’aller plus profondément en moi pour faire sauter des blocages …
    Les sujets que tu projettes sur l’environnement, la société m’intéressent beaucoup.
    Merci à toi d’être là .

  • ALBON
    Publié le 02:53h, 19 mai Répondre

    Je partage les idées développées dans ton dernier courriel et comme toi, je n’aime pas comment évolue notre société, et notre planète. Ce que j’espère ce sont de bons conseils, concrets, simples et efficaces pour rendre notre société plus humaine et préserver notre planète.

    • Willems
      Publié le 04:51h, 20 mai Répondre

      Tout à fait ! Je pense que Jean-Jacques est arrivé au moment où il doit prendre la décision : Entraîner ceux qui ont les mêmes aspirations que LUI ,à proposer la vision d’une société nouvelle (( comme le proposait Mr CHABAN-DELMAS—et, comme 1/3 des humains l’appellent de leurs voeux !—et, comme beaucoup de ces commentaires me le laissent supposer ! )) Je pense qu’il ferait un Bon Guide genre GILET JAUNE !!!
      (réponse à ALBON et autres

  • Linda
    Publié le 02:27h, 19 mai Répondre

    Bonjour Jean Jacques
    Merci pour ces ateliers complémentaires et essentiels à une vie saine
    Cela fait effectivement des années que je regarde tes vidéos lorsque j ai des passages à vide sans toutefois aller plus loin
    A 57 ans je suis dans une période difficile de laquelle j ai du mal à m extraire : je ne prends pas assez soin de ma santé et de mon corps et ce en toute conscience – j ai pourtant encore de belles années à vivre
    Donc ces nouveaux themes me conviendraient
    À très bientôt

  • Corinne
    Publié le 02:17h, 19 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques!
    Je me réjouis de vos nouvelles.
    Ces dernières années m’ont permis grâce à vos enseignements entre autre de sortir de l’état de victime pour me repositionner dans l’existence. Quelle joie profonde!
    Votre cheminement de ces derniers mois fait écho à mon expérience intime. Ce processus de vie éprouvant me permet aujourd’hui un meilleur discernement. Reconnaitre ceux qui parlent depuis l’ego et les autres…Vous faites parti des autres.
    Je partage votre point de vue sur le lien évident à comprendre et à mettre en œuvre entre notre travail intérieur et notre engagement social.
    Votre proposition à communiquer sur les thèmes de l’écologie, l’alimentation, l’agriculture, l’économie, la justice, l’habitat sain, etc.) est excellente! Elle coule de source.
    MERCI infiniment pour TOUT et à toute l’équipe!

  • Bernie
    Publié le 02:16h, 19 mai Répondre

    Bonjour et merci pour ce témoignage bouleversant
    Âgée de 58 ans, je traverse la même chose depuis un an et ai perdu tous mes repères
    Comment faire ma part pour transformer ce monde qui part à vau-l’eau

  • Moun
    Publié le 01:17h, 19 mai Répondre

    A toi Jean Jacques
    Pas évident de faire partir ces commentaires….
    Donc je suis partant pour suivre t’évolution de tes réflexions qui son inéluctables dans une vie
    J’aimerai que tu parles de l’agriculture , de son mode d’évolution, des traitements phytosanitaires
    De la lutte contre le plastique
    ….
    A te lire
    Raymond

  • Rémi
    Publié le 18:03h, 18 mai Répondre

    Salut Jean-Jacques,

    Je me demandais ce qui se passait dans ta vie? Pour ma part, je suis en crise aussi. J’ai quitté mon emploi il y a deux mois, après douze ans de service, et je suis en maladie pour me refaire une santé, Comme si ce n’était pas assez, mon Égo était entrain de me scraper la vie d’aplomb. Mais hier, par une méditation que je venais juste de recevoir et par de simple réflexion, mon Égo a pris le champ. J’en revenais pas!! Mon Égo a beaucoup moins d’emprise qu’avant. C’est drôle parce que c’est au même moment que je reçois ton courriel?? Éventuellement, je serai prêt pour qqch de nouveau basé sur mes valeurs profondes.

    Merci d’exister et d’être avec nous

  • Odette BEGOn
    Publié le 17:55h, 18 mai Répondre

    Odette
    Je m’étais inscrite à ton dernier cursus d’enseignement je prends soin de ma vie et j’ai lâché de suite car je pensais ne pas avoir fait le bon choix de formation du fait que mon besoin du moment était de me soigner physiquement de me désintoxiquer, entre autre métaux lourds créant des pathologies et psychologiquement en me reconstruisant après la prise de conscience d’avoir eu une mère toxique.
    De ce fait je n’ai pas profité de cet enseignement et je suis ravie de constaté que le désert que tu as traversé et ta réflexion t’amène a proposer des pistes dont j’aurais eu besoin à ce moment là
    <je t'ai┤lu avec attention depuis le début de ta quête et je souhaite reprendre contact avec toi
    Très cordialement

  • Patrick
    Publié le 16:23h, 18 mai Répondre

    Nous sommes des marcheurs vers la lumière 9

  • Aurore Legrand
    Publié le 16:13h, 18 mai Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques
    Le monde juste où j’espère vivre un jour libre est une réalité décrite dans les Saintes Écritures la Bible, où l’on trouve les promesses faites par le Vrai Dieu Jéhovah qui va accomplir sa Parole. Psaumes 37:10-11 Isaïe 2:4 Psaumes 72:16 Isaïe 65:21-24 Isaïe 11:6-9 Isaïe 33:24 Jean 5:28,29 et ce n’est qu’un bref aperçu …

    2 Corinthiens 3:17 déclare: « or Jéhovah est l’Esprit, et là où est l’esprit de Jéhovah, là est la liberté. »

    La Sainte Bible comble tous mes besoins spirituels de façon logique et douce et cela m’émerveille de constater la Sagesse Divine bien bien bien supérieur à nous petits tout-petits humains.
    Elle m’aide à progresser et à endurer et attendant confiante la délivrance promise par Dieu.
    Je l’étudie depuis 9 ans et je ne cesse d’apprendre des choses magnifiques sur notre Grand Créateur, sur ses qualités, ses manières d’agir.
    Grâce à sa Parole, je sais d’où je viens, qui je suis et où je vais.
    Je suis un humble reflet de la gloire de Jéhovah, parce que c’est Lui qui a décidé de nous créer pour son plaisir et dans cette volonté, par amour.

  • Béatrice
    Publié le 16:08h, 18 mai Répondre

    Cher Jean-Jacques,
    Tout d’abord merci pour ce partage sincère, intime et (pour moi) tellement actuel.
    Ré-enchantons le monde ensemble ?
    Cela conviendrait parfaitement à mon heureux caractère… de bonne humeur spontanée, joyeux, positif et plein de foi…
    Sauf que je traverse également aujourd’hui comme toi et tant d’autres certainement… un « à quoi bon » ?
    Comment donc je reçois ton mail ?
    Avec beaucoup de tendresse…. effectivement, car je me regardais les vidéos de JJC (et quelques autres comme Alexandre Jollien et Marc Vella) quand j’avais des coups de mou…
    Te lire m’a fait beaucoup de bien. Je connais de trop nombreuses personnes qui continuent de dire en permanence, comme un mantra, comme pour s’en convaincre, que ce monde est merveilleux (ah la belle époque new age…)… alors que lorsque je regarde un peu plus largement que mon petit univers (qui lui, va plutôt bien)… je suis horrifiée.
    J’ai repris un peu pied en lisant le livre de la Princesse Constance de Polignac (née en 1944 et décédée en 2017) « Ma Vie en Révolution » chez Albin Michel… qui, malgré une vision fort réaliste du monde (qu’elle parcours en permanence tout au long de sa vie), une naissance dans une aristocratie cruelle, continuera toute sa vie à porter ses valeurs fidèlement sans se laisser entraver par « l’extérieur » (elle le paiera sans doute de sa santé me semble t’il).
    J’ai juste repris pieds… mais je n’ai pas encore trouvé de quoi me ré-enchanter et repartir « haut les coeurs » dans un monde sans sens et dans tant de chaos…
    En lisant les deux tomes des livres de Jéshua de Daniel Meurois, je me faisais ce constat que la nature humaine n’avait vraiment pas changé en 2000 ans, même si les conditions matérielles avaient évolué… cela m’avait donné la sensation qu’il était venu pour rien… au prix d’une vie terrestre que je trouvais chère payée (certainement pas lui, juste moi avec ma vision de terrienne de 2018).
    J’ai réalisé les grands rêves que j’avais jusqu’alors, je n’ai pas de regrets ni de chantiers en cours… je pourrai me retirer… mais ce n’est pas nous qui choisissons cela n’est-ce pas ? Et puis à 50 ans c’est sans doute un peu jeune…
    Alors quel sens donner à cette existence quand règne ainsi autant de chaos dans la vision large de l’humanité ? Bien sûr que de certains points de vue très locaux, des tas de « faiseurs » et de bienveillants oeuvrent magnifiquement le coeur ouvert au maintien d’un peu d’humanité (comme ce médecin qui répare les femmes au Congo. Denis Mukwege, gynécologue et militant des droits de l’homme congolais, pratique la chirurgie réparatrice sur les femmes violées par les forces militaires du pays, à l’hôpital de Panzi de Bukavu, au péril de sa vie… où puise t’il la force devant tant d’horreurs ? Et autant il répare, autant ils détruisent… ou comme mon adorable voisin, plein de gentillesse, qui cultive un immense et merveilleux potager et qui n’a jamais de mots critiques sur rien ni personne).
    Mais voilà, moi aussi… je traverse des moments de crise, comme toi…. Ils durent peu de temps car j’essaye de ne pas faire peser à cette belle planète plus de misère qu’elle n’en a déjà sur le dos.
    J’ai quelques armes fatales, le sourire, la douceur, la gentillesse, la bienveillance, un écoute fertile… et quelques autres encore…
    Le « A quoi bon », je me le vis essentiellement seule, sauf à de rares moments où je partage mon désespoir avec quelques intimes…
    Je ne sais pas si mon témoignage pourra t’apporter un peu de « matière » exploitable… mais j’aurais fait ma part de colibri…
    Bien que je ne sache toujours pas à ce jour, quel sens donner à cette existence, ni quelle place prendre dans ce drôle de monde (il se peut même qu’à chacune des différentes époques, les gens se soient posés de telles questions, que nous ne traversions rien de nouveau… juste un cycle qui tourne sur lui même).
    Chaleureusement et, malgré tout, joyeusement.
    Béatrice

  • andrée francon
    Publié le 15:53h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean Jacques, bien vu, bien reçu , cheminement incontournable pour constater cette évolution qui ressemble de beaucoup à mon parcours. Le  » standbye » subit semblait nécessaire, le travail de fond nous permet d’émerger en vivant une belle énergie , a laquelle il serait bon de rester!!!!……….sauf que la  » surprise » est aussi de se retourner pour encore cheminer., d’où cette impression, et cette incontournable remise à plat dans le k o. Recul douloureux peut être, cependant indispensable pour acquérir une nouvelle conscience qui manifestement nous ouvre à cette grande liberté intérieure dont nous vivrons les bienfaits , pour rejaillir sur le monde que je voudrais bien voir changer aussi , c’est à dire se  » réveiller « …………….Merci, bien sincèrement Andrée

  • Max-Albert
    Publié le 15:47h, 18 mai Répondre

    Enfin, je me retrouve dans ce projet, et que dire d’autre que : Merci, oui merci pour sortir de ce conformisme social et de ce rêve illusoire de la pensée magique ( cfr Jean-Jacques Crèvecoeur )
    J’adhère à 100 pour 100.
    À très vite
    Max-Albert

  • Jackie
    Publié le 15:43h, 18 mai Répondre

    Jean-Jacques, en ce moment pour moi , la communication intérieure et extérieure n’est pas fluide et ça c’est encore pire cette année ! Une astrologue m’as informer que Mercure (planète des communications) serait sur le point là d’être rétrogradé. Mercure Rétrograde « donc elle recule »elle n’est plus en phase avec nos communications. Ces effets sont déjà là depuis un certain temps, tout au niveau de la Planète et des communications que ce soit Facebook et réseaux sociaux, Pollitiques..
    Ce qui est conseillé…si la communication avec les autres ne semble plus collecter, il y a cette collection intérieure à la verticale avec soi-même que l’on peut développée avec notre Moi Supérieur.
    Sois l’écriture, l’art, la lecture, la méditation, la contemplation ….et surtout laisser de l’espace pour que s’installe le nouveau. Apprendre aussi à laisser « être « ce qui est, et rester centré a la verticale dans son coeur avec les desirs du coeur spirituel pour s’unir avec le Soleil central Un et le Hara.
    « Pour ce qui est des désirs des sens liés au mental ils ne peuvent que créer de l’agitation, de La dispertion, car les sens lorsqu’ils désirent ils ne renoncent pas facilement. En ce moment il faut faire preuve de sagesse face à nos désirs, sont-ils vraiment inspirer par ceux de notre âme? Sinon il vaut mieux y renoncer, afin de laisser de l’espace pour la nouvelle dimension pour qu’elle s’installe. A moins de vouloir rester dans la 3e dimension
    Nous sommes trop habituer à des habitudes créer par le mental et en ce moment il n’y a pas de repert…tout est à reconstruire. Nous changeons de fréquences, même la Planète Terre augmente de plus en plus de fréquences c’est normal qu’on ne se reconnaît plus. Il faut évoluer à la verticale nous sommes venus transcender la matière ce qui veut dire faire évoluer notre mental dans la 4e dimension (élever le mental)…Si nous faisons ce travail depuis un certain temps il est normal que tout change, ce changement doit se manifester en nous et autour de nous. C’est cette collection intérieure dans le coeur et avec le Soleil Un avec qui l’on doit s’unir qui vont faciliter notre détachement de la 3e D. De la nous pouvons nous nourrir de l’amour de notre essence. Nous sommes après tout des hologrammes en train de se transformer. J’espère que mes propos ne sont pas trop compliquer. Et espère vous avoir éclairer!

  • dbourely
    Publié le 15:37h, 18 mai Répondre

    Je suis très touchée que tu partages tout cela avec nous, les sans visage de l’internet. Je te comprends dans ta remise en question et je comprends aussi que tu souhaites qu’au delà des changements individuels pour lesquels tu as tant œuvré, la société elle-même change pour intégrer ces évolutions individuelles.
    Bien sûr, je ne sais pas comment je peux contribuer à cette évolution au niveau de la société, mais je peux te dire ce qui me manque de ta part. J’avais adoré la période où tu éditais des vidéos que l’on pouvait acheter et voir et revoir à volonté. J’ai eu ensuite vraiment beaucoup de mal à m’adapter au système par internet, avec des délais pour voir les vidéos etc…
    J’ai eu plus de mal à te suivre du coup, et je voudrais te demander s’il n’était pas possible soit d »acheter soit de télécharger, moyennant finance bien entendu, des vidéos sur des thèmes précis que serait acquises et que l’on pourrait revoir à volonté.
    Je suis ouverte à toutes tes réflexions, avec une préférence pour les liens que tu peux créer avec la physique quantique, mais je serais particulièrement intéressée par tout ce qui touche aux pervers narcissiques avec la possibilité de sortie de leur emprise.

  • Claire
    Publié le 15:10h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques, je te remercie de faire le don de tes réflexions. Je te rejoins tout à fait, le développement personnel sans l’engagement social n’a pas de sens en soi. Pour moi, c’est le fait d’être mieux en tant que personne qui permet de se mettre au service du monde dans de bonnes conditions (écologiques pour soi et les autres et respectueuses de soi et des autres). Merci.

  • Nadia
    Publié le 15:02h, 18 mai Répondre

    Cher Jean-Jacques,

    Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour ce partage. Je vous suis depuis quelques temps, et j’apprécie vraiment votre manière de rédiger.

    Depuis maintenant 5 ans, je fais partie d’une organisation à but non lucratif qui offre des opportunités de croissance individuelle et de développement de la communauté. Votre e-mail n’a fait qu’approuver l’idée que j’avais sur l’importance du rôle joué par ce type d’organisation, tant sur le plan individuel que collectif. Certes, rien n’est parfait, même dans l’associatif, des intérêts personnels entravent la dynamique de l’équipe. Mais cela n’empêche en rien d’avancer, tant que la persévérance et la volonté sont au rendez-vous. Je pense qu’il est considérable d’évoluer, de travailler sur soi, et de mettre nos compétences au service de l’humanité.

    J’admire beaucoup ce que vous faites avec votre équipe, merci et bon courage!
    Mes salutations les plus respectueuses.

  • Christianne
    Publié le 14:53h, 18 mai Répondre

    Je suis heureuse Jean-Jacques d’avoir des nouvelles de toi.

    C’est vrai qu’il y a du bon monde sur la terre et qu’il se passe de belles choses, mais les médias n’en parlent pas. La consolation est au moins que leur bonté et leurs activités ont un réel impact sur les gens/communauté qui les entourent et qui en sont témoins. Si chacun fait sa part, si petite soit-elle (par un travail intérieur et collectivement), cela peut sembler futile et semblera peut-être aux yeux de certaines personnes un petit pas pour l’homme et cela semblera aussi surtout un très petit pas pour l’humanité, mais ne dit-on pas qu’un pas à la fois, on avance.. Alors je garde espoir!

    J’ai hâte d’en savoir plus sur tes futurs projets.

