Vie consciente #16 : Je suis en crise (II) – Mon coming out spirituel…

20 Sep Vie consciente #16 : Je suis en crise (II) – Mon coming out spirituel…

Ce texte a été envoyé le jeudi 20 septembre 2018 à l’ensemble des abonnés de ma liste sous forme de courriel. C’est un texte capital qui annonçait un virage important dans les activités de la plateforme d’Émergences. Lisez-le et partagez vos commentaires au bas de cet article.

Dans ce courriel, je vais continuer à te parler de moi… À cœur ouvert, en toute transparence. Et en contact avec toute la fragilité que je ressens depuis ces vingt mois de crise que j’ai traversés (et dont je suis en train de sortir lentement).

C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de continuer de te tutoyer… Car je pressens que nous avons tous besoin de plus de proximité et de solidarité dans ce monde de plus en plus isolationniste…

Trois semaines… Trente-deux heures. C’est le temps qu’il m’a fallu pour accoucher du texte de ce deuxième « courriel de crise ».

Personnellement, j’ai adoré cette expérience d’écriture qui m’a permis d’accoucher, au fur et à mesure, de ce que je portais au plus profond de moi… J’espère que mes mots pourront trouver une résonance à l’intérieur de toi et rejoindre certains de tes questionnements…

Je vais te parler de moi pour :

  • te dire ce que mon premier courriel a mis en mouvement auprès de celles et ceux qui m’ont lu ;
  • répondre à quelques questions légitimes qui m’ont été posées ;
  • faire mon coming out spirituel, en te dévoilant ma vision du monde dans lequel je voudrais vivre et œuvrer ;
  • t’annoncer ce que je veux faire avec ta collaboration, concrètement

Ce courriel est long, je le sais. Mais en lisant ce qui suit, tu comprendras pourquoi j’ai mis trois semaines à l’écrire…

 

CE QUE MON PREMIER COURRIEL A MIS EN MOUVEMENT

J’ai envoyé mon premier courriel intitulé « Je suis en crise (Partie I : Mes motivations) le lundi 27 août dernier. Si tu ne l’as pas lu, clique sur ce lien pour y accéder. Et j’invitais mes interlocuteurs à me partager la résonance que mes propos trouvaient à l’intérieur d’eux.

JAMAIS, je n’aurais imaginé recevoir autant de (longs) messages de votre part. Rien que sur mon blog, 805 messages m’ont été adressés en trois semaines (600 la première semaine), messages que j’ai tous lus intégralement (j’y ai passé des jours entiers). Plus de 250 messages m’ont été laissés par mes étudiants sur la plateforme d’Émergences-Formations. Et près de 1.200 courriels ont été envoyés à mon support clientèle (malgré le fait que je vous avais demandé de ne pas répondre au courriel, mais de laisser vos commentaires sur mon blog)…

Et je t’assure, , que ça me confirme encore davantage dans ma détermination à avancer là où mon cœur me dicte de m’engager…

Ce que j’ai ressenti dans ces centaines de messages qui m’étaient adressés, c’est que je ne suis pas seul à me poser des questions. En réalité, nous ne sommes pas seuls à remettre en question le modèle de société qui nous est proposé (ou imposé). Nous ne sommes pas seuls à aspirer à un autre monde, plus juste, plus humain, plus solidaire.

En fait, j’ai senti que vous êtes des milliers (ne fût-ce que dans mon modeste réseau de contacts) à vouloir bouger et à vouloir faire une différence positive dans le monde.

Et c’est bien de cela dont je veux t’entretenir aujourd’hui, en ayant décidé de faire mon coming out spirituel… Comment faire une différence positive dans un contexte planétaire de plus en plus complexe ?

 

MAIS AVANT CELA, QUELQUES PRÉCISIONS POUR ÉVITER TOUT MALENTENDU…

Vous avez été des dizaines à me poser des questions très légitimes, questions parfois mêlées d’angoisse, de méfiance ou de suspicion.

Sache que toutes ces questions sont légitimes, et je tiens à y répondre en totale honnêteté et transparence vis-à-vis de toi !

AI-JE L’INTENTION D’ABANDONNER MA VOCATION DE FORMATEUR-ACCOUCHEUR ?

——————————————————————————————————————————————————

À cette question, je réponds sans équivoque : NON, je n’ai pas l’intention d’abandonner cette vocation qui est la mienne depuis près de 30 ans.

Je ne change donc rien aux dates que nous avions programmées il y a six mois pour les prochains lancements prévus cet automne, lancements dont je te tiendrai au courant, si tu le désires…

AI-JE L’INTENTION DE ME DÉTOURNER DU DÉVELOPPEMENT PERSONNEL ?

—————————————————————————————————————————————

Pour moi, la question ne se pose même pas, car je n’ai jamais fait de développement personnel. Si tu me suis depuis un certain temps, tu as certainement remarqué que je présente ma démarche comme une démarche de « croissance individuelle » (ce que Jung appelait un processus d’individuation).

La différence fondamentale, c’est que la croissance individuelle t’encourage à devenir un être complet qui reconnaît et accepte ses dimensions d’ombre comme ses dimensions de lumière (j’aurai l’occasion d’écrire bientôt un article sur ce sujet qui me tient à cœur depuis très longtemps).

Alors que le développement personnel nous amène trop souvent à nous replier sur nous, la croissance individuelle nous encourage à nous reconnecter à notre réalité profonde, et du coup à nous relier aux autres et à la nature qui nous environne…

EST-CE QUE TOUTE CETTE COMMUNICATION N’EST PAS UNE NOUVELLE STRATÉGIE MARKETING ?

——————————————————————————————————————————————————————————

Là aussi, ma réponse est sans équivoque. Je continuerai de vendre les programmes de formation diffusés par la plateforme d’Émergences comme je l’ai fait ces dernières années. Je n’ai donc pas besoin de me déclarer en crise pour le faire…

Par contre, comme tu le comprendras en lisant la suite de ce courriel, ma crise m’amène à m’engager dans de nouvelles voies (complémentaires aux formations) qui n’ont plus grand chose à voir avec une activité commerciale et lucrative.

L’enjeu, pour moi, c’est de renouer avec des valeurs que je porte depuis l’âge de quinze ans : des valeurs humanitaires, des valeurs de justice sociale et de solidarité, des valeurs écologiques et spirituelles. Et de mettre au service de ces valeurs mes structures organisationnelles, mes compétences et mes ressources.

AI-JE L’INTENTION DE CRÉER UN MOUVEMENT INTERNATIONAL DE CHANGEMENT SOCIAL DONT JE SERAIS LE LEADER ?

————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Ici aussi, je voudrais lever une ambiguïté ! Je ne veux pas changer le monde. Je veux simplement contribuer à créer un autre monde… Un autre monde qui pourrait très bien cohabiter avec les multiples mondes qui existent déjà sur cette planète… Et c’est ce que je veux te partager dans mon coming out spirituel…

Par contre, si cet autre monde veut avoir des chances de s’épanouir et d’avoir un impact significatif sur la qualité de nos vies, il est impératif que sa structure s’apparente à un réseau interconnecté de groupes d’action locale, sans leader, sans organisation centralisée, sans idéologie…

 

MON COMING OUT SPIRITUEL…

En septembre 2017, alors que je dialoguais avec mon ami Olivier Clerc, celui-ci me recommande la lecture (comme il le fait très souvent) d’un livre qu’il vient de découvrir… Ce livre s’intitule « Le coming out spirituel — Parce qu’il existe une autre réalité que celle qu’on nous propose ou nous impose », écrit par Laurence Baranski.

Avant même d’avoir lu ce livre inspirant (je ne l’ai lu qu’au mois d’août de cette année), j’ai ressenti une grande résonance avec le sous-titre de ce livre : « Parce qu’il existe une autre réalité que celle qu’on nous propose ou nous impose ».

Et pour moi, c’est bien ça tout l’enjeu de ma crise. Et probablement de notre crise…

JE NE ME RECONNAIS PLUS DANS CETTE RÉALITÉ QU’ON NOUS IMPOSE

——————————————————————————————————————————

Je ne sais pas si tu partages ma vision, . Mais personnellement, je ne me reconnais vraiment plus dans ce qu’on me présente comme étant la « Réalité ».

Quand je dis « qu’on me présente », je parle du discours dominant qui est omniprésent dans nos sociétés. Ce discours véhiculé par l’immense majorité des politiques, des médias et des grandes entreprises et qui tente — tant bien que mal — d’engloutir nos consciences dans une pensée unique, dans un prêt-à-penser qui nous dispense de tout esprit critique…

Depuis trente-six ans, j’ai décidé de ne pas avoir de télévision connectée à une antenne, à une parabole ou à un câble. Pour protéger mon esprit critique, pour préserver mon intégrité psychologique et spirituelle, pour exposer le plus tard possible mes enfants à tout ce déferlement de nouvelles négatives, déprimantes, débilitantes, réductrices qui lobotomise nos consciences…

Malgré tout, certaines informations finissent par me parvenir, au hasard des conversations ou de mes recherches sur Internet.

Et je t’avoue que je n’accepte plus qu’on ne nous présente toujours que la même conception du monde. Comme s’il n’existait que cette réalité-là !

  • Je n’accepte plus qu’on essaie de me maintenir dans un sentiment de peur et d’impuissance en me parlant sans cesse des guerres, des attentats, des meurtres, des catastrophes…
  • Je n’accepte plus qu’on me prenne pour un con en me faisant croire que pour sortir de la crise, la seule solution, c’est de relancer la croissance économique…
  • Je n’accepte plus que les vrais problèmes écologiques soient systématiquement éludés par souci de préserver la compétitivité des multinationales et la supériorité des pays développés…
  • Je n’accepte plus qu’on m’impose la dictature de la médecine conventionnelle et de la vaccination comme seuls moyens d’éradiquer les maladies…
  • Je n’accepte plus qu’on autorise les industries agro-alimentaires à détruire l’équilibre de la biosphère et la santé de l’être humain pour soi-disant nourrir la planète…
  • Je n’accepte plus qu’on me présente le système démocratique comme le seul système politique possible alors que les élus censés nous représenter sont de plus en plus impuissants à défendre nos droits les plus élémentaires…
  • Je n’accepte plus qu’on massacre l’intelligence des enfants en faisant de leur scolarité un conditionnement social et une préparation à la soumission…
  • Je n’accepte plus qu’on réfute systématiquement tout ce qui n’est pas « scientifiquement démontré », comme si la seule réalité était celle qu’on peut mesurer matériellement…
  • Je n’accepte plus qu’on cherche à me faire croire que l’approche et les valeurs dites masculines sont les seules à pouvoir gérer et sauver le monde…

Je pourrais poursuivre cette énumération encore longtemps. Mais je m’arrête là, car ce que j’ai à te dire est bien plus important.

J’AI ÉTÉ PIÉGÉ PAR LE CONCEPT DE VILLAGE GLOBAL !

—————————————————————————————————

Pendant longtemps, j’ai moi-même été piégé par une croyance répandue très largement au sein de la population mondiale.

Cette croyance dit qu’il n’y a qu’un seul monde et qu’en tant qu’êtres humains, nous appartenons à ce monde unique. Ce que Marshall McLuhan appelait « le village global ».

Pire.

Cette croyance sous-entend qu’en tant qu’êtres humains, non seulement nous appartenons à ce monde unique, mais que nous DEVONS y adhérer et nous DEVONS nous reconnaître en lui !

Sans cela, on nous fait croire que nous sommes condamnés à être des marginaux, des parias, des exclus de la société…

Ça te parle, ça,  ?

Tu n’as jamais eu ce sentiment d’être marginal(e) ? D’être « inadapté(e) ? De sentir que tu n’appartiens pas à ce monde ? Et que tu t’y reconnais de moins en moins, au fur et à mesure que le temps avance ? De te sentir perdu(e), à la dérive… 

Toutes ces impressions proviennent de ce concept de « village global » et de « monde unique ». Comme si nous n’avions pas d’autre alternative que d’être DANS le monde ou d’être HORS du monde.

Pourquoi dis-je que cette croyance est un piège ? Pour plusieurs raisons…

  • Tout d’abord, comme nous portons tous en nous un instinct grégaire qui nous pousse à rester à l’intérieur du troupeau (pour survivre et échapper aux prédateurs), nous avons accepté cette idée implicite qu’il fallait, tant bien que mal, nous adapter à ce monde unique (ce village global) et y trouver une place pour bénéficier d’une part du gâteau (aussi minime soit-elle) ;
  • Ensuite, ce monde étant présenté comme la seule possibilité, si nous ne nous reconnaissons pas dans les valeurs qu’il véhicule, la tentation est grande de nous en désinvestir, de le fuir et de nous réfugier dans des démarches spirituelles ou de développement personnel… L’alternative étant de se replier sur soi, dans son petit cocon, dans son petit cercle de relations, devant son petit poste de télévision… ce qui fait le jeu des puissants.
  • Inversement, si nous ne nous reconnaissons pas dans les valeurs de ce monde, comme nous croyons qu’il n’y en pas d’autre, nous pourrions nous engager dans un combat de David contre Goliath CONTRE ce monde. Mais en luttant activement CONTRE lui, nous le nourrissons de notre énergie au lieu d’utiliser majoritairement celle-ci à créer ce nouveau monde auquel nous aspirons.

Mais un jour, je me suis réveillé de ma torpeur pour me rendre compte que ce concept de village planétaire était un leurre pour mieux nous maintenir en esclavage. Car que sommes-nous, si ce n’est des esclaves au service des puissants de ce monde ?

Je me suis réveillé de cette transe qui me faisait croire qu’il ne pouvait exister qu’un seul monde sur notre planète. Et que le but du jeu était d’obtenir la meilleure place possible dans ce monde…

IL EXISTE UNE MULTITUDE DE MONDES SUR LA PLANÈTE TERRE

———————————————————————————————————————

Je me suis réveillé de cette croyance et j’ai découvert qu’il existait une multitude de mondes sur cette Terre. Mais que le monde auquel j’aspirais ne m’était pas visible. Et qu’il était temps de le révéler…

Parmi cette multitude de mondes, je pense au monde de ceux qui roulent en Harley-Davidson… Ils sont plus d’un million dans le monde (c’est la plus grande communauté de marque au monde). Ils ont créé LEUR monde, LEUR communauté. Globalement, ils ont leurs lois, ils partagent les mêmes valeurs, ils ont leurs codes, ils ont leurs rassemblements, ils ont leurs revues. Ils sont fédérés, organisés, réunis.

Ce monde, même s’il existe, ressemble peu à la description du fameux village global…

Le constat est similaire pour le monde des chasseurs qui sont plus de dix millions, rien qu’en Europe. Je pense également aux différentes mafias qui gangrènent la Terre, chaque mafia ayant ses propres lois et ses propres codes.

Je pourrais poursuivre mon énumération avec de multiples exemples de mondes organisés ayant leurs propres lois et leurs propres codes, mais tu as compris où je voulais en venir.

Chacun de ces mondes existe, sans beaucoup de communication les uns avec les autres et sans beaucoup de valeurs communes avec le village global…

La bonne nouvelle dans tout cela, c’est que l’existence de tous ces mondes prouve de facto que le concept de village global est une illusion.

Cela signifie également que nous ne sommes plus obligés de nous soumettre à la pensée unique et au discours dominant qu’on cherche à nous imposer comme la seule norme possible et acceptable depuis des décennies…

Cela signifie enfin que rien ne nous empêche de créer, nous aussi, NOTRE propre monde, avec ses lois, ses codes, ses rituels et ses valeurs.

Le paradoxe étonnant, comme tu le verras dans les sections qui suivent, c’est que nous sommes des millions à ne plus nous reconnaître dans le modèle véhiculé par le discours dominant. Nous sommes des millions à porter au plus profond de nous des valeurs respectueuses de la vie sous toutes ses formes… Pourtant, malgré la multitude que nous sommes, nous nous sentons isolés. Et notre besoin de connexion et d’appartenance à un monde qui nous corresponde n’est pas nourri…

C’est ici que je t’invite à changer ton regard sur la réalité… Sur d’autres réalités qui existent déjà ! Mais qui semblent invisibles pour ceux qui ne peuvent les voir !

L’ÉMERGENCE D’UN NOUVEAU MONDE : LES CRÉATEURS DE NOUVELLE CULTURE

————————————————————————————————————————————————

Plusieurs études à grande échelle semblent reconnaître notre identité spécifique et l’existence d’un immense mouvement en résonance avec nos valeurs.

Je pense entre autres à cette étude qualitative (basée sur des interviews) menée aux États-Unis dans le courant des années 1990. Cette étude menée par le sociologue américain Paul Ray et par la psychologue américaine Sherry Anderson a mis en évidence l’existence d’un vaste groupe socio-culturel qui se trouverait à la pointe du changement social…

Ce groupe a été baptisé par Paul Ray et Sherry Anderson les «cultural creatives », traduit en français par « créatifs culturels » ou par « créateurs de nouvelle culture ». Des études similaires ont été menées dans d’autres pays (comme la France et la Belgique) et arrivent aux mêmes conclusions : il existe bel et bien un nouveau groupe de personnes qui se reconnaissent dans quatre axes de valeurs et qui les mettent en pratique :

  • l’ouverture aux valeurs féminines (place des femmes dans la sphère publique, question de la violence faite aux femmes, reconnaissance du principe féminin chez les hommes…)
  • l’intégration des valeurs écologiques et du développement durable (avec un intérêt pour l’alimentation biologique et les méthodes « naturelles » de santé)
  • l’implication sociétale (implication individuelle et solidaire dans la société)
  • la croissance personnelle (avec une dimension spirituelle et un intérêt pour les nouvelles formes de spiritualité, l’idée étant : « Connais-toi toi-même si tu veux agir sur le monde »).

En 2008, Paul Ray a réalisé un nouveau sondage national aux États-Unis avec l’objectif d’actualiser les données présentes sur les Créatifs Culturels. Les résultats indiquent que les Créatifs Culturels composeraient désormais (en 2008) 34,9 % de la population nord-américaine adulte, soit 80 millions de personnes. Ces résultats indiquent également que les Créatifs Culturels représenteraient désormais entre 33 et 37 % de la population adulte d’Europe de l’Ouest et du Japon, soit une moyenne de 35 %.

En clair, tu fais probablement partie (comme moi) de ce tiers de la population adulte des pays occidentaux (aucune donnée n’existe actuellement pour les pays d’autres continents).

UN TIERS DE LA POPULATION ADULTE !!!

Tu te rends compte ???

Nous sommes plus nombreux que les motards qui roulent en Harley-Davidson. Nous sommes plus nombreux que les chasseurs du monde entier. Nous sommes plus nombreux que les membres de toutes les mafias du monde.

Et pourtant, nous nous sentons marginaux. Nous nous sentons inadaptés. Nous nous sentons seuls et isolés… Selon moi, c’est parce que nous n’avons pas NOTRE MONDE. Nous ne sommes pas fédérés, nous ne nous sentons pas connectés. Ou pas suffisamment…

Tout cela parce que ce en quoi nous croyons n’est pas diffusé par le mégaphone assourdissant des médias de masse…

L’ÉMERGENCE D’UN NOUVEAU MONDE : LE PLUS GRAND MOUVEMENT DU MONDE

—————————————————————————————————————————————————

Une autre étude à laquelle je pense est celle menée par Paul Hawken, environnementaliste américain, homme d’affaire, auteur d’ouvrages très inspirants et activiste engagé dans diverses causes humanitaires. Cet homme extraordinaire et très touchant a publié en 2007 un livre intitulé « Blessed Unrest – How the Largest Movement in the World Came into Being and Why No One Saw It Coming » (non traduit en français, malheureusement) qu’on pourrait traduire par : « Troubles bénis – Comment le plus grand mouvement du monde a vu le jour et pourquoi personne ne l’a vu arriver ».

Dans ce livre, Hawken soutient qu’il s’est formé depuis quelques décennies un vaste « mouvement sans nom » constitué de plusieurs centaines de milliers d’organisations environnementales, sociales et de défense des droits des autochtones (au moment de la sortie de son livre, il avait répertorié pas moins de 125.000 organisations à travers le monde).

Lors d’une intervention qu’il faisait en 2008 à l’occasion d’un séminaire international, il déclarait ceci (son allocution complète peut être visionnée sur YouTube en cliquant sur ce lien) :

« Je crois profondément que nous faisons tous partie d’un mouvement plus important, plus profond et plus large que ce que chacun d’entre nous peut percevoir. Il évolue sous le radar des médias traditionnels. Il est non-violent, vient du terrain, ne possède pas d’armée ni d’hélicoptères. Il n’a pas d’idéologie centrale, un homme vertébré n’est pas à sa tête, ce mouvement anonyme est le plus diversifié que le monde ait jamais connu. Le mot même de mouvement est trop étriqué pour le définir. Personne ne l’a initié, personne ne le dirige. Il n’est pas régi par une orthodoxie, il traverse toutes les classes sociales, est global, inquantifiable, infatigable.

Il a émergé spontanément de multiples secteurs économiques et culturels, de différentes régions, de différents groupes de personnes. Il se répand dans le monde entier. Il a de nombreuses racines, mais vient principalement des cultures indigènes (autochtones) et des mouvements engagés pour l’écologie et la justice sociale. Ces trois secteurs et leurs subdivisions s’entremêlent, se transforment et grandissent. Il ne se préoccupe plus uniquement des ressources naturelles ou des injustices. Fondamentalement, il s’agit d’un mouvement pour les droits civiques, pour les droits humains, un mouvement démocratique : c’est le nouveau monde qui vient ! »

Actuellement, le nombre d’associations et d’organisations composant ce mouvement « invisible et silencieux » est évalué à plus d’un million à travers le monde !

PLUS D’UN MILLION D’ORGANISATIONS À TRAVERS LE MONDE QUI ŒUVRENT POUR PLUS DE RESPECT DES HUMAINS ET DE LA VIE SOUS TOUTES SES FORMES !

Encore une fois, tu te rends compte de ce que ça représente ?

Et comme le souligne Paul Hawken dans une autre de ses interventions : même si elles œuvrent toutes pour la promotion des mêmes enjeux, chaque organisation a des valeurs et des objectifs différents. Et pourtant, elles vivent en paix et sans conflit. Pourquoi, d’après lui ? Parce qu’aucune idéologie, aucune orthodoxie ne sous-tend ce mouvement…

Personnellement, je pense que ce qu’il soulève est une clé absolument essentielle. Tout système idéologique génère obligatoirement des divisions, des conflits, des guerres (pense aux dégâts engendrés par le marxisme, le nazisme, le capitalisme, le libéralisme et toutes les religions de ce monde : à chaque fois, ce sont des millions de morts engendrés au nom de la vérité idéologique !)…

 

ET MAINTENANT, QUE VAIS-JE FAIRE ?

Au terme du présent courriel, je pourrais résumer mon cheminement de pensée en affirmant :

  • que je ne me reconnais plus dans cette réalité qu’on nous impose comme étant la seule possible et acceptable ;
  • que je reconnais que j’ai été piégé moi-même par cette croyance qu’il n’existait qu’un seul monde et que si je voulais mieux vivre, il fallait que je le fuie ou que je le combatte ;
  • qu’il existe en réalité une multitude de mondes parallèles qui ont défini leurs propres lois et leurs propres codes, indépendamment de la pensée dominante qui cherche à coloniser nos consciences ;
  • que nous sommes des millions d’individus à partager les valeurs des créateurs de nouvelle culture et qu’il existe des dizaines de millions d’individus engagés dans des organisations qui œuvrent en faveur du respect de l’humain et du vivant, mais que nous nous sentons isolés et marginaux parce que le discours dominant ignore nos valeurs et nos actions.

Ce que ma crise existentielle m’a amené à réévaluer, ce sont les points suivants :

  • que nous n’avons plus d’énergie à dépenser, dans un premier temps, à lutter contre le monde de l’élite mondiale qui est entré, de toute façon, dans un processus d’autodestruction accéléré ;
  • que nous n’avons pas besoin de créer un nouveau monde qui serait porteur de nos valeurs, puisque ce monde existe déjà (et ça, c’est plutôt une bonne nouvelle : il suffit d’éteindre son poste de télévision et de regarder autour du soi pour s’apercevoir que des millions d’initiatives quotidiennes prennent déjà soin de l’humain et du vivant – simplement, ni les médias, ni nos leaders n’en parlent) ;
  • que nous avons par contre besoin de nous reconnaître entre nous, que nous avons besoin de retisser des ponts, des connexions, des solidarités entre nous. Il est urgent d’après moi que nous prenions soin de notre besoin d’appartenance à ce monde auquel nous aspirons, pour ne plus nous sentir seuls et impuissants ;
  • qu’il est nécessaire de nous réunir davantage pour rêver ensemble de ce qui devrait être entrepris à l’échelle de nos villages, de nos quartiers, de nos communautés, de nos régions ;
  • que nous devons nous engager à reprendre nos destinées en main, sans attendre que nos gouvernements améliorent nos conditions de vie ou reconnaissent ce qui donne du sens à notre existence ;
  • qu’il sera nécessaire de nous fédérer et d’agir de manière coordonnée pour stopper les logiques qui annihilent l’intégrité et l’autonomie des êtres humains, qui détruisent l’équilibre des écosystèmes, qui bafouent les droits fondamentaux de tout être vivant. Ce combat, il faudra le mener avec des armes qui s’appellent la vérité, la transparence, la fermeté et le respect inconditionnel de la vie.

Dans mes prochains courriels à venir, j’aimerais te divulguer comment j’aimerais mettre mon expérience, mes compétences et mes ressources au service de ce processus que je ressens comme nécessaire… J’aimerais te révéler les premières étapes que j’aimerais mettre en œuvre pour favoriser l’émergences de ces liens de solidarité, de partage et de respect.

Mais tu devines que si je t’en parle, c’est parce que je veux t’inviter à être co-créatrice et co-créateur de ce monde que nous méritons… Et je t’inviterai régulièrement à nous donner ton avis et à t’engager dans cette aventure qui s’annonce, dès à présent, comme passionnante…

Dans cet esprit, je t’invite déjà à te poser les questions qui suivent et à me partager tes réponses sous cet article, dans ce blog :

  • Quel est le monde dont tu rêves,  ?
  • Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?
  • Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?

Je suis impatient de te lire et de m’inspirer de tes réponses pour poursuivre la conversation avec toi !

Cordialement et fraternellement…

Jean-Jacques Crèvecœur

LAISSEZ VOS COMMENTAIRES, VOS QUESTIONS, VOS TÉMOIGNAGES

Mon vœu le plus cher, c’est que vous laissiez, sous cette page, comment ce texte a trouvé une résonance chez vous. Pour que les autres visiteurs de ce blog soient nourris à leur tour, non seulement par mes propos, mais aussi et surtout par vos apports.

PETITE ASTUCE POUR PUBLIER VOTRE MESSAGE DANS DE BONNES CONDITIONS

Pour publier votre message, rendez-vous juste sous ce petit texte. Il arrive parfois que le site se coupe quelques secondes, faisant disparaître tout votre texte alors que vous êtes en pleine rédaction. Petite précaution : enregistrer régulièrement votre texte pour ne pas tout perdre. Une fois que vous avez rédigé votre texte, vous devez obligatoirement laisser votre nom (ou votre pseudonyme), votre adresse courriel (qui ne sera pas publiée), mais vous devez aussi répondre à une question de simple calcul, en inscrivant la réponse du calcul en chiffre ! Ce petit dispositif a été installé afin de vérifier que vous n’êtes pas un robot venant polluer mon blogue.

ATTENTION : Votre commentaire ne sera pas publié immédiatement si c’est la première fois que vous publiez un commentaire sur ce blog. Il devra être lu et validé par nos soins avant d’apparaître (ce n’est pas de la censure, mais de la lutte anti-spam, anti-publicité et anti-robot). Donc, pas d’inquiétude à avoir ! Juste un peu de patience…

Écrire un commentaire

Veuillez résoudre *

482 Commentaires
  • Carole MARTIN
    Publié le 09:39h, 02 décembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques, bonjour à tous,
    Ton message est resté en arrière-fond dans mes réflexions. Je ne serai pas très longue car ….. je n’ai plus tellement de rêves, mais je pense effectivement qu’il y a à s’activer pour initier une, des réalités différentes. Je ne suis pas tellement dupe de ce qu’ON espère (venant de l’extérieur), et qu’ON est pas capable de faire vivre (venant de l’intérieur). Aussi les valeurs de base que je trouverais intéressantes de remettre à l’œuvre seraient, pour commencer : la qualité – dans ce que nous pensons, réalisons, construisons, fabriquons, échangeons, etc – et le courage – dans nos choix, nos décisions, nos confrontations, nos relations, etc. –
    Il me semble que la mise en œuvre quotidienne de ces deux valeurs pourraient déjà, à elles seules, initier de grands changements, à partir de chacun.
    Ce que je fais, moi ….. simplement, mais avec constance et patience, proposer et accompagner l’éducation au corps sensible, au respect de son corps vivant – et ça n’est pas de la tarte !

  • Sandra
    Publié le 16:34h, 13 novembre Répondre

    Bonsoir,
    Je ne pense pas avoir répondu en septembre et je suis inspirée maintenant. Je rêves d’un monde où tout le monde se respecte et fais de son mieux. Les valeurs de tolérance, de respect et de gentillesse sont celles que j’applique au maximum au quotidien. Ma contribution pour l’instant c’est déjà de l’appliquer au max avec mes proches et les personnes que je peux côtoyer dans mon travail.
    Merci encore pour vos messages.

  • Monique Gauthier
    Publié le 14:08h, 05 novembre Répondre

    – Monde dont je rêve: celui où l’amour ne sera plus seulement un mot que l’on sert à toutes les sauces, mais un état, une façon de vivre. À mon niveau, en tant que membre de la communauté humaine, il m’appartient de faire ce qu’il faut pour y arriver.
    – Valeurs: conscience, authenticité, humilité, accueil, courage
    – Contribution: GROS TRAVAIL d’ouverture aux « autres » et aux propositions qui se présenteront.

  • Cédric
    Publié le 06:22h, 04 novembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques et bonjour à toutes et à tous.
    Entièrement d’accord, ce monde capitaliste créé par une minorité de personnes souhaitant posséder une majorité de biens matériels que nous choisissons depuis trop longtemps de diriger nos vies en continuant de travailler pour des salaires pas si élevés qui nous permettent tout juste de payer les prochaines factures, donc l’argent retourne dans les mêmes poches – la boucle capitaliste est bouclée…
    Finalement, beaucoup de femmes et hommes sont d’accord pour changer ce système mais malheureusement les freins qui nous empêchent sont le confort et les besoins que nous nous sommes créés et que nous choisissons de préférer à un monde meilleur, plus humain, plus riche d’échanges entre nous et surtout moins matériel…
    L’autre soir j’ai revu un film passé sur France5 : Mille milliards de dollars; ce film explique très bien ce monde qu’il faut abandonner car il contribue au malêtre des humains qui en sont les esclaves et qui devraient ce recentrer sur des valeurs plus proche des lois de la nature, même si c’est d’apparence plus compliqué et moins confortable.
    Arrêtons les vieux schémas que nous avons appris de nos parents et qui se transmettent de génération en génération, qui nous asservissent à des biens matériels ou des possédants qui se sentent supérieurs par leur « pouvoir financier » que nous acceptons alors que dans le milieu plus naturel et animal nous verrions mieux que leur supériorité n’est pas toujours réelle et que nous acceptons trop souvent de nous dévaloriser, chaque être humain a une valeur essentielle au bon fonctionnement de l’univers et toute personne qui prend une place qui n’est pas la sienne paie un jour ou l’autre pour cette erreur.
    Soyez vous-même, puisez au fond de vous l’énergie nécessaire pour faire de votre mieux et ainsi vous sentir en cohérence avec vos choix et les règles que vous ressentez comme celles qui vous parlent (comme tes messages Jean-Jacques qui résonnent en moi); et surtout pensez à retrouver votre âme d’enfance qui vous permet de traverser la vie avec plus de plaisir et permet de prendre conscience des points positifs qui nous entourent, à commencer par la nature merveilleuse que nous ne respectons malheureusement pas assez souvent et qui mérite pourtant bien toute notre attention.
    J’adhère également aux valeurs que l’on peut observer dans le magnifique film de Coline Serreau : La belle verte.
    Merci beaucoup Jean-Jacques pour tes partages, tes vidéos, ton humour et ta joie de vivre qui font tant de bien. 😉
    Je vous souhaite une excellente journée ensoleillée et tout le courage nécessaire pour améliorer votre vie.
    Cédric G.

  • Yvanne
    Publié le 12:18h, 03 novembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Message d’erreur au moment de la soumission, alors je recommence.
    Je n’ai pas l’impression qu’il y a si longtemps que ça que j’ai reçu ton courriel et pourtant c’était il y a plus d’un mois. Le temps m’a échappé, je ne l’ai pas vu passer. Donc,

    Quel est le monde dont je rêve ?
    Un monde plus juste, plus humain. Un monde dans lequel on ne saccage pas la planète, mais au contraire où on en prend soin, parce que cette planète c’est notre planète, notre espace vital. Un monde dans lequel on respecte le vivant.
    Un monde dans lequel on a le temps, on vit plus en accord avec les saisons, à l’heure du soleil. Un monde où l’on ne court pas après la montre. Un monde serein.

    Quelles sont les valeurs que je voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?
    La joie, la douceur, la plénitude, l’accord (c’est-à-dire : je suis à ma place et je vis en accord avec mon environnement, ça a à voir avec l’harmonie, sauf que dans l’accord au sens musical il y a les vibrations qui résonnent), la sérénité.

    Quelle contribution voudrais-je apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?
    Je voudrais faire une différence positive comme tu le dis si bien. Je voudrais contribuer à apporter de la joie de vivre, une reconnexion à soi, à travers ma pratique de la réflexologie plantaire notamment, mais aussi à travers mes mots (sur mon blog « La Petite Rosette, déjà et à travers de publications peut-être un jour si je franchis le pas), à travers une démarche artistique. J’aurais envie d’ajouter que j’ai envie de contribuer à ouvrir les consciences même si ça me semble trop grand pour moi, parce que là tout de suite je me sens toute petite. J’ai l’impression d’avoir à l’intérieur des valeurs plus grandes que moi. Il faudrait que je libère la clown qui est en moi.

  • Collibris
    Publié le 12:06h, 28 octobre Répondre

    Le monde dont je rêve : un monde de paix, de fraternité, de liberté, d’équité, de respect, de bonheur, de joie,: un monde où les hommes, les femmes, s’entraident, ont des relations simples, bienveillantes, ils respectent la nature, prélevant le strict nécéssaire. chacun a de quoi subvenir à ses besoins sans mendier, chacun trouve sa place pour contribuer au bonheur de tous, chacun participe à l’équilibre de la planète, à une juste répartition des ressources. C’est un monde joyeux, que je serais fière de laisser à mes enfants.
    La contribution que je voudrais apporter : j’essaie aujourd’hui à mon échelle de vivre selon ce rêve, de contribuer avec mon énergie, mon écoute, ma bienveillance à un monde plus humain, plus juste, équitable, solidaire autour de moi. Je suis souvent découragée par l’ampleur et le pouvoir des multinationales, et j’aimerais savoir comment pouvoir mieux apporter ma contribution au changement de ce monde …

  • Veronique
    Publié le 05:21h, 28 octobre Répondre

    Quel est le monde dont tu rêves, Véronique ?
    Un monde fraternel où personne ne serait laissé pour compte. Un monde ou chacun aurait sa place en fonction de ses goûts, connaissances, aptitudes ( cf l’organisation au sein des kibbouts.). Un monde où les richesses seraient équitablement réparties. Un monde où on priviligierait le bien être au lieu d’inciter les gens à toujours avoir plus pour combler leur mal être. Un monde où on traiterait les autres ( humains ou animaux) comme on aimerait être traité).

    Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?
    L’altruisme, le respect de la nature, renouer avec la sagesse des anciens , un retour aux bases et à l’essentiel. Créer un esprit communautaire afin que les gens aient le sentiment de faire partie de qqch et de contribuer à qqch à leur niveau.

    Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?
    Je n’en sais rien. Il faudrait publier une liste des types de contributions recherchées!

  • Christian
    Publié le 08:18h, 27 octobre Répondre

    Voilà Jean-Jacques ce qui résume bien toutes les bonnes raisons de sortir d’une crise.
    Je complète mon message Christian « Publié le 15:43h, 01 octobre » en apportant des références.
    Tout s’explique même si on n’a pas encore toutes les explications.

    Nos pensées sont créatrices. Petit film avant de rentrer dans le vif du sujet à 7’15 ».
    Toi qui es physicien tu vas comprendre et aimer.
    https://www.youtube.com/watch?v=1FFArQgVHE8
    à 7’15 » Le piège c’est de penser que c’était mieux avant.

    Pour aller jusqu’au bout des explications avec Philippe Guillemant:
    https://www.youtube.com/watch?v=dDCJJdWrVCw
    1’50 » Paradigme = vision du monde
    15’50 » L’esprit et la conscience (il n’existe pas de réalité en dehors de notre conscience)
    à 50′ On va là où on pense (Les EMI témoignent)
    à 60′ OVNI, la personne à l’intérieur ne subit pas les accélérations.
    et voir aussi:
    https://www.youtube.com/watch?v=e3hOfLiW_0g
    à 1h30 La vrai intelligence n’a rien à voir avec le QI, c’est le l’idiotie, c’est bon pour les robots.
    à 1h33 Des ordinateurs auraient crypté des communications. C’est du marketing bidon.
    Bonne vie,
    Christian

  • Manuel
    Publié le 14:50h, 23 octobre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Pour répondre à tes questions, j’ai aussi eu besoin de temps pour écrire, corriger et recorriger .. et voilà ce qui en est sorti:

    Réponse à ta première question:

    1. Un monde où il n’est pas nécessaire de tuer ni hommes ni animaux et que nous puissions vivre dans l’harmonie du partage sans mesurer si l’un a plus ou a moins que l’autre tant que les besoins de base soient satisfaits. C’est cet esprit de mesurer, de comparer tout de que l’on fait qui nous fait chavirer dans l’insatisfaction, les confrontations, les conflits et guerres….

    2. Un monde ou l’on puisse s’alimenter de la richesse que nous donnent la terre et les végétaux. Il y a des ressources plus que suffisantes pour alimenter tous les êtres humains. La famine est un drame provoqué et organisé par les 3 pouvoirs financiers de ce monde: les familles Morgan, Rotschild et Rockefeller.

    3. Un monde dans lequel nous puissions avoir une place digne de ce que nous sommes comme êtres humains.

    4, Un monde équilibré par le respect de chacun sans jugements d’opinions, de races, de croyances,.. et c’est ici que je crois que le défit est difficile mais jamais impossible.

    En résumé, je pense à un monde sans doutes utopique mais je crois qu’il est possible. Pour moi, il ressemblerait à celui qui est tellement bien représenté dans le film “La Belle Verte”, ce serait fabuleux!

    C’est ça mon rêve

    Réponse à ta deuxième question:

    J’aimerais promouvoir l’intégration des valeurs écologiques et du développement durable, mais surtout dirigé vers l’alimentation végétarienne. Eviter les destructions massives de forêts, de végétations. Favoriser la protection des espaces naturels.

    Quant à ma contribution (troisième queston):

    Je suis végétarien depuis plusieurs années mais je faisais encore quelques exceptions en mangeant parfois du poisson. Ce que j’ai décidé après avoir lu ton mail et d’avoir vu un reportage sur le choix de l’alimentation (FOOD CHOICES sur Netflix), c’est d’exclure aussi le poisson. (ce serait une de mes petites contributions). Je ne peux supporter les massacres que l’homme fait envers les animaux.

    Je contribue aussi en ayant mon compte bancaire dans une banque étique (Triodos Bank) et en m’assurant qu’ils ne financent ni ouvrent des comptes aux entreprises qui fabriquent et vendent des armes.

    La lecture de ton mail a fait résonner en moi beaucoup de choses. J’aimerais contribuer comme co-createur à cet éveil spirituel, c’est pour cela que je suis ta formation de Mission de Vie. Mais pour le moment je n’ai pas encore reçu clairement le message de mon âme, ce processus est lent mais je sais qu’avec l’aide de ta formation j’y arriverai. Donc pour le moment je suis ouvert aux propositions que l’on pourrait m’offrir, je crois que je ressentirai ou mon âme me fera ressentir quelle sera ma contribution.

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 16:39h, 23 octobre Répondre

      Merci Manuel, d’avoir pris le temps de réfléchir et de répondre à mes questions. Je suis moi-même en plein accouchement de mes prochains courriels… Et ça prend du temps de plonger dans les profondeurs…

  • Samaia
    Publié le 05:31h, 22 octobre Répondre

    merci pour ton authenticité et bravo pour ta démarche JJ.
    ce monde dans lequel nous vivons est plutot destabilisant j avoue et sur bien des points.Que faire alors et comment le faire ,par où commencer tel l ouvrage est grand ?! je suis de celles qui tente a sa mesure de faire bouger les choses dans le sens d une plus grande écologie a tous les points de vue ,d un respect accru de notre Terre Mére et ses habitants mais j avoue atteindre parfois un tel état de decouragement d autant que moi aussi sur le plan personnel j ai des choses à regler .Et c est là aussi ,je pense ,que ,tant qu on n a pas réglé ses propres dysfonctionnements hérités des multiples conditionnements reçus/imposés ,comment aider les autres ? L un n empeche pas l autre ,me diras tu …peut etre mais par où commencer ? L union faisant la force ,je suis bien d accord alors oui j adhère a 100% a ta demarche .
    Je suis recemment arrivée dans un pays du proche orient logtemps en guerre et où Mére Nature est une véritable poubelle et les droits des animaux constamment bafoués..Par où commencer et avec quels moyens ? L éducation peut prendre des années…les moyens financiers sont rares dans ces domaines…mais je ne baisserai pas les bras surtout si je peux trouver des appuis et soutien ici ou ailleurs.Together we are stronger !

  • Jean-Pierre de Beaumont
    Publié le 03:46h, 22 octobre Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques,
    Oui, je ressens beaucoup de résonnances en lisant tes propos. J’ai toujours été marginal et j’ai centré mes agissements sur mes croyances profondes. Par exemple, je n’ai jamais fumé ou bu du café de ma vie car cela ne représentait pas un plus pour ma santé. J’ai vécu dans une coopérative d’habitation et mes 3 enfants sont nés dans notre lit sous les soins d’une sage-femme, ce qui était totalement hors-système (lire illégal). Ils n’ont pas été vaccinés… J’ai ensuite auto-construit une maison en bordure d’un lac et nous avons évolué dans la nature. Il y a plus de 10 ans, au cours de mes études au sein du programme de l’UQAM intitulé « Sens et projets de vie » et en Andragogie à l’UQO, j’ai pris connaissance de l’existence des « créatifs culturels ». Aussi, récemment j’assistais au lancement du dernier livre de Guy Corneau : Mieux s’aimer pour aimer mieux.
    Mais je crois que ce qui m’inspire le plus, c’est la perte de terrain des sociétés patriarcales, ou dit autrement, l’empowerment des femmes dans le monde, une tendance qui va continuer de s’accentuer et qui va permettre aux structures en place d’atteindre un équilibre semblable à celui qui était prédominent chez nos vrais ancêtres, les premières nations d’Amérique du Nord, spirituellement très inspirantes.
    Le monde dans lequel je rêve d’évoluer; je suis en train de me conditionner à y accéder.
    Les valeurs à promouvoir : amour-conscience.
    Contribution : je colle rarement bien aux structures dont les membres se transforment négativement dans des rôles de pouvoir, mais je ne suis pas fermé à l’idée de contribuer.

  • nathalie
    Publié le 13:44h, 19 octobre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Oui je suis en parfait accord avec tout ce que tu as écrit, et comme toi, tellement perdue dans ce monde ou l’Amour de l’autre, de soi, de la vie ne trouve plus de place.
    Moi je rêve d’un monde d’équité, de partage, avec des valeurs de respect. Celui ci commence déjà par soi, les autres, l’environnement, et aussi notre langage.
    Malgré les petites interventions que j’organise autour de moi, je me rends compte qu’il est difficile d’éveiller les consciences. A la fin des ateliers, la question posée, est toujours : « Mais qu’est ce que l’on peut faire? »
    Alors oui, si à cette question, tu peux me donner des idées de réponses, je suis preneuse.
    Ce que je fais est tellement petit, mais : « c’est la goutte d’eau qui manquerai à la mer, si elle n’existait pas  » (Mere Therèsa)

    Nathalie

  • Fleur
    Publié le 01:06h, 19 octobre Répondre

    Bonjour

    valeurs de Paix, tolérance, respect de la nature et des êtres vivants.

    Quand je suis à l’extérieur de mon habitation, je souris et parle facilement à tous. La communication en vrai et non en virtuel.
    Je veux partager ce que je suis et ce que j’ai compris de la Vie.
    Je souhaite continuer à être « le changement que je veux voir dans le monde. (Gandhi)
    À bientôt, Fleur

  • Clément
    Publié le 10:41h, 18 octobre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques, un petit message que j’espère court pour te raconter ma propre expérience.

    Juillet 2017 -> burnout + envie de changer de vie. Démission de mon emploi. Je me libère de quasiment toutes mes possessions matérielles, y compris mon logement. Je décide de « sortir de la société actuelle » qui ne me convient plus et tant pis si je « deviens marginal »
    Automne 2017 : je choisis la vie de nomade et pars à la recherche de mon futur lieu de vie qui deviendra – projet d’une vie – une oasis d’accueil
    janvier 2018 : je choisis de me poser dans un endroit « perdu » du Puy de Dome, le livradois-forez, pays de montagne, d’eau et de forêt.
    Et depuis je découvre une communauté qui tente de changer le monde, ici même ! Ici, c’est plein de gens et d’énergies qui souhaitent vivre autrement, dans un monde plus juste socialement, plus respectueux de notre planète, meilleur pour nos enfants. Ici c’est plein d’énergie de renouveau, plein de nouvelles personnes qui arrivent « par hasard » et ne repartent plus. Ici, il y a des gens qui ont déjà changé leur monde : un couple organise des ateliers culinaires pour retrouver le vrai sens de l’alimentation, un autre couple a racheté deux fermes abandonnées et isolées pour créer un lieu de vie collectif, des amis ont créé un lieu d’activités partagé, d’autres sont en train de créer une ferme collective, d’autres encore ont décidé de devenir maçon spécialisé en terre crue, et plein d’autres projets… ça bouge ici, et j’adore ça.
    Pour ma part, j’en suis à la recherche de la propriété avec un potentiel assez grand pour accueillir mon projet d’oasis.
    Alors, OUI, ce que tu dis fait écho en moi. OUI, je me reconnais dans ce processus d’éloignement de la société actuelle pour aller vers un monde – mon monde – qui me convient mieux. OUI, je crois en la possibilité d’une terre et d’une humanité plus humaine, en faisant un pas à la fois et en interconnectant nos mondes. OUI !

  • Dany
    Publié le 09:09h, 18 octobre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Merci pour tes mails qui sont très inspirants et qui me parlent beaucoup 🙂
    C’est vrai que le monde des lobbys, de consommations excessives, du pouvoir de l’argent…. Tout ça on n’en veut pas !
    Je rêve d’un monde en paix, d’entraide, de passion, de joie, d’humanité,…
    A mon niveau, mon rêve : c’est d’avoir une petite maison en pierre dans la montagne (style chambre d’hôtes), où les gens peuvent venir se reposer, se ressourcer… Avec un petit jardin bio et plein d’amour à donner…
    Belle continuation à nous, je crois dans un meilleur monde ;-))

  • CHARLOTTE
    Publié le 08:03h, 18 octobre Répondre

    Salut Jean Jacques
    Je partage entièrement ta vision dans ton coming out.
    Mon rêve, pouvoir rencontrer facilement dans ma région des personnes dans cette mouvance et créer ensemble des solutions alternatives.
    Aujourd’hui, dans mes expériences j’observe que les gens que je rencontre dans cette mouvance sont malheureusement dans des états physiques ou psychologiques difficiles : ils fument pour beaucoup et pas simplement du tabac mais souvent du canabis, où ont recours à l’alcool. Ou sinon, ils mangent trop et mal et sont en surpoids.
    Ma contribution est celle que je me suis appliquée à moi-même en créant un centre de Yoga et de Neurosciences appliquées pour partager ces outils à ceux qui souhaitent redevenir Libres, fluides et Reliés.

    A très bientôt et belle journée
    Charlotte Gavois

  • Miriane
    Publié le 11:32h, 15 octobre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques…

    Je me suis « abreuvée » à tes vidéos, il y a quelques temps déjà… Je les regardais en boucle. Elles avaient un écho en moi et me nourrissaient, même si j’avais le sentiment de connaître les idées que tu y développais, par cœur et depuis longtemps… (Je vais bientôt avoir 70 ans. C’est dire que mon grand âge fait que j’ai pas mal bourlingué dans tous les enseignements proposés autour du développement personnel et spirituel.

    Si je te suivais sur le web, c’est sans doute parce que j’ai eu « des petits coups de mou » à mon départ de Paris, il y a 6 ans, (où j’avais vécu 30 ans), pour me retrouver en Bretagne, à Quimper, une ville magnifique, mais assez petite, en tout cas après la vie à Paris.
    Depuis j’ai commencé à y faire mon trou et à m’inscrire dans des associations qui avaient du sens pour moi…Retraitée, je donne de mon temps dans du bénévolat tous azimuts

    J’ai été très touchée par ton texte qui m’a vraiment beaucoup donné à réfléchir et dont la teneur correspond à mon ressenti ainsi qu’à celui de beaucoup de personnes que je rencontre…

    Passant sur l’analyse des différents mondes, dont celui de amateurs d’Harley ou des chasseurs que je n’aurais pas appelés « mondes »mais plutôt associations, ou groupes…(Le monde étant un concept beaucoup plus étendu, et renvoie à une globalité…)

    Habitants de la terre, nous appartenons quand même tous au même monde…même si nos origines, nos sensibilités et nos idées, ainsi que nos engagements et nos croyances font que notre diversité est impressionnante, surprenante, voire inquiétante.

    Je suis d’accord sur l’idée que nous sommes nombreux à nous reconnaître dans les valeurs que tu défends et à lutter contre celles qui sont contraires à notre bien-être, au respect de nous-mêmes ou de la planète.
    Il y a des millions d’associations et de mouvements qui existent partout, comme tu le dis…

    Là où je m’interroge c’est sur le fondement hypothétique d’une fédération, ou d’un mouvement pour nous permettre d‘agir de manière coordonnée comme tu le dis, et ce, sans leader…sans idéologie…

    Il y a quelques penseurs ou quelques locomotives comme j’aime à le dire, qu’on peut suivre dans leurs démarches d’essaimer autour d’eux des idées et des actes pour faire croître l’énergie à déployer en vue de voir advenir le monde dont on rêve,,,

    Je pense à Pierre Rabhi et Cyril Dion qui font, grâce à leur pratique en relation étroite avec leurs idées, avancer vers des prises de positions radicales et des changements décisifs.

    Le problème, c’est que les dirigeants des pays du monde n’ont pas la prise de conscience nécessaire pour réformer leur pratique du pouvoir, Ils sont dans « la croissance » comme valeur numéro un, et l’argent comme vecteur qui lui est étroitement lié,,,

    Au point où on en est actuellement, je me dis qu’une alternative possible, (matérielle, bien sûr, parce que je ne suis pas encore dans la 4ème dimension dont on parle parfois dans le web, et qui me semble inatteignable) pour faire changer profondément ce qu’il se passe, ce serait une révolution pure et dure…Parce qu’on
    ne peut pas faire des lavages de cerveau à nos dirigeants,… Quel dommage !

    Pour ma part, si tu me demandes de répondre aux 3 questions que tu proposes, je dirai

    – Je rêve d’un monde ouvert vers un avenir radieux, de bonheur de vivre partagé et d’espoir réaliste…

    – Les valeurs qui sous entendent cette vision du monde sont celles de l’égalité, la fraternité, l’abandon de la recherche de profit à tout prix… Il y en a beaucoup d’autres… mais je n’ai pas l’âme épistolaire…

    – la contribution à apporter pour rendre ce monde réel et vivant.Pour moi, elle passe par l’engagement dans mes choix de vie, de consommation responsable, de solidarité et de bienveillance dans mes pratiques au quotidien, et le partage de ces valeurs à l’échelon local.

    Je veux bien favoriser ces liens avec d’autres à une échelle plus large mais je ne vois pas vraiment comment … sinon dans un engagement politique, et des prises de position publiques par l’outil que nous donne les régimes démocratiques et qui est  la manifestation… Mais ce n’est sûrement pas suffisant 

    Je suis donc très curieuse de ce que tu vas nous proposer …et j’attends la suite de ta prise de position avec avidité !…

    Bien à toi. Et grand merci pour ces idées qui ont le mérite de nous interroger et peut-être de nous réveiller, pour aller vers de lendemains qui chantent, qu’il nous appartient d’inventer tous ensemble sur notre caillou bien secoué !…

  • Sweetnight
    Publié le 19:52h, 14 octobre Répondre

    Cela fait quelques années que je regarde vos nombreuses vidéos gratuites et que j’en tire un certain bénéfice personnel.
    Pour autant je ne me classe pas dans la catégorie des publiques fragiles.
    J’ai une formation universitaire supérieur (BAC+5), une bonne culture générale (scientifique, spirituel, politique, artistique)
    Un parcours professionnel riche et varié qui m’a conduit à travailler depuis le développement de nano-composant, au développement de l’A380, en passant la création d’entreprise pour être aujourd’hui aux services d’hommes politiques français.

    En toute franchise, j’ai suivi vos programmes avec curiosité et intérêt mais aussi avec un peu de défiance.
    Notamment je ne me retrouve pas totalement dans votre approche de la médecine.

    Pourtant mes fonctions qui m’amènent à travailler avec des décideurs politiques me laissent réalistes : certain de la complexité des interactions du monde et conscient que les politiques n’ont pas réellement le pouvoir.
    J’appartiens à des mouvements alternatifs tel que le Repair’café dont la vocation est d’offrir des alternatives à la société de consommation dont nous sommes aujourd’hui esclaves.

    Je trouve séduisante votre démarche et je crains en même temps certaines dérives.
    Je crois parfois reconnaître dans vos messages un caractère « messianique », tel un apôtre numérique des temps modernes.
    Je serai déçu pas que vos indéniables qualité d’orateur et de leader en croissance individuelle ne tourne au culte de l’homme que vous êtes, et ce même si c’est sous couvert de l’intérêt commun.

    Pour autant je vais suivre à attention vos prochains écrits et voir si je retrouve dans la démarche que vous proposez.

  • vanina
    Publié le 00:45h, 13 octobre Répondre

    youhaouuuuuu!!! quel écho ! je me sens toute chamboulée par votre état d’âme! je me sens parfaitement comprise et tout ce que je ressentais en moi, vous avez pu le mettre en mots!! quelle résonnance! je sentais au fond de moi qu’il existait autre chose dans la façon de vivre aujourd’hui, que ce n’était pas un combat extérieur contre la société mais une renaissance individuelle au départ et se rapprocher des êtres avec qui nous avons les mêmes ressentis et valeur pour créer justement ce nouveau monde . un gran d merci , vous êtes vraiment un accoucheur de conscience.

    Martine

  • Micheline
    Publié le 12:48h, 12 octobre Répondre

    Bonsoir J.J.C, avant tout je te remercie de tout cœur pour ta longue lettre et qu’il valait la peine lire. Une lettre très émouvante, ça m’a pris pas mal de temps pour bien lire et essayer de comprendre la résonance de mon côté. E voilà! Pour répondre à tes questions, voilà un MONDE de mes rêves :… .

    – que chacun soit conscient de sa propre identité.
    – le respect total de l’autre et de sa culture,
    – le sens de la réciprocité chez celui qui sait qu’il peut beaucoup donner et recevoir tout autant,
    – une patience sans limite pour écouter l’autre, afin de comprendre et se confronter avec les raisons de l’autre, toujours
    reçues comme un enrichissement, en 1 seul mot avoir l’empathie
    – la conscience que les convictions de l’autre sont aussi dignes que les miennes.

    Voilà JJ , J’ai été très breve mais c’est l’essentiel au juste. bien de choses à toi et A BIENTOT!

  • Béatrice Roussel
    Publié le 15:30h, 11 octobre Répondre

    SVP, suis-je la seule à avoir un texte illisible tant les caractères sont grands! ?

  • Béatrice Roussel
    Publié le 15:27h, 11 octobre Répondre

    Je n’ose écrire à quel point, ta réflexion entre en écho ++++++ avec la mienne! Oui je vis douloureusement le fait d’être en totale déconnexion avec les valeurs matérialistes, financières, concurrentielles, qui ont pris le pouvoir, la perte de sens
    consécutive aux priorités données au rendement, à l’abandon de la conscience, du respect. La manipulation, le mensonge, les conflits d’intérêts qui ont pris le pouvoir m’épouvantent
    je rêve d’un monde où le meilleur de l’homme sera favorisé par les structures mises en place et le bien-être de chacun encouragé en respectant ses critères propres. je rêve de voir le bien commun placé au dessus de tous les intérêts particuliers.
    je rêve de voir la bienveillance, la solidarité, le respect, l’épanouissement placés avant les intérêts financiers, la fin des communautarismes, religions liberticides, machistes, corruptions,des gaspillages etc…
    Comment m’inscrire dans ce monde ? en témoignant de l’existence d’autres voies que celles qu’on veut nous imposer, en informant et facilitant l’émergence de capacités créatrices (dans le domaine artistique entre autres) etc etc
    PS/ Il y a un GROS problème sur ce site de dimension des caractères! ils sont disproportionnés, cela rend le texte illisible!!!!

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 20:50h, 11 octobre Répondre

      Le problème n’est pas de notre côté. Probablement que tu as dû accrocher une touche et ça a agrandi les caractères. Il aurait suffi de ramener la taille à 100 %.

  • Nicole
    Publié le 19:54h, 10 octobre Répondre

    En tout premier, merci pour ce partage. Pour répondre à tes questions, je rêve à un monde meilleur. On dit cessons de nous battre, de faire la guerre, les disputes. D’accusé tel personne, tel pays, tel communauté. C’est beau tout ca! On s’en va où!
    Pour moi la paix, l’amour le respect ça commence chez soi. Dans sa propre maison, avec son partenaire, ses enfants, sa famille.
    Une bonne entente avec ses amis, ses voisins. ses collegues de travail. Arrètons de chialer, de crétiquer. Respectons les gens, la nature ,les animaux. Donnons-nous la main et vivons chaque instant le moment présent de tout ce qui est. Ici et maintenant!
    Oui c’est un grand rêve et je veux le réaliser aujourd’hui pour les gens que j’aimes.

  • Marie
    Publié le 03:50h, 10 octobre Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques, Je me permets de te tutoyer aussi!
    Je te remercie pour ce témoignage. C’est la 1ère fois que j’ose t’écrire! Tu dis : « je vis un désenchantement de plus en plus grand face à l’évolution du monde moderne », je partage ce sentiment et me reconnais dans cette analyse, cette « contradiction » que tu pointes : entre une démarche saine de développement personnel pour grandir en confiance et aller ainsi vers plus de sollicitude, d’entraide, de partage, de lumière et une élite mondiale sombre, vénale, organisée, déstructurante et destructrice. Pour moi, il y a un vrai, gros problème. Je suis mal depuis plusieurs années avec cette réalité qui a mis du temps à m’apparaitre évidente tant cette logique est inimaginable et insoutenable. Que de perversités. Que de renversements de valeurs. Une sorte de gangrène. Désormais, il me semble que cela devient plus visible et je crains que cela ne signifie juste que le terrain est déjà bien foulé, miné. Autour de moi, certains sentent que quelque chose ne va pas mais ils ont souvent un discours de résignés ou une posture de politique de l’autruche, même en parler dérange! Je me sens impuissante et terriblement triste parfois. J’essaie à mon niveau de m’améliorer pour éviter de « nuire », de m’améliorer pour faire circuler du soleil, du sens dans ce que je fais, dans mes engagements, dans ce que je transmets. Nous sommes nombreux à savoir que c’est une démarche souvent laborieuse également. Je pressens malgré tout que, aussi indispensable que cela soit, ça reste si insuffisant. Les choses sont plus complexes, je fais partie du système moi aussi donc je m’interroge sur ma part de responsabilité…
    D’une certaine manière, je te remercie Jean-Jacques pour me permettre de me sentir moins seule. Je te suis comme je suis Monsieur Etienne Chouard par exemple. (Je complèterai ultérieurement).
    Réponse au 2è courriel du 3 octobre ( la 1ère réponse au 1er courriel ayant bloqué à 2 reprises) :  » je continue de te suivre et te rejoins parfaitement. encore merci!
    Quel est le monde dont tu rêves, MARIE-ANNE ?
    Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?
    Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?
    Un monde basée sur la responsabilité, l’autonomie personnelle de chacun donc la confiance en soi donc moins de peurs, moins de freins personnels donc ouverture du coeur. Cela suppose de se construire et promouvoir de manière inconditionnelle les apprentissages tournés vers l’humanisme, la bienveillance, la coopération, le partage, la solidarité, la paix ( en soi d’abord!); Ce que le petit enfant est et connait avant d’être formaté à la compétition, la comparaison, à l’insatisfaction, à la pauvreté de la réflexion et à ce que j’appelle (et ressens) : « la culture du néant » puisqu’elle n’a de sens que mercantile et déshumanisant. Cela va de plus en plus jusqu’au mépris de l’autre malgré un discours bien-pensant, adapté, faussement altruiste. Alors il est indispensable de changer de démarche éducative, pédagogique, sensorielle, spirituelle même, avec utilisation des travaux « inspirés » et éprouvés de M. Freinet, Mme Montessori, M.Marshall Rosenberg pour ne citer qu’eux…
    Mes contributions possibles : C’est troublant, je me demandais quoi et comment faire : « rentrer en politique »?(!) en m’inspirant des exemplarités de M.François Ruffin en France et de l’ex-Président de la République d’Uruguay M. José Mujica…?! D’une certaine manière dans mon travail quotidien d’accompagnement à l’éveil des tout-petits (après avoir été assistante sociale auprès des familles ayant un(des) enfant(s) suivi(s) par un Juge des Enfants, je suis désormais assistante maternelle), je contribue avec les parents à mettre en oeuvre ces idées; c’est un début.
    Je reste reliée à ta démarche. A bientôt et merci !
    Bien à toi Jean-Jacques et à tous! Marie

  • Youcef ENNEBLI
    Publié le 03:21h, 09 octobre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Permettez-moi tout d’abord de présenter mes excuses pour ce long retard de réponse à votre invitation à ce que je sois parmi les co-créateurs d’un monde meilleur. C’est un grand plaisir et honneur pour moi de répondre positivement à une telle invitation et de partager certains points de vue et de discuter avec une personne de votre envergure. Une personne qui appartient au monde développé mais qui n’accepte pas pour autant l’impérialisme et la supériorité des pays développés au dépend des pays sous développés (condamnés à l’être toujours) en dit long sur vos valeurs humaines.
    J’étais préoccupé à réaliser la synthèse et la rédaction finale d’un papier de recherche. J’ai cru que cela exige tout au plus deux semaines de travail pour que je puisse me consacrer pleinement et tranquillement après à vous répondre sans aucun autre souci. Mais c’est mal estimer le temps afin de faire la synthèse qu’il faut pour un thème aussi critique et dérangeant comme le montre l’intitulé du papier : « La capacité de la communauté scientifique à rejeter la science ». J’ai décidé ce dimanche (7 octobre 2018) de reporter ce qui reste à finaliser pour ne pas retarder davantage à vous répondre.
    Le titre du papier dit également long sur la contribution que je veux apporter à ce monde. L’amélioration du système d’enseignement supérieur, plus particulièrement le système d’enseignement de gestion, tant au niveau parcours universitaire qu’au niveau méthodologies de recherche. Tout système d’enseignement devait avoir comme finalité de former des citoyens éclairés. Cela suppose que les élèves ou les étudiants puissent posséder véritablement le savoir (tout en accédant à son sens profond) et le développer, de posséder le savoir-faire et d’accéder et de vivre le savoir être. La possession de ces trois catégories de savoir constitue la base à tout citoyen lui permettant d’être un acteur responsable permettant de forcer la véritable démocratie et contribuer, au tant que faire se peut, au bonheur des citoyens du monde ou du moins des citoyens de son pays.
    Quant aux valeurs que veux promouvoir, je dis tout simplement que j’adhère, sans restriction aucune, à tous les valeurs véhiculées dans votre texte. Faut-il encore les classer et les hiérarchiser. C’est un préalable nécessaire pour que le monde tant rêvé par moi soit mieux décrit et mieux perçu par tout lecteur. Il faut également faire un diagnostic succinct sur le monde réel que nous vivons ou sur le monde que veut imposer les Etats Unis d’Amérique (EU), ou plus précisément le gouvernement de l’ombre (la cabale ou le complexe militaire industriel américain) à la majorité des pays. Un bon diagnostic aide à trouver les changements adéquats pour un monde meilleur. La discussion sur certains de vos points de vues ayant attraits à quelques aspects du système socio politique, constitue un axe non négligeable visant l’établissement du diagnostic.
    Selon mon humble avis, il est normal, voire souhaitable, que tout pays pense et vise la croissance économique. Cependant, si la visée n’est pas à reprocher, cela ne signifie guère que divers aspects adoptés de la croissance ne devaient pas être révisés. Je pense notamment aux points suivants à réviser : la finalité de la croissance, l’approche de conception de la croissance, la relation entre le social et l’économique, les bénéficiaires des effets de la croissance, etc.
    Il est vrai que la plupart des pays occidentaux se vantent d’avoir un système politique démocratique et le présentent comme le seul système politique possible, mais ce qu’ils omettent de dire ce qu’aucun pays du monde ne pratiquent la véritable démocratie, à commencer par les pays qui se vantent le plus d’être démocrates : les EU, l’Angleterre et la France. Les seuls pays qui pratiquent un système politique frôlant la démocratie se sont les pays les plus heureux du monde à savoir ceux de l’Europe du nord. La corrélation entre le bonheur et la démocratie est bien vérifiée statistiquement. C’est un pas vers une nouvelle définition de la démocratie qui soit plus adéquate que les définitions proposées par les académiciens et les politiciens.
    Quant aux modalités visant le changement du monde sont également à discuter. Affirmer par exemple que « si cet autre monde veut avoir des chances de s’épanouir et d’avoir un impact significatif sur la qualité de nos vies, il est impératif que sa structure s’apparente à un réseau interconnecté de groupes d’action locale, sans leader, sans organisation centralisée, sans idéologie », me paraît assez excessif. Sans doute, la nécessité d’avoir un réseau interconnecté sans idéologie n’est pas à discuter. Mais, il me semble qu’une organisation centralisée et dirigée par un leader est nécessaire à des fins d’efficacité (le fait de réaliser et d’atteindre les objectifs) et d’efficience (le fait de limiter le gaspillage des énergies, des actions et moyens déployés). Faut-il alors préciser que la centralisation au niveau coordination n’implique pas nécessairement l’interdiction de la décentralisation (participation des réseaux locaux à la prise de la décision) et qu’être leader ne signifie pas être dogmatique (peu sensible aux avis d’autrui) et avide du pouvoir absolu. A titre d’exemple, il semble que vous possédez bien le profil d’un bon leader d’un centre centralisé de coordination.
    Nous avons besoin d’un réseau interconnecté comme un lieu d’échange et de prise de décisions. Un lieu d’échange d’informations pertinentes à nos actions, de débats d’idées aboutissant à un modèle de système politique véritablement démocratique qui soit adéquat à chaque pays, d’échanges d’expériences et d’actions locales, de prises de décisions et de programmation des actions projetées, et de contrôle (suivi, analyse des écarts et actions correctives) de leur mise en œuvre. Personnellement, j’ai déjà réfléchi sur ce que devait être la véritable démocratie ainsi que sur les lois et les pratiques permettant de remédier à cette pseudo démocratie, dite à tort représentative. Et c’est un honneur pour moi que mes réflexions soient l’objet de discussion dans le lieu d’échange.
    Certes, « tout système idéologique génère obligatoirement des divisions, des conflits, des guerres (pense aux dégâts engendrés par le marxisme, le nazisme, le capitalisme, le libéralisme et toutes les religions de ce monde ». Mais cette vérité n’empêche pas que le réseau interconnecté ait une philosophie ouverte, définit dans ses grandes lignes, notamment dans sa finalité et ses valeurs qui soient universelles. Elle est ouverte, souple, adaptative notamment au niveau de certains valeurs spécifiques et de modalités d’application des valeurs communes. Cette souplesse est expliquée et rendue nécessaire par la diversité d’histoires et de cultures entre les pays. La diversité des modes ou versions du système démocratique qui en découle ne peut que donner davantage de charmes, de curiosité et de piments à notre vie.
    J’adhère au paradigme du nouveau groupe de personnes qui se reconnaissent dans les quatre axes de valeurs cités et qui les mettent en pratique. Cependant, faut-il prendre la précaution que « l’ouverture aux valeurs féminines (place des femmes dans la sphère publique, question de la violence faite aux femmes, reconnaissance du principe féminin chez les hommes…) » ne puisse générer des sanctions abusives envers les hommes sous quelque prétexte non fondé tel que celui d’un viol alors qu’il s’agit d’un acte consenti aussi bien par l’homme et la femme. En d’autres termes, il faut définir rigoureusement ce qu’est un viol et ce qui ne l’est pas. Par exemple, une femme qui a cédé volontairement aux avances d’un homme en contre partie d’un poste ou d’un rôle ou de tout autre faveur générant des retombés financières à la femme est un acte condamnable à la fois à l’homme qui a abusé de son pouvoir et la femme qui a accepté d’être femme objet (sexuel).
    Enfin, faut-il désigner le but, voire la finalité, du réseau interconnecté par une expression plus appropriée. Il me semble qu’on ne peut pas « contribuer à créer un autre monde ». Il s’agit plutôt de contribuer à changer (et non créer) le monde que le tout puissant (matériellement, humainement et financièrement) complexe militaire industriel américain a réussit à l’imposer à la presque majorité des citoyens (y compris le citoyen américain).
    Je ne prétends pas posséder la vérité. Celle-ci est la fille naturelle de la discussion argumentée. L’intelligence est l’ennemi des tabous. J’attends impatiemment vos remarques, vos critiques et vos objections.
    Je vous remercie beaucoup et à très bientôt.
    Cordialement,
    Youcef ENNEBLI

  • Soulier
    Publié le 14:08h, 08 octobre Répondre

    Merci pour tes mails, tes témoignages, ta vision du monde.
    Pour ma part , ce que je voudrais changer en moi et le voir se créer dans le monde autour de moi, serait d’avoir beaucoup plus de bienveillance de tolérance, d’Amour envers les autres, Les autres n’etant que les miroirs de mes différentes facettes, si j’avais un vœu à faire, ce serait de toutes les aimer , profondément, telles qu’elles sont. J’y travaille!

  • Nicole
    Publié le 13:29h, 08 octobre Répondre

    JJ ça bouge.
    Dans ma région grâce à François Willemin qui a créé la chaussure rouge (www.lachaussurerouge.net) , un postulat pour favoriser la mise en place d’une économie circulaire en Suisse a été accepté sous la coupole fédérale la Consigne Energie-grise sur le plan national.
    Il fait des conférences sur « Manger une pomme Bio étrangère ou manger une pomme locale », il demande l’avis aux gens dans la salle avant sa conférence, puis après.
    Grâce à l’intervention de son groupe et à l’association des pêcheurs, une nouvelle usine de traitement des eaux usées de la ville va se construire pour traiter les micro- polluants qui rendent stériles les poissons du Doubs.
    Si le peuple suisse a refusé la culture OGM, de plus en plus de paysans et de vignerons se lancent dans le Bio, font de la vente directe.
    Il y a certainement bien d’autres choses en route, ce n’est qu’un début.
    Quelqu’un a dit «  » ça ne sert à rien de vouloir changer ceux qui sont en haut de la pyramide, ils sont trop puissants, déplace la base ça sera plus efficace » »
    Ce ne sont que quelques gouttes dans l’océan, il faut bien commencer, chacun à son niveau, alors en avant……

  • Fanfan
    Publié le 11:21h, 08 octobre Répondre

    Cher Jean-Jacques,

    Votre message m’a beaucoup parlé. Moi aussi, je suis en crise depuis de nombreuses années et ce n’est pas toujours facile à vivre. Nombreux ont été mes coups de gueule griffonnés sur papier brouillon dans ma chambre d’adolescente. Ils parlaient toujours de l’égoïsme et de la bêtise Humaine. Plus récemment, précisément le 24 août de cette année (étrangement proche de la date de votre premier e-mail concernant votre crise… Parfois, dans la vie, il n’y a pas de hasard…), j’ai écrit un texte de deux pages en une traite. Après cet effort, je me suis sentie physiquement très mal, comme si j’avais effectué un travail mental incommensurable, mais j’avais l’impression d’avoir atteint une nouvelle dimension de notre réalité. En écrivant, je rageais contre cette impression d’impuissance, corrélée à un désir profond d’agir pour changer les choses. C’est un sentiment qui me suit depuis que j’ai douze ans. Je suis écrivain (pas encore reconnue, mais écrivain quand même) et je fuis la réalité en créant mon propre monde. Votre lettre m’a parlé, car vous avez dit exactement ce que je voulais entendre et ça m’a fait du bien.
    Je ne peux plus vous présenter le texte original du 24 août, car depuis que j’ai décidé de le retravailler pour vous répondre sur votre blog, il est tout différent. Voici, cependant, quelques unes de mes idées :

    Chaos climatique, pollution en tout genre, perte de la biodiversité, QI en berne, burn out alarmants, démotivation et fatigue généralisées. Voici le résultat du check-up de la planète et des Hommes. Heureusement, la plupart des Humains sont conscients qu’il se passe quelque chose d’énorme. Sur les réseaux sociaux, la population se plaint sans arrêt, tout est dénoncé, rien n’est bon, on tente de faire un petit quelque chose par-ci, un petit pas par-là, mais est-ce que cela change vraiment les choses ? Oui, petit à petit, très lentement, mais j’ai bien peur que cela ne soit pas suffisant. Serait-ce possible de faire quelque chose de révolutionnaire ou sommes-nous condamnés à regarder le monde se détériorer devant nos yeux ? Je ne peux pas m’empêcher de laisser l’espoir prendre les devants. Je pense que nous sommes à un tournant décisif de l’histoire de notre civilisation. Nous avons maintenant l’opportunité incroyable de pouvoir tous devenir des héros qui changeront le monde. C’est le chemin que nous devons emprunter. C’est notre guerre actuelle. Mais COMMENT ? Quelle est la solution ? Le problème est si complexe…

    J’ai un tout petit début d’idée à proposer :
    Je pense que ce qui nous manque pour agir, c’est un guide universel. Quelqu’un ou quelque chose qui pourrait unir nos forces, nous dire où mettre notre énergie et nous permettre de nous soutenir, tous ensemble, pour ne pas lâcher et faire passer notre message aux autres… C’est une idée qui me semble difficile à réaliser, mais pourquoi pas ? Créer une plate-forme reconnue mondialement, sur le web par exemple, pour centraliser notre énergie. Avoir des actions concrètes, des avis d’experts, des fonds de personnes bienveillantes, etc. Parce que chacun a quelque chose à apporter : des connaissances, une notoriété, des idées, un certain don de persuasion, de l’argent ou n’importe quoi d’autre. Personnellement, j’ai eu la chance de pouvoir rester à la maison pour éduquer mes enfants, j’ai eu la chance d’avoir eu le temps de penser et… je me suis sentie démunie. Je le suis toujours, mais jamais je ne perds espoir et reste convaincue que j’ai quelque chose d’important à faire dans ce monde (et que je ne suis pas la seule!!!)

