Communiquer #4 : Je ne fais plus de concessions !

13 Oct Communiquer #4 : Je ne fais plus de concessions !

Ce texte a été envoyé le samedi 13 octobre 2018 aux personnes qui avaient visionné ma vidéo gratuite « Dix habitudes qui empoisonnent votre vie relationnelle ». Lisez-le et partagez vos commentaires au bas de cet article.

Avant d’entrer dans le vif de ce nouveau sujet (épineux s’il en est), je vous rappelle que si vous souhaitez lire ou relire les trois articles précédents relatifs aux habitudes qui peuvent empoisonner votre vie, cliquez sur les liens ci-dessous  :

Si vous n’avez pas eu l’occasion de visionner cette première vidéo, vous pouvez y accéder SANS me donner vos coordonnées en cliquant sur ce lien ou sur l’image ci-dessous :

Par contre, pour recevoir la suite des mes conseils et la suite des vidéos gratuites, j’aurai besoin de pouvoir vous contacter par courriel ! Pour ce faire, cliquez sur ce lien pour ne manquer aucun de mes messages à propos de ce sujet passionnant que sont les relations…

Cela étant fait, allons-y avec la quatrième habitude et les pistes pour en sortir…

HABITUDE TOXIQUE N° 4 : CONCÉDER

Comme je l’ai souligné dans ma vidéo, nous faisons très souvent (et trop souvent) des concessions que nous croyons acceptables à propos de nos besoins fondamentaux.

Par peur de perdre la relation, pour éviter les conflits, parce que notre éducation nous a fait croire qu’il était « mal » ou « illégitime » de prendre soin de soi et de ses besoins. Beaucoup d’entre nous pensent que prendre soin de ses besoins, c’est être égoïste ou égocentrique…

Le problème, c’est que tôt ou tard, ces sacrifices consentis finissent par créer des frustrations et des ressentiments de plus en plus difficiles à supporter. Et nous finissons par reprocher à l’autre les concessions que nous avions faites justement pour sauver la relation (nous verrons ça dans la description de la septième habitude toxique).

Finalement, en faisant cela, nous obtenons exactement le contraire de ce que nous voulions obtenir…

CONSEIL N° 4 : SOYEZ FERME SUR LE RESPECT DE VOS BESOINS, MAIS SOUPLE DANS LA MANIÈRE DE LES SATISFAIRE.

Concrètement, voici quelques attitudes simples que vous pourriez adopter pour moins basculer dans les concessions inacceptables :

  • Apprenez à distinguer un vrai besoin d’un désir, d’un caprice ou d’une volonté. S’il est légitime de prendre soin des vrais besoins, il n’en est pas de même pour les désirs qui ne doivent pas être nécessairement satisfaits…
  • Une fois que vous êtes certain(e) que vous avez identifié un besoin, soyez ferme sur le respect de celui-ci même si, à court terme, vous craigniez des tensions avec l’autre…
  • Par contre, faites preuve de beaucoup de souplesse sur la manière de satisfaire un besoin. Car il existe une multitude de solutions pour satisfaire un même besoin (comme il existe une multitude de boissons pour étancher la soif). En agissant comme cela, vous diminuerez de beaucoup les risques de conflits et de ruptures…

À VOUS DE JOUER À PRÉSENT !

Voici la stratégie d’entraînement que je vous propose pour transformer cette quatrième habitude, ~Contact.FirstName~ :

En attendant mon prochain courriel consacré à la cinquième habitude toxique, voici ce que je vous encourage à faire :

  • Imprimez ce courriel et surlignez les passages qui vous parlent ;
  • Choisissez une situation frustrante où vous avez le sentiment qu’un de vos besoins est frustré ;
  • Identifiez votre besoin et nommez-le ;
  • Cherchez, au minimum cinq solutions différentes pour satisfaire ce même besoin (amusez-vous à être très créatif(ve) en la matière ;
  • Allez trouver la personne impliquée dans cette situation, proposez-lui différentes solutions pour satisfaire votre besoin et vérifier laquelle de ces solutions lui convient le mieux !

Quand vous aurez posé des actes et que vous aurez récolté des premiers résultats, partagez vos expériences sur cette page, sous cet article. Je suis impatient de vous lire !

J’espère que ce message vous aura plu et qu’il vous permettra de traduire les prises de conscience que vous avez faites en actes !

LAISSEZ VOS COMMENTAIRES, VOS QUESTIONS, VOS TÉMOIGNAGES

Mon vœu le plus cher, c’est que vous laissiez, sous cette page, comment ce texte a trouvé une résonance chez vous. Pour que les autres visiteurs de ce blog soient nourris à leur tour, non seulement par mes propos, mais aussi et surtout par vos apports.