  • Catherine
    Publié le 14:53h, 18 mai Répondre

    La Vie est don et nous ne pouvons nous faire que don nous-mêmes, Don à notre Source et don aux autres.
    Jésus traînait dans les rues, marchait et parlait avec tout le monde sans discrimination, vivant de l’amour qui l’habitait.
    Soyons vivants du monde que nous désirons au plus profond de nous-même et cela avec tous ceux que nous rencontrons.
    Vivre dès maintenant ce nouveau monde! Notre monde est chaotique et nous nous devons d’être au coeur de la détresse, d’être solidaire d’elle, attentif, en comptant toujours plus sur cette Tendresse qui nous accompagne. Que vaut notre petit développement personnel à côté de tout cela? Pas grand’chose. Un luxe de privilégié qui développe un espace pour lui tout seul. Oui le creusement du coeur et la dépossession, à l’exemple de l’effacement de cet Amour qui nous veut libres! Et pour finir, je ne peux m’empêcher de saluer les Gilets jaunes…qui se réunissent, fraternisent et commencent à créer un monde qui fait perdre la boussole à tous les partis politiques et aux vieux militants politiques qui croyaient en connaître un rayon…. au-delà des idéologies. Et cela depuis 27 semaines. Essentiellement, il y a là un fort désir d’humanité, un fort désir de partager cette solidarité des éprouvés.

  • Fernanda Dias
    Publié le 14:18h, 18 mai Répondre

    Qu’est ce que on peut faire pour né plus detruire ce monde, soi disant, né pas detruire l’etre humain En toute da dimension
    C’ est ce que je veux savoir

  • Lilylapuce
    Publié le 13:52h, 18 mai Répondre

    Bonjour ,
    Votre introspection fait beaucoup de sens
    pour moi.. c’est bien beau notre petit nombril
    mais nous sommes tous en relation les uns
    avec les autres.. et nous sommes un tout..

  • Annick
    Publié le 13:14h, 18 mai Répondre

    Bonjour, Je suis tes textes et vidéos depuis le départ avec beaucoup d’intérêt. C’est pour moi des « vaccins » de rappels. Ayant fait du développement personnel depuis l’âge de 24 ans et j’en ai 63, je suis en accord avec tous tes propos, et tu fais passer les messages de façon ludique et très explicites, alors de mon côté je fais passer à mes amis(ies) car tu as des mots pour le dire que je n’ai pas toujours, même si pour moi tes principes sont intégrés.
    Tout est très bien je n’ai rien à redire sinon un grand merci.

  • Richard
    Publié le 13:06h, 18 mai Répondre

    Il y a un sacré problème avec ce système de commentaire, il génère sans cesse « forbidden » sans que l’on sache jamais à quoi cela correspond. Cela fait au moins 10 fois que je fait la tentative. Merci d’avoir au minimum, c’est la moindre des choses, un petit message nous prévenant de ce qui peut produire des erreurs, même en ayant une bonne réponse au Capcha

  • alain
    Publié le 12:51h, 18 mai Répondre

    Oui Jean-Jacques, la base de notre propre évolution commence par un travail sur soi (aspect physique et émotionnel),
    Elle se continue par une démarche spirituelle:
    a) comprendre nos corps et circuits subtils
    b) s’entrainer à la méditation pour réguler notre activité mentale et élever nos fréquences vibratoires.
    Notre évolution continue en élargissant notre vision du monde. C.G. Jung disait que plus notre vision du monde est large plus nous avons de possibilités de trouver notre place dans ce monde. A cause d’une vision restreinte du monde, quasiment tous les chercheurs français ont rejeter les travaux de JP Petit (pourtant directeur de recherche au CNRS) parce qu’il ose parler ouvertement des OVNI et surtout de ce que cela implique au niveau politique, scientifique, et pas seulement.
    Et puis bien sûr à moment donné nous avons à passer à l’action alors il serait hautement souhaitable d’appliquer dans sa vie ce principe universel:  »ne fait pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse » et son corolaire  »fait aux autres ce que tu voudrais bien qu’on te fasses ». Mais cela ne peux se faire sans être conscient de ses propres référentiels (par exemple Macron pourrait se dire  »eh bien moi je n’aimerais pas qu’on mette un impôt sur la fortune alors je ne vais pas la faire »).
    Voilà ce qui m’est venu en te lisant.
    Merci pour ce que tu fais.
    Alain

  • Marc
    Publié le 12:36h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Comme pour tes deux précédents appels, j’ai lu plusieurs commentaires avant de te répondre. Ça m’aide à formuler mes idées qui se bousculent pêle-mêle dans ma tête. Alors voilà ce que m’inspirent ton message et les différentes réactions :

    À chaque fois, je suis épaté par la différence des motivations de chacun, par les différentes façons de s’exprimer, propre à chacun et par tous ces vécus si différents ! Mais le dénominateur commun entre tous est bien, me semble-t-il et heureusement, ce désir de vivre mieux, dans un monde meilleur.
    Le grand travail réside donc à réunifier les humains autour de ce dénominateur commun. Ce serait comme construire tous ensemble une grande maison commune, où chacun y apporte ses briques. Mais le problème est que nous avons tous des briques différentes et que la majorité est convaincue d’avoir trouvé la brique idéale !
    Lorsque tu dit Jean-Jacques, « que ce sont les jeux d’ego et de pouvoir en interne qui anéantissent l’efficacité de leurs actions avant même que le pouvoir en place n’en soit inquiété. D’où la nécessité d’un travail sur soi en profondeur pour donner une chance à nos actions citoyennes et sociales. » C’est comme si une main invisible avait effacé tous les gabarits pour faire les briques. Depuis des centaines d’années, les religions, la politique, la science et tous les grands domaines d’activités humaines donnent des règles pour former les briques, mais toutes sont différentes et chaque domaine fait des démonstrations pour prouver que sa brique est la bonne.
    Alors, si je compare la construction d’une société avec celle d’un édifice, je me dis que cela pourrait être une force. En prenant l’exemple des constructions pré-égyptiennes, pré-incas, etc … qui ont survécu aux séismes à travers les âges, on constate que toutes les pierres sont différentes et c’est l’ingéniosité de leur imbrication qui donne la solidité à l’édifice. Si toutes les pierres avaient été exactement les mêmes, ces monuments ne seraient certainement pas arrivés jusqu’à nous.
    Et c’est bien pour ton ingéniosité à construire avec des briques différentes que je me suis inscrit à l’un de tes cours. C’est ta capacité à rallier pleins d’horizons différents, grâce à ton savoir très vaste, que tu peux fédérer, sans toutefois que tu en sois un leader, beaucoup d’humains qui pensent différemment.
    C’est donc grâce à des profondes connaissances (sacrées ?), que les humains peuvent construire ensemble des tours de Babel. C’est ces connaissances qui m’inspirent ma mission de vie 😉
    Avec toute mon amitié
    Marc

  • Carole
    Publié le 12:36h, 18 mai Répondre

    Bonsoir Cher Jean-Jacques,
    J’ai terminé le 5 mai le défi des 100 jours « Mission de Vie », de Lilou Macé. Depuis, je lis le livre « J’arrête mes peurs » et je le mets en pratique.
    C’est très intéressant ce que vous proposez !!! C’est certain que de travailler sur soi est très important, mais ce qui est pour moi difficile est de contaminer mon entourage. Comment devenir contagieux, c’est la question que je me pose. Alors, j’attends avec impatience votre prochain courriel. Merci d’être là !!! Avec ma plus sincère amitié. Bon week-end !!!

  • Pateras
    Publié le 12:31h, 18 mai Répondre

    Jean Jacques, j’adhère sans réserve à ton nouveau projet et suis prêt à m’engager dans ce qui me paraît essentiel de travailler sur son développement personnel mais également par des actes de militants pour des causes qui permettront de rendre cette vie sur terre plus supportable , plus juste, et plus heureuse.
    De tout cœur avec toi dans cette épreuve difficile, mais nécessaire pour aller plus loin
    Dans ta quête personnelle, et la nôtre par des actes militants. (Écologique, …….
    Cordialement,
    Laurent.

  • cécile
    Publié le 12:06h, 18 mai Répondre

    Merci Jean-Jacques pour ce partage qui permet réflexion, mûrissement dans mon cheminement.

  • France Rosty
    Publié le 12:01h, 18 mai Répondre

    J’ai le meme sentiment , et tente d’etre  » passeur  » de bonnes nouvelles vis a vis de ma famille et des personnes qui me sont chères
    Immense gratitude , a ton engagement , je continue a te suivre , et faire  » passer », les infos avec conviction
    Bravo

  • Maud
    Publié le 11:39h, 18 mai Répondre

    Merci à vous de me rappeler que je ne suis pas la seule a me sentir démunie et même carrément me poser la question sur ce qui donne encore du sens à ma vie. Voilà je vais continuer à vous lire et peut-être que je serais interpellé par une de vos propositions dans tous les cas bonne continuation car ce que vous écrivez me parle et à bientôt peut-être

  • nicole michigan
    Publié le 11:33h, 18 mai Répondre

    pourquoi ne pas écrire un livre, qui puisse être vendu en audio, que l’on pourrait écouter sur un iPhone?
    Ce serait merveilleux!

  • carlotta
    Publié le 11:23h, 18 mai Répondre

    Bravo. Ouioui oui pour allier les personnes qui combattent avec les personnes conscientes

  • christine
    Publié le 11:19h, 18 mai Répondre

    Tout commence par soi. Je suis la Source de tout ce qui se passe en moi et autour de moi.
    Je comprends ce que tu as traversé Jean-Jacques. Comment être en adéquation avec ses idéaux face à ce monde porté par le matérialisme ? L’argent? L’avoir et non l’être?
    Comment rester fidèle à soi intrinsèquement quand autour de soi nos valeurs ne sont pas respectées et sont méprisées.
    Les deux mondes sont liés: Rejetant ce monde, je me rejette et rejeter mes valeurs qui n’ont pas leur place dans ce monde c’est être hors circuit. Je suis parfois découragée d’être qui je suis et de vouloir, sinon rêver à un monde plus juste pour tout un chacun, basé sur le partage, l’entraide, l’amitié sincère, l’engagement, le libre arbitre et non par la manipulation des gouvernements et des médias.
    Un monde ou la peur sera remise à sa place et ne sera plus utilisée comme un instrument de persuasion.
    Ne peut-on dans ce monde créer sa petite bulle prospère, son cocon, son espace sain de germination de l »être dans lequel chacun pourrait éclore, apprendre des autres, se transformer, transformer les autres et le monde ?
    Je pense qu’il faut apprendre et enseigner autre chose: la spiritualité, les autres mondes, développer la créativité chez les enfants pour qu’ils aient envie de créer leur vie, leur monde. Puisque chaque individu est un monde à lui même, transformer l’intérieur et l’extérieur est indissociable. Le monde dont je rêve je le porte en moi et il est essentiel pour l’accueillir de préparer sa place à l’extérieur de moi et en moi.

  • Bernadette
    Publié le 11:13h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Je partage entièrement ta réflexion, le changement commence par soi-même, mais cela ne suffira pas à changer le monde. Il faut se mobiliser ensemble. Je signe régulièrement des pétitions (AVAAZ…), mais je ne suis pas certaine que cela suffise. On le voit avec les marches pour le climat en Belgique tous les jeudis, le mouvement s’essouffle et les politiciens ne changent pas d’un iota. Je serais ravie de recevoir des propositions d’action collective et le soutien d’une communauté consciente et participative. Je me sens bien seule à mon petit niveau.
    J’attends la suite.
    Avec empathie et remerciements,

  • Tine
    Publié le 11:01h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    ta crise était fructueuse vu les nouvelles formations fort interessantes que tu proposes.
    Je suis encore sur les bienfaits de la formation AVM 03 et « ma mission de vie » qui m’ont changé la vie.
    A voir pour la suite.
    Bien à toi
    Tine

  • Sylvaine
    Publié le 10:52h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Je te remercie de ton honnêteté, ta franchise de ta congruence envers toi-même et les autres. J’aime ta recherche de vérité, merci de vouloir un monde meilleur.
    Et tu as drôlement raison de dire qu’on se sent seule dans ce monde malgré nos bonnes intentions, tu vois je suis dans Ara 2, sans mon binôme, je me sentirais personne dans cette formation, comme quoi même la il y a du travail à faire.
    Gros merci

  • Isabelle
    Publié le 10:23h, 18 mai Répondre

    Bonjour J J
    Je suis touchée par ta démarche.
    Mon travail personnel et ma pratique de thérapeute m incite et me donne envie de partager de communiquer ma vision du monde de l autre.
    J ai besoin des autres d une forme de communaute pour avancer, échanger et agir avec d autres.
    Donc je suis plutôt partante. Tout dépendra des modalités.

  • MYRIAM
    Publié le 10:11h, 18 mai Répondre

    Je n’aime pas non plus les groupes militants mais que dirons-nous à nos enfants et petits enfants quand ils nous demanderons « qu’avez-vous fait ? »
    Ah, nous ? On travaillait sur nous-mêmes !
    Nous sommes devenus terriblement individualistes, défendant le bonheur personnel à tout prix, le droit de penser à soi. Et la terre meurt, les animaux meurent, les hommes meurent.
    Qu’avons-nous fait ?

  • COUVRAT
    Publié le 09:55h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Evidemment tu n’es pas seul dans ce travail qui consiste à faire évoluer le seuil de conscience des hommes et ceci planétairement. Si tu te donnais la peine de consulter les mail que je t’ai envoyés tu ne me demanderais évidemment pas de te suivre !.Je n’en ai nullement besoin, je progresse hors piste depuis 50 ans. Je suis un voyageur spirituel, un peu comme toi mais distinct. Il est intéressant de constater que j’ai crée en 2000, mon association : je l’ai nommé: EMERGENCE.,curieux, non !
    Ses objectifs : Formations au développement individuel, Astro-Psychologie etc…
    Des crises j’en ai connues depuis 50 ans et non des moindres…aux limites des limites. Ce que j’ai rencontré est absolument époustouflant. Nous sommes à la pouponnière, pas étonnant que notre monde soit dans cet état !. Des Etres Hyper évolués veillent sur nous. Il ont des dizaines de milliers d’années d’évolution derrières eux. Certains les appellent, Anges Gardiens,Guides Spirituels, Maître ascensionnés ou que sais-je ! Tu sais Jean Jacques, tu ne sais rien ! moi non plus ! Confie toi en toute oblation à ton guide intérieur et laisse le opérer à travers toi. Lâche prise ne fais pas, SOIS. Quand tu auras pris contact avec LUI tout sera résolu. Cela dit, ta démarche est louable et sincère, je suis à tes côtés, et toi seras tu aux miens ?
    Contacte moi si tu reçois ce mail .Fraternellement. Alain Couvrat, Président d’EMERGENCE.

  • catherine
    Publié le 09:50h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques

    Tout d’abord, je te félicite de savoir te retirer quand cela est nécessaire, pour mieux revenir auprès de ceux avec qui tu veux partager tes expériences, dans le but de leur évolution. Ce que je viens de lire me confirme que le monde a besoin de personnes comme toi, avec un bel état d’esprit, désireux de semer des graines qui nous font grandir, et pour un monde meilleur. Merci de chercher toujours plus loin comment tu peux élargir ce que tu as à offrir. Je partage à 100% tes convictions, tes ressentis. Je fais ma part individuellement en ce qui concerne ma responsabilité vis à vis de notre planète, depuis un certain temps. Depuis peu,,je suis bénévole au sein de l’association CIE, (conscience et impact écologique), basée à Lyon. J’ai pour projet de créer une structure qui tend à sensibiliser pour éveiller les consciences, car tout comme toi, je vis un désenchantement face à l’évolution du monde, et je pense que plus nous serons à apporter notre contribution, mieux le monde se portera. Tu élargis tes thématiques, bravo, c’est vraiment super ! Tu es exemplaire, merci encore !

  • chantal
    Publié le 09:23h, 18 mai Répondre

    je gère un magasin bio depuis maintenant 23 ans et je suis moi aussi en crise « spirituelle » car je ne reconnais plus le monde du « bio » actuel ; ses valeurs ont disparu, englouties par le sens des affaires et de C.A toujours croissants ; les valeurs humaines ne sont plus que des mots et des écrits… La compétitivité a remplacé la convivialité. Je regarde avec effarement l’égoïsme croissant de chacun et des peuples en général … et je me demande ce que je vais faire des années qui me restent à vivre (je suis à la retraite dans un an) pour encore trouver un sens à ma vie, rester utile mais en faisant quoi ?
    Donc je comprends parfaitement la crise par laquelle tu es passée ; bravo si tu en ressort plus fort dans tes convictions et bravo pour tes partages !

  • Espe
    Publié le 09:22h, 18 mai Répondre

    Cher Jean-Jacques,
    Oui, ton courriel a été reçu de ma part comme un prolongement logique de ta recherche et je t’encourage vivement dans cette voie.

    Pour ma part, je traverse aussi une crise qui a ralenti mon parcours à l’académie des relations authentiques, mais, que j’assume parfaitement, grâce à la mise en pratique des deux premiers modules suffisamment riches et denses à expérimenter dans la vie de tous les jours. J’attends le live de juin pour en parler.