    L’idéal serait d’avoir des politiciens compétents de par le monde, mais je ne sais pas pourquoi, cette phrase me semble être la plus grosse utopie de tous les temps. Peut-être que la révolution qui empêchera notre civilisation de s’éteindre devra passer par le peuple et ça tombe bien, car nous n’avons jamais été aussi nombreux et aussi liés (via internet et/ou les réseaux sociaux) dans toute l’histoire de l’Humanité. Nous avons donc TOUT en main pour agir. Il nous manque seulement un groupe de personnes plus influentes et en qui nous avons confiance qui permettrait de réaliser un lien entre nous… Je rêve ? Peut-être, mais si c’était la seule solution, ne devrions-nous pas la tenter ? Si nous arrivions à unir nos actions de façon organisée et logique, ce serait le plus grand mouvement citoyen au monde. Celui où on ne chercherait pas le profit ou la gloire, mais quelque chose de bien plus noble : pouvoir mourir en paix ! Pouvoir regarder notre descendance dans les yeux avec fierté, car nous lui aurons offert un avenir magnifique auquel nous-mêmes n’avions plus le droit de croire. À l’heure actuelle, nous ne souffrons pas encore le martyre, nous avons cette chance de pouvoir agir sans devoir nous battre pour survivre au jour le jour. Il est encore temps… Mais il y a urgence car le changement demande du temps…

    Voici deux propositions de débat :

    ‒ Révolution énergétique et éveil de la conscience, serait-ce le mariage parfait pour nous assurer un avenir ?
    ‒ Comment faire en sorte que les métiers les plus Humains soient bien mieux payés ? Ce serait une jolie révolution pour nos valeurs.

    Pour terminer, voici un petit extrait de mon premier roman de science-fiction (autoédité en 2016). Il ne m’est pas facile de le partager, je m’expose et c’est angoissant, mais je pense que c’est la meilleure des occasions pour se lancer. Ce petit texte est une lettre qu’une jeune fille vivant en 2081 s’imagine envoyer aux générations actuelles :

    « Chers arrière-grands-parents, chers arrière-arrière-grands-parents, chers ancêtres qui avez vécu depuis les débuts de l’industrialisation de la société Humaine, à vous tous, j’aimerais vous parler. J’aimerais vous demander d’ouvrir votre cœur à l’appel de désespoir que je vous envoie. Nous mourons. Chaque jour, dans chaque coin du globe, un être trop jeune perd la vie à cause de catastrophes qui nous dépassent. Si je pouvais aller dans le passé et vous montrer à quoi ressemblera votre avenir, à quoi ressemblera la vie quotidienne de vos enfants, vous seriez très touchés par ce que vous y verriez. Le climat est devenu fou. La montée des eaux a laissé à l’abandon des villes entières. De nouvelles épidémies mettent en danger les Hommes et les plantes, sèment la famine à travers le monde et effacent des espèces de nos cours de biologie. Les catastrophes naturelles n’ont cessé d’augmenter en fréquence et en intensité, à un tel point que nous ne sommes plus en sécurité nulle part. Nos technologies sont extrêmement puissantes, mais elles ne suffiront bientôt plus, dépassées par la folie du climat.
    Pourtant, nous ne sommes pas restés sans rien faire, nous avons agi, nous avons consacré des budgets colossaux à la protection de l’environnement et à l’éducation de nos enfants, mais nous l’avons fait trop tard.
    Nous avons mis au pouvoir ceux qui combattaient pour le changement, ceux qui n’avaient pas peur de bousculer nos vies pour nous assurer un avenir, mais nous l’avons fait trop tard.
    Nous avons élu des personnes jeunes et pleines d’espoir qui ont allié leur utopie au réalisme de personnes plus âgées et expérimentées. Les résultats auraient été bouleversants, si seulement nous ne l’avions pas fait trop tard.
    Nous avons participé à des milliers de mouvements citoyens dans le but d’améliorer le monde. Nous nous sommes unis sur les réseaux sociaux et nous avons agi, mais il était déjà trop tard.
    Nous avons soutenu des milliers de projets environnementaux, nous avons protégé les espèces et leurs habitats, nous avons investi dans les énergies renouvelables, nous avons travaillé sur l’efficacité énergétique, nous avons banni le gaspillage, nous avons changé la destinée du pétrole, nous avons modifié notre façon de consommer et notre façon de produire, nous mangeons et nous nous déplaçons de façon propre et équitable, nous habitons des maisons qui respectent notre planète, mais nous avons fait tous ces efforts beaucoup trop tard.
    Parce que même si nous sommes arrivés à changer le monde, nous n’avons pas été capables d’arrêter l’engrenage funeste que les générations précédentes avaient amorcé. Notre planète est meurtrie, elle se défend encore, et nous mourons.

    Heureusement pour vous, les voyages dans le temps n’ont pas encore été inventés et vous resterez protégés par votre espoir sans cesse renouvelé, par votre croyance en vos capacités intarissables. Retenez seulement qu’il est juste et bon de croire en soi, mais qu’accepter ses limites fait partie de la sagesse.
    Regardez autour de vous, il y a des gestes, il y a des mouvements, il y a des justes et des dévoués, mais ils sont encore trop seuls, peu de personnes ont le courage de les rejoindre. Vous sentez-vous seul et stupide à croire au changement, à faire chaque jour des petits et grands efforts en accord avec votre conscience ? Alors, vous êtes sur la bonne voie. Si seulement, vous aviez tenu bon pendant toutes ces années…
    Si vous n’utilisez pas les erreurs des autres pour excuser vos mauvais choix, si vous suivez vos propres convictions, si vous suivez le chemin qui vous semble bon pour vos enfants, alors, vous faites partie de la solution. Vous êtes la solution. Car chaque geste compte. Vos actions ne servent pas à rien, elles ne sont pas des gouttes d’eau perdues dans l’océan, plus souvent que vous ne le pensez, vos gouttes d’eau tombent dans le désert… [Idée reprise de la chanson « Ensemble ‒ Sa Raison d’Être »] Si seulement, vous l’aviez su pendant toutes ces années…
    Comme des fourmis, les Humains sont avantageux en nombre, c’est ce qui fait leur force… ou leur faiblesse. Chaque petit geste anodin peut devenir un mouvement global si chacun le fait, à vous de choisir le meilleur geste pour les générations futures, pour que nous n’ayons pas à appeler à l’aide.
    Je sais que vos vies sont bien remplies, que vous luttez pour faire vivre vos familles, que le mode de vie dans lequel vous êtes nés ne vous correspond peut-être pas. Peut-être que l’énergie que vous prend ce rythme de vie vous empêche de regarder plus loin que demain. Cependant, je vous demanderai une chose : battez-vous ! Il a toujours été question de se battre sur Terre. Oui, c’est difficile, oui, c’est la guerre, mais c’est votre guerre. À chaque siècle son combat. Le vôtre est celui de la survie de votre espèce. Ne donnez pas à l’avenir le déclin de votre civilisation.

    Je vous parle, moi, fille Humaine, née sur Terre en 2071. J’ai dix ans et mes cours d’histoire m’expliquent cette magnifique évolution de mon espèce. Je suis fière d’être Terrienne, fière d’être Humaine. Ces dernières années, Homo sapiens a fait un bond dans le respect des autres Humains, dans le respect des autres êtres vivants, dans le respect des cycles ; un bond dans la sagesse qui a changé notre course au toujours plus pour le transformer en toujours mieux. La qualité prend maintenant toute son importance dans nos vies. Nous vivons chaque jour comme un cadeau que nous devons respecter, nous agissons comme si nous étions immortels dans la qualité de ce que nous entreprenons tout en sachant que nous pouvons mourir demain.
    Nous voudrions changer le passé, mais à côté de ça, les dernières années que nous avons vécues et les quelques unes qui nous restent à vivre, malgré la souffrance et la mort, ont été, sont et seront les plus belles années de l’être Humain. Notre conscience est libérée, car nous avons réussi à changer le monde. La planète ne nous laissera pas en paix, mais la paix est installée en nous. L’être Humain est à son heure de gloire dans sa bonté, dans son intelligence consciente, dans son amour et son respect pour le tout. Le respect des différences, l’amour entre tous les Humains, la paix mondiale, nous y sommes arrivés en nous battant contre un même fléau. Quel dommage que nous devions disparaître maintenant. Quelle tristesse, alors que nous avions encore tant à faire sur Terre, tant à découvrir dans l’univers…

    Je me suis permise de vous écrire, même si je sais qu’il est impossible d’envoyer une prière dans le passé.
    Je me suis permise de vous écrire, même s’il est trop tard pour changer notre présent.
    Je me suis permise de vous écrire, même si je sais que vous ne m’entendez pas.
    Mais je me suis permise de vous écrire pour libérer mon cœur de cette fatalité à laquelle nous ne pourrons sans doute pas échapper.

    L’immobilisme dont certains font preuve et qui provient de leur scepticisme ou de leur refus face au changement climatique est la pire menace pour l’être Humain et des milliers d’autres d’espèces. Le principe de précaution doit être respecté lorsqu’il s’agit d’une question d’une si haute importance. Faites-le pour nous. Nous sommes vos filles, vos fils, la chair de votre chair, le sang de votre espèce. Repensez vos vies, réfléchissez à vos actes et agissez pour l’avenir de l’Humanité avant qu’il ne soit trop tard. » [Auteur : La Plume de Fanfan 2016]

    Je vous remercie de m’avoir lue jusqu’au bout. Je vous souhaite à tous de pouvoir vivre en accord avec cette force qui brûle en chacun de nous et qui nous guide sur le chemin de cette harmonie qui nous manque tant.

  • Salima
    Publié le 10:06h, 08 octobre Répondre

    MERCI de tout coeur ,Jean-jacques de partager ton experience de vie avec nous ,la crise que tu as faites n a pas du etre facile ,tu en ressors avec de la lumiere Spirituelle universelle et une coherence interieur qui est precieuse .j ai la meme vision de vie que toi et ces millions de personnes dans le monde ,aimons et respectons la creation ,l Humainte tous les Etres .le bon et le beau ,lanourriture saine .en te lisant j ai oublier un instant la souffrances sur terre ,j ai eu la joie .en disant il ilya des personnes Genial .je t encourage et je t embrasse .wallah soeur Emmanuelle .

  • Thierry
    Publié le 09:30h, 08 octobre Répondre

    Merci Jean-Jacques, ton message est clair et je le partage !
    J’aspire bien évidemment à une autre vie et je mets en place les conditions d’un mieux vivre. Néanmoins la maltraitance que nos gouvernants – avec les contraintes fiscales, sociales, économiques, etc. – nous imposent, justifie en effet de nous organiser.
    Le respect de la nature – donc de soi et de l’autre, l’éveil spirituel, la connaissance de soi, la voie de la joie, de la création et de l’autonomie sont bien évidemment les valeurs à valoriser, à partager et à enseigner.
    Formateur et coach, je suis déjà engagé dans ces dimensions. Mais je peux faire plus et mieux, à tes côtés ?
    A suivre donc.

  • Valérie
    Publié le 05:19h, 08 octobre Répondre

    Que ton message est beau et tellement vrai…Je vais entièrement dans ton sens, pour ce faire, j’ai années après années compris qu’il ne s’agissait pas de combattre, ni de critiquer ce monde mais de s’en servir comme terrain, terreau de ce que l’on porte en nous (miroir) et de le rectifier afin de s’améliorer soir même en faisant le choix quand on est prêt de faire autrement, de regarder autrement, avec le plus de compassion possible même pour ce monde…Ainsi, on ne rejette rien, on englobe tout dans son cœur afin de le transmettre et y insuffler de la lumière ….plus on sera nombreux a se remettre en question , a se guérir des mémoires inscrites en nous, plus on fera du bien au grand tout.
    Pour ma part, c’est le chemin que je prends depuis plus de 30 ans et modestement que j’essaye de répandre. Merci en tout cas pour vos messages d’espoir du possible . Cordialement

  • .
    Publié le 15:56h, 07 octobre Répondre

    Cher Jean Jacques
    Je viens de relire ton mail après plus d’un mois.En effet pourquoi tout ce temps?Je ne me sentais pas prête.En effet je suis en pleine confusion et après plus de 10 ans j’essaie de comprendre qui je suis et qu’est ce qui fait sens pour moi.Je sens un profond
    respect et de l’amour pour tout être vivant l’injustice m’est insupportable mais une grande peur m’habite quand il s’agit de me mettre en action.Mais comment changer tout cela sans nuire à quiconque.Je ne sais pas si je serai d’une grande utilité dans un groupe mais j’aimerai aller plus loin dans ma réflexion avec toi

  • Bérenger Geneviève
    Publié le 01:13h, 07 octobre Répondre

    Cher Jean-jacques,

    Cette fois-ci, je me risque, je t’envoie un de mes petits contes, écrit en 2009. Il se trouve jusqu’à présent sur mon ordinateur. En fait, l’ébauche perpétuelle de mon livre à Mickey (ma tante). Pourtant Alfred de Vigny disait  en 1847 :
    « Un livre est une bouteille jetée en pleine mer, sur laquelle il faut coller l’étiquette : Attrape qui peut. »
    Ceci ne reflète que mon opinion personnelle sur les problèmes de société que nous vivons depuis quelques années et qui ont tendance, hélas, à s’accentuer.
    Pour souligner quelques traits importants, je l’ai complété par des articles glanés au cours de mes lectures. Les références y sont, ce n’est donc pas du plagiat.
    Voilà, bonne lecture :

    La naissance de : «  l’automate homo pubbien zappien »

    !!!Ceci est une critique de la société en général, elle ne vise personne de mon entourage en particulier et ne cherche pas à réveiller les susceptibilités. Car, souvenez-vous , je n’écris pas pour mettre le doigt où ça fait mal ; mais pour tenter de nous faire tous réfléchir et avoir des ébauches de solutions pour trouver : le Bonheur Universel !!!
    Écrit l’année dernière en y réfléchissant, en 2009 :
    J’explique :
    Vous le croisez tous les jours, c’est celui qui, peut-être tout comme vous, vit : « métro, boulot, dodo  »! Mais pour chacun, les autres, ce sont : « les gens » ! C’est une des caractéristiques de ce phénomène qu’à engendré le genre humain, il a une vue uniforme sur les autres, ce sont tous : « les gens », sauf lui évidemment; encore que lui, il ne sache pas vraiment qui il est ? D’ailleurs, il ne le cherche pas, il vit, c’est tout ! C’est son côté automatique, d’où le premier mot qui le caractérise : l’automate !
    Ce doit être un homme puisqu’il ne marche pas à quatre pattes, (Enfin, qu’à partir d’un certain âge !), qu’il s’habille comme vous, ou comme les autres si vous préférez ! Ne me demandez pas son sexe, il est parfois impossible de le déterminer, même l’uniformité parvient à détruire cette caractéristique qui faisait pourtant le charme de l’existence autrefois; mais celle-ci est-elle encore possible pour lui ? C’est un homo , c’est tout ! Et c’est déjà bien assez dur à assumer, pour lui, d’être une fin de race !

    (*« homo » est ici employé au sens scientifique du terme ; je ne juge pas de la sexualité de certains groupes humains qui ne me regarde aucunement ! N’étant pas dans leur peau, je ne connais ni leur difficulté ni leurs aspirations. D’ailleurs je pense que toute vie connaît des difficultés de tous ordres et qu’il est très difficile de se mettre à la place des autres. Je dis « homo » comme « homo- sapiens », « homo-erectus » etc… C’est à dire qu’il s’agit ici d’un terme biologique de paléontologie, point. Ce que je vise ici, c’est la transformation de notre race à tous, nous les humains.)

    Mais non, pubbien, n’a rien à voir avec le pubis, puisque je vous ai dit qu’il était plutôt asexué ! Cela se rapporterait bien évidemment avec la publicité ! Le temple de la communication (Les médias : journaux, radio, télévision. ) y a fait rentrer « les marchands », que Jésus se serait fait un devoir de chasser ! Enfin, il n’était plus là pour çà ! Alors ils sont rentrés, en montrant « patte blanche » d’abord, comme dans l’histoire du « loup et des sept chevreaux »  où justement le loup afin de se faire ouvrir la porte par les petits chevreaux innocents qui sont restés tout seuls, se fait passer pour leur maman en leur montrant une patte blanche trempée préalablement dans la farine. Je ne vais pas vous raconter ce conte, vous l’avez compris: la fin se passe au détriment des petits chevreaux confiants qui se font manger avec délectation par le loup. Oui, les publicitaires ont montré « patte blanche », c’est à dire qu’ils ont promis « monts et merveilles pécuniaires » aux journalistes qui ont été ravis d’augmenter leurs salaires, afin, soit disant, d’améliorer l’information (La bonne blague!) et puis ils ont sincèrement dit la vérité : publier, c’est informer ! Ceux qui étaient de bonne foi, l’ont fait ! Il y en a eu, il y en a encore, le monde n’est pas tout à fait pourri, heureusement ! Seulement les autres, les vilains marchands du temple de la communication que Jésus aurait chassés, s’il avait été là, ceux là, les rusés personnages pour avoir plus de profit ont fait des publicités mensongères (De tous temps, il y a eu des « bonimenteurs » ! Et là, monsieur tout le monde pouvait, avec un peu d’astuce, s’en rendre compte et ne pas se faire avoir!), mais aussi, ils ont crée des besoins, à ceux qui n’en avaient absolument pas besoin, justement ! Ils ont poussé le monde dans la spirale infernale de « l’avoir » et tous ont oublié « d’être » puisqu’ils sont devenus des pubbiens sans personnalité !

    La consommation devenant la reine, chacun s’est mis à faire ce qui lui plaisait, et peu importe que ce soit au détriment des autres, d’ailleurs la publicité les y a poussé parfois : mentir pour avoir plus de ce délicieux fromage, bousculer un vieillard pour avoir plus de chips, quitte à le tuer car l’important n’est pas là….l’important c’est de satisfaire ses nouveaux besoins que les publicitaires décrivent comme impératifs ! Et voilà comment « Satanas » s’est emparé des médias qui auraient pu s’ils avaient été bien gérés être un outil d’information réelle et de pédagogie cherchant à élever l’esprit de tous. Mais voilà, ceux qui veulent dominer le monde se sont vite rendu compte qu’il était plus facile de manipuler des innocents que des gens instruits !

    Un outil a tout compliqué « la zapette! » qui permettait au départ, de changer les programmes sans avoir à se lever (Le divin confort, était devenu un besoin!). Alors ils ont zappé les programmes. Puis zapper leurs achats (Changer de voitures ou de biens récemment acquis. Ce n’est pas de leur faute, c’était devenu : un besoin !); Zapper leurs plantes vertes (Quand elles ne fleurissaient plus, à quoi bon les garder ! Elles ne devaient satisfaire que leur besoin immédiat d’embellir leurs vies! Or une plante bien soignée peut parfois fleurir pendant des années, même si à l’automne elle semble mourir.). Zapper leurs animaux de compagnie (Leur besoin de vacances était primordial !). Zapper, ce qui est encore plus fort, les animaux domestiques dont ils se nourrissaient (Leur besoin d’être en bonne santé primait ! Alors ils ont tué les espèces qu’ils avaient eux-mêmes rendues malades par leur besoin de s’enrichir pour satisfaire tous leurs autres besoins : la vache folle, les poulets à la dioxine, et bien d’ autres… Mais comme leur besoin primaire de manger, qui est, lui, un besoin naturel, n’était pas satisfait, ils ont fait venir de bien loin d’autres espèces pour leur consommation. Ce besoin étant satisfait, peut importait si la planète étouffait par leur bêtise, car la pollution des moyens de transport à été décuplée !!). Zapper leurs conjoints (Tant que la séduction, qui est un besoin de plaire, opère, çà va ! Mais dès que le jouet ne plait plus ! Bye-bye !… Zapper leurs vieux (qui dérangeaient leur besoin de tranquillité !) dans des homes, appelés parfois plus pudiquement des Seigneuries. Zapper leurs enfants braillards dans des crèches, puis dans des écoles (On dépose, comme un paquet de linge sale l’objet encombrant ! Pas un bisou ! Pas un mot gentil, parfois, hélas…) car s’ils ont satisfait, au départ, leurs besoins de procréation, pour montrer aux autres « aux gens » (Qui de toute façon sont bien trop préoccupés par leurs propres égoïsmes les obligeant à zapper pour être heureux!) qu’ils sont des êtres accomplis capables de se reproduire ! Ensuite… les enfants les dérangent, car les responsabilités de parents exigent trop des « zappeurs » qui ne sont pas capables de les assumer, et qui se trouvent démunis devant une esquive impossible (les chers petits sont là et bien là !). Alors ils les envoient en camps ou dans des stages de formations diverses qui ont surtout comme avantage de les en débarrasser (Ceux qui choisissent ces camps avec discernement n’étant pas des zappeurs, bien évidemment; mais des parents aimants. Seuls les éducateurs voient avec tristesse la différence qui existent entre eux, aux comportements de leurs enfants mal-aimés, abandonnés, qui en général ne s’intègrent pas au groupe et restent sur le côté ! Les parents ont beau tricher en voulant donner le change « C’est pour son bien ! » mais l’Amour, lui, ne triche pas; et cela se voit !). Ou alors ils les laissent, sans surveillance, derrière un écran pour avoir la paix et pouvoir zapper à l’aise le leur ! Mais ils reproduisent quoi ? Des automates pubbiens zappiens, qui marchent sur (et cassent) un trop plein de jouets reçus (Zapper aux goût de leurs parents, qui ne savent plus les aimer autrement qu’en les comblant ou en cherchant à combler leurs besoins jamais satisfaits, car la publicité elle, comme une machine diabolique qui s’est emballée, n’arrête pas de leur créer, ainsi qu’à leurs rejetons, d’autres besoins !), car le seul besoin qu’ils n’ont pas satisfait c’est celui de l’Amour ! Mais comme ils ont été élevés dans cet état d’esprit « zapper », et qu’ils sont devenus des automates manipulés par la publicité, ne pouvant être heureux dans ce monde artificiel, ils en détruisent tout, même ce qui hélas pourraient satisfaire leurs besoins réels. Mais ils ont perdu jusqu’à leur faculté de jugement !

    Nostalgie. (écrit en 2003, au retour d’une promenade seule avec Guy.)
    Les âmes en peine traînent le weekend; d’être désœuvrés, soudain les rends vrais.
    Dans les quartiers désertés, la triste réalité, perdant ses attraits, alors apparaît.
    Et déjà, ils rêvent : la fin de la trêve; car leurs rêves s’enfuient, étourdis par la vie.

    Les zappiens sont perdus sur leur planète où ils ont fini par zapper sans but réel. Leurs vrais besoins d’Amour réel, ils ne les voient plus, ils errent sans but, l’inutilité de leurs existences les condamne, ils vont disparaître s’ils continuent ainsi et ne se reprennent pas en charge. Et qui les remplacera ?

    Leurs enfants, devenus « presse boutons » ne connaissent plus le goût de l’effort, et de la réalité :

    -pour écouter de la musique : ils pressent sur un bouton.

    -pour voir un film : ils pressent sur un bouton.

    -pour avoir de l’argent : ils pressent sur des boutons du distributeur de billets (que leurs parents ont parfois eu tant de mal à gagner !). La réflexion enfantine : « Maman, si tu n’as plus d’argent, va donc au distributeur ! » ne fait rire qu’une seule fois les parents.

    -avec l’ordinateur : ils pressent sur des boutons et ont sans se fatiguer les informations que leurs professeurs leur demandent.

    -pour les imprimer : ils pressent sur des boutons.

    -les efforts de mémoire n’existent plus, car ce sont les photos imprimées grâce à tous ces boutons qui retiennent, pour eux, leurs souvenirs.

    -pour voyager : ils appliquent leurs cartes de transport en pressant sur des boutons et ne réalisent même plus que c’est grâce à un conducteur (un être dit « humain », comme eux !) qu’ils se déplacent. Pour s’amuser, certains leur envoient des briques sur la tête du haut des ponts routiers, ou les agressent, sans raison, sinon celle de se distraire, comme ils le font avec leurs jeux vidéos.

    Alors les « zappiens », se plaignent, car leurs enfants, les « presses-boutons », ne travaillent plus à l’école, parce qu’ils deviennent violents !

    Mais que leur montrent-ils comme exemple ? Celui de la paresse et de l’irrésolution, en zappant sans cesse ! En banalisant la violence dans des films « hard » parce que cela se vend bien car l’être humain qu’on croyait civilisé, en est resté au temps des gladiateurs ! Parce que développer son empathie n’était pas intéressant pécuniairement : parce que le règne de l’argent est en train de tous nous détruire comme dans l’histoire du roi Midas (voir plus loin) :

    En fait, comme vous le verrez au sujet des chiffres, je n’ai rien contre les progrès techniques, bien au contraire, puisque j’utilise moi-aussi un ordinateur ! Non, ce que je dénonce, c’est la mauvaise utilisation que l’on fait des uns et des autres. C’est pour cette raison, qu’il me semble urgent de changer nos mentalités et retrouver notre discernement. Utiliser toutes ces technologies avec intelligence !

    Mais qu’est-ce que « l’intelligence » ? C’est le fait de savoir s’adapter aux circonstances, de résoudre les problèmes que la vie nous pose, en nous comprenant nous-mêmes, pour mieux comprendre les autres, afin de donner du sens à nos choix dans le but qui nous occupe : le Bonheur Universel !
    « Midas » (écrit en 2009)
    Le roi s’ennuyait seul dans son palais. Soudain il eut une idée : appeler l’un de ses sorciers !
    « Que désire votre majesté ? »- « De l’Or pour dominer la contrée , de l’Or pour être le plus fort, de l’Or pour vivre sans effort, de l’Or, pour attirer les femmes, de l’Or, pour qu’à sa vue, elles m’aiment, de l’Or, pour être respecté ; de l’Or, peux-tu m’en apporter ? »
    « Mon maître, il te suffit de désirer ! Cette frêle baguette va t’enchanter ! Tu n’auras qu’à la poser sur n’importe quel objet et celui-ci se transformera en Or ! Et maintenant change donc tout ton décor !
    Alors dans l’exaltation, devenu un tourbillon, il toucha tout autour de lui : « Que c’est beau tout cet Or qui luit ! »
    Mais lorsque fatigué, il voulut se poser , se désaltérer et aussi manger : l’Or ne se buvant pas, l’Or ne se mangeant pas, il n’avait plus rien, bien pauvre soudain, l’Or ne lui apportait rien ! Devenu soudain chagrin, avec la vie coupant les liens, il posa sa frêle baguette, sans réfléchir à l’aveuglette : en touchant ses habits, et sa physionomie il devint alors statuette finissant son historiette.

    À force de tout vouloir transformer en Or (comme le roi Midas) ou en richesses considérables nous finissons par ne plus pouvoir vivre ! C’est vrai, il nous faut travailler pour l’obtenir et vivre convenablement c’est à dire en satisfaisant nos besoins élémentaires et ce petit surplus pour avoir la satisfaction d’en profiter sans se sentir étranglé par la dureté de l’existence (C’est d’ailleurs ce petit surplus qui nous pose un problème, il devient vite immense, car il est très difficile de réfréner ses envies, et la publicité ne cesse de nous en créer ! Si ce n’est pas un dû; mais que nous avons la sensation bien réelle de l’avoir mérité, nous saurons mieux le gérer ! Pourquoi ? Parce que « Bien mal acquis, ne profite jamais ! », tout simplement parce qu’on en réalise pas sa valeur !).
    Combien d’hommes d’affaires ratent leur vie sentimentale et affective pour avoir trop voulu épater la galerie avec leur réussite factice ? Les tricheurs, tôt ou tard sont perdants, car leurs bases sont déséquilibrés. On ne construit durablement qu’avec l’Amour ! C’est ça, la justice divine ! Si les autres ont besoin de nous (Ce n’est pas pour que nous les dominions en les écrasant de notre supériorité !) pour se sentir aimés et acceptés; la réciproque est vraie : nous avons absolument besoin d’eux pour être heureux (Et c’est pour cette raison que leurs jugements sur notre personne nous semblent si importants ! Mais inutile de tricher, si nous ne savons pas ou ne pouvons pas être altruiste : mieux vaut un égoïsme de bon aloi, comme celui du pêcheur du conte suivant, plutôt qu’un écrasement de leurs propres personnalités par la nôtre : chacun à sa place, chacun a son rôle à jouer, certes, mais rien que le sien, et si possible, le mieux possible pour que l’harmonie règne !) !

    Où est donc le conte du Pécheur Heureux ? Extrait de « Il était une Foi » Éditions CRJC LIÉGE

    Un opulent industriel était horrifié de voir un pêcheur étendu paresseusement à côté de son bateau.
    -Pourquoi n’êtes-vous pas à la pêche ? demanda l’industriel.
    -Parce que j’ai attrapé assez de poissons pour la journée, répondit le pécheur.
    -Pourquoi n’en pêchez-vous pas plus que vous n’en avez besoin ?
    -Qu’est-ce que j’en ferais ?
    -Vous pourriez gagner plus d’argent. Avec cet argent, vous pourriez ajouter un moteur à votre bateau, et pêcher plus de poissons. Cela vous permettrait d’acheter des filets de nylon. Et ces filets vous apporteraient plus de poissons et plus d’argent pour posséder deux bateaux… peut-être même une flotte de bateaux. Et alors vous seriez un homme riche, comme moi.
    -Qu’est-ce que je ferais, alors ?
    -Alors, vous pourriez vous asseoir et jouir de la vie.
    -Et qu’est-ce que vous pensez que je fais, actuellement ?

    L’innovation technologique menace notre humanité. D’après Paul Lannoye.
    Président du Groupe de Réflexion et d’Action pour une Politique écologique (Grappe). 21 mars 2017

    « Le placement de puces électroniques dans la main des travailleurs d’une entreprise de Malines n’a pas ému grand monde. Pourtant, le pilotage automatique de notre existence se profile et exige la plus grande vigilance.

    L’innovation technologique est notre avenir à tous. C’est en tout cas le message véhiculé en permanence par les faiseurs d’opinion. Experts en tous genres, responsables économiques et politiques, éditorialistes, s’ils se déchirent en permanence sur la manière d’affronter les effets du développement technologique, communient dans la même croyance en sa nécessité et son inéluctabilité.Tout qui ose émettre de vraies objections ou, pire, se permet de contester la doctrine risque d’être disqualifié ou moqué puisqu’il met en cause le progrès qu’on n’arrête pas. Le déferlement actuel de technologies invasives pour le corps et l’esprit humains exigerait cependant une vigilance particulière.

    Les énormes potentialités liées à la convergence des biotechnologies, des nanotechnologies et des technologies de l’information et des communications font rêver et ébranlent les digues éthiques pourtant approuvées unanimement et inscrites dans les textes de longues dates.

    Je citerai deux textes adoptés respectivement en 1997 et en 2000 :
    La Convention du Conseil de l’Europe sur les droits de l’homme et la biomédecine (signée le 4 avril 1997 à Oviedo) avec, notamment, son article 2 « Primauté de l’être humain » et son article 10 « Vie privée et droits à l’information ; et la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne du 28 septembre 2000 (proclamée solennellement à Nice par le Parlement européen, le Conseil et la Commission, le 7 décembre 2000) avec, notamment, son article 1 « Dignité humaine », son article 3 « Droit à l’intégrité de la personne » et son article 8 « Protection des données à caractères personnel ».

    Où est donc la dignité de la personne quand on implante une puce électronique RFID dans la paume de la main d’un travailleur pour remplacer le badge d’accès à l’entreprise ? Non seulement ses données personnelles sont livrées à la direction, mais son statut est radicalement bouleversé : il est manifestement comparable à celui d’un animal d’élevage industriel. Ceci ne s’est pas passé à Singapour ou à Pékin mais en Belgique, il y a quelques semaines, dans une entreprise malinoise, Newfusion, avec l’assentiment des personnes concernées. Commentaire de Ginou : Mais avaient-elles réellement le choix ? C’était ça ou l’exclusion pure et simple de la société, autrement dit « ça ou la porte ! », ça ou le chômage pour ceux encore qui n’auraient pas compris ou ne voudraient pas comprendre.

    L’événement n’a visiblement guère ému nos concitoyens, mise à part la réaction claire et pertinente du président de la Ligue des droits de l’Homme. Bien sûr, il s’agit d’une initiative isolée, mais le risque de banalisation est évident, en l’absence d’un débat sur ses implications et sa signification sociétale. A quand l’implant d’identification pour les enfants des écoles, ce qui permettrait de garantir leur surveillance permanente ?A quand la généralisation de ce type d’implant, au nom de la sécurité pour avoir accès aux grandes manifestations culturelles et sportives ? Dans l’immédiat, c’est cependant dans les soins médicaux, pour la prise en charge de certains patients, notamment les personnes âgées en perte d’autonomie et les jeunes enfants, que le risque de banalisation est le plus grand.

    Pour capter toute irrégularité.

    Dès lors l’argument de la santé est brandi, la moindre objection est considérée comme déplacée et les droits fondamentaux oubliés. Maintenant qu’on a la capacité d’insérer un capteur et une connexion Internet dans tout et n’importe quoi, donc dans notre corps, mais aussi dans notre cerveau, la porte ouverte à une nouvelle pratique des soins de santé. Elle consiste à nous barder de capteurs chargés de traquer toute irrégularité, toute anomalie de l’un ou l’autre paramètre. Ainsi, une éventuelle défaillance peut être anticipée.

    La vision moderne de la prévention, c’est l’auscultation et le diagnostic à distance grâce à l’analyse des millions de données collectées par Internet. Les Big Data ont bien compris que le terrain de la santé mobile leur offrait un marché sans limites grâce au traçages de toutes les manifestations de la vie, aux algorithmes interprétatifs et à la géolocalisation. C’est IBM qui en détient le leadership. IBM a conçu un système d’intelligence artificielle et d’établissement de diagnostics baptisé Watson, du nom du sympathique médecin ami de Sherlock Holmes.

    Comme le remarque le philosophe Eric Sadin (« la siliconisation du monde. » Ed L’Echappée, 2016) :
    « On passe d’une économie des données visant à exploiter l’attention des internautes à une économie ambitionnant d’orienter la vie des personnes. »
    Le pilotage automatique de notre existence se profile avec la pénétration de plus en plus approfondie de notre intimité et de notre esprit grâce au développement des sciences cognitives capables de décrypter le fonctionnement de notre cerveau. Le pas suivant consiste à transformer l’humain en l’améliorant pour rester compétitif face au robot.

    Vers l’hybride homme-machine.

    Deep Knowledge Ventures (DKV) est une société de Hong Kong spécialisée dans le capital-risque pour les secteurs de la santé. Le 13 mai 2015, les employés de l’entreprise, convoqués par la direction ont découvert
    l’identité du nouveau membre du Conseil d’administration. Il s’appelle Vital et a des compétences inégalées en matière d’analyse stratégique : il peut en un temps record compulser et analyser les données utiles à l’entreprise. En outre, ses décisions ne dépendent ni de son humeur, ni de sa forme physique, ni de son environnement. Vital est un robot, doté d’une intelligence artificielle ; il est le porte-drapeau de la « robolution » en marche. (Néologisme à partir des mots robot et révolution.)

    Les visionnaires des Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon) nous proposent de nous préparer à changer de statut et d’identité pour vivre dans un monde où nous serions appelés à cohabiter avec les robots humanoïdes et à lutter pour notre compétitivité. Ils préparent l’avènement d’un homme nouveau, hybride homme-machine. C’est la vision transhumaniste, portée notamment par son gourou Ray Kurzweil, recruté par Google en 2012. En 2009, il n’hésitait pas à déclarer que les humains pourraient devenir immortels une vingtaine d’années plus tard grâce aux nanotechnologies qui permettraient le remplacement d’organes vitaux. Ce fantasme d’immortalité ne mérite pas d’être pris au sérieux mais la volonté de puissance de ceux qui le colportent doit au contraire nous interpeller et nous faire réfléchir, si nous voulons conserver notre vie privée, notre intégrité et tout simplement notre dignité. »

    ————————————————————————————————————————————-
    Eh oui, « Satanas » et ses sbires sont très forts, car il ne s’en faut pas de beaucoup pour que le repos du dimanche disparaisse ! Or, pour la plupart des familles, c’est le moment des retrouvailles. Les autres, noient hélas leurs problèmes dans la consommation, ce qui leur évite de se voir en face, car l’affrontement de leurs personnalités leur fait peur ! En fait, ils n’ont pas compris qu’ils sont complémentaires et non rivaux. Mais à cause de cette incompréhension, ils font le jeu du mal qui renie Dieu (qui nous a pourtant voulu complémentaires à lui , tout en étant complémentaires entre nous!) ! Si nous supprimons le dimanche, nous supprimerons du même coup les couples, les familles, les amitiés, tout ces liens si précieux qu’offre la vie avec les autres ! Plus moyen de se rencontrer avec ceux qui devraient nous être si chers, puisque chacun a un jour de congé différent. Triste société, que celle de l’ « homo pubbien zappien » ! Nous nous transformerons tous en consommateurs, à la recherche perpétuelle de bonheurs factices, et nous passerons à côté, sans le voir, du seul vrai bonheur : l’Amour ! À moins que… Tout à coup, nous réalisions que nous sommes des « moutons de Panurge », qu’on mène à l’abattoir et que nous nous prenions, enfin, en charge… à suivre !

    Réponse à ma question : l’empathie est-elle un phénomène naturel ? Comment en être atteint ? Il faut être aimé pour pouvoir aimer à son tour ! L’ Amour est communicatif, participatif, constant (Il ne zappe pas !); mais ce qui est encourageant c’est qu’une goutte parfois de cet Amour parvient souvent à nous ranimer, et dans ranimer, il y a animer nos âmes, nos souffles de vie ! Même si nous ne sommes pas capables d’en donner énormément, le tout c’est d’essayer, notre vie en dépend et celle du Bonheur Universel également. La race « automate homo pubbien zappien » peut disparaître en douceur et être remplacée par celle de l’Amour qui sera sûrement plus belle ! Mais pour cela, il nous faudrait un peu plus de personnalité « que diable » ! C’est individuellement que nous devons réaliser la gravité de la situation, afin de « ne pas nous laisser mener en bateau ! » Notre esprit existe-il encore ? Sommes-nous déjà des automates, des « presses-boutons » sans esprit ? Je vous demande, instamment, d’y réfléchir ! Autrement, gare à la casse ! En appuyant inconsidérément sur n’importe quel bouton, nous pourrions faire sauter la planète et nous-mêmes grâce à notre bêtise ! Devenons donc tous intelligents, il en est plus que temps !

    Comment ?
    Grâce à l’Esprit qui est le lien entre nous puisqu’il est l’Amour !
    L’ Amour se transmet, se développe et s’étend avec des âmes elles-mêmes renforcées par lui !

    Rajout actuel en 2018 : Chacun est seul dans les grandes villes, c’est surtout visible dans les transports en commun. Rivés à leurs smart-phones, ils ne voient plus personne. Et dire qu’il y en a qui ont imaginé, dans certains contes de fée, des tenues invisibles pour échapper au contrôle social (des punks, des gothiques, des beatniks et d’autres excentriques passent inaperçus désormais chacun ne vivant que pour soi ! La misère non plus, vraie ou organisée en gang, peu importe, chacun ferme pudiquement les yeux. L’anonymat les protège.) On se croise sans se voir, on n’existe pas pour l’autre… Il suffisait d’accaparer l’attention par des jeux, des petits films ou des chansons, ou de leur donner l’illusion d’être écouté par leurs interlocuteurs car en réalité, ils parlent seuls ; celui qui les écoute chez lui, à sa télévision allumée et se contente de répondre par çi par là des « oui, oui » qui leur donnent cette illusion d’écoute, et ils reposent, dans les intermèdes, leurs écouteurs ( Authentique ! Comportement observé dans la réalité !). Oui, pour obtenir ces prodigieux résultats ou l’indifférence est devenue monnaie courante, les smart-phones font merveille car ils donnent à chacun l’illusion de s’adresser à lui, en particulier. Alors, quand on sourit, quand on fait un commentaire aussi futile soit-il « Votre jupe est très jolie madame ! »- « Oh, c’est qu’avec ces chaleurs ! Mais vous savez, elle est vieille. »- « Oui, mais le tissu est joli ! » et là, elle raconte son voyage en Provence il y a quelques années et pourquoi elle a choisi ces couleurs qui lui rappellent de si jolies vacances. Qu’on ose répondre à la question qu’un enfant se pose et à laquelle personne n’ose répondre parce que l’enfant est coloré et ressens déjà cela comme une discrimination : (« Pourquoi on peut pas manger dans les métros ? »- «  Parce que c’est plus agréable que ce soit propre pour tout le monde, y compris pour toi quand tu arrives, car autrement on finirait par avoir l’impression d’être une ordure au milieu d’une poubelle ! » L’enfant rit et semble rassuré, il a compris la mesure et ne se sent plus visé personnellement. Il est content qu’un adulte lui ai parlé et se sent mieux intégré à la société en en comprenant les usages. Autre réflexion d’adolescents :« Cet imbécile de Charlemagne, c’est d’ sa faute si nous sommes obligés d’aller à l’école ! »- « Non, lui a seulement permis à tous de s’y rendre en y instituant la gratuité, avant lui, seuls les riches avaient accès à l’enseignement avec des précepteurs que leurs parents leur payaient ! Il était bien gentil, en somme, d’avoir fait cela pour tous les enfants sans exception. Mais cela n’a pas suffit, vois-tu, car malgré sa gratuité, les parents qui avaient besoin de bras, notamment les paysans, ne les envoyaient pas s’instruire ! Alors, en France, il a fallu attendre après Napoléon III pour que Jules Ferry en 1882 rende l’école obligatoire de 6 à 13 ans. Et c’est seulement Charles de Gaulle qui poussa l’obligation jusqu’à 16 ans. Maintenant ils y vont jusqu’à 18 ans avec une obligation scolaire à temps plein jusqu’à 16 ans pour laisser la possibilité à ceux qui le désirent de 16 à 18 ans de faire des contrats d’apprentissages tout en apprenant leur futur métier. C’est rudement bien pour eux, tu ne trouves pas !? En Belgique, je ne sais pas, demande le donc à ton professeur d’histoire ! (J’ai regardé depuis c’est le 19 mai 1914 qu’elle fut obligatoire de 6 à 14 ans. Maintenant c’est aussi 18 ans la limite obligatoire mais ils ont accès au temps partiel à partir de 15 ans pour favoriser les contrats d’apprentissages également.) C’est donc une chance que vous avez tous actuellement et pas une corvée. Il y a des pays où les enfants font tout pour aller à l’école, notamment les filles, qui doivent affronter l’opprobre et les coups parfois. Ici vous avez braiment beaucoup de chance ! » l’air gêné, il s’est gentiment excusé : « Je ne savais pas Madame. »- « Oui, mais puisque moi, je le savais, autant partager avec toi mes connaissances. » Tous ceux qui ont des chiens ou des petits enfants parlent plus facilement lorsqu’on s’extasie sur leurs protégés. Certaines personnes revivent pour un sourire ou une place qu’on leur laisse (il m’est arrivé de changer de places pour des amoureux ou pour laisser deux copines discuter ensemble) et se mettent, à brûle pourpoint à nous raconter leurs vies (surtout les gens âgés qui ont commencé à travailler à quinze ans et qui se sentent incompris : « de mon temps Madame … »). Les gens ont tant besoin d’Amour et d’amitié qu’ils ressemblent à des terres asséchées avides d’eau. Mais lorsqu’ils parlent, c’est surtout pour être écoutés, compris, jamais ils ne s’intéressent réellement à leur interlocuteur, manque d’entraînement, sans doute… Seul un sourire prouve que le message est passé et que pour un soir ils sont réellement heureux, d’avoir été pris au sérieux, mais, ils descendent ou nous descendons du véhicule et la sinistrose habituelle reprend ses droits.

    Reprise de 2009.
    Le rôle des parents ou des éducateurs : Le plus bel héritage (leur Amour) que des parents ou des éducateurs peuvent offrir aux enfants qui leur sont confiés, a lieu pendant l’enfance; lorsqu’ils leur offrent la possibilité de s’instruire et d’apprendre un métier qui pourra les faire vivre plus tard ! Avec ce qu’ils auront réellement emmagasiné dans leurs jeunes cervelles, ils pourrons toujours reprendre pied ailleurs, en cas de naufrage de la société dans laquelle ils exerceront leurs talents. Les difficultés de la vie ne leur sembleront pas des barrages insurmontables; mais seulement les obstacles naturels d’un parcours plein de rebondissements ! Les parents ou les éducateurs n’auront été que les armateurs de la flotte du bon Dieu, en les baptisant (C’est à sire en les nommant, en leur donnant un prénom, une identité propre dont ils puissent être fiers !). Les lançant ainsi armés, ils seront prêts à affronter les difficultés de la vie, en en suivant le courant et ses aléas. Car ils en seront conscients, sans exagération; bien que nullement effrayés, car pleins de confiance en eux et en leurs capacités à se défendre !Alors, puisque qu’ils seront animés de l’Amour si bien transmis par leurs parents ou leurs éducateurs; alors seulement ils seront en mesure d’aider les autres et de faire régner le Bonheur Universel!

    Ginou.

    P.S : pour moi Dieu ou Allah ou L’intelligence universelle représente la même divinité. Tout cela n’étant qu’une question de perception différente. Voilà, sans doute, l’origine des guerres de religion. Tous, voyaient ou imaginaient l’ordre du monde régit par une ou des divinités supérieures ! Tous avaient raison, Dieu existe ! Même s’il a été nommé différemment par chacun. Dieu n’agit pas seul, des forces collaborent à son œuvre, même si nous les percevons différentes théologiquement ou scientifiquement ! Enfin, bref, on s’est battu pour rien ! On aurait mieux fait de faire un effort de compréhension réciproque !

    Petite pensée de dernière minute.

    Dieu nous a créé « multiples » pour le partage, et « incomplets » pour nous donner envie d’espérer :

    « l’union » qui est l’Amour !

    Bien amicalement  et bon courage pour les transformations que tu désires apporter à notre monde qui en a un grand besoin : Geneviève (ou Ginou qui est en réalité mon surnom.)

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 09:29h, 07 octobre Répondre

      Merci Geneviève pour tes propos à la fois pertinents, impertinents et humoristiques ! J’ai adoré !

  • Anna
    Publié le 10:00h, 06 octobre Répondre

    Bonjour Jean Jacques
    J’aime le fait qu’on se tutoie, ça nous approche tous, effectivement on en a besoin en ce moment… c’est ce besoin là qui me pousse à te répondre.
    Je suis polonaise qui vit en Bretagne, en France, donc déracinée de mon pays natal, je sens un appel en moi de me réconcilier avec mon pays et ouvrer à mon niveau a son développement en conscience.
    Ta formation AVM 05 a véritablement mis en mouvement ma vie, je t’en remercie de tout mon coeur.

    Pendant très longtemps j’ai pensé à te proposer de traduire tes videos et diffuser tes enseignements en Pologne.
    Mais j’ai fait le choix de m’occuper de mes enfants (9 et 10 ans) avant de me lancer dans de gros projets.
    En tout cas je vis une crise qui ressemble au tien, je ressens un besoin coopérer avec les gens qui me ressemble.
    Suite à ta formation AVM j’ai repris les études en coaching professionnel et aujourd’hui j’enseigne dans l’enseignement supérieur en management des futurs dirigeants d’entreprise, les entrepreneurs, j’accompagne les personnes en reconversion professionnelle à trouver un sens à leur vie et à entreprendre en conscience.
    Je rêve d’un monde en paix, harmonieux, beau et libre et des organisations plus collaboratives et bienveillantes.
    Je suis également très sensible à l’évolution de l’éducation et la libération du monde des pervers narcissiques dont elle a bien parlé Christine Calonne ci-dessous.
    Je rejoint volontiers l’élaboration de ton projet.
    Bien à toi.
    Anna

  • phil
    Publié le 19:38h, 05 octobre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,

    Je te remercie pour cette lettre d’une expression toute personnelle et j’ai du respect pour ta démarche.
    Je lis c e que tu envoi et j’avais commencé la sériè de 5 video que j’ai dû interrompe faute de temps.
    En m^me temps j’avais beau cou apprécie les 2 premières, pris des notes et apprécies ta méthode, tes propositions méthodologiques.

    En m^me temps, une partie de moi, ne peut adhérer à ton texte ni au ton utiliser.
    je vais tenter objectivement et sans jugement essayer de te le décrire.

    Chronologiquement:
    1 – Si tu n’as jamais lu un de mes courriels, c’est LE message à lire.
    ******Je suis étonné de ton expression ici : car tu présupposes d’emblée une idée négative sur nous tous.
    Ici c’est ‘accord Toltèque 3, qui à mon avis n’est pas respecté .
    je sais que tu le connais : je m’étonne de cet « écart » de ta part.

    2 – Quand je vois la manière dont l’élite mondiale et les grandes entreprises multinationales maltraitent de plus en plus l’immense majorité que nous sommes, avec la complicité de nos gouvernements et des médias, …..
    ******* je suis étonné de la naïveté de ces propos venant dune personne  tellement en capacité d’avoir les ressources pour gérer les informations de notre monde actuel.

    3 – Beaucoup de JE, Je..je…..
    **** à la moitié de la lecture, je suis abasourdi par tous ces « Je » : il  y a overdose,…je pense qu venant de toi encore une fois
    un ton moins plaintif pouvait être utilisé 
     alors que je te considère comme un maitre en terme de « coaching » et d’exemple en droiture de posture, à la moitié du texte, la crédibilité n’y est plus.

      4 – Ce que je suis en train d’offrir à mes étudiants des deux dernières académies (le programme de l’Académie des Relations Authentiques et celui consacré à la Mission de vie) est vraiment du grand art (je le dis moi-même, et tant pis si ça ne te plaît pas — je n’ai rien à perdre ni rien à prouver).
      ****** ce « …et tant pis si ça ne te plaît pas — je n’ai rien à perdre ni rien à prouver)……ce ton, ces mots ne sont pas dignes de toi  : je sens une perte de « contrôle » de toi : m^me en crise et surtout si tu t’adresses à des milliers de personnes , la perte de contrôle, n’est pas un bonne chose. D’ailleurs, en terme d’accord Toltèque, ici, c’est l’accord 1, « parole impeccable » qui est bafoué, à mon avis
    5 – Je suis en crise enfin parce que j’en ai marre du développement personnel tel qu’il est pratiqué et tel qu’il est consommé majoritairement. J’en ai marre, en tout cas, de toutes ces offres qui vous promettent de résoudre tous vos problèmes parfois en un seul séminaire, une fois pour toute, DÉ-FI-NI-TI-VE-MENT… Et j’ai envie d’ajouter… « Pour les siècles des siècles, AMEN ! »
    ******** là , tu tombe dans la colère : tu es un maitre en terme de gestion des émotions et là il y a un passage à l’acte qui t’amène à des propos… maquant de profondeur…. je sens là une exaspération de type juvénile…. pour moi, tes propos et le ton, sont de pus en plus superficiels : je ne trouve ni grand intérêt dans tes propos ni forte profondeur.
    6 – Tout d’abord, depuis l’arrivée des moyens technologiques qui nous permettent de proposer des formations en ligne, une multitude de jeunes loups inexpérimentés
    ******* et là tu tombes lourdement dans le jugement :  en toute souveraineté , tu peux être amener à juger si tu le souhaites : je m’étonne encore une fois , que tu sembles refuser « ce qui est »….. Or c’est  ce que tu nous a appris……. » ici et maintenant, accueillir ce qui est ».
    Ben oui, des  » jeunes loups aux dents longues. »… Je suis musicien et dans la musique, il  y a aussi de Jeunes loups aux dents longues qui sortent de The Voice et qui dament le pion à de très bons musiciens qui restent dans l’ombre et dans leur précaire statut d’intermittent ou qui au contraire perdent chaque années leur statut…..bien sûr , on est militant, mais …. »accueillir  ce qui est », tu me l’as appris comme d’autres aussi que je considère comme mes maitres: tu en fais partie : j’attends autre chose de toi, m^me en crise, et ta crise est moins credible à mes yeux.
    7 – il paraît qu’en chinois, le mot « crise » signifie à la fois « danger » et « opportunité ». Tu es un maitre pour moi et en citant ceci tu le prouves car depuis une 20 aine , je chemine avec cette notion tirée du chinois. ….. en m^me temps si tu veux bien j’en affine la définition : ainsi, en chinois, l’idéogramme qui signifie « crise » est composé de 2 signes -tel un nom composé-: l’un signifiant « danger » et l’autre « chance » . De m^me, on peut rajouter que le mot conflit est lui aussi un idéogramme composé du signe qui signifie « accès » et d’un autre signifiant « progrès ».

    amitiés et respect

    Phil

  • Carolina
    Publié le 08:40h, 05 octobre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Merci pour votre courriel que je viens de lire. Très intéressant votre « coming-out » et il est vrai qu’un seul monde n’existe pas (encore heureux, sinon on serait vraiment foutu :D) et je suis convainque que tous ses mouvements vont fédérer de plus en plus de gens. Car l’humain à encore son libre arbitre et à l’intelligence d’observer ce qui se passe autour de lui et il a la possibilité de changer d’avis.
    Le monde dont je rêve : un monde ou les enfants ne sont pas mis dans des cases dès leur plus jeune âge. Dans la société actuelle, en Europe, un enfant doit attendre un résultat X afin de devenir qqn dans sa vie. s’il n’atteint pas ce résultat il est placé dans une case « bon à rien et tu le resteras toute ta vie ». Or, tous les parcours d’une vie sont différents et peu importe le but, si c’est LE but, on y arrive par un chemin ou par un autre.
    Mes valeurs : l’amour et le respect des uns et des autres. Tout le monde est différent et l’amour est la plus grand cadeau.
    Ma contribution : si j’arrive déjà à élever les enfants qui m’entourent (fille, nièce, neveu, filleul) d’une manière ou ils comprennent que leur Être, qu’il soit émotionnel, physique, psychique est ce qu’il y à de mieux sur cette terre et qu’en eux ils ont les meilleurs outils pour faire ce qu’ils souhaitent de leur vie (de l’amour d’eux mêmes) ce sera une très grande réussite. Car ensuite ils pourront transmettre à leur tour.
    Une belle journée ensoleillée.
    Carolina

  • Fabienne
    Publié le 05:29h, 05 octobre Répondre

    bonjour Jean-Jacques,
    bonjour à tous,

    d’abord un grand merci …
    oui, ça fait du bien de savoir que nous ne sommes pas seuls 😉
    je l’ai découvert pour ma part dans l’ouvrage de Bernard Lietaer « Au coeur de la monnaie ». (Génial bouquin sur les tabous et les archétypes liés à la monnaie!)
    c’était il y a deux ans et ça a contribué à changer ma vie.

    moi qui me suis toujours sentie un peu à l’écart de ce monde – que je trouvais hostile et incompréhensible – j’ai toujours pensé (et écrit !) que « mon » monde n’était pas celui là.
    et j’ai commencé à « renouer » avec l’humanité – et à m’approprier MON monde, en travaillant sur ma relation à l’argent, puis en accompagnant d’autres personnes sur ce chemin.

    La relation à l’argent est à l’image de notre relation au monde matériel … clé de lecture, et entrée vers « soi » : notre corps, nos émotions, le sentiment de valeur / légitimité que nous avons de nous même, notre capacité à entrer en relation de façon authentique, à faire des choix, à prendre des décisions, à choisir un T-shirt ou un job > tout ça se passe dans le monde matériel !
    – notre corps, c’est notre matière.
    – nos émotions, c’est la façon qu’à notre corps de nous dire comment nous sommes impactés par le monde qui nous entoure, dans la matière.
    L’argent est un des outils les plus répandus de nos interactions dans la matière, il transporte avec lui une multitude de projections et il est issu d’un système monétaire basé sur la dette : à chaque transaction on se refile un peu d’intérêt et de profit. (pour en savoir + sur ce sujet, je vous recommande le livre cité ci-dessus)
    D’autres systèmes monétaires, dans notre histoire, et aujourd’hui un peu partout dans le monde, montrent les bienfaits d’une circulation des richesses qui ne soit pas liée à la dette (les monnaies dites complémentaires !) : augmentation du bien-être économique, meilleure place de la femme dans la société, investissement à long terme, confiance dans l’avenir, relations sociales apaisées etc.

    J’ai de plus en plus conscience de faire partie de ces créatifs culturels.
    Je pourrais reprendre à mon compte ta lettre tout entière, Jean-Jacques !
    Mon monde n’est plus celui que me montrent les médias, j’ai arrêté les infos depuis 5 ou 6 ans, et je n’en perçois qu’une mauvaise pièce de théâtre assez grotesque. Je ne perçois même plus l’utilité de me sentir informée. je vois ce monde là comme un colosse aux pieds d’argile.
    Je suis par ailleurs assez émerveillée par les nombreuses discussions que j’ai avec mes enfants et leurs amis, enthousiastes, vivants, autonomes, critiques, connectés. Ils vivent dans un autre monde, déjà !

    Pour répondre à ta question Jean-Jacques, le monde dont je rêve est passé à un autre système de circulation des richesses, voire plusieurs autres.
    Si on zappe, totalement, la question de l’intérêt et du profit, c’est vertigineux les bienfaits que ça génère … essayez d’imaginer ! ce qui se passe entre nous ? comment on construit les bâtiments ? les objets ? comment on s’inscrit dans notre écosystème la terre ? comment la compétitivité, l’individualisme deviennent anecdotiques ? comment l’avidité et la peur de manquer « disparaissent » – progressivement remplacées par la confiance et l’appartenance ? Comment, tout à coup, la question de croissance n’a plus aucun intérêt alors qu’elle est centrale aujourd’hui ?

    Les valeurs que je souhaite promouvoir et vivre dans le monde sont associées à un archétype très puissant, disparu/refoulé/manquant de nos inconscients collectifs depuis 2000 ans, celui de « la déesse mère », archétype féminin par excellence, qui nous parle, autant aux hommes qu’aux femmes, des valeurs dites « féminines ». Celles, justement, qui manquent à notre société.
    En leur absence, ce sont les valeurs dites « masculines » qui se sont développé jusqu’à en devenir toxiques. Or nous avons besoin des deux polarités.
    – La vison « holistique » (qui embrasse tout) plutôt que la vision symptomatique (voire les médecines alternatives qui voient le corps comme un ensemble, et à contrario, à quel point nos politiques ne s’intéressent jamais à la racine d’un problème, mais seulement à l’une de ses conséquences visibles).
    – l’alliance avec la nature : comment apprendre de la nature, être en « co-développement » harmonieux …
    – l’alliance et la confiance entre nous … le bien commun, les relations saines et authentiques – il y a du travail …
    – la foi dans l’avenir, l’investissement sur le long terme,
    – l’acceptation qu’il y a des choses que nous ne comprenons pas … savoir les écouter, les ressentir, les observer, en tenir compte …
    j’ai l’impression qu’on pourrait en ajouter bien d’autres, mais souvent elles viennent en conséquence de celles-ci, à mon sens.
    un exemple : sobriété. Vivre dans la sobriété implique déjà une relation harmonieuse avec la nature, un désengagement des notions d’accumulation liées au paradigme intérêt/profit, une adhésion confiante à ce qui est collectif.

    Quelles contributions ?
    Continuer à parler des monnaies complémentaires autour de moi, dans le cercle social, lors de conférences ou d’ateliers, à les utiliser, à favoriser les initiatives.
    Accompagner encore et encore mes clients dans une relation à l’argent saine et constructive, vers une meilleure harmonie en eux mêmes, avec les autres, avec le monde,
    Ecrire, au sujet des relations notamment !
    Diffuser des nouvelles différentes, enthousiasmantes, ouvrir des portes …

    voilà,
    merci à ceux qui ont lu jusqu’au bout – j’ai été un peu longue !

    au plaisir de lire tes prochains courriers, Jean-Jacques !

    Fabienne

  • Corinne
    Publié le 03:14h, 05 octobre Répondre

    Merci infiniment, cher Jean-Jacques, pour ce courriel que j’attends depuis des années. Merci d’avoir réussi à récolter les fruits de la même crise que je traverse depuis longtemps et de les partager. Comme toi, je rêve d’un monde de bienveillance, de respect, d’amour, de justice, de solidarité et de partage, où le féminin est apprécié à sa juste valeur … bref, un monde où la VIE est estimée comme un cadeau précieux à chérir, à protéger et à améliorer. Je suis déjà sur la route de ce monde meilleur par mes choix alimentaires, médicaux, professionnels, relationnels, culturels, spirituels, … mais elle est encore longue et le voyage sera plus agréable et aura surtout plus de sens et d’utilité si on est nombreux.

  • Michèle
    Publié le 11:35h, 04 octobre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Merci pour ton partage.
    Je rêve d’un monde en paix
    Je pense que cela passe par le respect des autres et de la nature
    J’essaie de montrer l’exemple, mais je me sens bien « petite »
    J’attends la suite avec impatience
    Amicalement. Michèle

  • Laurent
    Publié le 05:30h, 04 octobre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques, j’en arrive au même constat que le tien et au même conclusion ! Oui ces valeurs d’équité, de partage, d’équilibre et de répartition des richesses qui doivent être mise au service de l’Humain et non d’une minorité d’humains. Cette écologie qui concerne l’humain et son environnement… Mais le premier environnement est son Être habitant ce corps ! « Soyez le changement que vous voulez voir dans ce monde. » (Gandi) Ma piste est la confrontation positive par la différence et le partage dans des groupe de paroles, non pour partager des dogmes ou de la philosophie mais des expériences qui nous font prendre conscience que derrière chacun, nous sommes Tous animés par cette envie de vivre et de partager de l’Amour. Ce lien qui nous réuni et nous permet d’envisager la Vie dans notre incarnation pour partager nos ressources. Je travaille en soins palliatifs dans l’accompagnement en fin de vie et développe une micro-entreprise en massage énergétique. Les besoins sont urgents mais sans une prise de conscience individuelle et l’acceptation d’une remise en cause personnelle, les changements ne font qu’embellir les égos mais pas évoluer les Êtres. Ce n’est pas dépendant d’une technique, d’un enseignement ou autres mais d’une relation d’humain à humain, seul le vivant rend la Vie. Le plus beau cadeau que nous puissions faire, c’est d’être authentique pour donner un vrai choix dans la relation. Or aujourd’hui celui qui est en révélant les problèmes devient le problème dans notre société. Mon parcours personnel m’aide à avancer dans mon processus de vie et mes expériences m’aident à des faire des choix de + en + en conscience. Tel le colibris j’apporte la goutte d’eau mais je souhaite de tout Coeur m’intégrer dans un projet comme le tien. Comme dit Y. Noah : ‘je suis mieux que moi quand vous êtes là »
    Merci d’oeuvrer à créer un monde meilleur. Et de nous rappeler que cela est possible ! Si tel est notre choix…
    Laurent.

  • Gorin
    Publié le 01:53h, 04 octobre Répondre

    Bonjour Cher Jean-Jacques.
    Je viens seulement de lire tes deux derniers courriels. Comme tu le sais j’ai été immobilisée depuis le moi de mai suite à un accident. J’ai passé beaucoup de temps à faire le point, transformer, , et en même temps me retirer de ce monde. Je ne sais pas aujourd’hui, si je vais continuer mon activité professionnelle, car malgré toute l’énergie que je mets pour aider les personnes à mettre en lien les différents aspects d’eux même, de créer des liens entre différentes personnes, aujourd’hui j’ai juste envie de me retirer de ce monde dans lequel je ne me suis jamais reconnue.
    Je fais à mon niveau cette mise en lien avec différentes personnes, associations, idées et initiatives, réalisations, dans des domaines aussi variés que la santé (création d’une association de thérapeutes et d’un salon), l’écologie (jardinage, reproduire des semences et le donner), l’éducation ( faire l’école à la maison), l’économie (encourager la création de monnaie locale et leur utilisation… aujourd’hui je me sens fatiguée de toujours tirer pour que ça avance, d’être encore obligée de me battre pour que des idées toutes simples soient entendues. Je ne me sens plus la force de tirer, je suis fatiguée…. j’ Juste une envie, c’est de tout laisser tomber et de me retirer de ce monde.
    J’ai passé beaucoup de temps à essayer de mettre dans cette matière le monde que je rêvais, je me suis souvent senti seule et prise pour une illuminée, incomprise, isolée ou rejetée, car mon rêve ne pouvait pas être vu par les autres.
    Aujourd’hui je vois des choses bouger, des actions se poser, alors je me dis que je peux me retirer, partir. Je ferai encore un dernier rendez-vous de mise en lien pour le printemps prochain et après tchao. J’ai déjà lancé l’idée et l’information, j’ai même commencé à passer le relais et j’irai ensuite « cultiver mon jardin »..

  • ADDED
    Publié le 10:31h, 03 octobre Répondre

    J’ai lu beaucoup de commentaires et le moins que l’on puisse dire nous partageons presque tous les mêmes valeurs. Alors je vais être assez brève : j’aimerai un monde + juste et honnête ds tous les domaines, + respectueux de l’humain (big pharma, pesticides, etc..), + d’honnêteté et de tolérance (accueil des réfugiés), + d’aide à moins chanceux que nous (sdf et autres…).
    Je ne sais pas, à mon petit niveau, quelle pourrait être ma contribution. Pour l’instant je suis ds un groupe d’aide aux malades et je « prêche » la BIO.
    Merci Jean-Jacques et à te lire’.
    Simone

  • Coco
    Publié le 03:32h, 03 octobre Répondre

    Bonjour Jean Jacques 🙂
    Que c’est bon les crises!! je trouve qu’on avance au moins!! lorsque j’ai lu vos mails! je n’en croyais pas mes yeux!! il est voyant? comment sait il dans quel état je suis? lol mais il ne parle pas de toi !!, mais de LUI ! wouahou merci pour ce bout d’intimité !! je me suis senti beaucoup moins seule!! En effet , après cette lecture , je suis resté quelques jours sans répondre, j’avais besoin de recul !! c’est tellement vaste ce que vous abordez!! je répond donc a vos questions 1) quel est le monde dont tu rêves !! olala est ce que j’arrive à rêver encore? ..ça serais un monde de partage, de respect de tout, ( personnes cultures religion ect..) respect humain et animal!! je changerais le monde de l’éducation, ( avec des matières comme respect de la nature, , civisme, pas de compétition aussi , chacun a sa place!!) du travail aussi!! ceux qui sont surbookés pourraient partagé leur travail avec des chômeurs ) .. j’aimerais aussi que tout le monde se forme à la CNV (communication non violente!!) que la médecine reconnaisse que les maux du corps sont les mots de l’âme!! on  » soigne  » ( enfin si l’on peu dire) les conséquences et non la cause!! bref revenir à des VRAIES VALEURS , celle de la liberté, du respect, de l’entraide, de la solidarité, de l’union, de la COMMUNICATION, ..notre devise ce n’est pas (LIBERTÉ EGALITÉ FRATERNITÉ?°…. .je dois en oublié surement!! du coup j’ai répondu a la deuxième question (Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?)..Derniere question.. »Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ? »….à mon niveau je le fais déja, je partage ma façon de me soigner ( nutripuncture, huiles essentielles etc.., pour les valeurs j’ai était aux éclaireurs de France ( scout laïque) ou l’on m’as appris le respect de la nature, ( ne pas jeter des papiers parterre, ou si tu vois un papier tu le ramasse, pas planter un clou dans un arbre!! etc.. sans parlé que toutes les religions étaient mélangés ça n’as jamais été un problème au contraire!! juste pour info je suis coupeur de feu magnétiseuse …je fais les cartes et passeur d’âmes!! lors de chaque séance, j’aide surtout les gens à vivre mieux a croire en eux, à ne pas être violent ( la violence mène a la violence) enfin bref je partage mon savoir, mes connaissances ( avant les gens donnaient ce qu’ils voulaient, mais aujourd’hui je suis obligé d’imposer un tarif… ( vous comprendrez tout seul pourquoi!!) il y aurais encore tellement à dire!! je préfère m’arrêter là! Je vous remercie Jean Jacques pour votre mail!! je suis de tout cœur avec vous!! et si vous avez besoin d’aide je suis là 🙂 amicalement Coco

  • Rudi
    Publié le 02:28h, 03 octobre Répondre

    Il en faut de sacrées doses de moral et d’énergie pour garder le moral.
    Élections dans moins de 15 jours ici en Belgique et quand je vois les débats, la médiocrité des candidats, les préoccupations premières des gens… Comment ne pas céder au découragement ?
    Je pensais l’humain plus intelligent et quand même pas aussi égoïste.
    Nous sommes occupés à tuer le vivant, à préparer notre auto-destruction imminente et l’immense majorité préfèrent faire l’autruche pour un pseudo bonheur matériel.
    Je n’ai pas l’impression que les autres espèces réagiraient de manière aussi stupide, voulant pousser sur l’accélérateur alors que tout le monde voit bien qu’il faudrait pousser sur la pédale de frein de toute urgence.
    Alors, l’humain, espèce évoluée ? Ne sommes-nous pas justement devenus trop cérébral, perdant du même coup notre instinct de survie ?
    Nous croyons notre civilisation immortelle, avec la technologie. Quel mirage.
    Allez, parfois je retrouve un peu d’espoir en entendant par exemple François Ruffin, ce député français empreint de tellement de bon sens, d’humilité, de simplicité. Ou cet astro-physicien, Aurélien Barrau, dont le cris d’alarme a été vu et partagé des centaines de milliers de fois en une semaine.
    En attendant un beau fruit mûr de la crise Crèvecoeurienne ?

