Sens de la vie #2 : Je risque ma vie (Vidéo)

28 Août Sens de la vie #2 : Je risque ma vie (Vidéo)

À moins d’être suicidaire, casse-cou ou kamikaze, nous cherchons tous à éviter les risques dans notre vie, ou à les minimiser. Le paradoxe, c’est que moins nous prenons de risques, par peur de mourir ou de souffrir, plus nous nous rapprochons d’une autre forme de mort : la mort psychique. C’est d’autant plus dommage que lorsqu’on y réfléchit bien, quel que soit le choix que nous faisons, nous prenons toujours des risques. Alors, pourquoi ne reprendriez-vous des risques pour vivre ?

Note : Cette vidéo a été mise en ligne pour la première fois le 28 août 2015. Si vous avez des difficultés pour la visionner sur cette page, cliquez sur ce lien.

LAISSEZ VOS COMMENTAIRES, VOS QUESTIONS, VOS TÉMOIGNAGES

Mon vœu le plus cher, c’est que vous laissiez, sous cette page, des références de livres ou d’articles, des études, des enseignements qui viennent compléter, enrichir les propos tenus. Je vous invite aussi à partager les bénéfices que vous avez retirés de l’écoute de cette vidéo. Pour que les autres visiteurs de ce blog soient nourris à leur tour, non seulement par mes propos, mais aussi et surtout par vos apports.

PETITE ASTUCE POUR PUBLIER VOTRE MESSAGE DANS DE BONNES CONDITIONS

Pour publier votre message, rendez-vous tout en bas de cette page (sous les messages des autres visiteurs de ce blog). Une fois que vous avez rédigé votre texte, vous devez obligatoirement laisser votre nom (ou votre pseudonyme), votre adresse courriel (qui ne sera pas publiée), mais vous devez aussi répondre à une question de simple calcul, en inscrivant la réponse du calcul en chiffre ! Ce petit dispositif a été installé afin de vérifier que vous n’êtes pas un robot venant polluer mon blogue.

Écrire un commentaire

Veuillez résoudre *

24 Commentaires
  • Nathalie Agresta
    Publié le 10:24h, 29 janvier Répondre

    Bonjour,

    Je voudrais partager un deuxième commentaire que m’inspire cette vidéo.

    Je lis beaucoup et je pense à cette nouvelle de Henry James que j’aime particulièrement. Elle s’intitule « La bête dans la jungle ».

    C’est l’histoire d’un jeune homme qui est persuadé qu’il va lui arriver dans sa vie quelque chose de majeur, un évènement d’importance donnera un sens à s avis, ce sera énorme, comme si une bête surgissait de la jungle pour lui sauter dessus.
    Il vit avec cette certitude, quand il retrouve une jeune femme qu’il avait connu alors qu’elle était enfant. Ils sympathisent et leur confiance mutuelle grandissant, il décide de lui confier son secret afin qu’elle attende avec lui l’évènement capital et qu’elle en soit témoin. Le temps passe, Et rien ne se produit. De promenades en thés partagés, il se lient de plus en plus et les jours passent. Un jour, elle tombe malade et ne parvient pas à guérir. Elle finit par mourir.
    Le jeune homme se rend sur sa tombe quelques temps après l’enterrement. Il trouve au cimetière juste à côté de la tombe de son amie, un homme totalement effondré, à genoux, en pleurs. Il lui demande ce qui le met dans cet état et l’homme lui répond qu’il a perdu sa femme sans qui il ne se voit pas vivre. C’est alors qu’il comprend que la bête avait bondi sans qu’il s’en rende compte, préoccupé qu’il était à vomir sa vie se transformer. L’amour qu’il éprouvait pour son amie était massif. Et elle avait changé sa vie. Mais il ne s’en était pas rendu compte.

    J’aime cette histoire parce que, parfois, en se posant et en vivant dans l’ouverture au sens large, on peut se rendre compte que tout est déjà là.

    C’est une perspective différente, n’est-ce pas?

    Bien à vous tous qui lirez,

    Nathalie

  • Rémi Badeau
    Publié le 22:25h, 28 janvier Répondre

    Salut Jean-Jacques. Ta capsule vidéo tombe pile. C’est exactement mon cas. J’étais toujours à court d’argent. Toujours qqch à payer. Peur de l’endettement et de l’insécurité envers l’avenir. Je restais donc SAFE. Le problème est quand refusant d’investir le moindrement, je me privais d’évoluer, il y avait asphyxie du cerveau et je sombrais tranquillement vers le suicide. À 50 ans, j’ai du me faire suivre sur une période de sept mois pour me réhabilité. Bientôt je vais aller suivre un séminaire de quatre jours en Estrie pour m’aider à m’enligner sur mon chemin de vie qui me tiens le plus à cœur. Merci!

