Communiquer #7 : Je ne dirai plus : « C’est de ta faute »

19 Oct Communiquer #7 : Je ne dirai plus : « C’est de ta faute »

Ce texte a été envoyé le vendredi 19 octobre 2018 aux personnes qui avaient visionné ma vidéo gratuite « Dix habitudes qui empoisonnent votre vie relationnelle ». Lisez-le et partagez vos commentaires au bas de cet article.

« C’est de ta faute ! C’est à cause de toi que je suis malheureux ! Si tu n’agissais pas comme ça, ça irait mieux pour nous… Je n’ai pas eu de chance, je suis tombée sur un pervers narcissique qui a détruit ma vie… Tu es une belle manipulatrice ! »

Ces messages vous paraissent-ils familiers ? Avez-vous déjà entendu ces plaintes qui se déversent comme une longue litanie ? Avez-vous, vous-même, tenu de tels propos à l’égard des personnes avec qui vous étiez en relation ?

Si OUI, vous devez lire cet article de conseils que j’ai préparé à votre attention…

Mais avant cela, je vous rappelle qu’il vous est toujours possible de lire ou de relire les six premiers articles de conseils, relatifs aux six premières habitudes qui peuvent empoisonner votre vie en cliquant sur les liens ci-dessous :

Si vous n’avez pas eu l’occasion de visionner cette première vidéo, vous pouvez y accéder SANS me donner vos coordonnées en cliquant sur ce lien ou sur l’image ci-dessous :

Par contre, pour recevoir la suite des mes conseils et la suite des vidéos gratuites, j’aurai besoin de pouvoir vous contacter par courriel ! Pour ce faire, cliquez sur ce lien pour ne manquer aucun de mes messages à propos de ce sujet passionnant que sont les relations…

Venons-en maintenant à la septième habitude toxique qui peut empoisonner, non seulement votre vie, mais la vie de votre entourage…

HABITUDE TOXIQUE N° 7 : ACCUSER

Comme je l’ai dit dans la vidéo que vous avez visionnée, cette septième habitude toxique est un renversement à au moins deux égards.

Premier renversement : rappelons-nous que la sixième habitude consistait à éviter à tout prix le conflit et la rupture. Une des conséquences de cette stratégie d’évitement, c’est qu’on accumule à moyen terme encore plus de frustrations. Une autre conséquence, comme nous l’avons vu, c’est que finalement, on obtient exactement ce qu’on cherchait le plus à éviter !

Du coup, on bascule de l’évitement du conflit au déclenchement d’un conflit ouvert en accusant l’autre de tous les maux et de tous les malheurs, le rendant SEUL responsable de la dégradation de la qualité relationnelle !

Second renversement : dans les cinq premières habitudes, nous avions choisi (consciemment ou non) la manière de gérer la dynamique relationnelle entre l’autre et nous, en prenant tout sur nous :

  • nous avons choisi d’attendre que l’autre nous comprenne ;
  • nous avons choisi d’interpréter les attentes et les besoins de l’autre ;
  • nous avons choisi de nous raisonner en minimisant la gravité de nos frustrations ;
  • nous avons choisi de faire des concessions pour préserver la relation ;
  • nous avons choisi de prendre l’autre en charge et de le rendre dépendant de nous.

Et maintenant, tout à coup, nous accusons l’autre de tous nos malheurs, en lui reprochant :

  • de ne pas avoir répondu à nos attentes ;
  • de ne pas avoir été assez explicite sur ses attentes et ses besoins ;
  • d’avoir généré beaucoup de frustrations chez nous ;
  • de n’avoir fait aucune concession pour prendre soin de la relation ;
  • de s’être mis en dépendance vis-à-vis de nous et de ne pas avoir pris ses responsabilités.

Autrement dit, on est passé d’un extrême à l’autre…

CONSEIL N° 7 : DISCERNEZ VOTRE PART DE RESPONSABILITÉ ET CELLE DE L’AUTRE

Dans le programme de l’Académie des Relations Authentiques, une des lois de la communication que vous étudierez avec moi (si vous décidez de vous engager dans cette belle aventure), c’est que « chacun voit midi à sa porte ». Autrement dit, de son propre point de vue, chacun estime que sa position est légitime et justifiée, l’objectivité absolue n’existant pas !

Concrètement, voici ce que vous pourriez faire pour ne pas tomber dans cette tendance naturelle que nous avons d’accuser l’autre d’être responsable de nos souffrances et de nos frustrations…

  • Commencez par examiner votre part de responsabilité dans les frustrations que vous vivez relationnellement (c’était l’objet des cinq premiers courriels que je vous ai envoyés) ;
  • Identifiez ce que vous faites (ou ce que vous ne faites pas), ce que vous dites (ou ce que vous ne dites pas) qui permette à l’autre de continuer à se comporter de cette façon-là, vous transformant en complice de ses agissements désagréables ;
  • Reconnaissez quelle est votre part de responsabilité dans la dégradation de vos relations et quelle est la part de responsabilité qui appartient à l’autre ;
  • Concentrez-vous sur ce qui ne dépend que de vous et modifiez ce qui vous rend complice de la situation dégradée.