  • Emily
    Publié le 02:27h, 03 octobre Répondre

    Merci Jean-Jacques pour tes deux derniers mails qui m’ont sacrément bousculée. Ton dernier mail m’a surtout donné beaucoup d’espoir, car moi aussi je me sens bien seule dans mon monde…

    Le monde dont je rêve est un monde qui a retrouvé du sens. L’autre jour, je faisais mes courses et je vois dans le supermarché qu’on vendait des haricots verts qui venaient du Kenya. C’était le jour où j’avais lu ton dernier mail qui me trottait dans la tête. Je suis restée interloquée devant ces haricots verts, cherchant à comprendre le sens. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi un pays où les gens crèvent de faim (c’est un pays que je connais, on a bien du mal à faire pousser des légumes dans cette terre) nous envoient des légumes qu’on sait faire pousser chez nous. Ca n’a pas de sens. Il doit forcément y avoir un sens, mais je sais que ce sens n’est pas celui du cœur.
    Alors je rêve d’un monde qui a retrouvé le sens du cœur serait plus précis. Un monde en harmonie, naturellement équilibré.
    Les valeurs que je promeuts un peu plus chaque jour sont celles- ci : l’amour et les valeurs du cœur, le bon sens et l’harmonie. C’est grâce à cela que chaque jour la peur est chassée et la paix intérieure s’installe un peu plus.
    La contribution que je souhaite apporter pour rendre ce monde réel et vivant, je suis en train de la chercher. Enfin, je la cherche oui et non. Je vis chaque instant pleinement, je suis ce que je dois être, je fais ce que j’ai à faire, avec la confiance au fond de moi que cette contribution que je veux apporter viendra à moi quand ce sera le moment.
    Merci encore Jean-Jacques pour tout ce que tu m’apportes, tes vidéos sur YouTube m’ont permis d’avancer pour retrouver le bon sens 🙂 maintenant c’est à moi de découvrir seule comment je peux contribuer à ma manière pour rendre ce monde réel et vivant 🙂

  • Christian
    Publié le 15:43h, 01 octobre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques
    J’ai bien lu ton message. La première fois, ton premier e-mail en crise, je n’ai pas pris le temps de te répondre car si je réponds cela serais long aussi, puis avec ton deuxième message je me suis décidé.
    Points commun, je ne regarde pas non plus le journal TV et ce depuis toujours et j’évite un maximum le matraquage de certaines publicités (que je boycott) ou autre propagande qu’elles soient religieuse ou politique. Je n’ai la télévision que depuis 20 ans afin de choisir des divertissements ou des documentaires.
    Je choisi ce que je veux écouter selon mon ressenti du moment, documentaire, films, émission radio, conférences (CD audio « spirituel », radio, Internet, TV). Je suis inscrit à une de tes formations en ce moment. J’utilise tout cela pour me donner de l’énergie à pouvoir continuer mes actions. J’ai un enfant non-voyant de 20 ans et j’ai rencontré pas mal d’autres difficultés dans la vie mais jusqu’à présent j’ai réussi à les surmonter. J’ai en fait ton âge, j’habite à Waterloo et à Mont-Saint-Guibert en Belgique.
    Je recherche à avancer et espère que le monde avance aussi. J’ai donc régulièrement des actions à mener. Action locale et aussi plus grande comme la lutte contre la pollution et les véhicules diesels (fines particules, dioxyde de soufre…), trouver une parade à l’avortement qui pour moi et bien d’autre dont bien sûr l’être concerné, est une fin à la vie. Aussi encourager la prévention en expliquant que l’acte sexuel n’est pas un jouet mais un organe de reproduction avant tout et que chacun, s’il veut jouer sois sérieux en prenant des précautions pour éviter une grossesse non désirée.
    Aider à changer le monde c’est pour moi aussi signer des pétitions comme chez Avaaz ou apporter une petite aide financière (quelques euros, je ne suis pas fortuné).
    Je suis révolté face aux divers pièges que sont les messages pour appeler tel numéro de téléphone juste pour vous tromper et faire du fric. J’alerte souvent des responsables pour faire changer des choses dans des domaines très varié et cela marche.
    Il y a des personnes qui me disent, « mais cela ne sert à rien de faire tout ça ». Je réponds que j’ai toujours des résultats et que ne rien essayer c’est là le piège.
    Je comprends que tu sois en crise, comment ne pas en avoir face à un monde avec des courants contradictoire.
    Il y a à la fois des choses magnifiques qui se produise sur Terre donc peintre un tableau noir ne serait pas correcte. Il y a des mouvements pour améliorer notre condition de vie, sécurité sociale, accès à pas mal de plaisir, la sécurité augmente concernant les homicides dans nos régions.
    Durant le Moyen Âge et l’Ancien Régime, les homicides étaient beaucoup plus fréquents qu’aujourd’hui. Au XIIIe siècle les taux d’homicides étaient aux environs de 20 par 100 000 habitants. Les taux passent à 15 vers 1600 puis tombent à 3 vers 1700. En 1996, en Angleterre et au pays de Galles, le taux n’est plus que de 1,4 par 100 000 habitants (en France : 2,01 ; au Canada : 2,11). Il y a quatre siècles, les Anglais tuaient leur prochain dix fois plus souvent qu’aujourd’hui.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Classement_des_pays_par_taux_d%27homicide_volontaire
    http://classiques.uqac.ca/contemporains/cusson_maurice/homicides_hier_a_aujourdhui/homicides_hier_a_aujourdhui_texte.html
    Une nouvelle forme de spiritualité pour faire grandir l’homme en sagesse, une compréhension de notre existence autrement que par la religion, accès à de belle choses ou révélation sur Internet…
    Des mouvements pour vouloir une nourriture bonne, saine, naturelle.
    Mon fils à peut-être des chances de « voir » un jour grâce aux développements dans ces domaines. En tous les cas dès maintenant grâce à l’ordinateur et au matériel adapté il a pu suivre des études dans l’enseignement ordinaire général et est maintenant au conservatoire de musique à Mons.
    Pas mal de services à domicile et social sont proposés pour aider les personnes en difficultés par un handicap ou à cause de la vieillesse ou la maladie et vivre plus décemment à la maison.
    Et puis il y a les parties obscures:
    Des choses monstrueuses comme le terrorisme à cause de la croyance, convaincu qu’un dieu demande de le faire. Moi si un dieu me demanderait de faire de telle atrocité à femmes et enfants je suis répondrait, « accompli la sale besogne toi-même d’autant que c’est toi qui le veux ». J’attends d’un dieu de venir en aide à tant de souffrance chez les humains qui le supplie. Malheureusement il n’y a pas de réponse. Si je risque de ne pas avoir le paradis pour ne pas avoir accompli un acte monstrueux et bien je préfère mourir que de servir un tel dieu !
    De telles monstruosités peuvent aussi être causé par l’ignorance ou par prétexte pour assouvir une méchanceté, une haine ou à cause d’une maladie mentale.
    Il y a aussi des catastrophes naturelles, les dictateurs ou apparenté qui veulent absolument maintenir leur pouvoir quitte à tuer et faire souffrir le peuple. Il y a les maladies graves.
    Il y a aussi le capitalisme qui pousse des hommes à l’appât du gain et certains sont fiers de parler de réussite car ils ont beaucoup de bien matériel plutôt que de parler de réussite en tant qu’être spirituel. Il n’est pas mal d’avoir ces choses mais c’est le fait de croire que c’est une réussite et une fin en soi qui est stupide. Dans le même temps une partie de la planète, des enfants meurent de faim et des vagues de réfugier quittent leur région car ils manquent de tout. C’est aussi une raison pour dire que cette richesse capitaliste est indécente.
    Je me méfie aussi de certaines nouvelles technologies et c’est pour cela que je n’ai pas de Smartphone mais un téléphone GSM classique et un ordinateur. Je garde une distance pour ne pas être une marionnette, un jouet aux mains de bien d’organismes. Je crains fortement cette tendance à contrôler notre vie à par là et être dépendant finalement de tout cela. Le matin du 26 septembre 2018 à 8h30 sur Classic 21, radio de la RTBF dans sa chronique économie, amid faljaoui nous explique qu’aux USA et sans doute en Europe une personne tape sur son smartphone 2600 fois par jour et passe 4h40′ en moyenne ou toute les 12′. Il dit que les professeurs d’université se plaignent d’un manque d’attention de leurs étudiants. Vous avez l’impression d’être dans un grand cyber café où les élèves s’occupent de pleins d’autres choses plutôt que de leur étude. Les professeurs appellent ça des armes de distraction massive. Aussi selon des étudient américaines les étudiants qui prennent des notes avec un bon vieux stylo avait de meilleur résultat que de noter mot à mot sur un ordinateur.
    J’ai vu aussi un documentaire où des écoles veulent rendre le tout numérique avec des cours déjà programmé et chaque étudiant sera devant son ordinateur. L’ordinateur sera une sorte de robot pour nous faire rentrer un maximum de connaissance. Cela je l’appelle du gavage, toujours plus de connaissance.
    Aussi ces multinationales qui veulent nous soigner à l’aide de médicaments plutôt que de nous guérir car une personne guérie n’a plus besoin de traitement, l’usage de pesticides ou autres produits toxiques …
    Je ne cherche pas à être populaire, c’est bien le contraire qui pourrait m’arriver. Bien sûr je m’attire aussi des personnes qui sont heureuse que je représente un changement pour eux mais forcément d’autres qui se sépare de moi car elle n’aime pas que je vois d’un mauvais œil les véhicules diésels ou ceux qui n’aiment pas que je m’oppose à l’avortement, mais cela met égal. Je considère que nous ne sommes pas dans le même monde. Je ne les juges pas mais j’ai des tas d’arguments pour les aider si tel est leur souhait. J’aime la réflexion d’Eckhart Tolle quand il parle de l’égo: « Ce monde dit que vous êtes important et vous le croyez. Puis ce même monde vous dit que vous n’êtes plus important, vous le croyez aussi ? »
    Je n’ai pas besoin de croire en un dieu comme nous le représente les religions car pour moi c’est nettement insuffisant. Dire qu’il y a un dieu pose plus de questions qu’elle n’en résout.
    Je ne crois pas non plus que la vie est là par hasard mais qu’il y a bien une volonté universelle de cet état de chose. Je connais bien les religions, ma femme est musulmane et moi j’ai été durant 15 ans témoins de Jéhovah. Mais comme je le dis, c’est nettement insuffisant, j’ai donc quitté cette secte il y a 23 ans. Une religion plafonne la spiritualité et ajoute des dogmes. J’ai réussi à sortir de cette religion parce que malgré leur insistance pour que nous ne lisions que leur écrits et qui déconseille fortement de ne pas faire des études universitaire, je lisais pas mal d’autres articles scientifiques ou spirituels, écrit par des hommes sages de tous temps, message envoyé par l’univers par l’intermédiaire d’humain connecté.
    Il m’a suffi ensuite d’une étincelle pour quitter cette organisation, c’est-à-dire une grosse crise de la vie (peut-être du genre à celle que tu connais) pour pouvoir me désolidarisé de cette emprise car il est très difficile d’abandonner une croyance, de perdre une espérance, de perdre tous ses amis car du jour au lendemain on ne te parle plus, tu es devenu apostat. Je ne devais surtout pas pourvoir contaminer les autres par mes pensées. Dans ce cas vous n’avez plus personne ! J’ai eu de fortes envies d’y retourner mais paradoxalement ce qui m’a aidé c’est le fait qu’ils aient rompu tout contact avec moi, plus personne parmi leurs fidèles ne pouvaient m’adresser la parole. A la base c’est pour protéger leurs croyances mais finalement c’est moi qui ai été libéré de leur emprise car une telle attitude était une démonstration que l’habit de fait pas le moine et comme le dit la Bible, une apparence d’agneau qui de part cette attitude sectaire révèle le côté obscur de cette force. Leurs croyances en leur dieu passent avant leur prochain qu’il devrait pourtant aimer.
    J’aime bien cette réflexion de Jésus quand les apôtres prétendent « qu’ils sont élevé spirituellement parce qu’ils aiment leurs amis » mais Jésus de répondre « Mais qu’elles méritent avez-vous si vous aimez ceux qui vous aiment ? Moi je vous dis, aimez vos ennemis ! »
    Je crois en la gestion de la pensée et qu’elle a une action sur la matière et que tout est inter-lié.
    Il y aura bien d’autres choses à dire mais ce n’est l’endroit.
    Celui qui est fidèle dans les petites choses est fidèle aussi dans les grandes: Une autre action que je mène et qui n’est pas facile non-plus car bien sûr, la loi du grand nombre l’impose c’est que je suis partisan d’évoluer jusque dans des petites choses comme le langage et notamment la bonne façon de dire 70 et 90. Je trouve que la Suisse est le meilleur exemple pour cela, ils disent aussi octante pour 80, nous en Belgique on dit encore quatre-vingt et comme tu le remarque c’est 4 x 20. Il semble que les Celtes comptaient en vingtaines mais nous devrions utiliser le système décimal correctement et pas devoir ajouter 10 à 60 pour dire 70 (soixante-dix) au lieu de septante. Cela sera difficile à faire changer cela en France et au Canada car reconnaitre cette erreur demande un grand détachement pour ne pas s’identifier à une langue ou à un pays. Cela est en plus très confus lorsque l’on me dicte une série de numéro comme par exemple si je dois noter 60 et 10 ou 70, est ce que je dois écrire soixante et puis dix ou septante ?
    Lorsque l’on écoute les nombres dans d’autres langues comme l’anglais, on entend qu’ils comptent en dizaine: sixty, seventy, eighty, ninety. Mon fils qui est non-voyant est très embêté d’avoir les synthèses vocale en français de France et pas de Belgique. J’ai quand même réussit à ce qu’un fabriquant de matériels pour non-voyant crée le français de Belgique pour ses appareils.
    Mais avant de vouloir changer les choses du système ou des autres il faut commencer à les changer chez soi.
    Etre fidèle dans les petites c’est par exemple mettre son clignoteur pour informer son prochain de notre intention, c’est utiliser une place seule de parking afin d’en laisser une à l’autre, se placer en calculent s’il va en rester pour un ou une autre, dire merci quand quelqu’un vous laisse passer…
    Je suis fâché aussi pour des choses banales comme avec le cinéma qui nous faire croire que les films ont un format de plus en plus grand alors que concrètement sur votre télévision, même sur une télévision 16/9 l’image est de plus en plus petite (écrasée, bande noire au-dessus en en-dessous) au point où de plus en plus de tête son coupé sur l’image alors qu’il y a encore de la place sur mon écran. On aurait crié au scandale si j’avais fait cela lors de mes clichés photos.
    Voilà dans ce monde on voit de fort belles choses mais aussi des horribles, on voit aussi des replis sur soi en ne tenant pas compte des autres et des choses stupides. C’est surement là la difficulté de vivre heureux en restant en harmonie avec les autres si l’on a ce besoin d’évoluer vers un monde civilisé où l’on aimerais voir tout le monde en égalité où chacun, tout en pensant à lui, pense à l’autre.
    Christian

  • Serge
    Publié le 15:28h, 01 octobre Répondre

    Bonsoir
    J’ai entendu parler des « créatifs culturels » j’ai le sentiment d’en faire partie et je rêve bien entendu que ce groupe d’individus prenne une ampleur suffisante pour infléchir notre destin.
    Mais avant toute chose, j’aimerais faire une mise au point sur le monde Harley Davidson qui selon moi est divisé en 4.
    Schématiquement, on peut dire qu’il y a d’abord les nantis, roulant la plupart du temps sur des machines flambant neuves et regroupés au sein du HOG (Harley Davidson Group). Soit dit en passant, ce club est une invention marketing du constructeur.
    Il y a ensuite les gens moins fortunés et les véritables amateurs que l’on retrouve dans les clubs HDC (Harley Davidson Clubs). Ils roulent en général sur des machines plus anciennes et volontiers transformées.
    Il y a également les individuels qui aiment rouler Harley mais ne souhaitent pas, pour diverses raisons, intégrer un groupe.
    Enfin, les mauvais garçons (Hell’s Angels, Outlaws, Bandidos) qui roulent majoritairement en Harley, mais pas seulement.
    Or, si ces 4 groupes se côtoient aimablement lors de certaines manifestations, ils ne se fréquentent pour autant jamais. Pourtant, ils ont un centre d’intérêt commun, une passion commune.
    Dans ces conditions, tout en m’efforçant de rester optimiste, j’ai néanmoins du mal à imaginer comment on peut réussir à fédérer des gens, qui s’ils pensent la même chose, ont des intérêts différents. Comment leur faire prendre conscience que par des chemins différents ils poursuivent le même objectif.
    Quand on constate sur le terrain que des associations se mettent elles mêmes en situation de concurrence, non pas pour une question d’argent mais simplement de pouvoir, c’est vraiment consternant, et malheureusement très fréquent.
    Dans la mesure où il n’y a pas une solution, mais des solutions, c’est une ligne de conduite qu’il faut trouver. Mais laquelle ?

  • Martine
    Publié le 11:17h, 01 octobre Répondre

    Merci jean Jacques ,
    Je suis comp’etement d’accord avec toi et très enthousiaste à l’idée de participer à ce mouvement . Pour moi il a déjà commencé intérieurement et dans ma vie de tous les jours.
    Le fait de créer des liens, de federer un mouvement est très intéressant pour se sentir plus fort et avoir davantage d’impact.
    Créer des groupes de réflexion , et d’action est important pour impulser le mouvement . Mettre au point des actions concrète que l’on puisse mettre en place dans son quotidien .
    Ex : les femmes représentent 80%des consommateurs , avec plus de conscience nous pouvons acheter de façon raisonnable et consciente, ne plus acheter des produits animaux qui sont élevés dans la souffrance ne plus acheter des vêtements ou objets importés de pays où l’éthique n’est pas dans nos normes. nous avons le pouvoir de changer les choses simplement de cette façon là
    Nous sommes plus puissant que les lobbys si nous sommes conscients de notre puissance et de nos moyen d’action.
    Et En même temps nous éduquons nos enfants et les personnes qui nous entourent à de nouvelles valeurs.
    Mais également , Avoir un journal des bonnes nouvelles.
    Des actions sur l’environnement. et l’aide à l’integration des personnes en difficultés ou sortit du circuit
    Merci

  • Marie
    Publié le 12:00h, 30 septembre Répondre

    Parfois la vie est bizarrement faite. Cela fait des semaines que j’ai envie de t’écrire. Mais n’ayant pas trop confiance dans l’intérêt ce que j’avais à te dire pour toi, je ne l’ai bêtement pas fait.
    Je voulais écrire que j’avais la sensation que nous pourrions réunir nos connaissances et nos valeurs pour tenter de faire un petit bout de travail ensemble.
    En avril dernier, j’ai été animer une formation à Montréal. Toute la semaine je me suis dit : « quel dommage de ne pas avoir eu le courage d’écrire. Nous aurions peut-être pu en discuter en vrai. »
    Et en même temps, je me disais encore stupidement – tu vas finir par croire que je suis stupide – « qui suis-je pour avoir quelque chose à dire qui l’intéresse ? »
    Tes messages de ces derniers temps m’aident et me poussent à le faire.
    Pourquoi avait-je envie de t’écrire ? Parce que je fais la même chose que toi, mais sur le corps physique… Je suis à peu près ton parcours. Je suis kinésithérapeute en France, mais depuis 20 ans je suis formatrice sur le terrain et j’ai prit à petit arrêté mon travail de kinésithérapeute. Et puis, pour de multiples raisons, je suis en train de passer à la formation par internet par vidéos… Je pense même que nous avons à peu près les mêmes formateurs pour ce nouveau travail…
    Pour moi, le corps physique et le mental sont entièrement liés. J’ai toujours pousser les personnes que je formais à relier les 2. La croissance individuelle passe aussi par une incarnation dans un corps en forme. Et je dois dire que je suis écoeurée par tout ce que je lis, vois, entends sur le corps. Comme toi, la colère m’habite souvent… Et comme toi, j’en ai marre de toutes ces offres qui permettent de résoudre tous les problèmes… pour les siècles des siècles, pour te citer car ça me parle et tu sais si bien résumer mon état d’esprit!
    Et je me lance dans la formation par internet avec enthousiasme et réticence à la fois en face de ces jeunes loups du net! Alors oui, je suis en phase!
    Mais ce que tu fais m’inspire beaucoup! Bravo pour ton travail! Je te suis depuis plus de 20 ans.
    J’admire ta façon d’écrire, j’admire tes paroles qui font mouche à chaque phrase. je me sens en phase et ça fait du bien!
    J’ai passé ma crise des 42 ans, puis je suis en train de sortir de celle des 56 ans 🙂 Ca me parle! J’en sors grandie mais pas indemne! Grandie parce que mon évolution me donne de plus en plus de conscience. Pour le meilleur comme pour le pire. Le pire étant pour moi la conscience si forte de mon désenchantement, je devrais dire de mon horreur de l’évolution du monde moderne!
    Alors je vais commencer par répondre à tes questions. Puis… on verra bien. Mais je suis partante!

    Le monde dont je rêve : retourner à la valeur humaine en premier. L’économie doit être au service de l’humain et c’est le contraire qui se passe. On favorise ceux qui n’ont aucune humanité, aucun scrupule et pour qui le business outrageant est la qualité première. Je veux vivre décemment mais humainement. Sans détruire la planète qui nous héberge, et avec des valeurs profondes qui n’éclatent pas comme des bulles de savon! Je pourrais en mettre tellement que je m’arrête là… J’ai tout dit, le reste serait du bavardage.
    La solidarité, la joie, le partage, le respect de l’autre, l’éducation par l’ouverture d’esprit, le respect de tous les êtres vivants, la nature comme lieu de vie possible, que chacun puisse s’épanouir dans un corps sain et avec les choix qui sont les siens en conscience. Voilà quelques valeurs qui sont non négociables pour moi.
    Je sais que je peux informer et former, solidariser, soutenir. Je ne veux plus être entraver pour le faire par des charges tellement grandes que je n’ai que la possibilité de créer un gros business pour survivre.

    Voilà pour aujourd’hui.
    J’attends ta prochaine lettre car j’imagine que tu la prépares.
    Courage! Tu n’es pas seul et tu le sais!

    Marie

  • Pascal
    Publié le 10:49h, 30 septembre Répondre

    Bonjour,
    Voici qui complète bien le mouvement de réflexion sur la libération de l’imposition :

    https://conversationpapillon.com/sante-conscience/le-grand-tournant/

    Pascal.

    Bien à toi Jean-Jacques et prends bien soin de toi.

  • Anne Anthonissen
    Publié le 05:34h, 30 septembre Répondre

    Ha JJ quel soulagement de réaliser en te lisant qu’il n’existe pas qu’un seul monde, ce monde qu’on nous impose ou qu’on s’impose mais qu’en sous-marin existe une multitudes d’organisations qui se côtoient, se respectent et se valorisent mutuellement : un monde où il est urgent de se fédérer en toute conscience, collégialité et Amour.
    Maintenant que je le sais, que nous le savons, nous avons le devoir de nourrir ce lien d’appartenance, sans quoi cette trop longue nuit noire de mon âme, de nos âmes risque de nous ensevelir et notre humanité intérieure et extérieure, aussi.
    Mes valeurs : La noblesse de coeur, la responsabilité de ses actes, la solidarité non sociale (trop de social tue le social, mot par trop galvaudé ) mais bien intergénérationnelle, la complémentarité (et non l’égalité !) du féminin et du masculin en chaque individu aussi bien chez un homme que chez une femme, la bienveillance circulaire, la communion avec la nature en préservant l’intégrité de la faune et de la flore, l’éthique vis à vis des animaux de compagnie et …. le cheminement de l’humain de son écologie intérieure vers l’écologie environnementale.
    Ma contribution : « médecin des champs » depuis près de 40 ans, formée aux différentes médecines alternatives, en révolte depuis tellement longtemps contre cette médecine devenue « technollopathe » -:) , je rêve de réaliser la Maison des Artisans de Santé » = MAS où les thérapeutes interdisciplinaires rendraient aux patients leur pouvoir d’autoguérison : il y a du boulot.
    Toute ma gratitude à toi Jean Jacques,
    Fraternellement, Anne

  • Michel
    Publié le 01:20h, 30 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,
    Le monde dont je rêve est celui ou nous devrions tous être en symbiose avec la nature et toutes les formes de vie existantes sur cette terre. Le Paradis est sur cette terre et nulle part ailleurs. Comme tu le dis si bien les financiers et leurs valets: les hommes politiques qui sont eux mêmes à la solde de ceux qui dirigent ce monde: les véritables prédateurs ont noyauté la Vie réelle juste pour satisfaire leurs désirs et leur folie par laquelle ils se croient investis d’une mission divine ou les humains ne sont que leurs esclaves. Ils se prennent pour nos maîtres et ils ont bien raison puisqu’ils ont fait toutes les lois et règlements uniquement à leur seul profit. Et tout le monde accepte cela, non pas tous. Il faut une véritable révolte mais pas une comme les révolutions qui n’ont apporté que des fléaux remplaçant d’autres fléaux et d’autres maîtres. L’amour ne peut rien contre les prédateurs, ce sont des psychopathes déments qui oeuvrent à notre perte totale. Il faut remplacer cette économie moribonde par une juste distribution des ressources et enfin remplacer ce profit qui , malheureusement, est devenu la finalité du plus grand nombre. J’ai la rage et non pas la haine contre ces prédateurs qui nous utilisent uniquement comme des pions sur leur grand échiquier mondial.

  • Tohm
    Publié le 19:08h, 29 septembre Répondre

    Namaste mes frère et soeurs, merci Jean-Jacques pour la plateforme qui nous permet de tous connecter et pour ta nouvelle initiative »! C’est beau de te voir fleurir!

    La seul valeur qui devrais être dans ce monde c’est le vivre et laisser vivre, elle englobe tout. Je rêve d’un monde ou les humains, en fait chaque être qui vie sur cette planète peut aspirer à y vivre l’expérience qu’il veux y vivre.

    Nous sommes rendu (en fait ça fait longtemps) a un stade ou technologiquement nous n’avons plus besoin d’être des escalves, d’être exploité ou d’exploité pour avoir une subsistance de base qui nous permet de vivre sans le stress du manque. La société n’est actuellement pas rendu la par contre et nous fonctionnons encore sous les principes de l’économie de croissance sans fin et de concentration des richesse et du pouvoir, bref notre société fonctionne encore en mode compétition.

    Nous somme cependant rendu en mesure, si nous le désirons, de nous unir et de démarrer des micro société qui fonctionne en mode cooperation et jirais plus loin en mode synergitique, car une cooperation bien roder amene toujours plus que la somme de ses composants, ce qui est la définition de synergie. Or donc le temps est venu, selon moi de reinventer notre mode de vie, de se reapproprié notre pouvoir, nos responsabilité et de les gerer pour nous par nous et en fonction de nos besoin veritable.

    Cette réalité que je désire voir émerger c’est des gens conscients qui s’unisse ensemble, et qui s’entraide pour se subvenir le plus possible. Je veux dire par la avoir des jardins commun, avoir des espace et des équipement commun pour la transformation des ressources, l’entretiens des bâtiments et terrain. Bref ce que je vois apparaître va être des petite communauté autosuffisante qui s’autogere et partage entre elle. C’est petite communauté transigerons aussi dans la société actuel. Le but n’étant en aucun cas de mettre des murs ou de couper quoi que ce soit mais d’intégré tout. La société actuel offre quand meme du beau, il sagit d’utiliser et de prendre ce quon en a besoin, de lui redonner ce quelle demande et faire fleurir notre petite communauté et tout les etre qui la forme.

    Chaque communauté va être différente, selon les besoin spécifique des gens qui la compose et selon des facteur environementaux et geographique. Le but ultime est simplement de permettre a chaque etre de faire ce quil a envie de faire. dexpérimenter ce quil a envie dexperiementer sur cette terre. Sans être contrains et étouffer dans le carcans de la société actuel.

    Bref je pourrais en parler longtemps… et ce que je veux apporter, c’est un model vivant pour implanter ce type de petite communauté partout au Québec (pour commencer…!). Cest ma mission de vie, rendre la terre au humain!

  • Joël
    Publié le 14:51h, 29 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques.
    Beaucoup de choses à te dire, à toi et à la Communauté, en réflexion et réponse à tes deux derniers états des lieux et analyses (de ta vie -l’intérieur- et de la planète des hommes -l’extérieur-). Mais que finalement je crois pouvoir résumer assez aisément, ainsi :

    – à la différence de ton vécu, je n’ai pour ma part jamais ni cru, ni adhéré encore moins, au concept, fumiste à mes yeux, de  »village global ». J’ai constaté et pris acte que seuls trois éléments circulent probablement mieux que jamais dans l’histoire des hommes.
    Un qu’il me plaît et que j’ai choisi d’utiliser comme à l’instant je le fais, c’est-à-dire les données informatives qui, grâce à l’électronique et l’informatique, permettent d’aller chercher partout où il se trouve le savoir, et de l’échanger avec qui me plaît. Bref de plus et mieux communiquer avec vous autres, humains du bout du monde ou d’en face, que sans cela je n’aurais peut-être jamais rencontrés. A condition d’apprendre, comme avec le dictionnaire, à ne pas se laisser aller à la paresse et à la bêtise qui ferait gober la première comme l’unique et vraie acception du mot recherché ! Discernement plus que jamais dans nos apprentissages…Mais le champ de nos échanges s’est considérablement élargi, c’est bien et je remercie…
    Deux : les denrées issues du concept économico-financier (américain je crois) de multinationale. Rouleau compresseur qui broie curieusement autant les soi-disant  »élites » que les plus indigents mentaux de tous les pays. Mais les premiers y trouvent sans doute des bénéfices secondaires que n’ont pas les seconds… Je ne m’étendrai pas davantage. Tu en parles mieux que moi. Mais, au passage, on n’oubliera pas de mentionner le couple diabolique qui assure, amplifie et pérennise l’épidémie depuis au moins trois-quarts de siècle ; j’ai nommé télévision & publicité qui sont au mental ce que le sucre est au corps : un poison vénéneux et pourtant doux, si doux ! Quand je m’y arrête, je vomis.
    Trois : l’argent. Et là, c’est maintenant ce qui circule le mieux : 300 000 km/seconde. Avec des frontières symboliques, abolies. Voyez l’Union Européenne, c’est un de ses rares  »acquis » concrets et défendus becs et ongles par le gotha mondialiste : le veau d’or €. Tout le reste sombre mais lui demeure avec la circulation électronique des capitaux.
    Pendant ce temps, les femmes et les hommes, eux, passent de plus en plus difficilement les frontières, qui, elles, sont  »gardées » par des cerbères et des gardes-chiourmes suréquipés de détecteurs en tout genre, de plus en plus nombreux et pointilleux, méchants trop souvent. Mais un chien méchant n’est jamais qu’un animal sous la coupe d’un maître méchant. Il paraît qu’au début du XXè siècle les Occidentaux pouvaient circuler, non seulement sans visa, mais même sans passeport… En Afghanistan, en Inde, au Zimbabwe et ailleurs. Depuis, les passeports infalsifiables ont été inventés. Par des multinationales d’obédience française, qui plus est.

    -Maintenant mes espérances qui sont immenses, démesurées peut-être, mais ce sont les miennes. Deux espérances qui résument tout : que la diversité (pas seulement la bio-diversité) subsiste, s’amplifie même. Que naissent chaque jour des êtres singuliers, doués d’imagination, de créativité. Que nous nous étonnions tous les uns les autres. Et puis que l’amour naisse et croisse entre ces êtres. Des amours elles aussi au singulier (le couple, quelle merveille, dire que nous aurions pu naître poissons, paramécies, que sais-je, et nous reproduire sans lien, sans contact avec notre parèdre!), et aussi au pluriel : cet amour divin, universel et inconditionnel, qui nous est sans doute plus nécessaire que l’eau, cette eau qui est pourtant la vie !

    Merci Jean-Jacques de participer à ce monde qui n’est pas une Utopie, mais un germe puissant. Il saura éclore et fructifier, comme cette plante d’ambroisie (le Nectar des dieux) que j’ai surpris à croître entre un mur de béton et le bitume, au cœur de la ville dont tous avaient voulu la chasser. Je l’ai laissé là, respectée, elle venait prouver que la vie est plus forte que toutes nos volontés, tous nos désirs. Merci Jean-Jacques.

  • Sylvie Soly
    Publié le 12:49h, 29 septembre Répondre

    Le monde dont je rêve est celui du respect de Soi, de l’autre, du ‘nous’, de tous les êtres vivants et de l’environnement. Rien de moins. Et je sais très bien que cela commence par moi! Alors, tous les jours, j’y travaille et avance pas à pas. Mais seule, j’y arriverai pas. Ensemble tout est possible.

    Les valeurs que je prône sont le : respect (même chose que ci-haut),. Évidemment, l’amour dans son sens pur ! L’amour qui existe au-delà de tout et qui lorsqu’on y est connecté sais toujours comment agir. , Le partage je crois que lorsqu’on partage ses joies, ses peines mais aussi ses valeurs même ses biens qui ne sont qu’éphémères alors, on se relient et on ne se sent plus jamais seule. Cela donne aussi un sens à sa vie et on peut se sentir utile et ça c’est si important pour l’humain. ,L’entraide car sans cela je crois pas qu’on arrivera à survivre en tant qu’espèce bien malheureusement. La communication pour se respecter et se comprendre entre nous. Et finalement (et j’aurais bien pu le mettre en premier) cet environnement qui est si chère à mes yeux. En prendre soin que la chose la plus importante qui soit car sans elle nous n’existerions pas.

    Je crois que j’y participe déjà en propageant mes valeurs et des messages d’amour. En partageant des liens et des connaissances qui permettent aux gens de retourner dans leurs coeurs, âmes, dans ce qui les habitent au plus profond d’eux-mêmes. Je suis ouverte à participer à certaines activités selon mes disponibilités et intérêt.

  • Alain81
    Publié le 12:26h, 29 septembre Répondre

    Salut jean jacques
    Personnellement je suis en crise , enfin je crois que j’ai toujours été en crise !
    Je suis entrain de relire le volume 4 de conversation avec Dieu !!!
    Donc je prends conscience que je ne suis pas ….. encore au niveau des EHE !!! Ahahah !!! mais que mon Âme me tire vers !
    Et je mesure combien j’ai encore de prises de consciences à intégrer pour les partager avec mon entourage sans les effrayer et me faire interner .
    Aussi je comprends très bien ce mouvement que tu veux insuffler, cette appartenance à laquelle tu aspires, et ce découragement qui t’envahit au vu de tous ces paradoxes qu’ils essaient de nous faire porter pour nous culpabiliser et nous emprisonner chaque jour davantage au nom de la liberté de l’égalité de la fraternité et du …. profit !
    Aussi j’ai décidé d’intégrer l’Unité ,la notion de temps et d’espace , et de partager mes prises de conscience à mon environnement proche !
    Voilà ma contribution du moment …
    L’énergie qui m’anime
    L’intention que je veux mettre dans le champ tous les jours
    Je reste ouvert à tes initiatives
    Quant au nom de ce mouvement je sens bien …. les éveilleurs de conscience
    Alain de Castres

  • Diane
    Publié le 11:31h, 29 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques. Moie je rêve d’un monde de paix et d’amour et surtout de confiance car on ne peut se fier qu’à nous et à personne d’autre dans ce monde actuel. je souhaite promouvoir des valeurs authentiques telles que la justice, la tolérance et patience, l’amour et le respect de soi ainsi que être en mesure de pouvoir faire confiance car c’est actuellement un monde violence, de méchanceté et d’injustice et surtout que je qualifiirais d’inhumain . Pour moi je commencerais par apprendre à réfléchir avant de poser des gestes regrettables et qui ne résolvent rien du tout. M »aimer sans condition et sans aucune attente et vivre et laisser vivre dans la joie et la paix sur cette terre.

  • Anna Vdm
    Publié le 08:54h, 29 septembre Répondre

    Mon rêve rejoint  » la considération et l’accompagnement de l’enfant  » qui est transmis dans le film de Anne Barth :  » L’arbre de l’enfance.  » je reprends ses mots : « Comment donner aux enfants la possibilité de devenir des adultes heureux ?  »
     » Ce film est un appel vibrant au soin à accorder aux premières années de la vie.
    Être en relation avec soi, avec les autres, avec la Nature, dans une relation juste et bienveillante…  »  » Un film d’une véritable portée citoyenne!  » Je ne pouvais pas mieux dire, donc j’ai recopier ces commentaires avec lesquels je me sens très en accord.

    Ce que je fais là où je suis et dans les conditions de ma réalité, c’est partager ce que je découvre, renseigner de ce dont je prends connaissance. Et avec mon entourage offrir de mon temps,Offrir ce que je sais faire et peux faire.

    J’ai fort apprécié le commentaire de Christine Calonne, plus qu’apprécié, cela m’a fort touchée. E je RÊVE que tout ce qu’elle suggère puisse se mettre en place de plus en plus largement pour transformer le fonctionnement de notre société.

  • Nicole
    Publié le 05:05h, 29 septembre Répondre

    J’ai été émue et ma vie à été profondément bouleversée le jour où j’ai découvert qu’une anglaise à la retraite avait planté une grainé qui allait changé tellement les fondements imposés de nos vies.
    Elle a planté des graines dans des par terres inexploités de nos villes béton.
    Avec ce panneau servez vous!
    Acte d’une telle simplicité et qui chamboulé tout.

    Bien à vous

  • Isabelle
    Publié le 02:38h, 29 septembre Répondre

    Voici une très belle initiative, qui je pense va dans ton sens ! N’hésitez pas à signer l’appel …

    Nous voulons des Coquelicots
    Appel à la résistance pour l’interdiction de tous les pesticides
    https://nousvoulonsdescoquelicots.org/

  • Daniel
    Publié le 02:32h, 29 septembre Répondre

    Bonjour JJ,

    Ta prise de conscience du monde me fait penser à la démarche de Marx et Hegel.

    Courage l’humanité approche de son émancipation : https://youtu.be/4RIpddvoqOQ

    Cordialement.
    Daniel

  • Zakia
    Publié le 14:51h, 28 septembre Répondre

    Bonsoir Jean Jacques. Je vais être très br
    ève en répondant aux questions Le monde dont je rêve est un monde où tout le monde s’aime Les un les autres.Un monde où il n’y a pas de conflit, pas d’injustice .Je rêve d’un monde où on accepte l’autre comme s’il était moi. La valeur que je voudrais promouvoir est L’AMOUR car je vois qu’avec l’amour on développe l’authenticité, l’intégrité… Pour contribuer j’ai choisis de me changer moi même pour faire tout d’abord cet AMOUR en moi.

  • Sandrine Giaume
    Publié le 12:19h, 28 septembre Répondre

    Bonjour ou bonsoir Jean-Jacques,

    Merci pour ton partage. Quand tu parles des valeurs que tu portes en toi : valeurs humanitaires, valeurs de justice sociale et de solidarité, valeurs écologiques et spirituelles, cela résonne en moi. Et quand , en fin du week-end à Lyon l’an passé, je me sens très émue par cette nouvelle famille qui m’entoure, c’est sûrement parce qu’elle me manquait . [ Un immense Merci au passage à Chrystel qui se reconnaîtra j’espère pour m’avoir pris longuement dans ses bras ce jour là et que je n’avais pu remercier, n’ayant pas sa bonne adresse mail ].

    J’ai eu 80 ans au début de ce mois et viens de voir ma mère de 105 ans qui vit dans une maison de retraite très loin de chez moi et là aussi je suis interpelée depuis quelques années par le vécu des personnes âgées, leur situation dans les familles d’accueil ou dans les maisons de retraite, les médicaments qui leur sont donnés, leurs difficultés, le manque de liens avec la famille, leur solitude et leur détresse.

    La marginalité dont tu parles Jean-Jacques, oh oui je la connais et depuis fort longtemps :

    – j’ai tellement vécu d’interdits dans mon enfance et mon adolescence que je me sentais différente des autres, trop mature dans certains domaines et trop immature dans d’autres, pensant même que mes parents devaient être « anormaux » et donc que j’étais moi-même anormale.

    – Il y a 50 ans, quand mon mari et moi avons commencé à nous intéresser à l’homéopathie, à la ligue pour la liberté des vaccinations et à l’alimentation biologique, nous étions pris pour des fous mais nous avons quand même tenus le coup et aujourd’hui nos enfants nous remercient.

    – Au début des années 80, alors que j’étais mariée et maman de 4 enfants, j’ai éprouvé le besoin de changer officiellement de prénom parce que je ne savais toujours pas qui j’étais vraiment, quelle était ma véritable identité et c’était un moyen pour ouvrir une porte. Et bien là, c’était le commissaire de police faisant le relais avec le substitut du procureur au niveau paperasses qui essayait de m’intimider, de mettre des obstacles mais j’ai tenu bon et de leur côté, mon père, mon frère et ma sœur n’ont jamais accepté ma démarche et me l’ont fait savoir à leur manière. Seuls ma mère , mon mari et quelques personnes de mon entourage proches ont compris. Et j’ai observé aussi que l’Univers avait accepté cette situation car il ne m’avait pas mis de barrage.

    – A un autre moment, un radiesthésiste qui donnait des soins aux personnes et qu’on m’avait recommandé m’a dit que je semblais venir d’une autre planète ( ? ) et qu’il ne pouvait RIEN pour moi. Donc, pas de consultation. Comment, là encore, ne pas se sentir différent ? mais aussi rejeté … ?

    – Dans mon groupe d’habitat qu’on appelle maintenant habitat participatif, pendant des années je me suis souvent sentie le vilain petit canard qui veut manifester sa vision des choses (à commencer par nos relations sur le plan humain) mais qu’on fait taire. Priorité aux « grandes gueules » … Et depuis j’ai pris mes distances et volontairement je m’abstiens de certaines rencontres de groupe et je ne m’en porte que mieux.

    – Et cela n’a pas non plus été facile de me trouver en décalage avec la majorité de tes étudiants Jean-Jacques qui ont terminé depuis longtemps l’AVM 3 alors que j’en suis encore aujourd’hui au module 5 et à la fin de la partie 2 de la Mission de Vie… ! Il m’a fallu là aussi accepter cette différence (due à des circonstances diverses) mais là où c’est encore difficile, c’est lors des repas (avec qui que ce soit) car je ne sais pas et ne veux pas « avaler » la nourriture et continue à la mastiquer… ! Cela ne signifie pas que je sois lente pour tout ; non, il m’arrive d’être rapide mais tout dépend de la situation. Comment concilier respect de soi avec la vitesse des événements, la vitesse des informations, la vitesse du monde dans lequel nous nous trouvons ?

    Tu dis ne pas vouloir changer le monde mais contribuer à créer un autre monde. Mais sur cette Terre que nous habitons, nous sommes censés être des humains et ne serait-ce pas notre humanité qu’il faudrait développer ? notre authenticité ? notre ouverture d’esprit ? notre respect d’autrui et de la nature mais aussi le respect de soi ? notre conscience ?

    Un jour, j’ai écouté une petite vidéo youtube traduite en français intitulée « Sentiments, énergie, conscience » dans laquelle Gregg BRADEN parlait de notre relation à l’Univers, de deux satellites américains transmettant aux scientifiques des données régulières sur le magnétisme de la Terre avec comme résultats des pics anormaux enregistrés le 11 Septembre lors de l’explosion du World Trade Center mais il montrait aussi que les champs magnétique et électrique de notre Cœur étaient beaucoup plus puissants que ceux de notre cerveau et que NOS PENSEES ETAIENT DES ENERGIES.

    Un déclic s’est fait en moi. Je me suis alors abstenue de regarder ou d’écouter les infos négatives ou alarmantes des médias en m’entraînant à penser autrement et j’ai observé que de plus en plus j’avais connaissance de « belles » personnes qui oeuvraient à des niveaux divers pour l’amélioration de notre monde et çà m’a fait chaud au Cœur. Les énergies étant puissantes, plus nous mettons nos pensées au service de choses positives, plus nous les attirons. Donc, nous inversons le processus qui est de rabâcher, de commenter, de propager le négatif. C’est quand même plus réconfortant , plus enrichissant et plus réjouissant. Et si nous sommes nombreux à agir ainsi, nous participons à l’amplification des énergies positives, donc à l’amélioration de l’état de santé de notre monde.

    Et comme dit le renard au petit Prince : « On ne voit bien qu’avec le Cœur. L’Essentiel est invisible pour les yeux. ».

    Nous sommes plusieurs milliards sur cette Terre c’est vrai. Mais vu l’immense Pouvoir de notre Cœur, même à notre petite échelle individuelle, nous pouvons agir et faire grandir la Lumière dans notre monde. Nous ne pouvons pas changer les autres bien sûr mais c’est peut-être en nous transformant nous-même, en développant notre Spiritualité, en nous améliorant encore, en nous aidant ou nous stimulant les uns, les autres, que nous pourrons contribuer aussi à l’amélioration et à la transformation progressive de notre monde. Qu’en penses-tu ?

    La Vie est mouvement, tu le sais très bien Jean-Jacques, elle est aussi transformation. Gardons espoir.

    De tout Cœur avec Toi.
    Sandrine

  • Pascal
    Publié le 11:46h, 28 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Dans les commentaires précédents, tu revenais avec quelqu’un sur la fable du Colibri, la remettant en cause, ce qui m’a fait réfléchir à ceci.
    – Je reste ok avec les actions de tous les petits colibris du monde. Les petites gouttes d’eau font bien les grandes rivières, certes. Chacun peut donc participer à son niveau réaliste et faire sa part, d’accord aussi. (Et c’est important quand on accompagne la participation citoyenne en matière de développement de la nature)
    – Mais l’impact réel des petites gouttes d’eau de chacun restera limité tant qu’on laissera les « exploiteurs » (= les dominants) mettre le feu en continu de l’autre côté de la forêt !
     Comment dépasser cet « état observé » sans tomber dans le lutter contre/combattre/des conflits en plus ?
    1. Les autres animaux de la forêt font entendre leurs voix multiples aux exploiteurs : « arrêter de brûler notre maison ! » (notre planète Terre)
    Alors, moment de recul-hésitation des exploiteurs, très court,… puis « non, ça nous rapporte trop, tant pis pour vous, nous continuons à exploiter, débrouillez-vous, trouvez un refuge… »
    2. Ne plus vouloir éteindre la forêt en feu mais changer de système « exploiteur » ?
     De l’intérieur… en s’immisçant dans leurs manières de faire ? Pour la modifier en douceur, la faire évoluer positivement ?
     De l’extérieur proche des « exploiteurs » : lobbying ? Sensibiliser-convaincre ? Autre ?
     Du cœur de la forêt : des martyrs qui brulent pour la cause ?
     En survolant la forêt : prendre un point de vue plus large, global ? Montrer que le feu finira aussi par atteindre les exploiteurs ?
    3. Se positionner en porteur d’un système exploiteur collaboratif alternatif dans le monde global (faire émerger un monde différent dans les multiples mondes que tu décris) : sans haine, violence, conflits et guerres… Dans et non contre. Agir de manière subtile et délicate, en stratège.
    Quelques idées qui me viennent de quelques lectures : utiliser l’énergie de l’adversaire ; faire avec le courant de la vie, les flots du monde, ne pas lutter contre ; agir avec éthique, esthétique et élégance, avec le sens de la beauté harmonieuse à essayer d’atteindre…
    Je pense aussi à un reportage où Céline Dion disait à Obama après le déluge et des inondations graves en Nouvelles Orléans : arrête de planifier un état des lieux, prends ton bateau, il y a des gens qui se noient ! 😉
    Pour le feu à la planète qui touche forcément les humains qui l’habitent, « prenons nos extincteurs, nos lances d’incendies, …, et arrêtons aussi les pyromanes »
    Bonnes réflexions. Je suis déjà dans l’émergence mais je serais ravi de m’associer à plein d’autres 😉 Pour être plus fort, sans vouloir écraser pour autant (restons vigilants par rapport à nous-mêmes, si humains tous et donc si fragiles), juste faire émerger le neuf… avec douceur, beauté et amour.

  • Mae
    Publié le 11:14h, 28 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,
    Tout d’abord merci pour ce partage qui a beaucoup raisonné en moi.
    Je me reconnais complétement dans les quatre axes de valeurs que tu présentes (même si je commence tout doucement, à tâtons, à essayer de faire ma part!). Je suis fière de savoir que je fais partie de la famille des créateurs de nouvelles cultures 😉 ça me parle tellement !!!
    Le monde dont je rêve serait un monde où l’humain et la nature passent avant le profit. Comme toi je ne regarde plus les infos, mais elles arrivent à moi malgré tout et quand j’entends ce dont notre gouvernement est capable de faire (ou de ne pas faire) pour arranger « les grands » ça me répugne (dernier exemple en date le glyphosate et le gouvernement qui vote contre son interdiction…).
    Je suis aussi halluciner de voir l’Aquarius être balloter de port en port car personne n’accepte les migrants. J »ai parfois honte de ce que l’être humain est capable de faire à son prochain… J’aimerai voir un monde où les gens naissent réellement libre et égaux en droit et si d’aventure quelques uns sont plus dans le besoin que d’autre, voir ces « plus chanceux » tendre la main.
    Je rêverai également que l’on aide notre planète à aller mieux. Là encore j’essaie de faire ma part le mieux que je puisse mais parfois je me sens inutile fasse aux grands groupes qui polluent 1000 fois plus que nous et ne font aucun effort.
    Ma contribution pour rendre ce monde réel est vivant se fait un peu chaque jour au travers de mes actes, des échanges que je peux avoir, des choix que je prends. Discuter avec autrui et exposer mon point de vue (ne pas chercher à convaincre, mais simplement à expliquer mes valeurs). Apprendre à ne pas juger l’autre et l’accepter tel qu’il est. Et puis surtout profiter de l’instant présent, ne pas se laisser embarquer par le mental et toutes ces pensées qui vont et viennent. c’est pour l’instant assez difficile pour moi mais c’est mon prochain challenge !
    Merci de nous laisser un endroit où s’exprimer, j’ai hâte de découvrir où tout ça va nous mener !

  • Pierre M.
    Publié le 11:07h, 28 septembre Répondre

    Bonjour JJ,

    Dans la continuité de ma réponse du 24/09 (16h17) ,
    Je partage ce lien à la fois pour le clin d’œil (association s’appelle :émergences…tiens donc)et aussi pour nos amis belges. Habitant moi-même dans le nord de la France, il m’arrive d’aller suivre des conférences à Bruxelles sur l’éducation par le biais de cette association. Elle est en plein dans la même lignée que la tribu JJC, et propose des sujets très intéressants.
    http://www.emergences.org/
    Cordialement,
    Pierre Momont

  • Ouafae
    Publié le 07:00h, 28 septembre Répondre

    Bonjour Jean marc,
    Je suis honorée de faire partie de tes contacts et je suis ravie de partager avec toi ma façon de voir le monde.
    Certes nous ne pouvons pas ignorer toutes les lois et règles qui régissent ce monde mais à mon avis nous devons tous œuvrer dans le sens de la protection de ce monde vu que ce monde nous appartient tous et n’appartient pas uniquement aux plus forts.
    Je veux un monde ou la femme est présente au moins à plus de 60% dans la stratégie, la vision, l’anticipation, la planification.

    Je veux un monde sans consommation, sans publicité, sans intérêts commercial. je veux un monde où l’intérêt collectif est l’argument essentiel de promotion.
    Je veux un monde sans médicaments, sans armes, sans pesticides, sans OGM.
    Je veux un monde où l’éducation des enfants est basé sur les choses essentielles : utilité au lieu de la mode, intérêt au lieu de tendance, se nourrir au lieu de manger, échanger au lieu de prendre un pot, danser au lieu d’aller dans des soirée Inn….
    Ce monde est un monde comme on l’a vu est très gaspilleur de ressource, de temps ; a mis la planète en difficultés en moins de 100 ans.
    Je veux un monde qui pense avant tout à l’avenir de nos enfants et petits enfant et petits petits enfants….
    Je veux un monde écologique ou la production/rendement n’est pas le seul objectif.
    Je veux un monde où chacun de nous fait de son mieux pour améliorer le quotidien de son environnement,
    Je veux un monde où chacun de nous aide ces semblables, ces voisins, les membres de sa famille, ces amis,….
    voici mon monde de rève

  • Marie-Jeanne
    Publié le 04:54h, 28 septembre Répondre

    Bonjour,
    Un monde sans violence, plein d’amour et de respect serait idéal mais n’est ce pas un peu utopique ?
    Jean-Jacques, tu nous apprends dans L’ARA à nous changer nous même pour, d’une certaine façon, changer l’Autre (la relation avec les autres )-> comment nous changer nous pour stopper la violence ou le non respect, ou le besoin de pouvoir de tous les habitants de cette planète ?
    Donc pour ma part, je priorise ce sur quoi je peux agir et je rêve d’un monde où on ne prend pas l’univers, l’espace, la terre, la mer, les animaux et les humains pour des POUBELLES et j’essaye d’agir à mon niveau.
    -Je consomme ce qui est nécessaire,
    -j’essaye d’atteindre une autonomie en fruits et en légumes grâce à mes potagers.
    -J’achète ma nourriture en vrac et au marché avec des sacs ‘durables’,
    j-e produits mon électricité et récupère toute l’eau du ciel que je peux.
    -Je suis bénévole dans un groupe de développement durable à la mairie et dans des associations de défense de l’environnement : j’ai proposé ‘un café jardinier’ sur mon lieu de travail, des ateliers pour les enfants, des conférences avec des conseils sur le jardinage (sans pesticide) pour réapprendre à tous à faire pousser ce qu’ils mangent. -Après 10 ans de demandes, la mairie a créé des jardins partagés pour ceux qui n’ont pas de jardin et j’essaye de m’en occuper (arroser, repiquer…) dès que j’ai un peu de temps et je suis super contente lorsque je vois que les légumes ont été récoltés.
    -Je prépare ma retraite (j’ai 59 ans à la fin de l’année) pendant laquelle j’aimerai développer des ateliers de conseils alimentaires (éviter autant que possible la nourriture industrielle par exemple) pour agir sur la santé de tous, des conseils de cuisine et toujours de jardinage bien sur.
    Tout le monde ne peut pas faire tout cela mais si chacun agit à son niveau comme il peut, on devrait pouvoir améliorer les choses.
    Mes valeurs ? Elles sont faciles à déduire de ce que j’ai expliqué ci-dessus : respect de la vie, de la terre, de la nature, des animaux, des humains, de la santé.
    Merci Jean-Jacques de nous avoir posé ces questions : j’ai posé ces questions autour de moi et je me suis rendue compte que nous sommes beaucoup à être ‘en crise’.

  • Marie
    Publié le 03:35h, 28 septembre Répondre

    re-essai puisqu’un premier texte n’est jamais passé malgré les tentatives répétées auprès du robot. Conclusion perso : il ne devait être ni bon, ni utile dans ce contexte….. j’essaie autre chose et on verra la suite……Je voudrais surtout dire que l’uniformité me semble l’inverse du monde vrai. Il suffit de constater avec quelle énergie des communautés entretiennent leur culture ou leurs croyances malgré les risques que cela comporte. Je fais un rêve : si jamais devaient se reproduire certaines mises en quarantaine telles qu’on en a connues avec les conséquences désastreuse que l’on sait, tous les gens réagiraient autrement : si les uns étaient condamnés à porter une étoile jaune, tout le monde porterait une étoile jaune ! j’aimerais que soient à la mode non seulement les croix comme les avait mises certains stylistes, mais aussi les attributs de telle ou telle communauté, afin qu’ils ne puissent plus être montrés du doigt, et puissent vivre comme ils l’entendent… et que, pour les autres certains signes extérieurs ne soient plus tabous…. j’aime cette mode des homme barbus actuelle, alors que ça a failli être le signe du « djihadisme »… par pitié, remettons les choses à leur place… et, même si quelqu’un a une voiture de prix qui se voit de partout, ça peut être le meilleur des hommes !…… A bas les préjugés ! et si ma peau n’arrive pas à foncer, mon sang , lui, est sombre ! comme le dirait Nougaro amitiés sincères et chapeau pour le nombre des témoignages qui ne manquent pas d’intérêt (mais non, je n’ai pas tout lu…) je vais jusqu’au barrage ……..PS; j’ai entendu aux infos -oui, je les écoute ! – qu’un juif s’empêchait de lire certaines publications dans le métro pour ne pas se faire repérer comme juif…. c’est terrible : je ne connais rien à cela mais si vous pouviez m’indiquer ce genre de publication « marquée », je serai contente de m’en équiper pour un futur voyage en métro !

  • Robert
    Publié le 18:21h, 27 septembre Répondre

    Bonsoir, nous sommes bien d’accord : ce monde est tout le contraire de ce qu’est pour moi un idéal. Il est bâti sur un schéma dogmatique qui ne souffre aucune remise en cause, allant même jusqu’aux crimes de masse. Nous en sommes réduits à créer nos propres communautés, avec le risque du communautarisme qui mène au sectarisme, ce à quoi on voulait pourtant échapper depuis le début. Les valeurs de respect, tolérance, paix et non-violence, justice, égalité et non-discrimination, fraternité, liberté de parole, et j’en passe… Je m’efforce d’appliquer ces valeurs que je viens de citer en me rapprochant de celles et ceux qui en font autant, et en m’éloignant des autres qui finissent par devenir des relations toxiques, malgré mes efforts de les faire évoluer. ; je finis par lâcher prise pour une action qui serait trop longue et trop hasardeuse pour moi et qui pomperaient mes énergies mentales au détriment des relations qui me permettent non seulement d’enrichir mes horizons mais aussi de partager le fruit de mon évolution avec des gens qui acceptent ces échanges. Ainsi, à mon niveau, je peux avoir le bonheur de participer à cette construction d’un monde meilleur.
    Ah bon, c’est pas gagné ???
    CHICHE !!!

  • marie anne
    Publié le 16:58h, 27 septembre Répondre

    je vous envois un cheque ce week end écrivez- moi votre adresse

    mercimarie Anne

  • Sola
    Publié le 13:26h, 27 septembre Répondre

    Merci pour tout ce travail. On manque d amitie de contact trop d isolement dans ce monde. On

  • Anne
    Publié le 12:23h, 27 septembre Répondre

    Bonsoir Jean Jacques, tout à fait en accord avec ce que tu partages avec nous et ce depuis longtemps et en me sentant totalement à côté de cette société en pleine décadence…
    Le monde dont je rêve est un monde Juste, tolérant, respectueux de chacun , des animaux et de la planète . Un monde ou L’ HUMAIN est au cœur de la Vie.
    Les valeurs que je souhaiterai promouvoir sont entre autre : le respect, la tolérance, la vraie justice, la Fraternité vraie, l’egalite Vraie, et que chaque être humain cultive la paix intérieure car c’est le seul chemin pour qu’un jour la paix arrive sur terre….un vaste programme , mais je ne sais pas vraiment quelle peut être ma contribution sinon déjà mettre en place ces valeurs en moi et autour de moi et j’y travaille du mieux que je peux….merci mour tout. Anne

  • jeancool
    Publié le 12:02h, 27 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques, mon rêve est simple que tous les personnes soient égalent la couleur ou la race importe peu que la justice soit juste pas de riche ou de pauvre tous sur le même pied d’égalité qu’on regarde le gouvernement leurs fortunes avant et après leur mandat

  • Fafise
    Publié le 10:43h, 27 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Merci pour ton long partage qui expose les choses si clairement.
    Du coup, on a l’impression que les sombres nuages s’écartent et que le soleil commence à poindre.

    Pour répondre à tes questions, dans le monde dont je rêve, l’eau, les animaux et les végétaux sont traités avec le respect et l’affection que méritent tous ces merveilleux compagnons de voyage. On se fait mutuellement des cadeaux.
    Comme valeurs à promouvoir, ce serait la conscience de la richesse et de l’autonomie de chacun des êtres humains de cette planète, avec la liberté qui en résulte.
    Pour rendre ce monde réel et vivant, pour l’instant, je ne peux que commencer par moi.
    Il y a longtemps, m’était venu que ce que je désirais le plus, c’était de contribuer à refaire de cette planète le paradis qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être. Mais par où prendre les choses ?

    Cette nuit, à un moment, j’ai rêvé de toi. Je ne me rappelle plus le contenu du rêve, sauf qu’il y avait une atmosphère de légèreté et de joie, alors je ne sais pas à quoi nous étions en train de travailler, mais en m’éveillant, m’est resté le chiffre 21905. Alors je te l’envoie.

    Merci pour tout, Jean-Jacques et à la prochaine.

    Françoise

  • Calonne Christine
    Publié le 07:11h, 27 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques, je suis heureuse de lire ton texte de coming-out spirituel.
    En effet, il rejoint tout à fait ce pour quoi j’oeuvre depuis toute petite dans ma famille, ma communauté, mon travail, dans le monde.
    Psychologue, je me suis spécialisée dans l’aide aux victimes traumatisées par des violences, tentant de les aider à retrouver leur humanité, leur bien-être, leur capacité à s’aimer et à aimer, leur capacité à se respecter à reconnaître leurs droits.
    J’ai écrit des livres, travaillé avec des milliers de personnes détruites par la violence psychologique, verbale, sexuelle, économique, physique afin de leur donner des pistes pour guérir, se reconstruire, se développer, mais aussi pour mieux repérer, comprendre la manipulation des consciences et le désir de détruire présent chez certains prédateurs humains, individus ou systèmes totalitaires.
    Défendre les droits humains est pour moi une valeur prioritaire.
    Elle va de pair avec la défense des droits de la terre et des animaux sacrifiés, maltraités eux aussi dans cette société dite « moderne ». Je crois en une nouvelle culture qui agisse pour défendre ces valeurs, non en faisant la guerre et en s’opposant à la pensée unique de la loi du marché, et du mythe de la croissance illimitée, mais en créant des liens forts, à côté, entre tous les êtres mobilisés par ces mêmes valeurs.
    Aider les gens à se relier pleinement à la vie en eux, autour d’eux, avec empathie, bienveillance, douceur, dialogue et assertivité, fait partie de mes valeurs. Tenter de développer son intériorité, ses capacités spirituelles, l’harmonie, la paix est essentiel aussi comme valeur dans mon chemin de vie.
    Rétablir en moi, autour de moi, chez mes patients l’équilibre entre le féminin et le masculin est aussi une valeur qui me tient à coeur.
    J’ai écrit un article dernièrement que je te partage et qui rejoint pleinement tes questions et tes valeurs pour une nouvelle culture. J’ai appelé cette nouvelle culture « culture de l’empathie ».
    J’espère qu’il te plaira et que nous aurons l’occasion de nous rencontrer pour en parler.
    J’ai suivi ton académie de la vie en mouvement « prendre soin de soi » et j’ai beaucoup aimé ton travail, ta pédagogie, ton authenticité, ton intelligence qui met en lien les dimensions multiples de l’être humain avec l’objectif de se développer et d’être plus humain.
    Je travaille moi aussi de cette façon, tentant d’aider les gens à se réunifier, à se reconnecter au vivant en eux et autour d’eux, à développer leur intériorité et leur dimension spirituelle.
    Voici mon article :https://www.psychotherapie-calonne.be/passer-d-une-culture-du-narcissisme-a-une-culture-de-l-empathie—une-utopie-vitale_ad141.html.
    Je te fais un copier-coller au cas où tu ne pourrais le lire :
    « Passer d’une culture du narcissisme à une culture de l’empathie : une utopie vitale
    Le 08 juillet 2018 : Passer d’une culture du narcissisme à une culture de l’empathie : une utopie vitale.
    Comment passer d’une culture du narcissisme, destructrice, à une culture de l’empathie respectueuse, protectrice de la vie en nous et autour de nous ? Recréer du lien est un enjeu vital pour l’humanité. Je présente les 10 caractéristiques de chacune.

    A. Une culture narcissique :

    Nous vivons au sein d’une culture narcissique, machiste et phallocrate. Elle se caractérise par les 10 points suivants :

    1) un individualisme exacerbé :

    Cette société favorise une attitude individualiste, égocentrique, c’est à dire une attitude immature, infantile refusant la frustration, le manque inhérent à la condition humaine. L’individu narcissique doit avoir tout, tout de suite et n’est soucieux que de la satisfaction immédiate, de ses intérêts propres. Cette attitude infantile s’accompagne du refus de vieillir, d’être souffrant, malade et de mourir. Elle encourage une attitude de consommateur, sans limites, grâce à la loi du marché. Cette loi ne reconnaît que la valeur de l’argent, du prestige et de la réussite sociale (prédominance du stade anal et phallique du développement). Ce sont les rejetons d’une société patriarcale en déclin basée sur le culte de la domination. Cette réussite y est obtenue par une compétition cruelle, à tout prix : écraser les autres pour réussir financièrement et socialement. La valeur de quelqu’un y est établie sur le Dollar. Le nouveau Narcisse est obsédé par le désir de reconnaissance de son ego surdimensionné grâce à cette compétition où il doit être le meilleur, être fort, dur, invulnérable et insensible. Constamment insatisfait, il vit dans un stress permanent, celui de perdre ses acquis ou d’en obtenir plus. Cette insatisfaction, ce stress l’empêche d’être heureux, d’intérioriser les moments heureux de sa vie (les souvenirs des liens d’amour et de tendresse), ou d’établir ce genre de lien. Il est en état de survie, dans un état de guerre permanente, de combat pour survivre. Le passé et l’avenir ne l’intéressent pas, car son avidité dans le présent le dirige et le frustre sans fin. Derrière son apparente coopération et son souci des règlements, il n’est motivé que par son avidité, son désir de pouvoir, son désir d’admiration et de reconnaissance illimité. Il applique les règles aux autres, mais pas à lui-même. Des comportements pervers (violence physique, psychologique, verbale, économique, sexuelle) accompagnent inévitablement cette perte du lien, de la capacité à aimer, à coopérer, à être solidaire. Le désir de posséder, de dominer, d’éradiquer ce qui l’en empêche, et la jouissance à détruire animent ses intentions, plus que le respect de l’autre et le respect de la vie.

    2) la croyance en sa supériorité :

    La culture narcissique nourrit la croyance en sa propre supériorité. L’ego sur-dimensionné de ce nouveau Narcisse considère ses croyances, ses idées, son mode de vie comme supérieur aux autres. Il croit détenir la vérité et méprise ceux qui sont différents de lui. Il impose une pensée unique « pour le bien » des autres : mythe de la croissance économique illimitée, croyance en la loi du marché, remplaçant l’éthique, les lois, l’humanisme et les droits fondamentaux, obligation d’être rentable, compétitif, fort, pour survivre face au mythe d’une guerre économique. Ce primat de l’idéologie sur le lien d’amour et l’ouverture à l’autre, à son ressenti et à celui de l’autre explique en partie les guerres, les divisions, au sein des familles et des communautés, la destruction du lien social et de la nature. L’autre est sensé s’adapter à lui.

    3) La colonisation de l’esprit d’autrui :

    Convaincu de sa supériorité, il tente de coloniser l’esprit d’autrui pour l’amener à penser, agir et vivre comme lui. Il utilise ses compétences sociales et relationnelles pour manipuler mentalement ou affectivement autrui, envahir son psychisme et sa vie. Il alterne séduction narcissique (flatter, offrir des cadeaux, une protection, faire rire, brandir des slogans tape à l’oeil, …etc.) et violence psychologique, verbale, économique, sexuelle ou physique si l’autre lui résiste (dénigrement, disqualification, culpabilisation, mépris, messages paradoxaux, silence boudeur, accusation, reproche, insulte, critique de la personne, absence de valorisation d’autrui, de compliment, d’encouragement, …etc). Une perversion relationnelle s’installe dans un tel contexte comme une nouvelle norme. Ce n’est plus le désir de rapprochement qui mobilise le nouveau Narcisse, mais le désir de blesser, d’affaiblir l’autre pour le dominer.

    4) L’exploitation d’autrui :

    Il colonise l’esprit, la vie d’autrui afin de s’approprier ses ressources, avec l’objectif de mettre un terme à son insatisfaction chronique. Mais, il a ignoré que les ressources humaines, terrestres sont limitées. De plus en plus de gens vivent un burnout, une dépression par non respect des limites de leur corps. La terre, chaque année, atteint de plus en plus tôt les limites de ce qu’elle peut donner. Le nombre des espèces sur terre décline à toute allure et la rupture de l’équilibre des écosystèmes est dramatique pour l’avenir de l’humanité.

    5) La croyance que tout lui est dû :

    Se sentant supérieur, comme l’enfant-roi, il considère que tout lui dû. L’autre doit le servir. Il lui semble normal qu’il bénéficie d’un traitement de faveur, de privilèges, de passe-droit. Ne respectant ni les lois naturelles, ni les lois humaines, il considère que tout lui dû, même s’il doit, pour cela, sacrifier des vies humaines, animales, les ressources terrestres sans respect.

    6) L’envie et la prédation :

    L’insatisfaction chronique est lié à l’envie. L’envie est le désir avide de s’approprier les ressources d’autrui. Il consomme les autres comme des marchandises à utiliser, puis à jeter. L’envie favorise des comportements prédateurs d’appropriation, d’exploitation. Le Narcisse est un prédateur humain qui considère autrui comme sa propriété, son objet. Contrairement aux autres prédateurs, il ne tue pas pour manger, mais pour nuire à autrui et satisfaire ses désirs. Des comportements pervers dominants font partie du quotidien dans la société moderne narcissique. Ils sont basés sur la prédation des ressources humaines et terrestres, l’intention hostile et vengeresse, le désir de détruire ce qui s’y oppose, de régner en maître sur ses territoires, en y imposant ses idéologies et des lois qui ne mettent pas de limites à son irrespect du vivant.

    7) La croyance en la perfection :

    Le sentiment de supériorité est lié à l’idée qu’il y a une perfection à atteindre. Il doit être parfait et impose aux autres ses règles afin d’établir son monde parfait, en fonction de ses seuls critères de perfection. Il refuse le droit à l’erreur, à la souffrance et à toute forme d’imperfection aux autres (notamment ses limites humaines). Son idée de la perfection le rend incapable de reconnaître la différence. L’autre doit s’adapter à lui, mais pas l’inverse. Il refuse de valoriser autrui et de reconnaître ses progrès, son importance. Seul le résultat compte, la rentabilité à court terme, l’action, sans souci d’éthique, d’humanité, de respect des lois protégeant la vie.

    8) L’incapacité à aimer :

    Envieux, avide, insatisfait, il utilise et manipule autrui, mais il ne le respecte. Il ne respecte pas sa personne, sa différence, ses sentiments, ses émotions, ses besoins, ses désirs propres et son autonomie. Cette incapacité vient d’un refus du manque et de la perte, d’une insensibilité acquise par la discipline, le contrôle excessif de soi (exigence d’être fort, de faire des efforts, d’être insensible et dur, d’agir vite), le refus de ressentir la souffrance.

    9) L’absence d’empathie :

    Egocentrique, le nouveau Narcisse ne peut se relier à l’autre dans le respect de sa différence.

    Cette absence de lien le rend profondément seul, incapable de se relier au vivant en l’autre, à ses sensations, ses émotions, ses sentiments et ses besoins. Il n’écoute que lui-même. Il dispose d’une empathie cognitive pour dominer (décoder l’autre par l’observation), mais non d’une empathie émotionnelle pour se rapprocher de l’autre (partager son vécu).

    10) L’arrogance et le mépris :

    Le nouveau Narcisse fait ressentir à l’autre son mépris par ses comportements arrogants et manipulateurs (dévalorisation, culpabilisation, …).

    C’est le sentiment de supériorité, le déni de la différence et l’hostilité qui motive ces comportements.

    B. Pour une culture de l’empathie : une utopie vitale

    Le passage d’une culture narcissique à une culture de l’empathie est possible si nous reconnaissons le désastre que le narcissisme pervers de notre société occasionne : perte du lien à soi et aux autres, perte de la capacité d’être heureux, perte de la convivialité, accroissement de la violence relationnelle, accroissement des inégalités sociales, destruction des formes d’entraide, de solidarité, exclusion d’une partie toujours plus grande de la population, de plus en plus précarisée, destruction des ressources terrestres, de la chaîne alimentaire, de l’équilibre des écosystèmes, …etc.

    Ce constat alarmant peut nous amener à envisager une nouvelle utopie, vitale pour la survie de l’humanité et de tous les êtres : la culture de l’empathie.

    Elle peut se caractériser par les points suivants :

    1) Rétablir le lien avec soi et avec les autres :

    Cette culture peut revaloriser le lien avec soi, la reconnaissance et l’accueil des sensations, émotions, besoins fondamentaux, de la souffrance et de ses limites. L’individu narcissique rationnel a négligé son humanité au point de n’être qu’une machine à consommer et à produire. Rétablir le lien avec soi nécessite de sentir, habiter à nouveau son corps, le respecter, respecter ses limites, découvrir son intériorité, sa vie psychique et spirituelle. C’est ce lien avec son corps qui permet de se mettre en lien avec le corps et le ressenti de l’autre. La rencontre est alors possible. Le dialogue peut se construire.

    2) Prendre du temps pour vivre :

    Le nouveau Narcisse survit dans la course à l’argent et au profit. Prendre du temps pour vivre, c’est prendre le temps de s’arrêter, de ralentir, de sentir la vie en soi et autour de soi. C’est reconnaître son importance comme personne et non comme machine rentable à tout prix. Cette reconnaissance autorise le repos, la détente, le plaisir de s’amuser, d’échanger et de s’épanouir dans ce que l’on est, dans ce qui est important pour soi.

    3) Revaloriser l’être et non l’avoir :

    S’épanouir dans son être, c’est écouter ses besoins fondamentaux, son rythme vital. L’être est la dimension spirituelle, relationnelle et physiologique en soi, ouverte au monde, en lien avec l’univers et les autres êtres. Etre, c’est être avec l’autre, le rencontrer comme personne, sans ou au-delà de ses jugements. C’est cette dimension qui nous permet d’être doux et aimant envers nous-même et envers les autres.

    4) Simplifier sa vie :

    Prendre du temps pour soi nécessite de simplifier sa vie. Nous pouvons faire le tri dans ce qui nous est vraiment nécessaire et laisser tomber la course à la consommation. Consommer moins, de qualité, local, boycotter les multinationales, trier les déchets permet de se recentrer sur l’essentiel. Cette simplicité rétablit en nous le bien-être, la capacité à être heureux, à préférer la qualité de la vie, des échanges et des partages avec autrui.

    5) Rééquilibrer sa part masculine et féminine :

    La part masculine nous pousse à l’action, à l’assertivité, à l’affranchissement, à la stratégie et à la rationalité, alors que la part féminine nous pousse à la contemplation, à vivre dans l’être, dans la sensibilité, à l’écoute de nos émotions, de nos besoins et désirs. Notre part féminine nous rend capable de protéger la vie. Equilibrer la part masculine et féminine en nous permet de retrouver la satisfaction et l’amour pour nous-même comme pour les autres, le lien avec le caractère sacré de toute chose sur terre. Le masculin en nous agit pour poser les limites, dire non à ce qui menace l’intégrité, la vie psychique et corporelle, la vie sur terre. Il permet au féminin, notre part sensible de s’épanouir et développer la vie en nous, autour de nous.

    6) Développer l’empathie :

    L’empathie émotionnelle est la capacité à nous relier au vivant. C’est sentir le vécu, la souffrance, les émotions, les besoins de l’autre comme les nôtres. Cette empathie permet de rétablir des liens d’amour et de tendresse. Elle nous amène à respecter l’autre dans sa différence, mais aussi de respecter ses besoins, son autonomie. L’empathie nous aide à nous percevoir reliés aux autres, à la nature, à tous les êtres, dans une relation de respect, de liberté. Elle nous fait percevoir l’unité entre tous, cette énergie de vie présente en toute chose. Elle nous pousse à vivre l’unité dans la diversité des modes de vie, des croyances. Elle nous permet de résoudre les conflits dans la paix et de trouver des solutions qui respectent toutes les parties. L’empathie nous ouvre à la vie et nous permet d’accueillir le changement, de traverser le chaos. Elle favorise l’évolution des consciences et une transformation de celles-ci, vers plus de souplesse, de tolérance, d’humanité, de convivialité. Elle est vitale si nous voulons nous préparer aux conséquences du dérèglement climatique en terme de mouvements de populations menacées partout dans le monde.

    7) L’éthique comme repère :

    La culture de l’empathie met l’éthique au centre de ses préoccupations, car elle est pour le respect, la protection de la vie et de tous les êtres. L’éthique met une limite à la compétition à tout prix, à la loi du plus fort et à sa cruauté. Elle revalorise l’entraide et la solidarité. L’éthique et la spiritualité sont les nouveaux points de repères d’une culture de l’empathie, axée sur la protection de la vie sur terre. L’éthique peut servir de base aux politiques afin de créer de nouvelles lois plus respectueuses de la vie, sanctionnant le non-respect de celle-ci, de l’humain, sanctionnant la manipulation qui atteint aux droits fondamentaux de l’être humain et à la vie sur terre. Ces lois doivent protéger les droits de l’homme, des animaux et les droits de la terre.

    8) L’humain comme priorité :

    La priorité de cette culture est la revalorisation de l’humain et non la rentabilité, le profit : le respect des besoins physiologiques, relationnels et spirituels de chacun. Ce sont nos capacités humaines qui nous permettent d’aimer, de respecter l’autre dans sa différence et de ne pas laisser la culture narcissique détruire tout, les liens sociaux et la planète. Revaloriser l’humain et lui donner la priorité, c’est donner de la place à davantage de temps pour soi, pour la convivialité, l’échange et le partage. C’est reconnaître le droit à la souffrance, à la maladie, à la mort dans le respect, le droit à la souffrance au travail.

    9) Une éducation à l’empathie :

    La culture de l’empathie éduque les enfants au respect des liens sociaux et de la nature. Elle valorise d’abord le plaisir d’apprendre et d’être ensemble, plutôt que la compétition à tout prix. Elle éduque à être, à aimer, à être solidaire, à respecter la vie, la dimension féminine chez chacun. Elle donne le droit à l’erreur et à l’imperfection. Elle rend humain, apprend à grandir, à supporter le manque, à vivre simplement, plutôt que de formater les enfants à devenir des machines à jouir et à exploiter. Elle donne accès à la satisfaction des besoins spirituels autant que matériels : harmonie, paix, beauté, calme, contemplation, célébration, épanouissement de soi. Elle permet à l’enfant de vivre sa vie d’enfant, de jouer, d’explorer avec plaisir, de créer, de rêver, d’être en lien avec la nature pour se ressourcer, communier, s’ouvrir au monde, grandir dans des rapports de respect avec les autres êtres.

    10) Une priorité au dialogue et à la reconnaissance de la différence :

    La culture de l’empathie favorise le lien, le dialogue, la reconnaissance de la différence, la réconciliation, la résolution pacifique des conflits plutôt que d’encourager la loi du plus fort, l’insensibilité, la dureté, la prédation, le culte de l’image et du paraître, le culte de l’argent.

    Cette utopie est un enjeu vital, car nous avons épuisé les ressources de la planète et une partie toujours grandissante de l’humanité s’appauvrit alors qu’une autre vit dans l’excès de richesses. Cette situation risque de créer des réactions de violence partout dans le monde, mais aussi des déséquilibres écologiques tels que des catastrophes naturelles menaçant la survie même de l’humanité. » Christine Calonne, psychologue spécialisée dans l’aide aux victimes de pervers narcissiques, avec l’hypnose éricksonienne pour la gestion des traumatismes, Belgique.

    • Pierre M.
      Publié le 13:47h, 27 septembre Répondre

      Bonjour Christine,
      Merci pour ce partage, l’analyse est brillante, claire et précise. J’ai particulièrement apprécié « éducation à l’empathie ».

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 14:14h, 27 septembre Répondre

      Très inspirant Christine. Je me permettrai peut-être de te contacter plus tard quand il s’agira de mettre des choses concrètement en place…

  • Guy
    Publié le 06:05h, 27 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques, en premier lieu Merci pour cette belle ressource que tu nous apporte.
    Je rêve d’un monde plus intelligent ( moins stupide ou idiot ). À chaque pas que l’on fait par hasard il y a quelqu’un ou quelque chose qui se trouve sur notre chemin. Tout en cheminent vers eux , soit par nos actions ou paroles on peut les blessés ou les insultés

    Les valeurs que je voudrais promouvoir sont, Le Respect d’autrui , La Clairvoyance et le Lâché prise.

    Dans ces trois valeurs je crois qu’apprendre à nous respecter nous amènent à voir ce dont nos avons besoins et d’accepter
    que par moments on n’a pas le contrôle de toutes les situations.