  • DUHAMEL Valérie
    Publié le 09:22h, 28 janvier Répondre

    Le maintien du STATU QUO est souvent la condition sine qua none quand on n’est pas seule concernée.
    Je m’explique j’ai choisi de maintenir ce « statu quo » qui a dénié mes aspirations personnelles, pour assurer seule, ma survie et celles de mes trois enfants dont un lourdement handicapé.
    Et effectivement, je suis à 58 ans cataloguée comme un cadre qui n’a pas su évoluer au cours de sa carrière.
    Et bien, je ne regrette rien. Et c’est vrai pour une part. Je viens d’accepter cette part de responsabilité sur ce catalogage.
    Ma « chance » c’est mon époque et internet. La multiplication des propositions de développement personnel.
    J’ai commencée avec Peggy et Jeff avec un titre alléchant pour changer de vie, trouver ma mission de vie que j’avais mise de côté.
    Internet m’a alors proposé pleins de suggestions en rapport avec cette première démarche et j’ai eu accès à différents angles de remises en question : La méditation de pleine conscience (Christophe André) que je suis allée écouter au REX et Idriss ABERKANN avec les neurosciences, et KALAFATE … etc.
    Tout ça gratuitement, y compris récemment la démarche de Steve ADELKADER et enfin Jean-Jacques.
    Là, j’ai passé le pas et décider d’investir et de me former parce que la réalité c’est que ma SCLEROSE PSYCHIQUE est réelle et que j’avais conscientisé avec quelques exercices qu’il me faudrait du TEMPS pour reprendre pied dans mon corps, mon âme et retrouver ma mission de vie.
    J’ai tellement procrastiné parce que j’avais et ai toujours tellement besoin de sécurité.
    C’est je crois cette démarche TRES HONNETE qui consiste à nous donner des OUTILS des clés mais pas de recettes qui m’a convaincue. Je suis l’acteur de ma vie. J’ai compris qu’il me fallait m’approprier, avec mes propres valeurs les outils proposés, expliqués, illustrés et les pratiquer pour que je me les applique à moi, à la recherche (retrouvailles) avec ma mission de vie et que je me sente préparée (Même si je sais désormais, conscient mais plus paralysée, que je ne le serais JAMAIS TOTALEMENT) pour se lancer.
    J’OSE parce que j’ai dit STOP à ma sclérose, à ma mort PSYCHIQUE programmée.
    C’est d’autant plus approprié pour les plus de 55 ans salariés (J’en suis et j’en côtoie beaucoup dans mon grand groupe bancaire) que notre employeur nous considère bien mal en fin de carrière, particulièrement si justement on n’a pas fait « carrière » suivant ses critères !
    C’est donc une période idéale, une opportunité à s’ouvrir à d’autres horizons plus RESPIRANTS pour les 30 et pourquoi pas 50 prochaines années. VIVRE ma vie, me détacher des calculs de retraite et autres discussions venant de l’état pour construire MES REVENUS, mes ACTIONS en adéquation avec NMA MISSION de VIE, MES relations avec les autres humains. VIVRE enfin ma vie, enfin, en meilleur accord avec MES PROPRES VALEURS trop longtemps TUES (Verbe TAIRE et TUER).
    Qu’ai-je à perdre ?
    Les enfants sont grands et cette fois la priorité c’est MOI.
    L’entreprise m’abandonne à végéter et surtout à COTISER encore 12 à 15 ans … NON !
    Elle me condamne, ne m’augmente plus, m’isole, sape mon moral et ne me donne plus aucune chance … OK.
    Elle est bien étonnée, ces derniers mois de mes réactions si différentes.
    Je suis effectivement en train de les « étonner » « ON » NE me RECONNAIT PLUS.
    Et moi, j’en souris tous les jours …
    Ils ne savent pas que j’en suis à ma 48ème session de pratiques et d’entrainement avec l’académie de la vie en mouvement !
    Et oui, terminée la résignation à subir.
    Oui, je prends du temps pour me regarder, pour m’introspecter, pour retrouver mes rêves, mes valeurs et je prends conscience en m’exerçant sur des terrains à moindres enjeux (Je reste pétrie de mes valeurs profondes de sécurité) de ma toute PUISSANCE.