    Oui, le monde d’aujourd’hui me déplaît profondément et cela, depuis mon adolescence.
    La conscience d’un monde meilleur nécessite des forces colossales de bienveillance afin d’enrayer l’autoflagellation permanente des individus les uns envers les autres. Pour ma part, tout comme toi, ma manière de militer depuis l’adolescence a été de vivre au plus près des êtres qui mes sont chers et partager avec eux des relations affectueuses et sincères. Depuis plus de 20 ans, j’accompagne des groupes d’enfants, et aujourd’hui, désireuse d’accélérer mon action et d’étendre cette philosophie de vie, je me forme depuis décembre pour devenir animatrice d’ateliers philosophiques pour les enfants et les adolescents (avec l’intention de préparer un DU sur ce thème l’année prochaine).
    Heureusement que tu accompagnes par la pertinence de tes analyses ce chemin que j’entreprends de suivre jusqu’à la fin de ma vie terrestre. Aussi, je tenais à t’en remercier. Cordialement. Sylvie Poinsot

  • Mireille Larrayadieu
    Publié le 09:08h, 18 mai Répondre

    Bonjour à tous
    Il est évident que votre courrier me parle et résonne totalement en moi depuis 2018 je vis une crise sans pareil qui a remuée tout ce que j’avais de plus ancré au fond de moi.. Qu’importe elle a été en même tellement salutaire et j’ai beaucoup de gratitude pour avoir su trouver en moi les ressources nécessaires afin d’y voir plus clair… Je me suis centrée et reconnecté à l’être divin en moi.. J’ai appris à donner de l’amour à la petite fille blessée que j’étais… Je me suis découvert des trésors cachés.. J’ai développé et affiné mes sens… Suite à tout ce développement personnel j’ai eu la chance de gagner un séminaire dans le développement personnel en Thaïlande et la bas j’ai ce miracle que j’attendais depuis si longtemps.. Celui de rencontrer un maître bouddhiste et prêtre… Il m’a guérit et m’a transmis un savoir que je partage avec ceux qui peuvent le recevoir… Alors je oui je comprends que votre parcours a été semé d’embûches mais au final n’est ce pas le plus important que celui de se reconnecter à son essence Divine ? Gratitude pour ce beau parcours et quel bouquet final… Oui je comprends et j’entends ce que vous dites.. Merci pour vos témoignages.. Namaste…

  • Claire
    Publié le 09:03h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    ce message me réjouit et me motive.
    En ce moment je suis en crise moi aussi, je suis perdue dans ce que je veux, je ne sais pas qui je suis vraiment, et à la fois j’ai l’impression d’être à un moment charnière où je me rapproche de plus en plus de moi-même. Ton cheminement me montre deux choses : même des adultes avec beaucoup de connaissances peuvent être en crise, et on peut sortir d’une crise pour le meilleur. Je suis admirative des risques que tu prends en assumant tes convictions et en ayant ce rôle de formateur, qui n’est pas un simple formateur.
    Concernant l’engagement militant, cela m’enthousiaste car il s’agit de situer l’être humain dans son contexte, dans sa réalité. Englober le tout. J’ai hâte, et je suis curieuse de découvrir ces futures formations.
    Sincèrement,
    Claire

  • Magali
    Publié le 08:48h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Ton partage me laisse une belle impression teintée d’espérance. Je me dis: c’est précieux qu’une telle »pointure » (oui j’admire ton authenticité et ta haute qualité d’impact médiatique ) s’engage encore plus et elargisse sa sphère, ça va accélérer le processus dont on a besoin évidemment .
    Par ailleurs ton engagement est un vrai témoignage qui m’encourage pour mon propre engagement. Merci ! J’ai envie de participer au grand mouvement de conscience et de vie, en connivence avec nous tous qui voulons au fond respecter la vie en nous et autour de nous.

  • Houda
    Publié le 08:43h, 18 mai Répondre

    Merci pour ce partage
    Je suis tout à fait d’accord que le militantisme et l’engagement de tout un chacun viendront renforcer le travail du soi au service d’un monde meilleur

  • Martine
    Publié le 08:24h, 18 mai Répondre

    Nouvelle tentative car les 2 réflexions que j’ai tentées de poster n’ont pas abouti. Joie de l’informatique.
    Je suis pleinement d’accord avec toi sur l’importance d’un réel travail sur soi et d’une transmission, d’un élargissement à une dimension plus large avec donc un engagement non plus unique personnel mais dans la société.
    J’ai pu cheminer et traverser des épreuves avec un socle, celui que tu m’as aidée à construire depuis plus de 20 ans.
    Ce travail sur moi me permet maintenant de me sentir réellement « accoucheur du potentiel des autres » lorsque je donne des formations et pourtant, je leur précise bien que ce potentiel est au service de la société de manière globale et que le changement ne pourra être initié que par des individus vivant en conscience et s’engageant dans la vie plutôt que de vouloir uniquement satisfaire son petit bonheur personnel.
    Je suis persuadée qu’il est utile et nécessaire de se fédérer et de rassembler toutes les forces vives, tout ce vivier d’individus qui refusent d’être des petits moutons.
    Encore merci pour tout et de tout coeur avec toi

  • vives Philippe
    Publié le 08:12h, 18 mai Répondre

    J e suis très touché et ému par ta réflexion par ce que moi aussi je suis en pleine crise de réflexion par rapport à ce que je peux apporter à ce monde et aux personnes que je rencontre. ayant cheminé avec toi sur » académie de la vie en mouvement n° 3″ et « donner un sens à sa vie », je suis dans cette crise ou comment je fais confiance à la vie tout en changent ma façon de voir et de contribuer à ce nouveau monde que je rêve de construire. Merci pour tes partages qui aujourd’hui viennent résonner en moi dans cette ouverture du coeur ce champ d’énergie qui ouvre tous les possibles.
    Merci !!!

  • Patricia
    Publié le 08:10h, 18 mai Répondre

    Tout d’abord merci pour vos lettres, vos vidéos si inspirantes, je vois avec bonheur que vous sortez la tête de l’eau pour aller vers le meilleur, vous êtes un Homme généreux, profond et éveillé…..pas facile à mon petit niveau de vous exprimer ma gratitude et mon admiration, continuez sur le chemin qui est tout tracé après cet hibernation profonde.
    De mon coté je sors d’un long burn out, pour à la clé me trouver dans une peine profonde d’avoir été escroqué par ma meilleur amie, c’est un grand choque, et je sors la tête de l’eau, de cet état de torpeur à celui d’agisseur.
    Merci d’exister tout simplement.

  • Christine
    Publié le 07:59h, 18 mai Répondre

    Bon matin. je vous ai lu avec intérêt. Vous savez, il ne m’apparaît plus primordial de prévoir les choses pour les prochaines années ou pour le reste d’une carrière. Les choses et les gens changent avec les événements et l’on se repositionne, tout comme vous le faites. J’ai lu un commentaire un peu désobligeant, et je dois dire que je ne m’intéresse pas à votre salaire, que je souhaite le plus satisfaisant possible pour vous. Ce qui m’intéresse, c’Est votre propos, votre raisonnement, comment il trouve écho en mon esprit et comment il fait chanter mon âme, comme vous dites! Bonne continuité donc, et moi je continue de cheminer avec vous!

  • Jade M
    Publié le 07:36h, 18 mai Répondre

    Merci Jean-Jacques pour tes apports, je suis formatrice et coach, j’ai vraiment envie de participer à ce nouveau paradigme et peut-être travailler avec toi si tu ouvres des bureaux en France et des formations et coaching à Québec! Comptes-tu développer cela ? Cela est mon engagement en plus du développement personnel.
    Merci pour ton inspiration et ta bienveillance qui m’ont soutenues lors des périodes de changement…

  • Claude Berthoumieux
    Publié le 07:30h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-jacques, mon frère d’âme

    Tes infos arrivent toujours juste pour répondre à mes questions essentielles.
    Développement perso, coming out spirituel, engagement social et contributif au changement de paradigme … Tu lis dans mes pensée ou quoi ?! Je suis totalement convaincue qu’en ces temps de mutation et d’évolution de la conscience, on ( je ) je ne peux pas faire autrement! C’est même je pense notre devoir d’humain « conscient ». Ou de « guide éclaireur » au sens amérindien du terme.
    Il m’a été dit récemment par mon chat (oui, oui) que j’allais me rendre malade si je ne faisais pas ce que j’avais à faire.
    Je vais dont écouter ce petit Maître à 4 pattes…
    Donc oui, j’adhère totalement à ce projet d’autant que je vais aussi oeuvrer dans ce sens désormais. J’ai juste à faire aussi mon coming out spirituel et accepter que certains (dont des amis) ne comprendront rien à ce qui m’arrive. Pas si simple.
    Mais ce n’est pas très grave au regard de l’enjeu. Cela dit, comme dirait Satprem ( disciple de Mère ) qu’on y participe ou pas
    l’évolution et le changement s’opèrera quand même. Alors, autant monter sur le vaisseau !
    Je t’embrasse
    Claude

  • Teresa
    Publié le 07:29h, 18 mai Répondre

    Malgrès que j’ai 74 ans et que je suis à la retraite je ne voudrais pas perdre les années que j’espère j’ai encore à vivre sans prendre mon parti et participer aux changements au mieux si nécessaires dans la vie des êtres humains et donc de ceux qui m’entourent. J’ai 4 enfants et 7 petits enfants, ils ne vivent pas tous dans la même ville ni dans le même pays que moi mais j’ai la joie de constater que l’éducation que j’ai essayé de donner à mes enfants n’a pas été trop désastreuse et que eux et leurs enfants dont quelques uns sont déjà des adultes très conscients, sont en plein dans les changements dont tu parles. J’apprends tout le temps par leur concours. Quant à moi je ne sais pas du tout comment est-ce que je pourrais avoir aucune influence encore sur mon entourage physique, naturel, citadin ou social.
    Les formations que je suis avec toi, les livres que je lis depuis que je les ai commencées, le travail sur moi-même qui lentement, très lentement me fait changer m’aident déjà à penser un peu plus à mes propres besoins, au sens des relations avec les gens qui m’entourent et à devenir un peu plus engagée que je ne l’ai jamais été pour notre planète, mais comment ? Je ne me vois pas encore assez changée dans moi-même comme pour pouvoir aider, je ne sais pas encore qui ou quoi, en plus je me rends bien compte « qu’aider »c’est quelque chose de très large, indéfini, qui peut mener à l’arrogance. Pendant toute ma vie j’ai aidé et toute ma vie j’ai eu ce doute de ne pas savoir si c’était là une aide véritable et utile à l’amélioration de mon entourage ou si c’était plutôt une façon de me sentir bien. Aussi je doute de la solidarité des humains les un envers les autres, j’ai parfois l’idée que ce ne sont que des jeux de pouvoir collectifs.
    N’empêche que si on est très nombreux à vouloir changer le monde, je suis convaincue qu’à la longue il changera. Enfin ceci devenant trop long je ne veux pas finir sans te remercier pour ton partage et tes bonnes idées si inspirantes.

  • Cathy
    Publié le 07:29h, 18 mai Répondre

    J’ai lu votre mail et je suis très étonnée de votre discours, vous qui m’avez de nombreuses fois aidé à avancer dans ma vie.

    En effet, je lis beaucoup de « il faut », « ça devrait être », « la société actuelle est néfaste ».
    Pour résumer la société est mauvaise comme elle est mais si elle était comme VOUS voudriez qu’elle soit se serait parfait. Mais a travers votre vision des choses vous imposez votre mode de vie et vous entrez dans la même spirale que ceux que vous dénoncez.

    Je m’inquiète que des personnes comme vous fassiez l’apologie de la dictature idéologique…
    Il est passé où votre « lâcher prise » ?

  • Gaëtan
    Publié le 07:12h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Quand tu dis dans l’article du 17 mai 2019, « Aujourd’hui, je vis un profond désenchantement par rapport à l’évolution du monde. Et je suis déçu de voir comment des gens sans conscience et sans compétence se sont emparés du développement personnel pour en faire un business aussi creux q ‘inefficace « , j’ai été interpellé par cette réflexion qui est la mienne depuis un bon moment.

    Je me positionne en tant qu’observateur pour partager et constater que le monde du développement personnel devient de plus en plus le reflet de notre monde actuel avec des comportements inconscients, dangereux basés sur la manipulation, la perversité, le narcissisme pour nourrir l’égo et les relations de jeux de pouvoir.

    La plupart du temps, ce que je ressens avec le plus possible de discernement, c’est que la motivation première des personnes qui propose de la formation avec des outils de guérison est basé en priorité sur le renflouement de leurs poches sur le plan financier, les prises de pouvoir et rendre les gens dépendants et infantiles.

    Je sais que tu as lancé ce concept de formation en ligne avec une intention noble et généreuse qui a été dévoyée par d’autres personnes peu scrupuleuses.

    Dernièrement, j’ai particulièrement été échaudé par toutes les incohérences et incompétences d’une formation que j’ai abandonné d’urgence en cours de route et pris de la distance avant d’éviter la catastrophe.

    Aujourd’hui, je fais attention et prend de la distance avec le développement personnel et devient de plus en plus difficile dans le choix de mes formations pour grandir en conscience et développer surtout mon autonomie.

    Je reconnais que la plus belle formation que j’ai suivi dans le développement personnel sur tous les plans est l’Académie de la Vie en Mouvement (AVM 03).

    Cette formation m’a permis de développer ma conscience, d’être pleinement dans l’ouverture de cœur et surtout d’avoir appris à être autonome pour intégrer au quotidien tous ces merveilleux outils enseignés et partagés par tes soins avec amour, conscience et compétence.

    Tout ce que tu proposes est de très grande qualité.

    Me concernant, je n’ai plus envie d’être dépendant des formations proposées, et j’ai diminué de façon drastique les dépenses dans ce domaine. Grâce à la mine d’or que j’ai reçu avec l’AVM, j’ai de quoi cheminer pour poursuivre avec autonomie ma croissance individuelle et expanser ma conscience.

    Lors de la formation, tu as souvent répété encore et encore qu’il était important de retrouver son autonomie.

    Merci Jean-Jacques infiniment pour tout car tes enseignements me permettre à ce jour d’être plus autonome.

    J’ai envie de te partager que ce qui m’interpelle dans le choix quantitatif de tes propositions de formation, c’est que cela incite plutôt les personnes à rester dépendantes de toi et de tes formations plutôt que de les rendre plus autonome et à voler de leurs propres ailes comme tu le prônes si bien dans tes vidéos.

    Gaëtan

  • Marie Elbe
    Publié le 07:11h, 18 mai Répondre

    Bonjour,Jean- Jacques Crèvecoeur,
    Votre message me touche au point d’avoir des larmes aux yeux
    Rare sont les personnes comme vous . Ça se ressent à travers votre messages, vous êtes quelqu’un d’unique, on est tous unique, mais vous vous avez quelque chose en plus qu’on ne peux expliquer, Par mon expérience, par mon parcours de la vie qui est différent aux autres, plusieurs comas … sans prétention de ma part, je peux expliquer votre MISSION, vous avez eu à votre naissance quelques choses de spécial que vous voulez transmettre aux autres, c’est pour cela que vous insistez dans vos messages de vous suivre, à celui qui le veut bien pour bénéficier de ce don que vous avez en vous, de ce trésor que vous avez héritez à votre naissance, d’aider autrui dans son parcours de vie, pour vivre et, non pas survivre en suivant le concept des personnes qui gouvernent notre monde . Vous méritez la place d’un meneur … de notre monde
    J ai beaucoup de choses à dire, mais je le ferais à travers mon écriture, car je suis une personne un peu comme vous, je suis une rebelle depuis mon enfance, je fais toujours ce que je décide de faire, je n’écoute que moi même, maintenant j’ai la chance de trouver une personne comme vous qui va réveiller en moi toutes les choses qui sont en sommeil au plus profond de moi même,
    Mille mercis à vous Jen Jacques, je vous souhaite le meilleuravec votre équipe
    Dés que je peux, je vais commencer à m’investir dans vos cours, support … et tout ce que vous avez créer pour nous aider
    Sincères Salutation

  • Andrée
    Publié le 06:39h, 18 mai Répondre

    Je vous trouve très professionnel rempli de connaissances illimitées, sûrement plus que sincère dans votre démarche.
    À vrai dire la seule chose qui fonctionne pour moi c’est ma foi en Dieu.
    Le reste me sert de clés mais je reviens vite à toutes mes questions existentielles.
    Il est le formateur exceptionnel qui a permis une délivrance et qui m’a remplie de son amour.
    J’ai suivi plusieurs voies mais la seule qui mène à la joie profonde c’est celle de Jésus et son sang verser pour éveiller toute ma conscience..
    Merci de tout coeur

