Communiquer #5 : Je ne prends plus l’autre en charge

15 Oct Communiquer #5 : Je ne prends plus l’autre en charge

Ce texte a été envoyé le lundi 15 octobre 2018 aux personnes qui avaient visionné ma vidéo gratuite « Dix habitudes qui empoisonnent votre vie relationnelle ». Lisez-le et partagez vos commentaires au bas de cet article.

Avant d’entrer dans le vif de ce nouveau sujet (épineux s’il en est), je vous rappelle que si vous souhaitez lire ou relire les quatre articles précédents relatifs aux habitudes qui peuvent empoisonner votre vie, cliquez sur les liens ci-dessous  :

Si vous n’avez pas eu l’occasion de visionner cette première vidéo, vous pouvez y accéder SANS me donner vos coordonnées en cliquant sur ce lien ou sur l’image ci-dessous :

Par contre, pour recevoir la suite des mes conseils et la suite des vidéos gratuites, j’aurai besoin de pouvoir vous contacter par courriel ! Pour ce faire, cliquez sur ce lien pour ne manquer aucun de mes messages à propos de ce sujet passionnant que sont les relations…

Examinons à présent cette cinquième habitude qui peut, elle aussi, nous rendre la vie difficile et frustrante…

HABITUDE TOXIQUE N° 5 : PRENDRE EN CHARGE

Je dis très souvent, de manière humoristique, que les seules personnes autorisées à nous prendre en charge, ce sont les professionnels de l’urgence : les médecins urgentistes, les pompiers, les secouristes, les sauveteurs…

Les autres, d’après moi, ne devraient jamais envisager que d’aider, mais jamais prendre en charge (nous verrons plus bas la différence entre les deux).

Quand on y réfléchit, comme je l’ai dit dans la vidéo, cette cinquième habitude toxique découle naturellement des trois habitudes précédemment abordées :

  • Lorsqu’on interprète les attentes et les demandes implicites de l’autre, sans qu’il ait à exprimer quoique ce soit, on entre très clairement dans un processus de prise en charge non seulement de ses besoins, mais SURTOUT, de son incompétence à prendre la responsabilité de ceux-ci ! Avec comme conséquence, l’entrée dans une dépendance qui aura tendance à croître avec le temps…
  • Lorsqu’on se fait une raison pour minimiser l’importance de nos frustrations, de peur de choquer l’autre, de le mettre en colère, c’est le signe qu’on le prend en charge. Souvent, en effet, lorsqu’on veut protéger l’autre en ne lui disant pas quels sont nos VRAIS besoins, c’est le signe que nous ne faisons pas confiance en sa capacité de faire face à cette confrontation authentique… Donc, nous prenons en charge ce que nous croyons être une faiblesse chez lui…
  • Et bien entendu, lorsqu’on fait des concessions, c’est parce qu’on juge l’autre incapable de négocier avec nous et de chercher une solution qui respecte nos besoins respectifs. Nous préférons alors prendre en charge cette incapacité chez lui en sacrifiant le respect de nos propres besoins…

CONSEIL N° 5 : PRENEZ 0 % LA RESPONSABILITÉ DE LA RÉALITÉ DE L’AUTRE

Concrètement, voici quelques attitudes simples que vous pourriez adopter pour échapper à ce piège de la prise en charge de l’autre :

  • Tant que l’autre n’a pas exprimé une demande ou un besoin, n’intervenez pas. Par contre, « ne pas intervenir » ne signifie pas « ne rien faire »… Vous pouvez par exemple AIDER l’autre à exprimer sa réalité. Et une fois que la demande ou le besoin sont formulés, SEULEMENT ALORS, vous vous positionnez (en répondant favorablement ou non) ;
  • Lorsque vous avez une limite à exprimer à l’autre, lorsque vous devez le confronter, lorsque vous souhaitez lui exprimer une frustration ou un besoin, n’anticipez pas ses réactions A PRIORI ! Prendre 0 % responsabilité de la réalité de l’autre, c’est aussi ne pas faire de projection sur la manière dont il pourrait réagir à vos propos ;
  • Faites confiance dans la capacité d’un individu à rebondir et à se remettre en question, lorsqu’il se retrouve dans une situation difficile (sauf les situations objectives de danger). De la même façon qu’un bébé tombera en moyenne 300 fois avant de maîtriser la marche et la course, il est important que vous permettiez à l’autre d’apprendre de ses erreurs. Et pour favoriser cela, la meilleure approche, c’est de NE PAS S’INTERPOSER trop vite, trop tôt et de façon trop intrusive…

À VOUS DE JOUER À PRÉSENT !

Voici la stratégie d’entraînement que je vous propose pour transformer cette cinquième habitude :

  • Imprimez ce courriel et surlignez les passages qui vous parlent ;
  • Choisissez trois situations où vous avez l’impression qu’une autre personne est dépendante de vous ;
  • Vérifiez en quoi vous avez initié cette mise en dépendance ;
  • Cherchez également comment vous entretenez cette dépendance dans la durée, sans qu’aucun des deux ne soit gagnant dans cette situation ;
  • Regardez ce que vous pourriez mettre en œuvre pour modifier cette dynamique ;
  • Persévérez et sélectionnez d’autres situations…

Quand vous aurez posé des actes et que vous aurez récolté des premiers résultats, partagez vos expériences sur cette page, sous cet article. Je suis impatient de vous lire !

J’espère que ce message vous aura plu et qu’il vous permettra de traduire les prises de conscience que vous avez faites en actes !