À VOUS DE JOUER À PRÉSENT !

Voici la stratégie d’entraînement que je vous propose pour transformer cette septième habitude, ~Contact.FirstName~ :

En attendant mon prochain courriel consacré à la huitième habitude toxique, je vous encourage à vous mettre à l’entraînement en faisant ceci :

  • Imprimez ce courriel et surlignez les passages qui vous parlent ;
  • Choisissez une situation où vous avez tendance à accuser l’autre ;
  • Mettez en œuvre les quatre conseils donnés ci-dessus ;
  • Observez les changements chez l’autre, du simple fait que vous avez modifié la dynamique relationnelle de votre côté ;
  • Persévérez et sélectionnez d’autres situations…

Quand vous aurez posé des actes et que vous aurez récolté des premiers résultats, partagez vos expériences sur cette page, sous cet article. Je suis impatient de vous lire !

J’espère que ce message vous aura plu et qu’il vous permettra de traduire les prises de conscience que vous avez faites en actes !

LAISSEZ VOS COMMENTAIRES, VOS QUESTIONS, VOS TÉMOIGNAGES

Mon vœu le plus cher, c’est que vous laissiez, sous cette page, comment ce texte a trouvé une résonance chez vous. Pour que les autres visiteurs de ce blog soient nourris à leur tour, non seulement par mes propos, mais aussi et surtout par vos apports.

PETITE ASTUCE POUR PUBLIER VOTRE MESSAGE DANS DE BONNES CONDITIONS

Pour publier votre message, rendez-vous juste sous ce petit texte. Il arrive parfois que le site se coupe quelques secondes, faisant disparaître tout votre texte alors que vous êtes en pleine rédaction. Petite précaution : enregistrer régulièrement votre texte pour ne pas tout perdre.

Une fois que vous avez rédigé votre texte, vous devez obligatoirement laisser votre nom (ou votre pseudonyme), votre adresse courriel (qui ne sera pas publiée), mais vous devez aussi répondre à une question de simple calcul, en inscrivant la réponse du calcul en chiffre ! Ce petit dispositif a été installé afin de vérifier que vous n’êtes pas un robot venant polluer mon blogue.

ATTENTION : Votre commentaire ne sera pas publié immédiatement si c’est la première fois que vous publiez un commentaire sur ce blog. Il devra être lu et validé par nos soins avant d’apparaître (ce n’est pas de la censure, mais de la lutte anti-spam, anti-publicité et anti-robot). Donc, pas d’inquiétude à avoir ! Juste un peu de patience…

Écrire un commentaire

Veuillez résoudre *

5 Commentaires
  • LilieT
    Publié le 00:25h, 29 octobre Répondre

    Certains accusent : « tu…!, tu…!, tu…! » – À les écouter, on se croirait dans le traffic à l’heure de pointe… 🙂

    D’autres ont la « stacose » – S’t’à cause de ceci, s’t’à cause de cela, c’est toujours à cause de quelque chose ou de quelqu’un d’autre…

    Tu as tout-à-fait raison Jean-Jacques, nous devons nous responsabiliser et rester respectueux des besoins et des ressentis de chaque personne concernée lors de nos échanges relationnels, de nos discussions, afin d’éviter une trop forte confrontation, surtout si on ne veut pas aboutir sur un conflit ou une rupture. Lorsqu’on partage calmement à tour de rôle dans une discussion, que chacun y trouve un espace où s’exprimer et se sent écouté, il est beaucoup plus simple de trouver des solutions qui contribuent au bien de chaque personne concernée.

    Un truc que je fais systématiquement avec les enfants à l’école, lorsque la « chicane pogne » comme on dit au Québec, est de dire STOP, sur un ton ferme, ON RESPIRE 3 FOIS LENTEMENT, et quand la température descend, lorsque le calme revient, chacun a un temps pour s’exprimer, écouter l’autre, et trouver une solution commune pour résoudre le problème. Je ne suis que « l’arbitre » qui laisse chacun des joueurs se faire la passe jusqu’à ce que le but soit atteint. On finit en se serrant la main ou par un autre signe de paix. Généralement, les enfants sourient, se font un câlin, et repartent la main dans la main.