  • France
    Publié le 06:20h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques ,
    cet article entre en résonance avec tout ce que je lis , vois , expérimente en ce moment : l’émergence d’une nouvelle voie celle du milieu entre les extrèmes en faveur jusque là ! Jusqu’ici nous n’avions en effet le choix qu’entre matériel et spirituel faisant ainsi la part belle à l’égo et au pouvoir . Je ne me reconnaissais ni dans l’un ni dans l’autre et ce depuis l’enfance . Je travaille sur moi depuis des années maintenant et j’en avais tiré une conclusion , que je voulais suivre une voie au milieu tenant compte du quotidien et laissant de la place aux rêves . Il semble que le monde en soit là aussi ! Marie de l’Aura des anges ( tirage d’oracle en vidéo ) nous disait pour cette semaine qu’il est bon d’être spirituel ( chakra couronne ouvert ) mais qu’il est encore mieux d’être en même temps ancré dans le monde physique , le quotidien , les responsabilités , assumer nos choix ( chakra racine ouvert aussi ) ! Ca rejoint complètement tes conclusions dans cet article qu’il faut continuer de se développer à l’intérieur tout en agissant concrètement et en mettant du sens dans nos actions . Une vie plus sobre , plus responsable , assumée et acceptée pour garder la joie de vivre et d’être ensemble pour longtemps . Trainer nos vieilles casseroles , s’isoler ou faire cavalier seul ne fonctionne plus dans ce nouveau monde qui nous demande flexibilité , entraide , action . Les peurs devront être surmontées et dépassées . Confiance et optimisme ne devront plus nous faire rester passif à attendre que ça vienne à nous d’ailleurs .
    Perso , je suis en crise aussi et je me rend compte que cette année est axée sur la vision des pistes et sur le choix d’un chemin pour me lancer d’ici l’année prochaine .L’analyse est finie alors qu’est ce que je fais maintenant ? que poursuivre ? qu’arrêter /modifier dans ma vie ? mon questionnement pour ce mois ci 🙂 Pour l’engagement , je vais déjà continuer d’améliorer mes empreintes sur la planète et voir les opportunités qui se présenteront à moi .
    Merci à toi pour ce partage !
    France

  • Liza
    Publié le 05:51h, 18 mai Répondre

    Interresant
    Curiosité

  • chrystel
    Publié le 05:46h, 18 mai Répondre

    Jean-jacques,
    T e connaitre et lire ce que tu proposes sur la façon de voir la vie et de savoir comment la prendre pour être heureux m’a permis de mieux me connaitre, de me découvrir et me rendre compte qu’en fin de compte j’étais autant capable que ceux autour de moi l’on fait , de réussir dans la décision que j’ai prise de créer mon entreprise et d’apporter à mes prospects ou clients la même satisfaction que j’ai eu en découvrant ce projet. la lecture de tes propos m’apporte un bien être essentiel pour avancer en prenant de la valeur, ce qui me manquait surtout. progressivement j’avance vers mon objectif. pas à l’allure que je voudrais , c’est sûr, mais j’ai appris aussi à être plus patiente et à continuer d’apprendre pour arriver à mon but Merci Jean-jacques, je compte bien continuer à te lire et apprendre en comptant bien te faire-part de ma réussite quand je l’aurais atteinte. merci encore. c hrystel

  • Edith
    Publié le 05:31h, 18 mai Répondre

    Bonjour JeanJacques,
    je suis contente que tu te sens mieux.
    Bonne continuation
    Edith Grazzini

  • Viviane
    Publié le 05:24h, 18 mai Répondre

    Je suis partante, il est temps pour moi de passer à l’action concrètement. Comment? je travaille là dessus, encore des connaissances techniques à acquérir un plan d’action avant la fin de l’année et j’essaye quitte à faire des erreurs. Merci d’avoir partagé juste à un moment où je suis entrain de prendre le virage, belle synchronisé

  • Mamilène
    Publié le 05:09h, 18 mai Répondre

    Partageons nos enthousiasmes, nos engagements et nos découvertes !
    J’ai 75 ans, ancienne sportive et entraîneur d’athlétisme, maîtresse d’éducation physique et professeur de Qi Gong. Le corps avec ses lois autant physiques, qu’énergétiques et quantiques est pour moi, de longue date, un sujet de référence permanent et passionnant ! Quelque soit, dans ma vie quotidienne, mon litige à éclaircir, je le pose sur la grille de mes connaissances du corps humain en tant que fonctionnement du vivant :
    1) Le corps est UN (La vie est Une).
    2) Le corps est composé de fonctions multiples encore mal et très incomplètement connues, différentes mais complémentaires : – « La vie n’est pas dans les structures mais dans les échanges entre les structures  » Linus Pauling prix Nobel physique – « La Réciprocité, maintient et amplifie la vie » André de Peretti (Ainsi des univers vivants différents se côtoient …, et un jour se révélera peut-être qu’ils ont chacun leur raison d’être (ni meilleurs ni pires que ce que je peux comprendre aujourd’hui ) ?!
    3) Le corps reçoit son énergie dans et par l’événement. (Seul le présent peut m’éclairer, je ne peux jamais prévoir ma réaction dans telle ou telle circonstance.)
    4) La condition la plus forte pour permettre aux lois du corps d’exprimer tout leur potentiel de vie (Un ADN Solaire !) est la libre circulation des informations de cet ADN harmonieux à-travers chacune de mes cellules (Par le Qi Gong j’ai découvert un état de légèreté souriante et confiante. Un critère de référence quant à la meilleure circulation possible de la vie en moi. La vie est bloquée par chaque peur de tout niveau.).
    Voilà le résumé de mes 50 ans d’observation et de mes 75 ans de vécu !
    Parce que les circonstances personnelles sont des déterminants solides de nos motivations et donc de nos créations, j’ai impulsé dans mon association d’échanges de savoirs en Réciprocité, un projet qui devrait permettre aux personnes de se maintenir à domicile jusqu’au bout de leur vie :
    Pour cela, nous essayons de mettre en place, dès le plus jeune âge et jusqu’à pas d’âge, le concentré de cette théorie :
    A savoir, l’application du « Sourire » individuel avant toute installation des réponses reptiliennes (fuite, combat ou prostration) et favoriser les situations de Réciprocité. Ce que le « Sourire » (certainement pas évident) va déclencher sur nos rythmes fonctionnels (état physique, état d’âme et état d’esprit) est immense et la prise de conscience de la Réciprocité inscrite dans les lois du vivant est le centre de notre engagement social !
    Apprendre à vivre dans les réflexes de Réciprocité et notre travail sur le « Sourire » fonctionnel devrait renforcer les lois de la vie saine en chacun et limiter les naufrages du grand âge !
    Voilà, avec toute notre équipe, notre engagement individuel et social
    Joyeux partage !
    Mamilène

  • Celine
    Publié le 04:40h, 18 mai Répondre

    Hé bien je suis un peu réticente sur le fait d engager une action militante
    Pour moi je préfère me transformer
    Celine

  • Thierry Villon
    Publié le 04:09h, 18 mai Répondre

    Cher Jean-Jacques,
    Merci de votre prise de position, quant au futur de vos activités. Il est vrai que se retirer un moment de son quotidien, fusse-t-il une belle réussite, permet de se questionner sur ce qui anime notre vie. Parmi les objectifs que vous vous fixez, je ne vois que de bonnes choses : amour de soi, amour des autres, c’est magnifique.
    Sauf que… cela ne recouvre pas la totalité de ce qui nous constitue, à savoir notre besoin spirituel : connaître Dieu et l’aimer. Oui, comme vous dites, je crois que Dieu nous laisse libre. Cette liberté comporte pour chacun un choix crucial : celui d’entrer ou non dans la nouvelle alliance qui nous fait accéder à la Vie. J’y mets une majuscule, car convenez-en, la minuscule portion de vie qui nous échoit ne peut pas être la Vie, car celle-ci ne peut mourir.
    Pour y accéder, ni cours de formation, ni de hiérarchie politique ou religieuse, ni gourou, ne sont nécessaires. Un instant d’humilité suffit pour reconnaître la faiblesse de notre nature humaine et notre besoin de salut. Il est venu, en la personne de Jésus-Christ, il y a 2000 ans, pour chaque être humain et sa venue n’a pas fini de bouleverser l’humanité.
    Avec mes amitiés sincères.

  • Sébastien
    Publié le 03:59h, 18 mai Répondre

    Bonjour,
    D’abord un petit mot pour te dire combien tu as raison sur la longueur d’un développement personnel et combien il est difficile de changer. Pour exemple j’ai acheté ta formation avec l’ancien site et je ne l’ai jamais vraiment commencé, mais cela m’as fait voir combien mes résistances sont fortes. Pourtant tu es un des meilleurs pédagogues que j’ai connu sur le web, mais sans accompagnement physique et plus personnel je dois dire que c’est difficile.
    Oui nous résistons tous au changement, mais ils ne fait pas abandonner et continuer, car l’espoir s’amincit a chaque jour qui passe.
    Avec tous mon coeur,
    Sébastien

  • Bisounine
    Publié le 03:59h, 18 mai Répondre

    Bonjour JJ.
    C’est la 1ère fois que je réponds à 1 de tes message en rapport avec la crise que tu as traversée.
    Le 1er mail à ce sujet, je l’ai pris pour 1 mail frauduleux, je pensais que ta bal avait été piratée et que qqn tentait de se faire du fric en se faisant passer pour toi.
    Au 2ème mail, j’ai commencé à douter et à me dire que peut etre tu allais vraiment mal.
    Le texte sonnait tellement sincère, tellement vécu.
    Mais bon méfiance.
    Par la suite, j’ai admis que tu devais vraiment vivre ce que tu écrivais. Du coup j’ai pris de la distance par rapport aux mails qui, plus de doute, émanaient bien de toi mais ne m’intéressaient plus.
    Peur de la contagion ou qqch comme ça.
    Aujourd’hui, tu sembles bien reparti. Et je me méfie à nouveau. C est comme si j’avais peur d’être victime de mes émotions. Tu as traversé des moments difficiles, les as dépassés pour au final te tourner plein d’espoir vers mon porte monnaie. Bien sûr que je te voie comme 1 héro sortie de l’enfer avec des capacités certaines pour me conseiller, m’accompagner dans ma quête évidente. Tu ne me connais pas mais qui n’a pas envie d’aller mieux, de comprendre ce qui Le limite etc ?
    Ta façon de communiquer, ton équipe, les moyens financiers dont tu sembles disposer ne me paraissent pas compatibles avec la vocation à aider les gens.
    Je ne peux pas te faire confiance.
    Pdt que je bosse, pas forcément péniblement, et que je gagne 10 euros par heure environs, toi tu t’en fais combien ?
    Voilà là où je bloque.

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 05:08h, 18 mai Répondre

      Tu sais, je n’oblige personne à se former chez moi… Et la comparaison entre ce que tu gagnes et ce que je gagne n’a aucune pertinence. Je dirige une entreprise et je crée dix emplois. Je travaille 60 à 65 heures par semaine et mon salaire horaire n’est pas plus élevé que celui de mes collaboratrices. Et je dépense entre 1 million et 1,5 million de dollars chaque année pour payer mon personnel pour offrir un service exceptionnel à mes étudiants. Avec pour résultat que je ne fais pas de bénéfice (et je m’en fous). Car ma motivation, c’est d’accompagner ceux qui veulent l’être et qui ont le désir sincère d’évoluer de cette façon (mais il y a plein d’autres façons d’évoluer). Donc, tant qu’on est en équilibre financier, c’est ce qui compte…

  • JeanneL.
    Publié le 03:56h, 18 mai Répondre

    Bonjour,
    C’est par intérêt pour le module « apprendre les relations authentiques » que je suis entrée en contact avec votre équipe de formation.
    Le texte « du travail sur soi à l’engagement militant » me fait bien vibrer, et le corps ne ment pas !
    C’était d’ailleurs le sujet du « sommet de la conscience ».
    Je souhaiterai participer de façon plus active, en regard de mes compétences, à la construction d’un monde que je souhaite plus fraternel (action sociale) et respectueux de toutes les formes de vie (action environnementale) ;
    J’ai pu constater qu’il y a beaucoup de jeux de pouvoirs dans ces groupes (les groupes se multiplient– ne faudrait-il pas nous fédérer au contraire sur nos points communs ?).
    Aussi, pour me protéger, me sentir plus en sécurité et franchir ma zone de confort, j’aurai besoin d’outils (respect de moi, respect de l’autre, l’autre me respecte)…
    Je pars aujourd’hui en retraite silencieuse.
    Je ne manquerai pas à mon retour d’examiner toutes les offres de formation que vous faites et qui iront dans ce sens ;
    Merci de votre attention, et des fruits que vous partagés des crises que vous avez traversé …
    Tout de bon ! et à bientôt ;
    JeanneL.

  • Marielle
    Publié le 03:49h, 18 mai Répondre

    Bravo ! Bravissimo!! J’apprécie beaucoup chez toi ta profonde authenticité et ton intégrité sans faille, et je n’ai jamais perdu une once de confiance en toi. J’admire beaucoup le chemin que tu parcours, Je suis entièrement d’accord avec tes conclusions. Et comme le dit je ne sais plus qui, ce n’est pas le but qui importe mais le chemin.
    Je fais moi aussi un travail personnel de longue haleine : analyste transactionnelle certifiée depuis 2006, didacticienne et superviseuse en contrat d’AT avec l’association européenne, psychosocionome, et formatrice Process com, et puis surtout, je travaille autant sur mon corps que sur mes mémoires et sur mon développement spirituel. Je suis animatrice de cercles de pardon, selon les rituels enseignés par ton ami Olivier Clerc, Je travaille aussi beaucoup sur les formations de Hannah Sembely et Dorian Vallet. Donc, Je souscris à la nécessité de l’engagement collectif et te rejoins dans tous tes questionnements.
    Merci à toi d’exister et de manifester ce que tu manifestes.
    Marielle.

  • Elisabeth Boullot
    Publié le 03:43h, 18 mai Répondre

    Bonjour
    Je reçois ton partage comme une confirmation de l’élargissement constant du mouvement des créatifs culturels dont je fais partie en étant toutefois trop isolée car trop accaparée par mon propre chemin hors d’une sclérose en plaques devenue progressive il y a 2 ans après 23 ans de forme par poussées. Il est très difficile de déconstruire tous les schémas de fonctionnement et contextes relationnels rigides qui ont conduit à ces difficultés et cela prend le peu d’énergie à ma disposition actuellement.
    Quand je recupererai un peu d’énergie pour autre chose je la consacrerai à rejoindre ou à fonder un groupe de créatifs culturels actifs dans la matière.

  • 3M
    Publié le 03:32h, 18 mai Répondre

    Je dois dire que j’attendais ce nouveau message en me demandant de quoi serait fait son contenu. Une nouvelle vidéo? Sur quel sujet? Et puis non tout autre chose.
    Ce tout autre chose correspond tout à fait à mon ressenti.
    Je me suis engagée pour ma commune depuis 3 ans. Notre groupe majoritaire essaie de faire au mieux pour intégrer les citoyens à la vie de la ville. Et là beaucoup de surprises:
    – La plus grande partie des personnes ne voie que ce qui l’ intéresse.
    – La communauté; rien à faire.
    – La mairie semble devoir répondre à des demandes mais pas trop d’échange.
    Avec tous ces constats, je me dis que plus nous donnerons et plus il y aura de demandes! Ce n’est pas ça la vie ensemble.
    Beaucoup de pédagogie à mettre en place et qui va prendre du temps!!
    D’autre part, depuis deux ans j’interviens au sein d’une école de ma ville et je fais des ateliers philosophiques. J’ai suivi une formation pour cela.
    Je suis persuadée que c’est au travers des jeunes générations que nous pourrons avancer. Mais il faut leur donner les outils de réflexion. Et ces ateliers sont là pour ça.

    Je n’ai jamais suivi une des formations proposées, mais me suis nourrie de toutes les vidéos pour alimenter ma réflexion. Et ça marche.
    Alors merci et j’attends à nouveau tes écrits qui sont porteurs d’optimisme.
    Marie-Madeleine Maillard

  • Marishy
    Publié le 03:24h, 18 mai Répondre

    Jean Jacques, je suis derrière vous depuis 3 ans que je vous ai découvert… vous m’ avez tellement apporté guidé vers mon nouveau moi.
    La vie est une constante évolution et c’est bien normal de se remettre en question pour recréer notre nouvel alignement pour l’équilibre de nos 3 corps.
    Je vois qu’encore une fois, grâce à votre crise vous allez encore plus loin dans votre mission de vie. Magnifique preuve de ce qu’en vous enseignez, un engagement au quotidien pour être plus authentique.
    Je suis complément d’accord avec vous pour apporter une démarche hollistique qui prend en compte le soi mais aussi les autres afin de créer du changement avec des ramifications par pays? Sur des actions pour la nature, la planète, le social… il y a tellement de bonnes volontés dans les associations… mais j’ajouterais aussi en plus de la dimension hygiène de vie, nourriture équilibrée et responsable, habitat sain et mode de consommation responsable (zéro déchet…) une dimension spirituelle qui est intimement liée avec l’evolution de soi, quand on avance vers son moi intérieur on connecte automatiquement avec la spiritualité, via les méditations, l’accueil des .synchronicites… etc… il y a aussi les pierres et les prières, les anges qui sont là avec nous et qui peuvent nous aider lorsque nous sommes dans l’obscurité. Je vous propose mon aide sur ces nouvelles parties, si vous souhaitez. Je suis basée à côté de Paris. Avec tout mon dévouement

  • Luminita
    Publié le 03:16h, 18 mai Répondre

    Comment vous exprimer la totale adhérence à vos valeurs?
    Je vous admire. C’est grâce à des gens comme vous que la vie continue sur la terre. Vous la soutenez dans sa dimension psychique. Après une vie que je qualifie de marginalisée ( je suis psychiatre-psychanalyste et j’ai eu une activité dans le public. J’ai publié aussi des livres) car sans aucun écho sur les autres, à la retraite je me suis dédiée au développement personnel. S’ouvrir aux autres de manière orgiastique, comme je l’ai fait, a apporté à ma vie la perte totale de mes réserves financières et une nouvelle dimension de compréhension de la fragilité de l’être. J’ai côtoyé pour un certain temps la mort. Ainsi j’ai découvert la valeur de la solidarité humaine.
    Offrir à l’individu une possibilité de s’appuyer sur les autres est pour moi la préoccupation actuelle. Un moyen de naviguer entre la dangereuse confiance et les doutes débilitantes serait, à mon avis, très apprécié.