PETITE ASTUCE POUR PUBLIER VOTRE MESSAGE DANS DE BONNES CONDITIONS

Pour publier votre message, rendez-vous juste sous ce petit texte. Il arrive parfois que le site se coupe quelques secondes, faisant disparaître tout votre texte alors que vous êtes en pleine rédaction. Petite précaution : enregistrer régulièrement votre texte pour ne pas tout perdre.

Une fois que vous avez rédigé votre texte, vous devez obligatoirement laisser votre nom (ou votre pseudonyme), votre adresse courriel (qui ne sera pas publiée), mais vous devez aussi répondre à une question de simple calcul, en inscrivant la réponse du calcul en chiffre ! Ce petit dispositif a été installé afin de vérifier que vous n’êtes pas un robot venant polluer mon blogue.

ATTENTION : Votre commentaire ne sera pas publié immédiatement si c’est la première fois que vous publiez un commentaire sur ce blog. Il devra être lu et validé par nos soins avant d’apparaître (ce n’est pas de la censure, mais de la lutte anti-spam, anti-publicité et anti-robot). Donc, pas d’inquiétude à avoir ! Juste un peu de patience…

Écrire un commentaire

Veuillez résoudre *

15 Commentaires
  • marie
    Publié le 12:48h, 01 novembre Répondre

    Merci Jean Jacques pour cette piqure de rappel entre besoin et désir

  • LilieT
    Publié le 22:21h, 28 octobre Répondre

    Premièrement, j’ai besoin de clarifier ma compréhension actuelle de ces différents concepts :
    – un besoin : est une question de vie ou de mort (besoin de respirer, manger, se vêtir, avoir un toit)
    – un désir : n’est pas une question de vie ou de mort, mais plutôt quelque chose dont j’ai envie (ex. : j’ai faim, je suis au restaurant, et je peux choisir entre divers plats au menu)
    – un caprice : n’est pas une question de vie ou de mort, mais plutôt quelque chose auquel je tiens et je serai frustrée si je ne l’ai pas (j’ai envie d’un sundae avec la cerise dessus mais il n’y a pas de cerises dans ce resto alors soit je prend quand même le sundae du menu, ou bien je m’en passe complètement, et je ressens une frustration)
    – une volonté : peut être une question de vie ou de mort, ou pas, mais j’y tiens à tout prix, je suis prête à tout faire pour l’avoir et je serai triste, déçue, fâchée, ou j’en mourrai si je ne l’ai pas (ex. : transplantation d’un coeur, foie, rein, etc.)

    Deuxièmement, comme situation frustrante, je choisis l’hypothèse suivante : « Je n’ai pas assez d’argent pour suffire à mes besoins, je veux augmenter mon revenu ». Mes cinq solutions sont les suivantes :
    1) Je change d’emploi et en trouve un qui me paie mieux
    2) Je trouve un deuxième emploi pour combler le manque
    3) Je démarre mon entreprise
    4) Je fais des placements
    5) J’améliore mes connaissances financières par des formations continues
    Chaque solution doit évidemment être planifiée plus en détail et tenir compte de différents moyens de communication.

    Chez Jean-Jacques, cher professeur, j’ai hâte de connaître ta rétroaction sur mon exercice…

  • isademay
    Publié le 13:59h, 17 octobre Répondre

    bonsoir Louise Bourbeau écrit cela :  » ne te laisse pas jouer des tours par ton ego qui essaie souvent par tous les moyens de nous faire croire que nous avons réglé une situation « . je trouve cette citation pleine de vérité. nous devons être persévérant, et vigilant.

  • Claire
    Publié le 07:20h, 17 octobre Répondre

    Bonjour Monsieur Crèvecoeur ! Merci pour vos articles, ils me parlent énormément. Depuis une semaine j’ai l’impression d’avoir amorcé une réconciliation avec moi-même. J’avais l’habitude de prévoir mes activités à l’avance et maintenant je suis plutôt au jour le jour, je commence à accepter le fait que j’ai souvent besoin d’être seule, et que je ne suis pas asociale pour autant. Je commence à me respecter comme je suis et je me rends compte que c’est ce qu’il me faut avant tout, avant d’attendre que les autres compensent ce que je ne me donne pas à moi-même. Une pierre de plus ajoutée à mon édifice. 🙂

  • Lynn
    Publié le 19:40h, 15 octobre Répondre

    J’avais tendance à prendre en charge les le visage . Donc maintenant tout l amour que j’ai donné aux autres je l’ai transférer vers moi. Donc ma priorité c est moi et les autres par la suite.. J’ai de la difficulté à exprimer mon besoin à l’autre, j’apprends à me respecter et dire ce que je veux en douceur. Je vous remercie pour cette vidéo . C est enrichissant et innovateur de pouvoir s’observer dans nos relations. Merci du fond du coeur.