    Ma contribution que je voudrais apporter dans ce monde réel et vivant est, Apprendre à ne pas Juger et à redécouvrir la
    patience surtout avec ceux que l’on Aime

  • Elisabeth
    Publié le 05:32h, 27 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques
    Merci de tes partages qui démontrent encore une fois toute ton authenticité.
    Denis Marquet écrivait dans l’un de ses derniers livres : « et si la tendance à remettre en question le monde et à lui refuser une pleine adhésion était au contraire le signe de la plus grande santé ? »Je rêverais d’adhérer à une mouvement correspondant à cette tendance nouvelle à ces toutes dernières années ! Pour l’instant en attendant de faire davantage je me contente d’apporter le plus possible ma contribution au quotidien dans le concret et réel.

  • Myriam
    Publié le 04:30h, 27 septembre Répondre

    Et un super journal (à tout petit prix) qui se fait le relais de ces autres mondes de solidarité, justement : l’Age de Faire

    https://www.lagedefaire-lejournal.fr/

    « Edité par une Scop, L’âge de faire relaie les initiatives visant une réappropriation citoyenne de l’économie, la création de lien social, un mode de vie plus … »

  • Christian
    Publié le 03:49h, 27 septembre Répondre

    Mes valeurs:
    Marinaleda (Espagne) , Alternatiba, Ullule, Gunter Pauli, Ruptur, JJ Crévecoeur, les Colibris et bien d’autres encore…..
    A mon avis tt est déjà là ! Y a plus qu’à S’ENGAGER 🙂 Fédérer ???

    Ce qui m’inquiète :
    Guidestones et autres du même style

    Merci et à bientôt

  • Valérie
    Publié le 02:10h, 27 septembre Répondre

    Tout d’abord un grand merci pour ton témoignage qui a bp résonné en moi 🙂 et qui me donne envie de répondre aux 3 questions :

    Quel est le monde dont tu rêves, ?
    Je rêve d’un monde en paix, loin des tensions, des oppositions, que nous résolvions nos conflits autrement que par la violence.
    Que nous vivions l’harmonie sur notre belle terre avec le vivant

    Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?
    Le vivre-ensemble, l’accueil inconditionnel de l’autre, pouvoir se montrer tel que l’on est, avec toutes ses fragilités et sa sensibilité, sans craindre le jugement, l’humiliation ou le rejet.
    Et donc l’AMOUR

    Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?
    Je suis déjà en route… en commençant déjà par moi, en faisant un travail, indispensable pour le changement, tout changement commençant par soi-même comme chacun sait 🙂
    Je fais partie de collectifs comme Alternatiba (promotion des alternatives dans des tas de domaines) et ANV cop 21 (actions de désobéissance civile)
    Je fais partie d’Altercoop, grande aventure organisée par Christine Marsan, axée sur l’altérité et la coopération (quels sont les freins, les leviers…) et je vais prochainement commencer la formation d’animateur SEVE pour animer des ateliers philos dans les écoles

  • Sandrine G.
    Publié le 18:16h, 26 septembre Répondre

    Bonjour ou bonsoir Jean-Jacques,

    Merci pour ton partage. Quand tu parles des valeurs que tu portes en toi : valeurs humanitaires, valeurs de justice sociale et de solidarité, valeurs écologiques et spirituelles, cela résonne en moi. Et quand , en fin du week-end à Lyon l’an passé, je me sens très émue par cette nouvelle famille qui m’entoure, c’est sûrement parce qu’elle me manquait . [ Un immense Merci au passage à Chrystel qui se reconnaîtra j’espère pour m’avoir pris longuement dans ses bras ce jour là et que je n’avais pu remercier, n’ayant pas sa bonne adresse mail ].

    J’ai eu 80 ans au début de ce mois et viens de voir ma mère de 105 ans qui vit dans une maison de retraite très loin de chez moi et là aussi je suis interpelée depuis quelques années par le vécu des personnes âgées, leur situation dans les familles d’accueil ou dans les maisons de retraite, les médicaments qui leur sont donnés, leurs difficultés, le manque de liens avec la famille, leur solitude et leur détresse.

    La marginalité dont tu parles Jean-Jacques, oh oui je la connais et depuis fort longtemps :

    – j’ai tellement vécu d’interdits dans mon enfance et mon adolescence que je me sentais différente des autres, trop mature dans certains domaines et trop immature dans d’autres, pensant même que mes parents devaient être « anormaux » et donc que j’étais moi-même anormale.

    – Il y a 50 ans, quand mon mari et moi avons commencé à nous intéresser à l’homéopathie, à la ligue pour la liberté des vaccinations et à l’alimentation biologique, nous étions pris pour des fous mais nous avons quand même tenus le coup et aujourd’hui nos enfants nous remercient.

    – Au début des années 80, alors que j’étais mariée et maman de 4 enfants, j’ai éprouvé le besoin de changer officiellement de prénom parce que je ne savais toujours pas qui j’étais vraiment, quelle était ma véritable identité et c’était un moyen pour ouvrir une porte. Et bien là, c’était le commissaire de police faisant le relais avec le substitut du procureur au niveau paperasses qui essayait de m’intimider, de mettre des obstacles mais j’ai tenu bon et de leur côté, mon père, mon frère et ma sœur n’ont jamais accepté ma démarche et me l’ont fait savoir à leur manière. Seuls ma mère , mon mari et quelques personnes de mon entourage proches ont compris. Et j’ai observé aussi que l’Univers avait accepté cette situation car il ne m’avait pas mis de barrage.

    – A un autre moment, un radiesthésiste qui donnait des soins aux personnes et qu’on m’avait recommandé m’a dit que je semblais venir d’une autre planète ( ? ) et qu’il ne pouvait RIEN pour moi. Donc, pas de consultation. Comment, là encore, ne pas se sentir différent ? mais aussi rejeté … ?

    – Dans mon groupe d’habitat qu’on appelle maintenant habitat participatif, pendant des années je me suis souvent sentie le vilain petit canard qui veut manifester sa vision des choses (à commencer par nos relations sur le plan humain) mais qu’on fait taire. Priorité aux « grandes gueules » … Et depuis j’ai pris mes distances et volontairement je m’abstiens de certaines rencontres de groupe et je ne m’en porte que mieux.

    – Et cela n’a pas non plus été facile de me trouver en décalage avec la majorité de tes étudiants Jean-Jacques qui ont terminé depuis longtemps l’AVM 3 alors que j’en suis encore aujourd’hui au module 5 et à la fin de la partie 2 de la Mission de Vie… ! Il m’a fallu là aussi accepter cette différence (due à des circonstances diverses) mais là où c’est encore difficile, c’est lors des repas (avec qui que ce soit) car je ne sais pas et ne veux pas « avaler » la nourriture et continue à la mastiquer… ! Cela ne signifie pas que je sois lente pour tout ; non, il m’arrive d’être rapide mais tout dépend de la situation. Comment concilier respect de soi avec la vitesse des événements, la vitesse des informations, la vitesse du monde dans lequel nous nous trouvons ?

    Tu dis ne pas vouloir changer le monde mais contribuer à créer un autre monde. Mais sur cette Terre que nous habitons, nous sommes censés être des humains et ne serait-ce pas notre humanité qu’il faudrait développer ? notre authenticité ? notre ouverture d’esprit ? notre respect d’autrui et de la nature mais aussi le respect de soi ? notre conscience ?

    Un jour, j’ai écouté une petite vidéo youtube traduite en français intitulée « Sentiments, énergie, conscience » dans laquelle Gregg BRADEN parlait de notre relation à l’Univers, de deux satellites américains transmettant aux scientifiques des données régulières sur le magnétisme de la Terre avec comme résultats des pics anormaux enregistrés le 11 Septembre lors de l’explosion du World Trade Center mais il montrait aussi que les champs magnétique et électrique de notre Cœur étaient beaucoup plus puissants que ceux de notre cerveau et que NOS PENSEES ETAIENT DES ENERGIES.

    Un déclic s’est fait en moi. Je me suis alors abstenue de regarder ou d’écouter les infos négatives ou alarmantes des médias en m’entraînant à penser autrement et j’ai observé que de plus en plus j’avais connaissance de « belles » personnes qui oeuvraient à des niveaux divers pour l’amélioration de notre monde et çà m’a fait chaud au Cœur. Les énergies étant puissantes, plus nous mettons nos pensées au service de choses positives, plus nous les attirons. Donc, nous inversons le processus qui est de rabâcher, de commenter, de propager le négatif. C’est quand même plus réconfortant , plus enrichissant et plus réjouissant. Et si nous sommes nombreux à agir ainsi, nous participons à l’amplification des énergies positives, donc à l’amélioration de l’état de santé de notre monde.

    Et comme dit le renard au petit Prince : « On ne voit bien qu’avec le Cœur. L’Essentiel est invisible pour les yeux. ».

    Nous sommes plusieurs milliards sur cette Terre c’est vrai. Mais vu l’immense Pouvoir de notre Cœur, même à notre petite échelle individuelle, nous pouvons agir et faire grandir la Lumière dans notre monde. Nous ne pouvons pas changer les autres bien sûr mais c’est peut-être en nous transformant nous-même, en développant notre Spiritualité, en nous améliorant encore, en nous aidant ou nous stimulant les uns, les autres, que nous pourrons contribuer aussi à l’amélioration et à la transformation progressive de notre monde. Qu’en penses-tu ?

    La Vie est mouvement, tu le sais très bien Jean-Jacques, elle est aussi transformation. Gardons espoir.

    De tout Cœur avec Toi.
    Sandrine

  • Marc
    Publié le 11:38h, 26 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques,

    Encore une fois, un grand merci pour ton message et toutes tes réflexions. Et surtout, ma profonde admiration pour avoir lu tout nos messages et y avoir répondu à beaucoup !
    Oh oui tout cela résonne bien fort en moi et je m’y reconnais pleinement !!!
    Et cela m’a pris aussi plusieurs jours pour t’exprimer mes pensées.
    J’ai lu pal mal de commentaires moi aussi et cela m’incite à répondre à tes questions sous forme de quelques réflexions:
    Est-ce qu’une personne saine et équilibrée peut vouloir autre chose que vivre dans la paix, l’amour, l’honnêteté, le respect de tout le vivant? Je pense que non et à la lecture des messages, il me semble que tous souhaitent cela, chacun à sa manière et avec sa façon de l’exprimer.
    Par contre, les chemins pour y arriver sont souvent différents, car la vision de la réalité diffère selon la sensibilité de chacun. Or, il existe bien UNE Réalité, celle dans laquelle nous vivons tous et qui est régie par des lois immuables ! Nous sommes tous soumis aux lois de la physique, même dans les autres dimensions ! Le problème est justement que nos capteurs de sensibilité sont réglés (déréglés ?!) différemment. Donc nous percevons tous une réalité différente. Je pense que là réside une des grandes missions de notre vie, qui est d’affiner nos capteurs, nos sens, afin de cerner, de s’approcher de la Réalité, de la Vérité. Or l’ouverture et l’élévation de la conscience permet justement ce cheminement.
    Malheureusement, il est frappant de voir à quel point la désinformation est efficace pour désorienter les gens dans leurs réflexions et leur perception de leur réalité. Beaucoup l’on déjà comprit, la peur est un des moyens les plus efficaces pour tromper la perception de la réalité.
    Au risque de faire long (pardon JJ je prends ton temps !), je veux juste citer un exemple, celui de ce soi-disant bouleversement climatique. Que de catastrophisme là autour, alors que la planète a toujours connu des changements climatiques. Le grand mensonge la dessus (et je suis ouvert à n’importe qui me démontrera mon tort !), réside autour du dioxyde de carbone ou CO2. Une simple réflexion, qui nécessite un tout petit peu de connaissance scientifique, est que la densité du CO2 est plus grande que l’air (1.22kg/m3 pour l’air et 1.87kg/m3 pour le CO2). Nos anciens le savaient, les vignerons encaveurs prenaient toujours une bougie dans la cave à vin, où la fermentation dégage beaucoup de CO2. Ce gaz étant plus lourd que l’air, il stagnera au fond de la cave et il éteindra la bougie placée sur une table, alarmant ainsi la personne que le niveau d’oxygène baisse dangereusement. Et c’est aussi parce qu’il est plus lourd que l’air qu’il peut nourrir les plantes ! Comment donc ce gaz pourrait-il faire effet de serre (terme créé par les instituts d’ingénierie sociale !!!) en altitude, alors qu’il est plus lourd que l’air ? Ou alors, il devrait alors y avoir des températures très différentes quelques mètres ou dizaines de mètres au-dessus, ce qui n’est pas le cas !
    Encore une fois, l’élite dirigeante veut nous faire peur et nous culpabiliser, afin de mieux nous manipuler et nous asservir. Je pense qu’il est important de comprendre que beaucoup des grands dirigeants de ce monde ne nous veulent pas du bien !

    Ensuite, il ressort, de mon point de vue, que beaucoup sont conscient, à divers degrés, de tout cela. Mais la plupart ne savent pas comment faire, par où commencer. Beaucoup semble attendre une idée, un mot d’ordre, bref une sorte de leader.
    Je me permets d’émettre en toute modestie, une petite réflexion/proposition.
    Dans un mouvement avec un ou des leaders à la tête, il suffit d’en couper la tête pour que tout s’arrête, et ça, l’élite mondiale le sait ! Mais ce qui leur fait peur et qui est imparable, c’est que chacun devienne un leader ! C’est bien pour cela que pour changer le monde, cela doit commencer par soi-même. Donc sans aucune idéologie, travailler sur soi, chercher à comprendre la Réalité, démasquer le mensonge et avoir le courage de désobéir à tout ce qui va à l’encontre de notre conscience, tel sera à mon avis, le début du véritable changement. Si nous parvenons à tisser un immense réseau de leaders solidaires (so-leader !) à travers le monde, alors les jours de ce système totalitaire marchand seront comptés !
    Tout cela peut sembler bien prétentieux, mais après tout, ne sommes nous pas dans cette incarnation pour grandir en conscience, en amour, en connaissances et en compétence (tiens ça me rappelle qqchose ;-)) et finalement … changer le monde ?
    Voilà mon rêve, que ce monde change vers plus d’Amour, que les êtres humains deviennent adultes, conscient, libre, indépendant et respectueux.

    Avec toute mon amitié
    Marc de Suisse

  • Hughes
    Publié le 10:22h, 26 septembre Répondre

    Salut Jean-Jacques, j’ai eu la chance de pouvoir faire avec toi un séminaire à Bruxelles, sur les conseils de Catherine P., une amie commune. Tout ce que tu écris, je le ressens aussi. J’ai d’ailleurs mis des mots là-dessus dans le livre que j’ai écrit (et que je t’ai offert), Divin quotidien. On me dit : « mais tu vis sur une autre planète ! » et moi je réponds « je vis dans un autre monde, mais il est aussi vrai que le tien (celui qu’on perçoit à travers les médias), et celui-là, je l’ai choisi. et d’ailleurs, dans quel monde préfères-tu vivre, le mien ou le tien ? ». La seule chose que je me dis est que tout ce qui a été exposé dans le livre Les enfants du Verseau (les pistes d’évolution du monde et les raisons d’être optimiste) il y a plus de trente ans est resté lettre morte pendant toutes ces années. Dans l’intervalle, l’argent n’a fait que prendre plus de pouvoir, avec touts les conséquences qu’on connaît. J’ai trouvé dans un livre du Dr Andrea Penna, un Turinois qui travaille sur les constellations familiales, que si on combat en refusant quelque chose, on s’en coupe et on n’apprend rien. En revanche, si on recherche les similitudes, on entre en résonance et en communication. Voilà, juste pour te dire de te battre POUR quelque chose et pas CONTRE quelque chose. Je suis avec toi, à tes côtés, je suis d’accord à 100% avec ton analyse. J’attends avec impatience de tes nouvelles.

  • Pascal
    Publié le 06:29h, 26 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Je suis heureux de t’entendre parler de ta réflexion sur ce monde qui est loin d’être porteur. Je suis moi même dans une réflexion de comment mieux vivre avec d’autres, comment mieux partager, … dans un respect mutuel et de bienveillance. J’ai un projet que je nourrit depuis près de 20 ans, il est en phase finale. En bref, e but est le partage, la solidarité, le bien-être,… dans l’orientation de mieux se loger, se nourrir, se respecter et respecter la nature.
    Donc, je te rejoins dans cette crise que tu traverses qui me parle depuis plusieurs années.
    J’espère pouvoir concrétiser ce projet pour ensuite le partager.
    Merci pour cette réflexion qui me réconforte dans l’avancement de mes idées.

  • Porretti
    Publié le 05:48h, 26 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques

    Je n’ai lu ton courriel qu’hier, j’attendais d’avoir le temps nécessaire pour l’accueillir tranquillement.

    Je suis écoeurée par le fonctionnement des politiques, par la destruction de la planète, par le comportement irrespectueux en général, par les guerres, par la scolarité de soumission, par la manipulation que nous subissons, etc…
    Comme toi, je sais qu’il est inutile de vouloir lutter contre ce système,( le pot de terre contre le pot de fer), perte d’énergie qui ne mène à rien, je préfère le « avec » plutôt que le contre.
    Moi aussi, je veux un monde meilleur, sans corruption, sans manipulation, sans soumission, je rêve d’un monde respectueux, sain, main dans la main. J’ai souvent rêvé de créer ce monde, mais seule, impuissante, comment faire, comment relier une grande masse d’individus pour vivre autrement ? Il y a forcément beaucoup de gens qui ont les mêmes pensées, mais où sont-ils, comment je les rencontre ?
    Bravo et merci pour cette perche que tu nous tends qui nous vient du ciel, je veux saisir cette opportunité que j’espérais croiser un jour. Nous le savons tous, l’union fait la force. Je crois fermement que c’est possible, je ne sais pas encore de quelle manière, mais ce dont je suis certaine, c’est que je veux contribuer à cette aventure, je veux donner de ma personne afin d’avancer ensemble. C’est mon rêve d’être co- créatrice de ce nouveau monde dont tu parles.
    Je crois avoir dit l’essentiel, tu as dû recevoir une tonne de courriels, je n’en rajouterai pas.

    Merci encore, fraternellement,
    Catherine

  • Michel
    Publié le 05:04h, 26 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    avant tout, je tiens à te dire que je suis tes conseils de vie depuis des années, et que je les propose également à tous mes patients : tout ce que tu as fait depuis 30 ans pour aider aux prises de conscience est déjà considérable !
    La vision du monde que tu exposes suite à ta « crise » ne me semble absolument pas en rupture avec tes anciennes convictions, j’y vois même une belle continuité : tu as toujours lutté contre la pensée unique, le conditionnement.
    Pour t’aider à traverser cette « crise », je te rappellerai les propos d’un sage, un certain J.-J. Crèvecoeur : la mutation prend du temps ; le temps est nécessaire ; la parabole de la chenille et du papillon ; l’excellente vidéo sur le centième singe, etc.
    Garde confiance, préserve ton énergie intacte et prends soin de toi !

  • Porretti
    Publié le 04:38h, 26 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques

    Je n’ai lu ton courriel qu’hier, j’attendais d’avoir le temps nécessaire pour l’accueillir tranquillement.
    Je suis écoeurée par le fonctionnement des politiques, par la destruction de la planète, par le comportement irrespectueux en général, par les guerres, la scolarité de soumission, la manipulation que nous subissons, etc…
    Comme toi, je sais qu’il est inutile de vouloir lutter contre ce système, ( le pot de terre contre le pot de fer), : perte d’énergie, qui ne mène à rien. Moi aussi, je veux un monde meilleur, sans corruption, sans manipulation, sans soumission, sans chef. Je rêve d’un monde respectueux, sain, main dans la main.
    J’ai souvent rêvé de créer ce monde, mais seule, impuissante, comment faire, comment relier une grande masse d’individus pour vivre autrement ?
    Il y a forcément beaucoup de gens qui ont les mêmes pensées, et je me disais : où sont-ils, comment je les rencontre ?
    Bravo et merci pour cette perche que tu nous tends. Je te rejoins à tout point de vue, ton courriel est une porte d’ouverture qui nous vient du ciel, je veux saisir cette opportunité que j’espérais croiser un jour, nous savons tous que l’union fait la force.
    Je crois fermement que c’est possible, je ne sais pas encore de quelle manière, mais ce dont je suis certaine, c’est que je veux contribuer à cette aventure. Je veux donner de ma personne, afin d’avancer ensemble, c’est mon rêve d’ être co-créatrice du nouveau monde dont tu parles !
    Je crois que j’ai dit l’essentiel, tu dois avoir reçu tant de courriels, je n’en rajouterai pas.

    Merci encore, fraternellement,
    Catherine

  • Stéphane Van Den Bulke
    Publié le 03:55h, 26 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    et merci d’avoir été en crise, car cela permet de partager et de prendre conscience de cet état de fait qu’il y a plusieurs mondes!
    C’est évident que le monde dans lequel nous vivons ne me convient absolument pas! Les leaders nous endorment et nous manipulent avec l’aide des médias qui sont passés maitre dans l’art de la lobotomie!
    C’est vrai aussi que beaucoup d’initiatives (même chez certains médias que le lis volontiers) vont dans le sens du respect de l’Homme de la Nature de la position de la femme et qui s’élèvent spirituellement de manière vivante et réconfortante.
    Depuis bien longtemps comme toi je n’écoute plus la TV qui est mensongère et qui expose des grossièretés affreuses . Le pire est que le auditeurs ne s’en rendent plus compte noyés dans ce fatras ordurier qu’ils sont!
    Par ailleurs nous sommes dans ce monde avec ses règles, ses rapports, ses lois et tout ce constitue la vis de la société dont nous appartenons étant des citoyens de 2018.
    Comment faire pour bousculer et faire bouger les lignes?
    Je suis prêt à participer à une réflexion commune pour qu’enfin on puisse s’organiser autrement vers un possible dont je ne vois pas pour l’instant les contours .
    Merci pour cette belle initiative et ton esprit clair.
    Cordialement,
    Stéphane.

  • Lea
    Publié le 03:44h, 26 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques,
    Merci beaucoup pour ces magnifiques messages pleins d’espoir.
    Je rêve d’un monde où la nature serait respectée et écoutée, où toute l’agriculture serait bio, où on se sentirai à nouveau chez nous sur la terre mère, un monde où nos enfants seraient libres, où la seule école serait celle qu’ils ont choisie eux-mêmes, un monde où les adultes se voueraient à leurs talents et leurs passions, un monde où la valeur suprême serait l’amour, où toute la communauté prendrait le plus grand soin à ce que cette qualité soie cultivée et entretenue, un monde où la confiance pourrait réapparaître, où on se sentirait proche et à l’aise les uns avec les autres, un monde dans lequel nous nous sentirions tous profondément nourris en tous points.
    La contribution que j’ai envie d’apporter est mon amour de la nature et du jardin. J’ai envie de faire découvrir les multiples facettes du jardin naturel et ainsi de permettre à l’humain de renouer avec la nature. De faire découvrir les plantes sauvages et leurs vertus en cuisine et pour la santé. De montrer toute la vie qui peut se développer juste sur le pas de notre porte. De permettre la prise de conscience qu’il existe un lien bien plus profond qui peut se mettre en place entre nous et la vie qui nous entoure.
    Je me réjouis de lire la suite et les idées que tu proposeras. Car avec mon compagnon nous réfléchissons beaucoup à la manière de nous mettre plus en liens. Nous avons autour de nous plusieurs personnes qui se vouent à cette démarche, pourtant les rencontres et les projets ne sont pas chose évidente. Beaucoup buttent sur les relations interpersonnelles et les besoins de chacun. Nous avons vraiment besoin de réapprendre à vivre ensemble, en considérant l’autre et en réussissant à rester nous-mêmes.
    Chaleureusement
    Lea

  • Patricia de Caluire
    Publié le 03:31h, 26 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques
    Je suis très dubitative en lisant (en survolant plutôt) tes mails. Je m’interroge sur cette « crise » dont tu parles et que tu traverserais.
    Je sens un décalage de maturité entre ce que tu proposes dans tes formations et ce « coming out ». J’ai beaucoup de mal à adhérer à tes prises de conscience de l’état du monde dans lequel nous vivons.
    S’il y a bien une chose que j’ai apprise depuis que j’ai décidé de prendre soin de moi (10 ans environ, j’ai 55 ans), c’est le lâcher-prise sur des choses hors de portée comme la politique, les gouvernements, etc.
    Je suis plus à l’aise avec la notion de « colibri » : je fais ma part, à mon échelle, dans mon réseau et surtout, en étant « modèle ».
    Vouloir plus relève, à mon sens, du militantisme. Je suis méfiante quant à ce positionnement.
    Je sais également, par expérience et cela fait partie de la nature humaine, que plus j’insiste sur quelque chose, plus l’effet est inverse (la loi des forces qui s’opposent).
    Notre monde est à l’image de qui nous sommes, individuellement et collectivement. Le changement viendra de nos enfants et en fonction de l’éducation que nous leur donnons. Et donc du cheminement que fait, ou pas, chaque personne.
    Je suis donc très interrogative sur tes motivations réelles. Pour l’instant, j’hésite entre du marketing ou une prise de pouvoir.
    Just wait and see…
    Bien à toi
    Patricia de Caluire (France)

  • Isabelle
    Publié le 03:07h, 26 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques

    Je me réjouis avec toi que ta remise en question ne touche pas à ta vocation, ta mission de vie …. Car je pense sincèrement que tu as apporté beaucoup à énormément de personnes car tu les as aidées à être plus conscients et plus autonomes et surement plus encore.

    encore une fois ta manière de présenter les choses dans ton « coming-out » met des mots justes sur des sentiments diffus et les éclaire.
    Nous sommes une grande communauté à ressentir-vouloir-penser le monde autrement.
    Mais je me dis que ce monde autrement, respectueux, solidaire, conscient de notre appartenance à un grand tout, ne doit pas se conformer au modèle qu’on nous présente comme le seul possible ?
    En fait qu’il ne doit pas être présenté comme un modèle puisqu’en présentant un modèle on « impose une vision » et donc immédiatement on zappe le respect de l’autre …..
    Nous serons toujours confrontés à l’opposition entre l’instinct grégaire et le respect de l’altérité (mais n’est ce pas là l’équilibre du monde ?) et chacun doit composer avec ce qu’il est dans ce fragile équilibre ?

    Nous ne serons donc jamais à l’abris de ceux qui se regroupent parce qu’ils pensent que comme ils ont tous un grain de beauté sur la fesse gauche,, ils sont le « must » de l’espèce humaine et que tous les autres ne sont là que pour les servir ou disparaître ……. car, hélas, c’est humain, c’est notre grande liberté !

  • Colline GK
    Publié le 03:04h, 26 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques,
    Tout d’abord, merci de tout ce que tu fais et écris car je te lis depuis longtemps.
    C’est vers l’âge de 7 ans que j’ai découvert un dimanche, au sortir de l’église de la commune où j’habitais, que quelque chose « clochait » chez certains êtres humains.
    J’avais entendu une conversation entre adultes que je ne connaissais pas qui m’était apparue comme contraire aux paroles du prêtre. Cela avait produit un sentiment étrange en mon corps de petite fille. Parallèlement, et jusqu’à l’adolescence, mes parents étaient mon Dieu et ils restent pour moi dignes du plus profond respect.
    Dans ma vie on m’a souvent dit que je ne faisais rien comme tout le monde et maintenant… je comprends pourquoi. J’ai 60 ans cette année et je m’émerveille chaque jour de la beauté des choses vivantes. Alors, devant le massacre organisé des animaux, des plantes et des êtres humains, je prends conscience de l’urgence d’être différente.
    Il y a deux ans j’ai créé une amap (association pour le maintien de l’agriculture paysanne) qui a permis à deux jeunes agriculteurs de produire des légumes biologiques sur des terres saines, à 1 mile de chez moi. J’habite une ville de 10 000 habitants à 25 km, à l’ouest de Paris. Ce mouvement pour la vie de la Terre fait chaque jour de nouveaux adeptes qui tous s’impliquent régulièrement dans la distribution des légumes.
    Ceci est un exemple de ce que nous pouvons faire localement. Mais pour moi, l’origine même d’un changement profond réside dans l’attitude que nous avons à chaque instant. Et tu as raison de rappeler le « Connais-toi toi-même ». Si je ne « travaille pas sur moi-même », sur la qualité de mes pensées, de mes émotions et de mes gestes, comment espérer un changement ? Depuis trente ans j’appartiens à un groupe de travail dans lequel chacun tente de rechercher une attitude plus juste dans la vie.
    Il me semble plus important encore d’être toujours dans le positif. Au lieu de « lutter contre » (ce qui donne de la force à la chose contre laquelle on se bat), « j’agis pour » !
    Et cela fait une « sacrée » différence.
    Nous savons tous qu’une parole peut faire autant de mal qu’une arme. Alors je me rappelle le premier accord toltèque : « Avoir une parole impeccable ». Je sens bien que c’est en commençant par les petites choses que le changement se fait. Ma nature est pleine d’animaux féroces et j’apprends à les maîtriser de manière à ce que je puisse utiliser leur grande énergie à bon escient.
    Par ailleurs, nous savons que l’eau, la terre, l’air sont pollués mais nous oublions que la plus grande pollution est celle de nos émotions négatives (la peur, la jalousie, l’envie, l’égoïsme, etc.). Nous y sommes tous sensibles, et nous pouvons la ressentir dans notre entourage.
    Il y aurait encore tant à t’écrire…
    Alors merci Jean-Jacques de consacrer ta vie à aider les femmes et les hommes à devenir plus conscients de leur responsabilité dans le changement vers la lumière.

  • Marie Danielle
    Publié le 23:15h, 25 septembre Répondre

    Quel est le monde dont tu rêves, Marie Danielle ? Je rêve d’un monde de paix et d’amour de soi et des autres.
    Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ? un monde de « responsabilisation » de sa vie, un monde ou l’on met en place une structure sociale qui permet a l,Etre de s’épanouir.
    Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?Je veux construire une maison de « retraite spirituelle » et offrir au gens un espace pour se retrouver, écrire, lire, etc…pour que les gens apprennent a prendre soin d’eux-même avant tout. Guérir sa vie. Avoir de l’écoute pour un ami en détresse, accompagne avec son cœur les personnes qui souffre Je peux aussi témoigner, partager mes victoires et mes aspirations.

  • Pierre-Alain
    Publié le 21:25h, 25 septembre Répondre

    A chaque diffusion vidéo ou écrit, quel régal ! Quelle justesse ! J’aimerais apporter ma contribution à croire en l’émergence d’un nouveau monde. A l’image de Madame Ghis au Québec, qu’attendons-nous pour nous détacher de nos chaînes ? La véritable crise que nous traversons est une crise de conscience. Je suis sûr qu’il ait possible de nous retirer de notre nationalité en écrivant simplement au procureur de la république. Après tout, où avons-nous signé pour appartenir à l’élite mondiale qui fait la pluie et le beau temps ? A titre d’exemple, l’argent des impôts (impôt = imposture) vont dans des banques privés et l’état emprunte avec des taux d’intérêts dans ces mêmes banques qui financent les guerres. Cautionner cela m’est insupportable. Serait-ce l’occasion de créer ce nouveau monde auquel nous souhaiterions appartenir. Les états auront toujours l’autorité sur nous tant que nous leur appartenons avec notre numéro d’identité. Une fois, les démarches administratives effectuées, organisons nous. Je serais ravi d’échanger plus amplement sur les détails de cette idée. Gratitude pour le courage et la sincérité de ton post.

  • Isabelle
    Publié le 16:09h, 25 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques,
    Merci pour cette crise qui me parle, et dont j’ai fait une vidéo sur la page facebook où je partage une expérience particulière, le cancer.
    https://www.facebook.com/groups/550459741989514/permalink/560773840958104/
    J’ai été diagnostiquée en février et au mois d’avril, j’ai enfin fait le pas de mon coming out personnel. C’est un peu comme toi, mais j’ai fait plus court.
    Je ne propose rien à personne, sinon, l’inspiration. Chacun s’éveille à son rythme et pour moi, ce fut en avril que j’ai osé franchir le pas. J’ai un respect énorme pour la rencontre de chacun avec SOI-MÊME, comme dans connais-toi toi-même. je ne l’ai pas réécoutée au moment où je la partage ici, je ne fais aucune pub ni ne cherche à rallier personne. Simplement, si mon expérience peut servir à d’autres, dans tel ou tel domaine, dans tel ou tel détail, alors, mon but est atteint. Une chance, je n’ai pas de contrôle à faire, chacun dans la responsabilité de sa propre création.

    Je vais bientôt partager la prise de conscience de ma blessure de rejet, avec laquelle j’ai vécu plutôt bien jusqu’à ce jour, devenant cette magnifique personne que je commence à aimer en profondeur, et dans chaque plan.

    Voilà, pourquoi ma gratitude pour ce parallèle avec ta vie !

  • Sylvie, Quebec
    Publié le 14:51h, 25 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques.
    Je rêve d’un monde sans hypocrisie, où règne l’entraide et où chacun peut se réjouir sincèrement du bonheur de l’autre sans se sentir menacé mais confiant en l’avenir. Sans JALOUSIE. Sans devoir tout cadenasser mais au contraire tout partager dans le RESPECT.
    RESPECT des gens, des animaux, des plantes….tant à faire…
    Tu dis si bien ce que je pense tout bas.
    Bravo et Merci, tu es très inspirant.

  • Anna
    Publié le 12:45h, 25 septembre Répondre

    cher Jean Jaques moi aussi suis en crise…. et j’ai même baissé les bras… mais ton texte à résonné tres fort en moi que cela me donne force et courage pour sortir de mon mal-être Un monde de respect de vérité de partage et d’Amour est ce possible ? Si tu y crois je marche avec Toi. Je t’embrasse. Anna

  • Fred veaux
    Publié le 12:40h, 25 septembre Répondre

    Bonsoir Jean Jacques.
    Cela fait environ 2 ans que je te suis à travers tes vidéos gratuites et je dois dire que ça m’a beaucoup apporté, à me voir et à voir le monde autrement. Je ne suis pas parfait (et j’imagine que personne ne l’est) mais je pense m’être amélioré sur différents points.
    Je te remercie donc pour le partage de tes vidéos.
    Concernant le dernier mail reçu, je partage effectivement ta vison du monde, Je me sens marginal, comme beaucoup. Que faire pour changer les choses? Je dois bien avouer que c’est une question qui me turlupine en ce moment. Je ne me reconnais plus dans cette société qui nous taxe de plus en plus, qui nous abrutit avec des conneries inimaginables à la télé, des lois qui n’ont ni queue ni tête, de la publicité à outrance….
    Je suis également d’accord avec toi sur le fait qu’il existe « des mondes alternatifs » ou plutôt des communautés. J’écoute de la musique Hard-rock (métal) et il y a une énorme communauté à travers le monde avec ses valeurs, ses codes,etc…et surtout un énorme respect pour les individus.
    Et c’est sur ce point que j’aimerais insister: le RESPECT. Je trouve que c’est une valeur qui s’est perdu. On le constate au travail, dans les cours d’écoles, dans la vie de tous les jours. Pour répondre à ta question : »quelles sont les valeurs que j’aimerais promouvoir », le respect de l’individu est en tête de liste. Le partage, également, car il n’est pas normal de voir que certains ont de l’argent à jeter par les fenêtres et d’autres passent leur nuit dans la rue. Et ce n’est pas une question de « il fallait travailler à l’école ». Aussi la cause animal. Nous sommes en train de massacrer des espèces vivantes. Il n’y a pas de mots…
    Le monde dont je rêve, est un monde respectueux les uns envers les autres, avec 0 religion, qui n’apportent que des guerres et des malentendus. Et aussi être en phase avec la nature comme le sont certaines tribus en voie de disparition.
    Pour les actions que j’aimerais entreprendre, c’est là ou le bas blesse car je ne connais pas grand monde qui à ma vision ou qui s’en approche et de ce fait je ne sais pas vers qui m’orientait ou comment faire.
    J’attends donc avec impatience tes propositions et voir la suite ensemble.
    C’est un peu long, je n’ai pas vu le temps passer. A bientôt
    Frédéric

  • derynck isabelle
    Publié le 12:34h, 25 septembre Répondre

    Bonjour,

    Je suis de tout coeur avec toi! J’ai depuis quelques années un sentiment d’impuissance et de solitude ne sachant pas agir de manière efficace en dehors de mon cercle familial et de mes amis.
    Oui ton mail me parle et me donne l’espoir de pouvoir enfin agir en créant un réseau interconnecté de groupes locaux.

    Tes valeurs féminines et écologiques sont les miennes et j’aspire à une implication sociétale et à une croissance personnelle pouvant enfin donner un sens à ma vie.
    Le mot respect et mon moteur de vie depuis toujours, C’est la valeur à laquelle je crois, qui résonne en moi, car avec le respect tout le reste vient.

    .

  • Marie-Christine
    Publié le 12:04h, 25 septembre Répondre

    Le monde dont je rêve : Un monde où règne la Paix, reconnecté à la Nature, dans le respect de soi, des autres, et de l’environnement.
    Les valeurs : L’Amour inconditionnel, l’empathie, l’acceptation des différences, l’Équité.
    Ma contribution : L’échange, le partage, l’ouverture à une communication authentique et la réappropriation des règles simples du mieux vivre ensemble.

  • Pierre
    Publié le 10:24h, 25 septembre Répondre

    Bonjour à toi Jean-Jacques,
    Désolé mail il me fût très difficile de ne pas revenir à la charge, après avoir lu à nouveau ton courriel II. Et ici j’en profite pour m’adresser à tous.
    Il existe déjà ce monde à lequel tu aspires. Il nous faut individuellement chercher d’abord la vérité, et la vérité nous affranchira et la religion n’a absolument rien à faire là-dedans.
    Il est grandement temps qu’on apprenne chacun, chacune à se connaître si on veut préparer notre âme à l’élever vers ce merveilleux monde en cherchant davantage à se spiritualiser.
    Il existe 2 facettes de l’humain à savoir sa vie matérielle (n’oublions pas que nous sommes issues du règne animal.) et bien sûr l’humain énergétique (l’âme), celui qui vibre en résonnance avec l’univers. Ici sur le plan matériel, parce que notre terre est seulement le point de départ de notre ascension vers des sphères supérieures, nous nous devons de parfaire notre personnalité, car seule celle-ci suit notre âme en évolution, et tel est notre plus grand désir, sinon on cesse d’exister et notre âme retourne à DIEU.
    Et comme je disais plus haut, ce monde existe déjà et à la grandeur de la planète. J’invite chacun, chacune d’entre vous à découvrir un magnifique livre vous donnant un autre son de cloche de tout ce qu’on nous a enseigné auparavant.
    Ici je parle du livre d’URANTIA (nom de notre terre dans ce vaste univers; et gaïa est son nom qui lui fut donné par les scientifiques). Et pour tous ceux et celles qui se le procureront, afin de ne pas trop vous perdre, je vous suggère de commencer ce livre dans sa 4e partie : LA VIE ET LES ENSEIGNEMENTS DE JÉSUS qui débute au fascicule 120.
    Ce livre est complètement gratuit en pdf ou autre, même en mp3 sur le site de Urantia.org. Prenez le temps de le lire ou de l’écouter et portez votre attention, oui sur ses enseignements mais plus sur ce qu’il a vécu, et se sera déjà un bon départ pour la plupart d’entre vous.
    Par contre vous pouvez acheter ce livre (très petits caractères) à un prix plus qu’abordable sur Amazon.
    Ici je ne vends pas de salade, pas de commission puisque totalement gratuit si vous le voulez. Par contre je vous offre avec amour une meilleure porte d’accès à délaisser le matériel vers le spirituel, et comme nous avons le libre arbitre (de notre personne), libre à vous d’en faire comme bon vous semble. Et à titre d’exemple depuis 1970, c’est la 3e fois que je relis ces magnifiques fascicules compilés dans un volumineux livre et celui-ci n’a rien à voir avec la bible.
    Plus tard pour toute personne voulant mieux comprendre pour approfondir, il existe des cours complètement gratuits (seul prérequis est d’avoir au moins lu partiellement le livre, mais il est préférable de l’avoir lu en totalité). Il y a aussi de par le monde des rencontres de lectures et de discussions. Notez que le progrès de notre vie spirituelle ne dépend que de nous, car nous possédons tout à l’intérieur de nous pour évoluer. Et avec tout ce qui s’en vient ce sera pour vous une magnifique découverte, je vous le garantis
    Recevez les meilleures vibrations d’amour qui sont en moi,
    QUI QUE VOUS SOYEZ, JE VOUS AIME
    De votre frère cosmique,
    Pierre

  • Marie
    Publié le 09:26h, 25 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques,
    Ton texte me parle profondément. Je me sens une « créative culturelle » dans le sens que :
    – Je ne regarde plus les journaux télévisés, je ne veux pas être abreuvée de choses négatives tous les jours. J’écoute le journal à la radio ainsi je suis informée du minimum avec moins de catastrophisme.
    – j’essaie de cultiver des valeurs de paix, de sérénité, d’amour et de gratitude au quotidien : admirer la nature, sourire aux personnes que je rencontre, leur apporter une touche de positif.
    – Je ne fais pas partie d’associations pour l’instant car dans les dernières où j’étais il y avait toujours des querelles d’ego qui finissaient par étouffer le but premier.
    – Je fais attention à mon alimentation et à ma consommation en général. Je veux respecter la vie et la nature
    – Je pratique, presque sans m’en rendre compte la loi d’attraction. Pour mes deux derniers postes de travail ce sont des entreprises qui m’ont contactées pour me proposer exactement le poste que je cherchais alors que j’avais juste mis mon CV en ligne. Ma demande à l’univers devait être très claire!
    Mais en effet je me sens souvent seule dans mes idées et un peu marginale. J’aimerai partager tout ce positif !

    Je ne souhaite pas lutter contre quelque chose ou quelqu’un mais plutôt créer un modèle positif qui attire du positif et incite les autres à se poser des questions et à petit à petit le rejoindre. Mais je constate que grâce notamment aux réseaux sociaux se tissent des liens à travers le monde transportant de bonnes ondes. Nous sommes de plus en plus nombreux, juste plus silencieux que les médias officiels, mais cela ne veut pas dire que nous sommes moins efficaces.

    Nous faisons tous face à des situations difficiles dans la vie, l’important est comment y faire face. J’aime l’approche de Byron Katie « Accepter ce qui est ». Il ne sert à rien de se révolter, il faut accepter ce que la vie nous envoie et voir ce que nous allons en faire pour grandir encore. On peut aussi voir le verre à moitié plein ou à moitié vide, je souhaite apprendre aux autres à le voir à moitié plein !

    Je me réjouis d’avance de lire les autres commentaires et ce que tu vas nous proposer.

  • danielle
    Publié le 09:22h, 25 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques, Je partage entièrement ta vision de notre monde en chute libre et face auquel chacun semble se dire : ou va-t-on et comment arrêter cette folie? Et toi tu le fais avec la crédibilité de tes compétences et de tes connaissances. Et cela nous met du baume au coeur, tous ceux qui auront le privilège de lire ton message.
    Mes valeurs sont partage équitable, respect de l’individu, solidarité, amour, à grande échelle. Cela engendrera la lumière d’un nouveau monde. Et fera basculer de façon pacifique le pouvoir pernicieux en place.
    Comment s’y prendre, j’attends dans tes prochains courriels la marche à suivre. Le temps presse.
    J’adhère à ta démarche et te remercie pour ce jalon important que tu viens de poser et que tu nous invites à démultiplier.
    Danielle Rousseau, Belgique.

  • charles dominique
    Publié le 07:47h, 25 septembre Répondre

    Bonjour
    Je trouverai sympathique qu’il y est des échanges de parole, un peux comme sur ce forum mais avec des gens en vrai , avec un sujet commun à chacun entité pour fédérer des idées et les mettre en commun..

  • Fran
    Publié le 05:52h, 25 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Je partage entièrement ton analyse de notre pauvre humanité .
    Il est temps de reprendre le pouvoir qui nous a été confisquée par une oligarchie prétentieuse et corrompue !
    De tout coeur avac toi.
    Bien cordialement,
    François

  • véronique
    Publié le 04:42h, 25 septembre Répondre

    bonjour Jean-Jacques,
    Que te dire? Tu as mis par écrit ce que je pense depuis longtemps. MERCI!
    Depuis un moment, j’ai cette image: Nous sommes le feu qui couve sous une marmite. Et le couvercle ce sont les « puissants » de ce monde. Ces derniers ne se rendent pas compte de ce qui se passe. Un jour, le feu (quand nous serons suffisamment nombreux) fera tellement bouillir l’eau dans la marmite que le couvercle sera éjecté d’un seul coup et ils n’auront rien compris…
    La question est: comment ne pas être un petit feu dans son coin? Et créer un réseau…Je n’ai pas de réponse mais je suis très confiante dans le cheminement intérieur que tu traverses et qui va t’amener à nous faire des propositions pertinentes.
    Merci à toi et ton équipe.
    Véronique

  • Thérèse A
    Publié le 03:46h, 25 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Bravo et merci pour ce beau partage qui a bien résonné en moi.
    Je rêve d’un monde en paix. Où toute personne aurait le droit de vivre dignement chez elle, entourée des siens, dans son pays, sa culture, sans être obligée d’émigrer, de risquer sa vie, pour ensuite être exploitée. Un monde sans toutes ces inégalités.
    Les valeurs auxquelles j’aspire sont d’abord :le respect, la tolérance, la solidarité et l’échange.
    Je viens de connaitre le projet d’ouverture d’une épicerie coopérative et sociale dans mon village. Chaque membre devra donner de son temps afin de réduire les charges et pouvoir acheter et vendre à justes prix les produits bios et locaux.
    Donc je vais donner de mon temps, partager mes connaissances et j’espère apprendre plein de choses intéressantes pour continuer à vivre près de la nature en limitant les déchets, la surconsommation…
    J’ai hâte de lire tes prochains courriels.
    A bientôt

  • Bernadette
    Publié le 03:38h, 25 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Voici ma réflexion suite à ton message qui me touche beaucoup et me renvoie à mes propres engagements. Je te suis parfaitement dans la réflexion intellectuelle, mais je concède volontiers que les idées c’est bien mais l’action c’est mieux.

    Le monde dont je rêve reposerait sur deux principes fondamentaux que je défends à CORPS et à CRIS : LE RESPECT et LA SECURITE.

    Les valeurs émaneraient spontanément de chacun dans la mesure où il apprendrait à bien se connaître au travers de ses propres émotions (ce que tu nous as si bien appris). Se connaître soi-même dans le seul but de se relier aux autres car le sens de la vie terrestre est sans doute l’AMOUR. Nous sommes réunis sur terre pour apprendre à aimer (réf. aux conférences du Dr Luc BODIN).
    Cela me fait penser aussi à Tel SCHALER qui a vécu auprès de peuples sans maladie et sans conflit. Ces peuples savent reconnaître, accepter et décharger leurs émotions quand elles se présentent sans en faire porter la responsabilité à quiconque.
    Ses conférences sont également riches d’enseignement.

    Personnellement j’essaye d’être une bonne psychologue, respectueuse de mes patients. L’image qui me vient est le passeur de lumière (sans prétention, mais d’ans l’idée de la référence dont tu parles dans un de tes modules : apprendre à l’homme à pêcher plutôt que de lui donner du poisson).

    Une petite fille m’a dit un jour en séance : « Toi c’est comme mon doudou mais en mieux parce que toi tu me réponds ». C’est le plus beau compliment de ma carrière.

    Je protège ma santé et celle des gens qui m’entourent (si ils acceptent de partager, je n’impose rien à personne) : alimentation bio, potager, pas d’aliments transformés, pas de médicaments, soins énergétiques…)

    Je veille au respect de la planète : le moins de déchets possibles, pas de produits d’entretien chimiques, dons de vêtements ou d’objets plutôt que de jeter, voiture électrique, cellules photovoltaïques…

    Tout cela à petite échelle (ma famille, mes patients, mon village…). J’ai par contre du mal à sortir de ma zone de confort et d’agir au-delà de mon périmètre de sécurité. Je me sens toute petite par rapport aux autres, j’ai du mal à aller vers ce que je ne connais pas ou vers les gens que je ne connais pas. J’attends donc tes propositions avec impatience, je pourrai peut-être alors progresser et me jeter à l’eau.

    Avec toute ma sympathie, reviens-nous vite en forme.

    Bernadette
    Rochefort, Belgique.

  • Dominique
    Publié le 03:35h, 25 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Pour moi, les trois valeurs les plus importantes dans ce monde sont la tendresse, la liberté et la vérité.
    En ce qui concerne la tendresse, je rejoins Bourvil sur ce point : « vivre sans tendresse, on ne le pourrait pas ».
    Ensuite, la liberté. Actuellement, il faut rendre des comptes à tous lorsqu’on ne suit pas la norme (même dans l’intimité). il y en a même qui font des manifestations pour réduire la liberté des autres ! Je suis libre de faire ce que je veux de mon corps et de ma vie mais les remarques négatives arrivent parfois même de mon entourage… Et être jugé pour des broutilles par ses proches, c’est douloureux.
    Enfin, j’en ai marre de cette réalité où on nous ment sur tout à un tel point qu’on en vient à douter de tout et à se demander s’il existe quelque chose de vrai. On nous ment sur l’actualité, sur la santé, sur la vie, on nous empoisonne, On nous programme des comportements nationalistes, sans pardon, vengeurs mais surtout quotidiens inutiles « pour notre bien » qui nous épuisent. Actuellement, je ne sais plus avoir une conversation légère avec un inconnu sans bouillir intérieurement : je ne crois pas au 11 septembre, pas au réchauffement climatique, pas au cancer mortel, pas au bio (en Belgique, le terme « bio » n’est pas protégé et n’importe qui peut l’écrire sur un emballage !), pas à l’écriture inclusive, etc. ; mais je crois que l’on doit révéler tous les mensonges des états, des politiques et des entreprises, que l’on doit tous travailler à réduire et recycler nos déchets (et les magasins en premier), que l’on doit sérieusement revoir la médecine traditionnelle, que l’on doit rendre plus accessible et faciliter le travail des petits producteurs, que les vrais fondements du féminisme sont loin d’être atteints, etc.
    Ah, j’oubliais, et j’aimerais qu’on ait davantage le temps : le temps de faire les choses, de réfléchir, de se reposer et de s’occuper de soi et de ceux que l’on aime.
    Voilà, je n’ai pas mis aussi longtemps que toi pour écrire mon texte mais tu as raison : cela fait du bien…
    Au plaisir de te lire bientôt !
    Dominique.

  • Aïda
    Publié le 19:39h, 24 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques contente d’avoir de vos nouvelles, ce que tu as écris est très beau mais je dois te dire que difficilement les rêves se réalisent, j’ai beaucoup rêvé dans ma vie et je dois te dire que c’est très difficile de voir les rêves se réaliser, Nous vivons dans un monde inhumain,égoiste,matérialiste,et où se trouve l’amour pour le prochain?, tout le monde pense à soi même,. Oui je rêve d’un monde d’amour, de charité et de miséricorde mais dans cette vie nous ne l’aurons jamais, nous l’aurons une fois que nous aurons terminé notre vie terrestre,C’est vrai on entend de partout de jolies paroles d’amour,d’aide et etc.. mais ce sont des paroles mais où sont les les actions? la vérité c’est qu’il faut aussi agir non rester dans son coin et ne pas montrer l’amour à son prochain, dites moi où se trouvent la miséricorde et l’approche humaine des gens, on parle beaucoup on emploie de belle paroles mais aucun suivi. Je dois dire que pour moi, le seule chose importante c’est de faire comme Notre Seigneur Jésus Christ nous a dit de le faire, le grain qui est semé dans notre coeur, il faut le développer, faire le bien toujours sans donner d’importance à ce que les autres font, ils sont égoistes moi je ne serais pas, ils sont hypocrites moi je ne le serais pas, ils ne sont pas miséricordieux moi je le serais, l’important pour moi c’est la parole du Christ et il faut aller toujours dans la bonne voie et aider et aimer son prochain. Si chacun de nous puisse faire la même chose on aurait un monde meilleur

  • Véro81
    Publié le 18:03h, 24 septembre Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques, j’ai attentivement lu ton message. Et quelque part, je suis soulagée de constater que nous sommes nombreux à ne plus nous reconnaître dans ce que la société nous impose, société qui se veut toujours de plus en plus individualiste et qui accroît le sentiment de solitude, surtout dans les villes, Petit à petit, je constate autour de moi la naissance de mouvements émergeant parce que je pense que les gens en ont marre et veulent faire bouger les choses en posant des actes concrets. Ceci dit, par rapport à avant (quand je dis avant, j’ai 37 ans donc je parle d’il y a 10, 15 ans), j’ai le sentiment que les personnes s’investissent de moins en moins dans les collectifs culturels par manque de temps, la surcharge de travail… mais aussi, à cause du besoin d’argent. Ce qui nous anime n’est pas toujours ce qui nous permet de payer notre loyer. J’en ai vu des personnes autour de moi, renoncer à leurs rêves et faire le choix de la sécurité de l’emploi. D’autres persévèrent mais ils rament. Quant à moi, je suis figée sur place. Incapable de savoir quelle route choisir. Parfois, on parvient à concilier ce qui nous anime avec ce qui nous sécurise mais c’est de plus en plus difficile. Je pense au secteur non-marchand qui est un des premiers à subir les restrictions budgétaires. Une quantité de travail affolante pour un salaire de misère. Comme si le fait d’être animé par des convictions altruistes et d’en faire son métier était suffisant en soi. Ce secteur qui mériterait une plus grande reconnaissance doit de plus en plus subvenir à ses besoins de manière autonome. Conséquence: la rentabilité prend le dessus sur l’humain et les travailleurs partent en burn-out. Comment ne pas devenir aigri aussi quand on est conscient du monde dans lequel nous vivons et de voir ce que le sapiens en fait? J’en connais d’autres qui s’investissent corps et âmes à lutter, revendiquer, réparer,… Parce qu’ils sont entiers, passionnés et convaincus par ce qu’ils font. Le secteur culturel et le non-marchand sont ceux qui m’animaient le plus mais dans lesquels je me reconnais de moins en moins aujourd’hui. Alors, que faire? Pour moi, continuer à encourager les mouvements citoyens et participer pleinement à rendre ce monde meilleur en posant des actes concrets, positifs et altruistes. Je crois que la moindre « petite » chose peut faire la différence si chacun y prend part à son niveau et selon le temps et l’énergie qu’il peut consacrer. Même si j’avoue avoir souvent l’envie d’enterrer ma tête sous ma couette et de faire l’autruche…

  • Jean-marc
    Publié le 17:35h, 24 septembre Répondre

    Bonsoir Jean-jacques,

    Merci et bravo pour ton courage !

    Merci de me tutoyer et de ton partage fraternel. Bravo pour ce courage de te dévoiler ainsi et te montrer tel que tu est.
    Il est rare effectivement pour un homme d’affaire de savoir affirmer sa philosophie spiritualiste en gardant le contrôle de ses finances.
    Pour ma part j’ai toujours eu du mal à accepter cela et je sait que tu pourrais me l’expliquer. Quoi qu’il en soit, pour être sincère avec toi, je n’ai pas eu le désir de profiter de tes programmes, a part ceux gratuit. D’ailleurs je trouve cela généreux, tous ce temps que tu passe pour nous apporter malgré tout, ton accompagnement. C’est ce qui ma permis de te suivre depuis plusieurs années et de savoir apprécier ta personne et le message que tu véhicule.

    En retour de toute cette passion et cet amour que tu nous offre, reçois toute ma gratitudes et l’expression de mes pensées d’amour et de paix fraternelle.

    Je ne te cache pas qu’il est extrêmement difficile de pouvoir ce concentrer sur un mail en apparence commercial, noyé dans une centaines d’autres que je reçois par jours.
    De mon coter j’ai voulus attendre, pour être sur d’avoir le temps nécessaire de pouvoir répondre convenablement a ton courrier. Il est important pour moi de t’offrir un retour de qualité en signe de respect. Mon courrier na pas la prétention d’égaler le tiens et je l’espère pas trop long pour que tu puisse prendre le temps de le lire 😉 . Merci !

    Mon entourage, famille et amis ne se sont jamais accorder mon écoute et me suis senti parachuté sur une planète inconnus. A cette époque et durant presque 40ans, je me suis sentis vraiment seul dans mes expériences spirituelle…

    Les programmes de formation que tu propose vibrent énormément en moi car tu traite de sujets qui touche mon cœur et mon âme. Depuis ma première expérience et découverte de la mort a l’age de 5ans, ma grande curiosité et mes nombreuses questions existentielles me guident pas à pas sur mon chemin spirituel sans cesse en élévation. Accompagné par une belle présence divine et d’amour j’ai pus à de très nombreuses occasion, dans ma vie, expérimenter de nombreuses épreuves qui mon apportés des réponses existentielles profondes, épanouissantes, élévatrices et révélatrices. J’ai étais guidé à plusieurs reprise vers des missions de vie et des enseignements qui me font être en accord avec tes propos et reconnaître leurs vérités. Tes formations sont une opportunité et une cadeaux du ciel, pour toutes celles et ceux qui n’ont pas la chance de recevoir les réponses à leurs questionnement par contact divin. Le chemin que j’ai emprunté seul est certes beaucoup plus long mais il ma construit tel que je suis aujourd’hui. Depuis 10ans je me suis sentis propulsé encore plus haut en vivant une expérience de contact particulier, en recevant ce que certain appelle « la lumière ». Ce qui me fait sentir, plus intimement et intuitivement, les belles valeurs des âmes que je rencontre ou que je perçois. Toutes âme à sa propre valeur et certaine comme la tienne et la personne qui ta communiqué mes coordonnés, sont particulièrement lumineuses et pleines de bontés. Je sait que tu as beaucoup à m’enseigner et quelque part dans mon cœur je ne suis fidèle qu’au seul et véritable enseignant supérieur qui me guide jusqu’ici dans ma vie 😉 . Indirectement, au travers de tes lectures tu y participe.

    Merci pour tous ce que tu est et tous ce que tu entreprend pour nous !

    J’ai pu lire tes 2 courriers sur ta crise. Elle est la mienne également depuis très longtemps. C’est un plaisir immense de retrouver en toi ces questions et la recherche de solutions pour un monde qui nous ressemble. Depuis ces 10 dernières années j’ai pus enfin rentrer en contact progressivement avec des membres de ma véritable famille spirituelle.
    Notre grande famille !
    J’ai même eu l’honneur de partager de l’amour, de la fraternité et de la spiritualité avec une personne du sud qui fait partie de ton équipe. Depuis je ne cesse d’agrandir la famille et ces 3 dernières années c’est par centaines que je les retrouve.
    Donc OUI ! la famille est entrain de se réunir ici sur cette terre pour rassembler notre belle et gigantesque fraternité humaine, qui ne demande qu’à vivre en harmonie avec les lois de la vie, de la nature divine !
    Je te confirme Jean-jacques que nous sommes de plus en plus nombreux à ouvrir les yeux et le cœur. De plus en plus nombreux à nous rassembler pour nous sentir unis et vibrer dans les même idéaux. Se sentir compris, écouté. Vivre de vraie moments d’amour, de partage, d’échange.
    J’ai compris que tu n’aime pas le concept de village global. Je ne sait pas si ce que je perçois et vie dans ce rassemblement soit vraiment ce concept car je ressent cela plus comme un mouvement naturel. Comme une migration, une transformation de masse. J’espère ne pas me tromper en le comparant a celui que tu décrit dans ton courrier. En tous cas c’est ce que je vie, je voie et j’expérimente sur le terrain et je suis heureux de vivre cela car je le pressens depuis plus de 30 ans, alors que je vivais seul cette utopie, aujourd’hui je la vie dans sa phase d’émergence.

    Pour répondre à tes questions :

    ° Quel est le monde dont je rêves ?
    – De celui qui se met en place et le voir grandir paisiblement, sereinement avec pérennité, sécurité et intelligence de cœur et d’âmes. Que la nature humaine et fraternelle permette de laisser s’épanouir à son propre rythme, sans contrôle, sans échéances, sans planification ni pouvoir. Juste laisser faire la nature évolutive de la vie, dans l’émergence de ce nouveaux monde.

    ° Quelles sont les valeurs que je voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?
    – Avant tout, s’autoriser et s’offrir à soi même tous ce dont nous voulons pour les autres. Pourquoi ne pas commencer par l’amour inconditionnel, dans l’écoute attentive, la communication non violente, l’expression libre, l’absence de jugements, l’acceptation des différences et de nos erreurs, de la tolérance, du respect et de la bienveillance les uns par rapport aux autres …

    ° Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?
    – M’engager avec moi même a prendre soin de moi, m’aimer d’avantage, être à l’écoute de mes valeurs et respecter celles des autres. Offrir la possibilité à tout à chacun de devenir lui même.
    Je pense déjà y contribuer en partie, a mon humble niveau, par mes actions autour de moi. L’entre aide, l’écoute. En poursuivant ma mission de vie et mes transformations qui sont en route depuis quelques années et réaliser mes objectifs d’accompagnement vers un meilleur équilibre de santé et d’épanouissement. En poursuivant ma reconversion professionnelle dans le monde du bien être et de l’accompagnement en santé holistique et spirituel. Faire de ma naturopathie une véritable ligne de vie hygiénique et de mes expériences spirituelles de guide pour mes semblables…

    En ayant le doux rêve de pouvoir nous retrouver de plus en plus nombreux, je vous souhaite à toutes et tous la paix dans votre esprit, la joie dans vos cœur et la santé dans votre corps.

    Bien à toi très cher Jean-jacques.

    Jean-marc Kachkavaldjian

  • catherine
    Publié le 17:24h, 24 septembre Répondre

    Bonjour Jean -Jacques,

    Du fond de la Guyane où je vis, je te dis MERCI pour ton partage, ton écris et ton courage de l’écrire.
    Je peux communier avec Toi, avec vous et me relier: un co-lier de perles de vie: sangs mêlés et toutcouleur …
    Mon cœur a accueilli tes mots avec une immense joie, une énergie intense et puissante m’a rempli.

    Je rêve d’un monde paisible, joyeux et respectueux de la vie sous toutes ses formes.
    D’un monde harmonieux où nous serons à notre juste place d’être humain, en symbiose avec la Nature et où nous révèlerons notre pleine dimension divine.

    Mes valeurs sont actuellement la santé ( j’ai une polyarthrite rhumatoïde) en étant libre de mes choix de soins ( ce que je fais depuis fort longtemps) , la paix intérieure, la joie, l’amour, la bienveillance, l’écoute, la compassion, l’inspiration.

    Ce que j’aimerai apporter au monde c’est mon expérience car je suis en phase terminale de guérison après 10 ans de soins, aujourd’hui je guéris. J’aimerai témoigner , inspirer et créer un lieu de rencontres, d’éveil de conscience en Guyane .j’aimerai faire des conférences pour raconter et donner espoir. J’aimerai recevoir des conférenciers ici et proposer des ateliers. J’aimerai contribuer en partageant.

  • Gina
    Publié le 16:25h, 24 septembre Répondre

    Je rêve d’un monde de liberté, de bienveillance, de respect, d’honnêteté, de justice.
    Je rêve d’un monde de partage, de solidarité où règneraient la joie et l’amour de la Vie.
    Un monde où chacun aurait un toit, à manger, accès à l’éducation, aux soins…
    Oui J Jacques il y a urgence !
    Notre terre est gravement malade (SOS un bon café JJC !) et nos dirigeants sont dépassés, incompétents ???
    Pour ma contribution aujourd’hui :
    – Je parle + en + de tes enseignements, mes expériences, mes connaissances sur la santé (sans médicament), l’environnement, le bien-être… sujets qui m’inspirent tous les jours un peu plus depuis + 2 ans.
    – Je suis également adhérente active dans une association de protection de l’environnement.
    – Au quotidien, je consomme en conscience et en harmonie. Je trie, je recycle, je diminue mes déchets.
    – Et je collectionne encore et toujours mes changements adorés… pour plus en partager.
    Un grand MERCI J Jacques pour le mouvement que j’ai remis dans ma vie grâce à tes formations.
    Prenez tous bien soin de vous !

  • Pierre M.
    Publié le 16:17h, 24 septembre Répondre

    Salut Jean-Jacque,

    Waououw, le moins que l’on puisse dire, c’est que ça résonne sec !
    Ce n’est pas étonnant que tu aies mis 3 semaines pour ce 2ème volet.

    Les questions que tu poses méritent également un temps de réflexion, j’y pense u peu chaque jour depuis la réception de ton mail. Tes mots me confortent, je suis moi-même en crise (56 ans en mai). Et ce, dans le bon sens du terme car j’ai maintenant la conviction que cette crise sera salutaire et que c’est mon chemin.
    Et je me pose les mêmes questions (de crise), aussi je me risque à y répondre là où j’en suis de ma réflexion.

    • Quel est le monde dont tu rêves, Pierre ?

    Comme tout le monde : d’amour… Mais cela n’est pas suffisant, et j’en connais qui ont faits des horreurs, et font encore les pires dégâts avec leurs dogmes judéo-chrétiens et autres, la liste est malheureusement longue.

    Je rêve d’un monde où chacun trouve sa place, dans le respect :
    – de ses environnements humains
    – de ses besoins et des besoins de l’autre
    – de la nature

    Je rêve d’un monde où l’homme prendra enfin conscience du bon sens féminin, et où il comprendra que son épanouissement passe par celui de la femme, et qu’ensemble ils réalisent que leurs enfants sont aussi là pour les faire grandir.

    Je rêve aussi d’un monde où nous ferions suffisamment confiance à nos enfants, en respectant leur élan de vie pour qu’ils aient le libre choix, que nous cessions enfin de choisir à leur place par nos critères qui, à voir le résultat aujourd’hui, sont très loin d’avoir fait leur preuve.
    Le monde de demain sera peut-être sans technologies, ou que technologies, mais donnons à nos enfants les moyens de faire leurs choix, en conscience.

    • Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?

    Et c’est pas le tout de rêver, comment y arriver à ce monde…et cette nuit je me suis dit que le mot « vivre » avait plus de valeur que le mot « valeurs ». L’expérience, l’action, faire, se tromper, recommencer autrement (un certain JJ parlerait de mouvement…). Et j’ai aussitôt pensé aux accords toltèques (dont le 5ème, rester septique et apprendre à écouter).
    Même si je n’ai pas la prétention des respecter ces accords, essayer des les vivre avec toutes leurs implications me paraît être un bon résumé de ce que je veux promouvoir dans ce monde.

    • Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?

    J’ai un projet avec mon épouse d’école Montessori mais pas que…Celui-ci n’a pas pu voir le jour à la dernière rentrée pour une raison de normes…probablement que nous n’étions pas suffisamment prêts ou que notre projet doit encore s’affiner et évoluer. En tout cas, ce sera un lieu pour grandir autrement, sans doute avec un clos lieu (Arno Stern), et également un endroit consacré à la parentalité, tout cela dans un cadre nature.
    L’ambition est donc d’apporter un changement significatif par :
    – l’éducation alternative des enfants, pour rendre l’adulte de demain plus respectueux de ses environnements, autonome, confiant et enthousiaste tout en respectant leur élan de vie, dans la bienveillance et la coopération.
    – La promotion d’outils aux parents, voire aux écoles, pour lutter contre la violence éducative ordinaire par la parentalité positive, l’éducation dans la joie…et tout autres techniques allant dans ce sens.
    Notre créneau est 3-6ans pour ce qui concerne l’école alternative, et non défini pour les autres activités en terme d’âge (en tout cas moins de 6ans, pour l’instant).

    N’hésite pas à faire appel à nous ou à faire du lien.

    Les réponses à tes questions de crise me font avancer dans la mienne, cela me donne l’occasion d’un bilan, et de verbaliser mes aspirations, merci pour cela.

    Je t’embrasse.

    Pierre Momont (AVM03, mais pas que…)

  • Lou
    Publié le 16:15h, 24 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques, Ton message m’a fait bcp. de bien et m’a redonné espoir et c’est pourquoi je l’ai partagé. Je te remercie infiniment de nous faire bénéficier de ta profonde réflexion et de nous offrir de ns joindre à toi. Comme mes ami (e)s m’ont demandé ce que j’en pensais, voici un copie de ma réponse:

    Ce qui m’a attirée surtout c’est de réaliser que le fait de me sentir isolée, ds ma réflexion sur le monde, avec mon  »écoeurentite aigue » face à la pollution, la corruption, la surconsommation et l’inaction de nos gouvernements, c’est ce qui fait que je me sens totalement impuissante à pouvoir changer tout ça rapidement et significativement malgré mes efforts et ma bonne volonté.
    Je comprends que nous sommes très très très nombreux(ses) à sentir cette impuissance à changer tout ça. Mais si nous avions la possibilité de communiquer ensemble, de se regrouper, pour co-créer un monde respectueux de la Vie et donc de l’environnement, ça nous redonnerait confiance dans notre pouvoir de co-créer un monde meilleur.

    Je pense que J-J. a raison et qu’il faut cesser d’essayer de changer le monde, mais plutôt en créer un autre, qui en fait existe déjà, ds notre aspiration profonde individuelle et collective. Il suffit de reprendre confiance en notre pouvoir individuel et collectif en se regroupant et en manifestant ce que nous voulons dans nos communautés, régions, provinces, pays.
    Quand il dit qu’il est prêt à mettre ses compétences et ses ressources au service du respect de la Vie, je vois que cela pourrait avoir un tel effet d’entraînement auprès de ceux qui jouissent, comme lui, d’un immense réseau de contacts, avec internet, cela peut se faire rapidement.

    Je pense qu’il suffit de se regrouper, de s’organiser et d’articuler une intention juste et viable pour tous. Ainsi, nous pourrons tous ensemble s’affranchir du pouvoir écrasant des multi-nationales en co-créant le monde qu’on veut, si on cesse de se sentir seul et impuissant.

    Je comprends sa démarche comme étant un processus, qui nous invite à prendre conscience de notre sentiment d’isolement et d’impuissance qui nous font douter de notre pouvoir individuel et collectif à créer un monde meilleur.
    Il invite les gens à s’exprimer et pour moi, c’est une chance à saisir.
    Je n’ai rien à perdre et tout à gagner.
    Je pense que Jean-Jacques est un excellent communicateur, très intelligent et intègre, il m’inspire confiance et je suis certaine qu’il ne compte pas là-dessus pour se faire de l’argent.
    Je pense qu’il peut nous aider à nous organiser tous ensemble (fédération???) pour faire une réflexion éclairée, pour reprendre notre pouvoir et co-créer un monde qui nous ressemble.

    Nous avons remis notre pouvoir à nos gouvernements, qui sont censés nous représenter et nous constatons l’échec. Il est plus qu’urgent d’agir pour contrer le réchauffement climatique, mais seul nous ne pouvons rien.

    Les Sages nous enseignent que le monde extérieur est le reflet de notre monde intérieur. J’ai donc besoin de nourrir mon sentiment d’appartenance à une communauté, qui fait la promotion du respect de la Vie.et de l’environnement pour que je puisse Me reconnaître dans le monde que je co-crée et que nous co-créons tous ensemble.
    Je rêve d’un monde où les consommateurs sont conscients de leur pouvoir.

    Voilà pourquoi j’ai partagé cette réflexion.

    Lou

  • ghislaine
    Publié le 14:40h, 24 septembre Répondre

    Bonsoir
    Le monde dont je rêve est un monde où règne liberté, respect de tout être vivant, justice sous toutes ses formes, amour inconditionnel…
    Mais est-ce que moi-même j’incarne cela ; non, pas toujours et pas tout le temps.
    Ce que je peux faire pour contribuer à un monde meilleur, c’est d’abord l’appliquer à moi-même et si j’y arrive de plus en plus souvent alors je rayonne et les autres peuvent être inspirés ou en bénéficier,
    je reviens d’un stage de 3 jours d’études sur les plantes, leurs propriétés et toutes peuvent soigner ce qui ‘aujourd’hui coûtent une fortune en médicaments. Donc déjà si on pouvait les respecter, les enseigner dès le plus jeune âge afin que chacun puisse se soigner seul ou être en bonne santé…
    Autonomie sur sa santé, son corps et celui des autres.
    Beaucoup de choses à transmettre.
    Oui JJC j’essaie jour après jour d’advenir à qui je suis en transmettant ce que j’apprends et qui me semble bien pour autrui.
    Ghislaine

  • Marie-Jeanne
    Publié le 12:39h, 24 septembre Répondre

    Je vous transferts un lien que je viens de recevoir de la part d’un site de recettes de cuisine; je pense que cela peut intéresser du monde (je ne sais pas comment transférer ce message autrement) . Bonne lecture http://www.recettealannie.fr/newsletters/2018/09/23/126540.html#utm_medium=email&utm_source=newsletter&utm_campaign=recettealannie

    • danielle
      Publié le 09:31h, 25 septembre Répondre

      Merci pour ce lien. Danielle

  • Eugen
    Publié le 12:20h, 24 septembre Répondre

    Je t’assure, Jean-Jacques, tu es sur le bon chemin !
    « Connais-toi toi-même si tu veux agir sur le monde » c’est pour moi ta phrase la plus importante de ton exposé !

    Veiller sur mes pensées … les nettoyer comme je nettoie mes dents journellement.

    Tenir compte des publications de Lynne Mc Taggart,« The Intention Experiment »
    Conclusions : Nos pensées / méditations ont une grande influence pour par ex. pacifier le monde.
    Avec tous tes liens un projet de ta part à ce sujet pourrait bien améliorer la situation mondiale !

    Grace aux livres comme « Le Coming out Spirituel » nous réalisons que bien de dogmes des églises ont bien servis pour construire des monuments phénoménales et ont renforcé l’idée que seulement leurs représentants masculins ont le pouvoir de bénir qn ou de consacrer qc.
    Je termine avec mes meilleures vœux ! Eugen

  • Anna
    Publié le 12:18h, 24 septembre Répondre

    je crois que mon texte s’est effacé, je pense que j’avais oublié d’écrire mon prénom sous l’espace commentaire

  • aveur de tout ce qui est vivant
    Publié le 11:45h, 24 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,
    Que je suis en accord à 100% ! avec ce que tu n’acceptes plus, avec ces mondes qui existent déjà et qui oeuvrent en faveur de tout ce qui est vivant. Je réponds à tes questions à partir de ce dont j’aspire depuis longtemps.

    Je rêve d’un monde qui retrouve l’essentiel, l’humain, le vivant, où la différence et la diversité peuvent se vivre dans l’épanouissement. Je rêve d’un monde humble dans le sens de pouvoir mettre ses talents, son potentiel et ses dons au service du bien- être et de l’épanouissement de l’humain , au service du respect de la nature et des animaux avec qui nous partageons
    notre belle planète.

    Je rêve d’une école qui serait un espace où les créativités se déploieraient dans la diversité et où nous aurions besoin du potentiel spécifique de chacun pour créer une société où chacun pourrait contribuer à vivre à partir du meilleur de soi.

    C’est possible en commençant à ouvrir un environnement qui permettrait aux enfants dès la plus jeune âge à découvrir le monde de cette façon.

    La paix est déjà en nous, souvent ignorée car trop de choses aliénantes nous empêchent d’y croire, et nous la font chercher à l’extérieur par besoin.

    ma contribution serait de contribuer là où je suis, dans mon environnement, en offrant ce que je peux faire, du mieux que je peux en tenant compte de ma réalité et en me laissant inspirer par d’autres, par ce qu’ils ont de différent, n’éludant pas l’altérité qui peut être une opportunité de croissance, et d’ajustement;

    Pas de leader, ni de dogme, ni de religion, nid’idéologie mais pouvoir œuvrer avec des gens inspirants,
    Faire confiance que le meilleur de chacun puisse toucher le cœur humain au delà des apparences et de l’intellect.