    Ca parait très présomptueux et bien c’est VRAI. Encore faut-il le tester et se le prouver à soi-même, pour OSER PLUS, PLUS HAUT PLUS FORT PLUS AMBITIEUX
    Je respire à nouveau.
    Vous me croyez folle, illuminée ou adepte ou à la solde de JJC. Non !
    Je suis à la solde de MOI et de ma vie retrouvée.
    Si vous n’en croyez rien, tant pis, rassurez-vous comme vous voulez si mes propos vous dérangent.
    Je ne connais absolument pas JJC autrement que par ses vidéos, ses exercices et autres échanges pédagogiques.
    Je n’ai aucune accointance avec tel ou tel.
    Si vous me connaissiez, vous sauriez que j’ai un très fort caractère, indépendant et que les principales valeurs qui constituent ma « colonne vertébrale mentale » sont « Le libre arbitre », « aucun chèque en blanc à personne », « l’esprit critique » mais aussi « la bienveillance » et tous les fruits de l’Esprit « Galates Chapitre 5 verset 22 ».
    Bonnes expériences à tous.
    OSEZ.
    Constructivement, à petits pas, mais osez.
    Rejoignez la pensée de GANDHI que je traduis à ma manière : « Pas d’échec, seulement des étapes d’apprentissage avant le succès ».
    Ma dernière fille préparer Normale Sup et je vous promets que cette démarche, lui a permis de traverser son Hypokhâgne et sa khâgne sereinement, les « 6/20 » devenaient des chemins balisés de progression et non des « gifles douloureuses ». Ce n’était pas non plus la remise en question de ce qu’elle EST mais seulement de ce qu’elle AVAIT FAIT et PRODUIT à améliorer. Et croyez-moi ça fait une drôle de belle différence.
    Essayez et ne pas aboutir du premier coup et alors ?
    Avec mes pas dans la pensée de Gandhi, j’ai appris à regarder MON miroir, Ma part de responsabilité et je me suis données donnée de nouveaux objectifs.
    Et je me suis recassée la gueule sur d’autres pièges mais je prends le temps, avec bienveillance avec moi, d’analyser et de me redonner un plan d’action pour le prochain pas que je décide d’oser faire.
    Mon analyse (dans le secret de ma chambre, les premiers temps) m’a aidée à agir de nouveau consciente des pièges dans lesquels je ne voulais plus retomber.
    Les pièges du premier essai, je les ai évités mais je suis tombée dans d’autres mais j’ai recommencé parce que je sais où je veux aller.
    Le petit père STEVE donnait un exemple qui, moi m’a frappée : « Quand vous montez dans un taxi, il faut bien que vous donniez votre but ». La qualité de la course en dépend, non ? Alors pourquoi accepter de vivre au jour le jour sans but ?
    De la porte de ma maison au toit du monde, nombreux sont les pas à faire, non ?
    Il faut bien faire le premier pour espérer atteindre le toit du monde, non ?
    Il n’y a pas de pas unique pour aller de ma porte au toit du monde, non ?
    Alors je nous souhaite (nous ne sommes pas encore le 31 janvier 2019) le vœu de COURAGE.
    Courage serait la peur en mouvement (je ne sais plus qui aurait dit ça) mais ça me parle. C’est désormais une idée que je me suis fait mienne dans mon référence d’appuis pour agir et ne plus subir.
    Et que vous vous prouviez, d’une manière ou d’une autren, par vos propres tentatives, dans votre vie, votre monde, vos contraintes et autres LA PREUVE que NOUS SOMMES EXTREMEMENT PUISSANTS, INDIVIDUELLEMENT et que ce serait formidable d’unir les forces des humains bienveillants et conscients de cette puissance pour construire le mode meilleur auquel je crois nous aspirons nous.
    Agissons. Vous comme moi. Je ressens cette vidéo comme porteuse aussi de ce vœu sincère et fort pour 2019.

    • Nathalie Agresta
      Publié le 09:48h, 29 janvier Répondre

      Bonjour Valérie,

      Voilà un témoignage énergique et volontaire! Merci pour ce partage.
      Je te souhaite une bonne chance pour les prochaines étapes vers ce que tu as défini par toi, en conscience.