  • Jean
    Publié le 03:13h, 18 mai Répondre

    Cela fait maintenant 62 ans que je réfléchis à ma vie individuelle et à la vie collective pour tendre vers l’harmonie bienveillante et respectueuse de tous dans ma différence . Je suis de plus en plus convaincu que mon développement individuel est le seul moyen dont je dispose pour changer progressivement le monde . L’aspect social ne peut en être que la conséquence indirecte . Mais parallèlement à mon travail sur moi, j’ai développé un travail politique pour favoriser cette harmonie personnelle au niveau collectif, qu’il y aie une alternative à la politique traditionnelle et toutes ses dérives. . J’ai alors plus que jamais été confronté à des comportements de type pervers narcissiques prêts à tout pour le pouvoir, d’autant plus qu’ils savaient mon choix délibéré et incinditionnel pour les comportements pacifiques .Après des coups durs qui ont failli mettre définitivement fin à mon développement personnel et à moi-même et ont mis fin à mon ami le plus intime, je continue mon »combat »individuel et collectif avec de plus en plus de succès . Symptômes extérieurs ; je suis devenu un mandataire apprécié et écouté qui conseille le pouvoir dans ses responsabilités .. Donc c’est le développement personnel qui nous permet de développer une influence bienveillante dans l’existence et par delà ce comportement individuel, une participation bienveillante au processus politique . Malgré les tentatives de mise en échec de ceux qui sont prêts à tout pour le pouvoir . Jusqu’ici, tous les événements auxquels j’ai été confronté, parfois extrêmement durement, m’ont amené à cette conclusion…qui n’est qu’un point de départ pour la suite de ma vie .

    Jean

  • Joëlle D
    Publié le 03:12h, 18 mai Répondre

    Bonjour,

    Je suis 100% en accord avec votre engagement… et je comprends bien la crise que vous venez de traverser !!

    Personnellement, je me sens en crise depuis une dizaine d’années… : je traverse de fortes turbulences et périodes d’errance…
    Je n’arrive pas encore trop à « transformer cette crise » en un nouveau positionnement « concret » !!
    Il est clair qu’il y a un profond désir, chez moi, de me sentir « utile » et de donner un sens à ma vie… mais cette « quête de sens » semble m’avoir pas mal « perdue » ces dernières années !

    J’ai 62 ans et je n’ai ressenti ce « feu intérieur » dont témoigne aussi certaines personnes qu’il y a une dizaine d’années mais cela a réveillé, également, fortement, mes zones d’ombre…
    Je me sens assez déçue par le travail en Développement Personnel même si j’ai travaillé (avant cette crise) avec des personnes que je considère comme compétentes dans leur domaine.
    Par contre, j’ai l’impression qu’à travers certains outils, j’ai contacté certaines « failles » au niveau de ma personnalité (?) et comme cela n’a pas été détecté lors de ces divers « ateliers »… ce qui devait, au départ, m’aider à évoluer, à avancer… s’est avéré contre-productif… et m’a fait, nettement, régresser !

    Aujourd’hui, je suis en thérapie avec une psychologue…
    Peut-être qu’un jour je pourrai voire cette longue, longue crise et « traversée du désert » aussi en « opportunité » mais pas encore évident, pour le moment .
    je me sens assez découragée car je tente encore de me reconstruire mais cela reste assez compliqué… comme si j’avais du mal à retrouver le sens de mon chemin… ; la bonne direction…

    Je vous souhaite beaucoup de succès dans vos nouveaux projets… initiés par la crise que vous venez de traverser.

  • ghislaine
    Publié le 03:08h, 18 mai Répondre

    Bonjour,
    Je suis d’accord avec toi sur l’ensemble et j’essaie de voir ce qui ne permet pas l’émergence d’une conscience collective ou individuelle.
    J’ai pu répondre partiellement à cette question ; traumatismes divers, blessures, conditionnements, croyances, jugements, impacts des vaccins et médicaments + nourriture malsaine, pollutions diverses (air, eau, électromagnétiques, radioactives..), éducation, culture, manque d’amour, manque de structure (mentale, psychologique…), manque de confiance, insécurité (matérielle, psychologique, affective….), conflits divers etc.
    Je m’arrête là même si la liste n’est pas exhaustive.
    Il existe d’autres mondes auxquels certains ont accès et d’autres pas, Ces mondes (que l’on croit ou non à leur existence) exercent des influences et/ou pressions sur nous que nous pouvons ressentir sans pour autant connaître l’origine des émissions.
    Tout cela pour dire qu’il est essentiel d’être très prudent dès lors qu’on s’engage dans quoi que ce soi ; pour savoir à qui ou à quoi l’on donne son consentement. Ce qui au prime abord pourrait ressembler à des idées ou concepts humanistes, respectueux et positifs, pourrait n’être qu’un leurre supplémentaire entraînant une désillusion de plus, et donc mener au découragement.
    C’est pourquoi en ce qui me concerne je serai prudente et me laisserai guider par mon intuition et ce qui vibre ou pas en moi au moment où je m’engagerai ; tout en m’autorisant à me désengager dès lors que je ne ressentirai plus de vibration ou d’harmonie quant à mon choix initial.
    Je pense aussi et depuis longtemps que ceux qui vont plutôt bien dans leur vie, pourraient aider (c’est mon point de vue et non une injonction) ceux qui en ont besoin à pouvoir rejoindre un mieux être (matériel, psychologique, affectif…) ; du moment qu’il y ait une demande explicite de leur part et tout cela de manière saine et dépourvu d’arrières pensées (je pense à certains qui sous couvert d’éduquer, soigner, réconforter… vont en fait conditionner ou manipuler pour prendre le pouvoir sur eux…).. Ce dont moi je parle c’est de pouvoir aider à la remise en forme sur tous les plans de ces personnes afin qu’elles deviennent autonomes sur tous les plans et puissent effectuer leurs propres choix, C’est à elles de trouver leur propre solution à travers qui elles sont..
    Il est évident que quelqu’un qui n’est pas bien dans sa vie aura du mal à avoir assez d’énergie et d’envie pour contribuer sainement à un monde qui aille mieux. D’ailleurs, cette notion de « mieux » variera selon chacun.
    Tes formations vont dans le sens d’une aide autonome que je trouve très efficaces sur un plan concret puisque j’ai pu les expérimenter..
    Aider quelqu’un demande donc de l’humilité pour celui qui aide car il n’est en aucun cas un sauveur, il aide juste un autre humain, comme lui pourra être aidé un jour par un autre humain.
    Plus nous serons nombreux à vouloir sincèrement et honnêtement contribuer, sous quelque forme que ce soit, à un monde plus vivant, humain, conscient et respectueux, et plus nous aurons de chances d’y parvenir.
    Donc je n’ai pas attendu pour m’appliquer ce que j’écris et oui j’ai envie de m’associer avec les personnes avec qui je vibrerai de la même fréquence pour participer à ce « mieux ».
    Merci pour ta générosité, ton partage et ton enthousiasme.
    J’ai beaucoup d’idées sur les thématiques dont tu nous parles, et sur certaines une certaine expérience.
    Je suis donc prête pour participer.
    Ghislaine

  • Claudie
    Publié le 03:04h, 18 mai Répondre

    Droit au coeur,
    ta sincérité, ta phase avec le monde,
    enfin je te trouve magnifique en tout,
    un peu prolixe en paroles mais tu t’adresses à une telle diversité!
    Parler de sphères cependant me gêne un peu,
    sur le plan terrestre ok,
    mais on ne peut se ressourcer qu’en verticalité vers la source divine, non?
    le Tao parle du non-agir, je le comprends en tranquillité intérieure quoi qu’on soit amené à « faire »,
    bon enfin grand Salut à toi

  • Anne
    Publié le 02:59h, 18 mai Répondre

    Cher Jean Jacques, plus que tes précédents mails, celui-ci me touche particulièrement car il fait écho à des réflexions que je me suis faites ces derniers temps: outre le « qu’est ce qui est bon pour moi? » que j’ai travaillé grâce à l’AVM 3.. et j’avoue toujours pas terminé, il est plus qu’urgent de répondre aussi entre autre à « qu’est ce qui est bon pour ceux qui m’entourent? pour l’environnement, la terre? » et je suis également persuadée que c’est en agissant ensemble dans la même direction que nous y parviendrons.
    Pour ma part, mon métier de prof d’anglais me permet grâce au Qi gong (que j’enseigne et que je sème aussi par touches à l’école) et au Tai chi que je pratique , de faire avancer doucement la prise de conscience des jeunes, la méditation m’enracine et ma profonde foi en la Vie m’aide à garder plein d’espoir même si je suis parfois profondément attristée quand j’écoute les nouvelles. Mais tu nous as appris le discernement et oui je suis intéressée par ce que tu vas nous proposer avec ton équipe.
    De tout coeur merci pour ton partage authentique qui met des mots sur ce qu’il m’est parfois difficile d’exprimer.
    Avec toute mon amitié et ma reconnaissance pour tout ce qui a pu évoluer dans ma vie grâce à toi!

  • Sylvie.marie
    Publié le 02:59h, 18 mai Répondre

    Merci d exister jean-Jacques tout simplement !
    Je viens de lire votre lettre et les commentaires … J’ ai ressenti un énorme besoin d expression des personnes qui vous suivent..Bien sûr, il y a vos vidéos et c est grâce a celles-ci qu on peut évoluer..mais ce n’ est pas pareil
    ..D ailleurs, je vous ai fait des infidélités par d autres coachs comme Emilio abril, Lirone par exemple qui utilisent chaque jour où chaque semaine, un email que l on reçoit sur sa boîte….Je lis toujours les commentaires qui suivent….De ces échanges, chacun exprime ses talents de co-créateur et donne la possibilité d offrir sa générosité…un peu comme Notre Dame Paris où avant l incendie, on se demandait s il y avait encore des chrétiens dans ce pays et où l on voit les actions concrètes de charité se réaliser..Chacun a une richesse en lui …Moi mon développement personnel passe après bien des réflexions par de l’ action concrète comme par exemple utiliser le moteur de recherche YOUCARE qui permet de donner un repas à un animal abandonné..Tous les 45emes recherches, j’ offre un repas a un animal…ça ne demande pas d efforts et j aime l idée de faire du bien à un Il y a aussi Ecocia qui a le même système et qui lui est plus orienté vers la reforestation. Mais j’ ai du faire un choix… Voilà un petit exemple très concret et efficace car chaque jour on utilise ce moteur de recherche…et on peut defier ce grand mastodonte qu est google….Alors n hésitez pas à faire passer le message…

  • Nathalie G
    Publié le 02:54h, 18 mai Répondre

    Cela me fait ENORMEMENT plaisir de TE retrouver et de te lire ! Je suis très contente de te voir remonter !

    La résonnance de ton message est pour moi comme une confirmation de ma confrontation intérieure perpétuelle qui est :

    ►entre mes réactions de colère, d’énervement devant les situations sociétales pour lesquelles je me dis « on ne peut pas laisser faire ! » – (mais à tel point que je me rendais malade…)

    ►puis que j’entende autour de moi la capitulation « c’est comme ça – tu ne peux rien changer » (cela m’a énervé longtemps – maintenant, je l’entends mais c’est tout…)

    ►et avec l’approche plus large, spirituelle, de la physique quantique où je recherche des réponses et qui dit (en tout cas de ce j’ai trouvé et qui résonne en moi) « ne répond pas par la violence (oui je suis d’accord), ne pas nourrir des situations par l’attitude de résistance, soit positive, dégage de l’amour, entretiens ce lien d’amour, la loi de la résonnance universelle te renvoie des réponses de la même qualité vibratoire énergétique que celles (vibrations énergétiques) que tu envoies (à ton insu même) par tes croyances, tes sentiments, tes pensées, tes émotions » (oui, je crois à cela aussi et je le mets en pratique à mon rythme)

    Malgré tout, ces batailles intérieures face à la marche de notre monde sont par intermittence toujours vives en moi:

    -quelle est la limite entre les deux réactions ci-dessus qui me permettrait de me sentir et d’agir en accord plus juste ?

    Quelle est l’attitude, le comportement juste (au moins au plus juste) entre ce tiraillement réactionnaire, de révolté face aux injustices et le coté « zen » ? Sans s’impliquer de manière incisive et destructrice, sans confrontation mais plus en version « faire sa part de colibri » ?

    Je suis moi-même en reconversion (suite à ta formidable formation AVM04): je suis sur le chemin de la Naturopathie que je veux croire porteur 
    Ta conférence à Lyon a été très forte également (le 2ème jour, ça avait bien déménagé encore en moi)

    Alors voilà, grâce à ton accompagnement où j’ai osé à nouveau revivre et aller vers mes rêves, à me donner des permissions (de bienveillance, d’auto-encouragement etc), je m’attèle vers ce que je crois pouvoir faire de mieux, avec cœur et application.

    Et bien sûr, ton message me parle énormément de par mon dilemme intérieur. Y auras-tu une/des réponses pour nous à ce sujet dans tes projets ? Je me REJOUIS d’en savoir plus 

    Affection fraternelle,
    Nathalie

  • Mireille
    Publié le 02:41h, 18 mai Répondre

    Je comprends cette épreuve du chaos que vous avez traversé que nous traversons et que le monde traverse . Étant incarnés dans la matière nous sommes soumis aux lois de gravité et donc de résistances et de zones contraires . C’est naturel .c’est même scientifique et prouvé . La seule solution étant à mon sens de continuer son cheminement intérieur avec confiance et conscience . Finalement je ne crois pas que nous ayions à changer le monde nous avons à l’accepter et à y apporter avec beaucoup de ténacité notre lumière .et nos actions . Bien sûr il est décourageant, violent dans certaines zones , chez beaucoup d’êtres ,( et les médias s’emploient à bien l’amplifier et nous l’enfoncer quotidiennement dans le crâne ) ET il est aussi rempli d’initiatives merveilleuses, de projets inspirantts : comme les vôtres , dans le monde entier ! C’est un tout . Ce sont les zones contraires de la matière . De plus dans son évolution globale , notre famille humaine n’a jamais eu autant de conscience ! Comme tout ce qui croît et croit en silence l’amour est invisible , tous les jours autour de nous . La seule chose à faire est de le laisser grandir de plus en plus à l’interieur de nous pour qu’il rejaillisse avec plus de force et d’intensité dans nos réalisations,. Cette lumière intérieure est nécessaire pour bâtir, ,ne pas glisser vers la peur, et découragement ,Quand nous sommes alignés ,l’univers entier nous aide .

  • Jean-Marc HENRIOT
    Publié le 02:23h, 18 mai Répondre

    Cher Jean-Jacques,
    Tu es bien le seul formateur que je connaisse dans le monde internet qui ait cette authenticité et ce positionnement juste, basé principalement sur le travail intérieur constant et lucide. Dans d’autres « mondes » que celui d’internet, il y a aussi des gens de grande qualité. Mais quelle fraîcheur de lire tes contributions, au milieu de cette vague submergeante de « formateurs » dont le but est essentiellement de cultiver l’art de la poudre aux yeux.
    Quelques mots me concernant. Comme tu le sais (je suis Jean-Marc Henriot et nous nous sommes connus il y a bien longtemps) j’ai créé les GEP il y a environ 25 ans : des Groupes d’Entraide Psychologique qui apprenaient l’écoute mais travaillaient aussi assidûment sur eux-mêmes lors de stages très réguliers. Après 10 années, j’ai laissé ce travail à d’autres, des formateurs qui m’avaient accompagné. Mais finalement, sans ma présence, cela s’est étiolé peu à peu. Il n’en reste rien de structuré, sinon -et ce n’est pas rien- des réseaux d’entraide et de soutien dans de nombreuses villes en France, qui se sont pour la plupart investis activement dans des associations où ils pouvaient faire bénéficier les autres de leur accompagnement pertinent. Ensuite et pendant 13 années je me suis consacré à former des thérapeutes ayant du cœur et des compétences. Je ne vais cependant pas te faire le récit de tout mon parcours.
    Je t’écris simplement pour te faire part du point où j’en suis et de ce que ta proposition m’inspire : je crains bien, à la lumière de mon propre parcours qu’un mouvement « collectif » ne puisse tenir dans le temps que durant la période où son créateur reste l’âme inspirante nécessaire. Si cela est vrai, comme je le crois, alors tu devras rester dans ta place et dans ton souffle sacré aussi longtemps que nécessaire. C’est donc du reste de ta vie, dont il est question. Es-tu prêt ?
    Moi personnellement, arrivé à 75 ans, je me sens un peu déçu de n’avoir pas changé le monde et d’avoir eu une influence limitée à quelques centaines de personnes. C’est déjà beaucoup car, toutes, elles rayonnent vraiment autour d’elles. Mais je suis tout à fait heureux de voir que toi tu as un cercle d’influence infiniment plus élevé. Je me réjouis de voir tout ce que tu fais, tout ce que tu transmets. Je te sens un peu comme un frère. Et je te dis ma joie de te voir avancer ainsi, avec toute l’épaisseur de ton humanité (donc avec la vulnérabilité, la souffrance, les doutes, les ombres, qui nous constituent autant que l’autre aspect, la force, la joie, la conviction, la lumière). Je t’admire, je suis un supporter inconditionnel, et je t’aime.