  • Martine JARDIN
    Publié le 11:41h, 24 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques.
    Jamais je ne pourrais te remercier pour tout ce que tu m’as apporté. Je suis majoritairement sur la même longueur d’onde que toi. J’ai lu avec grand intérêt tous les commentaires qui sont très profonds et très nourrissants. Continuons à œuvrer dans tous ces petits mouvements discrets mais efficaces, laissons incuber et développer tous ces projets, si petits, si nombreux, qu’ils sont insaisissables par les « prédateurs ». Mikou le 21 septembre a complètement formulé ce que je ressens : «Si cette nouvelle culture émerge c’est parce que le vieux monde ne l’a pas vu venir, sinon il l’aurait tuée dans l’œuf. » …« Si chacun continue à « cultiver son petit bout de terrain » là où il est, tranquillement et sans tapage, le jour arrivera où ce nouveau monde sera un fait accompli. Le vieux monde, trop occupé, trop arrogant et ayant sous-estimé nos « petites associations » écologiques et autres (donc n’ayant pas pris la peine de nous barrer la route) sera mis devant le fait accompli et sera, lui, déstabilisé, minoritaire, désarmé. »
    Gardons nous des structures, des réseaux, identifiables, donc vulnérables. Ce sont nos valeurs qui nous unissent. Je suis d’accord avec toi sur tout sauf sur ton idée de « combat avec d’autres armes». J’ai 68 ans et je suis revenue de cinquante ans de donquichottisme ! Je refuse désormais de gaspiller mon énergie. Ce n’est pas de la résignation. J’essaie d’être en cohérence, dans mon quotidien et mes rapports aux autres, avec mes croyances profondes.
    Merci de nous faire partager ta métamorphose. Tu es courageux et généreux. De tout cœur avec toi. Tu ne ferais pas un vrai break ? Une vraie pause pour laisser décanter tout çà ?

  • Antso
    Publié le 11:00h, 24 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques, d’abord je vous remercie de votre confiance , et le partage de vos réflexions sur le monde actuel, suite a votre crise. Pour ma part, je viens d’un pays du tiers monde, ou les valeurs de partage , d’appartenance, de tolerance, dominent, l’individualisme, je l’ai appris et vécu, en venant en France pour mes etudes, J’ai pris conscience du replis sur soi et de la solitude qui en découlent. Car oui, je me sens isolée, malgré tous les moyens de communications qu’on dispose aujourd’hui.

    Je ne connais pas le concept de village global, et je ne suis pas adepte de pensée unique , ni de mouvement de masse, je crois qu’on a en chacun de nous , le pouvoir de créer la vie qu’on veut et d’en être responsable. Je rêve d’un monde ou chacun se sent a sa place, respecté, accepte tel qu’il est, et pouvoir œuvrer pour son bien être et le bien de tous.

    Ma contribution c’est de créer des liens partout ou je vis, je le vois a travers mon parcours de vie, j’ai quitte mon pays natal, pour aller vivre en Europe, mes enfants sont issus d’un couple mixte, je veux créer des ponts la ou il y a des barrières, entre les generations, les races , les classes sociales, tout cela selon ma petit echelle bien sure, et j’habite sur une ile qui s’appelle La Reunion., j’espère avoir répondu a vos questions.
    Bien cordialement

  • Myriam
    Publié le 10:43h, 24 septembre Répondre

    Je prendrai le temps de partager ma vision plus tard mais je souhaite informer les potentielles personnes intéressées d’un séminaire (gratuit) qui se tient dans le Sud de la France du 11 au 15 octobre et qui résonne bien avec ce texte.

    ça s’appelle « Du Monde de la Réaction au Monde de la Création » et voici le contenu possible :
    Cercle de culture « Désir fondamental individuel et désir fondamental commun »
    Conventions de groupe « Du paradigme réactif au paradigme créatif »
    Découverte de l’atelier d’entraide affective
    Conférence participative : « De la culture du devoir à la culture du désir »
    Pratique simplifiée de la mutualisation des ressources et des désirs en intégrant les ressources des participant-e-s
    Pratique de la moisson d’essentiel (réunion de vécu et cercle de transmission)
    Introduction aux perspectives et aux moyens de transformation des structures et des rapports sociaux, économiques, politiques en lien avec les pratiques effectuées

    Contactez les organisateurs pour plus d’infos (apparemment le séminaire n’est pas annoncé publiquement : http://chalvagne.lesgouttesdo.net/

  • aviram
    Publié le 07:47h, 24 septembre Répondre

    Je souhaite un monde dans lequel chacun-e vit son potentiel illimité responsablement. Mes valeurs pour ce nouveau monde sont: la Paix et l’Amour.J’apporte déjà ma contribution par un bulletin hebdomadaire: Nouvelles Plasmiques, j’aide depuis des années qui le désire à trouver leur paix et autonomie dans toutes les domaines (social, économique, écologique et surtout spirituel); je partage gratuitement les développements dans la nouvelle Science du Plasma… surtout je ne m’occupe plus de la réalité déjà manifeste mais de mes rêves.
    Paix et Tout Bien
    aviram

  • NOELLE
    Publié le 06:29h, 24 septembre Répondre

    Je voudrais simplement que chaque enfant de notre monde bénéficie d’une éducation respectueuse du Vivant sous toutes ses formes, apprenne la Beauté du Monde et sa fragilité, que l’on donne à chacun de quoi manger et se vêtir, et que chacun puisse travailler, se sente digne de respect, sachant que tout travail, quel qu’il soit est noble et utile. Que chacun ait un toit, que nous réapprenions la simplicité, rejetions au maximum tout ce qui est inutile à notre élévation spirituelle, et que nous nous engagions tous, autant que possible, à mettre ces préceptes en application pour devenir les modèles que nous sommes déjà , mais en devenir.
    Je peux aider …pour le moment, je crois avoir reçu le don de la parole et de l’écriture…

  • Marie-Hélène
    Publié le 04:16h, 24 septembre Répondre

    Bonjour,
    Je partage totalement la liste des « je n’accepte plus », depuis pas mal d »années déjà. Je me suis mise en retrait, de plus en plus, de cette société de consommation qui est créatrice de tant d’injustices sociales et la cause de la destruction de notre belle planète . Je crois qu’effectivement lutter contre cette société par des voies classiques et légales est très difficile et demande une énergie colossale – que je n’ai pas – et il vrai que tous les groupes qui existent et qui partagent nos valeurs devraient se mettre en rapport pour constituer un groupe de poids.. Mes valeurs essentielles peuvent se résumer au moment respect: de soi-même en se connaissant mieux et agir en pleine conscience,respect de l’autre et de notre terre nourricière.. Il me semble que beaucoup de problèmes n’existeraient pas si cette valeur était au coeur de tout acte ou décision.
    Personnellement, étant une solitaire, je ne participe à aucun groupe, mais je pratiquer la « décroissance » , je consomme le moins possible les produits issus de la production industrielle alimentaire, vestimentaire ou autre en faisant beaucoup de choses moi-même (potager, cultures en serre, verger,, pain, dentifrice, vêtements …) et j’achète en seconde main lorsque nécessaire. J’éduque mes enfants dans cette optique.(et ce n’est pas facile pour eux car ils sont plongés, par le biais de l’école, dans cette société hyper consommatrice et techno-fétichiste.
    J’ai souvent des velléités d’engagement dans un groupe, un parti écolo mais étant une grande solitaire et ayant beaucoup à faire j’y renonce à chaque fois. Pour ce qui est changer le monde, ou plutôt faire tomber cette société consumériste et destructrice, le moyen le plus sûr est de cesser de consommer. Nous devrions nous unir et lancer des actions de non consommation contre les multiples multinationales qui ne tiennent debout qu’avec la complicité tacite des millions de consommateurs.
    Bien à vous tous

  • Nuxen
    Publié le 00:46h, 24 septembre Répondre

    Quel est le monde dont tu rêves, ?
    Un monde ou chaque individus est face à lui-même grâce à l’Amour que nous sommes. Un monde ou les êtres sont conscients de leur liberté de choix.

    • Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?
    Le respect de la Vie – l’ouverture de cœur – l’écoute du moment présent

    • Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?
    Je vis mes valeurs au quotidien dans des expériences d’incarnation qui chantent dans le coeur.

    • Je vois le Paradis sur terre et il n’y a plus qu’à ouvrir les yeux du cœur

    Merci à toi JJCC
    à bientôt

  • Nuxen
    Publié le 00:37h, 24 septembre Répondre

    L’antagoniste est le meilleur des complices, il est là pour nous élever, car il est modeler par notre mental dual qui se prend pour le chef. Il convient de rester conscient que < grâce à lui,nous sommes toujours face à nous même.

    L’aimer, c’est le transcender par l’ouverture du coeur. C’est créer un monde unifié ou chaque être assume sa place dans un monde ou le Principe Féminin et Masculin avance de concert.

  • Chazeau
    Publié le 17:44h, 23 septembre Répondre

    Quel est le monde dont je rêve ?
    Un monde ou chaque être vivant puisse vivre selon les lois naturelles auquel nous avons tous droit à notre naissance.
    Que chaque individu de notre espèce puisse avoir un toit, de quoi se nourrir, se vêtir et se chauffer.
    Qu’il n’y ait plus de souffrances humaines, ni animales, que la nature soit respectée dans l’harmonie et le bon sens.
    Un monde sans guerre qui ne soit pas fondé sur l’enrichissement mais le partage avec le respect de tous.

    Quelles sont les valeurs que je voudrai promouvoir et vivre dans ce monde ?
    L’amour, en commençant par l’amour de la vie qui nous a été donné. L’amour de nous même et l’amour des autres.
    Le respect pour ce que nous sommes et pour nos voisins malgré leurs différences.
    L’entraide, le partage, le non-jugement, l’écoute de l’autre et l’empathie.

    Quelle contribution voudrais-je apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?
    C’est une bonne question…

  • Marine
    Publié le 16:45h, 23 septembre Répondre

    Quel est le monde dont tu rêves ?
    Je rêve d’un monde intelligent : un monde où les humains, les animaux et les végétaux collaborent. Où 1+1=3 ou plus encore
    Je rêve d’un monde où la liberté de penser existe, où je puisse décider de vivre et de mourir, où mon intégrité physique et morale est respectée, où la différence est une richesse.

    Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?
    Le respect du vivant car tous les formes de vie ont droit d’exister pour elles mêmes sans être écrasées ou soumises au bon vouloir de notre espèce qui se croit intelligente. Quelle prétention, quel aveuglement…
    Liberté, Responsabilité, Ouverture, Curiosité, Créativité, Sincérité…

    Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?
    j’aime mettre les personnes en relation. J’aime réunir, échanger, partager
    J’entame une action pour la protection des animaux sauvages sans savoir encore quelle forme prendra celle-ci
    Je souhaite réveiller les consciences pour que les hommes deviennent des Humains
    Je suis ouverte à des propositions de participation à l’élaboration du nouveau paradigme !

  • Virginie
    Publié le 16:35h, 23 septembre Répondre

    MERCI INFINIMENT JJC<3 – BRAVO POUR TON COMING OUT SPIRITUEL. JE ME JOINDS A TOI! ALLELUIA

  • jean
    Publié le 16:34h, 23 septembre Répondre

    un liens qui me tiens a cœur et a tous https://youtu.be/5N63nJ9JMUQ

  • Danièle Massobrio
    Publié le 16:13h, 23 septembre Répondre

    bonjour Jean Jacques merci et bravo pour ton coming out
    je suis tout a fait en accord avec toi et j’évolue depuis plusieurs années dans le même sens que toi
    je rêve d’un monde de bisounours un monde régi par la sagesse universelle coopération entre tous les humains et tous les règnes car nous sommes tous interdépendants
    Nous devons retrouver notre caractère « sacré  » « ça cré « de créateur de la vie, des solutions nécessaires à la satisfaction de nos besoins et à l’expression de notre être véritable spécifique et unique . Du bonheur la santé et le bien être en découleront garant de l’amour absolu , de l’adaptation ,de l innovation avec liberté de du partage et d’expression
    Mes valeurs paix harmonie et non armes au nid, ,gai rire et non guerre ire, liberté,, justesse et non justice , amour solidarité respect tendresse
    Ma collaboration à l ‘univers au TOUT et à la vie je la réalise en répondant à jonction que j ‘ai reçu de nombreuses fois dans mon enfance « peut mieux faire » je l ‘exerce en exerçant l’art de la santé et du bien être développant une médecine sagesse énergétique intégrative des différentes énergies universelles qui nous donnent et nous maintiennent la vie le bonheur et la santé
    gynécologue depuis plus de 35 ans je n’ai eu de cesse à rechercher des solutions aux problèmes se santé des femmes mais également des hommes des enfant des animaux non résolus par la médecine conventionnelle
    j’ ai trouvé de nombreuses réponses dans les médecines ancestrales notamment dans le Tao Dans le but de mieux prévenir et guérir ai crée une médecine intégrative des énergies universelles M.I.E.U., une méthode d’assistance et autogestion conscientes des énergies de la vie par le Qi et un fabuleux outil de découverte et de réalisation de soi grâce à la prise de connaissance de nos énergies identitaires .. J’explique tout ça dans mon livre « Vivre sans TOUT niér  »
    Tel le colibri je fais ma part pour éteindre l’ incendie qui menace la vie et la santé de notre chère planète Terre et de ses habitants

  • Pierre
    Publié le 16:01h, 23 septembre Répondre

    Message pour toi mon cher JJ
    Toi qui dit que tu es en crise, et bien moi je suis en crisss…. avec tout ce qui se passe; mais maintenant j’essaie plutôt d’être en CHRIST, car c’est la seule option restante pour davantage se spiritualiser, car notre terre n’est qu’une rampe de lancement pour nous préparer à évoluer sous d’autres cieux.

    Profitons-en donc pendant qu’il en est encore temps. Bon c’est fini je n’écris plus rien, car je dépasse les bornes

    Salutations

  • Joke
    Publié le 14:22h, 23 septembre Répondre

    j’ai survolé ton dernier e-mail et pour moi rien de nouveau. Je porte les mêmes valeurs, on est sur les mêmes ondes. Pas besoin de me demander d’éteindre la télé, parce que je n’en ai jamais eu. Tout ce que tu nous raconte, je l’avais déjà en moi et l’AVM03 m’a bien poussé dans la bonne direction.
    Mais dans tout ton discours il me manque un mot: AMOUR. Pour moi, étant thérapeute, je donne mes compétences, ma bonne intention et beaucoup d’amour à mes clients. Mais aussi dans la vie quotidienne, si on n’ouvre pas son coeur, on passe à côté des belles choses. Agir à partir de son coeur, en plein amour, c’est fondamentale. Je suis convaincue que l’amour gagnera toujours, peut-être parfois en longue terme, mais on ne peut pas être en pais sans amour. Et ça me manque dans ton discours, sinon, je suis entièrement , d’accord avec toi.

  • L'Epervière
    Publié le 14:22h, 23 septembre Répondre

    Deux fois le texte s’est envolé…

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 14:23h, 23 septembre Répondre

      Désolé pour vous. Comme je le conseille sous l’article, il vaut mieux enregistrer régulièrement son texte pendant la rédaction. Mais dès demain, je mets un technicien là-dessus pour voir si on peut éviter ce genre de désagréament…

  • :
    Publié le 14:21h, 23 septembre Répondre

    Le monde dont je rêve est un monde où la fraternité passe avant tout, le respect de tout ce qui m’entoure (création toute entière). Un monde où l’argent ne passe pas au 1er plan (où l’être humain n’est plus esclave de l’argent). La valeur de ce qui est, de ce qui se vit n’a pas de prix..
    Revenir aux choses simples, à échelle humaine, en harmonie avec la Nature. Nature profonde de ce qui m’entoure,. Nature discrète qui oeuvre sans bruit pour le bien de tous, pour l’unité des êtres, de l’univers tout entier : univers qui évolue et me transforme, me transporte au delà de moi-même, au coeur de ce qui est, vers cette présence impalpable mais bien réelle, bien présente dans ma vie.
    Les valeurs que je veux promouvoir : le respect, l’humilité, l’indulgence, le regard intérieur, la persévérance, la confiance.
    Je ne sais pas raconter les histoires mais une amie m’a raconté celle-ci. Je ne sais pas d’où elle vient :
    « La forêt est en feu. Certains animaux restent figée,par la peur. D’autres fuient à toute allure. Un petit colibri voit une flaque d’eau. Avec son bec qu’il remplit, il vole au dessus de l’incendie, déversant l’eau transportée. Il recommence inlassablement ces trajets, vidant ainsi la petite flaque. Les animaux se moquent de lui : Pourquoi fais-tu cela, tu vois bien que cela ne sert à rien? et le petit colibri de répondre : Oui, mais au moins j’aurais fait ma part. »

  • lucie
    Publié le 14:03h, 23 septembre Répondre

    bonjour jean Jacques, tout à fait d’accord avec vous et j’ai eu grand plaisir à lire votre article; je vais répondre à vos trois questions:
    Quel est le monde dont je rêve ? un monde où le respect la tolérance et la fraternité dominent et où on puisse développer chacun nos compétences et travailler pas seulement pour  » gagner sa vie  » mais par vocation et passion.

    Quelles sont les valeurs que je voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ? respect, conscience des autres et de l’environnement, intégrité, travail, confiance en l’avenir, spiritualité en dehors des religions, humour.

    Quelle contribution puis-je apporter pour rendre ce monde réel et vivant ? déjà, essayer moi même d’incarner ces valeurs et de les transmettre à mes petits enfants ,enfants, amis, sans être dans la prosélytisme, en laissant chacun faire ses propres expériences; je suis kinésiologue et je mets tout en oeuvre pour apporter de l’aide aux autres en leur permettant de trouver par des pratiques simples des solutions pour améliorer leur vie et être un maximum autonome. J’ai conscience que j’ai besoin moi aussi de guérir des blessures et d’augmenter la confiance en moi.

    Voilà Jean Pierre, dans toute ma simplicité, ce que je peux répondre aujourd’hui.
    Bonne soirée.
    Cordialement Lucie

  • Viviane
    Publié le 13:28h, 23 septembre Répondre

    Tout d’abord, je dois indiquer ma satisfaction d’être sur la même longueur d’ondes que toi et les blogueurs.
    Je n’ai pas tout lu, juste parcouru. J’imagine, Jean-Jacques, que tu consacres beaucoup de temps à la lecture de ces messages. J’essayerai d’être brève.

    Le monde dont je rêve est un monde où tous les êtres humains, quelque soit leur sexe, leur couleur de peau, leur croyance, leur âge, leur lieu de vie, aient les mêmes droits : se loger décemment, se vêtir, se nourrir correctement, l’accès à l’eau potable, à la santé, la culture, l’éducation, les arts, le sport, le repos.
    Un monde où tous les êtres humains se sentent responsables de l’harmonie de notre monde et y contribuent à hauteur de leur capacité, de leur compétence.
    Un monde en paix, basé plus sur l’échange que sur le commerce. Qui garantirait la libre circulation des gens. Dans lequel on développerait une langue commune (espéranto ?).
    En dehors de la bourse et des banques, en privilégiant l’utilisation de monnaies locales. Où nous ne consommerions que ce dont nous avons besoin et en donnant la priorité à ce qui est produit localement.
    Un monde où les compétences de chacun seraient reconnues et valorisées : manuelles, intellectuelles, artistiques, de service et de transmission de savoirs.

    Les valeurs que je voudrais promouvoir et vivre dans ce monde :
    Un monde juste, équitable, fraternel, solidaire, respectueux des hommes, des animaux et de la nature.
    La culture de l’autonomie, de l’amour et de la curiosité.

    Ma contribution :
    Je pourrai (au niveau local) mettre en relation ceux qui ont des besoins avec ceux qui peuvent les satisfaire.
    Je peux communiquer sur ce monde rêvé auprès de mes proches, transmettre ce que j’ai appris.

    • Pierre
      Publié le 15:44h, 23 septembre Répondre

      Chère Viviane, tout comme moi j’ai rêvé d’un monde meilleur. Je me suis donné toute ma vie au bien-être des autres et je veux que tu comprennes (non je ne suis pas pessimiste) que de cette société, il est trop tard. Il n’y a plus rien à faire. L’autodestruction de ce qui reste de l’humain en est dans sa phase terminale. Et sans évoquer aucune religion, le mal (ou satan si tu préfères) achève son oeuvre. Pour ma part j’y ai laissé mon bénévolat considérant que cela n’en valait plus la peine. Car de toute façon, on parle et agit complètement dans le vide. On dort au gaz parce que maintenus dans l’ignorance.

      Je veux juste t’apporter une anecdote qui pourra t’aider à en comprendre un peu ce qui se passe: Au Québec imagine un enfant qui vient au monde. Le moment où on lui donnera la petite tape dans le dos pour que celui-ci réagisse, automatiquement il aura son cadeau de bienvenue (ou taxe de bienvenue si tu préfères: soit une magnifique dette de plus de 90,000$ dollars. WOW c’est pas super? Attends de voir la suite et je peux te dire que ce qu’on va vivre, ce n’est plus un combat de David contre Goliath, mais bien pire. Et non je ne suis pas un grand rêveur, et je dirais comme un de nos anciens premiers ministres: Ca prendrait tout un remède de cheval. Consoles-toi car c’est bien plus dramatique en France.

  • Thérèse
    Publié le 12:27h, 23 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques : oui, pour moi, le bulldozer qui nous écrase et nous déforeste, comme en Amazonie, est de plus en plus gros précisément pour tenter de porter atteinte à ce « nouveau monde » dont tu parles. Pas si nouveau que cela car depuis des décennies des gens s’activent pour faire autrement que ce que le système nous impose. Je pense particulièrement à tous ceux qui se soignent et consomment autrement en favorisant les systèmes de production respectueux de l’environnement à tel point qu’aujourd’hui, le système économique, les médias, la publicité se resservent, récupèrent les résultats obtenus par ces gens qui oeuvrent en groupes sans attendre d’être reconnus ou aidés financièrement.
    Je me sens, depuis longtemps déjà, co-créatrice de ce « monde qui sourd » en soutenant, par mes achats, les produits issus d’un environnement respecté.
    Je me sens co-créatrice de ce « nouveau monde » en suivant la formation de l’AVM » où tout ce que tu dis dans ce courrier est déjà présent. En suivant ton enseignement, on s’ouvre aux valeurs que tu veux défendre et que tout être humain, digne de ce nom, a envie de défendre.
    Le monde auquel je rêve : je ne sais pas. J’ai peur de ne plus vraiment rêver. Peut être que si tout le monde retrouvait le SOURIRE, ce serait formidable.

  • Benedicte
    Publié le 10:32h, 23 septembre Répondre

    Bonjour!
    Je viens de faire un essai de traduction pour mon ami qui vit aux Etats-Unis, et je decouvre cette requete dans les commentaires, alors je partage!!!

    In this email, I will continue to speak about me, Bénédicte … With an open heart, with transparency. And in touch with the fragility that I feel since those twenty months of crisis that I crossed (and from which I’m getting out slowly).

    That’s why I chose to continue to use « tu » (Casual way of addressing a person in French: tu vs vous)… Because I sense that we all need more closeness and solidarity in this world increasingly isolationist …

    Three weeks … Thirty-two hours. This is the time it took to deliver the text of this second « Email crisis. »

    Personally, I loved the writing experience that allowed me to give birth, as an extent of what I wore deep within me … I hope that my words will find a resonance inside you and join some of your questions …

    I’ll tell you about me:

    tell you what my first email moved those who read me;
    answer some legitimate questions that have been asked;
    to my spiritual coming out, revealing to you my vision of the world I want to live and work;
    tell you what I want to do with your collaboration, concretely
    This email is long, I know. But reading the following, you will understand why I have three weeks to write …

    WHAT MY FIRST EMAIL PUT IN MOTION
    I sent my first email with « I am in crisis (Part I: My motivations) on Monday 27 August. And I urged my interlocutors to share me the resonance that my words were inside of them.

    NEVER would I have imagined receiving so much (long) messages from you. Just on my blog, 805 messages were sent to me in three weeks (600 in the first week), messages I’ve read them all in full (I spent whole days). More than 250 messages have been left me by my students on the Émergences-training platform. And nearly 1,200 emails were sent to my customer support (even though I asked you not to respond to e-mail, but leave your comments on my blog) …

    And I assure you, Bénédicte, it confirms me more in my determination to move where my heart tells me to engage …

    What I felt in the hundreds of messages that were sent to me, is that I am not alone in asking me questions. In reality, we are not alone in questioning the model of society that is proposed (or imposed). We are not only to aspire to a different, more just, more humane, more caring.

    In fact, I felt that you are thousands (if only in my small network of contacts) to want to move and want to make a positive difference in the world.

    And that is exactly what I want to talk to you today, having decided to make my spiritual coming out … How to make a positive difference in a global context of increasingly complex?

    BUT BEFORE THAT, SOME DETAILS TO AVOID MISUNDERSTANDING …
    You were dozens to ask me very legitimate questions, sometimes mixed issues of anxiety, distrust or suspicion.

    Know that all these questions are legitimate, and I want to answer in complete honesty and transparency vis-à-vis you!

    DO I INTEND TO GIVE UP MY PURPOSE OF TRAINER-skilled attendants?

    ——————————————

    To this question I answer unequivocally: NO, I do not intend to give up this vocation of mine for almost 30 years.

    I do not change anything on the dates we had planned it six months ago for the upcoming launches planned this autumn launches I’ll keep you informed, if you wish …

    DO I INTEND TO ME AWAY PERSONAL DEVELOPMENT?

    ————————————–

    For me, the question does not even arise, because I’ve never done personal development. If you follow me for some time, you have certainly noticed that I present my approach as a process of « personal growth » (what Jung called the individuation process).

    The fundamental difference is that individual growth encourages you to become a complete being who recognizes and accepts its shadow dimensions as its light dimensions (I soon have the opportunity to write an article on this subject dear to my heart for a long time).

    While personal development leads us too often fall back on us, individual growth encourages us to reconnect us to our deepest reality, and suddenly we connect with others and the nature that surrounds us …

    DO ALL THIS COMMUNICATION IS NOT A NEW MARKETING STRATEGY?

    ——————————————

    Again, my answer is unequivocal. I will continue to sell training programs available through the platform of Emergencies as I have done in recent years. So I did not need to declare me fit to do …

    By cons, as you will understand by reading the rest of this email, my crisis brings me to engage in new ways (additional trainings) that have very little to do with commercial and lucrative business.

    The challenge for me is to reconnect with the values that I carry from the age of fifteen years: humanitarian values, the values of social justice and solidarity, ecological and spiritual values. And to serve these values ​​my organizational structures, my skills and resources.

    DO I INTEND TO CREATE AN INTERNATIONAL MOVEMENT OF SOCIAL CHANGE THAT I WOULD BE THE LEADER?

    ———————————-

    Again, I would like to eliminate ambiguity! I do not want to change the world. I just want to help create another world … another world that could very well live with the many worlds that exist on this planet … and that’s what I want you to share in my spiritual coming out …

    By cons, if this other world wants to have opportunities to grow and to have a significant impact on the quality of our lives, it is imperative that its structure is similar to an interconnected network of local action groups, without leader, without central organization, without ideology …

    MY SPIRITUAL COMING OUT …
    In September 2017, while I was talking with my friend Olivier Clerc, he recommended that I read (as he frequently frequently does ) a book he has just discovered … This book is titled « Spiritual Coming Out – Because there is another reality that is being proposed or imposed on us, « written by Laurence Baranski.

    Before you read this inspiring book (I have read that in August of this year), I felt great resonance with the subtitle of this book: « Because there another reality that is being proposed or imposed on us.  »

    And for me, this is the whole point of my crisis. And probably our crisis …

    I DO NOT SEE MYSELF IN THIS REALITY THAT IS IMPOSED ON US

    ————————————

    I do not know if you share my vision, Bénédicte. But personally, I really recognize myself in what is presented to me as the « Reality ».

    When I say « is presented to me », I mean the dominant speech that permeates our societies. This speech conveyed by the vast majority of political, media and big business and tries – somehow – to engulf our consciences in a single thought, in a ready-to-think that exempt us from any criticism …

    For thirty-six years, I decided not to have TV connected to an antenna, a satellite dish or cable. To protect my critical thinking, to preserve my psychological and spiritual integrity to expose the latest possible my children all flood of negative news, depressing, debilitating, reducing lobotomized that our consciences …

    Nevertheless, some information eventually reach me at random conversations or my Internet searches.

    And I confess that I will not accept any longer to be exposed to that same worldview. As if there were only that reality!

    I will not accept that we try to keep me in a sense of fear and helplessness in speaking continually wars, bombings, murders, disasters …
    I will not accept one takes me for a fool by making me believe that to get out of the crisis, the only solution is to boost economic growth …
    I do not accept that the real ecological problems are systematically evaded the sake of preserving the competitiveness of multinationals and the superiority of developed countries …
    I will not accept imposed upon me the dictatorship of conventional medicine and vaccination as the only means to eradicate the disease …
    I no longer accepts that allows food industry to destroy the balance of the biosphere and the health of the human being to supposedly feed the world …
    I will not accept being presented me the democratic system as the only possible political system while they elect to represent us are increasingly powerless to defend our most basic rights …
    I will not accept that killing children’s intelligence by their school social conditioning and preparation for submission …
    I will not accept that systematically refutes everything that is not « scientifically proven » as if the only reality was that we can physically measure …
    I will not accept that trying to make me believe that the approach and the so-called masculine values ​​are the only ones to manage and save the world …
    I could continue this list for a long time. But I’ll stop there, because what I have to say is more important.

    I WAS TRAPPED BY THE CONCEPT OF GLOBAL VILLAGE!

    —————————-

    For a long time I myself was trapped by a widespread belief widely in the world population.

    This belief says that there is only one world and that as human beings, we belong to this unique world. What Marshall McLuhan called the ‘global village’.

    Worst.

    This belief implies that as human beings we not only belong to one world, but we MUST join and we MUST recognize ourselves in it!

    Without it, we are made to believe that we are doomed to be outsiders, outcasts, excluded from society …

    Does it resonate with you, it Benedicte?

    Have you ever had this feeling of being marginal? To be « unsuitable? To feel that you do not belong to this world? And you recognize you there less and less, as and as time goes on? To feel lost, drifting …

    All these feelings come from the concept of « global village » and « one world. » As if we had no alternative but to be IN the world or be OUT of the world.

    Why do I say that this belief is a trap? For several reasons…

    First, as we all carry within us a herd instinct that drives us to stay within the herd (to survive and escape predators), we accepted this implicit idea that I had, somehow, adapt to this unique world (global village) and find a place to enjoy a slice of the pie (however small it);
    Then, this world being presented as the only option if we do not recognize ourselves in the values ​​it, the temptation to disinvest us to flee and take refuge in spiritual approaches or personal development … the alternative is to turn inward in his little cocoon in her small circle of relationships in front of his small television … what makes the game of the powerful.
    Conversely, if we do not recognize ourselves in the values ​​of this world, as we believe there is none else, we could engage in a battle of David against Goliath AGAINST this world. But actively fighting AGAINST him, we are feeding our energy instead of primarily using it to create this new world we seek.

    But one day I woke up from my slumber to realize that the concept of global village was a lure to better keep us in slavery. For what are we if not slaves working for the powerful ones of this world?

    I woke up from this trance that made me believe there could be only one world on our planet. And the purpose of the game was to get the best possible place in this world …

    THERE ARE MANY WORLDS ON PLANET EARTH

    ———————————

    I woke up from this belief and I discovered that there were a multitude of worlds on this Earth. But that the world to which I aspired was not visible to me. And it was time to reveal it…

    Among this multitude of worlds, I think of the world of those who ride Harley-Davidson … They are more than a million in the world (the largest brand community in the world). They created THEIR world, THEIR community. Overall, they have their laws, they share the same values, they have their codes, they have their gatherings, they have their journals. They are federated, organized, united.

    This world, even if it exists, bears little resemblance to the description of the famous global village …

    The situation is similar to the world of hunters who are more than ten million in Europe alone. I also think the various mafias that plague the Earth, every mafia with its own laws and its own codes.

    I could continue my enumeration with multiple examples of organized worlds with their own laws and their own codes, but you understand where I was coming from.

    Each of these worlds exist, without much communication with each other and without a lot of common values ​​with the global village …

    The good news in all this is that the existence of all these worlds shows in fact that the concept of global village is an illusion.

    This also means that we are no longer obliged to submit to the single thought and the dominant discourse that seeks to establish ourselves as the only possible and acceptable standard for decades …

    And it means that nothing prevents us to create, too, OUR own world, with its laws, codes, rituals and values.

    The surprising paradox, as you’ll see in the following sections is that millions of us do not recognize ourselves in the model conveyed by the dominant discourse. We are millions to carry deep within us values that respect life in all its forms … Yet despite how many we are, we feel isolated. And our need for connection and belonging in a world that fits us is not fed …

    Here I invite you to change your view on reality … On other realities that exist! But which seem invisible to those who can not see!

    THE EMERGENCE OF A NEW WORLD: THE CREATORS OF NEW CULTURE

    —————————————–

    Several large studies seem to recognize our specific identity and the existence of a huge movement resonates with our values.

    I am thinking in this qualitative study (based on interviews) conducted in the United States during the 1990s This study by the American sociologist Paul Ray and psychologist Sherry by US Anderson highlighted the existence a broad socio-cultural group that would be at the forefront of social change …

    This group was baptized by Paul Ray and Sherry Anderson’s « cultural creatives » in French translates as « Cultural Creatives » or « new culture creators ». Similar studies have been conducted in other countries (such as France and Belgium) and come to the same conclusion: there is indeed a new group of people who identify four areas of values ​​and put them into practice:

    openness to female values (place of women in the public sphere, issues of violence against women, recognition of the feminine principle in men …)
    integrating environmental values and sustainable development (with an interest in organic food and « natural » methods of health)
    social involvement (individual and solidarity involvement in society)
    personal growth (with a spiritual dimension and interest to new forms of spirituality, the idea being: « Know thyself if you want to act on the world »).
    In 2008, Paul Ray has created a new national survey in the United States with the goal of updating data from the Cultural Creatives. The results indicate that the Cultural Creatives compose now (in 2008) 34.9% of the North American adult population, or 80 million people. These results also indicate that the Cultural Creatives now represent between 33 and 37% of the adult population of Western Europe and Japan, an average of 35%.

    Clearly, you’re probably part (like me) that third of the adult population in Western countries (no data currently exists for countries in other continents).

    ONE THIRD OF THE ADULT POPULATION !!!

    Can you believe it ???

    We have outnumbered bikers who ride a Harley-Davidson. We have outnumbered hunters worldwide. We have outnumbered the members of all the mafias of the world.

    Yet we feel marginalized. We feel inadequate. We feel alone and isolated … I think it’s because we don’t have OUR WORLD. We are not federated, we do not feel connected. Or not enough …

    All because what we believe is not broadcast by the deafening megaphone of mass media …

    THE EMERGENCE OF A NEW WORLD: THE LARGEST WORLD MOVEMENT

    —————————————–

    Another study I think is that conducted by Paul Hawken, American environmentalist, businessman, author of very inspiring books and activist involved in various humanitarian causes. This extraordinary man and very touching in 2007 published a book called « Blessed Unrest – How the Largest Movement in the World Came into Being and Why No One Saw It Coming » (not translated into French, unfortunately) can be translated as: « disorders blessed – How the largest movement the world has emerged and why nobody saw it happen. »

    In this book, Hawken argues that formed in recent decades a vast « no-name movement » made up of hundreds of thousands of environmental, social and indigenous rights (at the time of the release of his book, he listed no less than 125,000 organizations around the world).

    In a speech he made in 2008 on the occasion of an international seminar, he said this (his full speech can be viewed on YouTube by clicking this link: https://www.youtube.com/watch?v=Xkz2OjMOg88&feature=youtu.be ):

    « I deeply believe that we are all part of a larger movement, deeper and broader than what each of us can perceive. It operates under the radar of traditional media. It is non-violent, comes from the land, has no army or helicopters. It has no central ideology, no vertebrate male is in in charge, this anonymous movement is more diverse than the world has ever known. The very word movement is too narrow to define it. No one initiated it, nobody directs it. It is not governed by an orthodoxy, it crosses all social classes, is global, non-measurable, tireless.

    It spontaneously emerged from many economic and cultural sectors, from different regions, different groups of people. It spreads around the world. It has many roots, but comes mainly from indigenous cultures (Aboriginal) and movements engaged in ecology and social justice. These three sectors and their subdivisions intertwine, transform and grow. It is no longer only concerned about natural resources or injustices. Basically, it is a movement for civil rights, for human rights, democratic movement: the new world is coming!  »

    Currently, the number of associations and organizations amounting this « invisible and silent » « invisible and silent »movement is estimated at over one million worldwide!

    OVER ONE MILLION ORGANIZATIONS WORLDWIDE working FOR MORE RESPECT FOR HUMAN AND LIFE IN ALL FORMS!

    Again, do you realize what that means?

    And as Paul Hawken Paul Hawken said in another of his interventions: although they all work for the promotion of the same issues, each organization has different values ​​and goals. Yet they live peacefully and without conflict. Why is that, according to him? Because no ideology, no orthodoxy is behind this movement …

    Personally, I think what it raises is an absolutely vital key. All ideological system inevitably generates divisions, conflicts, wars (think of the damage caused by Marxism, Nazism, capitalism, liberalism and all religions of this world every time, there are millions of deaths caused in name of ideological truth!) …

    AND NOW, WHAT WILL I DO?
    At the end of this email, I could sum up my train of thought by saying:

    I no longer recognize myself in this reality imposed on us as the only possible and acceptable;
    I acknowledge that I have been trapped myself in this belief that there is only one world and if I wanted to live better, I had to flee or to control it;
    there are actually a multitude of parallel worlds that have defined their own laws and their own codes, regardless of the prevailing thought that seeks to colonize our consciousness;
    we are millions of people to share the creators of new values ​​and culture that there are tens of millions of individuals involved in organizations working for the respect of human and alive, but we we feel isolated and marginalized because the dominant speech ignores our values ​​and our actions.
    What my existential crisis caused me to reassess, are the following:

    that we have more energy to spend, at first, to fight against the world of the global elite that came, anyway, in an accelerated destruction process;
    we do not need to create a new world that would carry our values, since this world already exists (and that’s rather good news: just turn off the television set and look around so to see that millions of daily initiatives already taking care of the human and the living – simply, neither the media nor our leaders do speak about it);
    on the contrary we need to recognize each other among ourselves, we need to re-weave bridges, connections of solidarity between us. It is urgent to me after we take care of our need to belong to this world we seek, for we no longer feel alone and helpless;
    it is necessary to unite us more to dream together about what should be done across our villages, in our neighborhoods, our communities, our regions;
    we must commit ourselves to take our destiny in hand, without waiting for our governments to improve our living conditions or recognize what gives meaning to our existence;
    it will be necessary to unite us and to take coordinated action to stop the logic that annihilate the integrity and autonomy of human beings, destroying the balance of ecosystems, which violate the fundamental rights of every living being. We will have to lead his fight with the weapons called truth, transparency, firmness and unconditional respect for life.

    In my next few emails coming, I would like to disclose to you how I would use my experience, my skills and resources to support this process as I feel necessary … I would like to reveal to you the first steps that I would like to work to promote the emergence of such solidarity, sharing and respect.

    But you can imagine that if I speak to you about it, it is because I want to invite you to be co-creator of this world that we deserve … And I regularly invite you to give us your opinion and get involved in this adventure that promises, now as exciting …

    In this spirit, I have invited you to ask yourself the following questions and to share me your answers by clicking this link http://creer-une-meilleure-vie.com/vieconsciente16crise2/#comment:

    What is the world you dream of, Benedicte?
    What are the values ​​you would like to promote and live in this world?
    What contribution would you like to make to make this world real, alive?
    BUT PLEASE, DO NOT RESPOND TO THIS EMAIL BY CLICKING REPLY!
    I have instructed my assistants to stop forwarding me emails that arrive on this email address. THE ONLY PLACE I REMIND YOU TO LEAVE YOUR CONTRIBUTION IS ON MY BLOG BY CLICKING THIS LINK

    I look forward to reading you and inspire me with your answers to continue the conversation with you!

    Sincerely and fraternally …

    Jean-Jacques Crevecoeur

    Founder and Academic Director of Émergences-Formations/ Trainings

  • Claire STELLA
    Publié le 09:14h, 23 septembre Répondre

    « De l’autre côté du désespoir la vie commence ». Jean Paul Sartre.
    Cher Jean Jacques
    Merci de ce courageux, douloureux et réconfortant partage : courageux de dire malgré la douleur du ressentir mais réconfortant d’espérer au-delà des mises à mort de tous les genres devant lesquelles nous nous sentons si impuissants.
    Ce monde pour moi est désespérant et même si j’essaie parfois, je n’arrive pas à comprendre comment il est possible de se comporter comme « ils » le font…
    Pour ma part le monde dans lequel je veux vivre et dans lequel je vis par instant trop éphémère, est fait d’êtres humaines qui en ont plus qu’assez de subir la dictature de l’arène et qui s’ouvrent à la conscience, qui sont tellement assoiffées d’amour qu’elles sourient à la moindre lueur d’empathie, de compréhension, au moindre sourire d’amitié, à la moindre parole qui sort du coeur pour aller droit au coeur. Ce monde là existe, je le vois tous les jours même si le cauchemar est encore trop prégnant. Et quand je vis ces instants d’amour alors je me dis qu’il suffirait de pas grand chose pour qu’il émerge. L’image n’est pas de moi mais je la reprends parce qu’elle me parle : lorsqu’on ouvre les volets le matin pour laisser entrer la lumière, la nuit s’évanouit… c’est la lumière qui gagne.
    Dans une vidéo de la formation « mission de vie » tu parles de la phase de désoeuvrement comme de l’une des phases du processus de transition. Pour ma part, j’ai l’impression d’y être depuis pas mal de temps déjà. Et si je prends plus de recul, je peux dire que ma vie entière est une grande phase de désoeuvrement à l’intérieur de laquelle je vis des mini processus de transition, j’allais dire de transit car après quelques bilans de vie, j’ai vraiment l’impression d’être en transit… Mais quel chemin de solitude aussi aujourd’hui assumé !
    Je me rends compte en te lisant que les intuitions que j’ai pu avoir sur ma mission de vie manquaient de conscience et c’est la raison pour laquelle elles n’ont pas vu le jour. Car il me suffisait d’attendre un peu plus longtemps pour me rendre compte que ces lanternes n’étaient que des vessies. Ca manquait aussi de l’entourage adéquat. Rencontrer les bonnes personnes, être au bon endroit au bon moment, voilà ce que je vis depuis que je suis tes formations. Et j’en profite pour t’adresser un immense merci !
    Cependant grâce à ce désoeuvrement – vécu à un certain niveau – je me suis occupée à développer des compétences qui manquaient à mon âme (une réponse à « qu’est ce que je suis venue faire sur cette terre ») : compétences d’organisation, de capacité à appréhender globalement une situation, une forte intuition, une bonne capacité d’empathie et de ses limites. J’apprends à pratiquer la parole juste et authentique. Là où je passe, l’ordre revient, j’ouvre les volets et la lumière entre. Je suis un catalyseur et les réactions provoquées sont, bien sûr, inattendues pour « eux », toujours justes et souvent fortes. J’ai dû pour cette raison apprendre à les assumer et à me protéger… Je m’applique chaque jour à mettre en oeuvre les nouvelles compétences apprises dans tes formations et celles d’Olivier Clerc.
    Je me sens aujourd’hui de moins en moins seule : aurai-je traversé le désespoir ? Comme tu le dis ce monde est plein (1/3) de gens qui s’éveillent et lorsqu’une être humaine entre dans mon champ de vision, je me réjouis du merveilleux partage que nous avons même s’il ne dure que 5 minutes, 5 minutes d’éternité !
    Une multitude de mondes co-existent sur cette planète, ainsi que tu l’écris. Libres à nous de choisir. Et moi je te le dis, si je croise une vraie lumière à laquelle mes cellules disent oui, alors je sortirais de ma zone neutre. Depuis le temps que je me désoeuvre, je suis prête à mettre mon énergie au service de l’Utile et de l’Efficace.

  • Jean-mi
    Publié le 08:48h, 23 septembre Répondre

    Le monde dont je rêve est respectueux et reconnaît la présence des autres mondes : le monde des elementaux, le monde des entités defuntes, le monde énergétique qui nous entoure et nous constitue…etc
    Un monde qui est consciemment connecté respectueusement aux autres.

  • Yves56
    Publié le 07:27h, 23 septembre Répondre

    Pour un monde de paix interieur / extérieur.
    Nouvelles consciences..
    Plus de lien, moins de bien
    = Sobriété heureuse (Pierre Rabi)
    Temoigner de notre différence
    Vivre debout !

  • jean-marie
    Publié le 07:27h, 23 septembre Répondre

    bonjour jean-jacques

    je reve d’un monde de paix , de liberté , de partage ,sans leader mais soumis à des règles de sagesse.
    Un monde ou tous les hommes seraient solidaires , s’accepteraient les uns les autres sans jugement
    L’amour , le partage , l’entr’aide , l’honneteté , l’écoute sont pour moi des valeurs primordiales.
    Je pense que si nous privilégions une nourriture saine , que nous ne nous laissons pas manipuler par les médias et nous soignons naturellement , c’est déjà une forme de résistance.Nous vivons ma femme et moi en pleine nature et cela fait de nous des privilégiés en fait d’équilibre et de paix intérieure.
    Il faut prendre conscience aussi de tout le positif qui émerge maintenant.
    Je comprends que tu traverses une crise : la terre est en pleine mutation et de ce fait nous aussi nous vivons des trasformations dans tous nos corps.
    à mon avis il faut rester centrés et s’aider les uns les autres ;comme nous sommes tous interconnectés , plus nous serons positifs dans nos actes et dans nos pensées et respectueux des lois cosmiques , plus nous aurons d’impact sur le changement

  • Eric
    Publié le 04:43h, 23 septembre Répondre

    Bonjour,

    Serait-il possible de recevoir la lettre en anglais ?

    Merci

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 14:06h, 23 septembre Répondre

      Bénédicte, une lectrice de ce blog, vient de le faire dans les commentaires (quelques commentaires au-dessus du tien). Bonne lecture et bonne transmission aux anglophones…

  • Sophie
    Publié le 04:02h, 23 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques. Merci pour ce grand discours, pour toutes les vidéos, pour tes pensées qui sont intègres tout comme toi. J’ai toujours plaisir à t’entendre et à te lire
    Je vis à Reims ce qui n’est pas la porte à côté du Canada. Oui cela serait bien des rencontres, une chaîne de gens qui partagent les mêmes pensées
    J’ai 65 ans. Je travaille dans une école de musique en tant que gestionnaire pour encore une année. Après mon temps sera disponible pour rencontrer des gens nouveau projet
    Tu as de la chance de faire ton métier de vivre pleinement tes idées même si des temps de crise je présente. J’aimerais participer à des rencontres si cela est possible au niveau géographique. Dans l’attente des prochains courriers. Avec toute mon amitié. Sophie
    Et encore bravo pour ta communication. Tu es une personne très aimable et agréable à regarder cela fait du bien

  • Marishy
    Publié le 03:33h, 23 septembre Répondre

    Ayant découvert ma surdouance (comme Jean Jaques et la majorité des personnes qui sont connectées dans sa démarche!!) il y a peu, un nouveau monde s’ouvre à moi! Je comprends ce besoin de nature, de vert autour de moi, cette empathie extrême envers les autres, cette bienveillance gratuite et intarissable, cette effervescence cérébrale de chaque instant de jour comme de nuit… je comprends aussi que je ne suis pas bizarre et anormale, juste différente des gens qui veulent nous enfermer dans des cases, nous empêcher de penser pour mieux nous diriger, nous couper de notre corps et de nos sensations. Oh combien je rejoins Jean Jacques!!
    J’ai envie de nous voir, nous les zèbres, HPE, surdoues, surreficients … étant si nombreux, et souvent dans l’ignorance de ce que nous sommes….
    comme des chevaliers blancs qui se doivent de faire rayonner le bien,
    C’est difficile pour les « gens normaux » de comprendre la générosité gratuite!! Mais je salue la démarche de JJC, qui pourrait créer du lien entre tous les petits chevaliers blancs à travers la terre, tous ensemble, nous serons plus fort pour créer notre monde, nos codes et faire bouger les lignes! Je suis in!! Mon rêve serait plus d’entraide entre nous, plus de respect de la nature et des animaux, communiquer sur le fait que des personnes néfastes et profondément mauvaises existent afin de les neutraliser le plus possible et donner des armes aux victimes pour cesser de souffrir, faire le bien autour de moi et de nous.

  • Olfa
    Publié le 03:33h, 23 septembre Répondre

    Bonjour JCC,

    Encore merci pour ce beau partage. Je rejoins totalement toutes les réflexions, remarques et valeurs que tu as mis en exergues dans ton message. Depuis mon plus jeune age, j’ai toujours été traversée et surtout troublée par ces questions puisque j’ai été une marginale toute ma vie. Ce qui n’a pas toujours été facile, mais quelle joie aujourd’hui de découvrir tous mes frères et sœurs humains qui partagent la même vision de Paix, d’Harmonie, d’Equilibre et de Joie. Bien sur, J’ai le projet dans ma « mission de vie » de participer à l »émergence de ce monde de Paix et de Béatitude ( on sait que le travail sera très long et difficile mais il est possible et en vaut la peine). J’ai donc hâte de découvrir la suite de tes propositions. A très bientôt 🙂
    Olfa

  • chrystel
    Publié le 01:35h, 23 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques et bonjour à tous,
    Personnellement je ne me sens plus isolée depuis que j’ai participé à l’AVM 3.
    Je sais que nous sommes nombreux à partager le même rêve et je contribue tous les jours à rendre celui-ci possible en me concentrant sur le positif que je peux apporter au monde.
    J’ai appris, grâce à toi, à me détacher de la pensée unique et je n’ai pas besoin de me battre contre le système, juste à participer à en créer un nouveau.
    C’est ce que je fais au quotidien dans mes interactions avec mes jeunes élèves, mes collègues et toutes les personnes que je côtoie.
    Je transmets les valeurs auxquelles je crois simplement en existant et en montrant par l’exemple qu’un modèle plus humain, plus « féminin », plus juste est possible.
    Je me sens donc très optimiste et te remercie d’avoir partagé avec nous tes préoccupations.
    Soyons tous bien inspirés afin d’aller de plus en plus vers ce qui fait chanter notre coeur.

  • Marie-Christiane-Brigitte
    Publié le 18:18h, 22 septembre Répondre

    Je rêve d’un monde où l’unicité de chacun est accueillie. Où chacun contribue à l’ensemble (la communauté) selon ses possibilités. Un monde où les besoins de tous trouvent satisfaction. Un monde sans clivage. Un monde sans argent. Un monde où les gens sont heureux et non stressés. Un monde où règne la beauté et l’harmonie. Un monde où les gens parlent et agissent à partir de ce qu’ils perçoivent dans leur être connecté au coeur. Un monde d’amour. Un monde où les corps physiques sont sains, équilibrés. Un monde où la vie s’exprime sans limites. Un monde de liberté. Un monde de créativité.

    Les valeurs sont l’accueil, l’ouverture, l’empathie, la solidarité, le vivre ensemble, la bienveillance envers tous les êtres vivants (ça comprend les humains, les animaux, les plantes, la Terre et que sais-je encore du monde invisible?).

    J’apporte déjà à ce monde en chantant, en écoutant mon coeur, en faisant de l’exercice physique, en tricotant pour le plaisir, en donnant des soins énergétiques, en m’impliquant dans un projet de jardin transgénérationnel, en respectant mon rythme de vie, en offrant ma présence à ma famille, aux amis, aux inconnus sur ma route, en participant à des ateliers de croissance personnelle, à des événements de coeur ressembleurs (ex. soirée au tambour), en affirmant mon unicité. Je suis prête à faire encore plus Jean-Jacques. J’ai bien hâte de voir comment je pourrai contribuer à ton projet. je suis avec toi. Ton partage me rejoint. Et moi aussi j’ai laissé tomer le vous pour le tu. On se sent tellement plus près et égal à l’autre.

  • REGINE
    Publié le 18:04h, 22 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,
    Je partage totalement ton point de vue et tes préoccupations.
    Je vais répondre aux trois questions que tu poses mais là je voulais juste t’envoyer ce que dit Ariane bilheran et que je trouve intéressant :
    https://www.youtube.com/watch?v=dWjAvUvhkt4
    Pour moi le développement spirituel, l’alignement sur la source est un élément de force, d’énergie, un repère indispensable pour oeuvrer dans ce monde déboussolé et intrusif. (je cherche à acquérir le clair ressenti, enseignement de Yann Lipnick)
    A bientôt

    • Florence
      Publié le 05:48h, 25 septembre Répondre

      Merci Régine, j’ai visualisé avec grand intérêt cette vidéo d’Ariane. Ce qu’elle évoque est essentiel et répond en grande partie aux questions de Jean Jacques. Etant amplement d’accord avec sa vision, j’invite à beaucoup de discernement et à la discrétion dans les actions et propositions, sans oublier la concision. Restons modestes et prenons garde à ne pas alimenter notre mental et à engendrer nous même ce que nous souhaitons éviter.
      Avec tout mon cœur. Florence

  • Alys
    Publié le 16:27h, 22 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Je suis tellement heureuse de ta démarche !! C’est déjà une partie de mon rêve qui se réalise 🙂 ….
    j’ai souvent rêvé ou réfléchi à comment faire pour nous aussi se fédérer….mais la tâche pour moi était trop grande…..
    Je rêve que le respect et l’authenticité de notre nature profonde soient les moteurs de nos pensées et de nos actions, que l’on se reconnecte a notre coeur, que l’on apprenne à reconnaître nos talents et capacités afin d’évoluer personnellement d’abord, pour les partager ensuite, que l’on évolue en Harmonie avec Dame-Nature pour un monde durable, où l’on pourra profiter de ce cadeau merveilleux qu’est la vie.
    Je vis au mieux possible au quotidien dans ce sens, dans une région de France où nous sommes beaucoup à penser et agir comme toi et moi, mais où nous sommes inévitablement coincés dans certains rouages du système imposé et dans certains fonctionnements intégrés malgré nous….alors je travaille sans cesse pour me défaire de ce qui n’est pas bon pour moi, et de créer ce qui l’es…..je ne me suis jamais laissée endormir -plus de télé ni d’infos depuis 15 ans- et j’éduque mes enfants à cette autre façon de voir le monde que tu décris si bien, dans laquelle je me retrouve complètement…..mes enfants sont déjà hyper conscients et se posent déjà d’autres questions mais je suis, malgré toute ma bonne volonté, très souvent inquiète pour leur avenir….
    Je suis 100% partante si je peux apporter ma contribution pour que les choses avancent plus vite d’un point de vue planétaire ! !…
    Assez perdu de temps et d’énergie ! ! Merci et à bientôt 🙂
    Amour et Respect
    Alys

  • siriafrik
    Publié le 16:10h, 22 septembre Répondre

    Bonjour,
    J’ai l’impression que mon message n’est pas passé. Je ne comprends pas.

  • Agnès
    Publié le 14:50h, 22 septembre Répondre

    je rêve d’un monde où chaqun pourrait avoir accès à ses compétences ,qu’il puisse comprendre ce qu’il fait,ce que les autres font.;

    Les valeurs que je voudrais promouvoir sont le non jugement ,la bienveillance,la gratitude ,l’émerveillement.

    La contribution que je peux apporter c’est de commencer par vivre ces valeurs

  • Loetitia
    Publié le 14:41h, 22 septembre Répondre

    • Quel est le monde dont tu rêves, Loetitia ?
    Un monde où l’équanimité puisse être la base sur laquelle nous reposons pour exister les uns avec les autres, et quand je parle des uns et des autres, j’englobe tout le vivant, car il n’y a pas un seul être vivant qui ne souhaite échapper à la souffrance et qui n’aspire à être heureux.
    Où la bienveillance en soit le souffle.
    • Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?
    Je ne peux promouvoir quoi que ce soit car malheureusement je suis « cuite », toute l’Energie que j’avais s’est consumée.
    • Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?
    Aucune malheureusement, je suis épuisée. Mais je peux aider du moment où l’on ne me demande pas de tâches intellectuelles ni relationnelles.
    Merci pour ce que tu fais et pour toutes les personnes qui peuvent contribuer à un monde meilleur dans le sens que tu as dit biensur !

  • Harry
    Publié le 13:58h, 22 septembre Répondre

    En Belgique il existe déjà http://www.creatifsculturels.be/

    Pourquoi ne pas le rejoindre et le renforcer ?

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 15:27h, 22 septembre Répondre

      Je connais depuis trente ans celui qui est à la base du mouvement belge (Vincent Commenne) et nous nous sommes parlé il y a quelques mois… Bien sûr que je serai en contact avec eux.

  • Pascale
    Publié le 13:35h, 22 septembre Répondre

    La valeur essentielle pour moi est le RESPECT. Si nous respectons l’autre dans ses différences, ses convictions politiques et religieuses, sa manière d’être etc, il n’y aura plus de conflit ou de guerre. Si nous respectons la nature, elle pourvoira aux besoins de toute l’humanité partout sur la terre. Si nous respectons notre parole et nos engagements, si nous respectons la valeur de notre travail et celle du travail d’autrui, tout le monde recevra sa juste rétribution. Bref : RESPECT

  • Eloj
    Publié le 12:59h, 22 septembre Répondre

    A nous, Jean-Jacques,

    Tu écoutes les battements de ton cœur, forts, sourds, lents, vifs, légers, profonds, inaudibles.
    Tu sens les odeurs puissantes de l’être humain, celles de son environnement, de la Nature, de l’espace tout autour de toi.
    Tu goûtes avec tes mots, avec ton regard, avec ton corps, ce que la vie te propose.
    Tu as ce talent de percevoir les battements du monde, de les mettre en mots et nous les faire entendre.

    Nous sommes effectivement plus qu’on ne l’imagine, à vibrer, à sourdre comme l’eau sortant des profondeur, le désir, pas toujours conscient, de défendre égoïstement notre bien le plus précieux, la Terre, notre matrice.

    Mais on ne sait pas quoi ‘faire’ ! pas quoi être !

    Le temps du mental, puissant, bruyant, fait place au temps du retour à soi, à nos racines, à notre source, mais d’une façon plus concrète, plus quotidienne, plus unifiée. Nous avons besoin de reconstituer notre mycélium d’humanité pour retrouver une ‘communication moléculaire constante avec notre environnement’. Tu as ce talent de fédérer, de réunir dans cette compréhension, une multitude jusqu’alors isolée et qui s’ignorait parfois. Quelque chose est en train d’émerger.

    Il t’a fallu des semaines pour poser en mots ce qui t’anime aujourd’hui et nous le faire entendre. Je ne peux que t’encourager à ouvrir plus grand cette porte que tu découvres. Ainsi tu nous autorises à ouvrir les nôtres. La même au fond. Merci Jean-Jacques, merci nous.

  • Béatrice
    Publié le 12:46h, 22 septembre Répondre

    En participant, l’an dernier’ à la formation SEVE (savoir être et vivre ensemble ) de F. Lenoir (formation pour animer des ateliers philo et pratique de l’attention avec des enfants), j’ai pu mesurer combien étaient nombreux, jeunes et porteurs de nouvelles valeurs les autres participants à la formation. = rès porteur pour ne pas se sentir seul ( % à la culture ambiante).
    J’y vois un réel « mouvement », une preuve que « plus grand que nous » œuvre à travers nous (cfr mon changement de regard grâce à toi et à l’AVM!à
    Beaucoup avaient participés aux journées « émergence » organisées à Bruxelles (auxquelles je n’ai pas participé), avec des conférences de personnes inspirantes telles que I. Kotsou, F . Lenoir, C. Gueguen, P. Rabhi, T. Janssen, M. Ricard…

    – Je rêve d’un monde de bienveillance et de respect, respect de l’humain et de la Vie, avec un grand V. Un monde de générosité et de partage. Un monde de paix, d’accueil de l’autre et de sa différence. Un monde où l’enfant soit considéré comme une personne à part entière, respecté pour ce qu’il est, un mystère (mystère étant synonyme de sacré). Un monde à la mesure de la beauté qui nous est donnée. Je me sens blessée par la violence (notamment celle faite aux êtres sans défense), par le non respect du caractère sacré de l’être humain, par le mensonge, par l’orgueil démesuré, par la chasse au pouvoir et à à l’argent.
    – Je veux promouvoir des valeurs telles que la bienveillance, le respect, le partage…
    – Ma contribution = « ouvrir à l’essentiel », même si je ne sais pas encore bien préciser les contours de cette contribution. = de l’ordre du transmettre. Actuellement, j’anime ou co-anime des ateliers (ateliers mandalas et ateliers d’éveil à soi qui se présentent comme un « cheminement »). J’ai un projet de livres pour qui veut animer des ateliers mandala avec des enfants ou des adultes. Je rêve aussi d’un livre pour enfant plein de couleurs et de « toucher » pour ouvrir à à l’essentiel. J’espère rayonner toujours plus pour pour que à travers moi des personnes que je croisent puissent être aidées par « plus grand que moi ».

    – Ton courriel s’étant retrouver dans mes mails indésirables, peut-être serait-il judicieux de rappeler de mettre dans ses contacts l’adresse support@emergences.net

    – remarque : les ateliers philo sont conçus pour comme une co-création de pensée. Je suis persuadée que face aux grands défis auxquels l’humain sera confronté, les réponses collectives seront plus puissantes que les réponses individuelles. Cfr un documentaire sur l’intelligence collective des animaux avec beaucoup d’exemple : les bancs de poissons pour échapper aux prédateurs, les pingouins (si mes souvenirs sont bons, ou un autre animal polaire) formant un cercle serré où chaque individu passe régulièrement de la périphérie au centre, pour maintenir sa chaleur…

  • Sandra
    Publié le 12:16h, 22 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques, j’aime beaucoup cette réflexion critique concernant l’idée de « village global » et la proposition de ne pas se reconnaître dans ce présupposé des temps actuels. Spontanément j’avais adopté cette attitude, mais par une préférence que je n’arrivais pas bien à argumenter, ce qu’on m’incitait à faire dans le contexte universitaire, chez les anthropologues, qui pourtant devrait être les adeptes de la science qui permet de penser les distinctions entre le global et le local. Je me trouvais minoritaire, alors que d’après ce que tu dis, le nombre de ceux qui abordent le « village global » par opposition, sont quand même aux environs de 30%. Avec beaucoup de frustration j »ai donc posé les plaques, cessé de prétendre arriver à terminer une thèse de doctorat. Je me suis aussi posée beaucoup de questions concernant les mésententes, sur les idées générales pouvant mériter d’être reconnues comme valables en sciences humaines. A la fin je reviens aux bases de ma pensée, puisque comme toi j’ai pu faire des études supérieures en philosophie. Je suis en train d’évaluer positivement la pertinence de la phénoménologie comme moyen de reconnaître dans le monde quelle est la réalité qui mérite d’être pensée comme fondamentale. La phénoménologie part du sujet, elle lui permet de placer sa sensibilité au niveau élémentaire de l’appréciation des choses. On peut l’utiliser aussi pour penser les états émotionnels internes si on la panache avec les approches centrées sur le développement ou la croissance personnelle, il me semble. Qu’en penses-tu?

  • Béatrice
    Publié le 11:54h, 22 septembre Répondre

    Frustrée. Comme pour le premier mail, je prends le temps de répondre. Et quand je soumets la réponse, je reçois un mail me disant que le temps de validité est dépassé…

  • Monique Gauthier
    Publié le 11:04h, 22 septembre Répondre

    Bonjour!
    Mon texte (brouillon) s’est envolé alors que j’étais à l’écrire mais comme il contenait l’essentiel de ce que je voulais dire, je n’y ajouterai rien. En fait, j’aurais plutôt abrégé.
    SVP me dire si vous l’avez reçu.

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 15:26h, 22 septembre Répondre

      J’ai reçu un seul commentaire, sous mon premier courriel le 20 septembre à 10h du matin (heure du Québec). Je n’ai rien reçu concernant le deuxième courriel… Je vais demander à mon webmaster d’enlever cette fonction qui limite le temps alloué pour écrire un commentaire… Je n’ai jamais voulu cela.

  • charles
    Publié le 09:47h, 22 septembre Répondre

    Bonjour
    comme il et rare pour moi de pouvoir donner mon avis ,je ne sais pas vraiment quoi répondre au questions En temps que humain sur la route pour un mieux être personnel,je vais parler en temps que client..Moi pour me soigner de la tété au pied, je profite des compétences des autres ,de l ostéopathe, du psy,du médecin, du reiki, de vos vidéos de l’un de vos livres.,de mes pratique chigong et de quelque autres choses ..,cela suivant mes besoins du moment.Car quant on est en difficulté avoir des « spécialises » qui aide le corps physique, l’esprit, l’âme à retrouver ou à trouver la route, je trouve cela très bien..Alors pour un monde utopique je dirais que j aimerai trouver sur cette terre des centres pluri-disciplinaire ,que j aimerais appeler : »LES VEILLEURS D ÂMES » .Une sorte de centre ou les gens suivraient un chemin dans différente disciplines .Celle ci seraient dans l’ordre permettant au corps, physique ,puis énergétique ,psychique puis mentale de récupéré de la mobilité. Sur une journée déjà .Les « éveille é s )car ils y en a. Ils auraient la même étique bienveillante et non pas que pécuniaire d aider les gens .Ils seraient capable de passer leur client si ils ne pouvaient ou ne se sentaient pas capable de les aider .Ces centres pourraient exister partout sur notre planète avec le même mode de fonctionnement .Pour les trouver ?? avoir envie et ou besoin d’eû ??
    Car même si l on ne peux guérir que soie même ,avoir du soutient n est pas négligeable.Mais comme dans toutes disciplines ,et même si ils sont rares ils y a toujours des gens que seul l’argent intéresse ;Donc l avantage de ces centres seraient que les praticien soient choisis par des « sages » , testés dans leur pratique et cetera……Ma participation ?? les quelque ligne au dessus … puis mon module de massage AMMA…. pour le reste c’est à y réfléchir

  • Ginette MENANT
    Publié le 09:21h, 22 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Que ton courriel fait du bien ! Comme beaucoup de personnes ayant envoyé un commentaire, je te suis depuis longtemps : tes livres, tes conférences en France, tes vidéos. Tout ce que tu partages m’a aidé au fil du temps. Je ne suis pas étonnée de ta démarche, puisque comme tu l’écris nous sommes nombreux (quelle joie de le découvrir) à nous poser toutes ces questions sur le monde actuel, celui dont nous ne voulons plus.
    Alors pour répondre à tes questions, le monde dont je rêve est un monde où chacun trouve sa place, où l’amour est une priorité, où l’entraide est tout simplement naturelle, où chaque être vivant est respecté… Il y a tant de valeurs essentielles !
    Quant à ma contribution, je ne sais pas encore. Quelque chose en relation avec la nature, notre planète, m’engager pour qu’elle soit protégée,
    A très vite de te lire.
    Ginette

  • Rosine
    Publié le 08:39h, 22 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Mon mari et moi avons lu tes lettres et adhérons à tous points de vue.

    Pour répondre aux questions, notre rêve est un monde de bienveillance, de solidarité, de respect pour tous les êtres vivants. Nos valeurs sont la bienveillance, le respect, la solidarité entre les êtres.

    Nous aimerions participer à cet autre monde et sommes contents de ne pas être seuls.

    Si tu as besoin d’engager des personnes en Belgique, nous sommes partants.

    En attendant ta réponse se et la lettre suivante, nous te souhaitons un merveilleux week-end.

    Rosine et Michel

  • Emmanuelle
    Publié le 08:07h, 22 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    je me permets de vous tutoyer aussi ( il y a longtemps que je lis et regarde ce que tu postes). C’est comme si tu étais une personne familière.
    Ceux qui te comparent à un gourou se mettent peut-être à ta place et je veux rester à la mienne. Je me sens libre de répondre ou non à ta demande.
    Ces questions me parlent . Je me sens assez conditionnée, pourtant je rêve d’un monde où la bienveillance, l’entraide , le partage, le soutien seraient si naturels qu’il ne serait pas la peine de les mentionner. Je rêve d’un monde où nous nous sentirions unis à chaque individu, chaque animal et à la planète.
    Parler de ma contribution me gène et mettrai mon égo à l’honneur . Mais se sentir faire partie d ‘un monde en évolution m’encourage.
    J’essaye par des actes quotidiens vivre les valeurs dont je parle.
    J’aime penser à la suite de cette aventure.
    Cordialement,
    Emmanuelle

  • Luis
    Publié le 06:56h, 22 septembre Répondre

    Jean-Jacques

    J’ai ton age, 57 ans et j’habite en Saône et Loire, proche de ton ami Olivier
    j’ai expérimenté des tas de concepts, toujours plus prometteurs, les uns par rapport aux autres…

    MAIS TOUS étaient construits sur « LE FRIC ».

    Toujours à user et affaiblir l’humanité…

    Je rêve d’un monde sans guerre…
    je rêve de l’abondance pour tous…
    je rêve de liberté dans mes choix…
    je rêve de partager, mes connaissances…

    les valeurs qui m’anime, la Dignité, le Respect, la Tolérance, le Partage, l’Entraide, la Sollicitude, la réalisation…

    Mon projet : Planter des arbres fruitiers 1500 en Saône et Loire, créer l’abondance, créer un lieu de partages et de vies…

  • raf
    Publié le 06:27h, 22 septembre Répondre

    Je rêve de ce monde :
    une communauté simple et heureuse, connectée matériellement (économiquement), émotionnellement et spirituellement, chacun avec ses spécificités, dans l’acceptation commune. Qui vit dans un « village naturel », des arbres, des ateliers de fabrication, des cultures, de la création artistique, technique et scientifique. De l’entraide, du partage, un objectif de répondre aux besoins et pas de s’enrichir. juste de s’accomplir librement, d’expérimenter.
    Ce que j’ai déjà construit c’est un potager permaculture, mais chez qqun car je n’avais pas les moyens. Désormais je vais déménager et le faire chez moi, pour créer une communauté d’expérimentation de création de ce ptit monde auquel j’aspire, en Dordogne. Nouveau départ dans trois mois ! Votre réveil vient à point…il m’inspire

  • Adrien
    Publié le 05:33h, 22 septembre Répondre

    Synchronicité : j’ai vu passer ceci hier. Ca rejoint, je crois, ton propos.
    https://www.youtube.com/watch?v=H4wjc4FHpNY

  • Christian Boily
    Publié le 05:10h, 22 septembre Répondre

    Allo Jean-Jacques,

    « Je Suis » sur la même longueur d’onde en Soi que toi 🙂

    Je Rêve du « Retour de la Vraie Vie » « Amour » en Soi pour soi et autour de soi 🙂

    « Je Suis » à Partager comment Vivre une Vie Vivifiante Pleine de Sens à chaque « Instant Présent » via le Satori (la Paix Parfaite Inébranlable en Soi qui la crée autour de soi) 🙂

    Ma contribution est d’Exprimer mon Essence à chaque « Instant Présent » dans ce que le « Retour de la Vraie Vie » « Amour » m »Offre comme Opportunité à chaque « Instant Présent »…. J’Utilise mes Dons et Talents en Complémentarité avec des Êtres de Lumière comme toi en Soi. 🙂

    Chroustillant

  • martine Lefranc
    Publié le 04:26h, 22 septembre Répondre

    Je réponds maintenant à ton coming out spirituel , Jean-Jacques . J’ai pris connaissance de tes 2 courriers en meme temps ….Le monde dont je reves est celui que je tente de créer chaque jour ; je peux m’en approcher car ,étant retraitée , je ne suis plus plongée dans des relations sociales .Et pourtant , je suis en contact quotidiennement avec mes semblables car je suis dans les forets entourant mon village 2 à 4 h par jour , grace au chien qui m’accompagne . Prendre soin de l ‘Autre , inconnu ou familier , échanger , écouter , transmettre son ressenti , favoriser la confiance de celui qui partage ce court moment parfois renouvele’; Jai enseigné pendant 40 ans dans un collège ou j’ai appris l’importance de la Communication du Coeur qui peut commencer par le regard . Les enfants , les adolescents sont encore vivants;;;;;C’est facile à leur contact d’apprendre à lacher le mental…..1ère cléf pour un monde différent!!! Ma contribution ? Je vais y réfléchir………Je suis prete à. m’investir .J’étais encore active il y a 3 ans en accompagnant des femmes en difficultés puis j’ai vécu une Crise , moi aussi ….. Bien sincèrement Merci

  • Chris
    Publié le 03:24h, 22 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques et toute l’équipe,
    Merci pour ces propos qui viennent faire écho à mon propre état de crise. Je ne me reconnais plus non plus dans ce monde et j’avoue que je ne sais plus par quel bout prendre les choses. Le ressenti d’une certaine impuissance et l’envie de repli
    J’habite Sète où j’ai exercé comme coach développement personnel et professionnel pendant 27 ans. Et puis j’ai cessé mon activité il y a 2 ans pour faire un point sur ce qui m’animait, ce à quoi je croyais..encore..Et un peu comme une princesse désenchantée,, j’ai réalisé que j’avais de plus en plus de mal à croire à ce monde et de fait, à accompagner vers…
    Aujourd’hui, j’ai une très forte envie de contribuer pour un monde qui coule de source…
    Un jour, en formation communication, on m’avait raconté cette histoire des chauds doudous et des froids piquants. Les chauds doudous donnaient sans peur d’être dépossédés puisque leurs sacs se remplissaient au fur et à mesure. Alors que les froids piquants non seulement étaient dans un esprit de rétention, de peurs de manquer mais en plus, avaient l’objectif de manipuler et pervertir les chauds doudous en leur communiquant leurs peurs. Ce qu’ils avaient commencé à réussir..jusque..ce qu’un chauds doudous réalisent qu’avant les peurs, ils donnaient sans se soucier de manquer puisque le sac se remplissait. Et ce vaillant à force de travail, réussit par convictions profondes, à rallier les chauds doudous devenus froids piquants afin qu’ils reviennent à leurs principes de bases
    Quel est le monde dont tu rêves, ? Je prendrais la métaphore de l’éponge scratch. Le monde dont je rêve est celui du côté de l’éponge et non celui du scratch. Ce monde est dur et je ressens au fond de moi qu’il pourrait être si doux.
    Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ? SIMPLICITé, Respect de soi et de l’autre. qui s’applique pour les relations humaines en direct mais aussi dans le cadre de la nature détruite par ces lobbys qui piétinent toute l’humanité sur son passage. Sur ces monts de mensonges permanents qui s’élèvent de façon vertigineuse, obstruant dangereusement l’horizon. De toute cette partie de population, endoctrinée par le monde de la consommation  » dégueu » qui empoisonne. De ces industries qui surfent sur le faux bio etc..etc..
    Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ? De ma place, j’ai modifié mes achats, mon alimentation, mes habitudes de vie etc..me disant que nous avons un POUVOIR énorme que nous n’utilisons pas. Encore une fois, de ma place, je fais ce que je pense et dit autant que je le peux. Alors mon désir profond est de contribuer à cette réhabilitation d’un monde où il ne sera plus question de cracher sur cette nature qui offre tout et qui doit se battre pour survivre. Comment…Individuellement et comme aujourd’hui, en participant à ce questionnaire pour avancer. 7

  • Chris
    Publié le 03:23h, 22 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques et toute l’équipe,
    Merci pour ces propos qui viennent faire écho à mon propre état de crise. Je ne me reconnais plus non plus dans ce monde et j’avoue que je ne sais plus par quel bout prendre les choses. Le ressenti d’une certaine impuissance et l’envie de repli
    J’habite Sète où j’ai exercé comme coach développement personnel et professionnel pendant 27 ans. Et puis j’ai cessé mon activité il y a 2 ans pour faire un point sur ce qui m’animait, ce à quoi je croyais..encore..Et un peu comme une princesse désenchantée,, j’ai réalisé que j’avais de plus en plus de mal à croire à ce monde et de fait, à accompagner vers…
    Aujourd’hui, j’ai une très forte envie de contribuer pour un monde qui coule de source…
    Un jour, en formation communication, on m’avait raconté cette histoire des chauds doudous et des froids piquants. Les chauds doudous donnaient sans peur d’être dépossédés puisque leurs sacs se remplissaient au fur et à mesure. Alors que les froids piquants non seulement étaient dans un esprit de rétention, de peurs de manquer mais en plus, avaient l’objectif de manipuler et pervertir les chauds doudous en leur communiquant leurs peurs. Ce qu’ils avaient commencé à réussir..jusque..ce qu’un chauds doudous réalisent qu’avant les peurs, ils donnaient sans se soucier de manquer puisque le sac se remplissait. Et ce vaillant à force de travail, réussit par convictions profondes, à rallier les chauds doudous devenus froids piquants afin qu’ils reviennent à leurs principes de bases
    Quel est le monde dont tu rêves, ? Je prendrais la métaphore de l’éponge scratch. Le monde dont je rêve est celui du côté de l’éponge et non celui du scratch. Ce monde est dur et je ressens au fond de moi qu’il pourrait être si doux.
    Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ? SIMPLICITé, Respect de soi et de l’autre. qui s’applique pour les relations humaines en direct mais aussi dans le cadre de la nature détruite par ces lobbys qui piétinent toute l’humanité sur son passage. Sur ces monts de mensonges permanents qui s’élèvent de façon vertigineuse, obstruant dangereusement l’horizon. De toute cette partie de population, endoctrinée par le monde de la consommation  » dégueu » qui empoisonne. De ces industries qui surfent sur le faux bio etc..etc..
    Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ? De ma place, j’ai modifié mes achats, mon alimentation, mes habitudes de vie etc..me disant que nous avons un POUVOIR énorme que nous n’utilisons pas. Encore une fois, de ma place, je fais ce que je pense et dit autant que je le peux. Alors mon désir profond est de contribuer à cette réhabilitation d’un monde où il ne sera plus question de cracher sur cette nature qui offre tout et qui doit se battre pour survivre. Comment? .Individuellement déjà et comme aujourd’hui, en participant à ce questionnaire pour ne pas lâcher ce que nous appelons dans les jours de désespoirs face à ce monde global, une utopie. .MERCI à VOUS.