      Bien à toi,

      Nathalie

  • DUHAMEL Valérie
    Publié le 07:59h, 28 janvier Répondre

    Avant même de visualiser cette vidéo, je souhaiterais proposer aux bonnes volontés qui vont partager leurs références complémentaires et autres ressentis avec la communauté de PREPARER ailleurs (sous Word par exemple ou de faire un copier de leur écrit) avant de répondre au mini calcul et tenter de publier leurs écrits. POURQUOI ? pour éviter la frustration des TTL qui claquent avant de valider et qui efface tout ! Il faut alors recommencer et on n’en a pas nécessairement envie. Je l’ai déjà vécues DEUX fois de suite sur d’autres vidéos et c’est terriblement décourageant. Alors n’oubliez pas faites au moins un copier du texte pour coller à nouveau dans le temps imparti. Et voilà ça vient de m’arriver mais j’avais copié

  • Alfonso
    Publié le 14:03h, 27 janvier Répondre

    wowow, géniale cette vidéo, moi j’ai eu l’impression que l’on faisait une description personnel de moi……de ma personalité qui a toujours peur de risquer et de ne pas rester en tant qu’un zombi.

  • bcos
    Publié le 13:45h, 27 janvier Répondre

    ? qu’est-ce qu’il Y a du fait que l’ON se VOIT vVIVANT // etre PLACE sur ‘une ligne morte’ car le comportement choque/ n’entre PLUS dans les moules/

    merci/

  • Lucas P.
    Publié le 11:01h, 27 janvier Répondre

    Cet aticle m’en rappelle un autre (lu dans Alternatif Bien-être, mars 2018) . Cet article s’intitulait « Faites-vous du mal pour vous faire du bien : vous êtes antifragile ! « et traitait d’un concept inventé par Nassim Nicolas Taleb pour caractériser les systèmes organiques comme organisés pour leur capacité à se renforcer au contact de l’adversité, de l’inconfort, de l’inconnu ou du chaos.
    Créateur du concept d’antifragilité, Nassim N. Taleb a écrit en 2013 « Antifragile : les Bienfaits du désordre ». Pour cet ancien trader devenu universitaire et théoricien du chaos, les systèmes organisés, qu’ils soient politiques ou organiques, sont dotés d’une propriété qui n’avait pas été décrite jusqu’alors : ils s’améliorent, gagnent en robustesse et en efficacité lorsqu’ils sont exposés à des condition aléatoires, jusqu’à un certain point.
    À l’inverse, ils se fragilisent en environnement stable. Il écrit que le confort thermique est fragile, le froid antifragile Tout en appliquant son concept d’antifragilité aux domaines politique et économique, Taleb l’élargit au champ de la santé humaine. Les médicaments chimiques ? Fragile. La phytothérapie : antifragile. L’alimentation moderne ? Fragile. La diète paléolithique: antifragile. Une nourriture abondante ? Fragile. Le jeûne :antifragile. Le confort thermique ? Fragile. Le froid ou le sauna : antifragile. La sédentarité ? Fragile. L’activité physique intense : antifragile, etc.

    Source :
    ::https://static.snieditions.com/res/2018/03/01/pdf/AlternatifBienEtre-138-Mars-2018-Guerir-du-diabete-de-type-2-n-est-plus-un-fantasme-SD.pdf

  • Martine
    Publié le 06:29h, 27 janvier Répondre

    Très intéressant ta vidéo, Cependant contrairement à ce que tu dis, notre société actuelle nous pousse plutôt à prendre des risques, mais pas vraiment dans les domaines que tu abordes! On a jamais tant vu de sport à risque en tout genre qui de mon point de vue sont à la limite suicidaire!! Et je me demande si les risques proposés par ces sports n’incitent pas les jeunes à se remettre plus facilement en question que nous ne le faisions avant (J’ai 70 ans…). Peut être ces sports sont ils nés d’un extrême besoin de mouvement pour rester en VIE….. à méditer

    • Nathalie Agresta
      Publié le 09:53h, 29 janvier Répondre

      Bonjour Martine,

      J’aime votre réflexion.
      Et en effet, le mouvement de vie n’est pas de l’agitation même s’ils peuvent se confondre. Tout comme l’intensité de la vie ne provient pas du nombre d’activités ou de we que nous organisons. Mais le monde de la consommation nous pousse vers des besoins matériels alors que « foule sentimentale, on a soif d’idéal… »

      Très bonne année 2019
      Et à bientôt peut-être sur ce forum.