  • Spi
    Publié le 15:23h, 15 octobre Répondre

    Bonjour, quelles sont les questions à se poser pour identifier ses vrai besoins? Comment identifier les vrai besoins de l’autre personne (compagne, enfant) ?
    Merci

  • samia
    Publié le 10:35h, 15 octobre Répondre

    je me rends compte que je dois reapprendre à vivre..ah oui carrément!!
    si j’avais su..

  • chantal
    Publié le 09:39h, 15 octobre Répondre

    le matin, après ma toilette, je descends prendre mon petit déjeuner dans la cuisine … où mon mari a allumé la télévision pendant qu’il prend lui même son petit déjeuner. Hors je ne supporte pas la télévision le matin, avec toutes ses nouvelles plus attristantes les une que les autres ! Donc je prends mon petit déjeuner après mon mari, ce qui me permet d’éteindre la télévision puisque lui part faire sa toilette à ce moment là ! Voilà comment nous avons résolu ce problème d’incompatibilité « télévisuelle » …

  • Patou
    Publié le 04:11h, 15 octobre Répondre

    Je continue ma réflexion par rapport à l’expérience vécue ces derniers mois avec mon fils.
    Quels étaient mes besoins, dans cet accompagnement?
    Le plus grand le concernait, hé oui, et ce besoin était qu’il se « reprenne » dans cet espace que je lui accordais sans concession!
    Je relis cette fameuse phrase ; les chemins de l’enfer sont pavés de bonnes intentions.
    Peut-être n’avons nous pas les mêmes intentions? Peut-être ne souhaite-t-il pas changer quoique ce soit dans sa vie? Peut-être avais-je l’illusion que je devais l’aider…?
    Cette relation parent-enfant est l’une des plus ardues à entretenir!
    Le « lâcher-prise », même si le résultat est décevant à mes yeux, est pour moi une sorte d’abandon, dans le sens où j’ai l’impression d’abandonner cet enfant.
    Il me reste de l’amertume et un grand vide.
    Mais il me reste aussi du temps, et des choses à mettre en place pour moi.
    Je ne sais plus très bien où j’ai rangé mon énergie , va falloir que je cherche!!!

    Patou

  • Abdelkader
    Publié le 01:32h, 14 octobre Répondre

    Il faut ajuster toute relations avec les autres , soyez conscient , fidèle, honnête,.prenez en considération les facteurs suivants: le temps,les occupations ,les obligations. gérez votre temps en basant sur le classement de nos besoins.
    En fin Soyez sage

  • Aude
    Publié le 01:08h, 14 octobre Répondre

    Bonjour,
    Je vous suis avec attention depuis plus de 2 ans. Vos propositions correspondent tt à fait à mes besoins. Toutefois, que pensez-vs du fait que sur le chemin de la croissance il m’arrive de tt oublier et de retourner à mes anciens schémas totalement improductifs comme La colère ds mon cas. Je trouve cela très décourageant …
    merci et je ne me décourage pas à vous lire et vous écouter, c’est certain !
    Bien à vous,
    Aude

  • CHRISTINE DESSART
    Publié le 15:59h, 13 octobre Répondre

    C’est toujours avec beaucoup de plaisir que j’écoute attentivement vos conseils et j’essaie de les appliquer pour devenir quelqu’un de meilleur. Je suis très heureuse que vous soyez de retour et en plus dans une couleur qui vous va très bien est ce que vous avez lu le livre de Flora Douville ou écouté ses conseils? Ou juste votre ressenti? Au plaisir

  • bcos
    Publié le 12:34h, 13 octobre Répondre

    excellentes syntheses SENSEES/ merciS/

  • Sylvei
    Publié le 12:13h, 13 octobre Répondre

    Au. Risque. De me répéter Si je suis déjà inscrite ARA a quelle date exactement cela commence? Merci

    • Jean-Jacques Crèvecoeur
      Publié le 13:16h, 13 octobre Répondre

      Mon Dieu, Sylvie, je viens de faire des vérifications. Tu es non seulement étudiante d’AVM06 mais aussi de l’ARA. Sauf qu’il semble que tu ne te sois jamais connectée sur le site de la formation de l’ARA. J’ai demandé à mes assistantes de vérifier ta situation de manière approfondie. Et tu pourrais par exemple démarrer ta formation avec les étudiants de la deuxième cohorte de l’ARA qui commence fin novembre prochain. Ça coïnciderait avec la fin de ta formation AVM06. Donc, la semaine prochaine, tu auras de nos nouvelles…