  • Monique
    Publié le 01:39h, 22 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Je rêve depuis très longtemps d’un monde de solidarité, de partage et de respect de toutes formes de vie.
    Et je fais de mon mieux pour y contribuer au quotidien de différentes façons.
    Meilleures pensées à tous !

  • Nicebea06
    Publié le 01:20h, 22 septembre Répondre

    La lecture de ce texte arrive dans ma vie à un moment où je suis moi aussi en pleine “crise existentielle”, taraudée par les mêmes préoccupations que vous : la destruction de notre terre par la pollution, l’égoisme régnant, le machisme généralisé, la politique servant des intérêts particuliers au mépris de l’intérêt général, etc comme vous le dites, on se sent bien seul et tout petit… on se replié sur soi, on ne fait pas le poids, La bataille semble perdue d’avance. Vos propos laissent entendre que nous pourrions nous rassembler et agir car nous serions nombreux à ne pas vouloir du monde qu’on nous impose comme le seul possible. J’attends donc la suite de votre proposition… une lueur d’espoir s’est allumée!

  • zamiar
    Publié le 23:24h, 21 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,
    je suis heureux de notre rencontre.
    – un monde d’amour et de beauté.
    – courage, sincérité, santé, bienveillance, partage.
    je ne sais pas , j’y réfléchi. Merci de m’avoir posé la question.
    Bien à toi
    Jean Pierre

  • MClaire
    Publié le 19:44h, 21 septembre Répondre

    Bravo Jean-Jacques pour le courage de ce cheminement.
    Je me permets également de te tutoyer car nous nous connaissons depuis un stage organisé à Metz….
    Je crois réellement à l’èmergence de ce nouveau monde qui est déjà bien en route au travers de nombreux groupes constitués.
    Rassembler un grand nombre de ces groupes est une tâche immense, pour la réussir il est important de se laisser guider par notre connexion à plus grand que nous…. nous devenons ainsi co-créateur et le chemin nous sera indiqué pas à pas.
    J’écoute quelle contribution pourrait être la mienne dans cette démarche.
    En tous les cas je t’envourage à poursuivre dans cette voie.
    MClaire

  • Chrisitan
    Publié le 17:19h, 21 septembre Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques …il est tard pas eu le temps de lire tous les commentaires…la gageure de créer cette nouvelle communauté avec ces valeurs de la fondation du monde est un peu faussée pour moi…Je suis en effet un « croyant  » à travers Jésus-Le-Christ , e dis un croyant pas un « chrétien » forcément car depuis longtemps le christianisme s’appuie sur le concept de ce village global et est de plus en plus son reflet à bien des égards selon moi….Du coup, j’ai cru reconnaitre les promesses et les aspirations de Christ dans la vision de cette société de paix, d’altruisme, de respecte des oies de l’autre que tu décris mais aussi le respect de la création, humaine, animale, végétale….voilà pour l’attente et le rêve
    Je reçois ta démarche comme je reçois l’invitation de Christ de rendre témoignage de ce monde ou chacun disposera de sa vigne, de son figuier et de sa ruche (ce sont des images) que l’on pourrait associer aux valeurs.
    Pour ce qui est de la contribution, c’est sans doute par le regard que ‘aie sur moi m^me, dans mon mode de vie, de pensée, d’actions….Mais qui est qui est curieux , malgré ma relation avec Christ, j’ai eu besoin d’une personne comme toi ou Martin Latulippe sur un autre registre pour équilibrer ma vie (j’ai encore du boulot)…Mais il y a cette parole de Christ « quand vous avez visité en prison, quand vous avez tendu la main, partagé du pain, donné un verre d’eau au plus petit dans ce monde , c’est à Moi que vous aurez fait fait tout cela….Alors peut-être bien que Christ est accoucheur à Québec dans une incarnation et aussi formateur aux technologies nouvelles dans une autre incarnation d’a peu près la m^me génération….Je t’accompagne dans cette aventure.

  • geraldine
    Publié le 17:01h, 21 septembre Répondre

    Geraldine
    bonsoir,Jean-Jacques! beaucoup d’appreciation pour ce courriel;comme beaucoup,je souffre de ce monde,d’égoîsme,d’apparence,d’illusion,je rêve d’une vraie fraternité où chaque varièté d’humains seraient une joie à fréquenter,où le désir de toutes choses vivantes soit enfin rassasié;où la crainte de la maladie et de la mort soit bannie!mais j’ai peur que ce rêve ne soit qu’un rêve !une utopie!car la mort,insidieuse nous guette tous!en effet nos vies sont bien courtes et notre espèrance toujours inachevée! je lirai avec attention vos prochains courriers!

  • mauricette
    Publié le 16:54h, 21 septembre Répondre

    Bonsoir Jean Jacques

    Je n’ai pas su envoyer ma première contribution directement sur le blog, peut être pas par hasard : vous avez été rasséréné par les nombreux témoignages, mais je souhaite que ma contribution mette au travail la dite « crise », plutôt que de rejoindre la cohorte des groupi(e)s.
    Lorsque j’ai demandé à mon mari pourquoi il n’avait pas continué avec vous, après avoir lu et regardé vos œuvres, il m’a répondu qu’il avait trouvé que vous vous preniez trop pour un « gourou », au sens d’un maître qui pense qu’il sait ce qui serait bien pour tous. Je vous ai indiqué précédemment combien j’avais trouvé « prétentieux » que vous vous proposiez comme identification, n’ayant besoin de rien et personne pour aller bien. Et on ne peut pas être « autonome, libre, en équilibre », tel que vous le proposiez, vous en faites maintenant la démonstration. Peut être vaut il mieux savoir de quoi, de qui et comment on est dépendant, des personnes comme des objets, ou des situations répétitives.
    De quoi sommes nous porteurs, que faisons nous sur terre ? Avec la psychanalyse et Lacan, je dirai que c’est un « désir inconscient » qui nous fait avancer, et au mieux, sortir de ce que les bouddhistes appellent la « passion de l’ignorance », un désir singulier, qui ne peut pas être attrapé dans une généralisation, qui ne peut donc en aucun cas être un objet de formation. Seule une relation transférentielle, en présence des corps physiques, peut amener à une émergence de ce que Freud a appelé « les formations de l’inconscient », et qui étaient déjà utilisés dans les temples antiques. Là surgit la surprise, l’encore insu, ce qui n’était pas encore réalisé.
    Et alors, qu’est ce que la « réalité » ? Et bien, il y a autant de réalités que d’individus sur terre ! À chacun sa petite réalité, son « fantasme », tout cela va tenter de cohabiter sur une même planète : tous différents, sur un même bateau. Dur travail, dont personne ne connaît l’issue, mais qu’importe, n’y mettons pas d’imaginaire !
    Des rêves, oui, ceux qu’amène l’inconscient, mais pour le reste ? De l’amour, toujours, mais c’est là qu’il vaut mieux regarder ce qui se passe dans le monde : pas d’amour sans haine, y compris à l’intérieur de soi. Oui, les médias nous donnent l’occasion de repérer où on en est de nos peurs, peur finale de ce qui nous arrivera tous, à savoir la grande faucheuse, et toutes les angoisses qu’elle entraîne, et je n’en suis bien sur pas plus vaccinée que les autres. N’est ce pas cette angoisse que nous portons tous en nous dont il s’agit de s’occuper ?
    La spécificité de l’être humain, c’est cette « greffe du langage », qui fait que nous sommes souvent chez Babel, dans une incompréhension radicale : chacun met un sens à ce qu’il dit, mais le récepteur n’est pas forcément « sur la même longueur d’onde ». Ainsi, quelqu’un vous a fait remarquer votre usage particulier de nous dire « te partager » : je n’ai pas la clé de la position qui vous fait vous exprimer de nouveau avec ce tic de angage, vous nous mettez là à une certaine sauce ?? Allez vous changer de « réalité » quant à ce que vous attendez des autres. Y a t il vraiment quelque chose à en attendre, c’est alors les mettre à quelle place ? Quid alors de la rencontre que nous avons tous à faire avec la grande solitude, celle qui a présidé à notre arrivée au monde, et qui nous attend encore à la fin de cette vie ?
    En lisant certains de vos interlocuteurs, comme Mikou, je pense qu’il n’y a pas besoin d’organisation supplémentaire, et je reprendrai la parole déjà citée de Gandhi : « soyez le changement que vous voulez voir dans le monde », l’écoute de la souffrance psychique et la transformation des pulsions en créativité est pour moi l’occasion d’aller à la rencontre des questionnements et angoisses que ça ne manque pas de susciter en moi, pour continuer à cheminer, à me détacher des fantasmes, idéaux et autres croyances.
    Pour la psychanalyse, la guérison est de surcroît, c’est une allégation qui a souvent été mal comprise, mais je rejoins un autre interlocuteur, il me semble aussi être sur terre pour « apprendre », au sens d’en savoir plus sur son propre inconscient, et là où il vous mène… et ce n’est pas forcément vers le bonheur ! Et ce soir le mien m’a conduite à de l’improbable : continuer à vous écrire, alors justement que ça n’est en aucun cas un dialogue.
    Bonne continuation à la rencontre de ce qui est resté « non réalisé » en vous

    Mauricette

  • Charles
    Publié le 16:25h, 21 septembre Répondre

    En fait, il n’y a qu’un seul problème en ce monde : la souffrance, qui semble avoir été inventée par l’homme et dont il essaie de s’extraire, si maladroitement qu’il en crée toujours plus. Stupide intelligence…

  • benoitb
    Publié le 15:28h, 21 septembre Répondre
  • Cadé
    Publié le 15:07h, 21 septembre Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques,

    Ca fait un bien fou de te lire et de lire ici tous ces témoignages et ces idées qui germent et se transmettent d’une personne à une autre. Un grand merci pour ça !

    C’est en effet difficile de s’accorder dans notre petit entourage avec des personnes qui partagent les mêmes valeurs.
    Mes Amis, je les connais via Internet. Cette magnifique toile sans limite qui peut créer des liens forts entre des personnes des 4 coins du globe. Ce qui est génial, c’est de ne pas se sentir jugé, d’avoir les mêmes valeurs mais aussi de faire découvrir de nouvelles voies inexplorées, de vouloir évoluer ensemble et de s’aider mutuellement. Parfois on ne se parlent pas pendant des mois puis on reprend de plus belle pour suivre nos évolutions personnelles et avancer d’un pas de plus dans notre quête du bien être et de l’évolution personnelle.

    Des amitiés en or…. ça, c’est inestimable !

    Le virtuel est une chose formidable pour peu qu’on n’y passe pas tout son temps. Si on pouvait sur une appli savoir qui est proche de nous pour pouvoir se rencontrer et discuter en live lors de soirées, WE,.. Ce serait juste génial (un peu sur la base du site « on va sortir » mais là se serait pour échanger sur des sujets qui nous parlent, nous permettent de faire avancer les choses qui nous tiennent à cœur, partager des connaissances etc.

    Dans la vie de tous les jours, je t’avoue que c’est pour moi difficile de parler de spiritualité, d’égo, d’énergie, de reiki, même tout simplement de méditation… ça ne vient pas dans les conversations de tous les jours dans mon travail, dans mon voisinage, mes fréquentations…

    Alors oui, nous sommes des millions. Mais des millions à nous cacher ?
    J’ai parfois l’impression de n’être pas à ma place ou pas à la bonne époque ^^.

    Le monde dont je rêve / Un monde de valeurs :
    – Un monde de partage d’idées, de réflexions, de retour d’expériences
    – Un monde de rire et de joie, d’éveil
    – Un monde de légèreté, de partages, de tolérance, de respect et d’Amour

    Contribution :
    – Je suis multitâches et passionnée ^^ ; je n’excelle en rien mais j’apprends vite.
    De quoi as-tu besoin 😉 ?

    En attendant, je vais suivre de très près tes réflexions (réflexions qui boostent les miennes/les nôtres… parce qu’être Humain, c’est vouloir avancer pour le bien être de tout/tous).

    Passe une belle soirée.

  • Françoise
    Publié le 15:05h, 21 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Ce que tu dis est tout à fait ça. Souvent je me sens isolée au milieu des autres, mais à d’autre moments je découvre avec surprise que d’autres personnes pensent comme moi. Si nous pouvions nous reconnaître, nous hésiterions moins à nous parler, demander un service ou autre chose, étant analogues.
    Un monde idéal : chacun fait l’activité qui lui plaît, en fonction des ses possibilités, et chacun se sert en fonction de ses besoins, et non pour avoir plus ou mieux que les autres. Personne n’est obligé de faire quelque chose, d’avoir du rendement…
    J’ai hâte de lire ton prochain message !

  • Noé
    Publié le 15:00h, 21 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Merci pour ces messages d’espoirs et ces constats pragmatiques.

    Depuis 2012, je travail en tant qu’accompagnateur en montagne. Un nouveau métier-passion en Suisse.

    Cela est possible grace au partage de même valeurs avec les proches. Ma femme, nos familles et certains amis misons sur la qualité du temps partagé. Les enseignement appris de la nature… et délaißons volontiers les objets achetés.

    La Vie lumineuse, pleine d’amour et consciente est un merveilleu cadeau qu’il m’a été donné de choisir. Ces forces divines sont en chaque chose et en chaque personne.

    Les treks, balades thématiques ou animations pour enfants sont parfois qu’une goutte d’eau dans l’océan. Je me console en sachant que nous sommes 360 accompagnateur en montagne en Suisse a guider des marcheurs vers dame nature.

    Je suis en route…
    …il suffit d’un autre pas pour débuter le tour du monde !-)

  • Claire-Diana
    Publié le 14:51h, 21 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques,

    Quelle bonheur de te lire. Merci d’exprimer ce que je ressens et d’œuvrer pour que cette réalité soit mise en lumière.

    J’ai voulu répondre à tes questions, mais mon texte n’a pas passé (vive la technologie…), Je me suis dites, tant pis je le ferais plus tard. Entre temps, je suis allée sur F B et le premier message qui s’est affiché était un magnifique texte de Lulumineuse qui était juste la réponse à tes questions. Elle avait écrit encore mieux que j’aurais pu le faire, la vision de la réalité dans laquelle je voeux vivre.
    Je suis une rêveuse optimiste et je ne suis pas seule.
    Voici le texte de Lulumineuse, accompagné d’Imagine de John Lenon.

    « Mes chers AMIS
    Aujourd’hui, nous ne voulons plus de meurtre, de crime au nom de la Paix et de l’Amour.
    Aujourd’hui, nous souhaitons devenir une civilisation évoluée régie par la Loi Universelle de l’Amour.

    L’Amour qui relie, l’Amour qui partage, l’Amour qui nous unit tous.

    Aujourd’hui, nous ne voulons envoyer aucun humain se faire tuer pour le profit d’autres hommes.
    Aujourd’hui, nous ne voulons fabriquer aucune arme pour propager la mort.
    Aujourd’hui, nous ne voulons plus dilapider les richesses et les ressources de la Terre au profit de l’armement.
    Aujourd’hui, nous voulons honorer la Terre qui nous accueille et en prendre soin.
    Aujourd’hui, nous souhaitons accueillir la sagesse comme le pilier de nos actions et de nos occupations.

    Aujourd’hui, nous souhaitons répondre à notre besoin fondamental et humain d’évolution dans la fraternité, dans la Paix et dans l’Amour.

    Aujourd’hui, nous déclarons passer à une nouvelle ère de notre existence, de notre expérience terrestre.

    Une ère de Paix, d’Union et d’Amour.

    Aujourd’hui, nous souhaitons travailler par Amour de la vie, par Amour de la Terre, pour nous nourrir, nous loger et pour développer notre science conjointement avec notre conscience.

    Aujourd’hui, nous ne souhaitons plus mettre notre énergie de vie si précieuse, dans des projets visant à nous autodétruire.

    Aujourd’hui, nous nous déclarons ÉTAT PACIFIQUE et par cet acte nous déclarons au monde entier que nous nous tournons vers demain. Un monde Uni et régit par la Loi Universelle de l’Amour.

    Nous invitons également chaque état qui ressent cet appel à l’Amour et à la fin d’une ère de profit, de destruction et de crimes à nous rejoindre dans cette Union PACIFIQUE.

    Que tout état qui veut aujourd’hui se tourner vers l’Amour se déclare ÉTAT PACIFIQUE.

    Nous souhaitons commencer et montrer l’exemple. Nous souhaitons être le souffle d’une vague d’Amour immense qui se propagera sur Terre par l’Amour en chaque être humain.

    La Terre est composée d’êtres qui ont pour beaucoup entendu cet appel à l’Amour et la fin d’une ère de schémas préhistoriques nous amenant indéniablement à l’autodestruction.

    Nous souhaitons construire et harmoniser les écoles afin que l’enseignement offert soit celui des valeurs du partage, de l’union, du bonheur et de l’Amour. Un enseignement basé sur l’être intérieur et non plus sur un aspect extérieur et superficiel, empreint de compétitivité.

    Nous souhaitons réhabiliter nos usines pour qu’elles s’inscrivent dans des productions favorables à tous, des besoins vitaux aux conceptions de nouvelles technologies favorables à l’expansion spirituelle et scientifique de chacun.

    Nous souhaitons que chaque citoyen de l’Amour puisse bénéficier de tous les besoins de bases gratuitement. Que tout le monde collabore dans un travail qui tend vers l’union, l’expansion du bonheur, de la conscience et des ressources naturelles de la Terre.

    Tous les besoins fondamentaux de chacun de nos citoyens peuvent être comblés immédiatement par l’arrêt de production d’armes et autres développements et recherches de technologies de guerre, d’autodestruction et de profit.

    Nous souhaitons que chacune de nos nouvelles constructions soit en totale harmonie avec la Terre, qu’elle respecte et s’adapte à elle visuellement et par ses matériaux de construction.

    Nous souhaitons mettre à profit les énergies libres pour nous inscrire dans une autonomie durable.

    Nous souhaitons que la seule autorité suprême de notre état soit l’Amour, aidé et soutenu avec Amour par les humains aux qualités de cœur les plus étendues, reconnues par tous.

    Nous souhaitons que l’argent soit une énergie de transfert qui tendra à disparaître progressivement. Une énergie que l’on doit faire circuler et qu’il nous est inutile de faire stagner en quantité par supériorité à l’autre.

    Nous souhaitons que chaque être humain de cet ÉTAT PACIFIQUE se sente frère et sœur avec autrui. Et qu’au minimum le respect reste le fondement d’une entente harmonieuse.

    Nous souhaitons que notre impulsion au nouveau se répande dans les cœurs les plus fermés, et que les enfants de la Terre de demain se réveillent dans un monde de Paix, d’Harmonie, de Fraternité et d’Amour. »

    Ensuite, j’imaginais le pays s’illuminer de l’intérieur. Et de loin, je pouvais soudain voir des endroits de la planète s’illuminer les uns après les autres. Avec une masse qui demeurait sombre. Cela m’apparut comme si du temps avait passé, et que les ETATS PACIFIQUES, unis et bienveillants, les attendaient avec Amour et compréhension, sans les brusquer, sans les oppresser ni les forcer. Comme si ces derniers états sombres devaient aller jusqu’au bout de leurs propres ténèbres pour relever la tête vers la lumière, vers l’Amour.

    C’est ensuite que j’ai senti une énorme vague me porter et que je suis revenue à moi. Des étoiles plein les yeux, de l’espoir en abondance dans le cœur.

     » You may say I’m a dreamer
    But I’m not the only one » IMAGINE – John Lennon

    Lucile  »

    Il parait que ce jour, le 21 septembre, c’est la journée de la paix. J’aime cette synchronicité.

    Ouiiii je voeux participer et contribuer à co-créer ce nouveau monde

    Claire-Diana

  • Bérenger geneviève
    Publié le 14:49h, 21 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques,
    En effet, déjà jeune-fille, je me sentais à part. Mes compagnes de classe me disaient « oh ! Toi, tu n’es pas de ton époque ». C’est vrai, ni mentalement, ni physiquement (avec des anglaises pour dompter mes cheveux frisés) je n’avais rien de l’actualité de mon temps. Et pourtant, il m’a toujours semblé qu’au contraire, c’était elles qui en suivant la mode étaient hors du temps.
    Voici le monde dont je rêve :
    «  Le bonheur, c’est possible, il suffit de le vouloir !
    La terre est magnifique, la végétation superbe, les animaux fantastiques, les humains variés et tous complémentaires à nous. Nous avons tout ce qu’il faut pour être heureux :
    Ce potentiel merveilleux Dieu, l’intelligence Universelle, la Nature, comme vous voudrez l’appeler nous l’offre gratuitement ! A nous, de savoir l’utiliser favorablement pour le bien de tous ( Terre, mer, végétation et animaux compris en plus de nous mêmes !) et de ne pas tout casser à cause de notre égoïsme forcené ! »
    En fait, ce monde c’est celui qui existe depuis toujours et qu’hélas nous ne respectons plus !!!
    J’en parlais ainsi à ma tante Mickey en 2008 déjà, qui me servait de lectrice du livre que j’écrivais : un receuil de poèsies et de contes pour adultes et enfants, dans le but de remettre les pendules à l’heure du bonheur. Ma petite contribution serait donc simplement l’écriture.
    Quelques petits exemples, écrit à vingt ans, en 19 73 :
    L’espoir fait vivre !
    ————————Mais on meurt de désespoir… Alors, vive : l’éternité!————————–

    Il y a des maisons qui brûlent, il y a des gens sans fortune, bien que d’autres soient sur la lune, il y en qui s’inquiètent, il y en a qui regrettent, et tous perdent un peu la tête !
    Il y en a qui s’affolent, qui s’agitent en paroles.
    Mais avec le vent, elles s’envolent !..

    Puis, il y a toi et moi, impuissants à tout cela.
    Au milieu de tout ce bruit, nous sommes un peu ahuris, et avons une grande envie, de trouver un peu d’oubli !
    N’étant pas maîtres du monde, la vie continue sa ronde car avec le vent s’enfuient les secondes…

    Mais il nous reste l’espoir, l’espoir, c’est peu pour y croire.
    La vie ne tient qu’à ce fil, ce fil que l’histoire défile, qui s’enroule et se déroule, en suivant sans doute la houle…

    Étant maîtres des nos esprits, nous aurons droit à la vie.
    Car avec le vent, complices du temps, nous vivrons longtemps !….

    L’ Éternité : c’est la paix de l’esprit.
    ————————————————————————————————————————

    En 2008 à 56 ans :
    Changer le monde ?
    Notre monde n’est pas linéaire, ainsi comment pourrait-il nous plaire ? C’est le cercle qui régit tout : dedans, dehors, autour de nous !
    En général, on aime être entourés, c’est bien normal, quelque soit toutes nos idées, les partager peut nous réconforter, les dénigrer nous sentir isolés ! On a besoin des autres pour exister, responsables de notre réalité :
    L’être humain, c’est certain peut disparaître demain. La variété de notre humanité, bien qu’elle faisait toute sa qualité, est en train de s’uniformiser. Les fleurs, les plantes, les animaux, qu’y a-t-il de plus beaux ? On les raye progressivement de notre carte, dans ce travail de sape rien ne nous en écarte ! Que serait à ce prix : un Paradis sans vies ? ( La terre a tout pour être… et devrait être un Paradis !)

    Et s’il ne reste que nous, nous verrons vite le bout : arrivés au sommet, on ne peut que tomber ! Triste fatalité !
    Espérer peut sauver : chacun doit se prendre en charge et ne pas rester en marge, avec l’unité dans l’action ou tous payer l’addition ! ? Actuellement, on ne soigne que les effets, pas les causes et on ose dire : « C’est assez! ». Non, c’est l’esprit des hommes qu’on devra réformer ! Quand les mentalités seront toutes transformées, alors, on pourra espérer : vivre dans la tranquillité d’Amour toute l’Éternité !
    C’est pour cette raison que tes vidéos gratuites ont capté mon attention et que je me suis inscrite ensuite à l’A.V.M. Changer le monde, commence d’abord par se changer soi-même et dans ma personnalité il y avait, il y a encore, des tas de choses à corriger.

    Tout ça peut paraître utopique. Mais j’en est écris des pages et des pages tout au cours de ma vie. Mon premier livre « Constat » de 135 pages environ se termine ainsi …

    « Car le pouvoir du rêve : c’est celui de l’espérance !

    Les poètes rêvent souvent ; mais c’est à force de rêves que l’humanité s’est construite. Le poète a rêvé de voler ; les ingénieux, ont fini par créer les ballons, puis les avions. Les poètes ont même rêvé d’aller sur la lune ; les humains y sont arrivés, grâce aux fusées. Les conteurs ont inventé « Les bottes de sept lieues. » ; les hommes, ont fini par créer toutes sortes de machines pour avancer plus vite (Les trains, les voitures, et même les hors-bords sur l’eau.). Si personne n’avait imaginé le pouvoir des fées ; il n’y aurait pas eu de machines à laver et d’aspirateur etc. Le rêve est l’inventeur universel de tous nos possibles ! En rêvant, très fort, à mon grand Amour ; non pas en l’imaginant physiquement ; il faut laisser à Dieu le pouvoir décisionnel ! Mais en croyant très fort à la possibilité de son existence. Dieu, m’a mise sur sa piste, et nous nous sommes trouvés (Peut-être bien que Guy, rêvait aussi ! Notre Amour serait donc la fusion de deux rêves.) ! En imaginant, très fort les venues un jour sur terre de nos enfants ; et en espérant leur utilité pour l’humanité ; Dieu, a été convaincu que cela valait la peine de nous les confier! Le rêve, alors, pourquoi s’en priver ? Le saint-Esprit étant tout prêt à nous écouter ! Comprenez-vous pourquoi j’appelle Dieu : l’Intelligence Universelle ? Et notre participation, positive, à celle-ci ; puisque nous sommes les éléments de : «  ce grand Tout », qui se désintègre à chacune de nos divisions ; et qui se reconstitue chaque fois qu’ « un » être de bonne volonté, agit, pour s’intégrer à nouveau à cet ensemble « 1 », qu’est : la Vie ! En d’autres termes, qu’est la Nature. Rêver d’un monde meilleur, ne peut que l’améliorer (Jésus, Gandhi, Luther King et d’autres grands rêveurs, ont progressivement fait changer, en partie, le monde. Et là, on ne parle que des leaders ; certains super-inconnus ont essayé de le changer, en partie, à leur manière ; et y sont parvenus, en partie, probablement, parce que Dieu attend la participation de tous ! L’ambition qui nous manque, lui, il l’a pour nous ! Devant tant de confiance, on devrait tenter de lui faire plaisir ; et de le lui construire son Paradis ! D’autant, que nous en serions les premiers locataires, pour qui la gratuité serait : l’Amour universel.), alors courage, on n’a rien sans rien ; mais, les efforts finiront bien par payer. Il y a encore beaucoup à faire…Mais pour moi, je pense, sincèrement, qu’on ne pourra y arriver qu’en se changeant, individuellement, pour le bien de tous, puisque c’est le nôtre.

    Et là, on trouvera enfin la liberté qui permet d’être heureux ! »

    ————————————————————————————————–

    Fin du constat.

    Évidemment, tout cela mériterait peut-être d’étre remanié (pas transformé, je tiens à mes idées) ; mais, il y a certainement des fautes car je n’ai pas un niveau d’études supérieures, même si je suis arrivée cahin-caha jusqu’au bac. De plus, je ne suis qu’une simple petite femme au foyer, sans expérience diraient nos enfant,s même si en réalité la vie m’a beaucoup appris me donnant parfois l’occasion de vivre des événements hors du commun.
    J’ai parfois l’impression de savoir plein de choses utiles à la société ; mais d’en être totalement ignorée par la masse agissante.
    Enfin, j’espère ne pas avoir été trop longue mais je savais difficilement t’expliquer mes idées en trois mots. (d’ailleurs mes petits contes, eux sont trop longs, aussi je t’en épargne cette fois-ci.)

    Bien amicalement : Geneviève.

  • cyrille
    Publié le 14:37h, 21 septembre Répondre

    Cela commençait bien jusqu’aux valeurs féminines. Le féminisme est devenue une idéologie comme le communisme ou le capitalisme. C’est triste de tomber dans le politiquement correct et le conformisme (en d’autres termes : le sens actuel du vent) pour quelqu’un qui veut s’émanciper et trouver une autre voie.
    A moins qu’il s’agisse d’un tropisme lié à ta clientèle majoritairement féminine… La nature féminine n’est pas bonne ou meilleure par principe notamment par rapport à la nature masculine. Je ne développerai pas plus ici sauf à dire que l’homme tue et la femme rend fou (violence physique versus violence psychique) et que l’hypergamie féminine est une réalité difficilement contestable.
    Sinon, j’approuve la démarche de vouloir se créer une autre réalité, un autre monde centré sur ses besoins tout en sachant que l’on est tous frères et que mère nature doit être sauvegardée.

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 15:15h, 21 septembre Répondre

      Cyrille, je crois que tu confonds. Les valeurs féminines N’ONT RIEN À VOIR avec le féminisme… Mais absolument rien… Renseigne-toi sur ce que veut dire « valeurs féminines », tu verras…

  • Danièle
    Publié le 14:01h, 21 septembre Répondre

    Je ne peux concevoir d’un monde où l’amour ne soit pas la valeur universelle fondamentale d’où découlent les valeurs de partage, de solidarité, de générosité, de service à soi et à autrui. Un monde qui nous permettrait de recréer un lien d’unité, d’harmonie avec tous les règnes, végétaux, animaux, minéraux, humains, de recréer notre lien spirituel avec la mission de notre âme, avec le pourquoi de notre incarnation.
    Ma contribution: depuis 1971, j’enseigne, j’ai enseigné tous les niveaux, de la maternelle aux adultes en passant par des adolescents autistes, toutes les matières et ai étudié toutes les méthodes pédagogiques en France et à l’étranger,et ai été effarée par les systèmes d’éducation gouvernementaux qui s’acharnent à étouffer la spontanéité, la créativité en chaque enfant et avec tous les jeunes qui sont en échec scolaire, même en phobie scolaire qui viennent à moi, je m’aide de mes connaissances astrologiques pour leur faire retrouver leur vrai potentiel, leur potentiel unique et je souhaite continuer cette mission jusqu’à ma fin de vie.

  • claudette,Andrée
    Publié le 12:26h, 21 septembre Répondre

    Bonsoir Jean-Jacques,
    J’espère que cette fois mon courrier ira jusqu’à toi car hier soir j’ai essayé de t’envoyer mon ressenti, mes espoirs et ma détermination à œuvrer pour un monde plus humain, tout simplement, et n’y suis pas arrivée car les chiffres même justes me disent à chaque fois erreur ; donc il y a un soucis pour moi pour t’envoyer mon courrier.
    Je suis très satisfaite que tu oses dire ton mal-être et nous inviter par la même à nous dévoiler et te dire combien chacun de nous souffre d’un monde dans lequel il ne se reconnait pas où à l’impression c’est mon cas, de ne rien comprendre à l’attitude de certaines personnes, qui ne semblent pas être des êtres humains mais des robots suivant les ordres d’un logiciel.
    Endormis les humains ?
    Je suis ravie de cette crise car pour moi ce n’est pas une crise, mais un REVEIL, UNE PRISE DE CONSCIENCE que nous devons atteindre les uns et les autres. Je ne désespère pas que ce travail se fasse si j’ose dire en sous bassement et petit à petit pour chacun, mais ça prend du temps, mais pour moi le REVEIL se fait à notre insu, nous ne sommes jamais les mêmes tout change, tout bouge car la vie est mouvement.
    Pour moi, je désire vivre dans un monde où chacun prend conscience de sa vraie nature, où l’authentique, le respect, la joie d’être, la compassion, le non jugement ou l’argent serait remis à sa vraie place, un serviteur pas un maître, ou l’AMOUR seraient vécus au quotidien à chaque instant les uns avec les autres sans discrimination.
    Un monde sans religion, mais un monde spiritualité où chacun serait, qu’il est relié, connecté à la Source Divine, et à chacun en permanence et vivrait de cette intensité de rayonnement, de vibration Divine. Nous le savons pour la plupart, mais nous l’oublions où l’avons oublié et c’est bien à cette conscience qu’il faut revenir pour vivre ensemble en paix et en amour.
    Un monde où nous apprendrions à accepter, voir aimer la « mort », le grand passage de la vie à la vie dans la sérénité et peut-être la joie de savoir que celui ou celle que nous avons aimé n’est pas séparé de nous mais qu’il, qu’elle vit encore plus intensément. Il y a des peuples qui semblent vivre ce grand passage bien naturellement. Et peut-être que si nous apprenions à vivre avec cette réalité de passage, cela nous aiderait à vivre cette vie mieux encore ? Car il faut bien se l’avouer la peur de la mort nous paralyse dès l’enfance quand nous comprenons qu’il y a danger.
    Voilà, je pense que ma détermination est de vivre avec la certitude de cette connexion au tout, et avec tous les mondes du moins ceux qui veulent que l’AMOUR règne sur cette terre aimée. Et je m’engage avec toi pour cette grande réalisation.
    Je te souhaite à toi et à ton équipe le meilleur. Amicalement à tous ceux qui te répondre et aux autres qui sont aussi nos frères et sœurs en humanité. Claudette.

  • Truant Jean
    Publié le 12:18h, 21 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques

    Un grand Merci pour ce que tu nous apportes.

    Des principes de Vie Humaniste sont devenus indispensables.
    Il y a déjà en France des gens qui mettent ces principes en pratique.
    Par exemple dans le domaine de la Santé il y a Thierry Casasnovas (Regenére) qui vient
    de réaliser sur You Tube des documentaires géniaux sur les Vaccinations.
    L’obligation vaccinale en France est devenue une Castastrophe et cela sera surement
    pire que le scandale de l’Amiante.
    Il y a un autre Homme Exceptionnel qui a écrit  » de l’Atome à la Vie  » qui traite à partir
    de recherches et d’applications industrielles des traitements sur le Cancer, Sida etc il a aussi
    écrit un essai de Mécanique Universelle génial ( Cela te rappellera les Orbitales)
    il s’agit de René Jacquier.
    Ton idée de tous nous réunir autour de tes principes, qui sont aussi les notres, est super.
    Ensemble nous pourrons être plus efficaces.

    J’adhère pleinement à cette démarche

    Amitié
    Jean Truant

  • Truant Jean
    Publié le 11:49h, 21 septembre Répondre

    Essai

  • Ruppert
    Publié le 11:44h, 21 septembre Répondre

    Ça fonctionne ?

  • Chantal
    Publié le 11:07h, 21 septembre Répondre

    Bonjour,

    J’aimerais que le monde se conscientise c’est-à-dire vivre dans la conscience et non dans l’ego.
    En méditant et priant, développer la sagesse, la compassion, la joie, la paix et la liberté. Laisser tomber le piège de l’illusion (le matérialisme).

  • Muriel
    Publié le 11:01h, 21 septembre Répondre

    • Quel est le monde dont tu rêves ?
    Une société qui ne nous pollue plus d’informations catastrophiques mais qui nous informe des actions novatrices, créatives, faites de bon sens et de respect, des informations qui stimulent notre énergie et notre envie de co créer un monde harmonieux.
    Une société qui ne me bassine pas avec des trucs du genre : « tu gagneras ton pain à la sueur de ton front, ou si tu ne peux pas vivre de ton métier d’horticulteur, tu n’as qu’à traverser la route et aller faire la plonge au resto d’en face… ».
    Une société qui ne soit pas sous le joug des lobbies en tous genres. Assez des empoisonnements pour engraisser monsanto/bayer, assez des interdictions de se soigner comme on l’entend pour engraisser big pharma !
    Assez des guerres pour faire tourner les usines et sauver quelques milliers d’emplois, ces cerveaux peuvent bien être utilisés à d’autres fabrications !
    Que cessent les abonnements en tous genres auxquels nous sommes obligés d’adhérer mensuellement pour des services que nous n’utilisons que ponctuellement.
    Une éducation respectueuse des sensibilités de chacun.
    Une société où il serait simple de faire des échanges de services, de compétences
    • Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?
    Liberté et autonomie dans le respect de tout et de tous
    • Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?
    En réussissant à vivre libre et en totale autonomie, en partageant mon cheminement, en montrant l’exemple

  • Pierre
    Publié le 10:56h, 21 septembre Répondre

    Il y a une valeur que je voudrais voir se rétablir, c’est le respect. Les gens deviennent de plus en plus individualistes et ne respectent plus les valeurs élémentaires, attention à l’autre, politesse, propreté de son environnement, etc…
    Cela contribuera à avoir un monde de paix. Pour aimer l’autre, son voisin ou l’immigré, il faut le respecter.
    Pour faire passer le message, il faut déjà être un exemple et c’est ce que je fais.
    J’ai hâte de voir la suite pour savoir comment je peux contribuer à cet élan collectif.

  • ¨Paix Joie
    Publié le 10:14h, 21 septembre Répondre

    Je me sens en harmonie avec toi. Quelques rapides idées :
    – Dans le Evangiles, Jésus parle souvent de cette question : « Soyez du monde, mais pas de ce monde ».
    – Il y a quelques années, les Islandais ont tenté de fonder un pays citoyen ; ils n’y sont pas encore parvenus, mais je crois qu’ils continuent d’y travailler.
    – Nous sommes des êtres de nature divine sur un chemin d’expérience humaine. Notre puissance divine est plus forte que ce que nous croyons généralement. Seul l’Amour sauvera le monde.
    Amitiés.
    N.B. : l’envoi des commentaires ne fonctionne pas avec le navigateur Mozilla Firefox.

  • Nonna
    Publié le 10:03h, 21 septembre Répondre

    Jean-Jacques, le monde dont je rêve est un monde de solidarité, d’entraide et surtout d’éducation de nos jeunes enfants et ados non pas dans la compétition mais dans l’entraide. Prendre des mesures dès le plus jeune âge. J’aimerais que les voisins se parlent plus comme quand j’étais gamine et qu’il y avait de la solidarité. Je suis née dans un milieu ouvrier rempli d’amour. Je dis toujours que je suis née dans la vraie noblesse, celle du cœur, celle du comportement ! La vie matérielle a été sympa avec moi me permettant de côtoyer des milieux très différents et pourtant pas tous élégants ni nobles.
    Ma contribution serait d’animer un groupe de personnes ayant les mêmes objectifs, groupe devenant actif localement.

  • Jocelyne
    Publié le 10:00h, 21 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques. Je suis heureuse d’avoir de tes nouvelles.
    Je désire une monde de paix , d’écoute de partage. Mais tout commence par soi-mème pour pouvoir transcendenter cette énergie positive. Mes valeurs: Un monde de respect ,d’ouverture du coeur , d’intégrité, générosité.
    Je fais de mon mieux pour ëtre dans la compassion , l’acceptation de la différence, l’écoute de l’être humain, d,être dans la gratitude et accepter ce qui est tout en regardant ce qui est positif dans la vie.
    Au plaisir de te relirre

  • Mikou
    Publié le 09:54h, 21 septembre Répondre

    Bonjour,
    J’ai bien lu vos deux derniers courriels. Je comprends très bien , et je partage votre malaise face à ce monde qui nous entoure. Bref, nous sommes sur la même longueur d’ondes.

    Concernant ces centaines de mouvements créateurs d’une nouvelle culture: c’est en effet très encourageant et porteur d’espoir.
    Néanmoins, je m’interroge sur la nécessité de coordonner/relier/agréger/organiser tous ces mouvements car:

    – d’une part, ils ont émergé spontanément de l’engagement d’individus pour des objectifs (écologiques, humains, ou autres) et se sont construits et fonctionnent sans être englobés dans – ou reliés à – des structure de grande échelle. Cela ne les a pas empêcher d’émerger et de fonctionner. Et ça continuera.

    – d’autre part:, c’est PRECISEMENT parce que ces mouvements sont locaux, divers, rarement de dimension internationale et semblent éparpillés sur la planète qu’ils sont passé sous les radars dans grands médias, comme le dit Paul Hawken, et que les valeurs qu’ils ont en commun ont pu se développer et se transmettre et que ces valeurs ont des chances de remplacer les veilles valeurs dans l’avenir . C’est justement parce que ces nouvelles valeurs viennent de « la base » – diversité, localité, discrétion car application dans le quotidien, influence parfois large mais dans un seul domaine, etc. – qu’elles ont pu se développer « tranquillement » sans provoquer (trop) de grandes censures, obstacles, persécutions, calomnies…
    Si les gouvernements, les industriels et les grands médias avaient réalisé il y a une vingtaine d’années que les valeurs de ces divers mouvements allaient gagner autant de terrain, donc avoir autant d’influence et allaient faire émerger une nouvelle culture et un nouveau monde, ils auraient trouvé des moyens de les discréditer, les limiter, les détruire. Si malgré tout, cette nouvelle culture émerge c’est parce que le vieux monde ne l’a pas vu venir, sinon il l’aurait tué dans l’oeuf.

    C’est notre conscience et nos valeurs communes qui nous unissent.. Pas besoin de mouvement trop grand à mon avis.
    Si chacun continue à « cultiver son petit bout de terrain » là où il est, tranquillement et sans tapage, le jour arrivera où ce nouveau monde sera un fait accompli. Le vieux monde, trop occupé, trop arrogant et ayant sous-estimé nos « petites associations » écologiques et autres (donc n’ayant pas pris la peine de nous barrer la route) sera mis devant le fait accompli et sera, lui, déstabilisé, minoritaire, désarmé.
    Je ne sais pas quels sont tes projets, mais trop organiser les choses ne me parait pas utile pour le moment. Mais il est bon de savoir qu’il y a des milliers de personnes, de mouvements de par le monde avec lesquels nous sommes sur la même longue d’onde et cela nous relie efficacement et de manière invisible.
    J’espère que j’ai exprimé ma pensée clairement !…
    Bon courage, et bien cordialement,

  • Diane Simard
    Publié le 09:45h, 21 septembre Répondre

    Quel est le monde dont tu rêves, Diane Simard ?
    La paix sur la terre
    Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?
    Solidarité, Paix,Partage, Respect & l’Amour.
    Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?
    Véhiculé les valeurs ci-haut mentionnés.
    En faite, dire non à tous ce qui n’est pas en accord avec ses valeurs. En disant NON, les gros auront à se réajuster pour le mieux, ils n’auront aucun autre choix de toute façon. Je cherche encore J.J.C. le titre de cette crise… Moi j’ai en banque plusieurs photographies de la nature. (Fleurs, paysage, arbres, ciel…etc) Elles sont jolies, j’aimerais bien un jour pouvoir les utiliser pour de bonnes cause. Si tu as le temps je t’invite à les visualiser à CollectionDianeSimard.blogspot.ca. Qui sais peut-être en auras-tu besoin??!! 🙂
    Notre force est dans Le Refus, osons dire NON. Je suis de tout cœur avec toi, je me sens moins seule dans ce monde de fuckés…Merci à toi J.J.C. à ++

  • Sabrina
    Publié le 09:40h, 21 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Merci pour le partage de votre état de crise qui me fait résonance concernant ce monde.
    Je rejoins Yvan quand au rêve avec une conscience que l’énergie suit l’intention. Notre cerveau d’humain ne sachant différencier le réel de l’imaginaire, tout est possible et ce fait avec ou sans notre consentement.
    J’ai choisis le processus d’individuation que vous parliez de Monsieur JUNG qui n’est pas des plus simples et au combien enrichissant. Voilà mon rêve que les coeur et les consciences s’ouvrent à la lumière par un travail de notre monde intérieur.
    Mes valeurs sont faites d’amour, de respect, de partage et d’authenticité.
    Ma contribution est d’aller chaque jours que la vie m’offre au contact de mon ombre pour y amener de la lumière, m incarner dans l’humanité sur cette terre et être de plus en plus au contact du vivant pour ensuite le partager autour de moi dans ma profession de kinésiologue Neuro-trainer, à cet endroit même ou j’ai eu connaissance de votre existence lors de ma formation. Belle boucle car ce monde existe et il est en nous… bien à vous.

  • Florence
    Publié le 09:36h, 21 septembre Répondre

    Merci du fond du coeur Jean Jacques pour avoir eu le courage de poser des mots précis sur tes sensations. Depuis plusieurs années, et plus intensément depuis quelques semaines, je sens en moi le désir profond de rompre avec ce qui ne me convient plus et de m’engager pleinement dans ce qui a du sens pour moi. Je sens comme une lame de fond qui m’emmène loin de mes schémas familiaux et qui pourtant s’impose à moi. Je suis partagée entre les peurs et l’envie profonde de m’y abandonnée sans connaitre la suite mais comme une nécessité vitale.

    Et mes aspirations portent précisément sur les 4 points que tu as nommés et pour lesquels j’ai envie d’agir de plus en plus ouvertement.
    l’ouverture aux valeurs féminines (place des femmes dans la sphère publique, question de la violence faite aux femmes, reconnaissance du principe féminin chez les hommes…)
    l’intégration des valeurs écologiques et du développement durable (avec un intérêt pour l’alimentation biologique et les méthodes « naturelles » de santé)
    l’implication sociétale (implication individuelle et solidaire dans la société)
    la croissance personnelle (avec une dimension spirituelle et un intérêt pour les nouvelles formes de spiritualité, l’idée étant : « Connais-toi toi-même si tu veux agir sur le monde »).

    C’est donc avec beaucoup d’émotion et de gratitude que je te lis et que je laisse résonner en moi tes mots qui sonnent tellement justes pour moi.
    Avec tous mes remerciements

  • Emmanuel
    Publié le 09:16h, 21 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques ! J’ai trouvé ton coming out inspirant. Moi aussi, j’ai cessé de croire à tous ces trucs que tu cites. Et cela me donne envie de t’écrire ce que m’ont inspiré tes question :
    Le monde dont je rêve : Eh bien je réalise que je ne rêve plus si souvent d’un autre monde que celui-ci ! Parce que finalement, j’ai fini par le trouver bien fait, ce monde dans lequel je vis. Pas parfait à l’instant T bien-sûr, mais parfait en tant que processus en cours et aussi en tant que miroir de ce qu’il y a à libérer et épanouir en moi. Alors si rêve il y a encore, c’est de voir les humains libérés de la peur : Un monde sans peur.
    Les valeurs à promouvoir : Le passage concret de la peur à l’amour (notamment en tant que moteur de notre action dans la vie). La conscience de la vie terrestre comme initiation. Cela me semble être le premier pas. Tout le reste suivra : Respect de la vie, cessation des comportements qui nuisent aux autres êtres vivants, de la compétition, de l’avidité et du désir de pouvoir sur autrui. Pas la peine de lutter contre ces comportements. Ils disparaitrons d’eux-même quand la peur nous aura quittés.
    Ma contribution :: Continuer de me libérer de toute forme de peur et devenir contagieux ! Aider ceux qui le veulent à faire de même en partageant mes outils.

  • Jouhanneau Dominique
    Publié le 09:01h, 21 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Merci pour ce message
    Connais-tu ta « voisine » Sylvie OUELLET ?
    Cordialement
    Dominique

  • Marie=Jeanne Mertens
    Publié le 08:53h, 21 septembre Répondre

    Bonjour Jean=Jacques, bonjour à toutes et tous,

    Déjà merci d »avoir bien voulu partager avec nous tes prises de conscience récentes.
    Etant un peu plus âgée que toi (63 ans) j’avais déjà ressenti tout ce que tu vis pour le moment et sans critique aucune,
    c’est de ça dont j’aurais eu besoin déjà lors de mon inscription à AVM2.
    Je suis donc très heureuse de voir que les choses vont bouger car seuls chacun dans notre coin nous n’arriverons à rien,ce n’est pas suffisant.

    Je rêve d’un monde de communication, d’entraide, de justice, de compréhension, avec moins de « paraître » et plus d’authenticité. Un monde où l’enfant serait reconnu comme étant notre avenir et donc recevant une éducation différente basée sur la connaissance de soi et non l’attrait pour l’argent.
    Un monde où l’écologie, le naturel, la santé holistique seraient pris en compte.

    Mes valeurs : honnêteté, authenticité, collaboration entre les humains, Justice, respect

    Ma contribution ? Je suis à la retraite. Selon tes propositions, relecture de textes, traitement de texte, relation d’aide, etc…

    Marie=Jeanne

  • Isabelle
    Publié le 08:25h, 21 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques
    Merci pour le partage de tes réflexions.
    Je vais répondre à tes questions pour partager les miennes de réflexions.
    Question 1:
    Je rêve d’un monde où l’envie (le besoin) de détruire n’existérais pas. Un monde simple où l’on vivrait en harmonie avec la nature et nos besoins fondamentaux.
    Question 2:
    J’ai promouvoir les valeurs de la permaculture, je suis très attaché aux valeurs du nouveau testament biblique à l’exemple du Christ.
    Question 3:
    Je n’ai pas vraiment de réponse à cette question. C’ est d’aileurs ma motivation à suivre le séminaire « je découvre ma mission de vie »
    Comme tu l’as bien exprimé je ne me sens plus vraiment du monde. Il est dirigé par l’argent et le profit, le rendement la performance et les riches deviennent toujours plus riches, les pauvres toujours plus pauvres.
    Je choisis de m’orien Vers la décroissance, le développement durable et la permaculture. Me recentrer sur l’essentiel.
    Je choisis de passer du temps avec ma famille et mes amis au lieu de consommer.
    Merci de permettre ces échanges.

  • Pascale
    Publié le 08:22h, 21 septembre Répondre

    Oui. il se passe quelque chose en ce moment.

    Cela fait très longtemps que je rêve de ce nouveau monde : un monde où la seule loi serait l’Amour. Un monde de paix, d’entraide, où on ne formerait plus qu’une seule famille dans un seul pays. Un monde unifié dans le coeur.

    Je sème des petites graines depuis bien longtemps et récemment, j’ai également ressenti le besoin de devoir faire plus, faire
    quelque-chose mais à une plus grande échelle et ton idée de regroupement me parle. Et si l’on créait et l’on mettait en avant NOTRE NOUVEAU MONDE afin que toute personne puisse se rendre compte qu’elle n’est pas la seule à penser différemment des autres ?
    Le comment, je ne le sais pas, mais avec internet de nos jours, je pense qu’une idée surgira chez l’un d’entre-nous afin de pouvoir faire émerger publiquement notre appartenance à ce nouveau monde.

    Aujourd’hui, je suis « tombée » sur ce texte, qui correspond à % à ma vision du nouveau monde. Voici le lien https://www.facebook.com/728879907157206/posts/2183730265005489/

    Une autre belle personne qui sème et informe et rassemble ::-).

    Je souhaite clairement faire partie de ce mouvement pour promouvoir ce nouveau monde à une grande échelle. Je suis prête à m’y investir et à m’y consacrer entièrement et à plein temps ! C’est mon vœux le plus cher !

    Au plaisir de lire la suite.

    Avec tout mon Amour

  • jane
    Publié le 08:13h, 21 septembre Répondre

    Bonjour a toi ….oui oui je fais partie de ce monde qui est marginal qui est pas si minoritaire mais qui n’ose pas …non…. qui ose mais qui est si LICORNE aux yeux de bien des gens qu’il n’est pas prit au sérieux. Effectivement cela fait 46 ans que je survie dans un monde qui ne me semble pas le mien et des anti dépressif font un support pour mon corps mais mon âme survit et non là l’idée de me jeter en bas du premier pont venu ohhh! non tout comme toi je veux déployer mes ailes je sais que je suis ici pour quelque chose de bien vraie ….Humain cherche son bonheur ailleurs qu’en lui même et de plus attend a ce que ce soit l’autre qui lui donne de la manière que lui le souhaite être en conscience être en gros bon sens FAIRE EN SORTE QUE L’ENFANT L’HOMME LA FEMME LES ANIMAUX LA NATURE SE REJOIGNENT nous sommes tous là pour la même chose être gratitude être bien ce n’est rien d’utopique !! Réapprendre aux enfants à respirer à voir le sens de la vie plus tot que donne un sens a sa vie car si tu vois le sens de al vie et que tu t’harmonise dans ce que tu es avec les autres ne trouveras tu pas ton essence ! Je n’accepte pas qu’il y est un moule et que nous devons tous y entrer psychologiquement socialement personnellement ,.,,, nous sommes différents ce qui fait note beauté et ce qui fait grandir ce monde partageons nos différences enrichissons nous de ceux ci au lieu de les allier dans une lutte de pouvoir. ma vision de la vie n’est pas utopique au non elle est d’une simplicité elle est si simple que les gens passe à coté….soyons des porteurs de prise de conscience et d’enclenchement d’actions nécessaires à cette vie si simple. je fais un copier coller car less mots le résume si bien : «a croissance individuelle t’encourage à devenir un être complet qui reconnaît et accepte ses dimensions d’ombre comme ses dimensions de lumière »

  • YVAN
    Publié le 07:59h, 21 septembre Répondre

    Nous rêvons tous d’un monde où règneraient l’harmonie, le beau, le vrai, l’amour, … mais c’est un rêve.
    Depuis la « chute » notre monde n’est pas un paradis mais un lieu d’expérimentation et d’apprentissage . Dans cette optique le monde actuel est un terrain fabuleux pour apprendre et élever notre niveau de conscience. Il semble que l’humanité ne sait apprendre qu’à travers des expériences douloureuses et d’atroces souffrances..
    Pouvons nous sortir de cette fatalité ? Je pense que la pire tare de l’humanité est l’ignorance. Il est donc de la responsabilité de ceux qui ont acquis un niveau de conscience un peu plus élevé que la moyenne, d’éveiller et éclairer ceux qui suivent.
    La notion la plus importante me parait être celle-ci : Le but de l’incarnation n’est pas le bonheur mais l’école. Le bonheur découle de notre élévation de conscience.
    Je pense que la période actuelle est particulièrement critique où l’humanité peut se perdre en s’enfonçant dans la matière à travers notamment le transhumanisme.
    Il est d’autant plus urgent d’agir et le travail que tu réalises, Jean Jacques, me parait essentiel.
    Personnellement, je souffre de mon isolement et de mon impuissance. Comment regrouper les forces de lumière ? J’ai 75 ans et donc plus beaucoup de temps sur cette terre mais j’aimerais être utile un tant soit peu pour l’humanité en participant à une œuvre commune.
    Tous mes encouragements, Jean Jacques.

  • YANO
    Publié le 07:55h, 21 septembre Répondre

    Le monde dont je rêve est un monde de transparence, où notre pensée pourrait s’exprimer librement sans crainte d’être jugé et bien sur d’être réprimandé. Je rêve d’un monde où règnera l’empathie et un intérêt pour autrui motivé par un désir réel d’être à l’écoute et de faire le bien.
    Les valeurs que je voudrais promouvoir et vivre dans ce monde sont celles de l’authenticité, du respect de la vie sous toutes ses formes et de la bonté, l’altruisme.
    Enfin, je voudrais apporter comme contributions pour rendre ce monde réel et vivant, le meilleur de moi-moi même, et tout ce qui est en mon pouvoir de faire.

  • E. T.
    Publié le 07:18h, 21 septembre Répondre

    Suite à ton C.O.S. et 2ème lettre « J.S.E.C. » :

    OUI, OUI et OUI à tout cela mon frère Jean-Jacques !!!

    J’ entends ton appel et désire y répondre.
    Je t’écris prochainement pour t’en dire plus car pas mal bousculée ces derniers temps. Repos imminent pour moi dans l’instant.
    A très vite,
    Chal-heureuses énergies en retour à tes mots-dynamite et dynamisants !
    Je t’embrasse.
    Eliane

  • LOISEAU
    Publié le 06:12h, 21 septembre Répondre

    Sa va fait bien long temps que j attendait qu’une personne avait les même convictions de la vie,
    Quand je parle de mes convictions à d’autres personnes .il, ne faut pas rigoler et il ne faut pas rêver.
    Trot de personnes son négatifs.
    Depuis 8 mois j ai été très malade problème d’eaux les poumons, et j’ais perdu 15kg mass musculaire. Très a faiblis, et avec mes examines que j ai eux.
    Je suis sotie d affaire, avec la volonté de guérir, et avec mes connaissances de la respiration profonde, et mes relaxions que j ais fait.
    Et sur tout de laisse sa maladie de cote,
    S’occuper son Esprits à autre chose à lire ou a écouté de la musique de relaxions ou autre .il faut que votre cerveaux soi en mouvement. Toujours dans le positif dans l’action de la vie.

  • dominique charles
    Publié le 06:10h, 21 septembre Répondre

    Suis je au bon endroit? pour répondre ?

  • Jean-Pierre
    Publié le 05:57h, 21 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Ma réponse est quelque peu tardive, mais c’est vrai que ton premier mail a soulevé énormément de questions. Ce qui m’a le plus frappé le plus dans tes explications c’est la phrase suivante : « Je ne crois plus à ce que je fais parce que, tout simplement, je prends conscience de manière de plus en plus aiguë des limites énormes du travail sur soi en général, de la formation en croissance individuelle en particulier ».

    Je pense que tous les êtres humains ressentent à un moment ou à un autre l’impression d’être coincés dans un jeu conçu et contrôlé par des personnes qui ne se soucient pas de leur meilleur intérêt ou de celui de l’humanité. Lorsque tu traverses une crise, tu as l’impression que les autres ont réussi grâce à leur ignorance, à leur peur ou à leur capacité de te mener par le bout du nez et que toi tu restes en rade en ayant tout gâché!

    Souviens-toi que tu dois arrêter de penser à ce que tu « devrais » faire, c’est toi qui commande maintenant (ça t’indique aussi ce que tu peux faire). Tu es la lumière de tes valeurs et n’oublie pas qu’au final, ta valeur est codée dans ton ADN, même si tu as l’impression que ce sont des émotions récurrentes. Si tu te sens anxieux à propos de ce que tu dois faire, souviens-toi que personne ne peux nous dire ce que nous avons à faire, c’est la partie la plus intéressante de notre passage sur terre . Si tu te remémore ton enfance, du mystère, de l’aventure ? Si tu essaye de revivre ce que tu ressentais en sentant de nouvelles odeurs ou en touchant de nouveaux tissus, en mangeant de nouveaux aliments… etc. ? C’est toi seul finalement qui a rempli ta vie, avec ce que tu es, tu ressens, tu comprends…

    Ainsi, tu t’occupes du problème philosophique : « quoi » ? Qu’est-ce que je fais pour améliorer mon expérience du bonheur. Pour rester constant, tu observes tes motivations.
    Voici une autre question qui peut faire avancer : « si je découvrais la Vérité et le sens de la vie, que ferais-je, qu’en penserais-je et que ressentirais-je » ? Faut-il vraiment découvrir un sens nouveau à la vie ou simplement réaliser que mes objectifs passés ne me satisfont plus et que j’en mets en place de nouveaux ?

  • Renee
    Publié le 05:33h, 21 septembre Répondre

    Je vois que mon commentaire n’a pas été pris en compte.
    C’etait Le 20dans la journée.
    Recommencer? Ou bien, c’etait Trop long?

  • corinne
    Publié le 05:33h, 21 septembre Répondre

    Bien sur , tout ce que tu énonces résonnes en moi et depuis fort longtemps.

    J’ai tenté de me joindre à divers groupes comme le grand changement pour aider à faire émerger ce monde d’amour, de respect , de joie, humain et respectueux du vivant, mais l’argent et le pouvoir ont régulièrement détruits les bonnes intentions. Conclusion , ni argent , ni pourvoir (cela fait partie du vieux monde) dans ce nouveau monde .
    Personnellement je travaille avec les énergies, et l’écoute respectueuse de soi et de la nature, Cela je peux le partager, l’enseigner. Nous faisons partie d’un grand tout, chacun y a sa place et son rôle, chacun est important.
    Belle coopération à tous

  • Nicole
    Publié le 05:26h, 21 septembre Répondre

    Tout d’abord un tout grand merci du fond du coeur pour ces merveilleux articles, Jean-Jacques, je ne savais pas que « nous » étions déjà autant à participer à ce Grand Mouvement invisible que certains ne voient pas venir, j’en suis très émue, émerveillée, je souris, je ris, j’applaudis, hallelujah, merci!!! Un centième singe me traverse l’esprit, lui aussi il me sourit…
    Pour répondre à tes trois questions:
    1) Quel est le monde dont je rêve: Celui dans lequel je vis, et que je me crée à chaque présent de ma fabuleuse vie.
    2) Les valeurs que je voudrais promouvoir et vivre dans ce monde: Des valeurs de Joie, de gratitude, de libertés, de curiosité, d’ouverture, d’accueil, de conscience, de connaissances, de bienveillance, de partage, de co-création, de vérités, d’authenticité, de richesses, d’Amour…
    3) Quelle contribution je voudrais apporter pour rendre ce monde réel et vivant…: Incarner ces valeurs jusque dans l’ADN, être l’exemple, vivre l’émerveillement à chaque instant dans une profonde gratitude pour tout ce qui est et tout ce qui n’est pas, , , inspirer et transmettre juste en étant moi-même et moi-m’aime…

    Au plaisir de te suivre, Jean-Jacques, et peut-être d’un jour te rencontrer

  • HENRI
    Publié le 05:15h, 21 septembre Répondre

    Il n’y a pas de soucis a se faire concernant le devenir humain. Tout est déjà en place concernant ce devenir. Il n’y aura pas d’holocauste nucléaire mondiale ni rien de ce genre. Désolé pour les prophètes de l’apocalypse. D’ou je tire cette information? Je la tire d’un rêve qu’il m’ a été donné de vivre et ou l’on me montrait tout ce qu’il allait arriver sur terre concernant l’humain jusqu’en l’an 2100
    A h, si l’on se met à croire les rêveurs maintenant! Sauf que ce n’était pas un rêve, j’étais plus éveillé dans ce rêve qu’a mon état ordinaire. Totalement conscient de ce qu’il m’était montré et je me suis réveillé complètement abasourdi et stupéfait en me demandant ce qu’il m’était arrivé. Lontemps je me disais que l’humanité va droit dans le mur a toutes sortes de niveaux et qu’elle finirait par s’autodétruire tôt ou tard. E h bien pas du tout car il y a un élément qui n’est pas du tout pris en compte dans cette vision c’est ce qu’il se passe sur le plan invisible.Et sur ce plan qui n’est pas connu , ni reconnu nous sommes aidés par des myriades de forme de conscience, je prenais conscience de cela, c’était immense. Il est vrai que nous ne sommes conscient que de quelques 5 A 10% de la réalité qui nous entoure et avec ça quel peut être la valeur des conclusions que nous pouvons en trirer. Elles sont fausses bien sûr. Demain est préparer, chaque fois qu’il y aura une grosse difficulté, l’aide sera donnée pour la surmonter même s’il y a des catastrophes au niveau climatique ou autres tout en place pour qu’un monde nouveau et différent puisse venir, même s’il y a inévitablement des conflits et des difficultés à traverser. Plus la peine de se prendre la tête et de « criser » car nous sommes pris en charge a un point que nous ne pouvons même pas imaginer. L’humanité découvrira de nouvelles sources d’energie dite « libre » et aussi ce qu’il se passe après la mort physique ce qui aura un impact considérable sur les structures sociales et la façon de voir la vie sans parler des religions qui devront s’adapter à cette connaissance et revoir leur copie. Nous pourrons aussi communiquer avec d’autres planètes habités par des formes d’intelligences plus avancée que nous dans notre galaxie. Voilà un beau programme et encore une fois pas de quoi s’inquièter pour rien. Henri

  • Philippe
    Publié le 05:01h, 21 septembre Répondre

    Bonjour à vous,

    Je rêve d’un monde ou l’argent n’existerai plus, ou chaque être humain aurait tous le nécessaire pour vivre sans contraintes matérielles, un monde ou l’échange et les explorations sociales seraient partagés sans préjugés, un monde ou l’être humain serait le centre de l’évolution en harmonie avec la nature. La valeur de l’évolution du libre arbitre en amour, en compétence et en conscience est capitale et cela passe par connaître qui je suis et ou je vais.

  • Chantal
    Publié le 05:01h, 21 septembre Répondre

    Mais ce mouvement coordonnateur dont tu rêves, existe déjà, Jean-Jacques ! Il s’agit du Mouvement des Colibris, fondé par Pierre Rabhi en 2007 et dont la mission est « d’inspirer, relier et soutenir tous ceux qui participent à construire un nouveau projet de société »..J’en suis adhérente.

  • Philippe
    Publié le 04:53h, 21 septembre Répondre

    En résonance avec ta perspective spirituelle et humaine cher Jean-Jacques, voici ma petite contribution :

    J’aspire à une co-existence d’hommes et de femme de coeur, dans l’empathie et le partage, un monde où la grandeur se mesure à l’attention qu’on porte à plus petit que soi. Où chacun fait un vrai travail sur soi dans l’écologie de l’âme, pour en finir avec le tout-à-l’égo. Bonté, prévenance, générosité. Un éco-système tourné vers la beauté de l’être plutôt que l’illusion de l’avoir, l’éducation plutôt que la coercition et la manipulation, l’enrichissement mutuel au lieu des divisions sociales, religieuses, nationales, politiques, la créativité et le savoir partagé plutôt que la productivité et la compétition, pour s’épanouir dans ce qui nous fait vraiment vibrer, sans plus que l’argent ne soit un frein ou un objectif.

    Accompagnant en hypnose thérapeutique et spirituelle, j’ai repris des études universitaires pour me former aux techniques multimedia et audiovisuelles, avec en ligne de mire le partage et la diffusion de nouvelles valeurs humaines et spirituelles (dans le sillage de Tystria, Inrees TV, la Télé du grand changement, etc.) .

    Amicales salutations, dans la joie de te lire et de t’écouter à nouveau…

  • de Nayville Marie-Françoise
    Publié le 04:47h, 21 septembre Répondre

    21-09 jean Jacques, pour revenir aux idées des Brahma kumaris ..il n’est pas possible d’envisager de créer un nouveau monde dans ce contexte actuel..je viens de taper ceci

    Baba nous en parle et Il nous dit en particulier que tout ce qui est inscrit dans le drama, après la grande guerre, il y aura le paradis exactement comme cela fut il y a 5000 ans.

    les cours sont gratuits http://www.rajayogameditation.fr

    cordialement

    vouloir créer un nouveau monde ici c’est une perte de temps…il faut se connecter à l’Ame Suprême notre Père à tous et Lui Il nous envoie dans un Nouveau monde magnifique qui arrive bientôt !!

  • Annick
    Publié le 04:27h, 21 septembre Répondre

    Apprendre à accepter que l’autre ne soit pas d’accord avec nous et à l’aimer, à s’aimer soi-même, à lacher prise, à s’ouvrir. Il y a beaucoup de chemin à parcourir et la voie est parfois étroite, mais nous sommes en route.

  • Pierre
    Publié le 04:20h, 21 septembre Répondre

    J’apprécie, aussi, cette phrase…: « Même l’ermite a besoin des autres…ne serait-ce que pour se définir comme ermite. »
    Voilà matière à réflexions, non?

  • Jihene. M.
    Publié le 02:57h, 21 septembre Répondre

    Bonjour JJC.
    Merci pour votre courriel et c’est avec plaisir que je contribue avec vous dans la création et l’intégration d’un monde de Paix, de valeurs suprêmes et de prospérité car je pense fort que c’est la mission de tout être humain sur terre.

  • agnès Gautron
    Publié le 02:45h, 21 septembre Répondre

    W
    WAOUH;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;Jje viens de finir de te lire ,quelles belles émotions MERCI.Je souhaite un mondeou les enfants ne seraient plus domestiqués,ns prendrions soin de notre mère terre et de ns même,ou ns vivrions en conscience en développant l AMOUR INCONDITIONNEL ,et LA SAGESSE TOLTEQUE;;;;;;;Mes valeurs authenticité,respect,gratitude,bénédiction,bienveillance.partage.Ma contribution est encore un peu flou .Merci à toi je me sens moins seule et différente

  • Gabriel
    Publié le 02:15h, 21 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques et bonjour à tous
    Merci de nous parler sincèrement de toi et de on ressenti.
    Pour moi, je rêve d’un monde où l’Amour et le respect (de la vie, de la nature, des humains …) seront la priorité des priorités.
    La valeur minimum à promouvoir serait le respect qui permet la vie, mais je pense qu’il est possible d’aller jusqu’à l’Amour qui Lui est source de vie
    Je souhaiterai contribuer à cela mais plus avec un contact réel avec les personnes que par le biais de l’informatique qui est un outil bien utile mais avec lequel je ne suis pas trop à l’aise
    Pour l’instant je n’arrive pas trop à trouver…. mais ton mail me laisse espérer…
    Merci

  • Anne
    Publié le 01:26h, 21 septembre Répondre

    Bonjour à vous les créateurs de notre nouveau monde,
    Je rêve d’un monde dans lequel nous serions capable d’accepter l’autre. Pas de le comprendre ou d’être comme lui, juste l’accepter comme il est, comme d’accepter ce que je suis.
    Je suis actuellement en recherche de la contribution que je peux apporter. Ma première action est de « sortir du jeu » et de la course au consumérisme. Jeu dans lequel je m’étais inscrite en bon petit soldat. Je ressens la présence de cette énergie silencieuse dont tu nous parles et je suis heureuse d’en faire partie.
    Je reste ouverte et vigilante, prête à agir quand je saurais que je peux contribuer, sans m’agiter
    Avec toute la joie que ce nouveau monde éveille en moi, je vous souhaite à tous un chemin lumineux !!

  • Cathy B.
    Publié le 01:25h, 21 septembre Répondre

    Merci Jean-Jacques pour ce coming out spirituel qui résonne au plus profond de moi! Je rêve depuis longtemps d’un monde où la gentillesse est reine, un monde basé sur le respect, le partage et la collaboration, un monde où l’amour est roi! Je ne crois qu’à une seule croissance infinie, celle de l’amour et de la joie!

    Je me sens un peu isolée dans mon petit village d’un petit canton de la petite Suisse, et j’ai tenté plusieurs réseaux sociaux alternatifs sans être pleinement satisfaite. Je suis donc très intéressée à participer à l’émergence de ce nouveau monde avec ma bonne volonté et ma curiosité, mes compétences informatiques et langagières. Je peux par exemple écrire ou relire des articles, éventuellement les traduire de l’anglais, animer un groupe social, organiser des rencontres locales ou des événement d’envergure, etc.
    J’ai hâte de commencer !

  • Rétrocausalite
    Publié le 00:28h, 21 septembre Répondre

    Merci de cette tribune

    Il y a plus de certitude que la méditation de groupe puisse arrêter la guerre tout comme on appuie sur l’interrupteur d’une lampe pour que la lumière jaillisse, que de certitude que l’aspirine réduise le mal de tête, C’EST UN FAIT SCIENTIFIQUE qui a été validé et tout cela est vérifiable dans mon article avec les liens sources fournis

    Juste une Équation simple à retenir :
    (1% de la Racine carrée de la population mondiale)
    La masse critique de la Population mondiale se traduisant par cette équation :

    Équation : mc = √ de 1 % de la population mondiale
    [(▲ P x 1%)√] = mc
    [(7 640 000 000 1%)√] = 8740
    ▲ P = Delta de la Population mondiale
    mc = Masse Critique
    8740 personnes est le chiffre correspondant à la masse critique résultant de la racine carrée de 1% de la population mondiale.

    Lire la suite

    https://retrocausalite.blogspot.com/2018/08/mt-meditation-transcendantale-ayur.html

  • Karine N. Bourcartyoutube Karine
    Publié le 00:21h, 21 septembre Répondre

    Eh bien j’ embrasse à pleins bras ce mouvement je crois que depuis fort longtemps. Cela m’ a ris des années à découvir un terme qui m’a aidée à être différente et en même temps à pouvoir appartenir à ma communauté, èt c’est probablement pourquoi a 22ans j’ ai abandonné ma culture d’origine et a 22 ans a changer de continent. Je suis « atipique ». Je n’ ai jamais pensé comme les autres, j’ ai vécu hors circuit toute am vie. J’ ai crée ce que la société ne me donnais pas, groupe de mères pour élever nos enfants en équipe amoureuse, école hors du système et la liste pourrait être interminable. Don oui embrassons nos différences et aussi notre besoin d’union.
    je suis prête à collaborer dans al mesure de mes moyens…. , depuis un autre continent masisla distance est une illusion donc unissons nous…..
    Bien venu au réveil de monde nous en avons tous grand besoin.
    EN AMOUR

    KARINE

  • mickypatsy
    Publié le 23:25h, 20 septembre Répondre

    Je suis très consciente de mon isolement, (malgré quelques responsabilités associatives utiles), et je ressens de l’amertume quant à ma responsabilité d’avoir contribué à cette société destructrice. . Il y a urgence à trouver des solutions…. Je partage vos constatations, votre point de vue et m’intéresse vivement à la suite de vos actions. Merci en tout cas de tenter quelque chose….