  • Nic
    Publié le 02:23h, 27 janvier Répondre

    la question n’est pas de savoir ce que je veux laisser comme image à mes amis, mon entourage ou ma compagne mais bien quelle image je veux avoir et qui me corresponde. Pouvoir se regarder dans la glace et se sentir aligné, content.. Une fidélité par rapport à moi-même, un engagement, une remise en question, une adaptation en suivant mon intuition et cee que mon coeur me dicte.

  • Thierry
    Publié le 19:31h, 26 janvier Répondre

    En effet la Vie c’est le mouvement, c’est l’Action et inversement.
    L’action engendre l’énergie (vitale).
    20/20 pour ton point de vue sur la question : intéressant de voir cela sous cet angle, ça réveille, et ça remet les points sur les i.

  • genevieve LOUIS
    Publié le 16:19h, 26 janvier Répondre

    Merci Jean Jacques pour toutes ces vidéos si encourageantes et si pertinentes. Ce week-end je me suis inscrite à un atelier d’écriture théâtrale, aimant le théâtre, mais cela m’a ennuyée. Au moins je saurai ce que c’est au lieu de passer un temps à ne rien faire. Amicalement

  • Nathalie Agresta
    Publié le 12:51h, 26 janvier Répondre

    Cher Jean-Jacques,

    Merci pour ces vidéos bienveillantes et l’énergie que tu consacres à partager et à faire concrètement que le monde bouge.
    Cette vidéo-ci est très inspirante et capitale. J’ai beaucoup réfléchi à ce thème du mouvement et de prendre le risque de changer des choses dans s vie. Cela m’a amenée à ces conclusions personnelles que je veux partager. Aussi, je poste ce petit commentaire qui pourrait être une grande et jolie discussion… car il y a beaucoup à dire!

    PRENDRE DES RISQUES

    Il me semble important de noter que « prendre des risques » ne veut pas dire « sauter d’un pont avec un élastique » ni faire des choses assez surprenantes ou insensées, qui mettraient nos vies en danger. Il s’agit bien sûr d’intensité dans l’action ou le vécu. Et dans la fait d’être en accord avec nos décisions et actions. Certains ne sont pas faits pour le changement. Eh bien soit! Ils peuvent pour autant être tout à fait vivants.
    Selon moi, oser, prendre des risques revient à être soi pleinement. Notre vraie liberté d’être humain est liée à cela. Les injonctions familiales et sociales que nous vivons depuis l’enfance sont de grands conditionnements et invitations à être ce qu’on attend de nous. Il n’est pas simple d’être celui ou celle que nous sommes profondément. Parfois, c’est le chemin d’une vie. Et il faut alors ce courage dont tu parles pour bouger et sortir de certains cadres jusqu’à se rejoindre soi-même.. Il faut parfois aller « contre » et DESOBEIR. Irme Kertész disait que « La grande désobéissance, c’est de vivre sa vie ». Et je trouve que c’est follement inspirant!! 😉

    Bien à toi,
    Nathalie

  • ROS FABIENNE
    Publié le 10:09h, 26 janvier Répondre

    Merci Jean Jacques
    Votre coaching me nourrie assez souvent quand je vous écoute sur internet et m aide à coacher à mon tour les participants de mes ateliers de « Bien être, love et relooking », que j ai mis en place cette année 2019 en plus de mes ateliers de 2018, de « Théâtre d impro bien être », qui est aussi une de mes créations.
    Je fais partie de ces personnes qui ont compris qu il faut oser prendre des risques, oser le changement pour me sentir pleinement vivante et plus en accord avec la personne que je suis devenue aujourd hui, riche de sa vie et des leçons qu’ elle a su en tirer
    Merci encore a vous
    Bise à vos 3 enfants ..J ai 3 grands fils de mon côté …ma plus belle réussite
    Fabienne Ros

  • Ray Ducret
    Publié le 10:09h, 26 janvier Répondre

    Merci pour cette vidéo : Être acteur de sa vie pleinement……Après 50 ans de mariage, Mon mari est décédé le 19 février 2017. Quitter une maison , dans laquelle nous avons partagé 42 ans de Vie..Se retrouver dans un F3.
    Avec mon mari , j’ai fais ce choix.Se détacher du matériel, revenir à l’Essentiel, La Vie terrestre tant qu’elle m’est donnée…..Donc pour avancer , il faut vivre l’instant présent…….Ray

  • Efi
    Publié le 09:02h, 26 janvier Répondre

    Merci Jean Jacques, j’ai particulierement aime cette video. C’est peut etre parce que je me posais ce sorte de questions – sur risquer ou pas – dernierement, et alors une part de moi disait oui, et l’autre non.
    Bon moi je sais de quelle cote je suis, meme si j’hesite des fois pourtant je ne peux pas ignorer celle ci qui veut me proteger. Je dois l’ecouter et la respecter.
    Je suis donc divisee en deux pour le moment et alors cette video m’a donne du courage en ecoutand de l’exterieur ce que je pense moi aussi.
    Merci.