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 05:12h, 18 mai Répondre

      Merci pour ton message, Jean-Marc. Et oui, je me souviens très bien de toi ! Au plaisir de poursuivre les échanges…

  • Marie Ange
    Publié le 02:20h, 18 mai Répondre

    Je suis extrêmement touchée par ta sincérité et ton partage, car je vis depuis 1 an un passage assez difficile de ma vie.
    Ta nouvelle détermination et ta force de vouloir continuer ton « combat » m’aide à moi aussi à me ressaisir et trouver force et motivation pour continuer à apporter une pierre à l’édifice….!!!!
    Bravo pour cette aide et restons unis pour ne pas laisser ce monde aller à la dérive.
    Merci, merci, merci !!!!
    Belle reprise!

  • jozef
    Publié le 02:10h, 18 mai Répondre

    Des « théories », »principes » qui ne vont pas ensemble avec « pratiques » , qui ne peuvent pas être appliquées, n’ont pas vraiment de valeur
    et le pratiques, applications sans principes holistiques ,profondes peuvent être dangereux.

  • heisch caroline
    Publié le 02:09h, 18 mai Répondre

    Cher jean jaques
    Je viens d une famille ou il y avait une grande propriétés et d autres propriétés aux alentours
    J ai récemment découvert que les propriétaires d une des propriété ont littéralement mis des maisons partout ,,, bétonnés et pas gardé un seul espace vert en plus lorsque je leur ai fais la remarque ils m a répondu que je faisais des fautes d orthographe…

    il y a un non respect de la nature
    ils ont tout bétonné juste pour l argent
    au début cela se voyait pas,,,, mais à force c est une région entière qui est entrain de disparaître sous le béton les maisons , les routes etc. au nom de quoi ? l argent.

    après j ai été sur les sites de rencontres
    je ne rencontre que des fous des frustrés sexuellement des gens qui n ont pas construit une vie harmonieuse , qui sont en errance dans des jugements des scénarios de contrôle et ne recherchiste pas l amour mais l autosatisfaction temporaire d un désir non assouvi sans conscience d eux même

    je suis étonnée du nombre croissant de pervers narcissiques dans le monde,,, ces gens robots qui ne sentent rien et n ont aucune empathie .

    je fais partie d une association jazz ou l âme de l association a été sabotée par la prise de pouvoir d une trentaine de personnes qui ont choisi un des leurs pour gouverner l associe financée par l état de Genève
    et je ne te parle pas du monde car la on est encore là demain

  • Caroline
    Publié le 02:01h, 18 mai Répondre

    Merci de ce partage sans filtres.
    Cela fait écho car je suis en train de crée un concept de soin incluant les changements émotionnels avec une posture similaire. Jusqu’ou Je suis attachée aux changements de la personne qui vient me consulter et jusqu’ou C’est son expérience et c’est ok même si elle décide différemment.

    Tout de bon dans la mise en place de ces nouveaux objectifs

  • Christophe
    Publié le 01:59h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean Jacques et merci pour ton dévouement et ton implication.
    Je viens de fêter mes 54 ans je suis un jeune vieux qui a traversé de nombreuses épreuves et comme toi je me sens perdu dans ce monde qui ne me correspond plus. J ai envie de partir sur une autre planète tellement la corruption, la cupidité, la souffrance, les inégalités,la destruction, le culte du mensonge, la surconsommation, ( j arrête la car la liste est trop longue) me désespère. Je ne trouve pas le chemin pour me changer positivement et par la même, servir une cause et avoir espoir d un monde meilleur. Je ne sais pas a quoi me rattacher et trouver une bonne raison de me battre pour une humanité qui s auto detruit et détruit tout ce qui lui permet de vivre.
    Comment retrouver fois en l etre humain déshumanisé ?

  • Olamide
    Publié le 01:48h, 18 mai Répondre

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre écrit et personnellement je vis et traverse une crise financière où manger même devient difficile.
    Je ne suis pas beaucoup inspiré.
    Tout ce que je peux vous dire c’est j’ai souvent apprécié vos oeuvres quelques soient leurs nature.

    Je vous rappelle que je suis au BÉNIN.

  • dayan Artiste-InTemporain
    Publié le 01:43h, 18 mai Répondre

    Bonjour JJ,
    Je crois pleinement à l’honnêteté et à la sincérité de ton être. Ta démarche ne peut donc être mise à caution. Toutefois ce que tu sembles méconnaître chez ton publique, c’est son niveau de conscience effectif atteint. Bien sûr , je ne peux parler qu’en mon nom, bien que la dynamique humaine au sein de la société en soit également révélatrice. Donc ton travail de l’élévation personnel a certainement tout sa raison d’être, mais il y manque, je pense, le militantisme pour fédérer socialement. J’ai cru comprendre que cela pourrait faire parti de ton travail ‘’dans les cartons’’. Dans tous les cas, je me veux reconnaissant de ta grandeur d’âme, qui est assurément un moteur d’élévation de l’humanité..

  • Aysseline de Lardemelle
    Publié le 01:32h, 18 mai Répondre

    Cher Jean-Jacques,

    Je me réjouis de votre souhait d’engagement militant qui est une étape essentielle dans le processus d’éveil.
    Puissent vos lecteurs vous suivre sans le moteur de la culpabilité et la croyance que « le monde ne va pas ».

    Pour certains qui ont déjà connu cette étape avant celle de du développement personnel et/ou spirituel, il ne sera pas nourrissant de rentrer à nouveau dans une spirale d’engagement qui cultive la dualité.

    Je les invite, s’ils souhaitent continuer leur chemin à aller sur cerclecramoisi.fr ou crimsoncircle.com

  • Fabienne
    Publié le 01:29h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean -Jacques,

    Effectivement, cela faisait un moment que je n’avais plus rien lu de toi.
    Je constate que., malgré ces derniers mois difficiles, tu as toujours gardé ton feu intérieur.
    Nous avons le même âge, à quelques lmois près, je te considère comme le reflet du frère jumeau que j’aurais pu avoir. J’ai toujours rêvé d’avoir un deuxième frère.
    Tout comme toi les années passées au-delà de la cinquantaine accomplie, ont été parsemées d’épreuves physiques et psychologiques. Tout comme toi, je suis même allée jusqu’a la question de connaître la pertinence de mon existence sur cette planète.
    Et il m’a fallu presque 5 ans de long cheminement pour enfin retrouver une sensation d’éternité pérenne, une joie de vivre. J’ai été suivie pendant 3 ans par une coach, j’ai fait un coaching intensif sur le deuil amoureux de 5 mois, j’ai fait 3 retraites dans le désert tunisien et j’ai suivi plusieurs formations: CNV et aromachologie. Bien sûr, j’au Suivi ton programme de l’academie de la vie en mouvement, sur l’espace de 3 ans. Jusqu’au jour où j’ai vraiment reçu une illumination intérieure, une grâce de quelques secondes ou j’ai vu que le moment était arrivé de me poser, enfin.
    De regarder le chemin parcouru en 5 années d’errance spirituelle pour enfin comprendre que la clé de mon existence, je ne la trouverais pas à l’extérieur. Mais bien à l’intérieur de moi. Je ne l’ai pas compris en mots mais je l’ai vraiment vécu., conscientisé.
    Depuis, j’ai ralenti mon rythme de vie et je prends en conscience, en amour et en universalité ces quelques secondes de grâce comme la clé de tout ce que je pense, je vis, je reçois ou donne , ce que je réalise… et je me sens beaucoup mieux depuis. Je reste toujours là Fabienne que tout le monde connaît, avec ce qu’elle est et fait mais à l’intérieur, c’est tout autre.
    J’attends avec impatience le nouveau programme de tes mini-modules de formation et j’espère qu’ avec tout ce que tu as écrit, tu es à nouveau bien avec toi et avec tous ceux qui t’entourent.
    Affectueusement. Fabienne

  • chervet
    Publié le 01:22h, 18 mai Répondre

    je partage totalement vos propos….

  • Féefée
    Publié le 01:14h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Je te remercie de nous faire part de ta réflexion qui trouve un réel écho en moi.
    Ayant été arrêtée tout l’hiver suite à un burn out dû à une surcharge de travail et au harcèlement moral de ma hiérarchie j’ai pu suivre de près sur les réseaux sociaux et les divers médias le mouvement social qui a démarré en France une semaine après mon arrêt.
    Découvrir que la plupart des medias ne nous faisaient pas part de ce qu’il se passait vraiment en orientant systématiquement les reportages, les chiffres, les vidéos, les propos car propriété de la classe dominante qui ne veut perdre ses privilèges, cela m’a rendu encore plus malade.
    Bien que cela me porte préjudice professionnellement j’ai voulu aider à mon humble niveau à la transformation de la société ou du moins à la réparation des dégâts causés…
    C’est ainsi qu’un homme amputée de la main droite depuis 15 jours, après avoir voulu assister pacifiquement à une manifestation pour demander des conditions de vie décentes, rencontré dans un Comité de soutien aux victimes, m’a remonté le moral, à moi qui était en pleine dépression.
    Ça m’a fait un électrochoc et convaincu qu’il fallait se mobiliser pour combattre ces injustices et pour construire un nouveau monde qui oeuvrerait pour le bien commun et la défense de notre planète au lieu de tout détruire dans la recherche du profit et du pouvoir.
    Je ne sais pas encore si je pourrais me permettre de suivre tes futures formations, en tous cas j’ai déjà apprécié toutes les vidéos que j’ai pu écouter et je te félicite de t’engager encore plus pour le bien de chacun, de tous et la défense de notre terre mère.
    Bonne continuation dans ta nouvelle voie et au plaisir d’entendre ton agréable voix.
    Féefée

  • Pierre
    Publié le 01:08h, 18 mai Répondre

    Bonjour, c’est avec un grand plaisir que je reçois ton message car français je suis acteur « Colibris », je continue ma démarche de développement personnel et je suis membre à vie de « l’Académie Adapt de Solution Era » que tu dois connaître puisque canadienne. Je me souviens qu’il y a quelques années déjà, tu nous disais que les financements que tu recevais te permettraient de financer un film. Pour moi cela demeure une excellente idée vu l’audience qu’a déjà eue le film « Demain » de Cyril Dion. Alors, OUI, je suis certain que continuer sa propre démarche de développement personnelle tout en animant ou en participant à un projet collectif qui apportera sa pierre à l’édifice d’une nouvelle civilisation (celle de la « Nouvelle Conscience »)
    est le chemin à suivre. Je sais aussi qu’il suffit qu’il y ait 5% de nouvelles consciences à l’œuvre pour que la planète bascule, aussi gardons ESPOIR.

  • kinou
    Publié le 01:07h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Je vous ai découvert il y a quelques mois sur You tube, en faisant le tour de tout un tas de conférences avec, entre autres, Don Miguel Ruiz, Byron Katie et Olivier Clerc.

    En lisant pour la 1ère fois (en janvier de cette année) « les 4 accords Toltèques » de Don Miguel, j’ai ressenti tout au long de la lecture une impression que je pratiquais déjà naturellement tous ces accords depuis toute jeune. Mais en les lisant, ils sont devenus encore plus clairs, encore plus évidents et surtout encore plus puissants !
    Byron Katye m’a elle recentrée sur le moment présent (que j’avais également toujours pratiqué, mais ma dépression avait pris le dessus.

    Je dois vous dire que j’ai fait un burn-out en 2012 et une dépression très sévère en 2013. Je ne supportais plus ce qui se passait dans le monde, j’étais dévastée. J’ai été une loque pendant près de 7 ans ! J’avais peur de l’avenir pour mon fils et pour tous les enfants de la terre. Je n’avais plus goût à rien, plus aucun plaisir ni l’envie et encore moins le courage de me battre. Je ne vivais que parce que je n’aurais voulu en aucun cas faire de la peine à mon fils en me suicidant.
    J’ai également arrêté de regarder la télévision depuis 6 ans, ce que j’y voyais me détruisait encore plus.

    J’ai, toute ma vie (j’ai 60 ans), essayé de vivre ma vie dans la clarté et pas dans l’ombre de la force. J’étais toujours très souriante, optimiste, chaleureuse, très travailleuse, très indépendante, libre et surtout heureuse de vivre ! Je relativisais tout. Si par moments j’étais un peu déprimée, je pensais aux millions de gens qui n’avaient pas ma chance et je remontais.
    Je n’écoutais pas mes émotions négatives, ni mon corps qui hurlait à l’intérieur.
    Mais toute cette relativisation s’amoncelait tout au fond de moi. Et en 2012 la soupape a explosé ! Mon vase était plein et j’ai pleuré tous les jours pendant 8 mois, moi qui ne pleurais quasiment jamais. Je ne me reconnaissais plus et j’étais complètement perdue. Moi, si forte avant, capable de traverser toutes les épreuves de ma vie, moi la fille gaie et vivante, je n’étais plus que tristesse, lassitude, larmes, colère envers moi-même, incompréhension totale de ce qu’il m’arrivait.

    Pour en revenir à aujourd’hui, je pense que vous devriez relire les 5 accords.
    Avant je voulais, comme vous, changer le monde ! J’ai failli y perdre la vie !
    Il y a 7 milliards de gens sur terre Jean-Jacques !!! Et nous sommes tous uniques, donc différents !

    Vous devez vous rappeler que « vous faites de votre mieux » et nous ne sommes pas toujours aptes à faire mieux que la veille. Et c’est normal et nous devons l’accepter.

    Personnellement j’ai trouvé la SERENITE ! et la sérénité est la clé de la force intérieure !!!!!!!!!!

    On ne peut pas changer le monde en un claquement de doigts ! ça prendra du temps, énormément de temps ! On ne sera peut-être même plus là pour le voir vous et moi. Mais personnellement je ne le fais pas pour moi, je le fais surtout pour les enfants d’aujourd’hui et j’espère pour les générations futures.

    Chaque être humain est libre d’aimer ou de haïr, d’être bon ou cruel, d’être conscient ou de fermer les yeux…
    Vous n’y pouvez rien ! et personnellement j’ai lâché prise là-dessus.

    Maintenant, et depuis 2 mois à peine, j’agis, quand je peux, sur tout un tas de choses concernant la vie dans le monde : je signe des pétitions, j’écris aux députés, aux eurodéputés, je « balaye avant tout devant ma porte », je respecte les gens, ma parole est ‘impeccable », je ne prends rien « de façon personnelle »…. Vous l’aurez compris, je pratique tous les jours les 5 accords !

    Je suis Kinou « Colibri le petit guerrier », comme j’aime à m’appeler.
    Peu importe combien de gens je touche avec mes mails, mes paroles, qu’ils adhèrent ou non, peu importe qu’ils m’aiment, peu importe qu’ils changent…. Je « fais ma part « tous les jours et ça me rend sereine parce que je sais que je fais de mon mieux.

    J’ai repris le goût de vivre, j’ai énormément d’activités, je ressors de chez moi, j’éprouve à nouveau du plaisir en toute chose, même à faire mon ménage !!!! Dieu sait que je détestais ça.
    Et vous savez le meilleur ? je rayonne tellement que j’obtiens naturellement de « petits miracles », qui rendent ma vie et parfois celle de mon entourage, encore plus merveilleuse.

    Faites de votre mieux Jean-Jacques ! N’essayez pas de changer le monde ! Continuez ce que vous faites, juste parce que vous en avez envie et que ça vous fait plaisir. Mais n’attendez rien en retour. Aimez de façon inconditionnelle, continuez simplement d’avancer sur le bon chemin et vous aurez déjà accompli de grandes choses.

    Ne vous inquiétez pas Jean-Jacques, le monde est déjà en train de changer en fait. Les humains ouvrent les yeux, les humains sortent de chez eux, des armées de « colibris » sont déjà en marche ! Vous ne le voyez pas ? regardez autour de vous….
    Je ne regarde plus la télévision, mais je suis encore plus informée qu’avant et sur les choses qui ont de l’importance.

    Personnellement je me fiche de faire de grandes choses…je fais ma part, tout simplement, comme le petit (mais intérieurement grand) Colibri et c’est ça le principal !

    Alors gardez le moral et comme on dit ‘tout vient à point à qui sait attendre »……..

    Très cordialement

    Kinou (Colibri le petit guerrier)

  • Marylène
    Publié le 01:07h, 18 mai Répondre

    Je suis avec toi, Jean-Jacques, heureuse de participer à ton mouvement et de pouvoir apporter, comme le colibri, ma très modeste part à la construction d’un monde meilleur.
    Amicalement,
    Marylène

  • Thilie
    Publié le 01:02h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques, Le sens de retrouver notre liberté me touche pleinement ! Très investie professionnellement dans un métier prenant je prends conscience que j’ai perdu ma liberté de choix et d’action, alors qu’à une époque de ma vie je partais en mission et offrait mon temps pour accompagner, soigner, former sans retour financier et par contre un retour relationnel inoubliable et d’ailleurs des retours inattendus 20 ans après de la part de jeunes adultes qui m’offraient leur reconnaissance…
    Tout ça pour dire que notre monde économique ne nous permet pas de nous donner pleinement car les codes sont des freins alors que lorsque l’on donne sans attendre de retour, cela laisse des perspectives inattendues et en effet le monde associatif peut apporter un brin de liberté….
    Merci Jean-Jacques pour tout ce parcours dont tu nous fais profiter. Je suis une fan particulièrement depuis ce séminaire à Lyon qui m’avait enchanté de part ce partage avec des personnes des 4 coins de la France et surtout d’avoir eu ke plaisir de te rencontrer ainsi que ton équipe.