LAISSEZ VOS COMMENTAIRES, VOS QUESTIONS, VOS TÉMOIGNAGES

Mon vœu le plus cher, c’est que vous laissiez, sous cette page, comment ce texte a trouvé une résonance chez vous. Pour que les autres visiteurs de ce blog soient nourris à leur tour, non seulement par mes propos, mais aussi et surtout par vos apports.

PETITE ASTUCE POUR PUBLIER VOTRE MESSAGE DANS DE BONNES CONDITIONS

Pour publier votre message, rendez-vous juste sous ce petit texte. Il arrive parfois que le site se coupe quelques secondes, faisant disparaître tout votre texte alors que vous êtes en pleine rédaction. Petite précaution : enregistrer régulièrement votre texte pour ne pas tout perdre.

Une fois que vous avez rédigé votre texte, vous devez obligatoirement laisser votre nom (ou votre pseudonyme), votre adresse courriel (qui ne sera pas publiée), mais vous devez aussi répondre à une question de simple calcul, en inscrivant la réponse du calcul en chiffre ! Ce petit dispositif a été installé afin de vérifier que vous n’êtes pas un robot venant polluer mon blogue.

ATTENTION : Votre commentaire ne sera pas publié immédiatement si c’est la première fois que vous publiez un commentaire sur ce blog. Il devra être lu et validé par nos soins avant d’apparaître (ce n’est pas de la censure, mais de la lutte anti-spam, anti-publicité et anti-robot). Donc, pas d’inquiétude à avoir ! Juste un peu de patience…

Écrire un commentaire

Veuillez résoudre *

6 Commentaires
  • LilieT
    Publié le 22:51h, 28 octobre Répondre

    Ça m’est déjà arrivé de prendre des personnes en charge dans le passé mais suite à mes expériences j’ai vite compris que ce n’était pas la bonne solution. Je préfère de beaucoup contribuer à la croissance de l’autre en l’amenant plutôt à devenir autonome à tous points de vue.
    Merci Jean-Jacques pour ce communiqué très profitable pour tous. J’aime ton enseignement.
    Bonne semaine !

  • Magalie
    Publié le 11:50h, 18 octobre Répondre

    Porte à réfléchir effectivement ! Depuis 35 ans que notre relation est d’une complicité inspirante, Depuis 4 ans avec la retraite et nos regards qui ce croise a tout les jours, Cette homme que j’aime toujours est devenue perdu de découvrir qu’il ne sais jamais préoccuper de son besoin a lui qu’il a toujours fait les choix selon mon bon vouloir et pour faire plaisir a tout le monde, parce que de son coté c’était sa façon de prendre soin de moi et des autres. Je comprend aujourd’hui qu’il à besoin de ce retrouver avec lui, de faire des choix pour lui et j’en suis entièrement contente mais de tomber dans l’extrême est-ce mieux ? Présentement pour l’aider ** je crois que le mieux est de ne pas intervenir dans son choix de faire ces choses et ce à tout point de vue, par contre , là c’est moi qui souffre car j’ai l’impression que c’est moi maintenant qui doit ne jamais interagir avec ses décisions , sinon il pense que je le manipule. Je commence à peine à pouvoir petit à petit lui exprimer que dans tout ce qu’on vie il y as une équilibre * il me semble censé de pensé ainsi ? Je souhaite seulement prendre du bon temps ensembles ( avec votre vidéo que je lui est offert j’ai confiance et moi de mon coté je comprend que je doit continuer à faire mes propres choix en lui mentionnant seulement que j’aimerais qu’il m’accompagne et son choix de le faire ou non reste sa décision, mais une chose que nous avons discuter et que nous sommes certains c’est que l’amour y est toujours très présent ….je crois que c’est de lui laisser du temps afin que tout l’équilibre trouve sa place ! merci ** j’espère que mon texte ne seras pas trop long , vous pourrez toujours en raccourcir les détails .

  • kreola
    Publié le 14:27h, 16 octobre Répondre

    j’ai crée une relation toxique avec mon fils : il ne travaille pas et il vit chez moi.
    Je l’ai habitué à laver son linge et à payer ses dettes car je ne veux pas qu’il soit à la rue sans domicile fixe.
    Il a reçu un avis favorable pour faire une formation ; j’espère qu’il l’a suivra jusqu’au bout car j’en ai marre de cette situation

  • Anne
    Publié le 16:21h, 15 octobre Répondre

    Merci vraiment Jean Jacques de cet enseignement précieux et tellement parlant. J’ai eu grâce à toi la révélation d’avoir agit justement face à une situation douloureuse que je vis avec ma sœur depuis quelques années. J’ai hésité longtemps et lorsque ma lettre a été partie ,un poids à disparu de mes épaules. J’ai su que l’actepose Était juste.. Anne

  • Corine
    Publié le 15:04h, 15 octobre Répondre

    Bonjour, nous sommes passés du mail N°2 au mail N°5 ?????
    et rien dans les spams.
    Merci de vos vérifications.
    Cordialement
    Corine

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 20:07h, 15 octobre Répondre

      Ce n’est pas une erreur. Mais comme vous vous êtes inscrite récemment, vous avez reçu les deux premiers courriels dans une séquence automatique, puis vous recevez les courriels au fur et à mesure qu’ils sortent.
      Vous pouvez prendre connaissance des courriels #3 et #4 en cliquant dans les liens disponibles au début de ce texte.