  • Annie
    Publié le 21:12h, 20 septembre Répondre

    Quelle merveilleuse prise de conscience tu m’apportes. J’ai encore à laisser porter ton message mais ça résonne à la bonne place. Les chiffres sont impressionnants (quelle belle communauté!) mais quand on y pense, c’est vrai que je ne suis pas seule à penser différemment, mais c’est seulement que je me croyais seule….

  • Smail Hamza
    Publié le 20:57h, 20 septembre Répondre

    Cher JJ …
    Ceci n’est pas un commentaire à ta lettre mais juste ma pensée personnelle suivant ma propre quête spirituelle que je partage
    « Parce qu’il existe une autre réalité que celle qu’on nous propose ou nous impose » Oui effectivement.
    « Pour que la lumière jaillisse il faut que les illusions s’écroulent » ça me parle vraiment.
    J’entends par Réalité la Réalité de l’existence donc la Vérité si tu l’attends d’un être humain comme toi ou moi tu te goures.
    Quand on cherche la Vraie Vérité, avec sincérité et de tout son âme, c’est elle qui nous trouve.
    Venant au monde nos parents nous imposent leur vérité, souvent héritée de leurs parents aussi et la majorité humaine adopte cette vérité toute prête c’est pourquoi les chrétiens engendrent des chrétiens, les musulmans engendrent des musulmans, les juifs engendrent des juifs …etc. Pour ceux-là, la question à se poser à titre d’exemple : Si mes parents étaient musulmans serai-je chrétiens et on inverse pour chacun. Là on commence à faire passer nos convictions en épreuve dans le seul but de chercher la Vraie Vérité et en sortir de la vérité parentale, puis sociale, pour pouvoir accéder à la Vérité Universelle. Il n’y a pas plus lourd pour l’être humain que de se débarrasser de sa vérité influencée puis adoptée par son parcours de vie familial, social, intellectuel et remettre le tout à zéro pour un cheminement authentique raisonnable et sincère vers une Vérité toute autre mais qui nous rendra même la mort paisible car c’est vers sa rencontre que l’on va tous un jour ou l’autre malgré nous.
    Mais on n’existe pas pour disparaître et il y a vraiment de quoi s’inquiéter.
    Ma première vraie « crise » était avec Dieu » existe-il ou pas ? qui pourrait me donner une réponse ? ou devrais-je chercher ? dans les religions ? Logiquement non car je devais d’abord croire à l’existence d’un Dieu Créateur pour pouvoir croire qu’il aurait pu envoyer un fils ou des messagers avec des livres sacrés ou des prophètes ? Chez les philosophes ? Eux on dirait que chacun a trouvé sa vérité en se contredisant entre eux et je ne cherchais pas à adopter une vérité qui m’arrangerait car c’est ce que font les gens intellectuels au final généralement mais pas moi car mon niveau intellect ne me permettait pas de démêler les contradictions des philosophes et celles des scientifiques aussi d’ailleurs … Mais ma lecture sur Socrate a laissé une grande empreinte sur mes démarche, son « Connais-toi toi-même » m’avait marqué profondément.
    Mais pour dire et juger que tel a raison et dit la vérité cela n’impliquerait-il pas que la Vérité existe en nous au préalable ? Et si la Vérité existait en nous pourquoi la chercher ailleurs ? les questions foisonnaient et que du lourd jusqu’au jour ou j’avais frôlé la dépression et décidé de focaliser sur une seule question à la fois en les classant par ordre de priorité de manière à ce que la première réponse m’aiderait à élucider la suite des choses. Donc retour à la question initiale primordiale et impérative : l’existence d’un Créateur de tout cet Univers mais vu mon désespoir de trouver ma réponse chez les humains, ou dans les livres sacrés, philosophiques ou scientifiques, mon intérieur me guida vers ce Créateur et me dit que la Vraie réponse ne doit émaner que de Lui s’il existe Vraiment, il doit bien m’entendre et sachant que je me cherche et je le cherche, il me doit bien une réponse sincérité oblige, la balle était dans son camp …
    Malheureusement une minorité de personne prennent ce cheminement vers la Vérité avec sincérité et je vous assure que l’on existe que pour la chercher et la connaitre mais l’être humain ignore ou oublie le pourquoi même de sa propre existence airant dans la nature, dans la vie de tout les jours avec ses hauts et ses bas, ses joies et ses peines jusqu’à ce que mort nous sépare.

  • sophiesse
    Publié le 20:49h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Ton courriel résonne en moi. Je rêve moi aussi de ce monde ou le coeur et l’amour sont les valeurs fondamentales et respectées.
    Cependant, il y a une partie de ton courriel qui m’a fait ciller et frémir, c’est celui ou tu parles de « Ce combat, il faudra le mener avec des armes qui s’appellent la vérité, la transparence, la fermeté et le respect inconditionnel de la vie. »
    Je crois sincèrement que nous ne pouvons pas, ne devons pas « combattre » quoi que ce soit. Ce serait entrer dans une guerre, et on sait comment ça finit les guerres!!! Au contraire, plus l’acceptation, l’accueil de ce qui est sera intégré, plus le pardon, la libération, l’amour pourront prendre leur juste place.

  • Michael charlier
    Publié le 19:18h, 20 septembre Répondre

    Je suis révolté de vivre dans un monde où seul le profit compte , j’ai vu un reportage ici dernièrement qui disait comment nos gsm sont fabriqués c’esT inimaginable. Un gsm coûte à la main-d’oeuvre 2,38dollard à pêne le prix d’in Pain et on nous vend ça 900€ des enfants travaille 13h par jour avec seulement 2 jours de congé par mois. Je me demande quoi faire car c’est gens sont sans cœur et nous on a l’impression d’etre Impuissant mais si on est si nombreux à être révolté il est temps de changer les choses et remettre l’egliSe au milieu du village merci jc

  • Yves
    Publié le 18:17h, 20 septembre Répondre

    Quel est le monde dont tu rêves, ? Un monde sans limite en expansion en vision en collaboration. Je veux créer des points de rassemblement dans les églises, édifices abandonnés pour y ramener un centre local de rencontre avec multi-média, jeux, sports, santé, restos, information, formation…
    Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?
    Le plaisir, la légèreté, l’esprit du jeu et promouvoir la connaissance de notre divinité.
    Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?
    Je n’ai pas d’attaches où j’habite au Québec. Je suis dans un groupe de co-création d’abondance concret et suivons le nouveau système économique basé sur un système financier quantique. Une réévaluation des monnaies « très sanctionnées » de part le monde est imminente et avec cette argent je pars tous ces projets humanitaires dans le monde. C’est excitant. C’est la victoire de la lumière. Bon, je sais que ce n’est qu’une vision mais très organisée et réelle. Il y a une organisation et des êtres de lumière y participent. Bon, encore un rêveur mais j’y crois. Il y a autre chose que ce qu’on voit.
    Bon succès!

  • Daniel LEONARD
    Publié le 17:17h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    J’ai lu et relu ton message et je regrette mais je ne partage pas tout à fait ton analyse.
    En effet c’est toute l’humanité qui est affectée par les conséquences de ses erreurs à répétition.
    Nous sommes tous sur le même bateau et ce navire, gigantesque va droit sur un iceberg.
    Et je crois qu’il est bien (trop) tard pour dévier suffisamment sa route afin d’éviter le choc frontal et les conséquences qui s’ensuivront.
    C’est comme si nous étions tous sur le Titanic!
    Ainsi par exemple les conséquences dramatiques du changement au niveau du climat n’épargneront sans doute personne.
    A réentendre: le texte très explicite de la chanson « Le jour d’après » dont voici un extrait :
    « …..
    On portera nos regrets
    Si nous survivons, peut-être
    Le souvenir dévasté
    De notre ancienne planète

    On emportera nos remords
    De ce temps où l’on savait
    Si honteux d’avoir eu tort
    D’oublier que l’on pouvait
    …..
    Devant notre indifférence
    A l’essence de la terre
    Quand la nature se venge
    Il n’est plus temps des prières
    …. »

    Donc est-il encore temps pour créer un nouveau monde qui soit pérenne.?
    Mais il est juste de favoriser tout ce qui peut concourir autour de si au respect des valeurs humaines.
    Aussi je joints un extrait d’un poème écrit il y a quelques années par Myrcéa Kheom – son nom d’artiste -, qui s’intitule justement : Les Valeurs Humaines et qui est pour moi « La Référence »

    « …….
    Bienvenue à l’Amour
    Qui de toutes les armes
    Appose son velours
    Et sèche toute larme

    Bienvenue à la Paix
    Qui dans les coeurs sincères
    Eteint tous les foyers
    Issus de la colère

    Bienvenue la Sagesse,
    La Tolérance aussi
    Afin que le feu cesse
    Entre tous ennemis

    Bienvenus le Partage
    La Non Avidité
    Qui offrent que s’engage
    L’économie de Paix

    Bienvenues la Confiance
    Et la Pure Volonté
    Qui mènent à délivrance
    Les êtres apeurés

    Bienvenus l’Equilibre
    La Juste Répartition
    Qui permettent de vivre
    A chacun sans affront

    Bienvenu le Respect
    Et la Pure Compassion
    Qui conduisent à aimer
    Ignorant perversion
    ……. »

  • Achoub Mohammed
    Publié le 17:15h, 20 septembre Répondre

    bon soir mon amie,personnellement il serais préférable de ne pas trot rêvez d’utopie irréalisable,le monde tel qu’il est a bien était réfléchie par des visionnaire depuis des siècles,malheureusement pour changé des siècles d’abrutissement conditionner,il faudrait presque autant de temps pour réparer des esprits malade qui ne pense qu’au profit de l’argent,et oublie la valeur humaine des esprits ouvert,pour profiter des esprits étroite qui croit tous ceux que les gouvernement dit fait sans rien changé a la structure politique,tout en nous pondant des lois sur la sécurité des dangers hypothétique que eux même crée pour généralisé une peur globale pour mètre leurres ordre mondial a profit,cependant il n’y a pas beaucoup d’êtres qui sont capable de changé leurs habitude de pensé de vie,qui ne son qu’en vérité que 10 à 15 pour cent de l’utilisation de nôtres cerveaux,la technologie a énormément évoluer,mais les gens non,ils consomme toujours de la même façons,et en plus le monde médiatique ne fait absolument rien pour désabrutire les populations.Cepandent,une nouvelle émergence de conscience qui a exister en parallèle depuis depuis aussi longtemps a ouverts une ne sorte de voie intelligente qui dépasse l’humanité tout entière,cars même le pro grée ne peut plus avancer sans prendre cette dimension invisible en considération cars seule tout découle de celle si,tout le monde a la chance de pouvoirs de ce remètre en question pour réapprendre a vivre avec les lois de la nature sans la détruire,seule la nature humaine a le pouvoirs de changé en profondeur le monde tel qu’ils nous le présente,dit moi si mon état d’esprit peut aider a l’évolution humain?seule l’éternel choisie ceux qui on droit a l’éternité pour atteindre une vie sans fin,et tout cela ne peut que ceux faire dans le non temps,et dans le ici et maintenant en permanence,aussi bien verticale que horizontal seule les pensés diffère,gratitude

  • Maryse
    Publié le 17:13h, 20 septembre Répondre

    Bravo…lecture passionnante…A mon petit niveau oeuvrer aupres des jeunes avec mon club de basket pour promouvoir « le vivre ensemble sainement » le plus possible. Ne flanche pas J J.

  • siriafrik
    Publié le 17:02h, 20 septembre Répondre

    Je suis une femme kémite (noire) donc mon héritage est lourd. Je voudrais vivre dans un monde ou la Vie tient la place la plus importante, sans préjugés sur le sexe et la couleur de peau, ou les enfants reçoivent l’Amour et ou leur éducation n’est pas du dressage, ou je peux respirer le parfum des fleurs et me nourrir de ce que la Terre nous offre avec tant de générosité sans engrais et pesticide chimique.
    Depuis des années je tourne en rond et je tourne et je retourne dans ma tête et dans mon corps, spiritualité, écologie, croissance personnelle…Je me suis perdue, j’ai désespérée, j’ai pleuré, j’ai détesté ce monde, les humains, mais j’ai espéré, j’ai ri, je me suis engagée à fond dans la mise en place d’une ferme agro-écologique, dans la transmission de savoir auprès des personnes que je rencontre, soit dans ma profession de psychologue et de formatrice, soit dans la rue…Depuis 5 ans je suis en pleine remise en question, et c’est une des raisons pour laquelle je me suis inscrite à ta formation et là je trouve une réponse…Oui nous avons besoin de nous connecter, reconnecter… je vis en Afrique…
    L’agriculture biologique prend de l’essor dans ma communauté et en 10 ans j’ai vu se transformer les mentalités et les pratiques en mars j’ai participé à un talk show intitulé « je veux construire un monde meilleur.. »…
    Je veux participer à ce mouvement…

  • Henri
    Publié le 16:50h, 20 septembre Répondre

    Bonjour, Permet moi de te tutoyer puisque nous en sommes la.. Il n’y a pas d’inquiétude a se faire concernant le monde nouveau ou nous allons. Ça se fera avec ou sans nous d’ailleurs. Sur quoi je me base? Je me base sur un rêve qui m’a été envoyé, un rêve qui n’était pas seulement un rêve, C’était toute une information ou tout m’était révélé du devenir humain jusqu’en l’an 2100. Et je n’étais pas le seul a bénéficier de cette information. Ah, si on se met a croit ce que nous disent les rêveurs maintenant ! Non ce n’était pas un rêve parce que j’étais plus conscient que lorsque je suis éveillé. Bref, l’humanité ne s’autodetruira pas, il n’a pas d’holaucoste mondiale de prévu, ni rien de tout ça, tant pis pour les prophètes de mauvais augure. Ça ne veut pas dire que ça va se faire sans mal, surtout au niveau catastrophe du au climat,Mais il n’y aura pas de guerre nucléaire total. Chaque fois qu’il y aura un gros pépin, l’humanité sera assisté et aide pour le résoudre. Au niveau de l’invisible, il y a myriades de forme de conscience qui travaillent sans cesse pour aider l’humanité a se développer et surmonté sa « crise ». Nous n’allons pas droit dans le mur comme les apparences peuvent le laisser croire parce que nous sommes pris en charge d’une façon qui ne nous est pas connu.Mais tout est sur les rails, Nous ne somme conscient que de quelques pour cent (5 a 10) de la réalité qui nous entoure et avec ça nous en tirons des conclusions qui sont archifausses bien sûr.l’humanite découvrira de nouvelles forme d’énergie dite libre, et surtout ce qu’il se passe après la mort. Ceci aura un impact énorme pour transformé toutes les structure s sociales sans parler des religions qui devront bien s’adapter a cette réalité. Vers 2070 l’humain pourra communiquer avec d’autres mondes habite et intelligent dans notre galaxie. Tout est déjà en place pour que cette réalisation puisse avoir lieu et il n’y a pas de soucis a se faire outre mesure. Si ça peut t’aider dans ta vie, je n’aurais pas recu le cadeau inestimable de cette information pour rien.

    • Maryse
      Publié le 04:02h, 21 septembre Répondre

      Merci Merci Henry….Maryse ( 17h 13 le 20 septembre. )

  • Jean-Marc BRODHAG
    Publié le 16:20h, 20 septembre Répondre

    cher Jean-Jacques,
    un grand bravo et un fervent merci.
    Je suis en phase à 100 % avec ta démonstration pertinente et puissante.
    Jeune retraité depuis 1 an je suis en train d’écrire une monographie dans le même esprit.
    J’ai passé ma vie à me rendre miroir positif et constructif de publics en difficultés, licenciés économique, migrants en recherche d’un renouveau. Mais l’insertion et la réinsertion consistent en France à rendre à nouveau serviles les forces vives. L’éducation populaire est en train d’être effacée des logiques de la brutalité institutionnelle et économique.
    Nous venons de créer une coopérative de formation avec 20 collègues, formateurs, coachs, et accompagnants, dans l’esprit de la transmission et la préservations de valeurs. C’est COOPALLIA. Le site : coopallia.fr relions-nous !

  • Alain
    Publié le 16:16h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,

    Un grand merci pour ton initiative.Je partage un grand nombre de tes constats et je pense également que nous sommes très nombreux à le faire et également à ignorer cette proximité de pensée et de ressentis.
    Pour ma part je désire vivre dans le même monde mais mon désir se porte sur l’émancipation des personnes, sur la conscience répandue de la beautée et de la fragilité de notre monde.
    Moi aussi je traverse une crise existentielle personnelle que je sens quelquefois partagée par pas mal de personne autour de moi.Je crois et pense depuis un certain temps que nous avons le devoir d’aller explorer les zones sombres des nos vies et de nos personnalités.
    Il y a cependant un élément important à mes yeux qui n’apparait pas dans ton message mais je ne fais qu’exprimer mon point de vue.A mon avis ceux que tu désignes comme les puissants de cette terre ne verront pas d’un oeil tranquille ariver un mouvement défavorable à leur positionnement.Je crois pour ma part qu’une partie de leur stratégie est déjà largement en cours avec notament la diffusion à grande échelle de moyen de distaction massif pour maintenir les masses dans l’ignorance et la servitude »volontaire »(joyeusement participative).Aussi je pense que la notion de rapport de force est inévitable et je crois qu’il ne faudrait pas que cette notion reste impensée dans l’ensemble des actions pouvant accompagner les prises de conscience que ton initiative appellent.
    Je veux citer par exemple le travail qu’effectue Valérie Cabanes avec une ONG, ils luttent pour que la nature devienne une personne juridique, seul moyen pour qu’enfin des lois voulant la protéger puisent enfin être apliquées.
    Autre exemple: les COP21, 22….. sont toutes cadrées par un texte qui dit que l’on peut décider toutes sortes de mesures de protection de la planète » dans la mesure ou cela n’entrave pas la libre circulation des matière….c’est à dire du commerce mondial!Par conséquent , je pense que même si l’idéologie est source de dérive ,il me parait à l’heure de la 6ème ectinction des espèces et à l’approche d’un effondrement systémique mondial , difficile de ne pas se pronocer contre la financiarisation de l’économie et du grand déménagement permanent du monde.
    Bon j’arrète avec les sujets déprimants, merci encore Jean-Jacques je reste à l’écoute de tes projets et propositions.

  • Natacha
    Publié le 15:50h, 20 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques,

    Merci pour votre e-mail très inspirant et courageux.

    Voici mes réponses :

    • Je rêve d’un monde où les personnes se sentiraient suffisamment bien dans leur peau et où elles auraient reçu suffisamment d’amour de leur entourage pour ne pas éprouver le besoin de déverser – dans un énorme cri de souffrance personnel – leur haine sur les réseaux sociaux, d’un monde où il n’y aurait plus de violences ni physiques ni verbales envers aucun être humain, végétal, minéral ou animal afin que plus personne n’ait à se poser la question : « Mais comment peut-on faire/dire ça ? ». Un monde où la destruction de soi et des autres n’existe plus.
    • La bienveillance, le message de Jésus-Christ « Aimez-vous les uns les autres », la compassion, la compréhension, la tolérance, le respect absolu de tout être vivant, l’humour, l’autodérision, l’Altruisme (Grand A, notez), la générosité, la valorisation et l’encouragement de chacun dans son être (Laisser les gens être eux-mêmes, arrêter le jugement…), la joie (voir la joie, les petits bonheurs, la beauté dans tout plutôt que le pessimisme. Aimons la vie !!) Alléluia
    • Je voudrais écrire. Mais pas écrire toute seule dans mon coin derrière l’ordi… une écriture collective en présentiel, tous ensemble dans une grande oeuvre artistique rose fuchsia (je m’emballe…)

    Sinon, je cherche justement un emploi 😉 Mais je vous remercie de m’avoir lue et envoie de l’Amour vers tous

  • Hannah
    Publié le 15:32h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques
    J’ai toujours trouvé super pertinentes tes prises de position et surtout tes remises en question comme ta lettre lorsque ton film sur Hamer a été interdit de projection.
    En tant que thérapeute j’ai passé aussi quelques crises pour sortir de la thérapie dualiste ou quelqu’un ne va pas bien et cherche à s’enlever son mal pour aller mieux.
    Je sais aussi que le monde extérieur est une projection de mon monde intérieur donc tant que je vais vibrer à l’injustice, je vais la voir dans le monde.
    1°)Le monde dont je rêve c’est celui où un plus grand nombre d’humains se reconnait dans sa véritable nature et sort de ses souffrances et de ses croyances qui les entretiennent.
    2°) Mes valeurs sont la conscience, la liberté intérieure et extérieure, l’ouverture du cœur et la joie d’œuvrer ensemble
    3°) Ma contribution: transmettre et enseigner tout ce que je découvre et qui n’entretient pas les dualités

  • chrys
    Publié le 14:56h, 20 septembre Répondre

    Pour que la lumière jaillisse il faut que les illusions s’écroulent..Ca te parle Jean-Jacques ?.Avais-tu, avions-nous trop d’illusions sur ce monde ?

  • Arnaud Joubaire
    Publié le 14:45h, 20 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques,

    Voici mes réponses à tes 3 questions :

    1/ Je rêve d’un monde plus équitable, plus juste, plus respectueux, plus humain, un monde où tout le monde trouverait sa place, n’aurait pas à se battre pour utiliser ses talents. Un monde plus fraternel où chacun, chacune reconnaîtraît la valeur de chaque personne, un monde où il n’y aurait pas d’argent, seulement des échanges entre les individus. Un monde où l’écomanité aurait remplacé le capitalisme. Je rêve enfin d’un monde sans dogme, sans -isme, un monde où on pourrait évoluer en conscience, un monde sans agressivité, sans rapport de force, avec beaucoup de générosité…

    2/ Les valeurs principales que j’aimerai voir dans ce monde seraient : La liberté – L’intelligence – L’ouverture – La justice – Le respect – La sagesse

    3/ Ma contribution serait de transmettre mes apprentissages de vie, de permettre aux personnes de prendre du recul, de comprendre l’évolution de la nature humaine et de les aider à grandir en conscience notamment en apportant une vision philosophique et humaine de la vie. Je pourrai également transmettre des enseignements de sagesse des figures inspirantes que j’ai pu côtoyer dans ma vie ou leurs enseignements.

    Et en toute honnêteté, je pense que seul ce Monde pourrait m’enchanter…

    Bien à toi,
    Arnaud

  • Carine
    Publié le 14:39h, 20 septembre Répondre

    Bonjour JJ, oui je suis tout à fait d’accord avec toi. J’ai travaillé 20 ans dans l’industrie pharmaceutique que je viens de quitter pour me lancer dans un projet personnel. Par la suite j’aimerais tellement mettre mes compétences au service d’une autre forme de soins. Je suis persuadée que si nous faisions le genre d’études qui sont faites avec les médicaments sur d’autres moyens thérapeutiques (activité physique, jeûne, méditation, sophrologie etc…) nous aurions des résultats qui qui feraient pâlir de jalousie les laboratoires pharmaceutiques. Mais comment faire ça à grande échelle? Qui serait prêt à sponsoriser ces études? Je souhaite sincèrement que nous allons évoluer dans le bon sens. Merci pour toutes tes émissions qui m’ont beaucoup apporté. Signé une ancienne élève de l’académie de la vie en mouvement (AMV4). Amitiés, Carine.

  • Michelle Fournier
    Publié le 14:36h, 20 septembre Répondre

    Cher Jean Jacques,
    Merci tout d’abord d’avoir eu le courage d’écrire cet article que vous nommer « état de crise ». Je ne pense pas que ce soit une crise mais une prise de conscience, un déclic. Et une prise de conscience balaie tout sur son passage, toutes les croyances qui nous ont façonnées, dressées, manipulées, imposées, empoisonnées, pour nous abêtir et nous asservir !
    Bravo d’avoir écrit ce que nous pensons.
    Et voilà maintenant quoi en faire !
    J’ai un rêve qui se réalisera si toutes les personnes qui partagent les mêmes idées créent ensemble dans un premier temps un égrégore pour atteindre la masse critique qui sera le point de basculement d’un grand changement.
    Ensuite viendront les multitudes d’idées qui bouillonnent dans les têtes de tous ceux qui vous lisent.
    Merci encore
    Amicalement

  • Véronique
    Publié le 14:33h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques
    Je me retrouve complètement dans tes propos. Je me suis fait piéger dans la fuite de ce système comme tu le décris si bien. Mais 30% de la population, franchement je ne pensais pas qu’on étaient autant ! Merci de cette info. Je pense aussi que l’énergie d’un groupe est très importante. C’est en tout cas ce qui m’a manqué pour m’épanouir.
    Depuis toute petite, je me suis depuis toujours sentie en décalage par rapport au monde dans lequel j’évoluais, créant des boucliers de protection . Du coup, aujourd’hui, j’ai un peu de mal à oser rêver de nouveau, mais tu ouvres une brèche.
    Les valeurs principales que je voudrais mettre en avant ce soir seraient l’amour et le respect de chacun, de chaque règne, la LIBERTE d’être sans jugement, la bienveillance, la joie. Partage et tolérance seraient naturels. Le mensonge n’aurait pas sa place, la peur non plus.
    Merci de ta clairvoyance et de nous rassembler. Je suis heureuse de ta confiance

  • Valérie DUHAMEL
    Publié le 14:29h, 20 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques,
    Je suis partante pour co-construire les fondements d’un monde des humains conscients et réveillés. Il sera humain, simple et accessible à tous et avec au moins tous ceux qui se reconnaitront dans ton mail.
    Étudiante dans une de tes académies, à 56 ans ! parce que j’en ai eu assez de subir et que déjà tes vidéos m’interpelaient.
    « Crise » me gêne un peu … ce terme me donne le sentiment d’entendre un truc négatif et destructeur … comme « crise de nerfs » ou autre « crise économique » … tu vois que je suis bien conditionnée. Je préfère « coup de gueule » ou « coup de poing sur la table pour dire STOP » et « ajouter et maintenant, ensemble, on redresse la barre comment ? « . Innovation et création : BINGO et cette fois ce n’est pas pour faire du fric. C’est pour mieux être, vivre mieux chacun, avec chacun de ses talents … BINGO.
    J’attends (mais je vais aussi travailler et réfléchir de mon côté) tes analyses et les étapes à discuter avec toi (et ceux qui te rejoindront ) pour évaluer avec toi la feuille de route, pour trouver dans mes talents comment faire émerger notre nouvelle communauté, sans GOUROU, ni idéologie, juste l’admiration sans borne des capacités de notre corps, notre esprit, nos richesses internes, nos capacités, nos dons, nos talents …
    Bref pas de crise,plutôt une belle révolution humaine où les armes sont les talents et le nombre … J’adore.
    Je ne suis pas une illuminée, je suis une congénère.
    Bises Jean-Jacques. Bises fraternelles de « créateurs ». Valérie

  • Nath
    Publié le 14:27h, 20 septembre Répondre

    Bonjour
    Merci pour ce texte qui résonne (ouf,on est + nombreux que je ne le pensais)
    Mon rêve est un monde ou chacun trouve sa place et s’y sente bien
    Les valeurs: liberté_paix-harmonie-respect-partage-humanité
    En ce qui concerne ma contribution, je gère une asso humanitaire et je suis également formatrice, donc si message à faire passer, avec plaisir!

  • Peggy
    Publié le 13:59h, 20 septembre Répondre

    Moi je rêve d’un monde sans injustice. Un monde où toutes les personnes se respectent mutuellement dans la compassion et l’amour. Un monde où l’autre aide celui qui ne sais pas la vérité lui enseigne à la voir. Un monde où l’on cesse de mentir à nos enfants sur qui nous sommes vraiment. Un monde de paix de sagesse et d’amour où l’on verrait tout l’humanité qui rayonnerait sa lumière intérieure. Il est temps pour nous d’être la lumière, d’être ce que nous sommes

  • Marie Bao
    Publié le 13:55h, 20 septembre Répondre

    Bonjour jean jacques,
    Cela fait plusieurs mois que je reste isolée du monde mais ton message, jean jacques, me réveille et me permet de prendre conscience que je ne suis pas seule à être « à part ».
    Visualisons ensemble ce monde de PAIX, de PARTAGE, d’ AMOUR et d’ HARMONIE. Paix du cœur, paix de la conscience, paix intérieure avec un sourire aux lèvres ne voyant que la perfection qui nous entoure. Même les médias sont là pour que nous fassions le choix de rester en paix, sans les juger. Chacun n’a-t-il pas son libre arbitre? Ils peuvent dire ce qu’ils veulent mais nous, restons dans notre paix pour influencer davantage et plus fort qu’eux toute la planète. partageons notre croissance (spirituelle, mentale, émotionnelle, notre évolution vers ce monde que nous visualisons au fond de notre esprit et de notre coeur, partageons-le tout simplement avec notre détermination à faire UN avec tout ce qui vit, tout ce qui existe.
    Soyons l’amour altruiste: tout simplement en vivant comme ceux qui connaissent l’Annapurna, ces hautes montagnes qui nous font vraiment changer de vision du monde (si tu as pu faire ce chemin, jean jacques, tu m’as compris, tu vibres déjà avec ces vibrations de paix, d’amour, de partage, etde gratitude, de sentir que nous sommes tous unis (liens invisibles mais réels!) Etre en harmonie avec tout ce que l’on voit, ce que l’on rencontre, avec qui on parle (écouter vraiment l’autre) …
    Est-ce trop « spirituel » comme on me le dit si souvent? Non, j’étais comme toi, Jean jacques piégée par mon éducation, ma culture, mes relations … j’ai eu l’opportunité de passer par une grave maladie pour me rendre compte, comme toi aujourd’hui, que nous n’avons jamais su chercher le plus profond désir de notre coeur. nous faisions plaisir aux autres, suivions les autres pour ne pas être « seuls » … et pourtant on se sentait seuls … bref, mon message risque d’être trop long. Est-ce Gandhi ou Mandela qui disait « ne cherchons pas à changer le monde, mais soyons le changement que nous voulons voir dans le monde » (ou quelque chose d’approchant).
    Oui, je suis vraiment prête à;contribuer avec toi à faire de ce monde un monde où tous les gens sont heureux.
    Comment faire? Comment contribuer?
    Ma proposition est que fasses une petite « conférence transcrite » et que chacun va lire. mais avant d’y répondre, que chacun vive une expérience après avoir mis en pratique ce que tu demandes dans ta conférence. Sinon chacun va apporter ses idées et rien de concret n’aura été fait pour que le mouvement démarre. Créons des petit groupes de personnes d’abord, « like-minded »
    people, with heart and mind congruent … et disons franchement nos difficultés, nos succès, nos erreurs, etc… c’est encourageants et les réussites des uns donnet des idées aux autres. Quel est donc le plus grand désir de notre coeur? Focalisons-nous dessus dans toutes les situations et nous arriverons à un résultat.
    Voilà Jean jacques, j’apprécie avec plaisir ton tutoiement, merci pour tes efforts et ton courage, pour tes cours, tes formations … tu ne ^’entends pas souvent parler, mais je te lis beaucoup, je relie tes formations …. je progresse pas-à-pas mais je vois le changement qui s’opère réellement en moi.
    MERCI! Much love and blessings
    Marie

  • Sylvie
    Publié le 13:55h, 20 septembre Répondre

    Je veux un monde égalitaire ou tout le monde a droit a sa place. Ou nous serions respecte dans notre intégrité au niveau de la sante et de l’alimentaire. Que l’amour soit notre slogan et notre manière de vivre. Que l’argent ne soit qu’un outil pour servir tous les humains de la terre et non juste les grosses multinationales. Et celles-ci arrêtent de nous empoisonner légalement. Surtout qu’un mouvement planétaire soit créer afin de faire entendre aux décideurs ce que nous ne voulons plus. Finalement je veux tant de choses afin que notre libre arbitre soit considérer et entendue. Merci pour cette belle lecture

  • CAROLE
    Publié le 13:49h, 20 septembre Répondre

    Bonsoir Jean Jacques

    Je suis une de tes étudiantes de la vie en mouvement. Je n’ai pas eu jusqu’à présent le besoin de t’écrire . Aujourd’hui, c’est différent, il me tarde d’en savoir plus sur l’action que tu souhaites mener. Je suis prête à apporter ma modeste contribution. Je ne sais pas encore sous quelle forme, mais il est temps de se regrouper, de se reconnaître, de s’alimenter les uns des autres. Éteindre la radio, ne pas avoir de télévision, éviter d’être contaminé par l’abrutissement généralisé et voulu, n’est pas suffisant. C’est juste un moyen pour ne pas être encore plus affligé. Il y a tellement de belles choses et de belles personnes sur cette terre, qu’il est temps de pouvoir les reconnaître..
    J’attends la suite et je profite de ce commentaire pour te remercier pour toute l’énergie que tu transmets et la qualité de ta formation.

  • Nicole Audette
    Publié le 13:46h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Quel bonheur de te lire et de lire tous ces commentaires que ta décision a générés. J’ai longtemps attendu ce jour où les gens de bonne foi, souhaitant un monde de paix, d’amour, de partage, de respect et de générosité puissent unir leur force et leurs talents. Tu nous en donnes l’occasion et je me joins de tout coeur à cet élan qui rejoint le désir de millions de personnes comme moi. Ce dont je rêve, je bien de l’énumérer, mais je souhaiterais que le grand rêve de Jacques Salomé se réalise: Celui d’enseigner la communication comme une matière à part entière. Les peuples s’entre-tuent et finissent pas « discuter » après des années et des milliers de morts et de destruction. « YÉMEN, LES ENFANTS DE LA GUERRE » paru au Grand Reportage le 11 septembre dernier, démontre dans toute son intensité, la Folie des peuples les plus riches sur des gens et surtout des enfants sans défense. Dans ce Reportage, on y voit des enfants interrogeant des adultes pour envoyer des messages enregistrés au Secrétaire général de l’ONU. Encore de la fumée dispersée? Des cris laissés sans réponse? Une émission comme les autres? D’en faire part dans ce message est une des manières dont je peux m’impliquer dans ton « merveilleux et grandiose » projet qui me rejoint au plus profond de mon coeur et de mes rêves de femme, de mère, grand-mère et arrière-grand-mère, toujours psychothérapeute à la semi-retraite.

  • Pascal
    Publié le 13:44h, 20 septembre Répondre

    Avis partagé sur les développements de Jean Jacques! Ce monde auquel nous rêvons existe bel et bien et il est nôtre. Rassurant de ne pas se sentir seul et en communauté de pensées avec de nombreux humains qui cherchent dans l’anonymat quotidien des voies personnelles et des chemins différents de réalisation,; C’est dans le partage et la fusion de nos idées et de nos actions que nous construirons ce monde nouveau qui de sa force et de sa juste légitimité se substituera naturellement au monde dominant moribond actuel. Puissent mes vœux vous convaincre de notre réalité bien vivante pour le meilleur de ce que la vie nous a offert en cadeau, celui d’être nous mêmes , avec nos rêves, nos espoirs , notre foi inébranlable dans un monde solidaire, épanouissant? libéré des dogmes et des conditionnement dans le respect des êtres qui peuplent notre planète Terre.

  • Carole
    Publié le 13:40h, 20 septembre Répondre

    Allô JJ ;)))
    WoW …Bravo, j’adore !
    Belle synchronicité 2:22pm AMOUR
    > Moi, ce qui me fait vivre et qui me permet de rêver c’est définitivement d’amener la Paix, l’Amour et la Lumière sur la Terre et dans nos Cœurs !
    > Moi, je trouve très important de vivre en Liberté, Être Autonome, Bienveillant et Serviable !
    > Je considère que les gens doivent être Éduqués afin d’être Autonome alors simplement redonner à chacun SES DONS de Guérison, d’Alchimie et de Bonheur !
    >> Oui …il est l’heure Amigo !
    >>> JE SUIS LÀ avec tout mon Cœur !
    >>>> Fleur de Vérité

  • Sylvie
    Publié le 13:37h, 20 septembre Répondre

    Merci de mettre en mots cette possibilité collective de faire un saut quantique dans le poids que nous tous, concernés par les valeurs de respect, pouvons offrir au monde.
    Une reconnaissance, une légitimité est entrain de prendre irrévocablement forme sur une grande échelle. Waouh! ça me donne la pêche!
    Ces élans et gestes à peine avoués il ya quelques décennies deviennent une référence.
    Que chacun/ puisse y contribuer et en bénéficier pour le plus grand bien de tous.

  • Cecile
    Publié le 13:31h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques, je vais être brève car je ne sais pas si j’arriverai à envoyer Mon courrier ( je n’y suis pas parvenue la fois passée). MERCI de nous donner un chemin où retrouver l’espoir de ce monde . Psychologue, plein de mes patients vivent aussi ce décalage societal qui le déçoit et me questionne tant. Je rêve d’un monde qui priorité le vivant , être humain et même animal. Je rêve d’oeuvreR pour défendre les femmes concrètement car j’ai 2 filles a qui j’aimerais Offrir un monde respectueux , non pollué, riche de sens et d’humanite.

  • Paul
    Publié le 13:28h, 20 septembre Répondre

    En 1er, merci pour ce courriel JJC.

    Et pour répondre à ta question en quelques lignes. je résume.

    L’humanité a besoin de bonheur, d’amour, de regroupement pour contrer la solitude, de respect, de partage d’événement crée pour le plaisir et d’échange constructif toujours dans le but de crée un monde meilleur d’ont ont ressentiraient une appartenance réelle. Sans aucun flux monétaire. Je crée une énergie de complétude à travers ce mouvement et elle me revient simplement et subviens à tous mes besoins fondamentaux, point final. (J’ai du plaisir a vivre la vie tandis que présentement c’est plutôt…)

  • josiane HINCK
    Publié le 13:09h, 20 septembre Répondre

    Merci Jean Jacques pour faire partie de ceux qui ne veulent plus être des pantins de ces gouvernements destructeurs. Mon rêve à moi serait un monde où il n’y aurait plus de politiciens assoiffés de pouvoir mais seraient remplacés par des philosophes, des sociologues etc… ou les petits producteurs feraient de l’ombre à ces géants de l’agriculture industrielle. Ou les médecines douces feraient parties intégrantes de nos hôpitaux et seraient remboursées . Un monde où la femme serait reconnue l’ égale de l’homme. Un monde où l’animal et le monde végétal seraient enfin respectés. Un monde sans argent où l’échange de services serait monnaie courante. Utopie mais j’ose croire qu’un jour nous réussirons à atteindre notre rêve d’un monde meilleur. C’est pourquoi je suis prête à faire ce qu’il faudra pour voir arriver ce jour.

  • laure
    Publié le 13:09h, 20 septembre Répondre

    Bonsoir Jean Jacques,

    Je me suis tout à fait retrouvée dans ce que tu décris.
    Comme cela fait du bien de se dire que je ne suis pas seule.
    Merci de continuer à nous envoyer tes courriels.
    Pour moi les vraies valeurs sont le respect des uns et des autres, la bienveillance, l’amour de son prochain, la solidarité et le partage.
    Si tout le monde appliquait à son niveau ces valeurs alors ce serait un monde de paix et d’harmonie alors tous ensemble activons le réseau.
    Au plaisir de te lire.
    Amitiés.

    Laure.

  • Antoinette
    Publié le 12:58h, 20 septembre Répondre

    Je l’avais écrit et quand j’envois il disparait car la résolution du Chapka apris trop de temps. Alors je ne sais pas si je vaix recommencer à tout écrire

  • Jemma
    Publié le 12:55h, 20 septembre Répondre

    Amour, solidarité, partage des savoirs, transparence financière.
    Je peux apporte le sport, le théâtre, le yoga, l’écriture, le rédactionnel, et peut-être d’autres qualités que je pourrais découvrire en fonction des propositions des autres.

  • Jocelyne Pouliot
    Publié le 12:52h, 20 septembre Répondre

    JE RÊVE D’UN MONDE DE RESPECT, DE L,AMOUR QUI FAIT LE BIEN QUI SUIS LÀ JUSTICE DIVINE…UN MONDE OÙ AUCUN MAL, AUCUNE MÉCHANCETÉ N’Y AURA LA PLACE…ÊTRE LÀ POUR SOI ET POUR LES AUTRES.

  • Julie
    Publié le 12:49h, 20 septembre Répondre

    Comme cela fait du bien de vous lire, de sentir ce courant de changement qui nous habite. Je sens que le temps presse et qu’il faut agir concrètement. Pour ma part, j’aimerais fonder un nouveau système scolaire. Celui-ci serait basé sur le respect de soi, des autres, de l’environnement, du vivant. Il inviterait l’élève à se questionner sur lui-même et les autres, à prendre conscience de sa responsabilité personnelle face à l’avenir planétaire. Les élèves développeraient leur individualité tout en apprenant à vivre en groupe, avec respect et ouverture. Ils seraient encouragés à trouver des solutions concrètes au mieux être de notre terre mère.
    Un enseignement holistique y serait donné, non basé sur la performance ou la compétition mais sur la connaissance personnelle, très loin du monde virtuel actuel qui dicte à tous comment être, penser, agir, consommer, se nourrir, se vêtir, pour faire partie du troupeau.
    On y enseignerait :
    Les langues, pour bien s’exprimer et se faire comprendre.
    Le sport et l’alimentation, pour que le corps fonctionne à son plein potentiel.
    Les sciences et l’environnement, pour régler tous les problèmes que nous avons nous-mêmes créés.
    Les arts et la spiritualité, parce que c’est souvent à travers une forme d’art qu’on se rapproche le plus du Divin en Soi.
    Tel est mon souhait. Je suis prête à m’investir corps et âme dans ce projet. J’ai besoin d’alliés.

  • bcos
    Publié le 12:43h, 20 septembre Répondre

    – il s’AGIT plutot d’unuvers que de ‘monde’
    – EH/ l’AMOUR – harmonie – JOIE/
    – le ‘EST – VIE’

    merci Jean-Jacques/

  • Teresa
    Publié le 12:20h, 20 septembre Répondre

    Ah, que je serais contente d’être capable de pouvoir contribuer à un projet si clairvoyant, je le dis même sans savoir au juste très bien comment. Étant retraitée mes occasions de lien même avec mes anciens collègues, ne sont plus aussi fluides qu’auparavant, malgré tout j’essaye de partager avec quelques amies tout ce à quoi tes formations et tes réflexions commes celles de mes compagnes et compagnons me font réfléchir. Je le fais en traduisant mes notes à l’espagnol en partie, parce que c’est en Espagne que j’habite. C’est probablement là que je peux être utile. En fait je prends note en français et je résume en espagnol pour pouvoir en faire profiter mes enfants et mes petits-enfants aînés qui font aussi partie de ces nouveaux mondes si épars encore.
    Le monde dont je rêve c’est celui où règne la tolérance, l’honnêteté, la responsabilité, la gaîté, la gratitude, la générosité avec les semblables et les non-semblables (tout le règne animal et végétal qui eux malgré le laisser-aller, voire même l’égoïsme criminel d’une partie de notre espèce, sont si généreux avec nous).
    Je rêve d’un monde où toutes inquiétudes sprirituelles ne soient jamais sousestimées parce que ce sonts celles-là qui nous poussent à nous remettre en cause à tout moment.
    Jean-Jacques je te remercie pour ton intégrité, tout ce que tu dis/écris m’enrichit dans de très differentes dimensions.

  • Yves
    Publié le 12:11h, 20 septembre Répondre

    Le monde dont je rêve ? le royaume des cieux tel que dévoilé par les enseignements de Jésus Christ. Amour de Dieu et Fraternité des hommes. Nous sommes fils de Dieu par l’Esprit. Le Royaume des cieux est un royaume spirituel.
    Les valeurs à promouvoir ? Amour, Charité, Miséricorde. Rien de nouveau….ou Foi, Espérance, Charité, les trois vertus théologales…
    Quelle contribution ? aider mon prochain à percevoir la réalité divine qui habite en chacun. Aider à retrouver le sens du sacré, car le monde est vivant, et la vie est d’origine sacrée par l’intelligence qui l’a créée.

    C’est en étant affranchi et libéré des conditionnements, par l’expérience de l’attention et de l’amour de son prochain, que l’on élargit le champ des possibles pour l’émergence des valeurs universelles : vérité, bonté, et beauté. Le monde à soif de sacré.
    Je ne suis pas un mystique, ni un dévot soumis à une cathéchèse obscure. C’est le résultat et la conclusion d’une démarche entreprise comme toi assez tôt, vers 16 ans. J’en ai 63.

  • Luisa Carvalho
    Publié le 12:11h, 20 septembre Répondre

    Bonjours, Jean Jacques!
    Voici mes commentaires:
    1 – J’ai grandi avec une profonde conscience des malheurs du Monde et des difficultés que la Vie nous propose. Mais il y a eu un moment où j’ai cru que la Terre pourrait être suffisante pour que tout le monde soit heureux! Années 70: c’était la fin de la colonisation portugaise en Afrique, la fin d’une longue dictature au Portugal, enfin, la Liberté qui nous arrivait finalement! Et l’arrivée de tout un tas de livres, d’études, de théories nouvelles. L’idée de «village global» de Mac Luhann a fait son chemin à l’époque où les contacts entre les continents sont devenus de plus en plus accessibles: voyages, affaires internationaux facilités, délocalisation d’entreprises multinationales. MacLhuann a eu des critiques dès le premier moment, Raymond Williams et Hans Enzensberger, entre autres, qui lui attribuaient un excès de formalisme et la croyance à une «mystique des médias» , tout court, l’oubli de l’Humain dans le cours de l’Histoire. Et ici je reprends ta déception personnelle face à ce mensonge d’un seul et unique monde où tu es à l’aise ou, au contraire, exclus. Moi, je me sens exclus depuis longtemps…défaillance de la démocratie, corruption généralisée et succès orienté pour ceux qui sont part de ce «village global» des illuminés! Mais vraiment exclus de ce monde d’aujourd’hui qui condamne des millions de personnes à des exils forcés, de continent en continent, pour manque absolu d’eau potable, de paix, de terre fertile, en Afrique, en Amérique du Sud, en Asie…et même en Europe et aux E UA, l’exode de milliers vers les grandes villes et le dépeuplement de vastes régions . Et voilà que les grands Seigneurs du Monde vont, tout de suite, décider de ces zones désoccupées, inhabitées, pour installer des exploitations intensives de cultures toxiques en grand échelle.. C’est la condamnation à mort de milliers de personnes, d’animaux, de plantes.
    Faut.il te dire le monde auquel je rêve?

    2 – Oh, les vieux valeurs humains! Vérité, honnêteté, respect, solidarité, bienveillance, amitié, générosité… tendresse…que sais-je?!

    3 – J’ai visité la page d’You Tube que tu as indiquée…j’ai écouté Paul Hawken… Mon Dieu! Je veux connaître, parler, écouter, travailler avec cet homme! Et avec toi, Jean-Jacques. Je souffre d’excès d’énergie solidaire que je ne sais pas partager chez moi, pour manque de conditions . Je suis fille de la ville, mes parents sont partis ainsi que mes frères; j’ai divorcé il y a huit ans. Je me trouve seule et à la retraite, Tout le monde me respecte, mais personne ne me veut comme compagnie: trop respectée, trop graduée, trop illustrée, trop enviée dans la petite ville de province où j’habite.
    Partir au monde et pouvoir participer à cette grande aventure que tu proposes, voilà mon profond désir, à l’âge de 67 ans!

    Bonsoir, Jean-Jacques. Et un grand MERCI!

  • Christine
    Publié le 11:56h, 20 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques, tout ce que vous venez d’écrire traduit une personnalité… drôle ! le mot « drôle » est ici un compliment. C’est que vous analysez la « réalité » qui nous est imposée, avec un regard de libre-penseur. Et pas seulement « libre-penseur ». Car vous allez encore plus loin, puisque vous espérez une congruence entre notre vie et notre esprit « juste », C’est bien ça ?
    Merci de me tutoyer, je te tutoierai donc aussi, après ce prélude, et cela pour une raison principale, tu agis d’une façon qui me correspond bien. Je suis OK pour jouer au jeu d’être justes et de se comporter en conséquence, librement et avec un lien entre nous tous. Continue, surtout. Ton message m’ouvre des libertés auparavant enfouies. J’ai envie comme toi d’un monde où on dit la vérité… ton idée me rend très heureuse

  • Solange
    Publié le 11:55h, 20 septembre Répondre

    Très intéressante, cette idée de plusieurs mondes qui cohabitent … et réjouissante l’idée que ceux qui aspirent à d’autres façons de vivre sont aussi nombreux. Je ne crois pas cependant que cela suffise à faire disparaître certaines « réalités » qui appartiennent à d’autres mondes et qui nous menacent tous, quels que soient le monde et les valeurs dans lesquelles on se reconnaît.
    Le monde dont je rêve ou plutôt dont j’aimerais voir l’émergence est un monde où les jeunes n’auraient plus peur de grandir et d’affronter l’âge adulte et où les adultes pourraient cesser de se demander s’il est bien raisonnable d’envisager d’avoir un enfant … face au monde, terrible à tous points de vue, qui les attend.

    Quelles valeurs ? Le respect de la vie, de notre milieu de vie, la résilience, le courage, l’honnêteté, la bienveillance, la collaboration, le partage des objectifs, des moyens et du travail, autonomie collective, responsabilité, simplicité, sobriété… Education bienveillante, prévention en matière de santé, recherche axée sur les soins naturels, la stimulation des capacités d’autoguérison, habitat sain et éco-responsable, respect du besoin d’un habitat et d’un environnement beau et apaisant pour chacun.

    Comment ? Se mettre en relation avec des mouvements qui prônent les mêmes valeurs (dernier en date : nous voulons des coquelicots, avec Fabrice Nicolino et François Veillerette), fédérer, joindre les forces et les idées, créer des lieux qui répondent à nos valeurs, cultiver, jardiner, apprendre, partager les connaissances. Et parfois s’opposer à la destruction et aux projets destructeurs.

    Merci pour votre initiative !

  • Sami Cohen
    Publié le 11:42h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques, Bonjour cher co-createurs,

    Merci de federer, de re-unir
    merci de partager.

    J’ai voulu t’ecrire après ton 1er courriel pour t’exprimer mon soutien,, pour te dire que je viens de voir tes cours que je trouve super, et aussi te dire que 2 ans de crise c’est peu, moi j’ai fait 10 ans de crise après que nous ayons été considéré une des 4 sectes les plus dangereuses de France.

    les informations manipulées, le bourrage de crane et les mensonges, oui je partage cette vision d’autant que nous en avons été victime.

    Lorsque nous avons commence Au Coeur de la Communication et nous avons invites pour les faire connaitre d’avantage des personnes comme Carl Simonton nous voulions vraiment changer le monde, changer la société. après ma crise je me suis dis me changer moi meme c’est deja bien et ma crise a dure 10 ans puis j’ai repris les séminaires et maintenant 20 ans après ca me reprends, DIFFEREMMENT, mais oui ca me reprend de vouloir changer le monder!

    et j’ai la conviction qu’avec d’autres bonnes volontés il n’y a pas de raison de ne pas y arriver.

    vous connaissez l’histoire du 100eme singe qui a lave sa banane. juste après tous les singes des iles autour ont commence a laver leurs bananes. des scientifiques prétendent que si racine carre de 1% de la population acquiert une capacité alors tous l’acquierent pour 9 milliards la formule donne 95000.

    mon projet s’appelle donc 95000. si 95000 personnes apprennent a shifter d’un état réactif de peur a a état créatif d’amour alors tous devraient acquérir cette capacité.

    je ne sais pas si c’est vrai mais j’ai envie de tester ce chiffre.

    voila mon cher ami
    j’aimerais te prendre dans mes bras et t’embrasser
    te dire que je t’aime

    de tout mon coeur Sami

  • Joe
    Publié le 11:37h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    J’ai lu ton message avec beaucoup d’intérêt. J’ai la même vision que toi du monde. Je crois qu’une toute petite minorité de gens de ce monde nous manipule et nous soumet à son diktat par la peur. Je pense que 95 % des humains de cette planète n’aspirent qu’à 2 choses: le bonheur et la paix! Et ça … depuis toujours. Fédérer toutes les bonnes volontés de cette actuelle humanité reviendrait à créer le plus formidable contre-pouvoir non-violent jamais imaginé. Et je crois que c’est la seule alternative viable pour contrer le pouvoir de la peur. Il n’est plus temps d’attendre et de se lamenter. Soyons le changement que nous voulons voir dans ce monde! Je te suivrai! Merci à toi!

  • Pierre
    Publié le 11:33h, 20 septembre Répondre

    Salut à toi Jean-Jacques (virtuel)
    D’abord je t’avais écrit lors de ton premier courriel directement sur ton blog, mais supposément parce que j’ai pris trop de temps, cela a foiré, et comme je n’avais pas fait de copier/coller, j’ai tout perdu et dû à la très longue lettre que je t’avais écrit cela ne me tentait pas d’avoir à tout recommencer. Donc j’ai laissé tomber.
    Présentement je t’écris via traitement de texte d’abord avec sauvegarde bien sûr, mais je vais essayer d’être assez bref car comme j’ai beaucoup de respect pour l’HUMAIN, ça m’écœure de communiquer de façon virtuelle, et pour cette fois-ci je vais m’y efforcer.
    Étant tout jeune j’ai toujours rêvé d’une société où tout le monde s’entraide, et toute ma vie durant, j’ai toujours agi en conséquence que j’ai même, de par mon expérience accumulée, créé un projet collectif. (tu connais PAYER au SUIVANT). Et pour te résumer cela je vais te conter une anecdote qui me rejoint et parce que tu viens de la Belgique.
    Dans les années 70 où il y avait montée du séparatisme pour que le Québec se prenne enfin en main, il y avait une émission extrêmement populaire à la télé qui s’appelait JEUNESSE D’AUJOURD’HUI, où on y présentait les chansons populaires du moment à l’aide d’un palmarès du top 10 avec occasionnellement les compositeurs-interprètes de ces chansons qui au fil des semaines montaient graduellement vers la première position (pas toutes bien entendu). Et le supposé spectaculaire de ce palmarès était qu’il était approuvé par le gouvernement WOW.
    Il y a eu une chanson fabuleuse (1e position assurée) s’adressant à la nation Québécoise (d’abord en 7e position) et elle était de Jay Boivin, intitulée : CHANTE QUÉBÉCOIS CHANTE, qui par la suite passa la semaine suivante en 3e position avec Jay Boivin pour l’interpréter. Et finalement celle-ci ne passa pas en 1e parce que tout a disparu; chanson et chanteur y compris.
    Notre gouvernement libéral du temps en est responsable. J’ai communiqué avec ceux de la SOCAM qui gère la diffusion des chansons sur le territoire du Québec, et ils n’ont pas cette chanson répertoriée. Je ne t’en dis pas plus, je veux seulement te la faire entendre via internet, pour que tu apprennes un peu qui je suis. Pour la suite, il te faudra me rencontrer de Humain à Humain, car toute autre forme de contact ne m’intéresse pas. Voici le lien de cette chanson et fait-en comme bon te semblera.
    https://www.youtube.com/watch?v=h2MkQz14_nM
    Reçois mes sincères salutations et au revoir.
    Pierre
    P.S.: Je te demande de ne pas publier mon commentaire. Merci.

  • MARIE
    Publié le 11:31h, 20 septembre Répondre

    Merci, JJ, je te suis ou te précède.
    Merci
    Marie

  • Bhakti
    Publié le 11:21h, 20 septembre Répondre

    Merveilleux projet

  • Sophie
    Publié le 11:20h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques et merci pour ce coup de gueule que je rejoins totalement.
    je vais avoir 58 ans dans qq jours et depuis toujours je pense, j’ai été vue et considérée et perçue comme une marginale, une rebelle, une qui marche en dehors des clous.
    Je l’ai d’abord vécu inconsciemment et depuis de nombreuses années,en pleine conscience. Je dérange, je pousse sur des boutons qui font mal, que ce soit dans ma pratique thérapeutique et depuis peu dan mon livre.
    Le monde dont je rêve est un monde où l’argent est une énergie qui circule et non un instrument de pouvoir et de déséquilibre sociétal. Je rêve d’un monde où la fraternité fait partie des valeurs de base, où chacun contribue à son niveau, à sa manière.
    Des valeurs d’acceptation de l’autre tel qu’il est, d’amour de la vie, de devoir envers la vie qui nous est donnée, de gratitude pour ce qui nous arrive, de partage des connaissances, d’entraide pour les plus démunis quoiqu’ils aient fait, de respect de la nature et de la terre.
    Ma contribution est déjà en route avec ma pratique thérapeutique, de thérapeute systémique intégrative (biologiste de formation, nutrithérapeute et thérapeute en thérapie symbolique) ainsi que mon livre et bientôt j’espère des ateliers gratuits dans les prisons de femmes et dans les orphelinats.
    Le monde change heureusement, et comme vous dites, nous sommes dispersés. Des personnes comme vous, ou Arouna Lipschitz, une de mes mentors également, font partie de cette communauté du nouvellement comme elle le dit si bien 🙂

  • Paulatim
    Publié le 11:18h, 20 septembre Répondre

    De tous temps , des hommes de bonne volonté ont tenté d’exprimer ce que tu dis si bien , et ont même , par leur exemple, par leur vie , et leurs actes , insufflé à l’humanité la conviction qu’un monde plus juste , moins violent , plus amical , n’était pas hors de portée , et ne relevait pas d’une banale utopie.
    J’y pensais en lisant ce que tu as écrit , auquel j’adhère totalement , et mon propos n’est pas d’énumerer les noms de tous ces illustres , ou inconnus, bienfaiteurs de l’humanité , qui parfois , par de petits actes , de petits exemples, ont contribué à rendre le monde meilleur.
    J’ai une conscience aigüe du  » bruit et de la fureur du monde » , et , dans mon coin , je fais ce que je peux pour y ajouter un peu de bonheur et de réconfort.C’est pourquoi le mouvement dont tu prends l’initiative me va droit au coeur , et je ne peux que l’encourager.

  • Eric
    Publié le 11:15h, 20 septembre Répondre

    Je veux un monde où l argent (un unité de mesure) servirait l être humain et non l humain servir un ustensile. Un monde où la vraie démocratie, celle qui laisse au dirigeant et aux puissants l unique part que nous les citoyens leurs laisserons, vue que la société c est nous.

  • dominique
    Publié le 11:02h, 20 septembre Répondre

    Merci, merci pour cet espoir que tu fais naître en moi et surmené des milliers d’autres personnes.
    Un monde d’entraide et de partage.
    Un monde où le plus fort dans une matière soutient et apprend à celui qui ne sait pas encore, car de toute manière, il y a toujours un domaine où, à notre tour, on sera celui qui peut apprendre et aider.
    Un monde de respect de notre Terre Gaia, de ses ressources qui ne sont pas inépuisables, notre Terre qui crie, par ses feux, ses volcans, ses tempêtes, ses inondations… son ras le bol des humains !
    Un monde où l’on respecte aussi nos frères animaux et que nous cessions de les abattre et de les martyriser, juste pour avoir un morceau de cadavre dans notre assiette !
    un monde où toutes les médecines se donnent la main pour oeuvrer à la guérison des malades !
    un monde où les politiques se soucient des hommes et non de leur portefeuille et de leur pouvoir minable !
    Assez de répression, parlons et engageons nous dans le partage et l’AMOUR
    un MONDE DE PAIX
    cela serait déjà beaucoup !!!

  • Bénédicte
    Publié le 11:00h, 20 septembre Répondre

    Ce monde de justes rêvé par beaucoup représente un grand et beau puzzle dont les pièces sont actuellement mises en tas. Il nous faut les assembler car ces pièces se comptent par dizaines de milliers, sans doute par millions à l’échelle planétaire. Des énergies nous poussent dans ce sens. Nous ne sommes pas isolés, nous ne sommes simplement pas encore assemblés pour former le paysage rêvé par chacun de nous. Lorsqu’il prendra forme, sa beauté et sa magie iront sans doute bien au delà de ce que nous imaginions. Courage et patience à tous car malgré nos perceptions parfois négatives ou douloureuses, ce monde qui tend au juste équilibre est en marche. Assemblons nous dans la richesse de nos différences ainsi la beauté se révélera en puissance.

  • AlCad
    Publié le 11:00h, 20 septembre Répondre

    Merci Jean-Jacques. Je trouve effectivement que tes allégations rejoignent parfaitement les miennes.
    J’aimerais voir notre monde changer. Ne plus être des esclaves qui font rouler la machine des multinationales. Que l’argent soit vu comme un outil et non comme un but à atteindre.
    Mon monde idéal serait sans la peur qui nous est montrée chaque jour que l’on écoute la télévision ou non, Cette peur est dans les paroles autour de nous. On ferme nos portes à clés au cas où un voisin viendrait nous faire du mal.
    J’aimerais plus de confiance et plus d’amour dans chacun des gestes à accomplir. Ne pas voir le voisin comme un ennemi mais un ami avec qui il fait bon vivre. Ne pas voir le monde obliger de se rassemble dans des villes qui deviennent de plus en plus des ghettos. Voir un quartier où tous se sourient et s’entraident.
    Pour l’instant, ça semble utopique. Il y a des années que je vois un monde ainsi mais je ne l’ai pas encore trouvé. Merci de t’impliquer ainsi dans la création de quelque chose de grandet meilleur.

  • elisabeth
    Publié le 10:52h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques
    tout vos mots me touchent car je suis comme vous en ce moment dans un questionnement existentiel.
    J’ai la sensation d’être déphasé e et de ne plus comprendre ce monde superficiel et robotisé.
    J’aimerai que tout soit plus simple, un retour aux fondamentaux de la vie, un respect de notre pauvre planète qui crie sa souffrance chaque jour, de la nature, des animaux et surtout un respect de l’homme et le retour à plus d’humanité et de partage.
    Est ce utopique ? Peut être , mais combien cela serait agréable de vivre dans ce monde là !

  • Janita
    Publié le 10:51h, 20 septembre Répondre

    Je comprends très bien tout ce que vous dites et je ressens aussi ce que vous ressentez envers le monde qui nous entoure. Pour ma part, je vis une journée à la fois. Je prends mon temps dans tout. Je m’engage et je me désengage lorsque le besoin est-là. La réaction des autres ne m’appartient pas. Je n’ai aucune attente envers personne, tout ce que je fais, je le fais pour me faire plaisir et plaisir aux autres mais sans attentes. J’aime une vie simple, saine et équilibrée. Je m’éloigne de toute négativité et je m’entoure des choses et des gens qui me font vivre. Je contribue au bonheur et au bien-être des autres qui m’entoure d’une façon saine et équilibrée. J’essaie d’être vraie et authentique envers moi-même et mon entourage et je donne mon meilleur même si l’autre perçoit autre chose dans certaine situation. Je m’accepte et je m’accueille davantage à chaque jour y compris mes blessures. Si tout le monde pourrait arriver à s’accepter comme il sont aujourd’hui et juste essayer de moins se juger, de moins juger les autres, je trouve qu’on aurait un monde plus simple, moins de drames, on pourrait entretenir des relations plus saines et équilibrées commençant entre enfants et parents même si on est pas toujours d’accord avec ce que l’autre fait, il y aurait plus de respect donc plus de paix et plus d’adultes équilibrés. C’est ma contribution à chaque jour envers moi-même et l’autre. Personne n’est parfait, on est tous ici pour apprendre à vivre en paix en commençant par soi-même et en donnant l’exemple par nos actions.

  • Francine
    Publié le 10:49h, 20 septembre Répondre

    Merci encore Jean-Jacques, tu es vraiment une personne à mes yeux engagées, une des rares je te dirais. Je pense comme toi et justement dernièrement je me disais qu’il y avait bien des mondes dans ce monde.
    Je continuerai à te suivre.
    J’aimerais apporter la vérité de qui je suis vraiment et de pouvoir m’exprimer sans peur et dans une joie profonde de ce que je sais être possible.
    À bientôt

  • Joëlle
    Publié le 10:45h, 20 septembre Répondre

    Bonjour,

    merci pour ce beau 2è message que je lis seulement, n’ayant pas reçu le 1er, problème de messagerie.
    Je suis particulièrement touchée puisque je traverse la même crise depuis 2016, en cherchant à construire un autre monde plutôt qu’à combattre celui-ci…

    dans la joie !
    Joëlle

  • pssst008
    Publié le 10:36h, 20 septembre Répondre

    BONjour Jean-Jacques,
    Je réponds rapidement (et donc de manière incomplète) au courriel que je viens de lire.
    Par rapport au village global, Lucien Willemin (www.lucien.lu) a fait un constat semblable au tien depuis quelques années et je me sens moins seul depuis que j’ai découvert le réseau social physique http://www.lachaussurerouge.net qui a été créé pour que les gens qui prennent soin de la vie se sentent moins seuls et puisse facilement se reconnaître (par les chaussuresrouges) et échanger sur leur actions quotidiennes.
    Quant au nouveau monde à créer auquel nous aspirons, j’apprécie ton point de vue.
    Personnellement, j’aspire au mouvement de transition initié par Rob Hopkins en Angleterre et qui fait des petits jusqu’en Suisse! La permaculture en fait partie intégrante. A Estavayer-le-Lac, nous avons la chance de disposer d’une épicerie en Vrac qui prend garde à la provenance de produits et leur mode de production. Beaucoup de bonnes choses.
    J’oeuvre également à promouvoir l’usage du vélo en général et en ville en particulier. Pour l’anecdote, on parle de moi en me désignant comme « le type en costard à vélo qui porte des chaussures rouges »!
    Bref, je réalise n’être pas si bref, même si je suis clairement incomplet.
    Je souhaite à toutes et tous de VIVRE une merveilleuse soirée 🙂

  • Heidi Wyssbrod
    Publié le 10:24h, 20 septembre Répondre

    Merci Jean-Jacques pour ce message.. Tout y est écrit. Et ça me rejoint à 100%
    Avec amour et Gratitude
    Cordialement Heidi

  • Thérèse
    Publié le 10:21h, 20 septembre Répondre

    Visionnes Dr Quinn Femme Médecin. Foisonnement de défis à relever!

  • my-ri-am
    Publié le 10:15h, 20 septembre Répondre

    Bonjour JJ
    CRISE est le mot qui convient à mon état d’âme depuis ,oh, quelques années!!!
    Lire votre témoignage me fait chaud au cœur car je me dis enfin une ouverture pour exprimer ce qui me semble existentiel!mais tellement tabou dans mon entourage! Je n’ai pas toujours suffisamment d’énergie pour affirmer mes valeurs!

    Le monde auquel je rêve,est là où les secondes passantes de mon existence me donnent des frissons de bien être: face à l’Amour de l’autre, de soi, de la nature ,l’énergie des arbres ,du soleil, de la lune….,la guidance de mon Âme
    Je souhaite être envahi de ces frissons de bien- être le maximum de secondes de mon existence.

    J’imagine introduire dans » l’apprentissage de la vie » :,la compassion, l’empathie, l’altruisme ,la conscience du pouvoir des énergies naturelles des éléments de la terre,arbres, plantes, eau…, des animaux
    La gratitude , la créativité, le rire, les câlins,l’estime de soi, la communication, la connaissance et la connexion à ce que nous sommes , l’Amour universel , le monde de l’invisible à nos yeux…
    Des états qui me semblent si naturels qu’ils devraient faire partie intégrante de programme scolaire ,social, familial , universel ! de la vie quoi!!
    Ce programme! c’est mon rêve ; communiquer aux enfants , Des valeurs qui me semblent existentielles!

    Merci pour ce partage,
    Myriam

  • Stéphane L.
    Publié le 10:05h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques, j’adhère pleinement à tout ce que tu exprimes ! Décrire mes propres aspirations me parait être redondant et perte d’énergie, tant je me retrouve dans ton analyse et tes motivations. En effet, de nombreux mondes existent et portent les mêmes valeurs globalement, seules les motivations spécifiques les différencient. Quelle formidable mouvement cela formerait s’ils étaient tous fédérés ! Quel dommage que les problèmes arrivent dès que les instances grossissent (difficile gestion du pouvoir). D’où mon positionnement : donner le meilleur de soi-même, là où on se trouve. Famille, amis, boulot. Pour ma part, en tant que photographe, j’essaye d’amener mon regard, le plus bienveillant et joyeux possible, pour promouvoir un monde simple, tendre et respectueux. C’est peu, mais c’est ce que je sais faire.
    Mais résolument idéaliste, je crois toujours en l’émergence d’un joli et vaste mouvement et je serais prêt à y adhérer…
    Merci pour ta belle énergie et ton initiative !

  • Jean-Michel
    Publié le 10:03h, 20 septembre Répondre

    Moi non plus ! Voilà.
    Sinon tu vois, j’aime bien les Harley moi, c’est beau ces machins pétaradant tout de même. À force d’à force, j’ai fini par enfiler un beau jogging de chez «  Marginalouimaisjemenfou », c’est confortable comme une couette quand on se les gèle. Et puis le « tout à l’égo », y en a marre tu trouves pas ?. Allez, courage et ne fuyons pas.

  • Ismeralda
    Publié le 10:01h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,
    en premier lieu, je souhaite vous remercier pour ce courrier vraiment encourageant pour l avenir. Cela met du baume au coeur de prendre conscience de la quantité de personnes qui se sentent mal à l´aise dans notre Société. Imaginer un monde différent où l´harmonie régnerait, où on pourrait compter sur son voisin, où la tolérance ferait partie du lot. J´aimerais vivre dans un monde où les conflits se règleraient avec bienveillance. J´aimerais un monde où tout chacun pourrait s´épanouir, où tout chacun aurait l´opportunité de s´épanouir. Je souhaite pour ma Princesse un monde de confiance, d´honnêteté, d´Amour, de solidarité, de Joie, de paix, de sérénité. Un monde où tout chacun pourrait s´exprimer et être écouté avec attention et non pas ignoré où méprisé. J´aimerais un monde où la collaboration et la contribution feraient partie du quotidiem de tout chacun et où on ne passerait pas à côté de quelqu´un dans le besoin en feramant les yeux.

    Voilà mon monde heureux!

    Dans l´attente de vos nouvelles, je veux vous remercier pour tout ce partage que vous Nous avez offert, du temps que vous y avez consacré et des étincelles d´espoir que vous ranimez dans nos yeux.

  • Rémi B
    Publié le 09:59h, 20 septembre Répondre

    Salut Jean-Jacques,
    Je t’écrit pour une deuxième fois et je dois te dire qu’en plus de tes intervenants, je vois le monde de demain comme un monde sans haut gratte ciel, sans taxe et impôt majeure, que l’on se suffise énergétiquement et que peut importe ou l’on va et ce que l’on achète, cela nous coûterais pratiquement rien. Un dollars de l’heure serait suffisant pour vivre. Rien ne serait impossible Tout le monde y gagnerais de facon exponentielle. Le coeur est sans limite et sans abstraction. Maintenant, à quand le déclic de conscience de chacun d’entre nous????

  • Keny
    Publié le 09:58h, 20 septembre Répondre

    Je choisis de créer aussi un monde meilleur en pratiquant le bonheur en pleine conscience et en faisant de mon mieux à chaque jour…

  • Elisabeth Tarenghi
    Publié le 09:35h, 20 septembre Répondre

    Je rêve d’un monde où chacun est libre, responsable et autonome. Un monde où la santé est là. Valeurs : respect, bienveillance, humanisme, justice, sincérité, simplicité. J’apporte mes connaissances, mon expérience de vie et ma pratique de l’ayurveda !

  • Catherine Decharriere
    Publié le 09:33h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,
    J’ai lu ton mail avec un profond intérêt, émotion et enthousiasme. Comme ça me parle!. Je rêve d’un monde où plus aucune femme, plus aucun enfant ne sera violé ou vendu, bref d’un monde dans lequel l’être humain sera considéré dans son intégrité, féminin et masculin, comme étant fait de la même matière que l’univers et, à ce titre, digne du respect le plus absolu. Suite à la formation « mission de vie », le « tu dois » m’a frappée à la couture du coeur: je dois travailler à l’émancipation des valeurs féminines. À tort ou à raison, cela me semble prioritaire dans le contexte où nous vivons. Comment m’y prendre? C’est ce que je ne sais pas encore. Je te dis tout ceci avec beaucoup d’emotion Jean Jacques parce que ça ne vient pas de mon intellect mais de mon cœur.

  • Isabelle
    Publié le 09:31h, 20 septembre Répondre

    Je rêve d’un monde ou la communication est explicite, ou les projets/besoins essentiels (amour) n’ont pas besoin d’etre cachés parce qu’ils sont reconnus, acceptés comme légitime et comblés…dans le non jugement. Un monde ou le pardon est pratiqué abondamment parce que nous sommes tous en apprentissage. Un monde ou tous les talents sont reconnus, acceptés, utilisés en complémentarité et non en compétition. Chacun a sa place avec ses dons, forces et faiblesses. Tous servent à la communauté, l’échange équitable pour tous. Un monde de respect, d’entraide, d’échange, d’amour de bienveillance, de transparence et d’authenticité. Je rêve parce que je suis consciente que c’est ce que j’aimerais vivre, je travaille à devenir ce rêve, à être tout cela depuis longtemps. Dans le monde que je vois, dans le monde que je vis présentement, je me sens seule, oui, je ne pense pas être meilleure, mais je ne reconnais pas souvent ces qualités dans ce qui m’entoure et j’ai de la difficulté a continuer d’appliquer toutes ces qualités moi même. Peut-être je dois changer de lunette et regarder au bon endroit… si ce monde existe déjà, je dois ajuster ma vue pour le voir et le vivre. merci beaucoup pour ces échanges profonds qui me font du bien a l’âme, malgré ma vision un peu trouble.

    • Stéphane L.
      Publié le 10:27h, 20 septembre Répondre

      Très jolie déclaration d’amour au monde et à la vie ! J’adore et j’adhère… Se battre contre le monde est souvent vain, je te souhaite de rencontrer 1 ou 2 personnes déjà qui ont les mêmes lunettes que toi, c’est ou ce serait un bon début déjà, le reste suivra…
      Que les ondes de ce joli texte continuent de se propager et d’inspirer la lumière autour de toi…

  • NIC
    Publié le 09:22h, 20 septembre Répondre

    entierement d’accord sur le fait qu’il existe d’autres monde que l’officiel qui fait la une des médias!!!!personellement c’est là que j’essaie de mettre mon énergie, dans la banalité du quotidien, travaillant sur moi même pour devenir un instrument de paix autour de moi, et le miracle est que du coup autour de moi des tas de gens dévoilent cet aspect de leur personnalité ( aspirant à la paix et respectueux des autres, celà crée des microbulles de paix. ….
    Quand je vois les foules qui se pressent sur les autoroutes par exemple et le peu relatif d’accidents, je me dis que vraiment la majorité des gens se conduisent bien, du moins en automobile. Les fous violents sont rares même s’il font beaucoup de dégats..Ne leur accordons pas plus d’importance qu’ils n’en ont….