  • Isagil
    Publié le 04:46h, 26 janvier Répondre

    Un GRAND MERCI pour cette vidéo si juste et pleine de Bon Sens!……
    Continuez Jean Jacques, Vous nous faites du bien!…..

  • Laurence
    Publié le 04:40h, 26 janvier Répondre

    Encore merci pour cet éclairage évident bien entendu mais bien enfoui ….raisons = piège à con !…sécurité par peur de …..
    La peur quel moteur d insatisfactions écran de fumée…
    Quel frein…
    La sécurité de quoi? Pourquoi? ….nous sommes conditionnés dès le plus jeune âge pour jouer la carte sécurité ,formatage ..
    Merci d allumer la lumière ,de switch the button ON…c est tellement plus efficace de faire des choses dans la lumière plutôt que de trébucher dans le noir..

  • Augustin
    Publié le 03:13h, 26 janvier Répondre

    Excellent!

    Jean-Louis

  • marie-martine
    Publié le 17:58h, 25 janvier Répondre

    Voici mon témoignage et merci d’avoir boosté mon estime de moi même.C’est moi qui ai pris le risque de divorcer deux fois après avoir échoué à rendre la communication satisfaisante, j’ai osé m’inscire dans une école des sagesses orientales(en 76) alors que le yoga,l’autohypnose étaient peu répandus,puis de faire une formation de psycho sophrologue quand ce métier était encore uinconnu,puis de créer un stage de gestion du stress quand en 92 on en parlait encore peu, puis au collège ou j’étais prof de proposer des ateliers de relaxologie pour developper les facultés de maîtrise de soi,confiance,mémoire et même dans mes cours…subissant des remarques faisant allusion aux sectes ,mais j’ai tenu bon et mes anciens élèves devenus adultes me disent en avoir été marqués et avoir utilisé mes ex, puis en 2003 j’ai créé des ateliers decommunication bienveillante…puis j’ai osé réaliser un rêve d’enfant devenir chanteuse,écrire mes textes,monter sur scène et me faire inviter au club med,le risque ausside prendre la parole à la télévision pour proposer un nouveau système éducatif….et tout cela en femme seule sans soutien..Merci de m’avoir fait rappeler tout cela,mais c’est vrai c’est ce qui a fait de ma vie quelquechose d’intéressant,de créatif,de vivant même si cela ne m’a pas rapporté d’argent. Bravo pour votre courage!!!

  • Sylvius
    Publié le 17:25h, 25 janvier Répondre

    Je n,ai pas le temps d’écouter vos vidéos assez souvent, mais quand j’en écoute un,
    je ne suis jamais déçue et c’est encore vrai pour celui-ci, même s’il date de 2015,
    les choses importantes et vraies n’ont pas de temps,, .elles sont toujours vérifiables.
    Merci à toi pour tout ce que tu nous enseignes…tu le fais clairement et avec tout ton coeur
    et c’est ce que nous avons besoin. Joie en tout ! Sylvie

  • laurier Thérèse
    Publié le 16:00h, 25 janvier Répondre

    Oui Jean-Jacques j’ai pris le risque de rompre cette relation ou il n’y a plus d’amour.Cela fait assez longtemps que je me bat seule pour apporter de la vie et de l’amour dans ce couple.J’ai aussi repris mon projet professionnel en main cela prendra le temps qu’il faut je me suis fixer septembre pour redémarrer une nouvelle activité.

    • ROS FABIENNE
      Publié le 10:18h, 26 janvier Répondre

      Bravo pour votre courage…vous êtes seule maître de votre vie…et il faut rester là où l on se sent tiré vers le haut et pas l’ inverse.
      Je sais de quoi je parle : j ai quitté mon mari avec 3 enfants : 12, 9 et 5 ans…c était dur mais j ai osé le changement pour me sentir aimer peut être ailleurs et non pas être juste un meuble chez moi dans mon foyer.
      Bien à vous
      Fabienne Ros