  • Marie-Laure
    Publié le 00:37h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques.
    Ton message me touche dans ma conscience et mon âme d’être humain.
    Je me pose les mêmes questions. C’est d’ailleurs pour cela que je suis ton blog tes videos eoset ton évolution.
    Pour faire bref, je retiens que ce qui freine voire empêche la plupart des actions collectives c’est l’ego individuel des personnes. Donc au sein de chaque initiative de groupe, il faut creerla discipline personnelle et travailler sur cet aspect pour que les objectifs soient atteints.
    Si l’on ne perd pas de vue ce point et qu’on le maîtrise en cours de projet, c’est gagné d’avance. Je tiens particulièrement à travailler ce point et à coacher les gens autour de moi sur ça. Je souhaite développer cette compétence. Voilà le rôle que je veux jouer dand un projet global.
    On pourrait appeler ça la fonction de canalisateur d’ego !
    Sinon pour les thèmes, étant juriste, je suis convaincue que lala justice et l’équité doivent accompagner tout projet en tout cas dans son esprit et sa conception.
    J’attends avec impatience le résumé de cette reflexion collective que tu mènes et qui devrait aboutir selon moi à faire se rencontrer physiquement ou virtuellement toutes les personnes dont les aspirations et les vibrations convergent dans le même sens. Je vis an Afrique… Donc pas facile pour moi de venir au Québec
    A très bientôt

  • Emma
    Publié le 00:29h, 18 mai Répondre

    Merci Jean-Jacques pour ce texte et tout ton processus de réflexion. Je suis ravie de ce nouvel axe (pas si nouveau, disons de cet approfondissement, de cette ouverture) qui rejoint mes envies actuelles. Nous avons beaucoup à apporter à ce monde et je serai ravie de pouvoir être guidée, de trouver mon propre envol grâce aux coups de pouce, prises de conscience, réflexions et mises en pratique que tu nous proposeras. Grand merci à toi !

  • Sandrine
    Publié le 00:28h, 18 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques
    Je suis admirative devant la sincérité et l’efficacité de vos remises en question : elles sont constructives!
    Une idée parmi celles que vous avez imaginées me touche particulièrement : celle des réseaux de réflexion sur le changement social. Parvenir à mettre en lien les hommes(…et femmes…) de bonne volonté, pour que leurs imaginations se fecondent.
    Quelle prouesse! Et quel espoir…
    Je suis impatiente de suivre l’évolution de votre projet.
    Avec toute ma gratitude

  • Sainsily Viviane
    Publié le 00:23h, 18 mai Répondre

    Toute ma vie j’ai voulu m’impliquer et faire mon travail duMieux possible afin d’être fière de ce que j’ai accomplit et en effet j’en suis fière !!! Mais aujourd’hui je ne me reconnais pas no. Plus dans ce monde qui penses tous avoir tout sans effort ou mériter 0plus en écrasant les autres !!!
    Alors oui tes réflexions résonnent en moi et oui chacun doit pouvoir avancer en fonction de la ou il se situe sans stress car la vie aujourd’hui nous apporte déjà son lot ….

  • Yves
    Publié le 23:30h, 17 mai Répondre

    Intéressants propos qui résonnent auprès de nombreux étudiants et chercheurs de vérité.
    Mais tu restes dans une logique de top down, et toujours avec le même modèle maître élève. Et toujours mercantile.

  • Anne-Marie
    Publié le 23:19h, 17 mai Répondre

    Il me semble très important de partager que vous touchez en moi cette conviction d’être là dans notre monde mais pas du monde de ne pas subir le monde mais de vivre dans cette société autrement et librement dans la joie d’être en vie ! Être le levain mais pas la pâte

  • Tchina
    Publié le 23:00h, 17 mai Répondre

    Ta sincérité me touche profondement, j’aime la fluidite de ton courage et je me sens bien vivante quand je te lis ou t’ecoutes…

  • Isa
    Publié le 22:33h, 17 mai Répondre

    L’exemple. Ça me fait du bien, j’observe et j’essaie, tout comme d’apprendre à marcher, j’apprends à vivre, et à mon rythme. Je te remercie pour tous les exemples dont je suis témoin et que tu nous partages.
    La formation mission de vie, une partie de la formation des relations authentiques, car j’ai beaucoup ralentit, m’ont permis de faire un bon ménage et de réaligner ma vie pour que mes dons servent, pour aller à l’endroit ou je sens que je vais le plus aider les gens, à ma façon. J’ose malgré la peur, je prends des risques mais je ne suis pas téméraire. Et je cesse de faire des pas dans une direction qui est motivée par la peur d’avoir perdu mon temps. Je n’ai rien perdu, tout appris. Prête à passer à l’étape suivante. Le bout de chemin qui s’intègre dans ma vie en ce moment, je sais que je l’ai travaillé avec tes cours. Lâche pas! J’apprécie faire des bouts en ta compagnie. Un grand merci, un merci de tout coeur.

  • Mel
    Publié le 22:05h, 17 mai Répondre

    Cher Jean- Jacques,
    J’ ai traversé plein de crises dans ma vie et je continue d’ en traverser. J’ ai toujours essayé d’aider les autres et je me suis toujours sentie responsable du bonheur des autres,
    Toutefois j’ ai fini par être abandonné dans les moments de difficulté par tout le monde et j ai subi de la violence, y compris de la part mon propre père. Je me retrouve mère d’ un
    Enfant de trois ans et encore une fois face à la difficulté, au désarroi et à la solitude, alors que je trouve un monde égoïste et concentré sur ses propres intérêts où les autres n ont aucune importance sauf s’ ils apportent de l’ argent. Dans ce contexte il m est très difficile de retrouver encore la force de vouloir changer le monde et de continuer mon travail sur moi même, qui me suis toujours négligée et jamais aimée. Toutefois, tu es la seule personne au monde, y compris mon professeur de l’ université a travers lequel je t ai pu connaître en lisant des articles qu il postait, qui m a donné cette force, de m’ aimer un peu plus, de me sentir responsable d abord vis à vis de ma personne avant les autres. Les minorités peuvent changer le monde mais on a besoin d être quand même au moins a deux pour pouvoir commencer, car je me sens complètement seule au monde et seule je n ai qu un
    Désir, celui de mettre fin à mes jours. Moi je trouve que la société dans laquelle nous vivons est de plus en plus dégoûtante, je regarde les gens et je vois que du manque de respect, que de l indifférence, que de l avidité et de l’ abus des faibles, des bons cœurs et cela me fait rage . C est à partir de cette rage que je voudrais changer le monde. Toutefois seul on ne peut rien faire, et la vie ne mériterait même pas d être vécue à mon avis dans cet individualisme égoïste. Nous existons pour ne pas etres des animaux sauvages qui se mangent l un l autre, mais pour s aimer, si nous voulons bien mériter d être appelles etres humains…, s il
    Y en a un qui lache la main l autre il servira à quoi? Il fera quoi ? C est ce que tes mots me font penser … et comme je me sens, car il
    Est trop difficile de se battre dans ce monde contre une majorité cruelle et égoïste qui ne s intéressera jamais au développement personnel parce que cela n apporte pas de l argent facile . Voilà pourquoi je pense de pouvoir me permettre comprendre ta crise.
    Désolée si mes mots n ont pas été utiles et je ne prendrai plus ton temps ou ton espace si
    Cela n a pas servi. Avec beaucoup
    De gratitude pour ce que tu m as apporté dans ma vie je t envoie toute mon empathie et mon soutient, car si tu n existait pas, j aurais jamais été à même d apprendre à me faire respecter . Merci Jean- Jacques.

  • Carmelle
    Publié le 21:34h, 17 mai Répondre

    Cher Jean-Jacques,

    En novembre 2018, c’est avec enthousiasme et détermination que je me suis inscrite à l’Académie des Relations Authentiques. Pourtant, j’ai vite dégonflée me sentant submergée par l’ampleur du travail à accomplir. Pour garder contact, je me suis inscrite au cours intensif. Là encore, étant encerclée dans un environnement et des responsabilités qui me dépassent, j’ai failli. «««Je suis en crise !!!»»». Pour aller plus loin dans mon cheminement, je rêve de m’établir sur une île déserte.

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 21:41h, 17 mai Répondre

      Prends ton temps, Carmelle… Si je peux te conseiller quelque chose, demande un rendez-vous avec Danielle (de notre support clientèle) ou demande des conseils à Véronique, dans l’espace d’aide pédagogique. Elles te conseilleront la meilleure stratégie pour y aller à ton rythme et selon tes possibilités… Tu as trois ans pour accomplir ce parcours. Et ce sont les premiers pas les plus difficiles à mettre en place !

  • Eliane-Alia
    Publié le 20:55h, 17 mai Répondre

    Cher mr. Jean-Jacques .. Il y a quelques jours je pensais a vous et je me demandais comment se fait-il que je ne reçois plus d’informations de votre part ; quand j’ai vu votre mail, je me suis empressee de l’ouvrir et de devorer la lecture. Vous savez, j’etais bien triste de savoir que vous etes en crise, que vous avez passe des mauvais moments… j’aurais bien voulu vous connaitre et vous aider, mais j’ai confiance en vous ; je sais que vous etes assez fort pour vous remettre et reprendre tout le temps perdu.!!
    Je dois relire encore votre article et je vous repete que je suis toujours interessee de lire vos articles ; cela m’aide psychologiquement, et moralement. Si vous avez ecris des livres, je serais interessee d’en acheter, si vous me dites ou les trouver. Alors je vous souhaite un bon retour, beaucoup de courage, une bonne sante et surtout ne lachez pas!!
    Avec toute mon amitie et au plaisir de vous lire !! Eliane-Alia

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 21:42h, 17 mai Répondre

      Merci Éliane… Ne vous en faites pas, je ne lâcherai pas… Et cette crise n’a certainement pas été du temps perdu… Elle m’a permis d’ouvrir de nouveaux horizons ! C’est donc du temps gagné pour faire des choses encore plus essentielles…

  • Noam
    Publié le 20:30h, 17 mai Répondre

    Bonjour cher Jean-Jacques

    Je viens de lire votre mail à propos de votre crise concernant l’engagement intérieur et extérieur et le besoin d’une cohérence qui les liraient.
    Je vous ai lu alors que des tourments personnels m’ont réveillés en pleine nuit et m’ont fait préférer de rester seule et éveillée dans la pénombre, alors que la nuit est fraîche et que certains oiseaux habitent le silence de leurs chants.

    J’ai 22 ans, je suis comédienne et je suis dans une période de ma vie d’une grande confusion. Beaucoup de choses appellent, en moi, à ce que j’use d’une certaine force pour surpasser ce qui entrave mon épanouissement.

    Je vous remercie, d’abord, car la sincérité, la force et la délicatesse dont vous témoignez dans votre mail me touchent. Vous parvenez très bien à véhiculer l’émotion de votre *errance » (permettez moi d’user de ce mot fort…). Ainsi, je me suis senti comme une confidente, soucieuse et pleine de tendresse pour ce que vous nous confiez là : c’est précieux.

    Depuis toujours je veux devenir comédienne, depuis toujours ce feu, dont vous parlez ici, fait parti de mon quotidien, depuis toujours j’ai ce désir ardent de vivre et de brûler, grâce au regard conscient, les illusions qui me rendent inaccessibles à moi-même.

    J’éprouve tant de difficultés, depuis un an à présent, à faire des choix radicaux et radieux dans ma vie, car cette pression d’être utile au dehors tout en étant au plus intime de moi crée une tension et une pression exténuante sur tout mes « systèmes », que je n’ai souvent que les larmes et un certain désarroi à souffrir, et même au coeur de ce feu, l’envie de jaillir du puit est tenace et m’accompagne dans cette tristesse…

    Merci alors pour votre mail, dans cette nuit et cette errance qui est la mienne. Merci de me venir de là où vous vous trouvez pour faire écho à ce chant de joie que je couve et qu’il me tarde d’être… Merci d’être un tendre écho d’une force que je veux parvenir à laisser fleurir….

    Voilà l’effet que fait votre mail, votre appel, votre résolution. Ce qui me touche le plus chez vous, c’est cette patience et ce respect pour le chemin et le rythme de l’Autre, sans rentrer dans le commerce d’un mode de vie uniforme et aveugle aux spécificités de chacun. Vous êtes aveugles aux personnalités des gens qui suivent votre formation, et donc il est tout à fait respectable de votre part de ne vous faire que le témoin de pratiques qui aiderait chaque être à se développer selon son gout et ses necéssités.

    Merci. Pas pour moi mais pour tout ceux pour qui ce que vous faites a été décisif dans leurs vies. Pour ma part, je ne peux rendre hommage tout de suite parce que je suis au coeur de la tempête. Je ne suis pas loin d’un bel hommage tout de même 🙂

    Là où je suis, avec l’art, l’écriture, la scène, le chant… Là, je rêve de pouvoir lier mon itinéraire personnel dans la création à un itinéraire collectif. Je rêve à une tribu, une nouvelle famille avec qui l’envie profonde de se changer serait assez forte pour que nous fassions ce chemin ensembles, et dresser, grâce aux arts, des oeuvres sincères, profondes et décisives. Cette pression rend le plaisir difficile à trouver, et la détente également… La maison brûle et j’aimerais tant être une force active consciente du feu qui la consur… En présence et en action individuelle et collective… J’aimerais tant trouver ma place, trouver ceux qui veulent, à mes côtés, vivre de ce feu… Mais il est si dur parfois d’être Là. Car il y toute cette distance à parcourir de soi à l’Autre. Il y a tout soi, tout cet édifice à rencontrer et à défaire, protéger, accompagner…
    Cet art du funambule, à avancer avec incertitude et avec grâce et parfois si troublant et vertigineux…

    Voilà l’écho de l’émotion que vous m’inspirez ici. Je pourrais poursuivre !!!! Et je compte bien poursuivre…. Ô…. À la gràce.

    Merci

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 21:46h, 17 mai Répondre

      Bonjour (ou bonsoir) Noam… Je ne sais sur quel continent vous habitez. Pour moi, il est bientôt 23 heures et avant d’aller me coucher, je suis venu vérifier si tout se passait bien sur le plan technique… Je découvre les premiers commentaires que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire.
      Je ne vous connais pas en tant que comédienne, mais je peux ressentir le feu qui vous anime. Je vous souhaite de vivre ce que j’ai vécu depuis que le feu s’est allumé en moi, en 1986… Depuis lors, jamais il ne s’est éteint et c’est pour moi, la plus grande grâce…
      Ce que je veux juste vous dire, c’est que si je ne peux évaluer vos talents de comédienne, je peux par contre apprécier la force et la poésie de votre écriture. C’est vraiment impressionnant et je voulais vous le dire. Vous avez un réel potentiel pour toucher les cœurs et les âmes avec votre écriture. Et je ne peux que vous encourager à cultiver ce don que vous avez…
      De tout cœur
      Jean-Jacques

  • Suzanne
    Publié le 19:48h, 17 mai Répondre

    Je suis partante. Je veux travailler sur moi mais aussi faire une différence collectivement.

  • Sylves
    Publié le 19:48h, 17 mai Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Je te remercie d’avoir partagé ta traversée en eaux profondes. Pour apprendre à pêcher, ben, …il faut pêcher ! On ne peut pas apprendre à pêcher juste en discutant de comment pêcher. Travail sur soi, travail collectif, c’est toujours la même question : prendre des risques, se jeter à l’eau… Tant qu’on fait du « travail sur soi » ou du « travail collectif » sans se mouiller, en restant sur la rive, il ne se passe pas grand chose de nouveau. Beaucoup de stages ne servent qu’à ça: rester au sec sur la rive. Je veux dire, on n’apprend pas à gérer la rencontre avec un facho, avec un enjeu en situation, au milieu de gentils stagiaires. Il faut se le coltiner pour de vrai pour savoir comment faire ! Mais je suis d’accord -parce que c’est ma pratique quotidienne- qu’il n’y a pas de séparation entre les différentes formes d’engagement. J’ai d’ailleurs écrit là dessus. Si ça t’intéresse : Sylvette Escazaux, « Nicanor Perlas, Une nouvelle dynamique sociétale » Editions Yves Michel, 2009
    Bien à toi

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 21:48h, 17 mai Répondre

      Merci Sylvette pour la référence. Yves Michel est un éditeur que j’ai toujours beaucoup apprécié. Yves est d’ailleurs un ami très cher que j’ai un peu perdu de vue à présent… Mais j’aime son engagement, sa détermination, sa fidélité à ses valeurs, depuis toujours…
      Votre livre m’intéresse et je m’en vais le commander ! À bientôt…

  • Jean-David Roth
    Publié le 19:45h, 17 mai Répondre

    Préambule : je ne vois pas de bouton « Enregistrer ».
    Tu devrais donc conseiller aux internautes de pondre leur commentaire en dehors, dans un document qu’il soit possible de sauver périodiquement. Car si je poste mon commentaire, j’ai peur que, puisqu’il doit être modéré, je ne puisse pas le modifier de suite.

    Tu dis, tour à tour… (entre guillemets)
    « Dis-moi comment tu reçois les propos que je t’ai partagés…  »
    Bien. Je suis moi-même en bisbille avec les gens qui prêchent que le changement intérieur va tout changer à l’extérieur. Car j’ai appris à l’école que Marx disait un peu le contraire, et cela ne me semblait pas dénué de toute intelligence. Ce que lui appelait l’infrastructure et toi le monde extérieur était aussi déterminant sur la qualité de vie. Donc oui, il y a un aller-retour entre monde intérieur et extérieur, et il est urgent de faire réfléchir les gens sur la partie monde extérieur aussi.

