Communiquer #3 : Je ne me raconte plus d’histoires…

11 Oct Communiquer #3 : Je ne me raconte plus d’histoires…

Ce texte a été envoyé le jeudi 11 octobre 2018 aux personnes qui avaient visionné ma vidéo gratuite « Dix habitudes qui empoisonnent votre vie relationnelle ». Lisez-le et partagez vos commentaires au bas de cet article.

Tout d’abord, si vous n’avez pas lu les deux premiers articles de conseils, relatifs aux deux premières habitudes qui peuvent empoisonner votre vie, cliquez sur les liens ci-dessous :

Si vous n’avez pas eu l’occasion de visionner cette première vidéo, vous pouvez y accéder SANS me donner vos coordonnées en cliquant sur ce lien ou sur l’image ci-dessous :

Par contre, pour recevoir la suite des mes conseils et la suite des vidéos gratuites, j’aurai besoin de pouvoir vous contacter par courriel ! Pour ce faire, cliquez sur ce lien pour ne manquer aucun de mes messages à propos de ce sujet passionnant que sont les relations…

Venons-en maintenant à l’objet de ce courriel  : « Je ne me raconte plus d’histoires »

HABITUDE TOXIQUE N° 3 : SE RAISONNER !

Si vous vous souvenez de ce que j’ai dit dans la vidéo (que vous pouvez toujours revoir et commenter d’ailleurs), se raisonner, c’est se faire une raison. Et comme vous le savez, se faire une raison, c’est le contraire d’écouter son ressenti et son malaise qui nous indiquent souvent que quelque chose ne fonctionne pas dans notre vie relationnelle.

Il ne faut pas chercher très loin pour savoir d’où nous vient cette habitude toxique… Eh oui : de notre éducation. Combien de fois, pour rassurer leurs enfants (ou pour se rassurer eux-mêmes), les parents ne disent-ils pas à leurs enfants en bas âge : « Mais non, tu n’as pas mal ! » ou « Mais, ce n’est pas grave… » ou encore « Un grand garçon (ou une grande fille), ça n’a pas peur ou ça ne pleure pas » ?

Du coup, nous avons intégré très tôt le fait qu’on ne pouvait pas se fier aux émotions ni aux ressentis. Et pour nous convaincre que tout va très bien, nous reproduisons vis-à-vis de nous-mêmes ce que nos parents faisaient avec nous : nous nous racontons des histoires en essayant de nous raisonner et de rationaliser une situation pourtant difficile…

CONSEIL N° 3 : FAITES CONFIANCE EN VOTRE RESSENTI, EN TOUTES CIRCONSTANCES.

Concrètement, voici quelques attitudes simples que vous pourriez adopter pour ne plus tomber dans le piège de la rationalisation :

  • Considérez que les émotions, les ressentis, les malaises ne sont ni positifs, ni négatifs. Ils peuvent être agréables ou désagréables, mais dans tous les cas, ils sont utiles en tant qu’indicateurs de l’équilibre de nos besoins…
  • Écoutez vos ressentis et vos malaises, même si vous ne comprenez pas tout de suite pourquoi ils se manifestent lorsque vous êtes en relation avec quelqu’un. Rappelez-vous que votre instinct et votre cerveau inconscient vont toujours plus vite et plus loin que votre mental…
  • Arrêtez-vous pour vous demander si un ou plusieurs de vos besoins ne sont pas respectés dans la relation. Prenez vraiment le temps d’identifier et de nommer vos besoins frustrés.

À VOUS DE JOUER À PRÉSENT !

Voici la stratégie d’entraînement que je vous propose pour transformer cette troisième habitude :

En attendant mon prochain courriel consacré à la quatrième habitude toxique, je vous encourage à vous mettre à l’entraînement en faisant ceci :

  • Imprimez ce courriel et surlignez les passages qui vous parlent ;
  • Choisissez une situation où vous ressentez des malaises et des ressentis désagréables ;
  • Vérifiez si vous n’êtes pas en train de vous raisonner pour ne plus souffrir de cette situation ;
  • Accueillez vos malaises et vos ressentis comme des alliés et des indicateurs utiles ;
  • Tentez d’identifier et de nommer le(s) besoin(s) qui n’est (ne sont) pas satisfait(s) dans cette situation relationnelle ;
  • Persévérez et sélectionnez d’autres situations…

Quand vous aurez posé des actes et que vous aurez récolté des premiers résultats, partagez vos expériences sur cette page, sous cet article. Je suis impatient de vous lire !

J’espère que ce message vous aura plu et qu’il vous permettra de traduire les prises de conscience que vous avez faites en actes !

LAISSEZ VOS COMMENTAIRES, VOS QUESTIONS, VOS TÉMOIGNAGES

Mon vœu le plus cher, c’est que vous laissiez, sous cette page, comment ce texte a trouvé une résonance chez vous. Pour que les autres visiteurs de ce blog soient nourris à leur tour, non seulement par mes propos, mais aussi et surtout par vos apports.