    Ici, STOP veut dire :
    . S’arrêter (devenir conscient de ce qui se passe)
    . Tempérer son environnemet (se taire et retrouver son calme pour mieux penser et s’exprimer sans jugement)
    . Observer le problème ou la situation (Où, Quand, Comment, Pourquoi ça s’est passé ainsi)
    . Proposer des solutions acceptables pour le bien commun (Soi, L’Autre, la Relation)

    C’est tellement facile avec les enfants… si seulement les adultes pouvaient en faire autant…

    Merci Docteur Jean-Jacques, j’ai noté et j’appliquerai votre nouvelle posologie au besoin 🙂

  • Marie-Pierre
    Publié le 14:40h, 20 octobre Répondre

    Merci pour toutes ces informations qui m’ont fait prendre conscience de la dynamique relationnelle et des mauvaises habitudes qui se créent au sein du couple c’est lumineux et à l’avenir je ne laisserai plus quiconque empoisonner ma vie.
    C’est un travail admirable merci Jean Jacques

  • Maggie
    Publié le 12:39h, 20 octobre Répondre

    Gràce a Google Translate:
    Habitude Toxique #7 : Accuser
    Conseil #7: Discernez votre part de responsabilité et celle l’autre.
    Les accusations vont et viennent dans les deux sens. Mais entretemps, Nous avons accompli quelques désires; un voyage en Europe de 18 mos, un enfant, et commençions à épargné pour acheter une maison. Nous avons tous deux travaillé à plein temps dans de bons emplois. Après quelques crédits de mise à niveau et transférables au collège, j’ai choisi d’aller à l’université pour étudier la littérature anglaise et apprendre le français grâce à la littérature. Mes fonds de pension de travail ont fourni les moyens de payer les frais de scolarité pendant travailler en temps partielle.
    Nous avons tous deux atteint nos objectifs au fil du temps. Mes réalisations ont eu des effets positifs à long terme afin de me donner les moyens de parler avec cœur dans tous les domaines. Faire des concessions en douceur pour que les relations ne se brisent pas mais ne se renforcent pas est une route longue et difficile. Il ne faut jamais négliger ce que la vie ira nous apprendre et nous récompenser lors de nos voyages. Les récompenses sont peut-être venues tard dans la vie, mais uniquement grâce à nos propres efforts.
    Merci à vous Jean-Jacques C.

  • Vero
    Publié le 04:09h, 20 octobre Répondre

    Enfin des méthodes des pensées qui apportent beaucoup attention qui remue notre ego il faut écouter lire et Re écouter et relire et enfin se poser et tout devient claire pas facile mais que ça fait du bien merci merci

  • jane
    Publié le 16:18h, 19 octobre Répondre

    BONJOUR À TOI OHHH QUE J’AIME LA MISE EN PRATIQUE cette semaine j’ai pris ma part des choses j’ai été clair et précise sur mes attentes je n’aie pas présumé ce que l’,autre allait faire ou penser je me suis dit je vais vivre avec tout simplement dans une expérience simple si simple mais qui peux sur long terme devenir une lourde tache comme: faire le souper , penser au souper, planifier le souper…. oui oui il y a des questions plus existentiel hahaha mais comment une chose si anodine peut devenir une lourdeur et un conflit bref!!!
    après une journée d’études et de socialisation pas évidente depuis quelques temps car j’évolue 😉
    je n’avais aucun envie et aucun gout pour cuisiner bref je ne voulais rien savoir!
    sur le chemin comme a l’habitude j’ai dit bon qu’est ce que nous mangeons pour souper mon conjoint comme d’habitudes ahhhh les habitudes que nous prenons et que l’autre cela va de soi tu l’as toujours fais alors…. donc je lui dit ben moi non plus je ne sais pas et tu sais quoi en plus de ne pas savoir je n’aie aucunement ni le gout ni même envie de penser à faire le souper cela reste ainsi ….on passe devant l’épicerie et mon conjoint comme à son habitude de me dire est ce que TU ARRÊTES à l’épicerie ( comme s’il y avait juste moi qui arrête là!!! hihi! ) donc je lui dit est ce que toi tu as une idée car si tu en a pas et que tu as pas le gout de me voir tourner en rond 1h dans l’épicerie parce que comme je disais je n’aie pas le gout ni l’envie de faire a souper!!! et bien tu as je crois ta réponse car moi je ne fais pas et je ne pense pas. il continu un peu surpris et bourru son chemin…..arrivé devant une autre épicerie il me dit et des hamburger ca te va? et moi de lui répondre ahhh bien si tu veux les faire avec plaisir si non pas la peine d’arrêter! il arrête je lui offre ma carte de guichet il me dit tu débarques pas ? et de lui répondre non pas du tout le gout ….. un peu plus tard il decida de faire le souper car moi j’étais confortablement assise a mon ordi …..le souper fût excellent savoureux je lui ai dit délicieux ton souper tu peux recommencer quand tu veux !!! car vous savez bien j’en ai vraiment raz le bol de penser et planifier pour tout le monde et en plus de me faire dire que vous avez pas vraiment le gout de manger ca!!! alors on le faisant a tour de role on arrivera bien a manger !!!