    « Dis-moi quel écho mes paroles ont eu à l’intérieur de toi…  »
    J’apprécie ton travail, je suis la plupart du temps d’accord avec toi. Par contre, mon ego me dit : Jean-David, tu veux changer le monde depuis bientôt 50 ans, et tu en as fait le grand projet de ta vie. Même si dans sa réalisation il n’est pas encore très avancé tu as la plupart des connaissances en main pour le faire (aussi grâce à toi Jean-Jacques) Tu ne vas tout de même pas donner à ce Jean-Jacques le fruit de toute une existence de réflexion comme cela gratuitement… Le héros c’est toi, Jean-David, ce n’est pas lui…

    « Dis-moi quelle résonance tu as retrouvée dans tes propres réflexions…  »
    On est en plein dedans avec mes derniers mots ci-dessus. Chacun voudrait ou trouverait inconsciemment normal d’être le maître du monde. Car notre système nerveux s’arrête quand même à nous-même essentiellement, même si par la parole, une sorte de télépathie lente est enclenchée, de même que par l’écriture (encore plus lente, là la télépathie). Dit autrement, mon envie d’aimer le monde et mon envie de le dominer pourraient cohabiter si ce monde n’était pas matériel, physique, avec pour conséquence que

    1) je dois survivre et donc lutter pour m’assurer les ressources nécessaires, et, dans ce cheminement là il n’y a pas de limites à ma soif de dominer les choses, les ressources dont je perçois qu’elles sont importantes pour mon futur aussi et surtout à long terme, et que pour les dominer à long terme, il n’est pas de meilleure approche en premier abord, que de faire le plus possible de réserves de noisettes comme le fait l’écureuil en prévision de l’hiver.

    et

    2) Il est plus intelligent de partager,
    a) ces mêmes ressources… et
    b) le travail pour les produire…
    … pour maximiser le bien-être de chacun. Dans ce jeu de quantification (passage du « un » au « tous » le symbole mathématique « pour tout… » s’oppose au symbole « Il existe (au moins un: OUI : MOI) ». Mais mon cerveau reptilien est le plus fort pour diriger mes actes. Mon intelligence a beau tenter de le résonner, le bonheur, pour moi en tout cas, je ne l’atteins que si j’accepte pleinement mon moi tyrannique et voulant dominer le monde (ma part reptilienne donc). Ce n’est que quand cette part de moi-même est reconnue (par moi-même sur tous les plans, intellectuel, émotionnel, etc. que mon moi plus intelligent et qui se projette dans le temps, dans les autres, dans une intelligence collective (terme qui semble devenir à la mode) peut entrer dans la discussion pour tenter de montrer l’évidence, à l’autre, à savoir : par exemple :
    Ta liberté s’arrête là où commence celle des autres.
    Ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse.
    Le monde, comment le rêves-tu?
    Oui il est beau et merveilleux…
    En plus la nuit tu dors et tu fais même souvent de très beaux rêves…

    Et ce Dieu tout-puissant dont tu voudrais prendre la place, et dont on dit qu’il laisse l’homme libre, ce qui signifie/a pour corollaire qu’il auto-limiterait son pouvoir, ne devrais-tu pas, même si Dieu n’est peut-être qu’une vue de l’esprit, ne devrais-tu pas l’imiter? En acceptant d’auto-restreindre le pouvoir que ta partie reptilienne voudrait te voir exiger? Et là, comme mon système nerveux est un, il me semble que l’évidence et le bon sens, même si la mort me semble un peu injuste et un prix un peu fort à payer (vivement qu’on trouve la pilule de l’immortalité) le bon sens arrive à me faire trouver une paix intérieure dans ces mots : (repris d’un livre qui s’appelle La vie des maîtres, assez décevant peut-être sur certains points, mais qui avait eu le mérite de m’être conseillé par un grand amour que j’ai eu vers 28 ans, accompagné de ces mots sibyllins : « Ce livre dit la vérité » et qui dit :
    « Tout ce que tu veux, tu l’as déjà ». Cette idée a fait son chemin en moi. Et, c’est vrai, tout ce que je veux, passé les premiers échelons de l’échelle adossée à la pyramide de Maslow, je l’ai déjà en moi. Les remises en questions faites à coup de points d’interrogations que je me suis assenés parfois de manière inconfortable, quand je voyais tous mes camarades être si sûrs d’eux-mêmes, ont fini par payer et me rendre incroyablement libre intérieurement. J’arrive à célébrer la vie, car j’ai vécu des choses que je n’aurais jamais imaginé pouvoir vivre, même si pour cela j’ai du fortement décider de vivre avant tout pour moi-même et au service de moi-même avant de chercher à vivre aussi pour les autres, pour, ultimement, reconnaître ces 2 parts en moi, et la possibilité de jouer le jeu de leur réconciliation sur le ton de « Met un peu d’eau dans ton vin ». mais pas les autres autour de moi, TOUS les autres. J’ai expérimenté une faculté de vouloir changer LE MONDE ENTIER pris dans sa globalité. Et, tout comme certaines formes de médecines prêchent de considérer l’être humain dans son entier, j’ai envie de prêcher que les problèmes des soins à apporter au monde doivent être imaginés être appliqués au monde entier, dans sa globalité. Et donc, en pensant aux plus défavoriser, ne pas avoir peur de commencer par celui qui est à l’autre bout de la planète. Car si c’est pour défendre sa famille, son pays, on se fait la guerre avec les autres familles, les autres pays, on risque de s’éloigner de la solution réellement la plus intelligente.
    Alors, Jean-Jacques, si je que je dis résonne aussi pour toi, et si tu veux réfléchir avec moi à ce qu’il convient de faire, voici peut-être une piste : se mettre à l’écoute des besoins des plus défavorisés.
    On parle de lutte des classes, et de la difficulté des classes sociales à se mélanger. J’ai compris pourquoi. si un très riche discute avec un très pauvre, inéluctablement va venir se poser, à un moment ou à un autre, le problème que le riche pourrait aider le pauvre en lui donnant une partie de son argent. Inéluctablement, presque, le riche va être en face de ce problème pour lui. Comment continuer à faire cohabiter son moi accapareur et dominateur avec son moi amoureux du monde et altruiste? Ce n’est plus possible. Il va devoir mettre la main à la poche, ce qui n’était pas nécessaire dans un monde cloisonné. Inconsciemment, ou consciemment, il mettra la main à la poche une ou deux fois, puis se dira mais où je vais là? [voix reptilienne ] La seule solution, c’est de cloisonner les membres des différentes classes sociales dans leurs classes respectives. Et que chacun se dé…brouille. On va quand même pas se laisser embêter par une poignée de (gens qui ont moins bien compris l’accaparation et comment la mener à bien…)
    Il faut donc rétablir ce dialogue entre classes sociales, mais sans heurter, sans rendre obligatoire le passage à l’acte de charité. Internet pourrait être un formidable outil pour cela. Ton projet aussi. Des dialogues riches pauvres sous la règle du jeu de l’anonymisation, pourrait permettre de vraiment faire du don un acte librement consenti, mais pas obligatoire, rétablissant ainsi la possibilité du dialogue. Cette dernière doit passer par soi-même, et ce n’est que quand on comprend que tout ce qu’on veut, on l’a déjà, qu’il devient plus facile de donner un peu, je ne sais pas moi, on pourrait se fixer un début à 5 ou 10 pourcents, pourquoi pas? Sur le long terme cela rééquilibrerait un peu la montée des inégalités.
    Délinquance, drogue, et autres fléaux : Comment se fait-il qu’on n’arrive pas à donner du travail à tout le monde? C’est pourtant si simple d’inventer du travail utile. Au lieu de cela qui décide? Les plus riches, et l’industrie du luxe a le vent en poupe.
    Bon je vais m’arrêter là pour aujourd’hui, car des idées j’en ai encore pas mal, mais je me réserve le droit de reproduire ce commentaire (et peut-être ta question) dans mon futur livre.
    Je ne sais pas si tu vas pouvoir lire tout cela, J-J, mais si tu le fais, merci, et bravo, je n’aurai pas écrit pour rien.
    Jean-David Roth, à Genève. 2019 05 18

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 21:29h, 17 mai Répondre

      Tu n’as pas écrit pour rien, Jean-David. Le temps me manque pour commenter… ton commentaire.
      Juste deux ou trois éléments…
      La Vie des Maîtres est revenu sur ma table de chevet depuis deux mois…
      Je ne veux pas être le maître du monde, et je ne veux même plus changer ou sauver le monde. Je veux juste aider ceux qui le veulent à reconnaître qu’ils font partie d’un monde parallèle (ce que j’appelais la communauté des créateurs de nouvelle culture). Qu’on ne soit plus dans la croyance que la SEULE réalité, c’est celle que nous balancent les médias à longueur d’année…
      Quant à l’édition des commentaires, si tu lis bien au-dessus de ces commentaires, je conseille effectivement ceci : Petite précaution : enregistrer régulièrement votre texte pour ne pas tout perdre.
      Conversation à suivre…

  • Catherine
    Publié le 19:32h, 17 mai Répondre

    Ayant fait une formation avec toi, il est temps maintenant que j’ai appris à pêcher d’accommoder le poisson à ma façon pour qu’ il soit le meilleur possible.

  • Eve
    Publié le 19:09h, 17 mai Répondre

    Dans une vie nous traversons tous ou presque une crise, des doutes et le sentiment d’être seul . En fait la force dans ces moments là est de savoir comment avancer. Chacun trouvera une motivation si égoïste qu’elle soit le principal étant de se sentir en paix . Trouver sa place dans la société n’est pas dans ces moments de trouble la préoccupation première. Ensuite pour ma part j’ai compris que dans les personnes que je rencontrais quelque chose qui me ressemblait car nous vivons tous les mêmes douleurs, les mêmes joies aussi. Chacun à sa façon, chacun avec une compréhension différente. On ne peut avancer que si on comprend pourquoi on est seul maître de sa vie, que personne ne pourra faire mieux pour nous que ce que nous sommes capables de réaliser. Je préfère avancer par moi même, connaitre mes faiblesses et savoir que personne ne fera mieux que moi en ma place.J’ai appris de mon passé qui ne m’a pas épargnée, mais c’est grâce à ces souffrances que j’ai aujourd’hui un regard bienveillant sur l’autre. Il m’a sorti de ma bulle de confort et d’insouciance pour être . Sommes nous réellement maître de notre destin ou sommes nous programmés pour évoluer est la question qui m’interroge bien que finalement ce n’est pas tellement important d’y avoir une certitude. J’en aurai certainement la réponse après, quand mon esprit sera moins humain et plus éthéré .

  • Josseline zonzon
    Publié le 18:36h, 17 mai Répondre

    Bonsoir , tout ce cheminement que vous traverser en ce moment est je le crois ce qui arrive à tout un chacun . Je suis aussi dans la réflexion de ma vie , du bien fondé de mes actes . Je trouve du bonheur à faire ce que je fais professionnellement même si parfois le doute s’installe et l’envie De changer de cap pointe son nez . Aimer la vie est primordial , aimer ses doutes ses déboires ses petits bonheurs , tout cela je le vis , je l’accepte … la vie est belle , la prendre comme elle est . Mes expériences de vie bonnes ou moins bonnes me font avancer , sans amertume , car accepter est mon leitmotiv.. j’ai la chance de vivre dans une île magnifique ensoleillée avec une nature qui me redonne la force quand je m’affaiblis..
    Voilà , j’aime rire, me moquer de moi même et parfois des autres .. vivre tout simplement .bonne continuation dans l’amour de la vie

  • Sylvie
    Publié le 18:24h, 17 mai Répondre

    Je suis reconnaissante envers tous les gens pénibles que j’ai rencontrés dans ma vie. Ils m’ont exactement qui je ne voulais pas être
    Notre plus grand défi est de cesser de juger tout ce qui est négatif ou positif…
    Ne regrette jamais d’avoir connu une personne dans ta vie!
    Car les bonnes personnes te donnent du bonheur, les mauvaises personnes te donnent de l’exprience et les plus méchantes te donnent une leçon.
    Dans tous les cas, tu gagnes quelque chose et tu ne peux jamais être perdant, car dans la vie tant que tu apprends tu es gagnant. Tout le monde ne comprendra pas ton chemin. De toute façon tu es ici pour vivre pas pour l’expliquer.

  • siriafrik
    Publié le 18:21h, 17 mai Répondre

    Bonsoir,
    Je suis vraiment heureuse de voir dans quelle direction va votre action, c’est extrêmement important car j’ai l’impression que le monde se délite et qu’il n’y a pas d’autres alternatives que de subir. Je suis parfois optimiste du fait des personnes que je vois j’entends qui prennent soin d’elles et des autres à d’autres moments je suis totalement déboussolée d’entendre ce qui se passe dans le monde et dans mon pays. Ma plus grande douleur est d’être la « victime » de toutes ces informations et nouvelles et le cours sur les manipulations me parle. J’ai aussi ce besoin d’être en lien avec des personnes qui proposent des actions et des réseaux de soutien. J’ai eu une conversation avec un ami que je n’ai pas vu depuis des années et j’ai été horrifiée de voir comment il s’enfonce dans la maladie comme si c’était inéluctable et comme il l’a dit « a partir de 63 ans on se déglingue, c’est ainsi ». Il y croit dur comme fer. C’est un poète, un écrivain et j’avais envie de hurler : « regarde la vie, ne regarde pas les semeurs de morts ». Donc ma question était mais toi en quoi tu te laisses prendre dans les filets de la consommation, de la peur. Oui j’ai besoin d’agir sur plusieurs sphère de ma vie…Merci de cette proposition et de perspectives d’agir avec d’autres…

  • Nadia
    Publié le 18:18h, 17 mai Répondre

    Jean-Jacques,

    Merci de nous donner de vos nouvelles.
    J’ai beaucoup de respect pour vous et lorsque j’ai découvert vos vidéos je traversais (traverse toujours) moi-même une crise longue et pleine d’incertitude sur la manière de conduire ma vie. C’est pour cela que je vous écris.

    Dans votre lettre du 18 mai 2019, vous dites la chose suivante : « Mais je sais, par expérience personnelle et professionnelle, que cette liberté, cette conscience et cette responsabilité ne nous sont pas données à la naissance sur un plateau. Et elles ne sont favorisées ni par notre éducation, ni par notre culture, ni par nos religions. »

    Je suis d’accord sur les deux premiers, l’éducation est loin d’être parfaite et la culture est parfois injuste ou déséquilibrée. Mais que vient faire la religion là-dedans? Pour moi, la religion a été d’une grande aide. Je suis musulmane et je puise dans le Coran et la vie du Prophète Muhammad toutes les choses dont vous parlez déjà dans vos vidéos, sur la façon de se nourrir, de vivre avec les autres…. Je pourrais dire que durant ma crise, je me suis « convertie » pour la deuxième fois de ma vie à ma religion, la première fois à 17 ans. Conversion ou approfondissement… je ne sais pas.

    Je pense que l’être humain n’est pas parfait et qu’il peut vous trahir mais le Bon Dieu, jamais.

    Peut-être est-ce pour cela que je me sens plus confiante maintenant.

    Il ne faut pas dire à vos auditeurs que la religion est mauvaise… Peut-être n’est-ce pas ce que vous avez voulu dire mais je souhaiterais dans ce cas que vous me précisiez votre pensée…

    J’aime bien votre travail qui m’a permis pendant un moment de ma crise n°2 à compléter mon cheminement. J’espère que vous me répondrez même si je sais que vous avez sans doute peu de temps pour le faire.

    Bon courage dans vos projets,

    Amicalement,

    Nadia

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 21:18h, 17 mai Répondre

      Bonjour Nadia,
      Merci d’avoir pris le temps de m’interpeler sur cette question des religions…
      Ce que je voulais dire, c’est que, très souvent, les religions sont devenues des instruments de pouvoir et de contrôle des fidèles. Heureusement, il existe des êtres comme vous qui sont capables de retirer les messages essentiels de la religion, sans être encombré et brimé par toute la hiérarchie religieuse… Moi aussi, mon parcours dans l’Église catholique a été très libérateur, parce que j’ai été capable de distinguer le message initial de l’évangile de la morale emprisonnante créée par la hiérarchie ecclésiale plus tard… Vous vous référez directement au Coran, et ça me paraît être une voie qui respecte votre liberté…
      J’espère être plus clair ainsi…

  • Marie-Anne
    Publié le 18:06h, 17 mai Répondre

    Quel plaisir de recevoir de vos nouvelles après ce long silence et ravie de constater que cette crise, dont vous nous parlez si honnêtement et que nous sommes nombreux à traverser, a sans doute été nécessaire pour déboucher sur de nouveaux projets porteurs d’espoir pour nous tous! A très bientôt donc pour vous suivre dans cette voie 🙂

  • Gen
    Publié le 17:58h, 17 mai Répondre

    J’ai toujours eu beaucoup de plaisir et de gratitude pour les formations offertes ou les capsules YouTube. Je trouve cela intéressant d’élargir les champs d’intérêts puisque je m’intéresse déjà à la nature et l’impact de l’activité humaine. J’ai très hâte d’en savoir plus.