PETITE ASTUCE POUR PUBLIER VOTRE MESSAGE DANS DE BONNES CONDITIONS

Pour publier votre message, rendez-vous juste sous ce petit texte. Il arrive parfois que le site se coupe quelques secondes, faisant disparaître tout votre texte alors que vous êtes en pleine rédaction. Petite précaution : enregistrer régulièrement votre texte pour ne pas tout perdre.

Une fois que vous avez rédigé votre texte, vous devez obligatoirement laisser votre nom (ou votre pseudonyme), votre adresse courriel (qui ne sera pas publiée), mais vous devez aussi répondre à une question de simple calcul, en inscrivant la réponse du calcul en chiffre ! Ce petit dispositif a été installé afin de vérifier que vous n’êtes pas un robot venant polluer mon blogue.

ATTENTION : Votre commentaire ne sera pas publié immédiatement si c’est la première fois que vous publiez un commentaire sur ce blog. Il devra être lu et validé par nos soins avant d’apparaître (ce n’est pas de la censure, mais de la lutte anti-spam, anti-publicité et anti-robot). Donc, pas d’inquiétude à avoir ! Juste un peu de patience…

Écrire un commentaire

Veuillez résoudre *

9 Commentaires
  • Patsy
    Publié le 18:01h, 15 octobre Répondre

    Je vais essayer de ne plus me raisonner

  • Patou
    Publié le 03:52h, 15 octobre Répondre

    Me revoici dans le cheminement de l’expérience que je viens de vivre… hier.
    Dans l’ accompagnement de mon fils en convalescence. Bien sûr, je me suis raisonnée, j’ai partagé mon tout petit appartement, j’ai « poussé » les meubles (au sens propre, pour cause de fauteuil roulant!) et je me suis adapté aux heures de soins, et tout ceci sans avoir la sensation d’être « sauveur », mais simplement de faire preuve de bon sens…
    Et je lui ai clairement signifié que son laisser aller me déplaisait, que j’attendais de lui qu’il prenne sa vie en main, qu’il soit fier de lui, non pour moi, mais pour lui.
    Bien sûr, j’ai fait à sa place: les papiers, négligés depuis quelques mois, la lessive oubliée…
    J’ai pris soin de lui, c’est mon enfant, et je l’aime…
    Et je me suis à nouveau perdue dans son monde qui me semble englué.
    L’amour maternel n’est pas non plus une baguette magique… que reste-t-il alors?
    Je retourne à la case « attente »?
    Oui, peut-être, en la mettant de côté, et en me préoccupant de moi… Je ne peux pas respirer à sa place, quoiqu’il m’en coûte.
    Vous écrire me fait du bien, défriche un peu le terrain…
    Merci encore de nous offrir cet espace de paroles.
    Patou

  • Jihene. M.
    Publié le 12:32h, 13 octobre Répondre

    Merci JJC
    Avant j’ignorais mes malaises et c’est toujours l’échec.
    Maintenant je comprends mieux. Trop se raisonner nous rend parfois des aveugles…

  • bcos
    Publié le 12:24h, 13 octobre Répondre

    on ‘accueille’/ pourtant quand on se dit que ‘c’est desagreable’ on se ‘raisonne’/
    merci/

  • michou
    Publié le 12:15h, 13 octobre Répondre

    bonsoir

    merci beaucoup pour les 3 premiers enregistrements enfin j’apprécie mes émotions je les étouffais pendant longtemps (71 ans)

  • samia
    Publié le 10:25h, 12 octobre Répondre

    bonour docteur
    vos conseils sont trés précieux. merci pour tout.faire confiance à son ressenti en toute circonstance c’est notée.
    il ya quelques années il ya des proches qui ont voulu me raisonner en me faisant croire que je serai tranquille loin de mes enfants
    nourissons ;que je ne devais pas me faire du soucis et m’occuper de mon travail …mais heureusement l’instinct ;le ressenti et le malaise furent au rendez-vous.je crois que ca m’a sauvé d’une grosse dépression.

  • GILOU
    Publié le 15:35h, 11 octobre Répondre

    franchement, il y a beaucoup de monde qui ont besoin de tout ça pour être heureux ? ça me fait peur!…

  • Ghiță
    Publié le 13:08h, 11 octobre Répondre

    Bonjour
    j’ai bien reçu les trois e-mail,merci beaucoup.
    j’ai réfléchis sûr mes habitudes toxiques, j’ai un question et je me permets à mettre, suivante les jeunes me demandent:pourquoi tu ne souris pas?, ou vous-êtes de où?, quelle est votre origine?, après tout ça, je sens un frustration mais aussi je ne peux pas changer ma personnalité, d’être, s’il vous plaît, dites vous comment je fais? en attendant je vous remercie.
    cordialement Constanța

  • ka
    Publié le 12:30h, 11 octobre Répondre

    Bonjour,

    Je met cela en pratique depuis quelques moi je l’ai fais spontanément. Résultat je divorce, c’est difficile, mais c’est que qu’il y de mieux pour moi. Je me libère.

    Merci pour vos vidéos