  • Cath22
    Publié le 09:15h, 20 septembre Répondre

    Rien n’arrive par hasard. Ce courriel n’arrive pas aujourd’hui dans ma boîte mail par hasard. Je me suis sentie inadaptée à notre société toute ma vie. Depuis quelques années, je vais de plus en plus mal. Je me cherche. Qui suis-je? Qu’est-ce que je veux faire de ma vie sur cette terre? Depuis 7 mois je suis en arrêt de travail (dépression, burn out) et je continue à chercher.

    Au cours de ces 7 dernières années, j’ai regardé des heures de vidéo, assisté à des séminaires, essayé des techniques pour trouver ma mission de vie, le sens de ma vie. Rien. Nada. Que dalle. Et puis, suite à la lecture de « Conversations avec Dieu » de Neale Donald Walsh, un début de compréhension: nous devons enseigner ce que nous avons besoin d’apprendre, il faut donner ce que nous avons besoin de recevoir. Et moi j’ai besoin d’amour inconditionnel. Et donc, je suis ici pour donner cet amour à tout ceux qui ne l’ont pas eu (euh…, ben, donc, en fait, en gros, quasi tout le monde, quoi, …). Et aujourd’hui, une certitude: toute ma vie j’ai vécu pour m’adapter à la société en occultant un aspect fondamental de qui je suis: le jugement, la critique me rendent malade, physiquement, mentalement et émotionnellement. Mais tout le monde juge et critique. Mes parents, ma famille, mes amis, mes collègues. Alors j’ai commencé à critiquer aussi. Oralement, et puis dans ma tête. Mais la personne envers laquelle j’ai toujours été la plus critique, c’était moi. D’où mon besoin d’amour inconditionnel. Et la réalisation que la seule personne dont je suis sûre qu’elle peut me le donner, c’est moi-même.

    Aors le monde dont je rêve est un monde où chacun peut être comme il est, sans crainte du regard des autres. Où ma fille peut choisir de faire des études supérieures et d’étudier; et où mon fils trouve sa place en tant que « fainéant » au grand coeur, qui n’aime pas tellement travailler ou étudier mais qui se couperait en 4 pour faire plaisir aux autres, qui est toujours de bonne humeur et qui voit le bon côté des choses. Un monde où je pourrai donner cet amour inconditionnel aux inconnus sans qu’on me regarde de travers. Un monde dans lequel j’aurai pu désapprendre le jugement (je ne vais pas me défaire du jour au lendemain de plus de 50 ans « d’endoctrinement », par les autres et par moi-même). Un monde dans lequel je connaîtrai mes semblables, ceux qui pensent comme moi. Un monde auquel j’aurai enfin le sentiment d’appartenir.

    Et non, l’empoi du futur au lieu du conditionnel n’est pas une erreur. Parce que je pense que ce monde existe déjà, que je m’en suis rapprochée par mes découvertes de certaines personnes et organisations (confirmées par les chiffres de Jean-Jacques) et que je vais bientôt en faire partie. Et que ma « vraie » vie pourra enfin commencer.

  • Karine GUIDARELLI
    Publié le 09:12h, 20 septembre Répondre

    Je rêve d’un monde dans le quel le système éducatif serait respectueux des enfants, de leurs besoins, de leurs rythmes, de leurs envies. Un monde de partage qui prendrait en compte les spécificités de chacun (voire handicap) sans regarder à travers la lorgnette de l’incapacité ou de la limitation mais plutôt en soulignant l’enrichissement personnel d’inclure toutes les personnes quelle qu’elles soient.
    Les valeurs seraient celles du partage, de la solidarité, de l’entraide spontanée. Un monde où l’on ne se sent pas seuls.

  • Louise B
    Publié le 09:12h, 20 septembre Répondre

    Merci merci merci Jean Jacques , vos propos sont tellement inspirants! Je nous souhaite, collectivement,de vivre cette belle harmonie sociétale dont je rêve…. Je me sens davantage solidaire d’un groupe auquel j’ai la conscience d’appartenir. Votre mise en mots m’impressionne, me réjouis! Bonne continuation JJ

  • Nadège
    Publié le 09:09h, 20 septembre Répondre

    Je rêve d’un monde plus juste, centré sur des valeurs de respect, de bienveillance et d’authenticité…

  • Jean-Georges Etter
    Publié le 08:53h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Bravo tout d’abord, pour ce que voulez faire ! Je me sens particulièrement en phase avec votre analyse, le type de solutions préconisées et votre démarche.
    j’ai en effet oeuvré depuis plus de 15 ans modestement dans ce sens.
    Ainsi, en 2003 ou 2004, touché par le livre où Ray et Anderson développaient leur concept de Créatifs Culturels, j’avais créé un petit groupe de personnes, qui se réunissaient 10 fois par an, pour discuter entre nous de ce concept et de sa pertinence pour l’évolution des individus et de l’humanité. C’était sous la forme d’un « Petit-déjeuner mensuel des Créatifs Culturels », qui se tenait à l’Entrepôt (Paris 14e). Nous étions 15 à 25 personnes Nous avions des discussions animées, qui nous apportaient beaucoup.
    En 2015, trouvant que le concept de Créatifs Culturels s’affadissait un peu, j’ai fait évoluer notre petit groupe vers un groupe de suivi des recherches et actions menées par IONS (Institute of Noetic Sciences, USA) dans le domaine de la conscience. Sous le nom de PAR-IONS, nous sommes toujours autour de 20 personnes, nous nous réunissons encore pour l’instant à l’Entrepôt pour 2 à 3 réunions par trimestre, en fin d’après-midi, cette fois avec des animateurs extérieurs, venus partager leur savoir/expérience en matière de conscience, pour faire évoluer les individus et l’humanité.
    Vous voyez combien je suis en phase avec votre approche !
    J’attend avec impatience de connaître la suite de votre projet et comment je pourrais éventuellement m’y associer.
    De tout coeur,
    Jean-Georges Etter

  • Amal
    Publié le 08:50h, 20 septembre Répondre

    Merci Jean Jacques de partager tes sentiments, tes idéess et idéaux avec moi / nous.
    Tu es un être humain inspirant, encourageant et bienveillant et LUCIDE. .
    Bien entendu je partage les mêmes valeurs et il me semble clair aujourd’hui que le monde s’engage vers une nouvelle voie, doucement mais sûrement.
    Beaucoup de choses restent à acomplir, oui, et je crois qu’il faut oeuvrer à sa modeste échelle. Si les choses doivent changer au niveau global, ça prendra quelques générations c’est certain, mais, le tournant (the shift) est amorçé.
    Comme tu le dis bien dans ton courriel, quelque chose se passe et l’éveil spirituel a lieu.

    Bon courage à toi, à nous et à toute la communauté humaine désireuse de croitre spirituellement.

    A bientôt.

  • Roger
    Publié le 08:40h, 20 septembre Répondre

    Réunifier toutes les facettes du bijou de la « Réalité-Vérité-Humanité-Meilleur monde » dans chaque conscience individualisée. L’Empire de la pensée unique a frappé de sa massue dans ce bijou et nous n’en avons ré-appropriés chacun que quelques fragments dans notre conscience et les opposons aux autres. L’Homo « Equitus-Végétalus-Humanitus-Écologus-Sapiens-Compasionus-Energitus-Luminous » est désespérément minoritaire, s’il jamais il existe sur cette planète. Ces fragments le sont beaucoup moins. Il faudra que ceux-ci redeviennent le bijou original dans la conscience de chaque participant. Alors là, oui, ce meilleur monde trouvera sa place de facto, même sur les ruines toxiques de celui-ci.

  • Christelle
    Publié le 08:36h, 20 septembre Répondre

    Je rêve d’un monde où on n’est plus besoin de contribuer pour réparer ce que l’homme détruit ou y contribue .
    Un monde où les mots compassions , tolérance et solidarité soient une norme
    Pour rendre ce monde réel est vivant , je me bats chaque jour pour plus de tolérance et pour l’appliquer car cette valeur est très ambigue
    Je veux partager et faire partie d’un groupe , chacun apportant sa contribution en fonction de ses talents et son temps

  • Okapi
    Publié le 08:33h, 20 septembre Répondre

    Je rêve d’un monde qui serait préservé des méfaits de l’homme, dans le respect de la nature et du monde animal, qui pourrait ne plus subir ces changements climatiques dont l’homme s’est rendu responsable
    Je rêve d’un monde plus juste, plus égalitaire dans lequel les riches ne continueraient pas à s’enrichir et les pauvres à s’appauvrir, donc un monde où la croissance ne serait plus économique mais culturelle et humanitaire
    Je rêve d’un monde tolérant, où chacun pourrait être libre de choisir la vie qui lui plait si elle ne va pas à l’encontre de celles de ses voisins, où la peur de l’autre serait bannie, où l’on accueillerait l’étranger selon les lois de l’hospitalité et de la fraternité, où l’on pourrait se retrouver et partager selon ses affinités et pas selon sa race, son sexe ou son niveau social

    Les valeurs : respect de la Terre notre planète, respect et préservation du monde animal et végétal, respect des libertés individuelles (au niveau de sa façon de vivre, de ses choix, de sa vie sexuelle, de sa fin de vie, …)
    Fraternité et partage des richesses entre tous les hommes avec un accès à l’éducation et à la culture pour tous (peut-être établir des seuils de richesse minimale et maximale …)
    Espoir et optimisme car les savants et les médias sont de plus en plus mobilisés ! Les hommes politiques finiront par les écouter au lieu d’écouter les possédants qui ne veulent rien lacher.

    Ma contribution sera de courte durée (j’ai 81 ans) Et j’ai fait de mon mieux pour faire connaître mes idées et agir en ce sens : propreté de mon village d’Afrique avec ramassage des ordures, installation de toilettes sèches, préservation du lac eutrophisé, et aussi adhésion à des associations qui luttent pour la liberté, liberté de choisir sa mort en refusant la souffrance et la dépendance, ou des associations qui accueillent les migrants économiques en attendant les prochains migrants climatiques…et essais de diffusion des idées par des discussions-débats, par des remises de livres…

  • Richard
    Publié le 08:30h, 20 septembre Répondre

    Salut JJ, merci pour cette tribune que tu nous offres.
    Dans ma vision d’un monde meilleur il y a en premier, le respect de la nature et je n’ai pas envie d’avoir d’autres exigences ou demandes. J’ai le sentiment que celui/celle qui respecte la nature respectera tout y compris son prochain.
    C’est une bonne base pour commencer.
    Ma contribution : continuer à développer mes compétences de thérapeute manuel, et devenir un « guérisseur éducateur » afin de permettre à tous mes amis respectueux de la nature de prendre en charge la santé et la vitalité de leur précieux corps.
    Un gros bisou à toi JJ et aux autres aussi bien sûr.
    Richard

  • Dom
    Publié le 08:25h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Pour moi, le mouvement écologique et humain dont tu parles existe. Il s’appelle le mouvement colibris;
    Amitiés,

  • Daniel de St André
    Publié le 08:21h, 20 septembre Répondre

    Bonjour JJ,

    • Quel est le monde dont tu rêves, Daniel ?

    L’homo faber, l’être capable de fabriquer des outils a évolué en homo sapiens, étymologiquement sage-pensant. Mais en réalité cette faculté de penser l’a séparé de ses semblables et de la pleine conscience. La suite devrait être l’homo spirit, un être aligné sur la pleine conscience, ce que certains appellent un éveillé.

    • Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?

    L’accès à la pleine conscience pour tous.

    • Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?

    Je viens de terminer mon deuxième roman sur le sujet de la physique quantique et de la métaphysique révélant ce qu’est la pleine conscience. Mais je me suis également formé à une pratique de clarification de l’esprit, la métapsychologie, qui permet de libérer son mental inconscient des traces traumatiques sur l’ensemble de sa vie présente et de ses vies antérieures, le résultat final vise l’éveil ou la pleine conscience.
    Je souhaite donc apporter les connaissances que j’ai acquises sur la conscience à travers mes livres et à travers cette méthode de clarification.

  • Michel D
    Publié le 08:21h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques
    Pour vivre un monde de paix ,il faut d’abord la crée un nous, Se réunifier a notre corps, a L’essence
    que nous somme,. A notre façon unique de vivre et d’émaner la grande vie qui nous habite.
    Et alors on change le monde, on émane, on  »contamine » notre entourage.. On les infecte avec un bon virus. Pussiez-vous vivre la grande vie ou l’amplifier si vous la vivez déjà. Vivez un belle journée

  • Phil
    Publié le 08:20h, 20 septembre Répondre

    Hello Jean-Jacques, c’est toujours un GRAND BONHEUR de te lire
    Et là, tu y vas vraiment fort, jusqu’à nous faire entrer dans un nouveau paradigme!
    Un immense merci pour ce partage, dans lequel, oui, je me retrouve et je me reconnais, Entre autre, cela contribue à ce que je me sente moins seul, et moins « décalé » que je pourrais le croire!
    Maintenant que tu l’as verbalisé, je me rend compte, qu’il m’arrive personnellement de ressentir furtivement cette émergence silencieuse d’un nouveau monde, sans que cela ne soit le résultat d’un but en soi, autour duquel des structures, une organisation, ainsi que la planification d’objectifs et d’actions imaginées et dirigées par des humains se mettraient en place.
    Le monde auquel je rêve c’est tout simplement un monde basé sur la FOI, non pas dans sa déclinaison religieuse (qui, à mon sens, fait trop la part belle belle à des système de croyances) mais simplement la FOI EN LA VIE.
    Je dois avouer que de me trouver au contact de ce mot FOI, dans une lecture ou une conversation m’a effrayé pendant une très grande partie de ma vie. Et puis au fil de ma croissance personnelle, c’est un peu comme si, au gré de tout ce que j’ai expérimenté et entrepris elle a réussi à m’apprivoiser, un peu, puis un peu plus, puis beaucoup, au point qu’aujourd’hui, j’essaye d’être vigilant, à chaque instant (Jean-Jacques tu me dirais « Philippe, laisse ta caméra allumée »!), en fonction de ce que je ressens en moi, à être davantage conscient de l’état dans lequel je me trouve: Ai-je la FOI, là, maintenant où suis-je sous le joug de mes mémoires avec toutes les peurs et les parasites qu’elle véhiculent?
    J’ai le sentiment qu’à défaut d’être habité par cette FOI, mes pensées, mes choix, mes décisions, et donc mes actes peuvent difficilement être justes et purs au sens universel de ces mots. Et je crois avoir compris que dès lors que je m’élève contre quelque chose, que je choisi une posture «  »rebelle », quelque part je m’écarte de cette FOI, au risque de me faire « parasiter » à nouveau.
    Pour revenir à ton partage, quelque chose me dit que tous ces « mouvements » qui rassemblent des gens qui se retrouvent autour des 4 axes de valeurs que tu as décrites dans ton courriel, ont, en fait,un impact bien au-delà de ce qui est visible et palpable actuellement via notre conscient.;
    Quand à la manière, et la rapidité avec laquelle cette « transformation » ou « création » pourrait s’opérer, alors que nous sommes très nombreux à ressentir une sorte « d’état d’urgence », ‘est un questionnement qui me vient très souvent à l’esprit. Je ne crois pas détenir suffisamment de connaissances, d’expérience, et être qualifié pour y apporter, moi tout seul, une réponse pertinente. Mais c’est avec tout mon cœur, et avec beaucoup de plaisir que j’aimerais pouvoir apporter ma modeste contribution.
    A ce titre, à mon tour, je voudrais te partager quelque chose. En 2016, alors étudiant au sein de L’Académie de La Vie en Mouvement, j’ai rencontré un éminent chercheur, grand sage comme toi, aussi spécialisé en physique quantique, et dont le plus grand mérite, à mes yeux, a été de « démontrer » les fondements scientifiques d’un principe vital de vie, connu depuis la nuit des temps, et dont les humains ont été détournés de sa connaissance au fil des siècles.
    Afin d’éviter toute forme de prosélytisme je tairais son nom ici ainsi que l’orientation de ses travaux.
    Mais je me sens autorisé à te partager ce qui s’est passé pour moi à cette occasion. Une petite voix me soufflait de plus en plus intensément qu’une rencontre entre toi et ce chercheur pourrait créer quelque chose dont il est d’impossible d’imaginer ce à quoi cela pourrait ressembler avait que cette rencontre n’ait eu lieu. Cependant une chose est sûre, ce serait forcément quelque chose de TRÈS GRAND!
    Je dois avouer que je n’ai pas trouver le courage, la volonté, l’énergie, pour, ne serait-ce que tenter que cette rencontre ait lieu. Un peu comme si je me disais à moi-même « mais pour qui tu te prends toi, pour te permettre de te mêler de ces choses là? »,
    Le questionnement que tu nous partages me donne cette force aujourd’hui, et a réveillé cette petite qui s’est à nouveau manifesté depuis ton message du mois d’août. Je me garderais bien d’en dire plus sur le sujet,
    Je ne sais pas pas si pour toi cela aura du sens de publier ou pas mon commentaire en l’état, Quoiqu’il en soit, je respecterais ton choix avec bienveillance.
    Je suis à ta disposition, si tu souhaites mieux comprendre pourquoi la conviction que cette fameuse rencontre aurait du sens est aussi présente au fond de moi.
    Merci pour qui tu es Jean-Jacques
    Bien amicalement
    Philippe

  • Jean
    Publié le 08:18h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques
    J’ai lu et relu ton mail ou ton plaidoyer
    Oui tes mots me parlent, me touchent profondément
    Que tu sois comme moi, comme nous, pas au dessus et pas à l’abri du cortège d’ennuies que la vie nous déverse au quotidien me rassure et je me sens plus proche de toi.
    j’apprécie ton explication sur la croissance spirituelle , le développement personnel il y en à partout à toutes les sauces et je n’y crois plus, c’est devenu trop commercial et bien peu sont de vrais professionnels.
    Oui je me sens exclu, perdu, à la dérive mais je m’accroche et j’avance doucement grâce à toi et à tes conseils que j’applique au quotidien.
    Je suis fier de faire partie de ce  » premier tiers d’adultes » et je ne savais pas jusqu’à ce jour que j’en faisais partie, je me sens plus seul maintenant.
    Je rêve d’un monde ou cette solitude disparaîtrait, ou les valeurs de l’amitié, de l’Amour, du partage serait réelles, je voudrais être Heureux tout simplement .
    Merci Jean Jacques pour tout ce que tu fais pour moi, j’espère que mes quelques lignes et mon ressenti t’aideront
    A bientôt
    Jean

  • Madinina
    Publié le 08:14h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Je t’avouerai que je n’ai pas lu tout ton texte, car trop long. Défaut professionnel peut-être – je suis une communicante dans la presse – et d’autre part quand on arrive à la croisée des chemins, on va à l’essentiel. Tu m’as beaucoup aidé à travers tes vidéos, et je t’en remercie sincèrement ! Tu m’as fait découvrir un être merveilleux en la personne de Alexandro Jodorowsky .
    Et je suis ces enseignements . Moi le monde en effet que je voudrais, à bien réfléchir est utopique. Je crois que si on veut un monde meilleur, cela commence par soi, car comme tu le sais, on ne finit pas de se découvrir. J’ai tenu à te répondre, pour te témoigner ma reconnaissance. On veut un monde d’amour, de partage et que sais-je, est ce que nous nous aimons vraiment,? Est-ce que nous partageons avec l’autre sincèrement ? Voilà ou j’en suis dans mes réflexions !
    Cordiales salutations

  • kreola
    Publié le 08:11h, 20 septembre Répondre

    je rêve d’un monde prêchant la tolérance, les valeurs fraternelles et familiales, les liens de voisinage, l’entraide mais je crains que ce que je dis ne fasse un peu cliché, alors j’ai ce rêve et je le garde. Comme disait Martin Luther King « I have a dream »

  • Pierre
    Publié le 08:02h, 20 septembre Répondre

    Bonjour JJ, bonjour à toutes et à tous,
    Quelles sont mes valeurs? La tolérance (jusqu’à une certaine limite de compréhension de ce qui anime l’ « autre ». En effet, avec « mes » valeurs, je me place, aussi…comme terroriste aux yeux de certains!); le respect, l’écoute, l’entente, la convivialité, …. Rien de bien compliqué…à « mes yeux ». Et pourtant…
    Non, il n’y a rien à « devoir », « falloir » changer dans ce monde. Tout existe déjà. Tout dépend de la « communauté » qui observe, travestit, déforme, désinforme, utilise, …à ses propres fins. (Qui n’a entendu cette phrase: « La fin justifie les moyens »? Qui?)
    Gandhi disait déjà: « Soyez le monde que vous voulez voir. »
    Le R.P. Dominique Pire a créé les « Iles de Paix » et à écrit: « Bâtir la Paix ».
    M.L. King a été assassiné pour avoir prononcé: « I’ve have a dream ».
    Toutes les idéologies existent. Il n’y a rien à « devoir », falloir » inventé depuis Bouddha, les Incas, les Toltèques, les Chrétiens, la protestants, les islamistes, les terroristes. le soufisme…(la liste est longue!!!, très très longue))
    Quelles contributions? Etre bien dans « mes chaussures ». Là où je suis, je prône les valeurs qui sont miennes. Mon « Monde » est donc bien restreint. Il y a les adeptes et les réfractaires. (j’en connais aussi le prix…du moins celui que je suis prêt à payer.) Mon « Monde » est donc bien restreint.
    En même temps, cela me convient. Comme un agriculteur, je sème et puis, c’est très bien comme cela.
    Comme aime à le répéter un ami: « J’adore les gens heureux, ceux-là ne me font pas d’histoires…) Je partage ce point de vue….et, je ne suis pas missionnaire. Chacun est libre de « ses » croyances. Je partage volontiers les miennes avec autrui.

    A ce sujet, il est, ici, impossible de joindre un fichier allant dans le sens de la discussion. Je le déplore!!! Car, si chacun peut « partager », nul ne peut apporter des éléments complémentaires sous forme de textes, de ppt, ou autre (le support les refuse et il n’existe pas de possibilité de « partage à ce niveau. C’est bien triste.) qui, selon moi, seraient un complément potentiel à ces échanges que tu prônes.

    Bon chemin dans ta crise car nul ne pourra la vivre à ta place.
    Pierre

  • Linda Bruckert
    Publié le 07:49h, 20 septembre Répondre

    Merci Jean-Jacques pour cette belle initiative et merci à tous ceux qui y ont répondu.
    Sur Lyon, nous sommes un petit groupe de personnes issues d’horizons différents à nous réunir dans un « Hope-Tank » et nous partageons mot pour mot les valeurs que vous exprimez.
    Vous nous trouverez sur facebook sous « HOPE-TANK LYON » ainsi que dans un groupe Meetup du même nom..
    Nous serons ravis d’accueillir tous ceux qui aimeraient participer à nos échanges.
    De tout coeur
    Linda

  • Alain Nilles
    Publié le 07:48h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,
    Je te remercie de ta missive ! Je suis estomaqué, tu y as rassemblé, de manière simple et claire la totalité de mes pensées, comme si tu étais venu piocher dans mon cerveau le contenu de ta lettre. Je n’ai pas un mot à changer dans ton message, il colle parfaitement à ce que je pense !
    Je suis totalement avec toi dans ta démarche, tu peux compter sur ma participation, d’autant que personnellement j’en ai marre de cet esclavage qui s’amplifie chaque jour, je veux autre chose.
    Très amicalement à toi, et a bientôt,
    Alain

  • Claudine KIEPURA
    Publié le 07:42h, 20 septembre Répondre

    Je rêve d’un monde spirituel exprimant notamment l’authenticité, la tolérance… où les guerriers sont épuisés et où l’armée, au lieu de s’exercer au combat, va œuvrer dans les nécessaires parties du monde pour apprendre aux autochtones à pêcher…
    Les valeurs que j’aimerais promouvoir seraient donc l’authenticité, le partage et la prise de conscience que nous avons en nous toutes les ressources dont nous avons besoin.
    Ma contribution : continuer de dispenser des formations permettant à chacun de se mieux connaître, développer sa confiance en soi, ses qualités, apprendre à communiquer et comprendre qu’il est inutile de se battre pour imposer sa vision du monde car nous sommes sept milliards d’individus uniques.
    Bien à Toi.
    Claudine

  • Denis Fréchette
    Publié le 07:39h, 20 septembre Répondre

    Je rêve d’un monde mature, d’entraide,d’intégrité , de partage et d’Amour. Dans mon monde il n’y a plus le dieu argent…économique. Il n’y a que des humains frères entre eux et qui mettent la Vie et l’Amour au premier plan. Que tu sois balayeur ou docteur, tu te lève pour rendre service à la communauté selon tes talents sans salaire. Tu travaille pour combler les besoins de tes semblables, non pour engranger des $$$. Donc plus besoin de travailler 8 hres ou plus par jour. Plus besoin d’inventaire pour créer des surplus inutiles. Je pourrais continuer à développer mais déjà la table est mise…

    La valeurs d’entraide, d’intégrité, de justice, de partage , d’Amour.
    .
    Pour promouvoir ce qui précède, je fais du coaching à quelques personnes qui se réfèrent à moi, je suis formateur et praticien de La Trame (Voir association canadienne de la Trame).Je fais de la musique dans des CHSLD pour adoucir la fin de vie des résidents…..
    Je me sens comme dans un monde qui dors, qui est zombie par la manipulation de l’élite et dont moi je suis éveillé…..je me sens étranger à ce monde immature, étourdi..

  • Josiane
    Publié le 07:39h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Ton courriel d’aujourd’hui m’enthousiasme vraiment, car, depuis un moment, j’ai l’impression de me trouver sur une planète qui n’est pas la mienne. Un temps, j’ai regretté de ne pas avoir de petits-enfants, puis je m’en suis réjouie car je n’aurais pas supporté de les voir contaminés par le monde que je vois autour de moi, mais je n’aurais pas voulu les isoler non plus..
    D’un autre côté, il faut bien qu’i y ait des enfants pour réparer ce que nous avons saboté…
    Donc, ton idée me plaît beaucoup et, même s’il est trop tard pour des petits-enfants à moi, je serai heureuse de participer à l’amélioration du sort de eux des autres. 🙂

  • lucie
    Publié le 07:31h, 20 septembre Répondre

    j’aime l’invitation à rêver un futur autre. Si notre imaginaire change alors tous nos actes changent.

    Je me rends compte que les imaginaires qui circulent:transhumanisme et intelligence artificielle, vont dans le sens de la technologie et non de la vie; Un grand mythe est à l’oeuvre, la machine mieux que l’homme, et la machine pour remplacer l’homme.Comme si nos artefacts avaient une superiorité sur nous. Et ça fait beaucoup de dégats ;la machine n’a pas de coeur

    un livre très enrichissant qui parle de cette impasse ,entre autres Andreas esbach « le maitre de la matière » me fait cheminer, et en même temps je vois que mes actes, ce texte par exemple, utilisent de plus en plus de technologie. Le poison est dans le remède…davantage que le remède dans le poison?

  • Annie
    Publié le 07:19h, 20 septembre Répondre

    Je rêve d’un monde ou les gens prendraient le temps de réfléchir, de rêver, de voir la beauté de la nature et celle de l’être humain. Je rêve d’un monde ou le temps n’est plus performance mais appréciation de ce qui est… J’ai envie d’échanges vrais. Du respect de du vivant. J’ai envie qu’on me parle de solutions climatiques. J’aimeraIs que la philosophie et la spiritualité soient des sujets discutés dès les études primaires. Je voudrais que plus de personnes se conscientisent d’avantage avant d’être acculés au pied du mur. Qu’elles prennent conscience qu’elles ont le choix. La phrase qui me guide depuis longtemps est : connait-toi toi-même et tu connaîtras l’Univers et les Dieux. Je partage cette passion de la connaissance de soi et de notre liberté de choix grâce à mon travail. Je rêve d’un monde ou mes enfants pourront être heureux dans le bonheur simple, l’échange humain, la découverte constante, l’ouverture à l’autre, la beauté et le temps de vivre en harmonie avec eux, les autres et la planète.

  • Angèle Condamine
    Publié le 07:11h, 20 septembre Répondre

    Quel monde je rêve un monde d’Amour , de partage et de Paix
    les valeurs : le respect, le partage , la confiance ,la tolérance et la non violence , l’amour
    comment faire je ne sais pas vraiment Instinctivement ce qui vient du fond du coeur et de façon spontanée dans le respect et l’Amour de l’autre en faisant confiance .
    en tout cas Jean Jacques merci de ton partage, de nous faire confiance et surtout de nous remettre en mouvement dans notre vie. Tu nous bouscules dans nos retranchements et tu nous permets d’avancer merci

  • Patrick
    Publié le 07:06h, 20 septembre Répondre

    Je partage complètement ta façon de penser
    Et suis avec toi

  • Intidhar
    Publié le 07:00h, 20 septembre Répondre

    bonjour, et merci pour cette lettre qui dit tout haut ce que je pense tout bas. Bref, le monde dont je rêve serait un monde sans menteurs ! Hé oui, le mensonge est le pire des défauts humains, qui conduit forcément à propager tous nos malheurs. Et à mon sens, les gens honnête ont intérêt à se rassembler, à échanger des idées pour construire un monde meilleur, et à éviter de se mélanger avec les menteurs,
    quant aux valeurs à promouvoir, c’est surtout l’honnêteté, l’intégrité, et la vraie solidarité: des valeurs qui sont de nature à faire face à tous les fléaux nocifs qui anéantissent les hommes, physiquement et moralement
    Enfin, pour rendre ce monde meilleur, je devrait me préserver de toutes les mauvaises influences qui risquent de bousiller mon caractère, et de continuer à diffuser les messages positifs dans mon entourage, notamment à travers des publications sur FB, et surtout à critiquer objectivement toutes les dérives du mauvais comportement de la race humaine.
    Et merci d’exister monsieur

  • Philippe Fabiani
    Publié le 06:59h, 20 septembre Répondre

    Bonjour j’ai lu avec attention tout l’article, auquel j’adhère; juste un bémol concernant les  » mondes » si vous considérez que c’est l’objectif commun qui fait que les gens se mobilisent pour changer les choses : je n’en suis pas sûr car un humain se définit par sa pensée et non par ce qu’il fait ! Par exemple le « monde » des Harleys même s’ils sont unis par un mode de vie commune je ne crois pas qu’ils pensent tous la même chose et pour moi la véritable union est au niveau de la pensée …Sur ce impatient de vous lire encore Très Cordialement

  • Ghys
    Publié le 06:57h, 20 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques,
    Bravo pour cette prise de conscience!
    Depuis très jeune j’ai traîné avec moi une impression de n’être pas «connectée» à cette société que l’on voulait me faire croire attentive à mon bien-être, sans pour autant comment penser, agir autrement.
    Il y a une quinzaine d’années que j’ai réellement commencé à me poser un certain nombre de questions et où tout naturellement cela m’a amené à m’impliquer dans une recherche de réponses et de vérité.
    Concrètement et pour faire simple, je me suis engagée à répandre la lumière sur les choix criminels des Gros de l’agroalimentaire avec la complicité de nos dirigeants successifs …
    Je me sens parfois aussi minuscule qu’un grain de sable dans l’océan, mais jamais inutile.
    Alors, oui, tu viens de me ravir à te rappeler tes «aspirations premières» d’un Monde peuplé par toute sorte de diversités.
    A bientôt de te lire…

  • MICHELINE
    Publié le 06:57h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jacques,

    Ce coming out me réjouit au plus profond de mon coeur.
    Tes propos pourraient être les miens.
    Je fais déjà partie de petites communautés Ubuntu et Dreams Academy actives en Espagne où je vis.
    Il est vrai qu’il est impératif de créer des ponts, des liens, et de faire circuler cette énergie créatrice.
    Je me ferais un plaisir de pouvoir contribuer à ton projet et ainsi aider à créer cette dynamique que nous sommes
    si nombreux à attendre ….Mais attendre ne suffit pas, il faut agir … Je suis prête avec les moyens que j’ai.
    Micheline Cortois, TORROX , Espana

  • najeh
    Publié le 06:56h, 20 septembre Répondre

    ça sert à rien de rêver, mieux vivre le jour au jour, car je suis dans un monde très loin du votre, un monde pourri, excusez moi du terme, un monde qui est tombé dans le piège de l’autre monde, où tout individu faire la guerre à son frère, c’est un atout que je respire encore et que je suis encore vivante et que je survis de mon propre travail, je n’ai rien possédé jusqu’à ce jour, ni voiture, ni maison ni rien du tout, mais toujours je remercie le bon dieu que je possède encore la vie, une vie de chienne excuse moi du terme, voilà tout, alors ps la peine de rêver car rêver pour moi est une sorte de torture,

  • Flo
    Publié le 06:54h, 20 septembre Répondre

    Bonjour à tous. Je suis entièrement d’accord avec les points soulignes dans ce texte. Je ne réponds pas tout à fais à la question j’en suis désolé. J’´ ai quand même un peu peur de me « faire avoir » e t je tente le coup quand même.
    Domage de laisser passer l’occasion de se rassembler.
    J’aimerais partager le RIRE comme outils pour désamorcer les conflits et permettre de communiquer sans barrière.
    Je suis en Guadeloupe.

  • Bernard
    Publié le 06:49h, 20 septembre Répondre

    Merci Jean-Jacques pour ce texte. j’aurais aimer l’écrire. Il reprend exactement ce que je ressens depuis l’enfance (j’ai 60 balais). Je ne suis jamais reconnu dans la râlerie stérile ou dans la protestation violente. AVM 1 m’avait permis de me remettre debout après une grosse épreuve, ce mail m’invite à me mettre en action (oups, j’allais dire « en marche », sorry)

  • Andree
    Publié le 06:48h, 20 septembre Répondre

    Bonjour
    Je n’ai pas choisi de naître, j’y suis venue avec l’eau du bain. Wouura
    Sur une planète.; Terre de l’humanité
    Jeunesse ; inconscience, étourdissements, intelligence multiples, volonté d’être et ego gonflé à bloc !
    Adulte; robotisé, survie, perte de contrôle et de pouvoir, téléviseur ouvert pour me nourrir ET me distraire de mon coma
    Resultat; c’est assez… SOIT je végéte comme une vieille carotte ou je meurs et renaît à nouveau
    MIracle …J’ouvre ma bible poussiéreuse dans la solitude et oui nous ne sommes pas tous dans une secte malgré notre faiblesse
    Et voilà que Jésus m’apprends que je suis maître de ma vie.
    Que personne au monde ne m’apprendra mieux que lui à AIMER
    Que personne au monde ne me dirigera ou m’enseignerà mieux que lui…. comment me sortir de la gueule du loup
    Que l’esprit d’intuitionqui qui est en moi est d’une conscience divine une intelligence différente de notre Âme
    Je fais confiance et avec ma propre volonté cette intelligence me conduit divinement dans un monde habité par une force implacable je reste à ce jour dépassée moi petite bonne femme par son amour.
    Il m’à offert en cadeau un coffre à outils invincible contre le mal… vous imaginez!
    Voilà une de mes clés
    Bonne route
    Andrée

  • Nathalie
    Publié le 06:47h, 20 septembre Répondre

    Ravie de te lire Jean-Jacques.
    Je partage tous les points que tu évoques et suis impatiente de te lire à nouveau pour nous suggérer de nouvelles actions à mettre en place dans notre quotidien.
    Je retrouve tout ce que je pense dans certains des commentaires donc je ne vais pas répéter ce qui a déjà si justement dit.
    Donne-nous des pistes.
    Je vois dans le commentaire de Françoise que je vais pouvoir prendre contact avec l’association dont elle parle. Il faut que je trouve les bons contacts ici en France pour agir à mon infime niveau de colibri.
    J’espère que tu vas trouver du répit et du réconfort dans tes actions mais je comprends fort bien ta crise, compte tenu de ta démarche et du fait que tu passes ta vie à contribuer et à transmettre.
    Avec tout mon soutien et mon amitié même…
    Nathalie (étudiante de l’AVM4)

  • sophie labruyère
    Publié le 06:45h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,
    merci pour le partage de ta « crise » qui rentre en résonance avec la mienne… qui dure depuis toujours et plus particulièrement depuis l’arrivé de mes deux jumelles polyhandicapées!
    A partir du moment ou l’on m’a dit c’est comme ça madame et pas autrement… bon courage, votre vie est foutu et celle de vos filles inexistante!!!
    Voilà 9 ans que je cherche comment échapper physiquement à cette société, tout en faisant avec les contrainte du handicap… j’ai commencer par lutter contre, puis je me suis dit comme toi qu’il faut finalement que je créer notre propre vie… car si spirituellement j’y suis presque arrivé, cette société n’est plus vivable et particulièrement pour des personnes comme moi et mes filles!
    je rêve d’un monde de respect, équitable ou personne n’essaye de contrôler personne… mais ou chacun est indépendant et autonome… pour pouvoir vivre bien ensemble!
    un monde de simplicité, d’échange de dons, de connaissance, d’écoute et d’entre aide… tout en respectant nos différences et même en les mettant en valeurs comme don particulier utile.
    Pour ma part, j’aimerais mettre à contribution mes talents pour reconnaître les dons de chacun, partager ma créativité débordante en offrant mes nombreuses idées et mettre en relations les personnes susceptible de pouvoir agir ensemble!
    Ma capacité a être multitâches…
    Mais aussi partager ma compréhension face au handicap et la différence comme un atout et non comme une difficulté!
    Et enfin, chose que j’ai commencer à réaliser avec mon compagnon Africain… créer un pont de retour entre la France et l’Afrique, pour permettre à tous ceux qui ce sont fait piéger par cet « eldorado » européen et qui ont pris conscience à quel point tout ceci été un piège… les aider à retourner dans leurs pays, au prés des leurs avec un vrai projet et les moyens de le mettre en oeuvre… tout en faisant de la prévention autour d’eux. et enfin les aider à avoir un nouveau regard sur leurs comportement vis à vis des femmes, de la religion, et leurs rappeler à quel point ils ont déjà l’abondance dans leurs cœurs… leurs parler en terme de lois spirituel et non plus de dogmes et d’obligation!
    Ceci est un résumé de tout ce dont à quoi j’aspire…
    merci de cette belle initiative que de mettre à profits votre « position » car en effet ce qui nous est nuisible c’est notre isolement à tous!
    sophie

  • Nathalie B.
    Publié le 06:43h, 20 septembre Répondre

    Je me sens très touchée qu’un homme tel que vous ait une telle prise de conscience. La spiritualité dont vous parlez m’a rattrapée et le « non mesurable », l’à priori « non rationnel » j’ai dû me résoudre à l’explorer pour comprendre au lieu de mettre le couvercle de la peur sur ce qui se passait pour moi. Ainsi j’ai pu découvrir bien des choses et depuis deux ans que j’explore je n’en ai pas fini. Mais disons que tout cela m’a à la fois réconciliée avec la spiritualité (qui d’ailleurs n’a que faire des dogmes religieux et croyances). Et je dois dire que depuis que j’accepte, non sans trainer parfois des pieds, de mettre ma médiumnité et autres capacités au service de la Vie et des autres cela me porte et apporte une guérison intérieure chez moi ou chez les autres que je n’ai pas trouvé dans le « développement personnel » ou la « psychologie »… bien que ce soit des étapes et des outils utiles, j’en convient.
    Mais tout cela me porte plus loin… car j’ai commencé de petites actions, très modestes, et je n’attends plus, je commence à changer le monde autour de moi avec mes petits moyens et je rejoins aussi d’autres groupes sur divers sujets tels que la CNV, l’écologie etc. Je sais que je ne suis pas seule et je sais qu’il existe sur la planète tout un maillage de personnes qui sont reliées entre elles par la même action de guérison quelque soit les outils et le domaine dans lequel elle déploie tout cela. Je sais que ces personnes sont reliées par une même mission, un même but et des valeurs proches. Même si elles ne se connaissent pas. Les études dont vous parlez me réjouissent car elles le révèlent.
    Maintenant relier tout ce petit monde de manière plus « consciente » et « concrète », et coordonner ses actions me semble une tâche ardue. Beaucoup essaient déjà et je crois que cela passe de toute façon par l’aller-retour constant du niveau global au niveau local… ce qui est souvent là que cela pêche, certaines populations sur certaines zones étant beaucoup plus difficiles à mobiliser, le bruit informationnel et la pléthore d’offres associatives en tout genre pouvant aussi être un gros frein.

    Qu’est-ce que je peux proposer ? Avec ou sans vous ou tout autre organisation je continuerai de toute façon mon travail de passeuse d’âme (et donc aider à amorcer les changements nécessaires pour un retour à l’équilibre) et ce que j’ai amorcé comme actions personnelles. Mais je peux me joindre à vous, apporter mon éclairage, diffuser l’information là où je suis ou même pourquoi pas via la chaîne youtube que je suis en train de créer. Je reste prudente pour le reste, car je préfère attendre que les personnes me signifient leurs besoins concrets et voir si je peux y répondre ou pas plutôt que dans l’autre sens 😉

    Je vous souhaite en tout cas de réussir ce beau projet car le liant est une des choses qui manquent pour avancer, effectivement !

  • sjmt
    Publié le 06:39h, 20 septembre Répondre

    >Quel est le monde dont tu rêves ?
    Un monde basé sur le partage des connaissances, savoir faire et surtout savoir être
    Un monde au service de tout ce qui fait grandir la vie au sens large (biologique, psychologique, spirituelle)
    Un monde où l’argent et le ‘pouvoir’ (s’ils existent encore) sont des moyens et non une finalité
    Un monde où on redécouvrirait les richesses dans chaque humain

    Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?
    Le partage

    Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?
    J’aimerais participer à la réflexion de nouveaux modèles de civilisation mais réfléchir ne suffit pas
    J’aimerais tellement contribuer à la création d’une sorte de ‘fédération’ du mieux être sur terre
    Les initiatives actuelles existent mais elles sont dispersées, manquent d’interconnexion et de structuration : mutualisez les ressources financières, humaines, matérielles pour faire émerger des prises de conscience, accompagnez chacun là où il en est vers une évolution au service de la vie

  • ¨Raphaëlle
    Publié le 06:37h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,

    Je suis très touchée par ton message et m’y retrouve complètement, contrairement à ce monde dans lequel je ne me suis jamais trouvée, ni retrouvée. Je suis sans emploi depuis un certain temps de ce fait.
    Je suis facilitatrice de biodanza , une passion qui concoure au bien être et à la reliance,de chacun, je n’arrive pas à en vivre,et comme je le mets en priorité car c’est dans cet espace que je me sens vivante, . Cela m’empêche souvent d’être acceptée ou d’accepter un boulot car, dans ce monde c’est l’un ou l’autre; blanc ou noir. pas d’adaptation possible au niveau des horaires.
    les valeurs qui sont les miennes sont toutes celle que tu as décrite, celles qui protègent le lien et le vivant. , qui permettent de se sentir en sécurité en soi, dans le monde, affective et dans le respect de ses besoins (pyramide de Maslow) et non une sécurité assuré par des systèmes générant la peur et la violence, la répression.
    Voilà le monde dans lequel j’ai envie de vivre, et celui auquel j’ai envie de concourir. Un monde régie par la valeurs humaines et qui protègent le vivant, pas un monde de peur, de fric et de morts vivants.
    Un monde aussi où l’on mange des produits vivants et pas des produits trafiquées, industrialisés, pollués.
    Je cherche encore comment m’incarner dans ce monde et créer ce qui est juste pour moi, en lien, avec mes pairs » créatifs culturels »

    Merci à vous toutes et tous, petits colibris
    Raphaëlle

  • Raphaëlle
    Publié le 06:31h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean Jacques,

    Je suis très touchée par ton message et m’y retrouve complètement, contrairement à ce monde dans lequel je ne me suis jamais trouvée, ni retrouvée. Je suis sans emploi depuis un certain temps de ce fait.
    Je suis facilitatrice de biodanza , une passion qui concoure au bien être et à la reliance,de chacun, je n’arrive pas à en vivre,et comme je le mets en priorité car c’est dans cet espace que je me sens vivante, . Cela m’empêche souvent d’être acceptée ou d’accepter un boulot car, dans ce monde c’est l’un ou l’autre; blanc ou noir. pas d’adaptation possible au niveau des horaires.
    les valeurs qui sont les miennes sont toutes celle que tu as décrite, celles qui protègent le lien et le vivant. , qui permettent de se sentir en sécurité en soi, dans le monde, affective et dans le respect de ses besoins (pyramide de Maslow) et non une sécurité assuré par des systèmes générant la peur et la violence, la répression.
    Voilà le monde dans lequel j’ai envie de vivre, et celui auquel j’ai envie de concourir. Un monde régie par la valeurs humaines et qui protègent le vivant, pas un monde de peur, de fric et de morts vivants.
    Un monde aussi où l’on mange des produits vivants et pas des produits trafiquées, industrialisés, pollués.
    Je cherche encore comment m’incarner dans ce monde et créer ce qui est juste pour moi, en lien, avec mes pairs » créatifs culturels »

    Merci à vous toutes et tous, petits colibris
    Raphaëlle

  • Christiane
    Publié le 06:26h, 20 septembre Répondre

    Merci pour ce texte, Jean -Jacques,
    Il est percutant et inspirant,
    Et combien rassurant de savoir que je ne suis pas seule…
    Et faire des choix m’amènera à faire des deuils…pour vivre dans ce nouveau monde
    Pas facile mais nécessaire .
    Vivement ensemble,

  • véronique
    Publié le 06:25h, 20 septembre Répondre

    Cher Jean-Jacques ,
    C’est toujours du bonheur et passionnant de te lire ! Merci !
    Pourquoi , parce que tu es au plus près de nos préoccupations et tout ce que tu écris
    je le ressens parfaitement comme si tu avais lu dans mon coeur .
    Je vis en France où j’ai adhéré à une association : FÉDÉRATION MONDIALE DES INSURGÉS
    créé par un homme charismatique DAVID SCHULER
    On y retrouve point par point les mêmes valeurs les mêmes constats ! Je t’invite à avoir la curiosité d’aller sur youtube
    pour te renseigner. . .
    Tu le sais comme moi , nous sommes au pied du mur . En France la dictature se durcit , c’est pourquoi David Schuler
    à créé L’OPÉRATION LIBÉRATION pour toutes personnes ( pas besoin d’être adhérent à la fédération Mondiale des Insurgés)
    qui ne se reconnaissent plus dans ce système de gouvernance à venir soutenir ce mouvement qui veut mettre en place UNE SOCIOCRATIE . Tu trouveras tous les détails sur Youtube – Facebook – Discord .
    Merci Jean-Jacques de souffler sur les braises de ce monde émergent et infiniment varié , mais globalement basé sur les mêmes valeurs humaines de solidarité , de respect .
    Je suis impatiente de lire tes prochains courriels ; Que Dieu te bénisse !
    Véronique

  • michellange
    Publié le 06:25h, 20 septembre Répondre

    je semble avoir de la difficulté a t envoyer mes messages,j ai photocopier partie 1 et 2 ,je vais les relire attentivement et il me fais plaisir de répondre a tes 3 questions,a bientôt (semaine du 1 er octobre

  • Samuel
    Publié le 06:13h, 20 septembre Répondre

    Je pensais à autre chose… Créer un annuaire de tous les groupes et toutes les organisations existantes, organisé par thématiques. Parce que ça permettrait une visibilité globale de ce « World Movement », faciliterait l’identification des acteurs et les connexions entre eux. Sans doute, qu’au travers de ça, ça ouvrirait aussi des horizons insoupçonnés.

  • Cathy
    Publié le 06:05h, 20 septembre Répondre

    Bonjour,
    Il est temps que tous fassions un pas vers ce nouveau mode de vie. Ce monde , tel qu’il est créé et vécu, est révolu et empoisonné! Les autochtones ont le respect de tout et c’est d’´eux qu’il faut s’inspirer pour rebâtir un monde meilleur. Respect de la terre-mère, travailler en harmonie avec elle, utiliser avec respect ses ressources pour de guérir, vivre, manger et. Remercier pour tout ce que la terre nous offre!
    Cesser cette industrie de consommation en vivant humblement.
    Je ne suis pas abonné à la télé depuis les 7 dernières années et je vous assure que je ne m’en porte que mieux! Je passe pour une marginale et j’e.n suis fière. Bien que je ne repInès pas souvent à vos courriels, sachez que je vous lis religieusement à chaque fois et que ma propre crise a débuté il y a déjà quelques années. A ma façon, à petit échelle, j tente de changer les choses. Alors OUI je suis de celle que. veut pousser ce nouveau monde à sortir de sa cachette et s’exposer au grand jour..
    Vous avez tout mon appui et je continuerai à vous suivre dans cette direction. Bien à vous !

    Une résidente du Québec

  • Bill
    Publié le 06:04h, 20 septembre Répondre

    Moi jean Jacques, j’aimerais que tu (ré)abordes le concept de transurfing. L’as tu oublié ? Toi qui était un fervent défenseur de ce mode de pensée dans laquelle c’est nous qui choisissons NOTRE réalité, ne voies tu pas là justement un moyen de refaire quelque chose qui est très clairement expliqué dans les livres de zeland? Hormis Mr Olivier M……..t qui t’as mis des bâtons dans les roues, qui t’empeche de ressortir du placard tes mails de 2011 ou 2012??? Bien à toi , en esperant une dimension non commerciale de ta « crise ».JL.

  • lucie
    Publié le 06:02h, 20 septembre Répondre

    bonjour,
    j’ai 56 ans, mon parcours est assez proche du tien, finalement.
    de parents intellectuels et militants (createurs du lycée experimental de saint nazaire) j’ai été très tôt dans le bouillon bio, ecologie , humanisme, autogestion (de l’epoque de rené dumont )
    anti nucleaire à 12 ans pour eviter une centrale nucleaire dans mon petit village breton, sans télé depuis mes 17 ans(en 79) ayant fait un gros travail de recherche sur les vaccins en 88 ( reaction grave de mon compagnon suite à un DT polio)
    sur les medecines dites alternatives depuis mes 16 ans, en renovation en bio materiaux de ma maison, il y a 30 ans, prise pour une zouave longtemps, je commence à être considérée comme ressource.
    j’ai lu les créatifs culturels a sa sortie en france, j’ai aussi jamais cru au village global (ça c’est plutot mes parents)
    professionnellement j’ai tenté en entreprise d’amener, comme designer chaussures, des ingredients ethiques,: j’ai monté une asso des gens du metier en 1997 avec une question: doit on aller en chine? ou garder notre créativité pour les productions locales:, en sauvant des entreprises, j’ai été bien seule sur le sujet jusqu’a ce qu’on me donne raison , quand les designers sont partis en chine, la france s’est effondrée . de mon côté j’ai travaillé fabrication française materiaux bios, recyclage . je me suis formée à la posturologie pour aller plus loin et mes competences inhabituelles m’ont valu des contrats en rapport avec mes valeurs
    Un grave accident m’a amené à aller beaucoup plus loin et à me reconstruire complètement, dans l’isolement.(pour les medecins officiels la guerison n’est pas un sujet dans le cadre du handicap) parce que mes choix radicaux derangent et ont derangé mes proches qui sont partis et là ,je suis tellement loin sur tellement de sujets que je suis interessée par ta démarche.

    Ceci etant je bloque sur le fait que nous sommes des mammifères dont le cerveau reptilien prend les commandes pour une survie à son echelle de comprehension, du temps des chasseurs cueilleurs , e t je trouve que cela bloque l’humanité dans son avancement. En ce sens la dissociation permet d’ evacuer une partie du problème (les emotions c’est aussi une partie du cerveau, qui fait deraper bien des gens) et d’aller plus loin, mais ce n’est surement pas une bonne direction à prendre; Partager tout ce que j’ai appris me parait être une bonne idée, avec des effets limités , quand on est d’avant garde, c’est lourd de voir les autres avancer si peu et si lentement (tu connais surement l’histoire des 90 ans pour faire passer une idée dans une population, un temps « physiologique ,semble t’il)

  • Boyer
    Publié le 06:01h, 20 septembre Répondre

    Merci JJ pour ce texte magnifique et qui correspond tout à fait à ce que je pense. A la question, de quel monde rêvez-vous, la réponse peut être brève comme longue mais, je suis certaine d’une chose : je ne suis pas satisfaite moi aussi du monde dans lequel je vis pour plusieurs raisons.
    Nous vivons dans un monde trop superficiel et lorsque nous prônons des valeurs de coeur, tout le monde est d’accord, mais personne n’a de propositions concrètes à proposer ou si peu de propositions. Et puis le confort dans lequel nous sommes est très souvent paralysant…. je suis partante pour examiner toute proposition qu’on nous ferait.
    L’altruisme, la générosité, le partage, créateur de vie, l’entraide etc.
    J’ai hâte de lire les propositions qui en ressortiront.

  • Emile
    Publié le 05:59h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques.
    Je voulais commencer par rappeler que je suis africain, vivant au centre de l’Afrique en RD Congo.
    En effet, c’est plus d’une année maintenant que j’avais cessé de te lire jusqu’à ce que comme par providence, j’ai décidé de lire aujourd’hui ce courriel qui m’a beaucoup plu. Mais pourquoi j’avais cessé de te lire ? En fait, j’ai fini par comprendre que lorsqu’on cherche une aide, un soutien ou des conseils pour lutter contre ses crises continuelles et récurrentes c’est juste pour en ajouter d’autres. Toutes ces personnes —coachs, formateurs-accoucheurs, assistants sociaux, accompagnateurs sociaux…. — sont à réalité dans le monde de capitalisme. Ils n’ont qu’un seul objectif – s’enrichir au dos des pauvres misérables. Je vais m’expliquer.
    En fait, Jean-Jacques et tous les autres qui me lisent, avez-vous déjà visité un jour l’Afrique ? Savez-vous quelle misère vivons-nous au quotidien ? L’Afrique semble être un monde oublié, un monde qui ne mérite pas la compassion ni la bonté des autres, un monde appelé à disparaître. C’est dur à dire mais c’est cela la réalité ! En réalité, ma crise perpétuelle c’est cette impuissance de faire quelque chose devant ma situation misérable et celle de ceux qui m’entourent que nous vivons au quotidien. Face à cette réalité, j’ai toujours à moi un sentiment d’inutilité. Malheureusement, malgré des publicités pompeuses du genre « formation gratuite, réussir sa vie avec nous gratuitement, accompagnement gratuit…  » des tous ces coachs et formateurs en réalité c’est juste pour attirer les pauvres misérables qui souffrent déjà. Rien ne gratuit là-bas ! Tu sais bien de quoi je parle. Or on cherche des conseils n’ont pas parce qu’on a de l’argent mais parce qu’on veut quitter sa vie misérable. Comment un misérable aura-t-il de l’argent pour payer la formation alors qu’il n’a même pas à manger ? Oui, tu as bien résumé la situation, à quoi servirait d’apprendre à pêcher à quelqu’un dont la loi interdit à pêcher ? ou comment demander d’abord de l’argent à quelqu’un qu’on prétend vouloir aider à sortir de sa pauvreté ? Contradiction, n’est-ce pas ? Malgré toute notre volonté du monde de payer vos cours, nous n’y parvenons pas parce que nous sommes misérablement très pauvre. Voilà pourquoi j’avais trouvé inutile de continuer à vous lire parce que cela me rappelait plutôt ma pauvreté et que je n’avais donc pas droit à vivre ni de recevoir des conseils pour quitter un tant soit peu cette situation. Alors que je n’avais jamais choisi d’être né africain en Afrique, un continent très pauvre.
    Cependant, je suis très flatté de cette nouvelle approche que tu donnes à ta vocation. Je suis convaincu que c’est cette approche qui te donnera plus de satisfaction. « Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir », dit-on. Je m’imagine que le monde que tu veux contribuer à créer, et celui que j’ai toujours rêvé. Un monde qui n’a qu’un seul objectif le bien être et le mieux être de « l’homme » qu’il ait ou non de l’argent. J’espère que l’argent ne sera pas le critère d’être accepté dans ce monde. C’est un tel monde que je rêves, un monde où l’homme est mis au centre, un monde d’amour, un monde sans violence, un monde sans haine, un monde de solidarité, de partage. Un monde qui ne tolère pas la fossé entre les riches et les pauvres. Un monde qui lutte pour que tout le monde soit au moins dans la classe moyenne. Un monde qui prône de bonnes moeurs, qui se tourne contre le mal, un monde où on n’est pas isolé de par sa situation financière, sa race, sa langue, son sexe ou son lieu de résidence. Un monde où les gens se parlent, un monde de tolérance…
    Quelle contribution voudrais-je apporter pour rendre ce monde réel et vivant ? On ne donne que ce qu’on a, dit-on ! J’ai mon énergie, mon temps, mes capacités, ma détermination… que je voudrais mettre à contribution pour rendre ce monde réel et vivant.
    J’ai donc hâte de te lire prochainement pour que nous puissions, ensemble avec toi et tous les autres qui voudrait voir ce monde, travailler pour qu’il soit réel et vivant.
    Excuse-moi d’être un peu plus long, c’est juste que je suis très touché par cette nouvelle approche de ta vocation à savoir créer un autre monde.
    Emilie
    +243998386565

  • Samuel
    Publié le 05:59h, 20 septembre Répondre

    LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ. Tout est dit.
    Et pourtant ce n’est plus aujourd’hui que le slogan d’une république française corrompue, discriminante, injuste et violente. Dire qu’il y a une Déclaration Universelle des droits de l’Homme…

    Je rêve d’un monde où chaque expérience (école, travail, activité sociale…) te permettrait de te construire, te révéler, et t’affranchir. Un monde où les ressources sont réparties de telle manière à soutenir tous les modèles sociaux existants et non pas seulement les sociétés capitalistes. Un monde où choisir n’impliquerait pas de sacrifier. Un monde sans frontières, fait de SIMPLICITÉ, de RESPECT, de DIVERSITÉ et d’enrichissement mutuel. Un monde où chaque être humain serait égal face à la justice au regard de ses responsabilités, où il n’y aurait qu’une justice pour tous, Un monde qui peine déjà à exister à l’état virtuel… Pour le moment. Nombreux sont les groupes facebook, les forums, etc…, qui ont des chartes mais ils peinent à les faire respecter et c’est jamais sans une certaine partialité…
    Les mondes alternatifs ne peuvent pas faire l’économie d’une certaine structure, d’un certains cadre, parce que nous ne sommes que des êtres humains imparfaits.

    J’ai eu des rêves.

    Celui de créer un magazine type Courrier International mais qui parlerait des mouvements, des initiatives, des acteurs qui soutiennent des alternatives positives et constructives (pas seulement de ceux qui sont déjà connus et reconnus, mais aussi les petites gens qui sont atypiques et tellement inspirants), de nouveaux métiers, de nouvelles pratiques (des plus modernes aux plus originales); qui permettrait de mettre en lumière de nouveaux modèles de vie; qui représenterait une force de proposition pour toutes les personnes qui veulent changer quelque chose dans leur vie sans savoir vraiment quoi; qui alimenterait les réflexions sans chercher à imposer des pseudos-vérités…etc. Un média qui parlerait des petits papillons d’ici et d’ailleurs qui d’un coup d’aile changent toute une réalité.

    Celui de créer des « universités internationales de l’alternative ». L’idée était en fait d’appliquer le principe de gestion participative et collaborative que j’ai expérimenté dans des universités d’été. Pas de programme établi par un pseudo-comité, mais des universités faites par les participants pour les participants. Le contenu est proposé par les participants, Il y a certes un comité de pilotage mais qui n’est là que pour organiser et trouver les ressources utiles au déroulement de l’évènement. Mais ce modèle, encore une fois, a ses limites : l’humain…

  • francoise
    Publié le 05:55h, 20 septembre Répondre

    donc votre question : quelle contribution je peux apporter au monde ?
    pour ma part j’aimerais qu’il existe un groupe de réflexion sur Bourges –là où j’habite- pour œuvrer à un monde meilleur ; il y a eu une tentative qui a échoué pour des raisons qui sont la clé fondamentale de cette difficulté à vivre un autre monde : « comment vivre ensemble ? » et là était la pierre d’achoppement car il y a eu des rapports de force qui ont mis un terme à ce début d’association. Il y a un cheminement à faire en soi …indispensable et obligatoire –pour savoir communiquer sans agresser l’autre ;
    Donc concrètement je ne sais pas car je cite votre phrase « Et en contact avec toute la fragilité que je ressens « en effet je me sens fragile et impuissante à créer une association ;
    J’avoue aussi que j’attendais avec impatience et inquiétude votre courrier et que je suis maintenant soulagée de vous lire à nouveau ;
    MERCI pour votre authenticité, votre clarté qui me permet d’oser m’exprimer avec tant d’honnêteté à mon tour ce qui est rare dans mon entourage –à part ma thérapeute.
    Dans un1er temps je vais transférer votre lettre et peut être touchera-t-elle quelqu’un de plus solide que moi pour créer quelque chose dans mon environnement proche ;
    Croyez en mon amitié sincère :
    9

  • francoise
    Publié le 05:54h, 20 septembre Répondre

    d’abord un grand merci pour votre mail qui -à mon grand étonnement- ne m’a pas semblé long tellement il est intéressant et qui répond en tous points à ce que vous proposer et ce monde que vous décrivez j’aimerais qu’il devienne réel pour tous les humains ; j’ai des petits enfants et je souhaite ardemment qu’ils vivent en paix, en harmonie avec la nature et qu’ils interagissent avec bonté, générosité, amour, et toutes ces valeurs humaines fondamentales ;
    pour ma part je suis dans un groupe autogéré de CNV (communication non violente) qui répond déjà à cet appel d’authenticité de de valeurs humaines ; moi même je continue de faire un travail sur moi et de traverser mes ombres ;
    la question qui je me pose et que vous posez aussi : comment participez à cet autre monde qui se mettra au monde selon la masse critique d’humains : on est déjà à 35 % donc il faudrait au dessus de 50%….mon raisonnement est peut être simpliste….

  • Noëlle
    Publié le 05:53h, 20 septembre Répondre

    Le 20 septembre 2018

    Cher Jean-Jacques,

    A Bruxelles, j’ai suivi pas mal de tes séminaires et autres formations sur les jeux de pouvoirs. J’ai lu tes livres. Tout cela a été un excellent jalon pour continuer mon parcours et accomplir ma mission de vie. J’ai d’ailleurs souvent recommandé tes bouquins aux uns et aux autres.

    Tu m’as aussi fait le plaisir de venir parler chez moi.

    Pour tout cela un très grand MERCI !

    A tous hasard, ne sachant pas vraiment ce que « tu attends de moi » … Je te livre mon ressenti :
    – Oui c’est assez terrible ce qui se passe dans le monde ; mais il nous faut garder une vue d’ensemble = mettre tous les pixels ensemble pour voir l’image
    – Nous avons décidé de nous réincarner à cette époque et c’est pour quelque chose…
    – Là où j’en suis depuis environ 2011 : je me rends compte que notre meilleure « protection »/accès à notre conscience supérieure/sortie de matrice : c’est le nettoyage énergétique de toutes nos 24.000 couches : corps et champs énergétiques
    – Pour information :
    http://cosmicmed.com/hebrew—–English,,OSIE_STEINBERG.html
    jacosie@netvision.net.il

    2° Georges Boned
    http://www.vibratory-therapie.fr/
    georges0748@live.fr

    Tout le meilleurs

    Noëlle de Creeft
    noelle.de.creeft@skynet.be

  • Véronique
    Publié le 05:53h, 20 septembre Répondre

    je suis partante pour que demain nous puissions vivre cela.
    J’ai hâte
    Véronique

  • Emile
    Publié le 05:51h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques. Je voulais commencer par rappeler que je suis africain, vivant au centre de l’Afrique en RD Congo.
    En effet, c’est plus d’une année maintenant que j’avais cessé de te lire jusqu’à ce que comme par providence, j’ai décidé de lire aujourd’hui ce courriel qui m’a beaucoup plu. Mais pourquoi j’avais cessé de te lire ? En fait, j’ai fini par comprendre que lorsqu’on cherche une aide, un soutien ou des conseils pour lutter contre ses crises continuelles et récurrentes c’est juste pour en ajouter d’autres. Toutes ces personnes —coachs, formateurs-accoucheurs, assistants sociaux, accompagnateurs sociaux…. — sont à réalité dans le monde de capitalisme. Ils n’ont qu’un seul objectif – s’enrichir au dos des pauvres misérables. Je vais m’expliquer.
    En fait, Jean-Jacques et tous les autres qui me lisent, avez-vous déjà visité un jour l’Afrique ? Savez-vous quelle misère vivons-nous au quotidien ? L’Afrique semble être un monde oublié, un monde qui ne mérite pas la compassion ni la bonté des autres, un monde appelé à disparaître. C’est dur à dire mais c’est cela la réalité ! En réalité, ma crise perpétuelle c’est cette impuissance de faire quelque chose devant ma situation misérable et celle de ceux qui m’entourent que nous vivons au quotidien. Face à cette réalité, j’ai toujours à moi un sentiment d’inutilité. Malheureusement, malgré des publicités pompeuses du genre « formation gratuite, réussir sa vie avec nous gratuitement, accompagnement gratuit…  » des tous ces coachs et formateurs en réalité c’est juste pour attirer les pauvres misérables qui souffrent déjà. Rien ne gratuit là-bas ! Tu sais bien de quoi je parle. Or on cherche des conseils n’ont pas parce qu’on a de l’argent mais parce qu’on veut quitter sa vie misérable. Comment un misérable aura-t-il de l’argent pour payer la formation alors qu’il n’a même pas à manger ? Oui, tu as bien résumé la situation, à quoi servirait d’apprendre à pêcher à quelqu’un dont la loi interdit à pêcher ? ou comment demander d’abord de l’argent à quelqu’un qu’on prétend vouloir aider à sortir de sa pauvreté ? Contradiction, n’est-ce pas ? Malgré toute notre volonté du monde de payer vos cours, nous n’y parvenons pas parce que nous sommes misérablement très pauvre. Voilà pourquoi j’avais trouvé inutile de continuer à vous lire parce que cela me rappelait plutôt ma pauvreté et que je n’avais donc pas droit à vivre ni de recevoir des conseils pour quitter un tant soit peu cette situation. Alors que je n’avais jamais choisi d’être né africain en Afrique, un continent très pauvre.
    Cependant, je suis très flatté de cette nouvelle approche que tu donnes à ta vocation. Je suis convaincu que c’est cette approche qui te donnera plus de satisfaction. « Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir », dit-on. Je m’imagine que le monde que tu veux contribuer à créer, et celui que j’ai toujours rêvé. Un monde qui n’a qu’un seul objectif le bien être et le mieux être de « l’homme » qu’il ait ou non de l’argent. J’espère que l’argent ne sera pas le critère d’être accepté dans ce monde. C’est un tel monde que je rêves, un monde où l’homme est mis au centre, un monde de solidarité, de partage. Un monde qui ne tolère pas la fossé entre les riches et les pauvres. Un monde qui lutte pour que tout le monde soit au moins dans la classe moyenne. Un monde qui prône de bonnes moeurs, qui se tourne contre le mal, un monde où on n’est pas isolé de par sa situation financière, sa race, sa langue, son sexe ou son lieu de résidence. Un monde où les gens se parlent, un monde de tolérance…
    Quelle contribution voudrais-je apporter pour rendre ce monde réel et vivant ? On ne donne que ce qu’on a, dit-on ! J’ai mon énergie, mon temps, mes capacités, ma détermination… que je voudrais mettre à contribution pour rendre ce monde réel et vivant.
    J’ai donc hâte de te lire prochainement pour que nous puissions, ensemble avec toi et tous les autres qui voudrait voir ce monde, travailler pour qu’il soit réel et vivant.
    Excuse-moi d’être un peu plus long, c’est juste que je suis très touché par cette nouvelle approche de ta vocation à savoir créer un autre monde.
    Emilie
    +243998386565

  • corinne allemoz
    Publié le 05:43h, 20 septembre Répondre

    Quel est le monde dont tu rêves, Corinne ?
    Un monde qui mette l’humain et la préservation de son environnement au premier plan, avant le profit et la rentabilité.

    Quelles sont les valeurs que tu voudrais promouvoir et vivre dans ce monde ?
    Authenticité – partage – intégrité – créativité

    Quelle contribution voudrais-tu apporter pour rendre ce monde réel et vivant ?
    Apporter du bien être à ceux qui souffrent en contribuant à leur santé mentale – physique et émotionnelle. Sensibiliser un maximum de monde pour éléver son taux vibratoire et sa conscience pour grandir et devenir à son tour créateur de sa vie.
    C’est quelque chose que j’ai mis en place à petite échelle de colibri depuis 5 ans, suite à un burno-out professionnel. Je travaillais dans le milieu médical où l’objectif n’était plus de préserver la santé mais de faire du rendement.

    merci pour cette crise qui me fait grandir et me fait prendre conscience que je suis dans la meme démarche de créativité d’un autre monde depuis de nombreuses années.
    Merci Jean Jacques

  • Alessandra
    Publié le 05:35h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Le monde dont je rêve nous n’avons pas besoin de mentir, nous n’avons pas peur de l’autre, la bienveillance prédomine et l’amour est pratiqué dans toutes les sphères: relationnelle, spirituelle, financière, vie sociale, l’amour comme ultime remède à tous les problèmes, bien évidemment utilisé sous toutes ses formes: (mes valeurs), vérité, authenticité, le sourire ouvert, la bienveillance, la compassion, le pardon, la gentillesse, et tant d’autres belles dérivées de l’amour… toute la douceur du monde, comme si on été des « bisousnours »… et pourquoi pas? !!! Je me pose bien la question. Ayant en moi cette énorme envie d’être en amour avec la terre entière, je crois qu’il y a d’autres qui doivent bien ressentir le même désir fou d’aimer et d’être aimé inconditionnellement par tous, sans jugement, pour grandir et apprendre ensemble à être des êtres plus amoureux, plus responsables et véritablement heureux et en paix. La recherche de l’amour total, absolu, universel, inconditionnel. Ma contribution: je souhaiterais travailler avec la jeunesse, je les trouve assez mur pour penser et assez jeunes pour éviter les pièges qui peuvent corrompre leurs esprits: argent, biens matériels, apparences, pouvoir, statuts social, pression familiale, etc… les jeunes on besoin de pouvoir faire leur propre choix dans ce monde qui les façonne à leur insu et les oblige pour la plupart à cacher au plus profond d’eux même ce qu’ils ont de plus précieux, leur rêves, leur coeur pur, leur amour sincère et sans limite ni condition, leur meilleure vision de monde et leur unique façon d’être optimiste et croire qu’il est possible de changes les choses.

  • Alessandra
    Publié le 05:34h, 20 septembre Répondre

    Bonjour Jean-Jacques,
    Le monde dont je rêve nous n’avons pas besoin de mentir, nous n’avons pas peur de l’autre, la bienveillance prédomine et l’amour est pratiqué dans toutes les sphères: relationnelle, spirituelle, financière, vie sociale, l’amour comme ultime remède à tous les problèmes, bien évidemment utilisé sous toutes ses formes: (mes valeurs), vérité, authenticité, le sourire ouvert, la bienveillance, la compassion, le pardon, la gentillesse, et tant d’autres belles dérivées de l’amour… toute la douceur du monde, comme si on été des « bisousnours »… et pourquoi pas? !!! Je me pose bien la question. Ayant en moi cette énorme envie d’être en amour avec la terre entière, je crois qu’il y a d’autres qui doivent bien ressentir le même désir fou d’aimer et d’être aimé inconditionnellement par tous, sans jugement, pour grandir et apprendre ensemble à être des êtres plus amoureux, plus responsables et véritablement heureux et en paix. La recherche de l’amour total, absolu, universel, inconditionnel. Ma contribution: je souhaiterais travailler avec la jeunesse, je les trouve assez mur pour penser et assez jeunes pour éviter les pièges qui peuvent corrompre leurs esprits: argent, biens matériels, apparences, pouvoir, statuts social, pression familiale, etc… les jeunes on besoin de pouvoir faire leur propre choix dans ce monde qui les façonne à leur insu et les oblige pour la plupart à cacher au plus profond d’eux même ce qu’ils ont de plus précieux, leur rêves, leur coeur pur, leur amour sincère et sans limite ni condition, leur meilleure vision de monde et leur unique façon d’être optimiste et croire qu’il est possible de changes les choses.

  • Sandra
    Publié le 05:22h, 20 septembre Répondre

    Tout d’abord merci du fond du coeur, Jean-Jacques, d’offrir ton réseau, ce réseau qui nous relient par les valeurs que nous partageons au plus profond de notre source. Merci d’être convaincu et de permettre un vaste ralliement en lequel je crois avec force.

    J’ai grandi depuis 2 ans au sein de l’AVM, avec des hauts, des bas mais toujours en nourrissant la vie en moi. Cette vie qui me fait avancer avec enthousiasme vers plus d’amour, de joie et de bonheur pour moi tout autant que pour tout ce qui vit sur notre planète.
    A aujourd’hui, pas à pas, je m’ouvre à de nouvelles voies de plus en plus spirituelles. Ouverture en lien avec mon activité d’architecte ou plutôt de personne qui a à coeur de transmettre ma passion et mes compétences pour la conception d’espaces de vie qui prennent soin de nos environnements naturels, bâtis, relationnels et de leurs interactions.

    Je rêve d’un monde dans lequel prendre soin de soi, des autres, de la planète soit le moteur de fond de chacune de nos actions. Un monde dans lequel nous sommes connectés au quotidien, comme les enfants, avec ce qui vit au plus profond de nous : l’amour, la joie et le bonheur.
    Ces trois dernières valeurs étant celles que je veux promouvoir et que je m’exerce à vivre chaque jours contre vents et marées. Contre cette agitation faites de nos conditionnements, de notre histoire, de ce voile qui nous empêche de prendre le soleil entièrement.

    Je n’ai pas envoyé de message suite à ton dernier article avec lequel je suis pourtant entrée de suite en résonance. Je n’ai pas répondu car je ne me sentais pas encore prête, et, à maintenant, je ne suis pas encore convaincue que les personnes qui liront ce message adhèrent à ma vision, mais je me lance, comme toi, je n’ai rien à perdre et j’ai confiance.!

    Ma contribution pour ce monde réel et vivant, je la sens monter en moi depuis plus d’une année. Elle est liée au monde invisible. Plus j’avance, et plus je découvre les potentiels inimaginables que nous avons en nous et à travers lesquels nous sommes tous reliés. Cette force de la vie, cette connexion au monde invisible, au vivant, que nous avons perdus, oubliée depuis bien longtemps.
    J’ai été éveillée avec toi, à travers l’Académie, à cette nécessité de prendre soin de l’énergie qui circule en nous. Travaillant sur la conception et la rénovation des lieux de vie, j’ai interrogé ce que le lieu nous apporte comme énergie, comment il nous impacte (tu parlais toi-même d’égrégore énergétique) et j’ai découvert tout un monde vers lequel je n’avais jamais osé, ni pris le risque de me diriger.
    Plus confiante en moi, plus responsable et engagée depuis ma formation à l’AVM pour ne pas me laisser embarquer par un gourou je me suis informée sur ce monde dont la plupart des humains se moquent, ont peur, accusent de secte ou de mouvements d’uluberlus !
    Ce monde dans lequel j’ai retrouvé les même valeurs de non soumission, de recherche d’autonomie, de responsabilisation, de non projection comme je retrouvais dans ton accompagnement.
    Mon intuition m’a conduit vers de nouvelles personnes qui entraient en résonance avec ton savoir-être et qui m’ont ouvertes à de nouvelles dimensions reliées à mon activité professionnelle.
    Ce monde est celui que j’ai découvert à travers la géobiologie, le feng-shui, l’holosynergie dès lors que ces savoirs ne sont pas abordés comme des dogmes, dès lors que l’